Publicités

Terrorisme islamique:Le DJihad contre les chrétiens s’accentue au Nigéria

  • La violence actuelle, qui s’aggrave depuis le début de 2017, « est légèrement différente, en ce sens qu’elle consiste en une série d’attaques ciblées contre des communautés chrétiennes qui tentent de déplacer des agriculteurs et de prendre des terres pour leurs éleveurs ». – Nathan Johnson, International Christian Concern, responsable régional pour l’Afrique.
  • « Au Nigeria, les chrétiens sont traités comme des citoyens de deuxième classe dans les douze États du nord du pays où la charia est appliquée. Ils sont victimes de nombreuses agressions. Des filles chrétiennes sont enlevées et forcées à se marier avec des hommes musulmans. Des pasteurs sont enlevés pour obtenir une rançon. Les églises sont vandalisé ou complètement détruit « . – Nathan Johnson.
  • « Le gouvernement nigérian et la communauté internationale (…) ont peu fait depuis le début pour remédier à la situation. Ce manque de participation n’est pas surprenant: ils ne peuvent même pas reconnaître ses racines, à savoir l’idéologie intolérante du djihad. le nombre de morts des chrétiens a seulement augmenté – et continuera probablement à croître de manière exponentielle – jusqu’à ce que cette réalité soit non seulement reconnue, mais également traitée.  » – Raymond Ibrahim, auteur et expert du Moyen-Orient.
Les chrétiens sont massacrés au Nigeria par les djihadistes Fulani et Boko Haram – et personne ne semble s’en soucier. Sur la photo: Abubakar Shekau, dirigeant de Boko Haram, tiré d’une vidéo de propagande de Boko Haram datée de novembre 2018.

Les chrétiens sont massacrés au Nigeria par les djihadistes Fulani et Boko Haram – et personne ne semble s’en soucier.

La plus grave persécution de ces chrétiens sans défense – qui représentent la moitié de la population totale du Nigéria – a eu lieu principalement dans le nord musulman du pays, régi par la charia , et dans les États de la  » ceinture moyenne « . , « qui sont une zone de transition entre les états du nord et du sud.

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme International Christian Concern (ICC):

« Les militants peuls ont continué de mener de violentes attaques dans toute la région du Middle Belt au Nigéria en mars. Les attaques brutales perpétrées par ces militants islamistes extrémistes suscitent constamment la peur parmi les chrétiens vivant dans le Middle Belt, alors que le nombre de morts ne cesse de croître … Le mois dernier [mars 2019], au moins 150 personnes ont été tuées.

« … Mgr William Amove Avenya, évêque nigérian de l’État de Benue, a déclaré: ‘Des membres de tribus peuls armés jusqu’aux dents, assassinent des femmes enceintes et des enfants et détruisent nos petites propriétés.

«  » Il s’agit d’une bombe à retardement qui menace d’enflammer toute la région. Nous ne pouvons pas attendre qu’un génocide de masse se produise avant d’intervenir « , a-t- il ajouté.

Méthode d’exécution publique par Daesh.

« … Voici les plus grandes attaques qui ont eu lieu en mars:

  1. 4 mars 2019 : des militants peuls attaquent l’État de Benue et font 23 morts
  2. 11 mars 2019 : les milices peuls attaquent Kajuru, incendiant plus de 100 maisons et faisant 52 morts
  3. 18 mars 2019 : Boko Haram a assiégé une ville à majorité chrétienne dans l’État d’Adamawa, peuplée de plus de 370 000 habitants. « 

Le responsable régional pour la CPI pour l’Afrique, Nathan Johnson, qui s’est récemment rendu au Nigéria, a déclaré à Gatestone que cette violence meurtrière avait commencé il y a moins de 20 ans.

« Cela n’a vraiment commencé qu’en 2001, après que les émeutes entre musulmans et chrétiens dans la région du Plateau ont coûté la vie à plus de 1 000 personnes et détruit de nombreuses églises. puisque. »

Johnson a souligné que la violence actuelle, qui s’intensifiait depuis début 2017, « est légèrement différente, en ce sens qu’elle consiste en une série d’attaques ciblées visant des communautés chrétiennes tentant de déplacer des agriculteurs et de prendre des terres pour leurs éleveurs ».

Il a ajouté que l’hostilité incluait un ensemble complexe de facteurs – facteurs socio-économiques (éleveur contre agriculteur), ethniques (principalement les Peuls contre tous les autres, à l’exception de Hausa) et religieux (musulmans contre Chrétiens):

« Le gouvernement nigérian et les principaux médias ont minimisé le fait que des musulmans radicaux massacraient des communautés chrétiennes au Nigeria. Ils préféreraient décrire la crise comme un affrontement entre deux communautés ethniques ou socio-économiques qui s’entretuent – même si près de 80% des victimes sont des chrétiens. « 

Johnson a ajouté:

« Au Nigeria, les chrétiens sont traités comme des citoyens de deuxième classe dans les douze États du nord du pays où la charia est appliquée. Ils sont victimes de nombreuses agressions. Des filles chrétiennes sont enlevées et forcées à se marier avec des hommes musulmans. Des pasteurs sont enlevés pour obtenir une rançon. Les églises sont vandalisé ou complètement détruit.

« Les chrétiens que j’ai rencontrés lors de mon récent voyage au Nigéria, qui ont tant souffert à la fois des Fulani et de Boko Haram, espèrent que d’autres personnes dans le monde se soucient de ces personnes et prient pour eux. Beaucoup manquent de nourriture, d’eau et d’abris, Des centaines de milliers d’enfants chrétiens dans tout le pays ne peuvent pas aller à l’école parce que leurs parents n’en ont pas les moyens, n’y ont pas accès ou craignent que leurs enfants ne le soient. attaqué ou enlevé alors qu’il se rendait dans la classe ou dans sa classe. « 

Comme l’explique l’expert du Moyen-Orient Raymond Ibrahim l’année dernière:

« Le gouvernement nigérian et la communauté internationale (…) ont peu fait depuis le début pour remédier à la situation. Ce manque de participation n’est pas surprenant: ils ne peuvent même pas reconnaître ses racines, à savoir l’idéologie intolérante du djihad. le nombre de morts des chrétiens a seulement augmenté – et continuera probablement à croître de manière exponentielle – jusqu’à ce que cette réalité soit non seulement reconnue, mais également traitée. « 

 

 

 

 

 

Publicités

LIBYE: 36 CADAVRES D’HOMMES EXÉCUTÉS RETROUVÉS

Les corps de 36 personnes exécutées par balle ont été découverts près de Benghazi, dans l’est de la Libye, une région contrôlée par le maréchal controversé Khalifa Haftar, a indiqué dimanche un responsable des services de sécurité.

Cela rappelle les commandos de la mort de l’ancienne dictature Rivera en Argentine!

En effet, le responsable a indiqué que les corps retrouvés dans la région d’Al-Abyar, à 70 km à l’est de Benghazi, sont ceux de terroristes présumés, dont 19 de nationalités étrangères.

En outre, la mission de l’ONU en Libye a “condamné avec la plus grande fermeté le crime odieux qui a entraîné la mort d’au moins 36 personnes”, appelant à une enquête immédiate pour traduire les auteurs en justice.

D’autre part, le maréchal Haftar avait déjà annoncé l’ouverture d’une enquête pour identifier et arrêter les auteurs de ce “crime”, et déterminer si les victimes étaient emprisonnées par ses forces ou pas, selon le texte d’une décision publié par l’agence Lana, loyale aux autorités de l’est.

A Tripoli, le gouvernement d’union nationale (GNA) a condamné de son côté un “crime odieux et un acte horrible”, annonçant à son tour l’ouverture d’une enquête.

Par ailleurs, des membres de l’Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Haftar sont accusés d’implication dans des exécutions sommaires de terroristes en état d’arrestation, dans les combats qui ont opposé les deux camps entre 2014 et 2017.

La Libye est déchirée par des conflits entre milices et deux autorités se disputent le pouvoir dans le pays: d’un côté le GNA, reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, de l’autre une autorité qui exerce son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Haftar et de l’ANL.
L’ANL a réussi cet été à reprendre à des groupes terroristes la quasi-totalité de Benghazi, deuxième ville du pays, après trois ans de combats meurtriers.

AFP

Assassinats de LAS VEGAS: La CIA rompt tout lien avec le MI6 parce qu’il a prouvé que le véritable tueur était un tireur d’élite de la CIA

Le massacre de Las Vegas est un message glacial adressé à Trump

 

 

Le pire massacre de masse dans l’histoire américaine qui a faitau moins 59 morts et plus de 527 blessés, est qualifié par les experts renseignements russe comme un «sacrifice de sang ritualiste» dont le sens le plus complet ne peut être compris qu’en notant qu’il se produisait devant la Pyramide et le Sphinx qui la surveillait silencieusement. Ce massacre est aussi sans conteste un  » message d’avertissement » adressé directement au président Donald Trump.

 

 

 

 

Dans cette affaire, deux forces cabalistes   sont opposées l’une à l’autre  :

1) Les forces anti-Trump  sont conduites par James Murren, président et chef de la direction de MGM Resorts International propriétaire de Mandalay Bay Hotel (où le tireur de Las Vegas a décliné son feu mort) et le Luxor Pyramid and Sphinx Hotel à côté de lui. Or Murren est un ennemi avoué et acharné du président Trump et est un avide partisan d’Hillary Clinton ; et Murren vit dans la peur que le président Trump ne fasse échouer ses projets de méga casinos en Chine.

2) Les forces pro-Trump sont menées  par Malone et Greg Maffei, Malone étant propriétaire de la société de médias américains Liberty Media et Maffei étant son PDG et qui, en 2010, ont créé une société nommée Live Nation Entertainment  qui possède un terrain de 15 hectares juste en face des hôtels Luxor Pyramid and Sphinx Hotel et Mandalay Bay Hotel , et où chaque année, depuis 2014, ils y organisent  un festival de musique country intitulé Route 91 Harvest.  Par ailleurs, Malone et Maffei, ont fait des dons de plusieurs millions de dollars à l’appui du président Trump.

Ce «sacrifice pyramidique» a eu lieu dans l’ombre de la reproduction de la Grande Pyramide (Louxor) à Las Vegas (voir l’image ci-dessus), qui comporte également un obélisque qui était traditionnellement un lieu de sacrifice humain pendant les périodes de l’année où le dieu du soleil est descendu sur la terre.

sur ce qu’on appelle «un bastion du traditionalisme américain»,  a vu le festival de musique country Route 91 Harvest, en commençant par le populaire groupe de musique country Big and Rich ouvrant le concert en menant un chant avec des spectateurs et les anciens combattants militaires américains de « Dieu bénissent l’Amérique » . Et lorsque cette chanson a fini, une femme hispanique s’est précipitée sur le devant de ce grand rassemblement en criant un avertissement en déclarant « vous allez tous mourir« , mais elle fut rapidement escortée hors de concert avec son compagnon masculin encore non identifié.

Vidéo

45 minutes après que l’avertissement « vous allez tous mourir » a été proclamé, une fusillade aux armes automatiques a commencé à descendre sur environ 22.000 personnes participant à ce festival. La première preuve que quelque chose clochait était le fait que l’artiste qui était sur la scène s’est est rapidement éloigné, et que les lumières de la scène ont été éteintes. Puis, mystérieusement, des projecteurs ont été allumés et orientés sur la foule pour mieux l’éclairer. La panique et le carnage ont suivi. [Remarque: Ce lien montrant la vidéo montrant ces projecteurs allumés a été bloqué par YouTube.]

Bien que Stephen Paddock soit considéré comme un retraité tranquille, on ne peut pas en dire autant de sa compagne, une citoyenne australienne appeléeMarilou Danley, que les autorités américaines ont d’abord désignée comme «une personne d’intérêt» dans ce massacre, et qui est signalé simultanément être présente à Tokyo, au Japon et aux Philippines aussi.

Marilou Danley

Or, Marilou Danley était employée, en 2013, par Atlantis Casino Resort and Spa, situé à Reno, au Nevada, en tant qu’hôtesse pour les joueurs internationaux à fort potentiel, et que les experts russe du renseignement avaient précédemment désignée comme une informatrice «connue» du FBI, travaillant pour les agences américaines de renseignement Eurasian Crime Task Forces in Las Vegas auxquels elle rendait compte sur les joueurs mafieux russes.

Les peuples d’Amérique qui tentent de découvrir la vérité derrière ce massacre de « Sacrifice Pyramidique« , commencent à se demander si Stephen Paddock était pigeon, et certaines sources indiquent que la littérature radicale de gauche a été découverte dans sa chambre d’hôtel Mandalay par le FBI comme il était unmanifestant anti-Trump , et qui affirment aussi que le FBI a découvert des photos de Marilou Danley au Moyen-Orient . Mais avec toutes ces histoires et articles ont été rapidement effacés par Google et Facebook.

Les clients et le personnel de l’hôtel Bellagio confirment plusieurs tireurs (source)

Le lobby du Bellagio Hotel a été pulvérisé avec des balles par un deuxième tireur lors de l’attaque de Las Vegas, selon les clients de l’hôtel et le personnel qui racontent l’expérience horrible dans une vidéo récemment diffusée.

Renée Downs a diffusé une vidéo Facebook en direct immédiatement après la fusillade à Las Vegas, filmant à l’intérieur de l’hôtel Bellagio, qui a été bloqué après que « des coups de feu ont été lancés par les portes d’entrée du lobby » provoquant un «chaos de masse et une ruée vers le sol». « 

En expliquant qu’elle était dans le hall avec son mari à ce moment-là, des coups de feu ont été tirés dans l’hôtel, Renée Downs explique également que le shérif et les grands médias ont immédiatement caché cette fusillade dans l’hôtel Bellagio et, conformément au récit du « loup solitaire », ont insisté que le Bellagio n’a pas fait partie de la fusillade  de Las Vegas.

« Ce n’était pas le fait d’UN SEUL tireur. Les news et LVPD (Las Vegas Police Department) ne font pas état de cette information correctement « , a déclaré Renée Downs.

« Je ne sais pas pour les autres hôtels, mais je suis formelle pour le Bellagio. J’ai plongé vers  le sol et Daniel a sauté sur moi pour me couvrir. « 

« Si quelqu’un a des questions sur ce qu’ils disent à la télévision et ce qui se passe actuellement, voici la preuve. Nous avons appelé le poste de police et nous avons également appelé les infos pour leur faire savoir … quand les coups de feu sont entrés par les portes du devant du lobby, il y a eu le chaos et une ruée massive … Lorsque j’étais sous une table et que Daniel était au-dessus de moi,  la sécurité est revenue et a commencé à crier «Allez, tout le monde vers l’arrière », puis nous avons été précipités dans la cour arrière. »

En parlant à un membre du personnel, Downs explique qu’elle filmait la scène parce que « Ce qu’ils signalent sur les nouvelles est incorrect. » Le membre du personnel est d’accord, en disant « Oui« .

Downs parle alors à un autre client de l’hôtel, qui confirme également à la caméra qu’il a entendu parler du tir à l’avant de l’hôtel.

Le Bellagio se trouve à 1,4 km de la station de Mandalay Bay, où Stephen Paddock a tiré sur la foule, et des balles de ses armes semi-automatiques ne pourraient pas expliquer l’incident au Bellagio.

La baie de Mandalay (bas de la carte) et l’hôtel Bellagio (haut de la carte) à Las Vegas se situent à 1,4 km l’un de l’autre.

« Quand ils disent » Non, rien ne s’est passé dans les autres hôtels « , comme je l’ai dit, je ne sais pas ce qui s’est passé dans les autres hôtels, mais je sais ce qui s’est passé dans celui-ci. Et je sais que mon mari, juste ici, a sauté sur moi, et je tenais une autre femme parce qu’elle pleurait de peur de pleurer. « 

Il y a maintenant une montagne de preuves, composée de vidéos, d‘audio de la police et de témoignages de plusieurs personnes, prouvant que c’était une attaque orchestrée et coordonnée par de multiples conspirateurs et que les médias traditionnels tentent de le cacher.

Stephen Paddock n’a pas agi seul. Les séquences vidéo fournies à Your News Wire par les résidents de Las Vegas prouvent de façon concluante qu’il y avait un deuxième tireur opérant à l’intérieur de l’hôtel Mandalay Bay. Une gueule de l’arme a été clairement vue du quatrième étage, beaucoup plus bas que le 32ème étage, où Paddock opérait.

Le voisin de porte de Paddock dans l’hôtel, l’australien Brian Hodges, a égalementconfirmé la présence de plusieurs hommes armés dans l’attaque, en disant au journal australien Courier-Mail: « Il y avait plusieurs personnes mortes et plusieurs tireurs « .

Beaucoup de personnel de casinos de Las Vegas ont également présenté des informations indiquant l’existence de plusieurs tireurs et conspirateurs impliqués dans l’attaque de Las Vegas. Selon Nadia Gissell, il y avait aussi des tirs auCasino de Paris.

« Je travaille là-bas et je ne comprends pas pourquoi ils ne disent pas la vérité« , a-t-elle déclaré.

Cameron Espino, qui était dans Miracle Mile Shops, a également dit vouloir savoir pourquoi les médias ne rendent pas compte des incidents dans d’autres hôtels, et il a  déclaré avoir vu deux hommes armés.

Pourquoi les médias traditionnels tentent-ils de faire avaler une fausse histoire au public? La réponse est simple. Les grands médias , contrôlés par une petite oligarchie d’élite, opère pour le compte du Nouvel Ordre Mondial (NOM), alias La Cabale, tentant d’induire le public en erreur pour leur faire croire que leurs ennemis sont leurs amis et que leurs amis sont leurs ennemis.

Au Québec,par exemple,on se souvient qu’un ‘NON » devient un « OUI » et un « OUI » devient un « NON »…voir le référendum  de 1995 sur la souveraineté du Québec.


La CIA rompt tout lien avec le MI6 parce qu’il a prouvé que le véritable tueur était un tireur d’élite de la CIA

 

Un nouveau rapport sensationnel  du Service de renseignement extérieur russe (SVR) circulant aujourd’hui 23/10 au Kremlin indique que la CIA vient de rompre tous les liens de partage de renseignements avec le Royaume-Uni en vigueur depuis près de 75 ans, c’est-à-dire  depuis les jours les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale en 1943.  Cette rupture vient en représailles contre le Secret Intelligence Service (SIS) de Grande-Bretagne (communément appelé Military Intelligence Section 6 ou MI6), qui vient de diffuser des documents choquants prouvant la « petite amie » nomméeMarilou Danley, du « faux tireur » de Las Vegas, et trafiquant d’armes de la CIA, Stephen Paddock, était, en fait, une espionne américaine.

 

Selon ce rapport, en 1943, au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, l’agence d’espionnage américaine Office of Strategic Services (OSS), nouvellement créée, a entamé une coopération de renseignement avec le MI6, qui s’est poursuivie en 1947 lorsque l’OSS (devenu la CIA), et qui, jusqu’à cette dernière semaine avait son siège social dans le domaine de Caversham Park à la périphérie de Reading, Berkshire, en Angleterre – et d’où la CIA a pu couvrir 75% du monde, tandis que le MI6 (opérant comme BBC Monitoring Service « ) a couvert les 25% restants – mais dont les relations ont été brusquement coupées la semaine dernière par les Américains, qui n’ont pas annoncé à l’avance ce qu’ils s’apprêtaient à faire.

Afin de comprendre pourquoi la CIA a rompu brusquement sa relation de près de 75 ans avec le MI6 la semaine dernière, explique le rapport, il faut d’abord revenir en 2012 lorsque cette agence d’espionnage britannique a établi une présence sur le «darknet» |1], qui est accessible uniquement avec des logiciels, des configurations ou des autorisations spécifiques, utilisant souvent des protocoles de communication et des ports non standard.

Le MI6 a établi cette présence sur le «darknet» afin de lancer leurpuzzle international de rupture de code “CICADA 3301”  qui exigeait la connaissance de la stéganographie [2] et de l’occultiste anglais Aleister Crowley. [3]

Avec le mystérieux concours de cryptographie « CICADA 3301 » du MI6 déclarant qu’il cherchait « des individus hautement intelligents« .

En sachant que « CICADA 3301 » était une campagne de recrutement pour le MI6, les analystes du renseignement SVR, en 2012, ont commencé un régime de surveillance constante de tous les affichages sur le site britannique KEK.gg et moins de 24 heures avant le La CIA coupant tout contact avec le MI6, avait posté sur elle une section de « bavardage d’intelligence » contenant un lien CIA (https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/CIA-RDP87S00734R00020050019-0.pdf) [Note : ce lien de la CIA est maintenant « désactivé »].

Ce bavardage révèle des informations choquantes sur Marilou Danley, la « petite amie » du trafiquant d’armes de la CIA, Stephen Paddock, dont ce qui suit:

Avant d’immigrer, Marilou était une combattante connue du Muay Thai (boxe thaïlandaise), sous l’alias « Marilou Ocampo« . Elle est devenue politiquement active à la fin des années 1970. En tant qu’élue locale au milieu des années 1980, elle a été mêlée à la controverse sur l’aide au développement américaine secrètement fournie par la CIA pour promouvoir le sentiment pro-américain pendant la  présidence de Marcos.

Le fait que ces agents MI6 signalent le nom de Carl W. Ford Jr. comme celui qui a permis à Marilou Danley d’entrer aux États-Unis est important à comprendre car il est l’un des principaux architectes de la CIA chargés d’établir les organisations terroristes en Asie du Sud-Est afin de déstabiliser les gouvernements qui ne plaisent des États-Unis. C’est dans ce cadre que les Philippines sont le dernier pays à être déstabilisées par la CIA. Comme en Tunisie, Libye, en Epte, en Irak, en Syrie et ailleurs, les USA utilisent les terroristes islamistes (dont l’État Islamique)  pour détruire ce pays.

Lorsque Marilou Danley a été interrogée par les forces du FBI fidèles au président Trump, elle a été en mesure de leur expliquer comment Stephen Paddock acheminait des armes fournies pas la CIA aux terroristes islamistes opérant aux Philippines. Mais ce pays a pu anéantir les deux plus grands dirigeants terroristes de l’EI , ce qui a amené les Philippines à effectuer un « retournement historique » pour s’éloigner des États-Unis et se rapprocher de la Russie. Cette dernière y a positivement répondu en livrant des cargaisons massives d’armes russes pour aider le gouvernement philippin à lutter contre la CIA. 

 

Le bateau militaire Amiral Panteleyev s’apprête à accoster à Manille le 20 octobre 2017 pour fournir aux Philippines des armes contre le CIA

Marilou Danley a non seulement fourni aux forces pro-président Trump du FBI les renseignements critiques dont ils ont besoin pour arrêter l’armement par la CIA des terroristes islamistes aux Philippines, mais elle continue à fournir aussi des informations sur la vaste opération de contrebande d’enfants de la CIA. C’est pourquoi le FBI a pu lancer rapidement, il y a quelques jours, l’OpérationCross Country XI [4] qui a libéré beaucoup de ces esclaves sexuels. Mais, malheureusement, le FBI a aussi averti: «Il y a beaucoup d’autres enfants victimes que nous devons atteindre

Dans cette vaste opération de contrebande de sexe de la CIA, dans laquelle sont impliqués le « tireur bidon » de Las Vegas Stephen Paddock et sa «petite amie»Marilou Danley, émergent  d’autres sinistres individus que nous avons déjà nommés dans d’autres articles sur ce sujet. Ainsi en est-il de l’ancien président de la campagne présidentielle américaine d’Hillary Clinton, John Podesta et de son frère Tony Podesta. Ce dernier fait aussi l’objet d’une enquête criminelle menée par le procureur spécial Robert Muller.

Décrit comme « l’un des lobbyistes les plus puissants de Washington DC« , Tony Podesta, est l’une des personnes les plus viles des États-Unis, mais les grands médias de propagande américaine refusent de permettre au peuple américain de connaître la vérité. Alors que les courriels de Wikileaks ont  révélé, l’année dernière, que lui et son frère John ont des relations sexuelles perverses sur des enfants et d’autres abominations. Dans la maison de Tony Podesta, on a trouvédes tableaux, soi disant « artwork », représentant des « esclavages sexuelles d’enfants »,  qui, dans un pays normal comme la Russie, entraîneraient la prison ferme pour cette possession.

 

 

 

Même dans leur connaissance de la vaste opération d’esclavage sexuel de la CIA utilisée pour piéger et faire chanter les politiciens et les élites américaines [5], les médias traditionnels de la propagande américaine refusent toujours de parler de cette horrible vérité. Comme l’illustre l’exemple de l’icône pop Cory Feldman [6]qui a depuis longtemps averti qu’il fallait dénoncer les monstres sexuels d’Hollywood qui s’attaquent aux jeunes enfants, et qui a été accueilli par ce que leNew York Post a décrit ainsi:

Avec une infinie tristesse et avec calme, Feldman a dit à Barbara Walters :

« Je dis. . . Les gens qui ont fait ça à moi et à Corey, qui travaillent toujours, ils sont toujours là-bas en place, et ils sont parmi les gens les plus riches et les plus puissants dans ce secteur. Et ils ne veulent pas que je dise ce que je dis en ce moment. « 

Walters «Dites-vous qu’ils sont pédophiles?», Demande-t-elle. «Oui», dit Feldman. Comme il a continué à avertir les parents d’enfants plein d’espoir, Walters l’a réprimandé: «Vous endommagez toute une industrie!», A-t-elle dit.Vidéo

Une autre bizarrerie a récemment émergé du massacre de Las Vegas. Le 6 Octobre, un homme identifié Paul Joseph Fister Jr. A été arrêté, car il « menaçait de faire exploser une salle de musique, comme le gars qui a soufflé « Route 91 Harvest Festival« , mais qui a été immédiatement libéré par la police de Las Vegas. Mais les analystes du renseignement SVR ont identifié comme étant Tom Fister, qui est l’un des meilleurs tireurs d’élite d’Amérique appartenant au 5ème meilleur club de tir en Amérique, connu sous le nom de Ontelaunee Rod & Gun Club, et qui, après avoir organisé une  compétition de tir au Colorado en mai dernier, était à Las Vegas quand ce massacre a eu lieu pour assister au championnat 2017 Surefire World Multigun Championship qui s’est déroulé entre le 30 septembre et le 1er octobre, où des centaines de tireurs d’élite militaires du monde entier étaient réunis. Mais, on pouvait s’ya attendre, les comptes de médias sociaux de « Paul Joseph Fister Jr. » et « Tom Fister » avaient été nettoyés sur Internet par la CIA. [Note: Quant à l’extraordinaire coïncidence que des centaines des meilleurs tireurs du monde étaient à Las Vegas lorsque l’assassinat a eu lieu,  ce rapport ne se prononce pas.]

 

 

 

NOTES

[1] Un darknet est un réseau superposé (ou réseau overlay) qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation. Certains se limitent à l’échange de fichiers comme RetroShare, d’autres permettent la construction d’un écosystème anonyme complet (web, blog, mail, irc) comme Freenet.

[2] La stéganographie est l’art de la dissimulation : son objet est de faire passer inaperçu un message dans un autre message. Elle se distingue de la cryptographie, « art du secret », qui cherche à rendre un message inintelligible à autre que qui-de-droit.

[3] Edward Alexander Crowley, dit Aleister Crowley, et également connu comme Maître Therion, Frater Perdurabo ou The Great Beast 666 est un écrivain, poète, occultiste, tarologue et astrologue britannique. Wikipédia

[4] L’opération Cross Country du FBI est axée sur la récupération des mineurs victimes de la prostitution et attire l’attention du public sur le problème du trafic sexuel aux USA et à l’étranger. Elle a abouti à la récupération de 84 mineurs exploités sexuellement et à l’arrestation de 120 trafiquants. Dans cette 11e édition, l’Opération Cross Country s’est étendue au-delà des États-Unis pour inclure le Canada, le Royaume-Uni, le Cambodge, les Philippines et la Thaïlande. Ces pays  ont entrepris des opérations similaires. Leurs efforts ont été coordonnés avec le FBI.

 [5] Un haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur US: La CIA et le Mossad sont derrière le réseau de pédophiles à Washington DC

 [6] Corey Feldman voulait dénoncer les pédophiles d’Hollywood. Prison et lavage de cerveau

 

 

 

 

 

Le complot confirmé de l’attentat de Nice : la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d’images

 

France morts

 

Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l’article R642-1 du Code pénal leur demandant l’effacement «complet» de 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.

 

De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d’ailleurs les agents en charge du dispositif n’ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».

La demande paraît d’autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s’étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s’inquiète-t-on dans l’entourage du dossier.

Contacté par Le Figaro, le parquet de Paris a confirmé l’information et précisé: «cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images». Du côté de la police nationale, on rappelle que «sur les mille caméras installées à Nice, 140 présentaient des éléments d’enquête intéressants. La police judiciaire a récupéré 100% des vidéos de ces dernières. La PJ et le parquet ont donc demandé d’effacer les images de ces 140 caméras afin d’éviter l’utilisation malveillante de ces dernières par souci de la dignité des victimes et pour éviter la reprise de ces images par les sites internet djihadistes à des fins de propagande».Enfin, à la chancellerie, on précise que la demande d’un effacement «complet» s’explique par l’impossibilité de procéder à des destructions partielles sur ce type de matériel.

 

Nice...il faut effacer les images...compromettantes!?
Nice…il faut effacer les images…compromettantes!?


Attentat de Nice : une policière mise sous pression par le ministère de l’Intérieur qui lui demande de mentir

Sandra bertin,la policière chargée de la surveillance vidéo...est bien surveillée elle-même,car elle en sait trop!
Sandra bertin,la policière chargée de la surveillance vidéo…est bien surveillée elle-même,car elle en sait trop!

La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice, en place le soir sanglant du 14 juillet 2016, a confié au Journal du Dimanche (JDD) avoir subi des pressions de l’Intérieur lors de la rédaction de son rapport à la suite de l’attentat islamique (vidéo).

Selon Sandra Bertin, en poste le soir de l’attaque qui a fait 84 morts sur la promenade des Anglais, un représentant de la place Beauvau lui a ordonné de mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux le soir de l’attaque.

« J’ai eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité »,

déclare-t-elle au JDD.

« Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport. […] J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran »,

précise encore Sandra Bertin.

Bernard Cazeneuve, a annoncé son intention de porter plainte ce dimanche pour « diffamation » après ces « graves accusations ». Voici la réalité des écœurantes magouilles républicaines tentant de faire croire au peuple que les moyens policiers étaient mis en place, alors que rien n’a été fait pour éviter le massacre… !

 

Depuis quelques jours, la polémique enfle autour de la présence de la police nationale à Nice le soir du 14-Juillet. Dimanche, dans un entretien exclusif au JDDSandra Bertin, la cheffe du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice, accuse le ministère de l’Intérieur de l’avoir mise sous pression.

Journaliste:Quand le camion de Mohamed Laouhaiej-Bouhlel entre sur la Promenade des Anglais, ce 14 juillet, que voyez-vous sur vos écrans?
Sandra Bertin: Je me rappellerai toute ma vie de cette heure-là : 22h33. J’étais devant les écrans du CSU avec les équipes. Nous recevons alors des policiers municipaux positionnés sur la Promenade le signalement d’un camion fou. Nous récupérons tout de suite son image à l’écran et nous demandons son interception. Le camion était lancé à 90 km/h, sans phares, sans qu’on l’entende à cause du bruit. Il contourne le barrage de la police municipale. Les équipes n’ont pas pu l’arrêter. On ne crève pas les pneus d’un 19 tonnes avec un revolver! A ce moment-là, d’autres policiers municipaux sont en civil dans la foule, qui se retrouvent face à lui. S’ils avaient été armés comme nos collègues de la police nationale, une de nos revendications, ils auraient pu le stopper. Le poids-lourd se retrouve finalement face aux policiers nationaux, qui tirent et le neutralisent. Il est 22h34.

« J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran »

 

La sous-direction anti-terroriste vous a demandé, le 20 juillet « l’effacement complet des enregistrements de vidéosurveillance » sur la Promenade pour cette nuit du 14 juillet afin d’éviter les fuites. Ce à quoi s’oppose la ville de Nice….
Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un représentant au CSU qui m’a mis en ligne avec la place Beauvau. J’ai alors eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité. Je lui ai répondu que je n’écrirais que ce que j’avais vu. Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport, pour « ne pas tout retaper ». J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran. A tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère! J’ai finalement envoyé par email une version PDF non modifiable et une autre modifiable (…)

*Pour retrouver la longue interview que Sandra Bertin a accordée au JDD en kiosques, cliquez ici. Lire également le JDD sur iPad ou sur Internet. Découvrez également nos offres d’abonnement

Source : http://www.lejdd.fr/Societe/La-policiere-responsable-de-la-videosurveillance-a-Nice-accuse-le-ministere-de-l-Interieur-798751


Images partagées par plusieurs services

 

Le lendemain du drame tragique de la promenade des Anglais, des officiers de police judiciaire étaient venus faire une première recension des caméras en prise directe avec l’événement. Cela a donné lieu à un premier rapport envoyé au ministère de l’Intérieur. Étrangement, ce serait ces mêmes caméras qui sont visées par la réquisition de la SDAT.

 

Dès samedi, l’Élysée avait demandé copie des images de l’attentat. Une autorisation accordée par le parquet de Paris. «Ce n’est pas choquant que le président de la République ait voulu visionner l’attentat. Faudra-t-il demander à l’Élysée de restituer le CD qui lui est parvenu?», s’interroge un bon connaisseur du dossier. En tout état de cause, ces vidéos sont partagées par plusieurs services concomitamment à savoir ceux de la Police et de la gendarmerie nationale, de la police judiciaire et des pompiers.

 

retour sur une polémique en cinq actes

Failles supposées dans le dispositif de sécurité, polémique autour de la suppression des images de vidéosurveillances à Nice, les accusations à l’encontre de Bernard Cazeneuve se multiplient depuis l’attentat de Nice. C’est la première fois depuis qu’il a pris ses fonctions en avril 2014, succédant à Manuel Valls, que le ministre de l’Intérieur doit faire face à une telle avalanche de critiques. Retour sur une semaine sous haute tension.

Acte I: L’opposition de droite fustige le manque de mesures prises pour lutter contre le terrorisme

Les premières accusations viennent du camp de la droite. Au lendemain de l’attaque de Nice, l’opposition reproche à l’exécutif de n’avoir pas pris les mesures nécessaires contre le terrorisme depuis les attentats de 2015. «Tout ce qui aurait dû être fait depuis dix-huit mois ne l’a pas été», déclarait trois jours après l’attentat l’ex-chef de l’Etat Nicolas Sarkozy. Le soir même, le premier ministre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve dégainent un long communiqué en réponse aux accusations portées par la droite et énumèrent toutes les mesures prises par l’exécutif ces derniers mois. À la présidente du Front National qui avait demandé sa démission, Bernard Cazeneuve répond: «C’est précisément parce qu’elle me le demande que je ne le ferai pas et je le ferai d’autant moins que Marine Le Pen n’a voté aucune loi antiterroriste».

Acte II: la polémique autour du dispositif de sécurité enfle

Parallèlement, les questions autour du dispositif de sécurité en place sur la Promenade des Anglais le soir du drame surgissent dans le débat politique. Le premier à les soulever n’est autre que Christian Estrosi, adjoint Les Républicains au maire de Nice. 36 heures après l’attentat, l’élu a évoqué un «mensonge d’État» à propos des effectifs de la police nationale présents le soir du drame. Selon lui, les policiers nationaux étaient en nombre insuffisant et les chiffres avancés par le ministère de l’Intérieur sont faux. Il réitère ses accusations quelques jours plus tard dans Nice Matin. S’ensuit une bataille de chiffres entre l’Intérieur et l’adjoint au maire de Nice, le premier maintenant qu’il y avait bien 64 policiers nationaux sur place. Le gouvernement se défend aussi en affirmant que les services municipaux étaient parfaitement au courant du dispositif de sécurité puisqu’ils avaient participé aux réunions préparatoires avec la préfecture. D’autres interrogations viennent alimenter le débat : Le «barriérage» du public était-il insuffisant? Pourquoi ce camion circulait-il malgré l’interdiction de circuler un jour férié? Y avait-il trop d’événements organisés le même jour? Pourquoi n’y avait-il pas de chicanes en béton sur la promenade?

Acte III: Libération évoque «des failles et un «mensonge»

Mais c’est surtout une enquête du journal Libération, publiée le jeudi 21 juillet, qui va déstabiliser le locataire de la place Beauvau. Photos et témoignages à l’appui, le quotidien révèle qu’une seule voiture de la police municipale barrait l’entrée de la zone piétonne de la Promenade des Anglais, où est arrivé le camion utilisé pour l’attentat de Nice. L’information est d’autant plus embarrassante qu’elle contredit les déclarations du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la préfecture des Alpes-Maritimes. En réalité, les policiers nationaux sont postés à plus de 370 mètres plus bas, là où ont lieu des concerts. Leurs voitures, stationnées le long de la chaussée, ne pouvaient en rien empêcher le passage du camion du terroriste. Bernard Cazeneuve publie de nouveau un communiqué pour «s’indigner des contre-vérités» de Libération. Mais la polémique ne désemplit pas. Dans le camp de la droite, le président du Sénat Gérard Larcher réclame «une enquête indépendante» et Christian Estrosi une enquête de l’Inspection générale de l’administration. Pour calmer l’orage, le ministre de l’Intérieur finit par saisir la police des polices (IGPN) à qui il demande une enquête administrative sur le dispositif de sécurité. «À aucun moment il n’y a eu mensonge des autorités», assène de son côté le préfet de la région tandis que le président François Hollande promet «vérité et transparence» sur le fameux dispositif et rappelle que Bernard Cazeneuve «a toute sa confiance».

Acte IV: La justice demande de supprimer 24 heures de vidéosurveillance, la ville refuse

L’information est révélée par Le Figaro: mercredi 20 juillet, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a demandé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville de Nice d’effacer 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais. Ces vidéos sont bien entendu sauvegardées dans le cadre de l’enquête. Cette requête vise en fait à empêcher la diffusion sauvage d’images extraites de ces bandes, par respect pour les victimes. Sauf que la demande passe mal au niveau local. Vendredi, l’avocat de la ville de Nice a indiqué que la municipalité refuserait de répondre à cette demande. Pendant ce temps-là, les médias décrivent un ministre de l’Intérieur «dans la tourmente», «en pleine tempête» et «sur la sellette».

Acte V: Une policière niçoise dénonce des «pressions» de l’Intérieur, Cazeneuve porte plainte 

Ce dimanche, le locataire de la place Beauvau s’est à nouveau retrouvé dans la tourmente. Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, la responsable du centre de supervision urbain (CSU) a mis en cause le ministère de l’Intérieur. Sandra Bertin a affirmé qu’elle aurait subi des pressions de la part d’un représentant de la place Beauvau dans la rédaction de son rapport sur la soirée meurtrière du 14-juillet. Bernard Cazeneuve s’est empressé de démentir ces «graves accusations» et a annoncé qu’il portait plainte pour diffamation. «Contrairement à ce que Mme Bertin affirme, ce n’est en aucun cas ‘le cabinet du ministre de l’Intérieur qui a envoyé un commissaire au CSU’ ou qui aurait eu des échanges avec elle», a déclaré la place Beauvau dans un communiqué.

Un peu avant, le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, allait dans le même sens et rappelait que l’enquête relevait «exclusivement» de l’autorité judiciaire. Autrement dit, qu’aucun responsable du ministère de l’Intérieur ne pouvait intervenir dans la procédure. Même le procureur de Paris François Molins, en charge de l’enquête, est venu à la rescousse du ministère: pourtant taiseux en dehors de ses conférences de presse, il a assuré que l’Intérieur n’était pas intervenu au CSU. «C’est sous la seule autorité et pour les besoins de l’enquête en cours que le 15 juillet, deux brigadiers chefs ont été envoyés au CSU de Nice», dans le seul but «de parvenir à la manifestation de la vérité dans le cadre d’une enquête judiciaire», a-t-il affirmé à l’AFP.


Nice: « Monsieur sécurité » n’était pas aux réunions préparatoires du 14 juillet

Christian Estrosi, premier adjoint au maire en charge notamment de la sécurité, était représenté par ses collaborateurs « les plus compétents » aux réunions de préparation de la fête nationale à Nice.

Christian Estrosi ou ...Mr.Sécurité,en France!
Christian Estrosi ou …Mr.Sécurité,en France!

C’est une absence qui ne passe pas inaperçue. Alors qu’il est engagé dans une vive polémique avec le gouvernement sur le dispositif de sécurité déployé le 14 juillet à Nice, Christian Estrosi, premier adjoint au maire (Les Républicains), chargé notamment de la sécurité, n’a assisté à aucune des réunions préparatoires à l’événement, a-t-on appris dimanche auprès de la municipalité.

Le président de la région Paca et ex-maire de NiceIl acédé en juin son siège à son ex-premier adjoint Philippe Pradal pour se conformer à la loi sur le cumul des mandats- était représenté à ces réunions par ses collaborateurs « les plus compétents », ajouté cette même source, confirmant une information du journal Le Monde.

« Un écran de fumée grossier »

Une information gênante? Peu de temps après cette annonce, l’intéressé, toujours prompt à réagir, s’est fendu d’un tweet pour assurer que ces rencontres étaient des « réunions d’experts » et que « le préfet [des Alpes-Maritimes] n’était pas présent non plus ». « ‘Il s’agit d’une attaque, d’un écran de fumée grossier face aux graves questions qui se posent à l’exécutif », a renchéri la Ville.

La préfecture s’est de son côté « refusé à tout commentaire en raison de l’enquête en cours » de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), saisie par Bernard Cazeneuve. Un ministre de l’Intérieur qui a annoncé, ce dimanche, porter plainte pour diffamation après les « graves accusations » d’une policière municipale niçoise dans les colonnes du JDD. Sandra Bertin, à la tête du Centre de supervision urbain de Nice, affirme avoir reçu des pressions de la place Beauvau pour modifier son rapport sur le dispositif policier du 14 juillet.

Depuis l’attentat qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais, Christian Estrosi entretient des rapports houleux avec le pouvoir exécutif. Multipliant les attaques, l’élu a notamment critiqué à maintes reprises la gestion des attentats par le gouvernement. « Tout n’a pas été fait pour garantir la sécurité de nos concitoyens. Les Français doivent savoir pourquoi », a-t-il notamment déclaré à Paris Match.

Mise à jour du 24 juillet 2016 (16h47)

Estrosi rejette « les accusations scandaleuses d’instrumentalisation » de Cazeneuve

Le maire de Nice n’a pas apprécié la réponse de Bernard Cazeneuve après les propos d’une conseillère municipale sur l’enquête de l’attentat de Nice.

...maintenant il est fâché Mr.Sécurité
…maintenant il est fâché Mr.Sécurité

Christian Estrosi, premier adjoint LR au maire de Nice, a déclaré dimanche sur Twitter rejeter « les accusations scandaleuses d’instrumentalisation du ministre » Bernard Cazeneuve, au sujet des propos de la policière municipale sur l’enquête sur l’attentat de Nice.

Cazeneuve avait taclé les « accusations indignes » de « certains élus de Nice »… Dans un entretien au Journal du Dimanche, Sandra Bertin, qui était en charge de la vidéosurveillance le soir du 14 juillet, affirme avoir été « harcelée pendant une heure », le lendemain de l’attentat, par un commissaire envoyé, selon elle, par le cabinet du ministre de l’Intérieur. Mais Bernard Cazeneuve a assuré par la suite que c’est le parquet, et non son cabinet, qui a envoyé un émissaire. Une version corroborée par le procureur général de Paris et le ministère de la Justice.« Les accusations indignes de ce jour s’inscrivent dans la suite des polémiques virulentes que certains élus de Nice ont souhaité entretenir puis alimenter chaque jour depuis le terrible attentat du 14 juillet », a dénoncé le ministre de l’Intérieur en appelant « chacun à reprendre ses esprits ».
… Et ça ne plait pas à Estrosi. Une réponse qui n’a pas du tout plu à Christian Estrosi, ce dernier y voyant là une accusation « d’instrumentalisation » de la part du ministre à l’encontre de la mairie de Nice. « Avec @p_pradal (le maire Philippe Pradal, LR, ndlr), nous rejetons les accusations scandaleuses du ministre d’instrumentalisation des propos d’un agent dans un contexte aussi terrible », déclare Christian Estrosi sur Twitter, où il assure également que la municipalité a découvert dans le Journal du dimanche les propos de la policière municipale Sandra Bertin. 
Vous l’aurez deviné:on nous cache beaucoup de choses!

UN FALSE FLAG DE GRAND ART!
Comme cette affaire évolue vite,nous allons  continuer de mettre à jour cet article,suivant l’évolution de l’affaire.Nous sommes en face d’une opération « False Flag » (faux drapeau),comme l’auraient imaginé les experts de la CIA et les « petits amis » de Georges W. Bush…un certain 11 septembre 2001!

 

 

 

 

 

 

Sources:Le Figaro,MSN actualitées

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :