Une forêt fossilisée vieille de 280 millions d’années a été découverte en Antarctique

 

Il fut un temps où la glace ne dominait pas l’Antarctique : des chercheurs américains viennent en effet de trouver les restes d’une forêt vieille de 280 millions d’années sur le continent austral.

L’Antarctique n’a pas toujours été une terre de glace. Des scientifiques de l’université du Wisconsin à Milwaukee ont en effet découvert les vestiges d’une flore impressionnante en plein cœur du continent blanc. Des fossiles qui dateraient de plus de 280 millions d’années. 

Il y a 252 millions d’années, l’extinction Permien-Trias a bouleversé l’état de la planète. L’émission massive de gaz à effet de serre par les volcans a entraîné une augmentation brutale des températures, donc un changement des climats terrestres, et a considérablement acidifié les océans. Ainsi, plus de 95% des espèces présentes sur Terre à l’époque ont disparu.

Le paléoécologiste Erik Gulbranson et son équipe de chercheurs se sont donc rendus en Antarctique pour observer les effets de cette extinction sur la nature des continents. Au cours de leurs explorations, ils ont fini par trouver les fossiles d’une forêt datant d’avant ce bouleversement.

Une immense forêt fossilisée a été découverte. Une souche d’arbre vieille de 280 millions d’années est encore attachée à ses racines antarctiques. Les plantes se sont développées sur ce qui est aujourd’hui le continent le plus froid, il y a 400 millions à 14 millions d’années. Comprendre les anciennes forêts polaires pourrait aider les chercheurs à élaborer des prévisions sur la façon dont les arbres réagiront lorsque le changement climatique provoqué par l’homme réchauffera le globe.

 

Avant cette extinction, le genre de plantes dominant en Antarctique était les Glossopteris, explique Erik Gulbranson . Éteinte depuis, cette espèce pouvait mesurer de 20 à 40 mètres de haut et était présente massivement dans l’hémisphère Sud. À cette époque, les forêts n’étaient donc pas très diversifiées en terme de faune, et chacune des espèces avait un rôle bien particulier à jouer dans la survie des autres. Le chercheur se demande donc pourquoi ces plantes robustes n’ont pas survécu à l’extinction. 

Cette découverte est très importante, puisqu’il s’agit là d’un « moyen de voir l’avant, le pendant et l’après-extinction », explique Erik Gulbranson. Ces 13 restes d’arbres fossilisés pourraient donc permettre d’avoir une idée un peu plus précise des conséquences de l’extinction et de leur chronologie.

Erik Gulbranson et son équipe de chercheurs ont retournés en Antarctique de la fin du mois de novembre à janvier 2018 pour continuer leurs travaux et « mieux comprendre comment les gazs à effet de serre et les changements climatiques ont pu affecter la vie sur Terre ».


LES RECHERCHES DE GULBRANSON

La façon dont ils ont passé l’hiver dans l’obscurité et le froid est l’une des questions auxquelles ces fossiles pourraient répondre. Une autre est la façon dont ces arbres et plantes auraient pu basculer entre les modes été et hiver si rapidement avec les conditions changeantes.

Des recherches antérieures ont montré que des arbres à feuilles persistantes et à feuilles caduques étaient disséminés sur les bords de l’Antarctique il ya des centaines de millions d’années.

Il est également probable que le feuillage était moins diversifié que dans les forêts d’aujourd’hui, différents types de plantes ayant des fonctions différentes dans la survie globale de l’écosystème.

L’équipe n’a pas encore publié les résultats de ses découvertes, mais 13 fragments fossiles d’arbres ont été récupérés jusqu’à présent. Avec les roches qui entourent ces fragments, ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur les écosystèmes du passé lointain et sur ce qui aurait pu effacer toute cette vie.

« Cette forêt est un aperçu de la vie avant l’extinction, ce qui peut nous aider à comprendre ce qui a causé l’événement », a déclaré Gulbranson .

Chaque voyage dans les friches glacées a le potentiel de découvrir quelque chose de nouveau, que ce soit des vestiges d’un passé préhistorique ou des preuves que des espèces inconnues pourraient prospérer à certains endroits sous la glace.

Des recherches et des expéditions supplémentaires sont prévues pour les mois à venir, et nous pourrons éventuellement découvrir des leçons importantes sur la manière dont notre planète réagira probablement au changement climatique que nous avons aujourd’hui.

« Le dossier géologique nous montre le début, le milieu et la fin des événements liés au changement climatique », déclare Gulbranson .

« Avec d’autres études, nous pourrons mieux comprendre comment les gaz à effet de serre et le changement climatique affectent la vie sur Terre. »


Antarctique: les palmiers prospéraient autrefois sur les côtes glacées d’il y a 52 millions d’années

Une armada d’icebergs dérivant au large des côtes de Wilkes Land en Antarctique.

Compte tenu de la hausse prévue des températures mondiales au cours des prochaines décennies, les climatologues s’intéressent particulièrement aux périodes chaudes qui se sont produites dans le passé géologique. La connaissance des épisodes passés de chaleur mondiale peut être utilisée pour mieux comprendre la relation entre le changement climatique, les variations du dioxyde de carbone atmosphérique et la réaction de la biosphère terrestre. Les scientifiques ont découvert une phase de réchauffement intense il y a environ 52 millions d’années dans des carottes prélevées sur le fond marin près de l’Antarctique, une région particulièrement importante dans la recherche sur le climat.

Tronc fossilisé trouvé en Antartique

L’étude publiée dans la revue Nature montre que la végétation tropicale, y compris les palmiers et les parents des baobabs tropicaux d’aujourd’hui, poussait sur la côte de l’Antarctique il y a 52 millions d’années. Ces résultats mettent en évidence le contraste extrême entre les conditions climatiques modernes et passées sur l’Antarctique et l’étendue de la chaleur mondiale pendant les périodes de niveaux élevés de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Il y a environ 52 millions d’années, la concentration de gaz à effet de serre (CO 2 ) dans l’atmosphère était deux fois plus élevée qu’aujourd’hui. « Si les émissions actuelles de CO 2 continuent sans relâche en raison de la combustion de combustibles fossiles, le CO 2les concentrations dans l’atmosphère, telles qu’elles existaient dans un passé lointain, devraient être atteintes d’ici quelques centaines d’années », explique le professeur Jörg Pross, paléoclimatologue à l’université de Goethe et membre du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat (BiK-F). ) à Francfort, en Allemagne. « En étudiant les périodes de réchauffement climatique naturel dans le passé géologique, notre connaissance des mécanismes et des processus du système climatique augmente. Cela contribue énormément à améliorer notre compréhension du réchauffement climatique induit par l’homme. « 

Les modèles informatiques indiquent que le réchauffement climatique futur sera particulièrement prononcé dans les régions de haute latitude, à savoir près des pôles. Jusqu’à présent, cependant, la manière dont les écosystèmes terrestres de l’Antarctique ont réagi dans le passé géologique à un climat de serre avec des concentrations élevées de CO 2 dans l’ atmosphère n’était pas claire .

Les scientifiques travaillant avec le Pr Pross ont analysé des échantillons de roche prélevés dans des carottes de forage au fond de la mer, au large de la côte de Wilkes Land, en Antarctique, dans le cadre du Programme intégré de forage océanique (IODP). Les échantillons de roches datent de 53 à 46 millions d’années et contiennent des pollens et des spores fossiles provenant de la région côtière de l’Antarctique. Les chercheurs ont ainsi pu reconstituer la végétation locale en Antarctique et, par conséquent, interpréter la présence de forêts tropicales tropicales et subtropicales couvrant la région côtière il y a 52 millions d’années.

Dans une région où la calotte antarctique borde l’océan Austral aujourd’hui, des plantes sensibles au gel et à la chaleur, telles que les palmiers et les ancêtres des baobabs d’aujourd’hui, ont prospéré il ya 52 millions d’années. Les évaluations des scientifiques montrent que les températures hivernales sur la côte de Wilkes Land en Antarctique étaient supérieures à 10 degrés Celsius à cette époque, malgré trois mois de nuit polaire. L’intérieur continental, cependant, était sensiblement plus frais, le climat favorisant la croissance des forêts pluviales tempérées caractérisées par des hêtres du sud et des arbres d’ Araucaria du type courant en Nouvelle-Zélande aujourd’hui. L’analyse des composés organiques produits par les bactéries du sol qui peuplent les sols le long de la côte antarctique fournit des preuves supplémentaires de températures extrêmement douces.

Glossopteris

Ces nouvelles découvertes en Antarctique impliquent également que la différence de température entre les basses latitudes et les hautes latitudes méridionales au cours de la phase de serre il y a 52 millions d’années était significativement plus petite qu’on ne le pensait. « La teneur en CO 2 de l’atmosphère, telle qu’elle est supposée pour cet intervalle de temps, ne suffit pas à elle seule à expliquer les conditions quasi tropicales de l’Antarctique », explique Pross. «Un autre facteur important était le transfert de chaleur par les courants océaniques chauds qui ont atteint l’Antarctique.» Lorsque le courant océanique chaud s’est effondré et que la côte antarctique a subi l’influence des courants océaniques plus froids, les forêts tropicales,

Source de l’histoire:

Matériel fourni par l’ institut de recherche Senckenberg et le musée d’histoire naturelle 

 

 

 

 

 

Publicités

Alerte Antartique: le « glacier le plus dangereux au monde » est sur le point de céder

Déjà connu pour être un glacier dont la fonte est très rapide, le « glacier le plus dangereux du monde » pourrait bientôt s’effondrer et cela pourrait représenter une véritable catastrophe, selon des chercheurs américains et britanniques.

 

Le glacier Thwaites, situé sur l’inlandsis Ouest-Antarctique, fond à un rythme d’environ 40 centimètres par an – et une accélération de cette fonte a été confirmée en 2002. Très surveillé en raison de son potentiel à contribuer à l’élévation du niveau des mers, le glacier Thwaites a déjà participé à 4 % de la montée des eaux durant les 25 dernières années.

Cependant, il existe un autre risque éventuellement catastrophique et proche dans le temps, à savoir un effondrement du glacier. Des chercheurs américains et britanniques craignent que les eaux de l’océan se soient infiltrées sous le glacier. Or l’édifice, dont la taille est équivalente à celle de la Floride, pourrait commencer à glisser vers l’océan, comme l’explique la BBC.

Suivant les estimations, un effondrement du glacier dans l’océan causerait une montée des eaux à l’échelle mondiale comprise entre 80 cm et 3 mètres, menaçant de nombreuses îles et villes côtières. Selon un communiqué du Conseil britannique sur la recherche environnementale (NERC) publié le 30 avril 2018, l’effondrement du glacier Thwaites « pourrait avoir des répercussions importantes sur le niveau de la mer à l’échelle mondiale ». Cependant, si le glacier contribue déjà progressivement à la hausse du niveau de la mer, son effondrement pourrait « commencer au cours des prochaines décennies ou des prochains siècles », une estimation tout de même assez vague.

Face à ce qui représente une urgence, l’US National Science Foundation (NSF) et l’UK Natural Environment Research Council (NERC) ont scellé un partenariat afin de mettre sur pied la plus grande collaboration scientifique en Antarctique depuis des décennies. Une centaine de scientifiques du monde entier mesureront les taux de changement du volume et de la masse de la glace jusqu’à 1500 mètres de profondeur, grâce à des foreuses à jet d’eau. Le but ? Confirmer une bonne fois pour toutes l’hypothèse déjà formulée depuis quelque temps déjà : le glacier est fortement fragilisé par le réchauffement des eaux océaniques circulant en dessous.

Sources : Sciences et Avenir – UP Magazine

 

 

 

Un trou mystérieux plus grand que les Pays-Bas s’est ouvert au milieu de la glace antarctique

Un trou de la taille du Maine – ou plus grand que les Pays – Bas , selon la masse géographique qui signifie plus pour vous – s’est ouvert dans la mer de Weddell en Antarctique. Dans une couche de glace de mer autrement épaisse, encore gelée de l’hiver antarctique, le trou est une aberration scientifique.

Les scientifiques  ne sont pas sûrs de ce qui se passe sur et sous la glace de l’Antartique, mais ils en parlent tous .

«On dirait que vous venez de percer un trou dans la glace» , a déclaré à la carte mère de Vice le physicien atmosphérique Kent Moore de l’Université de Toronto .

Moore, avec le groupe d’observation et de modélisation du carbone et du climat dans l’océan Austral ( SOCCOM ) à Princeton, étudie le trou mystérieux qui s’est produit dans des images satellites vers le 9 septembre 2017.

Les scientifiques appellent des trous entourés de glace de mer  » polynyas. « National Geographic explique que les polynas sont créés lorsque les courants océaniques poussent l’eau chaude vers la surface, fondant la glace qui se trouve sur le dessus. Lorsque l’eau de surface entre en contact avec l’atmosphère antarctique, elle se refroidit et coule, puis se réchauffe et remonte vers la surface.

Cette polynie particulière apparue précédemment pour plusieurs saisons dans les années 1970. Le trou s’est ouvert à nouveau l’année dernière pour la première fois en quatre décennies, et réapparu, encore plus grand, le mois dernier.

En ce moment, expliquer pourquoi le trou s’est encore ouvert est un mystère. Moore dit qu’il serait « prématuré » de le connecter au changement climatique, bien que son équipe analyse les données pour mieux comprendre ce qui pourrait avoir causé cela.

« C’est maintenant la deuxième année consécutive qu’il est ouvert après 40 ans de ne pas être là », a déclaré Moore à Motherboard. « Nous essayons toujours de comprendre ce qui se passe. »

Mais Earther note qu’une autre équipe, du Centre Helmholtz pour la recherche océanographique à Kiel, en Allemagne, croit que sa réapparition confirme leurs modèles de variabilité climatique , ce qui suggère que la polynie pourrait se manifester à nouveau.

« Alors que de nombreux modèles climatiques ont tendance à produire une polynie océanique aussi large, la caractéristique a été considérée comme un pépin de modèle perturbateur par rapport à un vrai phénomène dans le passé », a déclaré à Earther Torge Martin, un météorologue et modélisateur du climat au Centre Helmholtz. « Sa récurrence soutient notre hypothèse … que le Weddell Polynya n’était pas un événement ponctuel, mais il a  peut-être survenu régulièrement dans le passé ».

La nouvelle du trou se rapproche d’autres indications de changement majeur en Antarctique. Il y a quelques semaines, un iceberg de plus de deux fois la taille de Pariss’est détaché du glacier Pine Island en Antarctique de l’Ouest, au même endroit que deux autres grands événements de détachement de glace ont eu lieu ces dernières années. Et cette semaine, un nouvel article publié dans Geophysical Research Letters a révélé que le réchauffement des océans minait considérablement l’intégrité d’une importante plate-forme de glace flottante dans l’Antarctique de l’Ouest. L’eau chaude sculpte ce que le journaliste du Washington Post Chris Mooney a appelé un «énorme canyon à l’envers» dans la calotte glaciaire par le bas. Le canyon coupe presque à mi-chemin à travers la plate-forme de glace de Dotson.

Le statut de la plate-forme de glace n’a pas d’impact direct sur l’élévation du niveau de la mer puisqu’il flotte et déplace donc déjà autant d’eau qu’il le ferait s’il était liquide. Mais sa stabilité est d’une importance critique; comme d’autres tablettes de glace flottantes, Dotson empêche les grands glaciers de glisser dans la mer, ce qui affecterait certainement le niveau de la mer.

 

EN CONCLUSION

Cette découverte majeure survient quelques semaines après celle de 51 nouveaux volcans sous la calotte glaciaire antartique,les mesures montrant une importante émanation d’énergie en provenance de l’ancien site de Neue Schwabenland,la découverte d’une troisième pyramide sous la glace et,en  plus,celle de structures non naturelles sous  la banquise antartique  laissant supposer que nous serions en face des ruines d’une très ancienne civilisation.

Aussi j’ai le grand pressentiment (pour ne pas dire:la certitude) que le sort futur de l’humanité repose sur les découvertes que nous allons faire en Antartique…particulièrement sur les anciennes bases secrètes allemandes.

Oui,nous allons retourner à Neue Schwabenland et j’en fait le serment,au nom des Défenseurs de la Terre!

Si vous acceptez de nous aider,nous allons créer une fondation pour financer cette expédition et nous aurons besoins de l’aide de tous!

 

Supportez notre site et notre future expédition en Antartique

Aidez-nous car nous apportons l’espoir de l’Ère Nouvelle

Nous allons avoir plusieurs nouveaux collaborateurs sur mon site car nous avons de grands projets. Nous aurons besoins de toute somme d'argent et nous accepterons mêmes les plus petites donations ($1 can ou US,1 euro ou toute petite dénomination de votre pays). Prochainement,nous allons créer une fondation afin d'amasser des sommes d'argent dans le but d'organiser une expédition scientifique ...en Antartique,vers les anciennes bases secrètes allemandes. Vous pôurrez acheter plus de deux articles sur notre site. Merci de nous supporter. Nous vous donnerons aussi une adresse pour nous faire parvenir tout article pouvant nous aider et aider d'autres oeuvres de charités ultérieurement. Donnez-nous vos suggestions s'il-vous-plait! Michel Duchaine et Enrich von Echman, Défenseurs de la Terre

C$1.00

Des vagues mystérieuses d’énergie sortent de l’Antarctique

Pour la troisième fois consécutive, une myométrique anomalie des micro-ondes a été détectée par MIMIC (Morphed Integrated Microwave Imagery au CIMSS) venant de la région de l’Antarctique.

L’anomalie de la première vague a été détectée le 2 avril 2017 (photo ci-dessous):

 

 

La deuxième vague s’est produite le 15 mai 2017:

 

Et le 26 mai 2017, MIMIC a attrapé une troisième vague mystérieuse émergeant de cette région.

 

Si vous faites une ligne vers le bas en Antarctique, le chemin de l’anomalie des vagues traverse la mystérieuse station Princess Elisabeth, située à la base des structures pyramidales.

 

 

Étrangement,les allemands avaient établi une base secrète sur place:Neue Schwabenland!

 

Cela nous permet de deviner si les anomalies des vagues proviennent de cette station ou d’une source inconnue près de la station. Mais une chose est sûre, quelque chose dans ce domaine crée cette anomalie à laquelle ils sortent dans l’océan Pacifique.

Plus précis, cette anomalie est dirigée directement ou à proximité de Cascadia Subduction Zone. Bien que The Cascadia Subduction Zone n’ait pas produit un tremblement de terre depuis 1700, il augmente la pression lorsque la plaque Juan de Fuca diminue sous la plaque nord-américaine.

Les scientifiques prédisent qu’il y a environ 40 p. 100 de chance qu’un tremblement de terre de mégawatte de 9,0 + d’amplitude dans cette zone de défaut se produise dans les années à venir.

…et c’est tout près des pyramides ensevelies sous la neige!

Actuellement, il n’y a pas de preuve, mais il semble que quelqu’un ou quelque chose  en Antarctique manipule ou modifie la météo dans la région de l’océan Pacifique pour quelque raison que ce soit.

Ceci ,juste au moment ou  des scientifiques viennent de trouver un mur entre l’Australie et l’Antartique!(Voir notre article récent sur le mur…)

La vidéo ci-dessous montre la dernière anomalie vague prise le 26 mai 2017

 

 

 

 

Un gigantesque mur surgi du fond de l’océan

Aphadolie

Time : 2 mn 48

Time : 12 mn 49


Un gigantesque mur surgi du fond de l’océan

Mur - Wall - Google Earth - 2

Louis Géli, qui avec Henri Bougault, dirigeait la mission Pacantarctic n’en revient pas : c’est tout à la fin de leur travail, à bord de l’Atalante, le navire amiral de l’Ifremer, que la surprise s’est invitée. Depuis le 16 janvier 1996, dans l’une des mers les plus dangereuses du globe, entre icebergs et coups de vent. Les géologues dressaient cartes sur cartes de cette dorsale qui, venue du milieu du Pacifique, se glisse entre l’Antarctique et l’Australie. Une dorsale se forme là où le plancher océanique s’ouvre, laisse passer le magma chaud des profondeurs de la Terre pour élargir l’océan.

A leur actif, en trois semaines, la cartographie d’une surface de près de 1.600 kilomètres de long sur 60 à 600 kilomètres de large le long de l’axe…

View original post 1 272 mots de plus

Vidéo et article:Le monde scientifique ébranlé par la découverte de fossiles d’humanoïdes minuscules …en Antartique!

Les restes de ce qui semble être des humains minuscules ont été trouvés dans la chaîne de montagnes de Whitmore en Antarctique , une zone qui, selon les estimations, n’a été habitée récemment depuis l’éloignement de l’emplacement et les températures glaciales. 

 

DES FOSSILES HUMANOÏDES DE 600 MILLIONS D’ANNÉES TROUVÉS EN ANTARCTIQUE

La chose la plus étonnante à propos de ces fossiles, cependant, c’est qu’ils sont antérieurs aux dinosaures , des centaines de millions d’années avant que tout ce qui ressemble à des hominidés n’apparaisse pour la première fois. On pense que les deux squelettes presque parfaitement conservés ont 600 millions d’années. Plus vieux que tous les vertébrés précédemment découverts. Plus ancien que tout organisme vivant dans la terre, encore découvert dans l’enregistrement fossile. Beaucoup plus vieux que tout, même ressemblant à une créature assez complexe pour être un bipède. La forme des os indique également qu’ils sont humains plutôt que primates et l’exhaustivité des restes suggère également qu’ils proviennent d’adultes plutôt que de nourrissons. Qu’il s’agisse d’une civilisation avancée qui a visité et a probablement vécu sur Terre bien avant que la vie complexe ne soit évoluée.

 

 

Alors que le découvreur des os insiste sur le fait qu’ils ne sont pas d’origine extraterrestre, il existe un manque distinct d’autres explications compte tenu de l’âge des fossiles. À une époque de l’histoire, la vie évoluait dans les mers, et rien ne vivait même sur la terre, et encore moins des espèces avancées comme les mammifères, les restes humains sont définitivement hors de leur place. Même si une telle espèce était originaire de la terre, il aurait été peu favorisé de se nourrir en dehors de formes de vie très simples dans les mers qui auraient dû être collectées et récoltées en grande quantité. La terre était complètement stérile et sans abris ni moyen de faire des outils, ni d’éviter les conditions météorologiques, les températures extrêmes ou le froid. En bref, la terre t était complètement inhabitable.

 

 

 

 

 

 

Le Musée de la Paléontologie de Californie décrit la période: « L’histoire fossile de la vie sur terre a été repoussée à 3,5 milliards d’années avant le présent. La plupart de ces fossiles sont des bactéries et des algues microscopiques. Cependant, dans le dernier Protérozoïque – une période maintenant appelée Ediacaran ou Vendian, et qui dure depuis Il y a environ 635 à 542 millions d’années * – les fossiles macroscopiques d’organismes à corps doux se retrouvent dans quelques localités du monde entier, confirmant les attentes de Darwin. Déterminer une espèce indigène, à moins d’être suffisamment avancés pour ne pas avoir besoin de se nourrir d’autres espèces pour la subsistance, la seule autre option plausible est que les humanoïdes sont venus d’ailleurs. Une espèce adéquatement avancée pourrait survivre dans un environnement sans aucune des ressources naturelles nécessaires pour survivre car elles pourraient créer la leur ou apporter des outils et de la technologie avec eux pour survivre. Le problème avec cette idée, cependant, c’est qu’ils auraient encore besoin d’évoluer dans un environnement qui a ces recours pour devenir avancé en premier lieu. Puisque la Terre, il y a 600 millions d’années, ne comportait rien d’autre que des formes de vie simples, cela ne peut pas être le cas pour les minuscules humanoïdes, et une autre explication doit être la cause de leur apparition il y a quelques années.