Réécrire l’histoire des dinosaures:Exposer l’histoire interdite

Histoire interdite des dinosaures

Depuis les mayas en passant par les dieux naga du Japon,aux aztèques,aux incas,aux égyptiens et aux sumériens, les reptiliens sont dans toutes les traditions ancestrales de l’humanité!Je considère que ce n’est pas une coïncidence!

 

Dinosauroide: L’évolution de l’intelligence des dinosaures

Stenonychosaurus (Troodon) est l’un des dinosaures les moins connus et, selon des chercheurs modernes tels que Dale Russel, il faisait partie des dinosaures en train de développer une intelligence supérieure, même si l’extinction des dinosaures l’avait empêchée de développer un intellect de pointe.

Stenonychosaurus (Troodon)

 

 

Selon Russel, Troodon, bien que de petite taille, était le principal mammifère prédateur du Crétacé.

Troodon devait être plus intelligent que les mammifères qu’il chassait, et pour cette raison, il postulait que Troodon était un dinosaure intelligent doté d’un cerveau plus gros que la taille de son corps.

La plus grande taille du cerveau peut avoir vu apparaître l’origine des caractéristiques humanoïdes chez Troodon.

Super-intelligence des dinosaures, technologie et interaction humaine

Les reptiles humanoïdes sont présents dans les différents mythes et légendes. Ce sont souvent des créatures mi-humain et mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques.

Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres noms pour désigner un même genre, ont toujours concerné des êtres de pouvoir (des dieux) ou des initiateurs, apportant quelque chose à l’homme présupposé inférieur ou soumis.

La théorie de Russell n’est toutefois pas universellement acceptée, mais dans une nouvelle recherche publiée dans le Journal de l’American Chemical Society, Ronald Breslow explore la perspective d’une vie de dinosaure extraterrestre.

Breslow conclut que de telles formes de vie pourraient bien être des versions avancées de dinosaures, spéculant que « nous ferions mieux de ne pas les rencontrer » parce que leur technologie avancée associée à leur intelligence reptilienne sans émotion, mais avancée et efficace, signifie que notre civilisation serait très primitive devant eux, et sa conquête presque sans effort pour eux.

Conclusion première

L’histoire cachée des dinosaures signifie qu’il est possible qu’une race de reptiles spatiaux extrêmement avancée et intelligente existe depuis plus longtemps que les êtres humains sur Terre et dans l’espace.

Notre histoire est-elle alors l’histoire d’une rencontre entre l’humanité et l’une de ces races intelligentes et avancées de reptiles et de dinosaures?

La Conspiration de la Terre-Creuse  a popularisé cette notion depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale  , lorsque l’armée américaine a envoyé l’expédition Byrd en Antarctique dans le cadre de l' »Opération Highjump « ,une  Opération Ulta secrète  destinée à récupérer la technologie de guerre secrète du Troisième Reich,développée à partir d’une technologie extraterrestre..L’ensemble de l’Opération Highjump avait été présenté comme une expédition  scientifique.

Dans une rencontre OVNI présumée, l’expédition Byrd a été attaqué par une force militaire imprévue à l’ aide d’ armes que personne n’avait  rencontré  sur un champ de bataille avant, en plus du naufrage du destroyer principal de l’expédition … Depuis lors, on a  spéculé que l’attaque a été lancée à partir d’ une base située dans la  Terre- Creuse  dont l’entré (ou sortie) se situerait en   Antarctique , qui a servi de base cachée aux reptiliens intelligents qui ont peut-être survécu à l’extinction des dinosaures ou ont atterri ici depuis l’espace.Une chose est sure:ils ont fait alliance avec les soldats du Troisième Reich sur leurs bases!

Des momies péruviennes semblent être d’origine reptilienne.

 

De nombreux enlèvements ont été signalés au fil des ans.Tous les témoins parlent de petits gris d’aspect reptilien.

 

La découverte de figurines de type reptilien dans la civilisation ubaide de la pré-mésopotamie antique ajoute également une couche supplémentaire de mystère et soulève la question de savoir si notre civilisation peut être retracée aux visiteurs d’anciens reptiliens… Il n’existe à ce jour aucune explication historique officielle donnée au serpent de la civilisation ubaid. comme des figurines de Dieux, et pour cette raison, la possibilité d’une présence ancienne de Reptiles qui aurait pu se retirer dans une partie éloignée de la Terre ne peut être complètement exclue.


CIVILISATION UBAID

 

Cet artefact de figurine d’Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid.

Figurines, style Ubaid ou à tête de lézard, argile, Ur (culture Ubaid), Ve millénaire av. J.-C., h: 13,6 cm Originaire d’Ubaïd, période mésopotamienne méridionale, 5000 av. La culture Ubaid a succédé au Halaf à la fin du 6ème millénaire avant notre ère dans le sud de l’Irak, puis s’est répandue dans toute la Mésopotamie. La culture Ubaid est connue pour la poterie peinte; grandes maisons de plan tripartite pour les familles élargies; et des figurines à tête de lézard des deux sexes. Les figurines telles que les exemples ci-dessus sont typiques. La figure à gauche tient un bébé sur sa hanche et le tète. La figure de droite a des vergetures incisées sur son abdomen. Il a été suggéré que les points et les lignes peints en brun représentent les tatouages ​​et que les pastilles d’argile cicatrisent. On ignore si la forme des crânes représente la liaison de la tête.

Bas relief civilisation ubaid.

ANNUNAKI CIVILISATION DE MÉSOPOTAMIE ET DE SUMER

 

Stèle écrite et représentation du dieu Enki
Enki semant l’arbre de la vie.
Enki sort de l’eau et se dirige vers la terre.

 

Ea se tient dans sa maison aquatique l’Apsu.

 

Création de lignées, d’humains, d’alchimie

 

Séparation hommes-femmes des aspects de l’âme double , en haut et en bas
Les dieux amphibies créent une lignée humaine

 

Omphalos et représentation de l’ADN.

AUTRES CIVILISATIONS

MÉSOAMÉRIQUE

Viracocha , foetus, serpent (ADN), chromosomes XX

 

GOBEKLI TEKE CULTURE

Venant de la civilisation de Gobekli Teke,cette mante religieuse géante tient un enfant dans ses bras:est-ce de l’affection ou sert-il de repas?Cette figurine a plus de 13,000 ans!

 

 

 

PLATEAU IRANIEN

Iran Jirof culture:

 

JAPON

Hommes-lézards de la civilisation Horyuji du Japon

 

CIVILISATION DE L’ÉLAM

Culture de l’Élam

 

Ceci est cependant hautement spéculatif, mais la possibilité d’une intelligence évoluée des dinosaures reste intriguante, en particulier à la lumière de la découverte du dinosaure Troodon… Espérons que nous aurons plus d’informations au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur le sujet.


EN COMPLÉMENT

L’HYPOTHÈSE DE DALE RUSSELL

Dale Russell

Dale A. Russell, né le , est un géologue et paléontologue, professeur de recherche au MEAS (Department of Marine Earth and Atmospheric Sciences – Département des sciences de la mer, de la terre et de l’atmosphère) à l’université d’État de Caroline du Nord (North Carolina State University).

Dasplétosaure

Dale Russell a décrit, entre autres, le Dasplétosaure et fut un des premiers à émettre l’hypothèse d’une cause extraterrestre (comète ou astéroïde) à la disparition des dinosaures.

Sa découverte, en 1969, du premier crâne de Sténonychosaure (ou Troodon) et la constatation de la taille de sa cavité cérébrale par rapport à la taille de son corps, exceptionnellement grande pour un dinosaure, l’amène à l’hypothèse, chez cet animal, d’une intelligence supérieure à celle des autres dinosaures contemporains.

En 1982, alors en poste au Musée national des sciences naturelles du Canada, à Ottawa (musée depuis 1990 renommé en « Musée canadien de la nature »), il a émis l’hypothèse, comme une expérience de pensée, que la Terre serait actuellement habitée par des reptiles humanoïdes ou « dinosauroïdes », évolution des dinosaures, si ceux-ci n’avaient pas disparu. Il avait même fait réaliser par un artiste taxidermiste, Ron Seguin, une sculpture de dinosauroïde, sculpture qui eut un succès médiatique. Selon cette expérience de pensée, ces « dinosauroïdes », occuperaient, dans ce cas, la place de l’homme en tant qu’espèce dominante de la planète.


HYPOTHÈSES DE RECHERCHES

1-Question 1:Les humains auraient co-existés  avec les dinosaures:Vrai?

Laissons parler les pierres d’Ica:

 

 

2-Maria Orsic aurait guidé  les officiers du Reich vers l’Antartique afin d’établir un contact avec cette civilisation: vrai?

Cette photo de 1939 du Vril-7,prise dans les archives allemandes,nous prouve que la technologie alien fut copiée suite au crash ovni de Freiburg,en 1936.

 

3-Question no 3:La civilisation qui a motivé l’expédition Antartique Allemande de 1938 -39 et l’installation massive de savants et de bases ultra-secrètes par le Reich serait-elle celle qui commencerait à émerger  au-dessus des glaces suite au réchauffement climatique?

 

Des ruines étranges apparaissent au-dessus des glaces.

 

Des fossiles découverts en Antartiques montrent toute la diversité de la vie antérieure.

 

D’où viennent ces mini-squelettes humanoïdes?

 

4-Question 4: ces photos montrent-elles  des entrées vers la Terre-Creuse?

 

 

5-L’amiral Byrd et son expédition  « scientifique » Opération Highjump,a-t-il  été contacté par des entités extraterrestres ou/et intraterrestres?

L’amiral Byrd en compagnie de James Forrestal et du général Nimitz…au retour de l’Opération Highjump.Forrestal sera « suicidé » avec assistance et juste avant,Byrd fera une conférence de presse ou il parlera de « soucoupes volantes » et de forte résistance ennemie.Il sera mis à la retraite.

EN CONCLUSION

Il s’agit d’une nouvelle entrée en matière sur ce sujet délicat et votre humble serviteur va tenter de répondre à ces questions avec ses moyens de recherches,mais je demeure convaincu que la seule façon véritablement scientifique est d’organiser une expédition et d’aller voir sur place.

Aussi ai-je nommé ce projet …Neue Schwabenland 2 qui annonce sur ce site,le début de la mise en oeuvre de cette grande aventure.J’aurai donc besoin de toute l’aide que vous pourrez m’apporter…en personnes décidées à y aller,en moyens financiers et scientifiques!

Retourner là-bas est mon  Grand Rêve!

Qu’en pensez-vous…de retourner à Neue Schwabenland?

Les marins du Swabenland avaient presque domestiqué des pingouins.

 

Le MS Swabenland en train d’appareiller en 1934.
Aufnahmedatum: um 1934
Systematik:
Kulturgeschichte / Flugzeug / Wasserflugzeuge

 


POUR LE FUTUR

 

Vous venez de lire le premier article sur ce sujet,je considère continuer dans le même sens.Il y aura une suite rapide  à cet article et des vidéos aussi.

Mais  je vous promets de développer   ce qu’il faut pour mettre sur pieds l’expédition  qui retournera vers les bases secrètes allemandes,vers Neue Schwabenland et la civilisation contactée par Maria Orsic ,en Allemagne.

…à suivre …coûte que coûte!

 

 

 

Publicités

Des têtes humaines étonnantes: les photographies satellites prouvent-elles l’existence de l’homme en Antarctique… il y a 6000 ans?

Des informations géographiques et cartographiques précises concernant le continent antarctique n’ont été réellement découvertes qu’en 1822. Cependant, en contradiction directe, les anciennes cartes révèlent que l’Antarctique est totalement exempt de glaciation des milliers d’années auparavant.

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer de telles cartes. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Le magnifique mais formidable paysage de l’Antarctique.

 

L’incapacité de trouver une réponse acceptable à ce mystère cartographique a conduit à penser que les anciennes cartes étaient produites par des extraterrestres extrêmement avancés, car pour produire des cartes d’énormes masses continentales, elles ne pouvaient être tracées avec précision que d’un point de vue aérien, à l’aide d’appareils d’arpentage spécialement conçus pour le but!

Prenons une position  rationaliste ,comme les professeurs d’universités actuels qui ne veulent pas toucher au paranormal  et au réalisme fantastique.

Ainsi, à l’exclusion des extraterrestres (soyons frileux), quels cartographes très avancés sur le plan technique pourraient parcourir notre planète plusieurs milliers d’années avant Columbus, et autres? D’où viennent-ils et comment ont-ils acquis l’expertise et la capacité de navigation nécessaires pour naviguer dans de vastes océans et, surtout, pour enregistrer leurs découvertes sur des cartes qui auraient été la source d’informations transmises à des explorateurs «modernes» comme Columbus, Cook, Magellan ou Vasco da Gama, par exemple.

 

Une photographie satellite surprenante révèle le passé lointain de l’Antarctique

Pour citer un exemple, il y a la carte « Buache » du XVIe siècle qu’il prétend avoir été réalisée par une très ancienne civilisation, qui cartographiait avec précision le continent de l’Antarctique, dépourvu de sa calotte glaciaire d’un mile de profondeur. Cependant, sans aucune preuve concrète pour étayer ses affirmations, les experts soupçonnent que la carte de Buache était probablement le produit d’une imagination vive. Mais était-ce? Nous verrons plus tard.

« Carte des terres du sud comprise entre le tropique du Capricorne et le pôle Antarctique, où les nouvelles découvertes faites en 1739 au sud du cap de Bonne-Espérance peuvent être vues », de Philippe Buache.

 

 

Auteur, archéologue de l’espace et chercheur indépendant, William James Veall a tiré parti de l’étroite extension actuelle de la déglaciation côtière en Antarctique et a utilisé la photographie satellite à télédétection pour exposer un grand nombre de têtes humaines et de portraits d’animaux absolument étonnants, ainsi qu’un matériel inscriptif démontrant clairement que quelqu’un avait touché dans au moins trois zones distinctes du littoral antarctique dans un passé lointain.

FIGURE 1: Carte moderne de l’Antarctique indiquant la partie du littoral de la mer de Ross, l’objet de l’archéologue de l’espace, William James Veall, sondé par satellite de télédétection (en rouge) et le segment sans glace prolongé du littoral de la mer de Ross, comme indiqué dans l’annonce 1512 cartes d’Oronteus Finaeus (indiquées en vert).

 

William Veall poursuit: Beaucoup de lecteurs d’Antiquités Anciennes savent déjà que j’utilise la technique de la photographie satellite à télédétection pour exposer des images au sol: sculptures rupestres, intaglios, pictogrammes, pétroglyphes et symboles d’épigraphie. Actuellement, je suis également impliqué dans l’utilisation de la technologie par satellite pour le service extrêmement important de détection, de préservation et de protection des sites archéologiques du monde entier contre le vol et les actes de vandalisme. (GlobalXplorer)

En utilisant cette même technique, j’ai très bien réussi à tracer le littoral «houblon» de voyageurs transocéaniques en Amérique du Sud, le littoral nord-américain, Terre-Neuve, la côte ouest de l’Afrique, l’Uruguay et même le long de la côte est de l’Australie ( voir tableau 1) avec quelques révélations incroyables.
FIGURE 2: Tableau 1. Anciens symboles découverts le long de la côte est de l’Australie par William James Veall, mars 2017.

 

L’Antarctique était-il une fois sans glace?

Après une incursion assez fructueuse le long de la côte est de l’Australie, j’ai décidé de tenter ma chance et de mettre à l’épreuve la déclaration faite par le géographe, cartographe et mathématicien grec, Marinus de Tyr, qui, en 400 av. J.-C., avait eu connaissance d’une ancienne carte illustrant Antarctique sans glace.

Logiquement, le point le plus proche de tout contact transocéanique avec l’Antarctique utilisant comme guide la côte est de l’Australie serait de traverser l’Atlantique Sud, de pénétrer dans le cercle antarctique et de débarquer à un point situé à peu près dans la région de Wilkes Land; la même région que celle choisie par Ross en 1840-1843.

 

Il n’est pas déraisonnable de supposer sur le principe que le littoral extrême oriental de l’Australie se dirige vers le sud, suivant à peu près tout le méridien de 153 ° selon lequel les anciens explorateurs auraient «sauté la côte» de ce méridien par paliers faciles à mesurer, connus dans l’ancien langage de navigation les latitudes »en conjonction avec certaines constellations aériennes, leur permettant ainsi de traverser les océans jusqu’à atteindre le continent antarctique.

Après un balayage préliminaire de la plus grande partie du périmètre antarctique, une partie déglacée de la région de la mer de Ross semblait être la seule zone susceptible de fournir suffisamment de données factuelles et factuelles pour que ce «coup dans le noir» ait une réelle signification pour répondre à la question. : Existe-t-il des signes d’activité autochtone ou externe pouvant expliquer le fait que diverses cartes marines anciennes prétendent montrer que tout ou partie du littoral de l’Antarctique est exempt de glace?

Ainsi, premièrement, comment Marinus de Tyr a-t-il appris l’existence de «l’Antarctique» en 400 av. J.-C. et deuxièmement, Buache at-il réellement accès à des cartes anciennes lui permettant de construire ce qu’il prétend être une représentation fidèle du continent antarctique? moins sa couverture de glace et de neige gelées?

Apparemment, c’est Aristote qui a informé Marinus de l’existence d’un continent nommé «Terra Australis» entourant le pôle Sud. Marinus a ensuite marqué la carte du monde qu’il compilait à partir d’autres cartes anciennes portant le même titre. Mais, ce qui est le plus fascinant, sa carte montre Terra Australis (Antarctique) sans le bouclier de glace traditionnel. Cependant, les cartes anciennes que Marinus aurait utilisées mystérieusement « ont disparu », nous n’avons donc aucun moyen de vérifier son histoire.

Par la même occasion; Cela n’explique pas comment d’autres anciens cartographes, comme Oronteus Finaeus et Hadji Ahmed, pourraient également prétendre avoir accès à des cartes datant de 6 000 ans (4000 ans av. J.-C.) représentant le continent de l’Antarctique complètement dépourvu de glace. D’où viennent leurs cartes et qui les a compilées? Je crois que j’ai peut-être eu une réponse par hasard.

Oronteus Finaeus (ou Oronce Finé),

À la recherche de la route des explorateurs

Je dois avouer qu’avant mon coup de feu antarctique – à part le fait de savoir que l’Antarctique abritait le pôle Sud … et quelques pingouins – je n’avais aucune idée préconçue sur cette région recouverte de glace, à l’extrémité sud de la planète Terre. . Imaginez ma surprise de découvrir par hasard que j’avais suivi la voie maritime désormais connue des explorateurs «modernes» vers l’Antarctique et que, par mégarde, ma sonde de télédétection avait atterri pratiquement au même ancrage choisi par Amundsen (1911-1912) et Scott (1910-1913) ).

En contournant le cap Adare et dans la mer de Ross, j’ai balayé la côte est le long d’un tronçon où la mer de Ross borde la terre Victoria. C’est tout à fait par hasard qu’une partie du rivage déglacié s’est retirée un peu à l’intérieur des terres, laissant à découvert un tronçon de deux kilomètres environ, bien que certains endroits soient encore recouverts de traces de glaciation. Selon les études scientifiques les plus récentes, le bouclier de glace de l’Antarctique oriental a même commencé à fondre au cours des vingt dernières années à un rythme alarmant, probablement à cause du réchauffement de la planète.

J’avais à peine franchi la moitié du terrain sur le littoral de la mer de Ross lorsque j’ai eu le choc de ma vie!

Têtes humaines

Le satellite avait capturé très clairement une image de tête humaine (portrait) en regardant depuis le terrain rocheux. (Figures 7 et 7a) Cela n’était pas censé se produire: la présence de l’humanité sous quelque forme que ce soit, préhistorique ou autre, n’a jamais été détectée en Antarctique. logiquement, soyez un territoire vierge exempt de tout peuple autochtone préhistorique jusqu’à bien après la fin du grand âge glaciaire, il y a 12 000 ans.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j’ai découvert sur l’Antarctique; Cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée de 25 mètres de hauteur sur 32 mètres de largeur. Elle présente une tête humaine, d’apparence caucasienne, avec des traits faciaux gentils et des yeux légèrement épicanthic et expressifs. La joue gauche (face) est piquée avec une «étoile» de style crétois; le front avec une pointe de diamant SIG. Sous l’œil droit (en regard) se trouve un petit triangle piqué. Juste en face, deux personnages de Linear A ont été picorés.

Les recherches effectuées par l’Université de Reading au Royaume-Uni suggèrent fortement qu’une civilisation avancée existait déjà plusieurs milliers d’années avant les Egyptiens, les Sumériens ou les Babyloniens; cette culture des peuples noirs (époque Kiffian) due aux changements climatiques a été chassée vers le sud de leurs terres du « Sahara Vert » (9000 – 4000 av. J.-C.) pour finalement fusionner leur technologie prétendument assez avancée avec les peuples moins développés des régions méridionales, Egypte, par exemple. (Voir les références: ‘ Momie noire du Sahara Vert’ – une excellente vidéo).

Le balayage des côtes rocheuses de la mer de Ross a permis de dégager une quarantaine de portraits de têtes humaines, notamment des têtes d’animaux et, parmi ceux du tableau 2, près de cent symboles picorés. Ma méthode d’analyse a été développée au cours de nombreuses années, en étudiant littéralement des centaines de situations d’imagerie satellitaire dans les montagnes et les déserts du monde, ce qui a permis de créer des règles extrêmement critiques pour une interprétation précise des images.

 

FIGURE 3: Tableau 2: Tableau illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017. 

 

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

[Note de l’auteur: Les fonds des figures 5 à 12 ont été légèrement diffusés pour améliorer la clarté de l’image, mais cette image satellite originale n’a jamais été retouchée. La silhouette ajoutée ne doit pas être un «portrait» mais simplement une aide pour identifier la pose de l’image satellite. Les figures 5 à 12 sont publiées sous «Autorisations d’utilisation équitable» de Google Earth .]

 

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe tout à fait inhabituel, qui sous-tend la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l'arrière de la tête de l'aigle. Une date peut-être?

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe très inhabituel sous la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l’arrière de la tête de l’aigle. Une date peut-être?

Quelle culture particulière a utilisé ce motif comme icône de signature pour annoncer sa présence en Antarctique? La tête mesure 34 mètres de haut sur 50 mètres de large (Eagle), l’Aigle 18 mètres de haut sur 39 mètres de long (59 pieds sur 128 pieds). Les deux «dieux» réunis semblent représenter Hanuman, le tout-puissant dieu hindou des singes et l’aigle, le dieu hindou Garuda … mais dans l’ANTARCTIQUE?

FIGURE 6: À l’origine, j’avais ignoré ces débris jonchés de roches, mais une manipulation minutieuse de la prise de vue avec une caméra de télédétection a révélé un motif de roches qui ressemblait à une ancienne légende ancrée dans le littoral. Malheureusement, la partie du texte qui fait face à la mer est maintenant submergée sous l’eau (de fusion). Taille exposée de 50 mètres de long sur 25 mètres de large.

Ce message était-il une dédicace pour célébrer un rêve de longue date de débarquer sur la masse terrestre la plus emblématique de la planète Terre? agissant comme un contrepoids pour équilibrer la planète avec une autre grande masse terrestre dans le nord: l’Arctique? Je le crois.

Les caractères paraissent très similaires au script de comptabilité ‘Minoan Linear A’, circa 1800 – 1400 av. c’est extrêmement intéressant car les « points et tirets » pourraient bien se traduire en données chronologiques, en d’autres termes – annonçant l’arrivée et la date du premier passage de l’homme européen sur le continent antarctique?

Il est intéressant de noter que le tableau 3 montre très clairement que les caractères sont à la fois linéaires A et B, alors que pratiquement tout le matériel inscriptif ultérieur (voir tableau 2) le long du littoral de la mer de Ross est «picoré» dans un alphabet plus avancé du genre phénicien. Ainsi, par inférence, le débarquement doit avoir eu lieu bien avant 1200 avant JC car, à partir de ce moment-là, le genre phénicien (1100 av. J.-C.) commença à dominer «l’écriture».

Un autre fait qui pourrait confirmer que le message était une « dédicace de l’arrivée » ; le symbole en triangle donne une latitude exacte de 72 21 04 00 S et une longitude de 170 15 37 00E. D’après mon expérience, un triangle suivi d’un «A» majuscule signifiait presque toujours une géodésie d’importance.

De plus, pourquoi placer cette coordonnée sur un rivage fragile alors que tous les autres sont gravés dans la falaise? Réponse: de nombreuses années auparavant, le littoral avait été considérablement étendu, comme le prouvent les anciennes cartes Oronteus Finaeus et Buache (voir la carte de la figure 1, extension verte).

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j'ai découvert sur l'Antarctique; cette étonnante figure coiffée d'un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait découvert par Veal sur l’Antarctique; cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes sur le continent, car la masse terrestre était entièrement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même la préhistoire. 


Un message sur le rivage

 

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes d’aucune sorte sur le continent parce que la masse terrestre était complètement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même l’homme préhistorique 

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer des informations géographiques et cartographiques précises sur des cartes. Pourtant, de telles cartes existent apparemment. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Les images satellites révèlent des surprises

Maintenant, cette découverte de William James Veall pose la question suivante: qui a sculpté avec une telle finesse deux têtes de cerfs massives, qui, de par leur conformation, suggèrent qu’elles pourraient appartenir à l’espèce Huemul? La taille des sculptures (chacune) est en moyenne de 18 mètres de long sur six mètres de large (59 x 20 pieds).

FIGURES 9 et 9a: Parmi la pléthore d’images de l’Antarctique, j’ai enregistré chaque pièce d’imagerie qui a suscité sa propre surprise. Les deux animaux représentés dans cette figure passionnante ne font pas exception.

 

Les deux sculptures étaient-elles des icônes de la patrie ou des vagues successives d’immigrants ont-ils importé des cerfs en tant que source d’aliments vivants ou de fourniture de lait? cela pose une autre question: d’où? L’habitat le plus proche pour l’espèce de cerf Huemul serait probablement la Patagonie, en Amérique du Sud.

Un Heumul, un cerf du sud des Andes (Hippocamelus bisulcus) dans la réserve nationale de Cerro Castillo, dans la région d’Aysén, au Chili.

 

 

Il y a une solution possible. Pendant une période de climat tempéré, une route maritime a-t-elle été ouverte entre le cap Horn (Patagonie) et les îles Shetland? Je suis assez confiant pour avancer cette suggestion car des traces distinctes d’activités d’art rupestre sont visibles sur les parois rocheuses de certaines îles du groupe des Shetland. (à publier plus tard)

De plus, l’île Nelson fait directement face à la péninsule Antarctique où j’ai enregistré davantage de portraits de têtes humaines, dont l’un est le MS 3815 représenté à la figure 5, située sur l’île Marambio. Certains peuples ont-ils mis le pied sur l’Antarctique avant ou après ceux qui ont atterri à la mer de Ross? En outre, les mêmes personnes ont-elles, au cours d’une grande période de changement climatique, fait le tour du monde ou emprunté une route terrestre déglacée de l’Antarctique pour atteindre la communauté de la mer de Ross? Par conséquent, expliquer pourquoi différentes races sont immortalisées dans son portrait à la tête humaine.

 

La réponse à de telles questions est un projet énorme et distinct en soi, probablement même supérieur à celui de l’enquête sur la mer de Ross, car il doit prendre en compte les mouvements transitoires d’humains et d’animaux entre la pointe de l’Amérique du Sud et la péninsule Antarctique, des intervalles probables de glaciation et de déglaciation. pendant les périodes de changement climatique.

Si la fonte des glaciers se poursuit, on découvrira inévitablement davantage de portraits de têtes humaines, avec peut-être un matériel très important d’inscriptibilité; Tout cela fera des comparaisons fascinantes avec le mouillage de la mer de Ross et résoudra la question de savoir qui ont vraiment été les premiers à fouler le sol de l’Antarctique.

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d'un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d’un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d'une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d'une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l'est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d’une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d’une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l’est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

Les photographies satellite montrent que la sculpture se trouve sur un flanc de montagne dans la chaîne Holyoake. Le fait même que ce buste colossal ait été sculpté dans un endroit si isolé et couvert de neige m’a beaucoup intrigué, même si j’accepte que le buste ait été sculpté si cette région de l’Antarctique était devenue jadis libre de glace et accessible. Quand, par qui et dans quel but cette figure massive at-elle été fixée à cet endroit particulier?

La navigation par satellite révèle d’anciens records

Et puis, je me suis souvenu de la lecture d’un excellent livre du regretté professeur Charles Hapgood, (FRGS)  » Maps of the Sea Sea Ancient  » qu’Oronteus Finaeus avait tracé la position du pôle Sud à partir d’anciennes cartes qu’il avait acquises. Hapgood a pu calculer que le pôle Sud d’Oronteus Finaeus était en fait à 7,5 degrés (800 km) du véritable pôle Sud que nous connaissons aujourd’hui.

Maintenant vint le moment de vérité! Le 9 mai 2017, mon navigateur satellite avait enregistré une lecture latitudinale de 82 ° 25 ‘pour la statue, presque à 7,5 ° du vrai pôle Sud. J’ai ensuite vérifié les coordonnées longitudinales, 160º 32 ‘.

Chaque coordonnée confirmait presque exactement la position du pôle Sud, exactement comme Oronteus Finaeus l’avait indiquée sur sa carte de 1531 après JC.

Je crois fermement que la gigantesque sculpture de 800 mètres de haut a été sculptée, non seulement pour marquer de manière permanente ce que l’on croyait être, à l’époque, le véritable pôle Sud, mais aussi pour honorer et enregistrer à Memoriam les premiers peuples à avoir jamais existé. atteindre sciemment le «pôle Sud».

Messages sur le bord de la mer

La dernière chose que je m’attendais à faire était d’écrire un article en profondeur, d’analyser et de créer des illustrations pour de nombreux portraits, de dessiner des cartes, ainsi que des tables d’épigraphie, le tout résultant d’une intuition amusante de faire le tour du vaste continent antarctique par Remote. satellite de détection – tout par curiosité.

Trouver toute une série de portraits de têtes humaines, apparemment composés d’au moins cinq cultures différentes, plus des têtes d’animaux, le tout entremêlé d’une masse de textes inscriptifs et, romantiquement,  » un message au bord de la mer », était pour le moins époustouflant .

Il ne fait absolument aucun doute dans mon esprit, contrairement à ce que l’on sait, que l’Antarctique a été visité dans le passé avec probablement une habitation de longue durée le long, du moins, des régions côtières dans des périodes de climat plus tempéré; cette preuve réfute complètement la croyance de longue date selon laquelle « l’Antarctique n’a JAMAIS vécu de peuple autochtone dans ce pays. En fait, jusqu’en 1822, personne n’avait jamais vu l’Antarctique ».

Mais la cerise sur le gâteau était certainement lorsque j’ai découvert l’importance de la figure massive sculptée dans la chaîne de montagnes de Holyoake pour commémorer la découverte et l’enregistrement de l’emplacement exact du pôle Sud, tel qu’extrapolé des anciennes cartes d’Oronteus Finaeus.

J’ai une légère réserve sur ce point, après avoir enregistré par télédétection des centaines de marqueurs SIG (géodésique et d’identification). J’ai toujours été étonné de l’incroyable précision obtenue par les anciens cartographes – et je ne parle pas en degrés, mais en minutes -, évoquant discrètement une civilisation ancienne possédant des connaissances en astronomie, en navigation et en cartographie de superlatifs équipement scientifique non égal à l’homme «moderne» jusqu’au 19ème siècle au moins.

La datation de matériel artificiel est, au mieux, très aléatoire. Le code vestimentaire de toute statue ou portrait ancien est presque toujours un indice sonore de la provenance. Ici, un indice est dans le style de casque plutôt «roman / greco», comme on le voit ci-dessus. En fait, le long de la section de la mer de Ross, il semble y avoir au moins quatre bustes portant le même casque, suggérant qu’une force expéditionnaire de la Méditerranée avait effectivement réussi à atteindre l’Antarctique.

En tant qu’archéologue de l’espace, je ne prétends pas avoir d’expertise en épigraphie; Cela n’empêche pas de faire des observations sur les documents que j’ai découverts au cours de mes recherches. Par conséquent, est-il possible de dériver un laps de temps simplement à partir du matériel inscriptif que j’ai présenté dans les tableaux 1 à 3)? La réponse est oui. Premièrement, en observant les extrémités historiques des tableaux.

Le tout premier stade de la chaîne d’épigraphie antarctique aurait besoin de hiéroglyphes égyptiens: il n’y en a AUCUN. Un point final de ma chaîne tabulée devrait inclure l’alphabet grec « modernisé », l’hébreu et peut-être même le lettrage romain. Il n’y en a pas. Ainsi, nous avons établi les limites du matériel inscriptif répertorié.

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie ».

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie » . MS 3755, Col 5, dépeint un personnage proto-sinaïtique (un homme agitant joyeusement des bras) vers 1850 av. Est-ce le premier lien dans l’hypothèse? En examinant les autres caractères des tableaux 1 et 2, nous constatons un biais en faveur de l’écriture minoenne, Linear A. Maintenant, Linear A a été développé, entre 1800 et 1400 av. D’où «points et tirets» qui signifient un script en base 10. (voir tableau 3 et le « message sur les sables » )

Tableau 2. Graphique illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017.
Tableau 3. «Message sur les sables»

 

Cependant, on remarquera dans le «mélange» (tableaux 1, 2 et 3) que des caractères du script mycénien Linéaire B, développé vers 1500 avant JC – 1200 avant JC, sont principalement utilisés pour la communication.

Ainsi, nous avons une date de début dans notre chronologie composée de Proto-Sinaiatic (1850 av. J.-C.) parallèle à Linéaire A (1800 av. J.-C. – 1400 av. J.-C.), suivi de Linear B (1500 av. La Linéaire B était suivie de l’alphabet phénicien (1100 av. J.-C.) qui continuait jusqu’à l’âge du fer (1050 av. J.-C.) avant d’être repris par des variantes de l’alphabet grec (800 – 750 av. J.-C.). 

Selon le matériel inscriptif, la région de la mer de Ross en Antarctique était sujette à des visites et à un éventuel habitat semi-permanent au cours d’une période de déglaciation de 1850 av. J.-C. à au moins 1050 av. hors 1000 ans.

De plus, je pense que sur une période de 1 000 ans, l’Antarctique a finalement été circumnavigée, la carte de l’Antarctique a donc été cartographiée au format bitmap, produisant ainsi la série de cartes locales légèrement disjointes et historiquement rapportées.

Une évaluation approfondie de la glaciation et de la déglaciation de l’Antarctique, même pour seulement 10 000 ans, est extrêmement complexe et sort du cadre de cet article. Qu’il suffise de dire que si le «message dans les sables» était peut-être un message d’adieu, pourquoi était-il «écrit» en Linéaire A / Linéaire B et non pas le même alphabet que la masse de textes inscriptifs présentée dans le Tableau 2? Y a-t-il eu des visites successives au cours de la période de 1000 ans? Peut-être avec ces dernières vagues utilisant une forme de communication écrite plus «moderne».

Qui aurait pu créer de telles œuvres?

Nous avons déjà discuté était Aristote qui a informé Marinus de Tyr en 400 avant JC de l’existence d’un continent appelé Terra Australis (Antarctique) qu’il avait glanées (local) des cartes des centaines d’années.

Maintenant, si nous acceptons les anciennes cartes mentionnées par Aristote, qui remontent à des centaines d’années, 1450 av. J.-C. se situe bien dans un laps de temps acceptable. Une période qui englobe la période où les Minoens étaient des négociants maritimes extrêmement actifs, de superbes artisans produisant d’étonnantes figurines humaines en or et en bronze, ainsi que des formes naturelles outils de fer et de bronze pour la construction navale aux beaux-arts.

Détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.)

Un détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.) 

Les sculptures de la mer de Ross ne pouvaient avoir été sculptées que par des artistes hautement qualifiés travaillant avec peut-être certaines des roches les plus dures connues de l’homme; ces artisans auraient sûrement besoin de «mauls et ciseaux» en bronze ou en fer résistant. Ce fait est très important car les dates de l’âge du bronze minoen (1500 – 1200 av. J.-C.) et le léger chevauchement qui s’ensuit dans le premier âge du fer (1050 av. J.-C.) maintiennent fermement les Minoens dans notre calendrier postulé.

Beaucoup de cultures différentes?

Un point très intéressant se pose lorsque l’on considère que, sur un aussi court littoral, il existe au moins cinq cultures complètement différentes décrites par la physionomie des bustes; Je ne crois pas que ce soit une génération issue d’un développement linéaire, parce que tout simplement, nous nous pencherions sur des dizaines de milliers d’années, pas seulement sur 10 000 ans d’histoire déglaciée.

De plus, les artistes antiques ont soigneusement sélectionné leurs pièces de façades en pierre pour refléter les tons de couleurs des visages qu’ils désiraient représenter, nous présentant ainsi des portraits inédits d’habitants « en chair » exactement tels qu’ils étaient il ya plusieurs siècles. .

Étrangement, même les portraits des peuples les plus primitifs sont marqués du même SIG «international» en boucle ou en forme de diamant, indiquant clairement que les statues sont contemporaines aux côtés des quantités copiques de matériel inscriptif; comme nous l’avons déjà dit, il est facile de le dater entre les limites de 1850 et de 800 av.

 

Je ne peux pas affirmer catégoriquement que les Minoens ont été les premiers à voir ou à mettre les pieds sur les côtes de l’Antarctique; c’est quelque chose que nous ne saurons jamais avec certitude. Le fait même que des bustes «primitifs» soient évidents parmi les sculptures suggère que les «Fisherfolk» originaires de Patagonie, de Nouvelle-Guinée ou d’Australie-Méridionale, par exemple, auraient également pu tirer parti d’un climat tempéré et étaient déjà en résidence avant les Minoens. arrivée.

De toute évidence, sans un examen médico-légal approfondi, je ne saurais dire si les Minoens, passionnés par la reconstitution de tous les êtres vivants sous forme de peintures ou de sculptures, ont conçu le littoral de la mer de Ross comme un chef-d’œuvre et des outils permettant de façonner des images à leur image avant l’arrivée des Minoens… et l’utilisation d’un insigne SIG. (Je ne pense pas?)

Et pour finir, quelques HOT NEWS:

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

Cette dernière capture satellite montre ici encore une fois l’étrange juxtaposition entre la forme primitive et le matériel symbolique. Où se situe ce spécimen d’humanité «préhistorique» dans la chaîne d’humanité exposée de l’Antarctique?

Notez le front bas orné d’un bandeau à fleurs, de petits yeux fixés sous une crête (front) crânienne. Observez le nez large et trapu au-dessus d’une grande bouche montrant très clairement un ensemble de canines saillantes et saillantes. Remarquez la fleur, en bas à droite, parmi le matériel inscriptif.

Gardant à l’esprit le précédent contact Australie / Antarctique mentionné ci-dessus, je soupçonne que l’image représente une arrivée autochtone précoce sur le continent, mais associée à un matériel inscriptif… c’est un mystère persistant!

Enfin, la question fascinante que tout le monde se posera: croyez-vous que, maintenant que l’Antarctique a été partiellement exposé, ce continent deviendra la véritable « île » et la mystérieuse île de « Atlantis »?

EN CONCLUSION

Il est impossible qu’un peuple préhistorique ait pu faire cela…seule une civilisation très avancée sur le plan technologique le pourrait.

Une civilisation qui connaissait le déplacement dans l’espace et  la technologie aérospatiale…par exemple!

Cette étude basée sur les recherches de Veal,nous montre bien   les raisons de l’expédition allemande de 1938-39:retrouver l’ancienne civilisation …venue des Cieux! 

Squelette retrouvé fossilisé en Antartique.

 

 

 

La carte de Buache: une carte controversée montrant l’Antarctique sans glace

La version originale et la plus fréquemment rencontrée de la carte Buache, qui ne montre pas l’Antarctique.

 

La carte de Buache est une carte du 18ème siècle qui prétend généralement dépeindre avec précision le continent de l’Antarctique avant qu’il ne soit enseveli sous la glace. Par extension, il a été prétendu que cette carte était la preuve qu’une civilisation ancienne avait cartographié l’Antarctique alors qu’elle n’était pas couverte de glace, et que c’est à partir de cette source que la carte de Buache a été dessinée. Cependant, il existe des arguments contre cette interprétation de la carte de Buache et l’affirmation selon laquelle le continent antarctique était connu d’une civilisation ancienne hautement avancée bien avant qu’il ne soit « redécouvert » par l’homme moderne au début du XIXe siècle. .    

Philippe Buache

La carte de Buache a été dessinée par un géographe français sous le nom de Philippe Buache de la Neuville, d’où son nom. Le titre complet de cette carte est cependant  » Carte des Terres Australes comprend entre le Tropique du Capricorne et le Pôle Antarctique où il est possible de découvrir de nouvelles découvertes faites en 1739 au Sud du Cap de Bonne Espérance » , ce qui se traduit par En anglais comme « Carte des terres du sud comprise entre le tropique du Capricorne et le pôle Antarctique, où les nouvelles découvertes faites en 1739 au sud du cap de Bonne-Espérance peuvent être vues ». Bien que la carte de Buache ait souvent été publié en 1737, la date de publication sur la carte elle-même est fixée au 3 septembre 1739.

Philippe Buache, Carte de l’Océan vers Afrique du Sud et Amérique … Paris, 1737. Carte gravée sur cuivre (63,5 x 48,3 cm)

L’homme derrière la carte, Philippe Buache de la Neuville, était un cartographe et un éditeur de cartes, ainsi que «le plus grand géographe théorique de sa génération». Buache a commencé sa carrière en tant qu’assistant d’atelier et apprenti de Guillaume de L’Isle, lui-même un cartographe important et prolifique.

À la mort de de L’Isle en 1726, sa maison d’édition est rachetée par Buache, qui a également épousé la fille de son mentor pour qu’il fasse partie de la famille. En 1729, Buache fut nommé Premier ministre géographe du roi , ce qui se traduisit par «premier / premier géographe du roi». L’année suivante, Buache entra à l’ Académie des sciences en tant que successeur de Guillaume de L’Isle.

Dessin de Philippe Buache.

 

 

Buache était un pionnier d’une nouvelle forme de géographie théorique. Bien que le nouveau système de Buache soit «défectueux dans de nombreux cas», il a néanmoins «grandement contribué au progrès de cette science et l’a popularisé».

Buache aurait eu recours à «la connaissance géographique, à la recherche scientifique, aux journaux des explorateurs et des missionnaires contemporains et à l’observation astronomique directe». Il en déduit un certain nombre de points. Une des déductions faites par Buache qui se révéla être vraie, par exemple, fut l’existence de l’Alaska et du détroit de Béring. Néanmoins, toutes les spéculations de Buache n’étaient pas vraies. L’existence d’une mer Antarctique centrale en est un exemple.

Carte des légendes de Buache

En revenant à la carte de Buache, il a été suggéré que celle-ci «représente avec précision la topographie sous-glaciaire» de l’Antarctique, une revendication qui aurait ses origines dans le livre de Charles Hapgood en 1966, Maps of the Sea Sea Ancient . Il a également été suggéré que Buache utilisait une carte / des cartes qui étaient / avaient été réalisées par une civilisation ancienne hautement développée ou même par des « cartographes extraterrestres ».

Cartes des anciens Sea King: preuve d’une civilisation avancée à l’ère glaciaire.

Un argument contre cette interprétation est le fait que personne ne sait exactement à quoi ressemble réellement la topographie de l’Antarctique sous-glaciaire. À l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen de juger de la véracité de l’affirmation selon laquelle la carte de Buache fournit une représentation exacte du littoral antarctique sous-glaciaire. En outre, il a également été souligné qu’il existe de nombreuses différences entre la carte de Buache et la carte de Piri Re’is, une autre carte censée illustrer la topographie d’un Antarctique sans glace.

Les légendes françaises qui couvrent la carte de Buache fournissent également un indice sur la manière dont la carte peut être lue et comprise. Par exemple, les mots conjecturée  (conjecturé) et  soupçonnée (suspectée) se trouvent sur des parties du continent sud, ce qui indique que cette masse terrestre n’a pas été copié de quelque ancienne carte, mais était une hypothèse par Buache.

De plus, les écrits sur le côté de la carte indiquent que l’explorateur français Jean-Baptiste Charles Bouvet de Lozier a déclaré avoir vu de nombreux icebergs lors de son voyage vers le sud. Par conséquent, Buache a supposé que les icebergs venaient de quelque part dans le sud.

Carte du monde 1753 du cartographe français Philippe Buache.

Enfin, il existe deux versions de la carte de Buache, la première est présentée sans cette masse continentale spéculée, tandis que la seconde illustre l’hypothèse de l’Antarctique. Le premier est dit être plus commun, et pourrait avoir été une version antérieure de l’hypothèse de Buache, alors que le dernier est pensé pour incorporer les pensées plus tardives de Buache sur le sujet. Alternativement, il a été suggéré que la carte de Buache avec l’Antarctique ait été émise frauduleusement par un autre cartographe, voire même être un faux moderne.

 

 

 

 

 

 

La glace de l’Antarctique fond plus vite que jamais

La fonte annuelle des glaces en Antarctique est plus rapide que jamais, environ six fois plus qu’il y a quarante ans, ce qui entraîne une hausse de plus en plus importante du niveau des océans, ont prévenu lundi des scientifiques.

L’amoindrissement des glaces du Continent Blanc est responsable d’une montée de 1,4 centimètre du niveau des océans de la planète entre 1979 et 2017, selon un rapport des Compte-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

Et le rythme de fonte anticipé devrait entraîner une élévation désastreuse de ce niveau dans les prochaines années, a relevé Eric Rignot, président de la chaire de système scientifique de la Terre à l’université de Californie (Irvine).

« Avec la calotte antarctique qui continue de fondre, nous prévoyons une hausse du niveau des océans de plusieurs mètres à cause de l’Antarctique dans les prochains siècles », a-t-il ajouté.

Selon des études précédentes, une montée de 1,8 mètre d’ici 2100 –l’une des pires prévisions scientifiques– provoquerait l’inondation de nombreuses villes côtières abritant des millions de personnes dans le monde.

Pour cette nouvelle étude, dont les conclusions sont publiées lundi, les chercheurs ont mené la plus longue évaluation de la masse des glaces dans dix-huit régions de l’Antarctique.

Ils ont utilisé des données fournies par des photographies aériennes en haute résolution prises par des avions de la Nasa, ainsi que des images radar provenant de satellites de multiples agences spatiales.

Elles ont permis de déterminer qu’entre 1979 et 1990, l’Antarctique avait perdu en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an. A partir de 2009 et jusqu’en 2017, c’est passé à 252 milliards de tonnes chaque année.

Plus inquiétant encore, les scientifiques ont repéré des zones dans l’Est, autrefois considérées comme relativement « à l’abri du changement », mais qui perdent désormais beaucoup de glace.

La baie de Vincennes borde la terre de Wilkes à l’est de l’Antarctique, le 11 janvier 2008

« La région de la terre de Wilkes dans l’Est de l’Antarctique a, globalement, contribué de façon importante à la perte de masse même en remontant jusqu’aux années 1980 », a expliqué M. Rignot.

« Cette région est probablement beaucoup plus sensible au climat que ce qui était traditionnellement présumé et c’est important de le savoir parce qu’elle a davantage de glace que l’Antarctique de l’Ouest et la péninsule Antarctique réunies », a-t-il poursuivi.

Selon lui, le réchauffement de l’eau des océans va accélérer encore plus la fonte des glaces.

Leur température, ont démontré de récentes études, se réchauffe plus rapidement que ce que pensaient les scientifiques et ont atteint des records ces dernières années.

Dans un article antérieur,j’avais donné des informations sur un lac de lave découvert sous la banquise…

 

 

Une forêt fossilisée vieille de 280 millions d’années a été découverte en Antarctique

 

Il fut un temps où la glace ne dominait pas l’Antarctique : des chercheurs américains viennent en effet de trouver les restes d’une forêt vieille de 280 millions d’années sur le continent austral.

L’Antarctique n’a pas toujours été une terre de glace. Des scientifiques de l’université du Wisconsin à Milwaukee ont en effet découvert les vestiges d’une flore impressionnante en plein cœur du continent blanc. Des fossiles qui dateraient de plus de 280 millions d’années. 

Il y a 252 millions d’années, l’extinction Permien-Trias a bouleversé l’état de la planète. L’émission massive de gaz à effet de serre par les volcans a entraîné une augmentation brutale des températures, donc un changement des climats terrestres, et a considérablement acidifié les océans. Ainsi, plus de 95% des espèces présentes sur Terre à l’époque ont disparu.

Le paléoécologiste Erik Gulbranson et son équipe de chercheurs se sont donc rendus en Antarctique pour observer les effets de cette extinction sur la nature des continents. Au cours de leurs explorations, ils ont fini par trouver les fossiles d’une forêt datant d’avant ce bouleversement.

Une immense forêt fossilisée a été découverte. Une souche d’arbre vieille de 280 millions d’années est encore attachée à ses racines antarctiques. Les plantes se sont développées sur ce qui est aujourd’hui le continent le plus froid, il y a 400 millions à 14 millions d’années. Comprendre les anciennes forêts polaires pourrait aider les chercheurs à élaborer des prévisions sur la façon dont les arbres réagiront lorsque le changement climatique provoqué par l’homme réchauffera le globe.

 

Avant cette extinction, le genre de plantes dominant en Antarctique était les Glossopteris, explique Erik Gulbranson . Éteinte depuis, cette espèce pouvait mesurer de 20 à 40 mètres de haut et était présente massivement dans l’hémisphère Sud. À cette époque, les forêts n’étaient donc pas très diversifiées en terme de faune, et chacune des espèces avait un rôle bien particulier à jouer dans la survie des autres. Le chercheur se demande donc pourquoi ces plantes robustes n’ont pas survécu à l’extinction. 

Cette découverte est très importante, puisqu’il s’agit là d’un « moyen de voir l’avant, le pendant et l’après-extinction », explique Erik Gulbranson. Ces 13 restes d’arbres fossilisés pourraient donc permettre d’avoir une idée un peu plus précise des conséquences de l’extinction et de leur chronologie.

Erik Gulbranson et son équipe de chercheurs ont retournés en Antarctique de la fin du mois de novembre à janvier 2018 pour continuer leurs travaux et « mieux comprendre comment les gazs à effet de serre et les changements climatiques ont pu affecter la vie sur Terre ».


LES RECHERCHES DE GULBRANSON

La façon dont ils ont passé l’hiver dans l’obscurité et le froid est l’une des questions auxquelles ces fossiles pourraient répondre. Une autre est la façon dont ces arbres et plantes auraient pu basculer entre les modes été et hiver si rapidement avec les conditions changeantes.

Des recherches antérieures ont montré que des arbres à feuilles persistantes et à feuilles caduques étaient disséminés sur les bords de l’Antarctique il ya des centaines de millions d’années.

Il est également probable que le feuillage était moins diversifié que dans les forêts d’aujourd’hui, différents types de plantes ayant des fonctions différentes dans la survie globale de l’écosystème.

L’équipe n’a pas encore publié les résultats de ses découvertes, mais 13 fragments fossiles d’arbres ont été récupérés jusqu’à présent. Avec les roches qui entourent ces fragments, ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur les écosystèmes du passé lointain et sur ce qui aurait pu effacer toute cette vie.

« Cette forêt est un aperçu de la vie avant l’extinction, ce qui peut nous aider à comprendre ce qui a causé l’événement », a déclaré Gulbranson .

Chaque voyage dans les friches glacées a le potentiel de découvrir quelque chose de nouveau, que ce soit des vestiges d’un passé préhistorique ou des preuves que des espèces inconnues pourraient prospérer à certains endroits sous la glace.

Des recherches et des expéditions supplémentaires sont prévues pour les mois à venir, et nous pourrons éventuellement découvrir des leçons importantes sur la manière dont notre planète réagira probablement au changement climatique que nous avons aujourd’hui.

« Le dossier géologique nous montre le début, le milieu et la fin des événements liés au changement climatique », déclare Gulbranson .

« Avec d’autres études, nous pourrons mieux comprendre comment les gaz à effet de serre et le changement climatique affectent la vie sur Terre. »


Antarctique: les palmiers prospéraient autrefois sur les côtes glacées d’il y a 52 millions d’années

Une armada d’icebergs dérivant au large des côtes de Wilkes Land en Antarctique.

Compte tenu de la hausse prévue des températures mondiales au cours des prochaines décennies, les climatologues s’intéressent particulièrement aux périodes chaudes qui se sont produites dans le passé géologique. La connaissance des épisodes passés de chaleur mondiale peut être utilisée pour mieux comprendre la relation entre le changement climatique, les variations du dioxyde de carbone atmosphérique et la réaction de la biosphère terrestre. Les scientifiques ont découvert une phase de réchauffement intense il y a environ 52 millions d’années dans des carottes prélevées sur le fond marin près de l’Antarctique, une région particulièrement importante dans la recherche sur le climat.

Tronc fossilisé trouvé en Antartique

L’étude publiée dans la revue Nature montre que la végétation tropicale, y compris les palmiers et les parents des baobabs tropicaux d’aujourd’hui, poussait sur la côte de l’Antarctique il y a 52 millions d’années. Ces résultats mettent en évidence le contraste extrême entre les conditions climatiques modernes et passées sur l’Antarctique et l’étendue de la chaleur mondiale pendant les périodes de niveaux élevés de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Il y a environ 52 millions d’années, la concentration de gaz à effet de serre (CO 2 ) dans l’atmosphère était deux fois plus élevée qu’aujourd’hui. « Si les émissions actuelles de CO 2 continuent sans relâche en raison de la combustion de combustibles fossiles, le CO 2les concentrations dans l’atmosphère, telles qu’elles existaient dans un passé lointain, devraient être atteintes d’ici quelques centaines d’années », explique le professeur Jörg Pross, paléoclimatologue à l’université de Goethe et membre du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat (BiK-F). ) à Francfort, en Allemagne. « En étudiant les périodes de réchauffement climatique naturel dans le passé géologique, notre connaissance des mécanismes et des processus du système climatique augmente. Cela contribue énormément à améliorer notre compréhension du réchauffement climatique induit par l’homme. « 

Les modèles informatiques indiquent que le réchauffement climatique futur sera particulièrement prononcé dans les régions de haute latitude, à savoir près des pôles. Jusqu’à présent, cependant, la manière dont les écosystèmes terrestres de l’Antarctique ont réagi dans le passé géologique à un climat de serre avec des concentrations élevées de CO 2 dans l’ atmosphère n’était pas claire .

Les scientifiques travaillant avec le Pr Pross ont analysé des échantillons de roche prélevés dans des carottes de forage au fond de la mer, au large de la côte de Wilkes Land, en Antarctique, dans le cadre du Programme intégré de forage océanique (IODP). Les échantillons de roches datent de 53 à 46 millions d’années et contiennent des pollens et des spores fossiles provenant de la région côtière de l’Antarctique. Les chercheurs ont ainsi pu reconstituer la végétation locale en Antarctique et, par conséquent, interpréter la présence de forêts tropicales tropicales et subtropicales couvrant la région côtière il y a 52 millions d’années.

Dans une région où la calotte antarctique borde l’océan Austral aujourd’hui, des plantes sensibles au gel et à la chaleur, telles que les palmiers et les ancêtres des baobabs d’aujourd’hui, ont prospéré il ya 52 millions d’années. Les évaluations des scientifiques montrent que les températures hivernales sur la côte de Wilkes Land en Antarctique étaient supérieures à 10 degrés Celsius à cette époque, malgré trois mois de nuit polaire. L’intérieur continental, cependant, était sensiblement plus frais, le climat favorisant la croissance des forêts pluviales tempérées caractérisées par des hêtres du sud et des arbres d’ Araucaria du type courant en Nouvelle-Zélande aujourd’hui. L’analyse des composés organiques produits par les bactéries du sol qui peuplent les sols le long de la côte antarctique fournit des preuves supplémentaires de températures extrêmement douces.

Glossopteris

Ces nouvelles découvertes en Antarctique impliquent également que la différence de température entre les basses latitudes et les hautes latitudes méridionales au cours de la phase de serre il y a 52 millions d’années était significativement plus petite qu’on ne le pensait. « La teneur en CO 2 de l’atmosphère, telle qu’elle est supposée pour cet intervalle de temps, ne suffit pas à elle seule à expliquer les conditions quasi tropicales de l’Antarctique », explique Pross. «Un autre facteur important était le transfert de chaleur par les courants océaniques chauds qui ont atteint l’Antarctique.» Lorsque le courant océanique chaud s’est effondré et que la côte antarctique a subi l’influence des courants océaniques plus froids, les forêts tropicales,

Source de l’histoire:

Matériel fourni par l’ institut de recherche Senckenberg et le musée d’histoire naturelle 

 

 

 

 

 

Alerte Antartique: le « glacier le plus dangereux au monde » est sur le point de céder

Déjà connu pour être un glacier dont la fonte est très rapide, le « glacier le plus dangereux du monde » pourrait bientôt s’effondrer et cela pourrait représenter une véritable catastrophe, selon des chercheurs américains et britanniques.

 

Le glacier Thwaites, situé sur l’inlandsis Ouest-Antarctique, fond à un rythme d’environ 40 centimètres par an – et une accélération de cette fonte a été confirmée en 2002. Très surveillé en raison de son potentiel à contribuer à l’élévation du niveau des mers, le glacier Thwaites a déjà participé à 4 % de la montée des eaux durant les 25 dernières années.

Cependant, il existe un autre risque éventuellement catastrophique et proche dans le temps, à savoir un effondrement du glacier. Des chercheurs américains et britanniques craignent que les eaux de l’océan se soient infiltrées sous le glacier. Or l’édifice, dont la taille est équivalente à celle de la Floride, pourrait commencer à glisser vers l’océan, comme l’explique la BBC.

Suivant les estimations, un effondrement du glacier dans l’océan causerait une montée des eaux à l’échelle mondiale comprise entre 80 cm et 3 mètres, menaçant de nombreuses îles et villes côtières. Selon un communiqué du Conseil britannique sur la recherche environnementale (NERC) publié le 30 avril 2018, l’effondrement du glacier Thwaites « pourrait avoir des répercussions importantes sur le niveau de la mer à l’échelle mondiale ». Cependant, si le glacier contribue déjà progressivement à la hausse du niveau de la mer, son effondrement pourrait « commencer au cours des prochaines décennies ou des prochains siècles », une estimation tout de même assez vague.

Face à ce qui représente une urgence, l’US National Science Foundation (NSF) et l’UK Natural Environment Research Council (NERC) ont scellé un partenariat afin de mettre sur pied la plus grande collaboration scientifique en Antarctique depuis des décennies. Une centaine de scientifiques du monde entier mesureront les taux de changement du volume et de la masse de la glace jusqu’à 1500 mètres de profondeur, grâce à des foreuses à jet d’eau. Le but ? Confirmer une bonne fois pour toutes l’hypothèse déjà formulée depuis quelque temps déjà : le glacier est fortement fragilisé par le réchauffement des eaux océaniques circulant en dessous.

Sources : Sciences et Avenir – UP Magazine

 

 

 

Un trou mystérieux plus grand que les Pays-Bas s’est ouvert au milieu de la glace antarctique

Un trou de la taille du Maine – ou plus grand que les Pays – Bas , selon la masse géographique qui signifie plus pour vous – s’est ouvert dans la mer de Weddell en Antarctique. Dans une couche de glace de mer autrement épaisse, encore gelée de l’hiver antarctique, le trou est une aberration scientifique.

Les scientifiques  ne sont pas sûrs de ce qui se passe sur et sous la glace de l’Antartique, mais ils en parlent tous .

«On dirait que vous venez de percer un trou dans la glace» , a déclaré à la carte mère de Vice le physicien atmosphérique Kent Moore de l’Université de Toronto .

Moore, avec le groupe d’observation et de modélisation du carbone et du climat dans l’océan Austral ( SOCCOM ) à Princeton, étudie le trou mystérieux qui s’est produit dans des images satellites vers le 9 septembre 2017.

Les scientifiques appellent des trous entourés de glace de mer  » polynyas. « National Geographic explique que les polynas sont créés lorsque les courants océaniques poussent l’eau chaude vers la surface, fondant la glace qui se trouve sur le dessus. Lorsque l’eau de surface entre en contact avec l’atmosphère antarctique, elle se refroidit et coule, puis se réchauffe et remonte vers la surface.

Cette polynie particulière apparue précédemment pour plusieurs saisons dans les années 1970. Le trou s’est ouvert à nouveau l’année dernière pour la première fois en quatre décennies, et réapparu, encore plus grand, le mois dernier.

En ce moment, expliquer pourquoi le trou s’est encore ouvert est un mystère. Moore dit qu’il serait « prématuré » de le connecter au changement climatique, bien que son équipe analyse les données pour mieux comprendre ce qui pourrait avoir causé cela.

« C’est maintenant la deuxième année consécutive qu’il est ouvert après 40 ans de ne pas être là », a déclaré Moore à Motherboard. « Nous essayons toujours de comprendre ce qui se passe. »

Mais Earther note qu’une autre équipe, du Centre Helmholtz pour la recherche océanographique à Kiel, en Allemagne, croit que sa réapparition confirme leurs modèles de variabilité climatique , ce qui suggère que la polynie pourrait se manifester à nouveau.

« Alors que de nombreux modèles climatiques ont tendance à produire une polynie océanique aussi large, la caractéristique a été considérée comme un pépin de modèle perturbateur par rapport à un vrai phénomène dans le passé », a déclaré à Earther Torge Martin, un météorologue et modélisateur du climat au Centre Helmholtz. « Sa récurrence soutient notre hypothèse … que le Weddell Polynya n’était pas un événement ponctuel, mais il a  peut-être survenu régulièrement dans le passé ».

La nouvelle du trou se rapproche d’autres indications de changement majeur en Antarctique. Il y a quelques semaines, un iceberg de plus de deux fois la taille de Pariss’est détaché du glacier Pine Island en Antarctique de l’Ouest, au même endroit que deux autres grands événements de détachement de glace ont eu lieu ces dernières années. Et cette semaine, un nouvel article publié dans Geophysical Research Letters a révélé que le réchauffement des océans minait considérablement l’intégrité d’une importante plate-forme de glace flottante dans l’Antarctique de l’Ouest. L’eau chaude sculpte ce que le journaliste du Washington Post Chris Mooney a appelé un «énorme canyon à l’envers» dans la calotte glaciaire par le bas. Le canyon coupe presque à mi-chemin à travers la plate-forme de glace de Dotson.

Le statut de la plate-forme de glace n’a pas d’impact direct sur l’élévation du niveau de la mer puisqu’il flotte et déplace donc déjà autant d’eau qu’il le ferait s’il était liquide. Mais sa stabilité est d’une importance critique; comme d’autres tablettes de glace flottantes, Dotson empêche les grands glaciers de glisser dans la mer, ce qui affecterait certainement le niveau de la mer.

 

EN CONCLUSION

Cette découverte majeure survient quelques semaines après celle de 51 nouveaux volcans sous la calotte glaciaire antartique,les mesures montrant une importante émanation d’énergie en provenance de l’ancien site de Neue Schwabenland,la découverte d’une troisième pyramide sous la glace et,en  plus,celle de structures non naturelles sous  la banquise antartique  laissant supposer que nous serions en face des ruines d’une très ancienne civilisation.

Aussi j’ai le grand pressentiment (pour ne pas dire:la certitude) que le sort futur de l’humanité repose sur les découvertes que nous allons faire en Antartique…particulièrement sur les anciennes bases secrètes allemandes.

Oui,nous allons retourner à Neue Schwabenland et j’en fait le serment,au nom des Défenseurs de la Terre!

Si vous acceptez de nous aider,nous allons créer une fondation pour financer cette expédition et nous aurons besoins de l’aide de tous!

 

Supportez notre site et notre future expédition en Antartique

Aidez-nous car nous apportons l’espoir de l’Ère Nouvelle

Nous allons avoir plusieurs nouveaux collaborateurs sur mon site car nous avons de grands projets. Nous aurons besoins de toute somme d'argent et nous accepterons mêmes les plus petites donations ($1 can ou US,1 euro ou toute petite dénomination de votre pays). Prochainement,nous allons créer une fondation afin d'amasser des sommes d'argent dans le but d'organiser une expédition scientifique ...en Antartique,vers les anciennes bases secrètes allemandes. Vous pôurrez acheter plus de deux articles sur notre site. Merci de nous supporter. Nous vous donnerons aussi une adresse pour nous faire parvenir tout article pouvant nous aider et aider d'autres oeuvres de charités ultérieurement. Donnez-nous vos suggestions s'il-vous-plait! Michel Duchaine et Enrich von Echman, Défenseurs de la Terre

C$1,00

Des vagues mystérieuses d’énergie sortent de l’Antarctique

Pour la troisième fois consécutive, une myométrique anomalie des micro-ondes a été détectée par MIMIC (Morphed Integrated Microwave Imagery au CIMSS) venant de la région de l’Antarctique.

L’anomalie de la première vague a été détectée le 2 avril 2017 (photo ci-dessous):

 

 

La deuxième vague s’est produite le 15 mai 2017:

 

Et le 26 mai 2017, MIMIC a attrapé une troisième vague mystérieuse émergeant de cette région.

 

Si vous faites une ligne vers le bas en Antarctique, le chemin de l’anomalie des vagues traverse la mystérieuse station Princess Elisabeth, située à la base des structures pyramidales.

 

 

Étrangement,les allemands avaient établi une base secrète sur place:Neue Schwabenland!

 

Cela nous permet de deviner si les anomalies des vagues proviennent de cette station ou d’une source inconnue près de la station. Mais une chose est sûre, quelque chose dans ce domaine crée cette anomalie à laquelle ils sortent dans l’océan Pacifique.

Plus précis, cette anomalie est dirigée directement ou à proximité de Cascadia Subduction Zone. Bien que The Cascadia Subduction Zone n’ait pas produit un tremblement de terre depuis 1700, il augmente la pression lorsque la plaque Juan de Fuca diminue sous la plaque nord-américaine.

Les scientifiques prédisent qu’il y a environ 40 p. 100 de chance qu’un tremblement de terre de mégawatte de 9,0 + d’amplitude dans cette zone de défaut se produise dans les années à venir.

…et c’est tout près des pyramides ensevelies sous la neige!

Actuellement, il n’y a pas de preuve, mais il semble que quelqu’un ou quelque chose  en Antarctique manipule ou modifie la météo dans la région de l’océan Pacifique pour quelque raison que ce soit.

Ceci ,juste au moment ou  des scientifiques viennent de trouver un mur entre l’Australie et l’Antartique!(Voir notre article récent sur le mur…)

La vidéo ci-dessous montre la dernière anomalie vague prise le 26 mai 2017