Les marxistes de Black Lives Matter rejouent encore le scénario bien rôdé

 

Kenosha et Jacob Blake, retenez ces noms. Bientôt ils risquent d’être aussi connus que ceux de Minneapolis et de George Floyd. Le même scénario est joué par les marxistes de Black Lives Matter: les policiers blancs, une “victime” noire, des émeutes qui mettent le pays à feu et à sang.

Les voitures brûlés par Black Lives Matter
Les voitures brûlés par Black Lives Matter

Les émeutes ont éclaté après qu’un Noir a reçu plusieurs balles dans le dos alors que la police essayait de l’empêcher de monter dans sa voiture dimanche après-midi. La victime, identifiée comme étant Jacob Blake, âgé de 29 ans, a été transportée par avion à l’hôpital dans un état grave.

La version larmoyante de l’incident, propagée par les médias, affirme que l’homme avait essayé de mettre fin à une dispute entre deux femmes. C’est alors que les policiers l’avaient tasé et lui ont tiré dans le dos. On ne sait rien de la version des policiers.

Pendant deux nuits consécutives, les émeutiers ont retourné la ville de Kenosha, dans le Wisconsin, en incendiant des bâtiments et en affrontant les forces de l’ordre.

Au mépris du couvre-feu de 20 heures, la foule a incendié un magasin de meubles, un bâtiment qui abrite le département correctionnel du Wisconsin et des dizaines de voitures chez un concessionnaire local.

Plus tôt dans la nuit, des manifestants ont affronté la police en tenue antiémeute devant le palais de justice du comté de Kenosha.

Des images mises en ligne ont montré des manifestants en train de jeter des objets, y compris des bouteilles, sur la police qui a utilisé des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule.

Les images impressionnantes qui circulent sur les réseaux sociaux montrent des voitures calcinées, des commerces incendiées, ainsi qu’un assaut contre le poste de police local, lorsque les émeutiers allumaient des feux.

Les vidéos des troubles postées sur les réseaux sociaux montrent des manifestants essayant de défoncer des fenêtres du quartier général de la police locale. On y voit un policier tomber au sol après avoir été reçu une brique sur la tête, tandis que les manifestants mettent le feu à des camions et bennes à ordures.

Une photo montre un commerce vandalisé dans la petite ville, et une autre montre une femme debout à côté d’une voiture incendiée tenant un panneau sur lequel on peut lire “Dieu + Loi + Ordre”, avec un drapeau américain et une église visible à l’arrière-plan.

Les protestations ont été déclenchées après qu’une vidéo virale ait montré un policier blanc tirant plusieurs fois dans le dos de Blake alors qu’il cherchait à monter dans son véhicule le dimanche.

Voici d’ailleurs la fameuse vidéo sauvegardée sur notre site:

 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

LA MENACE COMMUNISTE DE BLACK LIVES MATTER

Aura-t-on le droit à un remake de “l’affaire George Floyd” qui depuis des mois sert de prétexte aux émeutiers gauchistes pour mettre le feu à l’Amérique? Une vidéo mise en ligne dimanche montre des policiers de Kenosha, dans le Wisconsin, en train de tirer sur un homme noir alors qu’il monte dans une voiture.

Les images qui circulent sur les réseaux sociaux montrent deux policiers armés qui suivent un homme alors qu’il se dirige vers une camionnette grise et ouvre la porte du côté conducteur.

L’un des policiers l’attrape alors par l’arrière de son débardeur et semble le descendre à bout portant. On entend des coups de feu, suivis d’un bruit de klaxon de voiture et de cris de badauds.

Le département de la police de Kenosha a déclaré dans un communiqué que les policiers intervenaient sur un incident domestique vers 17h10 alors qu’ils étaient “impliqués dans une fusillade impliquant un policier“.

La victime, identifiée comme étant Jacob Blake, un Noir âgé de 29 ans, a été transportée par avion à l’hôpital dans un état grave.

La version larmoyante de l’incident est déjà propagée par les médias. Un membre de la famille de la victime a déclaré que les enfants de Blake étaient dans le véhicule lorsque les policiers ont tiré.

Les médias rapportent aussi quelques témoignages selon lesquels l’homme avait essayé de mettre fin à une dispute entre deux femmes. Ils ont dit que les flics l’avaient tasé et qu’ils avaient entendu sept coups de feu retentir. On ne sait rien de la version des policiers.

Une foule s’est rassemblée sur le lieu de la fusillade plus tard dimanche et une  émeute rituelle a été déclenché avec des personnes qui ont vandalisé des voitures et cassé des fenêtres.

Le gouverneur gauchiste du Wisconsin, Tony Evers, a fait une déclaration dimanche soir en faveur de la victime et contre la police. “Jacob Blake a été touché de plusieurs balles dans le dos, en plein jour“, a tweeté Evers. “Nous nous joignons à sa famille, ses amis et ses voisins en espérant sincèrement qu’il ne succombera pas à ses blessures.”

Le gouverneur en a profité pour exprimer son allégeance au mouvement Black Lives Matter et a appelé à la responsabilité alors que les troubles commençaient à secouer Kenosha.

Nous sommes aux côtés de tous ceux qui ont réclamé et continuent de réclamer la justice, l’équité et la responsabilité pour les vies noires dans notre pays, comme celles de George Floyd, de Breonna Taylor, de Tony Robinson, de Dontre Hamilton, d’Ernest Lacy et de Sylville Smith“, a-t-il écrit.

Dans les jours à venir, nous ne demanderons que cela aux élus de notre État qui n’ont pas reconnu le racisme dans notre État et notre pays depuis bien trop longtemps“, a-t-il écrit. Une lâche tentative de profiter d’une tragédie pour faire du chantage moral à ses adversaires politiques qui tiennent bon contre l’agenda marxiste du mouvement subversif BLM.


la famille de Jacob Blake appelle à des manifestations pacifiques

Le père de Jacob Blake lors d’une conférence de presse à Kenosha

« Ils ont tiré sur mon fils sept fois, sept fois, comme s’il n’avait pas d’importance », a déclaré le père de Blake, également nommé Jacob Blake. « Mais mon fils compte. C’est un être humain et il compte. »

Le père de la victime, accompagné des avocats de la famille, s’est exprimé mardi sur le drame vécu par la famille et a appelé à des manifestations pacifiques.

Il a ainsi rejoint le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, qui fait l’objet de pressions de la part des républicains pour sa gestion des troubles après la fusillade.

«Nous ne pouvons pas permettre au cycle du racisme systémique et de l’injustice de se poursuivre», a-t-il déclaré. «Nous ne pouvons pas non plus continuer sur cette voie de dégâts et de destruction», a-t-il ajouté.

Un camion municipal a été incendié par les émeutiers la nuit du lundi à mardi

La situation est toujours tendue à Kenosha, qui a connu deux nuits d’affrontements après que la police a tiré plusieurs coups de feu dans le dos de Jacob Blake, un Afro-Américain de 29 ans, qui est actuellement paralysé à partir de la taille.

L’avocat de la famille, Ben Crump, a déclaré mardi qu’il « faudrait un miracle » pour que Jacob Blake, père de six enfants, marche à nouveau.

Un autre avocat de la famille a annoncé qu’une action civile allait être intentée contre le service de police pour la fusillade.

De son côté, la police n’a pas donné de détails sur ce qui s’est passé hormis le fait qu’elle a répondu à un appel faisant état d’un conflit familial.

Pour sa part, le ministère de la Justice du Wisconsin enquête sur les circonstances de la fusillade.

Transporté d’urgence à l’hôpital dimanche, Jacob Blake se trouve dans un état stable après avoir subi une intervention chirurgicale.

Après George Floyd, Jacob Blake

La nouvelle apparente bavure policière est survenue environ trois mois après la mort de George Floyd, un Noir âgé de 46 ans, lors de son arrestation par la police de Minneapolis, provoquant de vastes manifestations contre les violences policières et les discriminations raciales aux États-Unis.

L’incident survenu dimanche a ainsi ravivé des braises encore fumantes. En raison des débordements, un couvre-feu avait été décrété à partir de 20 h pour la nuit de lundi à mardi, à Kenosha, une ville située sur la rive du lac Michigan, à 65 km au sud de Milwaukee.

 

Des bâtiments gouvernementaux, des boutiques et une partie de l’inventaire de concessionnaires automobiles ont été incendiés

Une heure après son entrée en vigueur, peu après la tombée de la nuit, les manifestants – présents en grand nombre – ont été la cible de tirs de gaz lacrymogène. Les policiers ont aussi eu recours aux balles de caoutchouc.

Les protestataires ont répliqué en leur lançant des bouteilles et quelques feux d’artifice. «Pas de justice, pas de paix!» scandaient environ un millier de manifestants rassemblés devant le tribunal.

Un peu plus tard, plusieurs camions de la Garde nationale ont été aperçus près du centre-ville, à proximité du tribunal et du bâtiment de la sûreté publique.

Plusieurs immeubles ont néanmoins été incendiés, particulièrement dans un secteur commercial où la majorité des entrepreneurs sont noirs. Des bâtiments gouvernementaux et des concessionnaires automobiles ont aussi été la proie des flammes.

Au moins un homme a été blessé à la tête.

Des manifestants ont de nouveau confronté les policiers lundi soir.

Des renforts pour la police locale

Les autorités du comté de Kenosha ont indiqué mardi avoir réclamé l’assistance des corps de police fédéraux, comme le US Marshals Service.

«Notre ville a pratiquement été réduite en cendres, immeuble après immeuble», a déploré Zach Rodriguez, un des superviseurs du comté. «Assez, c’est assez.»

Lundi, le gouverneur Tony Evers avait demandé le déploiement de 125 soldats de la Garde nationale afin de soutenir les forces de l’ordre locales. Le démocrate a toutefois dénoncé un recours excessif à la force lors de l’intervention policière de dimanche.

Son adjoint Mandela Barnes, un Afro-Américain, a estimé que le drame n’était «pas un accident […] ni une bavure. C’est une violence ordinaire pour beaucoup d’entre nous».

M. Evers a également décrété pour la semaine prochaine la tenue d’une session parlementaire extraordinaire pour se pencher sur d’éventuelles mesures touchant «la responsabilité et la transparence» des policiers.

Le candidat démocrate se saisit de l’affaire

Le candidat démocrate à l’élection présidentielle, Joe Biden, a pour sa part réclamé «une enquête immédiate, poussée et transparente et que les policiers répondent de leurs actes».

M. Biden a accompagné son message du mot «Assez» sur fond noir.

La police de Kenosha a quant à elle appelé la population à ne pas sauter aux conclusions «jusqu’à ce que l’ensemble des faits soient connus».

Des dizaines de manifestants ont demandé l’arrestation des policiers impliqués dans la fusillade

Une vidéo qui alimente la colère

D’après l’avocat de la famille, Ben Crump, le jeune homme avait tenté précédemment de s’interposer dans une dispute entre deux femmes.

«Alors qu’il s’éloignait pour aller voir ses enfants, la police a tiré à bout portant dans son dos», a affirmé dans un communiqué l’avocat qui représente aussi la famille de George Floyd.

«Les trois fils de M. Blake étaient juste à côté et ont vu la police tirer sur leur père», a-t-il ajouté, précisant qu’ils se trouvaient à moins d’un mètre de lui, dans la voiture familiale. Âgés de 3, 5 et 8 ans, «ils seront traumatisés à vie», selon l’avocat.

Une vidéo filmée par un témoin montre Jacob Blake marcher vers le côté conducteur d’un VUS gris, suivi par deux agents de police pointant leurs armes dans son dos. Sept coups de feu sont entendus lorsque M. Blake, qui semble être non armé, ouvre la portière avant du véhicule.

Les images, tournées avec un téléphone portable, sont vite devenues virales.

On ignore si les officiers ont vu quelque chose à l’intérieur du véhicule qui pourrait expliquer leur geste et si un seul ou les deux policiers ont fait usage de leurs armes.

Les policiers ont été placés en congé administratif le temps de l’enquête, a indiqué lundi le département de la Justice du Wisconsin.

Colère dans le pays

La colère a également gagné d’autres villes américaines. À Minneapolis, où George Floyd a été tué, des manifestants ont brûlé un drapeau américain.

De très nombreuses manifestations ont eu lieu partout dans tous les États-Unis, dans les derniers mois, pour dénoncer la discrimination raciale au sein des forces policières.

Environ 200 personnes, certaines le poing levé, ont aussi défilé à New York en criant le nom de Jacob Blake. Parmi elles, Camilla Spielman, 24 ans, déterminée à ne pas laisser la police «continuer à agir ainsi».

«C’est tellement accablant. Tirer à bout portant dans le dos de quelqu’un qui n’a rien fait du tout. On ne peut pas laisser passer ça», a dénoncé la jeune femme.

Des émeutes ont aussi éclaté à Portland et à Seattle.

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Renverser la statue de la liberté

Au cours des dernières semaines, un certain nombre de statues publiques aux États-Unis (et un certain nombre en Europe) ont été défigurées et renversées. Les personnages historiques qui ont servi à définir l’Amérique sont en train d’être effacés de la mémoire publique. Des statues de Christophe Colomb (alias Cristobal Colón) ont été renversées à Boston, Richmond et St Paul. Des statues de Thomas Jefferson et de George Washington ont été renversées en Oregon. À New York, des fonctionnaires ont approuvé le déplacement d’une statue de Teddy Roosevelt, qui était un homme brillant, une figure très impressionnante et le président américain le plus populaire de tous les temps. Tous ces personnages historiques sont accusés de divers péchés, au premier rang desquels celui d’être des hommes blancs, et donc par définition racistes et misogynes – une accusation qui est, en soi, purement raciste et sexiste.

On prétend qu’il existe deux types de racisme/sexisme. Celui dont les hommes blancs sont accusés est une abomination, tandis que celui pratiqué par les victimes supposées du racisme/sexisme des hommes blancs est bon et approprié. Il est clair qu’il y a deux poids, deux mesures et l’application d’un double standard est automatiquement une injustice qui doit être réparée. C’est un principe qui, s’il est sacrifié au nom de l’opportunisme politique, conduit inévitablement à l’effondrement politique et à la guerre civile.
Ce qui est en jeu, c’est le principe de la démocratie – dans ce cas, la démocratie majoritaire, qui est celle à laquelle les États-Unis ont aspiré, dans laquelle la majorité des électeurs prennent des décisions contraignantes au nom de toute la population. Il y a aussi la démocratie de consensus, qui fonctionne pour de petits groupes (jusqu’au nombre de Dunbar cad 150 participants) mais pas pour les grandes nations. Et puis il y a la démocratie autoritaire, qui a été populaire auprès des fascistes, de Napoléon Bonaparte, de Joseph Staline et de divers autres dictateurs, et qui a fourni une feuille de vigne du consensus public (imposé) pour leur agression directe contre leurs propres populations. C’est la tendance actuelle aux États-Unis, où l’autoritarisme est le fait de l’establishment du parti Démocrate, des médias , des départements de sciences humaines des universités, des sociétés Internet telles que Facebook et Twitter, et de l’oligarchie financière qui finance et contrôle tout ce qui précède.
Admettre que la démocratie autoritaire n’est qu’un simple placage de propagande sur la réalité de l’autoritarisme élitiste, c’est aussi admettre que l’objectif est la démocratie majoritaire et que, dans une démocratie majoritaire, les minorités ont le choix entre l’intégration et l’exclusion. Pour les minorités qui n’aiment aucun de ces choix, il en existe deux autres : l’extermination et l’expulsion. Cela peut sembler dur, mais c’est ce que la démocratie majoritaire a de mieux à offrir.
La photo culte de la fin du film « La planète des Singes » annonce cet événement marquant de la fin de la liberté en Amérique!
Au cours de leur histoire, les États-Unis ont montré que l’intégration était tout à fait réalisable : les Anglais et les Écossais ont été intégrés automatiquement, puisqu’ils formaient la base ethnique et linguistique du super-ethnos américain. Les Européens du Nord se sont intégrés plus ou moins facilement, et la majorité des Américains blancs sont maintenant d’origine allemande. Les Irlandais, les Européens du Sud et les Européens de l’Est se sont intégrés après quelques difficultés. Diverses autres minorités ethniques ont également trouvé des moyens de s’intégrer.
Ce succès a été en grande partie annulé par les Afro-Américains, en particulier les descendants d’esclaves. À cet égard, les politiques publiques sont passées de l’esclavage à l’exclusion, en passant par la ségrégation, puis par des tentatives timides d’intégration et enfin par un cul-de-sac en matière de développement, où les femmes noires sont payées pour avoir des enfants en l’absence d’hommes noirs, alors que les hommes sont largement exclus de la vie économique et familiale. Ce processus a donné naissance à une sous-culture de ghetto vulgaire, dégénérée et violente, qui s’oppose aujourd’hui violemment à la majorité. Alors que d’autres groupes minoritaires revendiquant le statut de victime ont rejoint la mêlée, il a fourni une grande partie de la passion derrière le retrait des statues.
Il semble donc de plus en plus probable que, dans la plus épique des tentatives de profanation qui ait été faite jusqu’à présent, les portraits de quatre présidents américains gravés sur le Mont Rushmore dans les Black Hills du Dakota du Sud seront retirés. La zone est sacrée pour la tribu Lakota qui revendique cette terre comme la sienne. La sculpture en granit de 60 pieds de haut représentant quatre hommes blancs, oppresseurs colonialistes, est odieuse pour eux et pour tous ceux qui souhaitent faire cause commune avec eux. Leur enlèvement reflétera parfaitement l’explosion des bouddhas géants du VIe siècle de Bamiyan, en Afghanistan, par les Talibans en mars 2001, que le monde entier a condamné comme un acte de barbarie extrême.
Compte tenu de ces événements, une autre sculpture publique massive vient à l’esprit, qui devrait également être retirée. La Statue de la Liberté, qui était un cadeau de la France aux États-Unis et qui orne le port de New York depuis 1886, ne correspond manifestement plus aux valeurs actuellement défendues par les États-Unis et devrait donc être démantelée et renvoyée en France .
Exprimé dans les termes les plus simples possibles, le terme « liberté » incarne l’idée que l’on est libre d’agir à sa guise sans porter atteinte aux droits d’autrui. La liberté d’expression est à la base du concept de liberté, et pour exister réellement, elle doit englober la capacité d’insulter, d’offenser et d’embarrasser tous ceux qui, à son avis, méritent largement un tel traitement. Il y a souvent des limites aux propos incendiaires, et on peut souvent faire valoir que les personnes particulièrement vulnérables, comme les enfants, les personnes âgées et les malades mentaux, doivent être protégées contre les préjudices émotionnels, et que les propos incendiaires ou diffamatoires peuvent être correctement interdits. En dehors de ces cas exceptionnels, toute expression de fait ou d’opinion doit être autorisée ; dans le cas contraire, on peut dire que la Statue de la Liberté n’a plus de domicile dans le port de New York.
Le puissant emblème de la ville de New York
La Statue de la Liberté, en tant que symbole, peut peut-être être utilisée pour inverser ce glissement vers la démocratie autoritaire fasciste en faisant pression pour son retrait selon ce raisonnement. Pour vérifier si la liberté existe toujours aux États-Unis, essayez de porter un visage noir en public, d’utiliser le mot en « n » [négro, NdT] tout en étant blanc, d’utiliser le mot « sodomites » pour décrire les non-hétérosexuels, « uppity women » [prétentieuse, NdT] pour décrire les féministes, etc.
Toutes ces pratiques peuvent être considérées comme offensantes et de mauvais goût, ce qui en fait de véritables cas d’école pour la défense de la liberté. Peu de gens ont la capacité d’être doux, polis et inoffensifs tout en parvenant à exercer leur droit d’insulter, d’offenser et d’embarrasser toute personne qu’ils n’aiment pas. Il y a un choix à faire : soit les Américains doivent à nouveau permettre l’exercice de la liberté d’expression sous toutes ses formes, peu importe qui en est offensé, soit, en bonne conscience, ils doivent consentir à la suppression de la statue de la liberté parce qu’elle n’est plus conforme à leurs valeurs. Un peuple qui se contente de suivre attentivement les ordres pour choisir les mots à utiliser et les pensées à penser n’a pas besoin d’un tel symbole.
À moins que la liberté ne fasse un retour aux États-Unis, le monde sera forcé de conclure que l’expérience américaine est bel et bien terminée. Une blague qui fait le tour des Russes ces jours-ci est que l’agent du Kremlin Donny Trump a reçu deux mandats présidentiels pour détruire l’Amérique et a réussi à le faire en un seul. D’ailleurs, les Russes ne renversent aucune statue. Ci-dessous, une scène de rue dans une petite ville russe que j’ai prise plus tôt dans la journée. 
Nous sommes samedi, et les gens qui circulent étaient là pour assister à une cérémonie, qui vient de se terminer, au cours de laquelle des prix ont été remis aux enfants pour des œuvres d’art et des récitals de poésie à l’occasion de la Journée de la Russie. Notez que la statue de Lénine est recouverte d’une nouvelle couche de peinture. Peu importe que l’idéologie de Lénine ne soit plus du tout alignée sur les valeurs russes contemporaines ; il fait partie de l’histoire de la Russie, et l’histoire de la Russie – toute entière – est sacrée et inviolable. C’est ce qui fait que les Russes sont russes. Et si les Américains détruisent leur histoire… qui seront-ils alors ?
Dmitry Orlov

Anarchie politique américaine:Appels à abattre la statue du roi Louis IX à St Louis

Au sommet d’une colline devant le musée d’art situé en plein cœur du plus grand parc de St Louis se dresse la statue de Saint Louis (Louis IX), roi de France. Le monument dédié à celui qui a donné son nom à cette ville de Missouri, le roi français Louis IX, représente le roi à cheval, portant une couronne, un long manteau et une épée dans sa main droite.

C’est la plus majestueuse statue des États-Unis,à mon avis!

Statue du roi Louis IX à St-Louis

 

Erigée il y a 116 ans à Forest Park, cette statue est l’un des monuments les plus connus de la ville.
Maintenant, un groupe d’activistes veut déboulonner la statue car Louis IX aurait persécuté les Juifs, supervisé le brûlage du Talmud [1], publié un ordre d’expulsion contre ses sujets juifs et mené deux armées de Croisade dans des offensives ratées en Afrique du Nord [Voir ANNEXE ci-dessous].
Alors que les statues des leaders confédérés et d’autres personnalités critiqués pour leurs actions racistes tombent à travers le pays, des activistes à St Louis veulent que la statue de Louis IX soit également retirée. Une pétition lancée la semaine dernière appelle la ville non seulement à retirer la statue, mais aussi à changer le nom de la ville.
De leur côté, un groupe de Catholiques locaux défend la statue et un groupe de manifestants a manifesté en soutien à la statue samedi.
« L’impossible devient possible » a déclaré Umar Lee, un activiste local qui a lancé la pétition et qui a également participé à une initiative pour faire retirer un monument confédéré situé juste à côté en 2017.
« Nous en sommes à un moment où nous réinventons les choses et aussi, nous avons un regard sévère sur l’histoire, a-t-il dit. Des monuments n’existent pas dans le passé. Ils existent dans le présent. Il n’est pas nécessaire d’avoir un monument glorifiant l’homme afin de reconnaître l’histoire. Le roi Louis IX restera dans les livres d’histoire quoi que nous fassions à St Louis ».
La pétition qualifie Louis d’ « antisémite enragé  » qui a inspiré l’Allemagne nazie, et l’appel pour le retrait de la statue a reçu des soutiens juifs.
La rabbin Susan Talve, qui a fondé la Central Reform Congregation de la ville, a déclaré que la retirer aiderait à faire avancer la question de la justice raciale aux États-Unis.
« Nous parlons de cette statue depuis longtemps, a-t-elle déclaré, ajoutant que le retrait de la statue serait « un élément très important pour reprendre possession de l’histoire, s’approprier les histoires qui ont créé le racisme institutionnalisé que nous essayons de déconstruire aujourd’hui. Si nous ne sommes pas honnêtes au sujet de notre histoire, nous ne serons jamais en mesure de démanteler les systèmes d’oppression sous lesquels nous vivons ».
Mais comme dans les autres villes où des activistes ont cherché à faire retirer des monuments, l’effort de retrait a entraîné une réaction de l’autre camp. Chaque soir, un groupe  de Catholiques se rassemble à proximité de la statue et récite le rosaire. L’une d’entre eux, Anna Kalinowski, a parlé de la statue comme d’un « remarquable travail artistique ». Elle a souligné qu’elle vénérait Louis IX comme « un homme qui voulait vraiment suivre Dieu et voulait vraiment faire ce qui était juste ». Elle a le sentiment que sa persécution des Juifs devrait être perçue dans son contexte historique.
« Il voulait que les gens deviennent Catholiques parce que l’Église catholique pense que quand vous êtes catholique, c’est la façon de servir totalement Dieu, a-t-elle déclaré. Il croyait en cela de tout son cœur et de toute son âme et il voulait cela pour le peuple juif. Est-ce que nous pensons maintenant que sa manière de faire les choses est mal ? Bien sûr. Je veux dire, chacun a le droit d’avoir son opinion à ce sujet, mais en même temps, nous ne pouvons pas être aussi catégoriques, nous devons être prudents et regarder le contexte historique de ses actions ».
Mais Talva a déclaré que même à l’époque du règne de Louis IX au 13e siècle, il y avait des gens qui pensaient qu’ordonner l’expulsion des Juifs, brûler leurs textes sacrés et mener les Croisades était mal.

NOTES

1-Le Talmud révélé…

 


ANNEXE

Saint Louis l’Africain

Le 24 juillet 1270, en l’an 668 de l’Hégire, le roi Louis IX prenait Carthage, alors modeste citadelle chargée de défendre la grande cité de « Thunes/Tunis ».

Par la seule conquête de Carthage, Saint Louis mériterait, comme Scipion son lointain prédécesseur, de porter le titre « d’Africain ». Mais le terme « Aufrique » évoque bien plus que Didon ou Hannibal : pour un chrétien d’Occident au xiii e siècle, il s’agit aussi et surtout de la terre de saint Augustin et des premiers conciles du christianisme . En posant à double reprise le pied sur la terre d’Afrique, en 1248 et en 1270, Saint Louis a lié son destin à celui du continent.

Saint Louis appartient en effet à l’histoire de l’Afrique autant par ses actes que par les fonctions et les usages de sa mémoire. Le caractère exceptionnel de sa captivité a créé une situation d’observation mutuelle et un espace d’échanges potentiels pour lesquels de nombreuses incertitudes factuelles subsistent cependant. Si le contact n’a pas suscité d’échanges d’objets ou de transferts culturels, il aura au moins été l’occasion d’un échange de récits : en abandonnant son corps en Afrique, Saint Louis y a aussi laissé une part de sa mémoire. Dans les environs de Carthage, on raconte, dans les années 1830 au plus tard, que le roi ne serait pas mort de la peste, mais, converti à l’Islam, aurait vécu comme un marabout, toujours vénéré jusqu’à aujourd’hui sous le nom de Sidi Bou Saïd. 

Ibn Khaldûn (732/1332-808/1406) consacre à Saint Louis et sa croisade tunisienne un chapitre peu commenté de la deuxième partie du Kitab al-Ibâr[Ibn Khaldûn, op. cit. : p. 359-369., qui illustre cependant la connexion qui a pu s’établir dans la mémoire arabe du rîdâfrans (prononciation en arabe de Rois des Francs) entre les boghaz du Nil et les collines de Carthage, entre la prison d’Ibn Luqmân et la mort à Sidi Bou Saïd.

Mais si l’on s’approche à nouveau du tombeau de Sidi Bou Saïd, un détail risque d’attirer l’attention du passant trop curieux :

« Un détail intéressant à signaler ici, est la fleur de lys décorant la clef de voûte de la baie surbaissée de l’entrée [du tombeau du marabout]. L’origine des armoiries reste encore obscure et l’on ne sait si les croisés les ont empruntés aux Arabes, ou ces derniers aux croisés. »

Effectivement présente dans l’héraldique et la symbolique islamique dès le xii e siècle , la fleur de lys est une effigie en partage, sans qu’il soit véritablement possible d’en distinguer l’origine . Le petit signe suspendu ne serait-il pas en revanche la clef de notre investigation ? Une fleur de lys sur le tombeau d’un marabout n’est-elle pas une sorte de détonateur de légendes ? C’est en tout cas une pierre dans le jardin du Père Delattre, si fier de trouver des boucles en bronze en forme de fleur de lys au pied de la colline de Carthage. Le cadavre de Louis IX repose-t-il aujourd’hui dans le village de Sidi Bou Saïd ?

Source : Saint Louis l’Africain, Histoire d’une mémoire inversée, par   Yann Potin

 

Anarchie politique américaine:La catastrophe du vote à venir

 

 » Il est déjà bien suffisant que les gens sachent qu’il y a eu une élection. Les gens qui votent ne décident de rien. Ce sont ceux qui comptent les votes qui décident de tout. » (Joseph Staline) 

 

Le 9 juin 2020 , jour primaire, des centaines de personnes ont encerclé Park Tavern, une brasserie tentaculaire et restaurant à Piedmont Park d’Atlanta. Ils ont fait la queue par incréments de six pieds, et la ligne s’est enroulée autour du parking. Deux bureaux de vote proches ont été fermés, c’est donc là que 16 000 Atlantiens devaient voter. Dans la région métropolitaine, plus de 80 bureaux de vote ont été fermés ou regroupés en raison de préoccupations concernant le coronavirus. Pire: les nouvelles machines à voter ordonnées par l’État ont cessé de fonctionner.

Certaines personnes ont attendu plus de trois heures pour voter; d’autres sont partis avant de voter. L’effondrement de la Géorgie n’était pas une anomalie. La primaire de 2020 a commencé avec une application défectueuse dans le caucus de l’Iowa, rendant le concours du premier au pays sans objet. Un mois plus tard, le Super Tuesday, les électeurs ont rencontré des heures d’attente à Los Angeles, Houston, Dallas et Sacramento. Un autre mois s’est écoulé, des milliers d’Américains mouraient du coronavirus et les responsables de l’État ont commencé à annuler les primaires. La législature de l’État du Wisconsin a forcé sa primaire d’avril de toute façon. Les électeurs de Milwaukee étaient masqués dans une tempête de grêle, attendant de voter dans l’un des cinq bureaux de vote. N’importe quelle autre année aurait vu 180 bureaux de vote.

 

Les échecs généralisés lors des élections primaires annoncent une élection potentiellement désastreuse en novembre. Des États comme New York se sont précipités pour faire des aménagements pour voter par la poste. sMais d’autres État rendent le vote plus difficile pour les résidents: l’Oklahoma se bat pour maintenir sa loi exigeant que les bulletins de vote des absents soient notariés; Le Texas n’acceptera pas la vulnérabilité médicale au coronavirus comme motif suffisant pour voter par correspondance. Même si un meilleur accès au vote pourrait aider un nombre important d’électeurs de Donald Trump, cette opposition à celui-ci vient d’en haut. « Les bulletins de vote postaux, ils trichent », a déclaré le président.

Les barrières à l’accès aux bulletins de vote étaient inacceptables avant la pandémie, m’a dit Leah Aden, avocate du NAACP Legal Defence Fund, qui plaide activement plusieurs affaires de droit de vote. Les électeurs noirs, en moyenne, attendent 45% de plus pour voter que les électeurs blancs ; Les électeurs latinos attendent 46% de plus * Une étude de l’American Civil Liberties Union of Florida a révélé que les électeurs noirs et latinos en Floride étaient plus quedeux fois plus de chances que leurs bulletins de vote postal soient rejetés en tant qu’électeurs blancs – en raison d’un mélange d’erreurs électorales et de la façon dont l’État traite les bulletins de vote. Laisser inchangé ce système déjà défectueux dans une pandémie, a déclaré Aden. «L’échec de fonctionner dans le contexte dans lequel nous nous trouvons, qui est une pandémie, et d’utiliser proactivement vos ressources pour faire face à l’émergence de cela: c’est aussi une forme de répression des électeurs.»

 

Tout aura été fait pour diaboliser Donald Trump.

Plusieurs États, tels que la Géorgie, la Virginie et le Massachusetts, ont signalé un taux de participation record pour leurs élections primaires, et verront probablement le double ou le triple de celui du général. «Il est probable que nous n’allons pas régler ces problèmes d’ici novembre», m’a dit Michael McDonald, professeur à l’Université de Floride qui étudie les élections. «Dans certains cas, il n’y a vraiment pas de bonnes solutions.»

 

Plus de lieux de vote n’apparaîtront pas comme par magie. L’agent de vote moyen a plus de 60 ans et est donc vulnérable à COVID-19. Dans le Wisconsin, environ 7 000 enquêteurs ont déclaré qu’ils ne travailleraient pas pendant les élections d’avril en raison de leurs craintes à l’égard du coronavirus. Les électeurs ont dû se démener pour trouver de nouveaux bureaux de vote et trouver des moyens de s’y rendre. Le résultat? De longues files d’attente et un pic de vote des absents.

« L’habitude est l’une des choses qui fait voter les gens », m’a dit Henry Brady, qui étudie la politique électorale à l’UC Berkeley. Certaines personnes sont encouragées à voter parce que c’est assez facile à faire. En 2011, Brady et une équipe de chercheurs ont examiné comment la modification des bureaux de vote pourrait affecter le résultat d’une élection – et ils ont constaté que le fait d’alterner un lieu peut avoir réduit le vote de 2%. Certaines personnes ont voté par correspondance plutôt qu’en personne lorsque leur bureau de vote a été changé – mais l’étude a examiné la Californie, où une excuse n’est pas requise pour voter par correspondance. «Vous allez probablement perdre beaucoup plus d’électeurs dans des endroits où le vote par correspondance n’est pas aussi facile.»

Lors de la primaire de 2016, les résidents du comté de Maricopa, en Arizona, ont dû faire face à des délais de vote pouvant aller jusqu’à cinq heures. Après que les fonctionnaires de l’État aient réduit les budgets des comtés, Maricopa a réduit son nombre de bureaux de vote de 70% – de 200 à 60 – ce qui signifie qu’un seul bureau de vote était disponible pour 21 000 électeurs. Des fonctionnaires de dizaines d’autres États, dont la Floride, la Géorgie, la Caroline du Nord et l’Alabama, ont également fermé ou changé de lieu de scrutin. Avant que la loi sur les droits de vote ne soit détruite en 2013, chacun de ces États était auparavant soumis à la législation sur les droits civils qui permettait au gouvernement fédéral de bloquer les modifications des élections qui pourraient avoir un impact négatif sur les personnes de couleur dans des endroits ayant des antécédents de privation de droits. Lorsque les bureaux de vote sont fermés, de nombreuses personnes noires et brunes sont obligées de voyager plus loin pour voter, à des tarifs disproportionnés, selon un rapport du Legal Defence Fund.

La pandémie entraînera un nombre inhabituellement élevé de bulletins de vote postal en novembre. Et si un électeur oublie de signer l’enveloppe du bulletin de vote, s’il signe l’enveloppe mais que la signature ne correspond pas à celle qui figure au dossier avec le bureau des élections, ou même si un fonctionnaire électoral interprète mal des informations correctement écrites, un bulletin de vote postal peut être jeté. En 2016, la Election Assistance Commission des États-Unis a signalé que plus de 300 000 bulletins de vote postal avaient été rejetés. «Ce nombre pourrait être considérablement plus élevé – pourrait atteindre un million ou plus en 2020 – si nous n’agissons pas», m’a dit McDonald. «Et même si nous prenons des mesures, nous verrons toujours un nombre inhabituellement élevé de bulletins rejetés.»

Les États-Unis ont déjà organisé des élections dans des situations d’urgence de santé publique. En 1918, la campagne a été bouleversée, les rassemblements publics ont été limités et les électeurs ont été mis en quarantaine pendant la pandémie de grippe. La bousculade pour tenir une élection équitable a conduit à quelques hoquets. Dans un cas, le résultat d’une élection locale a été inversé après que les votes d’un autre bureau de vote – mis en place pour permettre aux élèves et enseignants mis en quarantaine en Idaho de voter – ont été ignorés. La Cour suprême de l’Idaho a jeté les bulletins de vote, arguant que le bureau de vote était illégitime.

Si l’histoire est un guide, l’Amérique se dirige vers un novembre tumultueux. Et si Trump et les républicains veulent exploiter la pandémie à leur avantage à l’automne, ils peuvent avoir une excuse de santé publique pour le faire.

Les démocrates,eux,se rabattent sur Joe Biden,George Soros,les Antifa et…Black Lives Matter pour faire changer la donne!

Les machines à voter de George Soros manquaient totalement de fiabilité…parce que:trafiquées!

 

 

 

 

Des dizaines de Blancs perdent leur emploi et voient leur vie ruinée pour ne pas avoir soutenu les émeutes anti-blanches

En Amérique, les citoyens blancs sont assiégés dans une guerre sur trois fronts avec des criminels dans la rue, l’ensemble du gouvernement et les ploutocrates qui les dirigent. Ces forces se sont toutes unies pour soutenir les émeutes raciales de George Floyd.

À Clarksdale, dans le Mississippi, une infirmière nommée Monie Brown a été licenciée de son emploi au Northwest Mississippi Regional Medical Center pour avoir qualifié les pillards et les lynchos de voyous dans un article Facebook désormais supprimé.

Grant Napear, un animateur de talk-show qui a également servi d’annonceur pour les Sacramento Kings, a été licencié après 32 ans de travail pour le crime de dire « All Lives Matter ».

La personnalité religieuse des médias sociaux, Timothy Gordon, a été licenciée de son poste d’enseignement de théologie par des religieux catholiques du Garces Memorial High School après avoir critiqué la plateforme Black Lives Matter comme étant anti-familiale et violente. Bien que Gordon n’ait pas encore présenté ses excuses, il s’est assuré de souligner qu ‘«il n’y a pas de place pour le racisme» dans la «nouvelle droite américaine».

Une figure baptiste du Sud, Reagan Escude, a été licenciée par son employeur local à Natchitoches, en Louisiane, pour avoir réalisé une vidéo critiquant les extrémistes de gauche dans une perspective biblique.

Ce sont des cas très médiatisés dont les médias ont fait état, mais les blancs de la classe ouvrière sont particulièrement touchés. La purge est minutieuse et impitoyable, et aucune cible blanche n’est épargnée. Ray Robles King, le père d’une fillette de 2 ans qui lutte actuellement contre le cancer, a été licencié par son patron d’American Ironworks & Erectors pour avoir publié une vidéo critique des criminels incendiant nos villes.

Les quelques institutions sur lesquelles les Blancs ont jusqu’à présent compté pour préserver leur liberté, leur dignité et leur sécurité physique sont du côté des extrémistes noirs et anarchistes: le parti républicain, pratiquement toutes les églises, même l’armée et la police.

 

 

 

 

 

 

 

Anarchie Politique américaine:Le gouvernement américain paralysé jusqu’à l’an prochain

Les États-Unis se préparaient dimanche à affronter une longue période de fermeture des administrations fédérales après l’échec des négociations au Congrès sur le financement d’un mur à la frontière mexicaine, une paralysie partielle qui pourrait durer jusqu’en janvier selon un responsable de la Maison-Blanche.

Vue du Capitole alors que l’appareil administratif était partiellement paralysé dimanche, à Washington

 

« Il est très possible » que la paralysie (shutdown) « aille jusqu’au nouveau Congrès », qui doit se réunir pour la première fois le 3 janvier, a fait savoir dimanche le directeur du budget à la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, dimanche, sur les ondes de la chaîne Fox News.

Les négociations sur le budget fédéral, suspendues samedi, doivent reprendre le 27 décembre.

Les démocrates reprendront début janvier le contrôle de la Chambre des représentants après leur victoire électorale en novembre alors que les républicains resteront majoritaires au Sénat, ce qui augure des négociations difficiles entre les deux Chambres.

Avec actuellement 51 sièges sur 100 au Sénat et deux supplémentaires à partir de janvier, les républicains ne disposent pas des 60 voix nécessaires pour l’adoption d’une loi budgétaire.

Le président américain a réaffirmé dimanche sa volonté d’obtenir les cinq milliards de dollars américains pour la construction d’un mur destiné à freiner l’immigration clandestine, l’une de ses principales promesses de campagne.

Négocier de bonne foi

« La seule manière de stopper les gangs, la drogue, le trafic d’êtres humains et beaucoup d’autres choses qui arrivent dans notre pays, c’est un mur ou une barrière », a-t-il tweeté. « Les drones et tout le reste sont merveilleux et très amusants, mais ce qui marche, c’est un bon vieux mur. » L’opposition démocrate, qui refuse de voter ce volet du projet, propose d’octroyer 1,3 milliard de dollars pour améliorer le système de surveillance frontalier.

Faute de budget, de nombreux ministères et agences gouvernementales ont fermé leurs portes samedi matin, laissant environ 800 000 fonctionnaires en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés aux échéances habituelles alors que la période des Fêtes bat son plein.

M. Mulvaney, nommé secrétaire général par intérim de la Maison-Blanche à partir de janvier, a néanmoins précisé que tous les employés fédéraux seraient payés jusqu’au 28 décembre. Ce n’est qu’à partir de cette date que leurs salaires seront susceptibles d’être touchés par la paralysie partielle, a-t-il souligné.

Certains élus, jusque dans le camp républicain, dénoncent le jusqu’au-boutisme du président. « C’est un combat monté en épingle pour que le président fasse croire qu’il se bat », a estimé sur CNN le sénateur du Tennessee Bob Corker, qui va quitter la Chambre haute. « Même s’il gagne, nos frontières ne seront pas sûres », a-t-il souligné.

Le président, qui avait prévu de passer les Fêtes de fin d’année en Floride, est resté à Washington pendant que les négociations se poursuivent en coulisses.

« Quand ces négociations produiront une solution acceptable par toutes les parties — ce qui veut dire 60 votes au Sénat, une majorité à la Chambre et une signature présidentielle —, alors nous la présenterons en séance », a dit samedi le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell.

Le patron des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, est resté ferme. « Si vous voulez ouvrir le gouvernement, abandonnez le mur, purement et simplement », a-t-il dit à l’adresse de Donald Trump.

La paralysie budgétaire touche des ministères importants comme la Sécurité intérieure — qui gère la sécurité aux frontières —, la police fédérale (FBI), les Transports, le Trésor ou l’Intérieur, qui supervise les parcs nationaux très visités pendant les Fêtes, comme le Grand Canyon.

Ce blocage budgétaire est le troisième de l’année, après ceux survenus en janvier (trois jours) et en février (quelques heures), déjà à cause de la question migratoire. Le précédent, en octobre 2013, avait duré 16 jours, loin toutefois du record de 21 jours de l’année 1995-1996.

Le maniganceur en chef pourrait bien être cet homme à la solde des Clinton :George Soros.

 

 

 

 

Anarchie politique américaine:Une note explosive oppose Trump au FBI

Une note concernant les écoutes mises en place par le FBI est au coeur d’un bras de fer.

La bataille autour d’une note confidentielle sur des écoutes du FBI contre la campagne Trump s’envenimait jeudi entre le président américain, les démocrates et la communauté du renseignement, la première épreuve de la courte carrière du discret directeur du FBI.

Au coeur du bras de fer: une note rédigée à partir d’informations secrètes par le controversé président républicain de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Devin Nunes. L’objet: les écoutes mises en place par le FBI contre un membre de l’équipe de campagne Trump en 2016, dans le cadre des investigations sur les tentatives d’ingérence et de manipulation russes.

Abus de pouvoir

La conclusion de cette note, dont Devin Nunes a demandé au président Donald Trump d’autoriser la publication, peut-être dès les prochains jours: le FBI s’est servi d’informations partisanes pour demander ces écoutes, en pleine campagne présidentielle. Un abus de pouvoir, accusent les républicains.

La politique et le renseignement forment un mélange hautement explosif. C’est pour cette raison que la procédure moderne de mise sur écoute, réformée aux Etats-Unis après le scandale du Watergate dans les années 1970, est isolée du pouvoir politique: le FBI doit demander l’autorisation de juges d’une cour spéciale.

Neutralité de la police

En démontant les étapes des investigations du FBI dans l’affaire russe, les républicains remettent en cause comme jamais auparavant la neutralité de la police fédérale. Ce qui a conduit à un clash extraordinaire entre le directeur du FBI et le président Donald Trump, qui l’a nommé.

Christopher Wray, confirmé en août dernier à son poste, s’est en effet publiquement opposé à la publication du «mémo Nunes»… alors même que Donald Trump, dans un aparté avec un élu enregistré mardi soir par une caméra de télévision, a assuré qu’il donnerait son accord «à 100%» pour déclassifier la note.

L’opposition démocrate, elle, croit voir clair dans le jeu des républicains: il s’agit ni plus ni moins de discréditer toute l’enquête sur les ingérences russes dans la campagne. Une enquête reprise en main l’an dernier par le procureur spécial Robert Mueller, et qui déstabilise toute la présidence du milliardaire septuagénaire, dont des dizaines de proches et collaborateurs ont déjà été interrogés par les enquêteurs. Lui-même pourrait être appelé à s’expliquer sur une éventuelle collusion avec Moscou.

Décision prochaine de Trump

Au Congrès, des républicains appellent à l’arrêt pur et simple de l’enquête du procureur spécial. «Toute cette enquête Mueller est une fiction qui n’aurait jamais dû être lancée», a dit le représentant républicain Matt Gaetz sur Fox News mercredi.

L’ancien directeur de la CIA Michael Hayden, défenseur de la communauté du renseignement, s’alarme des conséquences durables de ces attaques sur la légitimité du FBI et des procédures d’écoutes. «Je crains que cette intervention hyper-partisane dans le processus ne provoque des dégâts immenses dans les institutions, du Congrès à la présidence en passant bien sûr par le FBI», a-t-il dit jeudi sur la radio NPR.

Des «gens nouveaux»

Même si le comportement des hauts responsables du FBI, dont les bureaux occupent le fameux septième étage du siège en plein coeur de Washington, et notamment de l’ancien directeur James Comey, au début de l’enquête russe est critiqué par des membres du sérail.

«Beaucoup de monde pense que le septième étage doit être nettoyé et qu’il faut des gens nouveaux qui seront capables de ne pas être influencés par la politique», dit à l’AFP James Gagliano, ancien du FBI et aujourd’hui enseignant à l’université St. John’s à New York.

Le Congrès et le gouvernement attendaient du reste jeudi la décision du président concernant la publication de la note de Devin Nunes.

Ultime tentative

Les démocrates ont lancé une ultime tentative pour l’empêcher. Ils se sont rendu compte que la note transmise à la Maison Blanche par Devin Nunes comportait des changements, par rapport à la version adoptée par la commission lundi. Des changements «mineurs», selon Devin Nunes.

 

«Il est évident que le président Nunes ira jusqu’au bout pour saper l’Etat de droit et s’ingérer dans l’enquête russe», a dénoncé le leader des démocrates du Sénat, Chuck Schumer. Et la responsable de l’opposition de la Chambre, Nancy Pelosi, a appelé à son éviction immédiate de la présidence de la commission.

 

 

 

Le FBI refuse de remettre les dossiers d’Hillary Clinton en citant le manque d’intérêt public

Le FBI refuse de renvoyer les dossiers liés à son enquête sur les courriels de l’ancien secrétaire d’État Hillary Clinton en faisant valoir un manque d’intérêt public en la matière.

Hillary Clinton filmée en état de crise ,l’an passé.

Ty Clevenger, avocat à New York City, a déposé une demande de la Loi sur la liberté d’information (FOIA) en mars 2016 demandant une variété de documents du FBI et du ministère de la Justice, y compris la correspondance échangée avec le Congrès au sujet de l’enquête par courriel de Clinton.

Les néolibéraux:un danger avec les Clinton de retour au pouvoir.Ils sont liés au plus important réseau mondial de pédophilie jamais découvert.

Mais dans une lettre envoyée cette semaine et obtenue par Fox News, le chef de la Division de la gestion des documents du FBI a déclaré à Clevenger que le bureau « a déterminé que vous n’avez pas suffisamment démontré que l’intérêt du public pour la divulgation l’emporte sur les intérêts personnels de la vie privée du sujet ».

« Vous devez montrer que l’intérêt public recherché est important »

– David M. Hardy de la Division de gestion des documents du FBI

« Par conséquent, les dossiers concernant votre sujet sont retenus conformément aux exemptions de la FOIA », a déclaré David M. Hardy, de la Division de la gestion des documents du FBI, à Clevenger.

Clinton, la candidate présidentielle démocrate en 2016, a été enquêté par le FBI pour avoir utilisé une adresse e-mail privée et un serveur pour gérer les informations classifiées tout en servant de secrétaire d’État.

En juillet 2016, alors le directeur du FBI, James Comey, a qualifié l’accord de courrier électronique de Clinton de «extrêmement négligent», même s’il a décidé de ne pas recommander des accusations criminelles.

Hillary Clinton prit la parole le 11 octobre 2011 devant une assemblée de mercenaires djihadistes juste après le renversement de Mouhammad Khadafi.

Bien que Clinton ait perdu l’élection, Clevenger essaie toujours d’obtenir des documents liés à l’enquête. Il cherche à prouver qu’elle a commis un parjure, a rapporté le Washington Times .

Il a demandé expressément tous les documents résultant d’une recommandation du 6 septembre 2016 au ministère de la Justice du président de la Chambre, Jason Chaffetz, un républicain de l’Utah.

À l’époque, Chaffetz a demandé au ministère «d’enquêter et de déterminer si la secrétaire Clinton ou ses employés et ses entrepreneurs ont violé des statues qui interdisent la destruction des documents, l’obstruction aux enquêtes du Congrès et la dissimulation ou la dissimulation d’éléments de preuve à une enquête au Congrès».

Le 8 août, le FBI a demandé à Clevenger de préciser pourquoi le public serait intéressé.

«Si vous demandez la divulgation de tout document existant sur cette base, vous devez démontrer que l’intérêt public pour la divulgation l’emporte sur les intérêts personnels liés à la vie privée», a déclaré la lettre. « À cet égard, vous devez montrer que l’intérêt public recherché est significatif et que les informations demandées sont susceptibles d’avancer cet intérêt ».

Clevenger a exprimé sa crainte à la demande.

« Franchement, je suis étonné de devoir expliquer pourquoi ma demande concerne une question d’intérêt public », a écrit Clevenger dans une lettre du 11 août au FBI.

Il a cité comment Hillary Clinton était la candidate démocrate comme présidente des États-Unis, ancienne secrétaire d’État et anciennne sénatrice.

Sources:le journaliste de Fox News: Jake Gibson qui a contribué à ce rapport.

 

 

 

 

Comment Trump embobine la presse

Charlie Hebdo – /08/02/2017 – Jacob Hamburger – La question tournait en boucle avant son investiture : une fois au pouvoir, Trump allait-il s’abstenir fr tweeter compulsivement ? Enfin, on a la réponse : c’est non. Ceux qui pensaient que Trump allait délaisser son compte twitter, pour accepter tout d’un coup les normes traditionnelles de […]

via Comment Trump embobine la presse — Résistance Inventerre