De nouvelles vidéos sur Alexis Cossette-Trudel et autres sécurisées et relayées

Nous allons répondre à la censure politique de la dictature covidienne par une action préventive afin de s’assurer un minimum de liberté d’expression et le droit de parole.

Le Québec est connu,comme le Canada,comme étant une société démocratique,donc nous allons agir en démocrate:

 

 

 

 

 

 

Les États-Unis ont-ils torpillé l’ensemble de l’économie mondiale pour arrêter la montée en puissance de la Chine?

 

C’est une nouvelle très intéressante. Israël dit maintenant que les services de renseignement américains l’a averti en novembre d’une pandémie potentiellement catastrophique à Wuhan, en Chine, et apparemment d’autres alliés américains ont également été avertis en novembre, alors que la Chine n’a pris conscience de ce problème de coronavirus que le 31 décembre.

Cela confirme ce que ABC News a rapporté plus tôt cette semaine et, bien sûr, l’administration Trump l’a nié. Vous n’êtes pas censé croire quoi que ce soit tant que cela n’a pas été nié au moins  deux ou trois fois. Nous devrons donc attendre quelques négations supplémentaires avant de pouvoir être sûrs que cela est vrai.

Mais en supposant que cela est vrai- et nous avons  différentes sources qui nous disent maintenant que c’est vrai – c’est assez époustouflant, car la Chine n’a pris conscience de ce problème de coronavirus que le 31 décembre. Donc, si les services de renseignement américains savaient qu’une pandémie potentiellement catastrophique se développait à Wuhan, en Chine, en novembre, cela signifie que les services de renseignement américains savent ce qui se passe à Wuhan, en Chine, mieux que les Chinois. Et la seule raison pour laquelle ce serait le cas serait que les États-Unis y aient planté le virus. [1]

Les États-Unis ont informé Israël du coronavirus à la mi-novembre: la télévision israélienne

Selon un rapport, les agences de renseignement américaines ont averti Israël d’une épidémie de coronavirus émergente à la mi-novembre.

Maintenant, cela ressemble à une hypothèse scandaleuse, mais ce ne l’est vraiment pas si nous comprenons comment fonctionne la géopolitique, comment les opérations secrètes ont lieu. Et si nous comprenons l’absence totale de moralité et d’éthique normales parmi les personnes en charge des politiques étrangères, nous comprenons pourquoi il est beaucoup plus que probable que les services de renseignement américains étaient effectivement derrière cela, bien que les Israéliens pointent du doigt les Américains, peut-être que les Israéliens étaient impliqués eux aussi et veulent décharger une partie du blâme – qui sait. Certes, l’attaque contre l’Iran impliquerait les Israéliens.

Dans tous les cas, les États-Unis doivent désespérément arrêter la montée de la Chine au rang de première puissance mondiale. Pour ce faire, ils doivent considérablement ralentir la croissance économique chinoise, qui est à deux chiffres depuis près de 40 ans.

La seule façon d’y parvenir est de torpiller l’ensemble de l’économie mondiale et de trouver un moyen de briser les chaînes d’approvisionnement mondiales afin que l’économie devienne moins mondialisée et que les pays individuels se tournent ailleurs plutôt que vers la Chine pour leurs produits.

Si l’histoire continue sur la trajectoire qu’elle avait avant le coronavirus, les Chinois vont gouverner le monde dans une décennie ou deux. Cela ne fait aucun doute. Et cela est absolument inacceptable pour les décideurs américains. Ils devaient trouver un moyen de faire exploser l’économie mondialisée et en particulier de tenter de frapper la Chine. Cela semble être ce qu’ils ont fait.

Maintenant, ils disent qu’ils vont voler les investissements de la Chine dans les trésors américains à hauteur de milliers de milliards de milliards de dollars en compensation supposée du virus.

Donc, la propagande américaine extrémiste anti-chinoise ici aux États-Unis consiste à blâmer la Chine. La pression consiste à utiliser cette propagande mensongère comme une excuse pour détruire le levier économique de la Chine en volant des investissements chinois dans les trésors américains et pour tenter de démondialiser le commerce mondial.

Tout cela pointe directement vers les suspects habituels. Les mêmes personnes qui ont fait le 11 septembre afin de lancer leur guerre contre la civilisation islamique comme étant le début du choc des civilisations. Les mêmes réalisent maintenant que la civilisation la plus menaçante pour leur hégémonie dans le monde est la civilisation chinoise.

Il s’agit en réalité de la première frappe de la Troisième Guerre mondiale, car les États-Unis frappent la Chine de manière préventive non pas tant avec le virus lui-même, mais avec la propagande massive et l’effet historique qui se produiront en raison de ce virus, car ils peuvent salir la Chine, comme ils peuvent essayer de convaincre d’autres pays d’arrêter de commercer avec la Chine. Alors qu’ils tentent de démondialiser l’économie mondiale afin qu’ils puissent geler le monde tel qu’il est, afin que les États-Unis continuent d’avoir encore la vaste prépondérance de la puissance militaire.

Par Kevin Barrett

Dr Kevin Barrett, Ph.D. est l’un des critiques les plus connus des États-Unis de la guerre contre le terrorisme.

 

Le Dr Barrett a enseigné dans des collèges et universités à San Francisco, Paris et Wisconsin; où il s’est présenté au Congrès en 2008. Il travaille actuellement comme organisateur, auteur et animateur de radio à but non lucratif.

 

http://www.truthjihad.com

Source : Did US torpedo the entire global economy to stop China’s rise?

April 20, 2020

La nouvelle campagne anti-chinoise repose sur des mensonges …

… la Chine s’étonne : « Que voulez-vous de nous, à la fin ? »

Pour éviter une introspection des échecs qui ont permis aux États-Unis de dépasser tous les autres pays pour le nombre de victimes de la Covid-19, les [courageux, NdT] pouvoirs en place  ont décidé de blâmer quelqu’un d’autre.

La première tentative de Trump a été de blâmer l’Organisation Mondiale de la Santé pour ne pas avoir fourni toutes les informations. Mais seize responsables de l’administration américaine étaient intégrés à l’OMS à Genève. Ils ont relayé les mises à jour en temps réel de toutes les informations reçues par l’OMS.

Comme les Démocrates et les médias ne se sont pas joints à Trump pour blâmer l’OMS, un autre bouc émissaire était nécessaire. Tout le monde est ensuite convenu que la Chine serait la cible la plus pratique.

L’intensité de la campagne anti-Chine actuelle rappelle celle de la course à la guerre en Irak. Les personnes qui prétendent maintenant que « la Chine a menti, les gens ont péri » sont exactement les mêmes qui ont dirigé la campagne irakienne contre les ADM. Mais tous les rapports faisant état d’armes de destruction massive irakiennes n’étaient que fantaisie. Les rapports sur la culpabilité chinoise sont des non-sens similaires.

Comme c’est une année électorale, chacun des deux partis essaie d’assimiler l’autre dans le rôle de nouveau méchant :

« Donald Trump a envoyé des fournitures médicales essentielles en Chine alors que les Américains continuent de souffrir. Il devrait suivre sa supposée devise de l’Amérique d’abord », a déclaré le président de l’American Bridge Bradley Beychok dans un communiqué. « Nous nous assurerons que les électeurs du Michigan, de la Pennsylvanie et du Wisconsin sachent très bien, non seulement à quel point Trump a bâclé cette crise, mais aussi à quel point il a plié le genou devant la Chine au milieu de cette crise. » …

« Nous sommes plus qu’heureux de laisser le public américain décider à qui il fait confiance, au président Trump ou à Joe Biden, pour sévir contre la Chine », a déclaré Brian O. Walsh, président d’America First, en réponse à la nouvelle campagne publicitaire américaine d’American Bridge. Cette dernière a déclaré que l’annonce était la première de sa nouvelle campagne offensive ciblant Trump, son entreprise, ses partenaires commerciaux et ses enfants adultes, sur leurs liens avec la Chine et d’autres investissements étrangers.

Le groupe a déclaré qu’il envisageait d’afficher des publicités numériques micro-ciblées sur ce thème dans le cadre d’une « attaque globale contre Trump et sa famille, contre leur corruption – en Chine et dans d’autres pays – impliquant des pots-de-vin étrangers, des faveurs politiques, des investissements immobiliers louches, et des fiestas avec des dictateurs. »

Ce sera mauvais pour d’autres questions politiques importantes :

Rania Khalek @RaniaKhalek – 19:27 UTC · 17 avr.2020

Le bellicisme anti-chinois va étouffer l’élan du moment pour les soins de santé universels et l’annulation de la dette étudiante. Comme Russiagate, ce nouveau péril jaune entraînera une augmentation des dépenses militaires et davantage de guerre. Il est triste de voir que tant de gens, qui sont les mieux placés pour le savoir, ne le voient pas.

Certains législateurs veulent autoriser des personnes au hasard à poursuivre la Chine pour les «dommages qu’elle a causés». D’autres proposent de faire défaut sur la dette des États-Unis de 1.200 milliards de dollars détenue par la Chine.

Pour blâmer la Chine, les faucons l’accusent de trois problèmes :

  • Manque d’hygiène publique
  • Information insuffisante
  • Création ou propagation du virus par accident

Le «marché frais» de Wuhan n’a pas eu de problèmes d’hygiène. Un «marché frais» est comparable à un marché de producteurs . Il est « frais » en ce qu’il fournit des produits frais comme les fruits, les légumes, la viande et le poisson. Un «marché sec» fournit les produits complémentaires comme le riz, la farine, le thé et le sucre. La Chine n’a pas encore été envahie par des chaînes de supermarchés. Quelque 40% des Chinois s’approvisionnent quotidiennement sur les marchés frais.

Le marché frais de Wuhan n’est pas à l’origine de l’épidémie. Il n’a pas vendu et ne vend pas de chauves-souris. L’épidémie a commencé en décembre à un moment où les chauves-souris hibernent. Le premier cas connu n’était pas du tout lié au marché. 

Les États-Unis affirment que la Chine ne les a pas suffisamment informés. Le calendrier tel que publié par la Chine et confirmé par les médias ne soutient pas cette affirmation.

Le 3 janvier, le chef du Centre américain de contrôle des maladies (CDC) a été personnellement informé par son homologue chinois qu’il y avait une épidémie de pneumonie de cause inconnue à Wuhan. Le 8 janvier, la «cause inconnue» a été identifiée comme un nouveau coronavirus. Une séquence complète du génome du virus a été publiée le 12 janvier et des kits de tests préliminaires ont été développés et mis à disposition à Wuhan. Le 13 janvier, un autre test et protocole d’essai avait été développé en Allemagne et le 17 janvier, l’OMS en a adopté sa version affinée.

Aux États-Unis, le CDC a insisté pour développer son propre test et a échoué en contaminant les composants du test. Il n’a ensuite pas réussi, pendant plus d’un mois, à corriger le problème.

On a récemment demandé au ministère fédéral allemand de la Santé s’il avait perçu un manque d’informations en provenance de Chine ou s’il avait des raisons de critiquer la Chine au sujet de l’évolution de son nombre de cas. Il a répondu – en allemand, ma traduction :

« Le gouvernement fédéral allemand n’est pas au fait que la Chine ait retenu des données. » …

« Compte tenu du développement intérimaire, l’adoption de différentes définitions de cas de contamination pendant l’épidémie en Chine est compréhensible. »

Une autre affirmation est que la Chine a, en quelque sorte, créé le virus ou l’a laissé s’échapper d’un laboratoire de Wuhan où elle travaillait sur des virus de chauve-souris.

Mais les scientifiques voient des preuves solides que le nouveau coronavirus est un développement naturel, et ils ne croient pas qu’il a fui d’un laboratoire de Wuhan :

Edward Holmes, biologiste à l’Université de Sydney et membre de la respecté Royal Society de Londres, a déclaré que le laboratoire de Wuhan blâmé par certains pour la pandémie avait des spécimens du virus de la chauve-souris RaTG13, le plus proche parent de la source de Covid-19 SARS- CoV-2, mais les deux ne sont pas génétiquement liés.

Les souches de RaTG13, dit-il, proviennent de la province méridionale chinoise du Yunnan, et non de la ville centrale de Wuhan, l’épicentre initial de la pandémie. …

Le traçage du génome a révélé que le virus de la chauve-souris RaTG13 a au moins 20 ans de divergence génétique, ou de changement évolutif, par rapport au SRAS-CoV-2, et peut-être jusqu’à 50 ans, l’excluant comme la source de la pandémie.

Les allégations contre la Chine formulées par les deux partis politiques américains n’ont aucun fondement factuel.

Par Moon of Alabama − Le 18 avril 2020

 

 

 

 

Washington n’exclut pas que le coronavirus soit issu d’un laboratoire de Wuhan

Le marché de Wuhan…durant le confinement!

 

Afin de faire bonne figure devant l’opinion publique de plus en  plus méfiante  devant l’avalanche de recherches et de théorie émanant de la  pandémie actuelle,Donald Trump a ménagé la chèvre et le chou en  sortant cette vision rationaliste faite  explicitement pour les « bons » médias pro-sionistes et propagateurs de fake news gouvernementales comme le Journal de Montréal,au Québec!

Bien entendu,il faut être naïf pour croire que le virus s’est   échappé par accident pour aller infecter « le pseudo-patient-zéro » au centre du marché de Wuhan!

Si vous adhérez à ce mensonge,vous allez  pouvoir admirer la fabuleuse aventure de Mohamed Atta qui est sorti de sa tribu en Afghanistan ,pour suivre un cours de pilotage en Floride avant de s’emparer des commandes d’un Boeing et de le détourner sur le WTC…version Normand Lester du Journal des Mensonges de Montréal!

Donc voici les faits:

Les États-Unis ne semblent pas exclure que le coronavirus à l’origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 137 000 personnes dans le monde provienne d’un laboratoire chinois à Wuhan, et évoquent désormais une « enquête » pour faire la lumière sur son origine.

« Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur comment ce virus s’est propagé, a contaminé le monde, et a provoqué une telle tragédie », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur la chaîne Fox News.

Il était interrogé, mercredi soir, sur un article du Washington Post affirmant que l’ambassade des États-Unis à Pékin avait alerté le département d’État américain il y a deux ans sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire de Wuhan qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Et M. Pompeo a été questionné également sur les informations de Fox News selon lesquelles « plusieurs sources » pensent désormais que le coronavirus actuel, signalé pour la première fois justement à Wuhan en décembre, émane de ce même laboratoire ― même s’il s’agirait bien d’un virus naturel, pas d’un agent pathogène créé par les Chinois, et que sa « fuite » ne serait pas volontaire mais due aux mauvais protocoles de sécurité…Donc un virus « naturel » s’est échappé ,comme cela,d’un laboratoire de l’armée populaire chinoise pour aller tout bonnement frapper « le-patient-zéro » au centre du marché!

Mike Pompeo n’a démenti aucune de ces deux informations.

Également interrogé mercredi lors de sa conférence de presse quotidienne sur la crise sanitaire à la Maison Blanche, Donald Trump s’était lui montré évasif.

« Je peux vous dire que nous entendons de plus en plus cette histoire. Nous allons voir », a répondu le président américain, assurant que cette « horrible situation » faisait l’objet d’un « examen très approfondi ».

Il a toutefois refusé de préciser s’il avait évoqué le cas de ce laboratoire avec son homologue chinois Xi Jinping.

De l’avis des experts à ce stade, le nouveau coronavirus a fait son apparition fin 2019 dans un marché de plein air de Wuhan, où des animaux exotiques comme des chauves-souris étaient vendus vivants. Le virus d’origine animale aurait pu y muter en se transmettant à l’homme…Naturellement,bien sur!

La thèse relayée par Fox News est donc différente.

Donc,un virus naturel s’est échappé de ce laboratoire!
Terrible!

Sans la confirmer clairement, le secrétaire d’État américain a enfoncé le clou.

« Ce que nous savons, c’est que ce virus est né à Wuhan, en Chine », a ajouté Mike Pompeo. « Ce que nous savons, c’est que l’Institut de virologie de Wuhan n’est qu’à quelques kilomètres du marché de rue », a-t-il insisté.

Passons …assez de boniment aujourd’hui!

Chine: fin du bouclage à Wuhan, une foule de passagers à la gare

Dans une rue de Wuhan, le 7 avril 2020

 

Des centaines de passagers s’apprêtaient à quitter Wuhan en train, a constaté l’AFP dans la nuit de mardi à mercredi, au moment où les autorités levaient le bouclage imposé depuis deux mois à la ville chinoise berceau de l’épidémie de Covid-19.

Des passagers à leur arrivée à la gare de Wuhan Wuchang à Wuhan, le 8 avril 2020

 

 

Il s’agit d’un événement important, synonyme d’une entame de fin de crise sanitaire en Chine. Depuis le 23 janvier, les personnes présentes dans cette municipalité de 11 millions d’habitants du centre du pays ne pas pouvaient sortir des frontières de la commune. 

Coronavirus: foule de passagers à la gare de Wuhan, à quelques minutes de la levée du bouclage

 

A 00H00 locales, les autorités ont levé les dernières restrictions qui empêchaient de quitter Wuhan. 

Dans l’une des gares de la ville, une certaine effervescence était perceptible alors que des centaines de passagers attendaient leur train, a constaté une équipe de l’AFP.

« Ça fait 77 jours que j’étais enfermé! », s’est réjoui un homme qui n’a pas souhaité donner son nom, impatient de pouvoir rentrer à Changsha, à quelque 350 kilomètres.

Des agents rappelaient aux voyageurs les mesures d’hygiène et de se tenir à un mètre d’écart, tandis qu’une annonce diffusée par haut-parleur qualifiait Wuhan de « ville de héros ».

La veille et pour la première fois depuis le début de l’épidémie, le ministère chinois de la Santé avait fait état de zéro nouveau décès lié au Covid-19 dans le pays.

Wuhan reste cependant, de très loin, la ville la plus endeuillée par l’épidémie en Chine: plus de 2500 personnes y sont mortes, sur un total national de plus de 3.330.

 

SELON LE MENSONGE OFFICIEL…VÉHICULÉ PAR LES MÉDIAS

Le nouveau coronavirus est apparu dans la municipalité fin 2019. De nombreux cas s’étaient déclarés à l’origine sur un marché vendant des poissons et fruits de mer, mais aussi des animaux sauvages exotiques…or   nous savons maintenant qu’il ‘agit d’une arme biologique.

 

Des restrictions aux déplacements avaient déjà été levées ces derniers jours à Wuhan et dans la province environnante du Hubei.

Le nombre de vols et de trains qui partent de Wuhan reste cependant pour l’instant limité. Wuhan va par ailleurs maintenir diverses restrictions aux déplacements dans la ville pour empêcher toute résurgence des infections.

Car la mairie reste sur le qui-vive: elle a retiré cette semaine à 70 quartiers d’habitation précédemment classés « sans épidémie » cette appellation qui permet aux habitants de sortir de leur logement.

La municipalité a justifié cette décision par la découverte de personnes asymptomatiques — qui n’ont ni toux ni fièvre mais peuvent tout de même transmettre le virus. 

La Chine avait fait état de son premier décès le 11 janvier. Depuis, près de 82 000 personnes ont été contaminées dans le pays, dont 3.331 mortellement.

La baisse ces dernières semaines des cas de contaminations et de morts dans le pays s’accompagne toutefois de doutes sur la fiabilité des chiffres officiels publiés par le gouvernement.

Des familles ont notamment fait état dans la presse chinoise de la non-comptabilisation de personnes mortes à leur domicile ou n’ayant pas été testées au début de l’épidémie, lorsque les hôpitaux étaient surchargés.


EN COMPLÉMENT…VOICI PIRE

Images ahurissantes du « déconfinement » chinois: 20.000 touristes s’entassent dès 8h du matin pour une petite visite…

 

Images ahurissantes du

Le coronavirus dans le monde continue de faire des milliers de victimes par jour, mais en Chine, berceau de l’épidémie, le déconfinement pose questions.

Le pire de l’épidémie est derrière la Chine, à en croire les autorités et les chiffres officiels concernant le coronavirus qui y a fait des milliers de morts en trois mois.

Vu d’Europe ou d’Amérique, on a l’impression que c’est la pire manière de sortir du confinement, mais c’est une réalité: la plupart des sites touristiques sont à nouveau ouverts et les Chinois s’y entassent littéralement.

Dans le parc montagneux de Huangshan (province de Anhui), ce samedi 4 avril, des milliers de touristes locaux se sont pressés pour une visite qui ne devait pas être très relaxante, d’après les images qui ont filtré sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

A tel point qu’à 7h48 du matin, avant l’ouverture officielle, les responsables ont interdit l’accès à de nouveaux visiteurs, la capacité journalière de 20.000 personnes étant déjà atteinte :

dec2

 


PHOTOS  DU TRAIN ARRIVANT À SHANGAÏ

 

Transportant 681 passagers, le premier train au départ de Wuhan est arrivé à la gare de Shanghai Hongqiao après deux mois de verrouillage en raison de # COVID19 . Portant des imperméables et des masques, certains passagers étaient armés jusqu’aux dents. (Source:Zhu Weihui et Xu Haifeng  :lanceurs d’alerte)