11 septembre 2001-11 septembre 2018 une vidéo et des photos qui nous ont marquées

 

 


 

 Il y a 17 ans, les Etats-Unis étaient touchés en plein coeur par quatre attentats-suicides coordonnés par le groupe islamiste Al-Qaïda, faisant 2 977 victimes. A New York, éventrées par deux avions de ligne, les tours jumelles du World Trade Center s’effondraient. Retour en images sur une journée qui a sidéré et plongé le monde entier dans l’effroi.

 

 

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le matin du 11 septembre 2001, respectivement à 8h46 et à 9h03, deux avions de ligne percutent les tours jumelles du World Trade Center à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
A côté de la première tour fumante, une vue de l’impact du deuxième avion dans la seconde tour. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Les twin towers (tours jumelles) en feu, avec, au premier plan, un autre monument symbole de New York : l’Empire State Building.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Impact laissé par l’un des deux avions de ligne qui se sont écrasés sur le World Trade Center, le 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Une personne se jette de l’une des tours du World Trade Center, lors des attentats du 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Des boules de feu et de la fumée sortent du haut des tours du World Trade Center. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
À 9h59, la Tour Sud (WTC2) du World Trade Center s’effondre, 55 minutes après l’impact du vol 175. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Toujours l’effondrement de la Tour Sud (WTC2) du World Trade Center, vu depuis la rue. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
À 10h28, la Tour Nord (WTC1) du World Trade Center s’effondre à son tour, suite à l’impact du vol American Airlines 11. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Policiers et passants fuient devant l’effondrement des tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
On évacue des milliers d’habitants dans des lieux sécurisés, le 11 septembre 2001, à New-York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Scène de panique : chacun court pour essayer d’échapper à la chute des tours et aux incendies qui les ravagent, le 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Après l’effondrement des deux tours, des rescapés, recouverts de poussière, le 11 septembre, à New-York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Les pompiers arrivent sur les lieux pour tenter de limiter les dégâts et d’éteindre le feu, le 11 septembre, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Après l’effondrement de la première tour, un homme seul se tient devant les décombres, le 11 septembre 2001, à New-York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Deux personnes marchant avec leurs affaires, après la chute des tours à New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le 16 septembre 2001, des ouvriers inspectent les débris des tours du World Trade Center à New York, dans ce que l’on appelle Ground Zero (normalement employé pour désigner le point d’impact d’une bombe nucléaire).

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Dix jours plus tard, le 26 septembre 2001, des pompiers sont encore en alerte pour éteindre des foyers dans ce qu’il reste des tours du World Trade Center de New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
A Ground Zero, les ouvriers et le personnel de sauvetage continuent leur travail, six mois après les attentats. New York, le 7 mars 2002.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
La reconstruction se poursuit sur le site des attaques terroristes du World Trade Center à New York, le 26 février 2004.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le drapeau américain flotte sur une des grues de la reconstruction du World Trade Center, lors de la 7e commémoration des attentats de 2001 à New York, le 11 septembre 2008.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
A la place des deux tours, un mémorial et le One Trade Center sont érigés. Depuis le 90ème étage de ce dernier, on distingue les anciens emplacements des twin towers qui ont été conservés comme lieu de mémoire. New York, le 30 avril 2012.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Depuis 2001, à chaque date anniversaire des attentat du 11 septembre, des projecteurs marquent l’emplacement des tours détruites en signe de commémoration. Sur cette photo prise depuis Bayonne dans le New Jersey, on reconnaît de gauche à droite : l’Empire State Building, le One Trade Center, la statue de la Liberté, le Brooklyn Bridge et le pont de Manhattan. New York, le 11 septembre 2011.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Trois pompiers se recueillent au Memorial où les noms des victimes sont gravés. New York, le 11 septembre 2012.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Une vue du Musée du Memorial (à gauche) construit entre les deux anciens emplacements des tours (devenus des bassins) et du One Trade Center, à New York, le 13 mai 2014.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Avec trois ans de retard, le Musée du Memorial est inauguré le 15 mai 2014 par Barack Obama. Ici, le président américain (à droite) avec l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, devant les portraits des victimes.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Dans le Musée du Memorial, plusieurs objets rassemblés sont les témoins de cette terrible journée. Ici, un camion de pompiers arraché par la violence du choc. New York, le 14 mai 2014.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Ici, des pièces de l’avion du vol American Airlines 11, au Musée du Memorial de New York, le 14 mai 2014.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le Musée du Memorial s’enfonce à près de 20 mètres en-dessous ce qu’il reste en surface des anciennes tours. Ici, la « dernière colonne » (à droite), ancien support de la tour sud du World Trade Center et qui a été la dernière à être retirée de Ground Zero.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Inauguré le 3 septembre 2014, le One Trade Center fait désormais parti de la skyline new-yorkaise.


On oublie trop souvent que 3 tours se sont effondrées!

 

 

…mais rien n’explique l’effondrement du WTC 7 quelques minutes après les 2 tours!

 

 

Publicités

11-Septembre: une vidéo inédite montre le chaos au pied des tours du World Trade Center

 

Un journaliste de la chaîne américaine CBS News a filmé au plus près les minutes qui ont suivi les attentats contre les Twin Towers. Des images restaurées viennent d’être rendues publiques.

Un immeuble en flamme, le souffle d’une explosion, un épais nuage noir et des rescapés qui tentent de fuir. Une vidéo inédite des minutes qui ont suivi les attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001 a été rendue publique le 31 août dernier. Visibles sur Youtube, les images ont déjà été vues, à ce jour, plus de 7,6 millions de fois.

Une image de la vidéo inédite des attentats du 11-Septembre.©  Une image de la vidéo inédite des attentats du 11-Septembre.

C’est un ancien cameraman de la chaîne américaine CBS News qui les a filmées. Ce 11 septembre 2001, peu de temps après que les avions pilotés par des membres du groupe terroriste al-Qaïda ont percuté les tours jumelles, caméra au poing, il approche peu à peu du World Trade Center. Au début de la vidéo, le nuage gris est déjà dense. Les secouristes, recouverts de poussière et toussant, reviennent chercher un peu d’air frais. Ils sont alors pris en charge, de l’oxygène leur est donnée.

© BFMTV.com

« Une tour s’est effondrée. Nous pensons que ce c’est ce qui s’est passé… Tout le monde court comme… », témoigne l’un d’entre eux.

Mark LaGanga va s’approcher du World Trade Center. Au fil de son parcours, le chaos. Un épais tapis de poussière et de papiers recouvre les trottoirs. Dans l’atmosphère règne un calme pesant. Seul le bruit lointain des sirènes de pompiers et les alarmes percent le silence lourd. Quelques minutes plus tard, le cameraman entre dans le hall de la tour nord. Le building a été frappé à 8h46 par le vol American Airlines 11. 92 personnes se trouvaient à bord.

Le haut du bâtiment est en flamme. Désormais, on sait que des centaines de salariés sont piégés dans les étages, 1.344 personnes sont mortes dans la tour nord. L’un des secouristes dira pourtant ce jour-là que tout le monde a été évacué, preuve du chaos et de la terreur qui règne ce jour-là en plein coeur de New York. Mark LaGanga interroge des salariés des deux tours. Complètement perdus, ils fuient, sacoche de travail à l’épaule.

© BFMTV.comImage© BFMTV.com Image

L’image la plus saisissante de cette séquence de 29 minutes est peut-être lorsque le cameraman filme l’effondrement de la tour dans laquelle il se trouvait quelques minutes plus tôt. Un assourdissant bruit d’effondrement, des dizaine de personnes fuyant à toute allure, un épais nuage noir, Mark LaGanga est lui-même aspiré par le souffle de l’immeuble. Pendant quelques minutes, son écran est noir, la poussière recouvrant son objectif. Seul le bruit perdure, celui d’un long et interminable éboulis puis des cris.

« Que s’est-il passé? », interroge-t-il. « Le haut de la tour s’est effondré, lui répond un employé conscient du miracle d’être encore en vie. « J’ai 69 ans et je peux encore courir. »

Au total, 2977 personnes sont mortes lors de ces attaques terroristes, et plus de 6000 ont été blessées.

Détails de l’écrasement du WTC-7 sur lui-même.
Le WTC-7 au sol.

 

Les fameuses tours jumelles et l’édifice 7.

 

 

Lettre ouverte au Président Trump sur les conséquences du 11-Septembre par Thierry Meyssan

 

Thierry Meyssan : Lettre ouverte au président Trump !

Lettre ouverte au Président Trump sur les conséquences du 11-Septembre !

par Thierry Meyssan

 

 

Monsieur le président, 
Les crimes du 11 septembre 2001 n’ont jamais été jugés dans votre pays. 
C’est en tant que citoyen français ayant dénoncé le premier les incohérences de la version officielle et ouvert mondialement le débat sur la recherche des vrais coupables que je vous écris. 
Lorsque nous sommes jurés d’un tribunal pénal, nous devons déterminer si le suspect qui nous est présenté est coupable ou non et, éventuellement, quelle peine doit lui être infligée. 
Lorsque nous avons assisté aux événements du 11-Septembre, l’administration Bush Jr. nous a affirmé que le coupable était Al-Qaïda et que la peine serait le renversement de ceux qui l’avaient aidé : les Talibans afghans, puis le régime irakien de Saddam Hussein. 
Cependant quantité d’indices attestent l’impossibilité de cette thèse. 
Si nous étions des jurés, nous déclarerions alors objectivement les Talibans et le régime de Saddam Hussein innocents de ce crime. 
Bien sûr, nous ne saurions pas pour autant qui est le vrai coupable et cela nous frustrerait. 
Mais nous ne concevons pas de condamner des innocents d’un tel crime parce que nous n’avons pas su, ou pu, en trouver les coupables. 
Nous avons tous compris que de hautes personnalités mentaient lorsque le secrétaire à la Justice et le directeur du FBI, Robert Mueller, ont révélé les noms des 19 pirates de l’air présumés. 
Car nous avions déjà sous les yeux les listes divulguées par les compagnies d’aviation de la totalité des passagers embarqués ; listes sur lesquelles aucun de ces suspects ne figurait. 
À partir de quoi nous avons accumulé de forts soupçons vis-à-vis du « gouvernement de continuité », cette instance chargée de prendre le relai des autorités élues si celles-ci venaient à mourir lors d’une confrontation nucléaire. 
Nous avons émis l’hypothèse que ces attentats masquaient un coup d’État, conforme à la méthode qu’Edward Luttwak avait imaginée : maintenir l’apparence de l’Executif, mais lui imposer une autre politique. 


Dans les jours qui ont suivi le 11-Septembre, l’administration Bush a pris plusieurs décisions.
 la création de l’Office of Homeland Security et le vote d’un volumineux Code anti-terroriste rédigé longtemps à l’avance, l’USA Patriot Act. 
Pour les affaires que l’administration qualifie elle-même de « terroristes », ce texte suspend la Bill of Rights qui avait fait la gloire de votre pays. Il déséquilibre vos institutions. 
Il assure, deux siècles plus tard, le triomphe des grands propriétaires qui rédigèrent la Constitution et la défaite des héros de la guerre d’indépendance qui exigèrent qu’on lui ajoute la Bill of Rights. 
 le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, créa l’Office of Force Transformation, sous le commandement de l’amiral Arthur Cebrowski. 
Il présenta immédiatement un plan, conçu de longue date, prévoyant de contrôler l’accès aux ressources naturelles des pays du Sud. 
Il exigeait de détruire les structures étatiques et la vie sociale dans la moitié du monde non encore globalisée. 
Simultanément, le directeur de la CIA lança la « Matrice de l’attaque mondiale », un ensemble d’opérations secrètes dans 85 pays dont Rumsfeld et Cebrowski entendaient détruire les structures étatiques. 
En considérant que seuls les pays dont les économies étaient globalisées seraient stables et que les autres seraient détruits, les hommes du 11-Septembre placèrent les Forces armées US au service d’intérêts financiers transnationaux. Ils trahirent votre pays et en firent le bras armé de ces prédateurs. 
Depuis 17 ans, nous voyons ce que donne à vos concitoyens le gouvernement des successeurs de ceux qui rédigèrent la Constitution et s’opposèrent sans succès à l’époque à la Bill of Rights : les riches sont devenus des super-riches, tandis que la classe moyenne a été diminuée par cinq et que la pauvreté s’est étendue. 
Nous voyons aussi la mise en œuvre de la stratégie Rumsfeld-Cebrowski : de prétendues »guerres civiles » ont dévasté la quasi-totalité du Moyen-Orient élargi. 
Des villes entières ont été rayées de la carte de l’Afghanistan à la Libye, en passant par l’Arabie saoudite et la Turquie qui pourtant n’étaient pas, elles, en guerre. 

En 2001, seuls deux citoyens US ont dénoncé les incohérences de la version bushienne, deux promoteurs immobiliers : le démocrate Jimmy Walter qui a été contraint de s’exiler, et vous-mêmes qui êtes bientôt entré en politique et avaient été élu président. 
En 2011, nous avons vu le commandant de l’AfriCom être relevé de sa mission au profit de l’Otan pour avoir refusé de soutenir Al-Qaïda afin de renverser la Jamahiriya arabe libyenne. 
Puis, nous avons vu le LandCom de l’Otan organiser le soutien occidental aux jihadistes en général et à Al-Qaïda en particulier pour renverser la République arabe syrienne. 
Ainsi les jihadistes, qui étaient considérés comme des « combattants de la liberté » contre les Soviétiques, puis comme des « terroristes » le 11-septembre, redevenaient les alliés de l’État profond qu’ils n’avaient jamais cessés d’être. 
Aussi avons nous observé avec un immense espoir votre action pour supprimer un à un tous les soutiens aux jihadistes. 
C’est avec le même espoir que nous vous voyons aujourd’hui dialoguer avec votre homologue russe afin de rétablir la vie au Moyen-Orient dévasté. 
Et c’est avec une inquiétude équivalente que nous voyons Robert Mueller, devenu procureur spécial, poursuivre la destruction de votre patrie en s’attaquant à votre fonction. 

Monsieur le président, non seulement vous et vos concitoyens souffrez de la dyarchie qui s’est installée dans votre pays depuis le coup d’État du 11-Septembre, mais le monde entier en est victime. 
Monsieur le président, le 11-Septembre n’est pas une histoire ancienne. 
C’est le triomphe d’intérêts transnationaux qui écrasent aujourd’hui non seulement votre peuple, mais l’ensemble de l’humanité qui aspire à la liberté. 

Thierry Meyssan 

 Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage en français : Sous nos yeux – Du 11-Septembre à Donald Trump (2017). 

Thierry Meyssan a ouvert mondialement le débat sur les vrais responsables du 11-Septembre. Il a travaillé, comme analyste politique, aux côtés d’Hugo Chavez, de Mahmoud Ahmadinejad et de Mouamar Kadhafi. Il est aujourd’hui réfugié politique en Syrie. 

Source : 
http://www.voltairenet.org/article202612.html

Désinformation du 11 septembre 2001:des immeubles s’effondre,il faut enquêter

C’est paru le 14 août dernier, et cela me semble important d’en parler. Un schéma, surtout, à attiré mon regard dans l’article. Il concerne le fameux bâtiment 7 qui s’était effondré après les deux tours du WTC. Encore un article complotiste, allez-vous me dire ? Oui, mais avouez qu’aucun site n’a repris l’article à ce jour ici en France, où on a déjà oublié beaucoup de choses : complote qui veut, et dans un sens, ça complote depuis longtemps maintenant pour démontrer que ses effondrements ont bien été « normaux » et provoqués par des jiadistes armés de couteaux en plastique seulement. L’article est donc ici, et je vous le découvrir avant d’y apporter quelques compléments qui me semblent nécessaires. Treize ans après, on n’a toujours pas de réponse à la question de l’effondrement sans raison claire de ce fameux immeuble N°7, qui est bien la clé fondamentale du problème depuis toujours. Car si c’est effectivement une démolition contrôlée, ce qui pour moi est évident, il convient en effet de se poser des questions sur ses deux voisins immédiats plus imposants… plus « réussis » encore, si je puis me permettre… Jamais trois sans un, pourrait-on dire (ou quatre, avec le Pentagone) ?

Les  fameuses tours jumelles et l'édifice 7.
Les fameuses tours jumelles et l’édifice 7.

Comme rien n’a abouti en treize ans, un jeune homme décidé a eu l’idée de prendre le problème par un autre bout. Celui de se poser la question de comment des bâtiments ont pu s’effondrer à New-York ces dernières années (il y en a eu un récemment (en mars dernier), suite à une explosion de gaz, voir l’image ci-dessous), ce qui aboutirait invariablement à évoquer la chute du bâtiment N°7… les deux immeubles du WTC ne faisant pas partie de l’enquête, puisqu’a été définie officiellement la raison de leur effondrement : les deux Boeings entrés dedans (je n’expose pas ici la réfutation de ces deux engins comme seuls responsables, ça prendrait trop de temps et ça a été assez traité il me semble, ici comme ailleurs). C’est habilement contourner le silence pesant qui entoure les événements, en effet, comme démarche, et elle risque bien d’aboutir, celle-là. 

Détails de l'écrasement du WTC-7 sur lui-même.
Détails de l’écrasement du WTC-7 sur lui-même.

Voici donc de nouveaux critiques de la théorie officielle : « un petit groupe, le NYC Coalition for Accountability Now (NYC CAN), fonctionne en grande partie grâce à un jeune homme nommé Ted Walter, qui a mis au point une solution : amener le public à légiférer sur une enquête formelle sur l’effondrement » (de l’immeuble 7).  « Notant qu’aucun gratte-ciel ne s’est jamais effondré à la suite de l’incendie, et constatant que la position officielle sur la destruction du bâtiment 7 ne peut pas être expliqué définitivement, le groupe de Walter a proposé à la ville d’explorer tous les bâtiments qui se sont effondrés depuis, y compris ceux du 11 septembre 2001. L’enquête proposée exclut ostensiblement les bâtiments 1 et 2, des effondrements qui ont été beaucoup étudiés et débattus. Il ne mentionne pas explicitement le bâtiment 7, mais il n’a pas à le faire. Le bâtiment 7 est en effet unique en ce qu’il n’a pas été frappé par un avion. Toute enquête sérieuse sur l’effondrement des bâtiments devrait donc commencer par le bâtiment 7. Le principe est de chercher à obtenir des New-Yorkais un vote sur une mesure de scrutin, sur une initiative de sécurité de grande ampleur. Ses partisans font face à un défi difficile à tenir, et se sont déjà heurtés à certains barrages conséquents. Pourtant, ils persévèrent ». C’est bien prendre le problème sous un nouvel angle qui est souhaité, voilà qui est original et qui pourrait s’avérer fort efficace en effet. En jouant sur le thème de la « sécurité » des bâtiments, l’organisation touche une fibre sensible des New-Yorkais, marqués par l’effondrement récent. Un fait rare dans la cité, malgré la vétusté connue du réseau, sans parler du réseau électrique vétuste qui effraie vite le premier visiteur occidental visitant les Etats-Unis, avec les poteaux de bois apparents aux carrefours, les poteaux haute-tension vieillis et les câbles baladeurs en travers des routes, même si à New-York on les enterre depuis pas mal de temps (en créant un réseau inextricable et ingérable, fait de rajours et de raccords perpétuels). Les USA perdent chaque année 6% au minimum de l’énergie produite en raison de cette vétusté !

Le WTC-7 au sol.
Le WTC-7 au sol.

 Treize ans après, l’étude sur le 11 septembre réclame un regard neuf, et le jeune Ted Walter peut en représenter un : il avait en effet 19 ans seulement au moment des faits, et venait juste de débarquer à New-York (ici en photo avec Bob McIlvaine et leurs 67 192 signatures sur leur pétition !). ! « Ted Walter ne correspond pas à la caricature du militant mal rasé, grincheux, criant. Il est réfléchi et calme précise un ami. Il a grandi dans le Wisconsin et le Mozambique, où son père était un fonctionnaire d’un groupe d’aide privée, a obtenu un baccalauréat ès arts à l’Université de New York et une maîtrise en politique publique à l’Université de Berkeley, et a ensuite travaillé pour le Conseil de surveillance de San Francisco. Il est arrivé du Mozambique à New York à 19 ans, au moment d’entrer au collège (là-bas un établissement d’études supérieures !), deux semaines avant les attaques. Le « 9/11 était essentiellement mon introduction à New York, » dit-il. La première chose qui l’a frappé lui était de se demander pourquoi, si longtemps après que les premiers avions ont frappé le World Trade Center, un autre avion est allé sans en être empêché frapper le Pentagone. Où étaient les défenses américaines tant vantées ? Il a aussi trouvé étrange que l’effondrement d’un bâtiment impliquerait des structures entières a presque se vaporiser dans l’air. Ce n’est pas avant le printemps 2006 que Walter a commencé à rechercher résolument sur les événements. « Au cours des quelques mois où j’ai lu tout ce que j’ai pu trouver, je suis venu à la conclusion que le récit officiel sur le 11 septembre était faux, » dit-il. Redécouvrant ce que d’aucuns avaient pressenti (personnellement ce ne sera pas avant 2004, car j’étais auparavant un partisan de la thèse classique, je l’avoue !).

 C’est un point de vue nouveau sur la question et qui évite le gros écueil de la remise en cause globale du 11 septembre, ce qu’aucun New-Yorkais ne pourrait accepter. « L’exclusion des tours (du WTC) de l’enquête peut sembler une concession majeure, mais elle peut effectivement être la partie plus adroite de ce plan. En laissant les tours jumelles, un certain nombre de griefs que les électeurs peut avoir à la réouverture de l’enquête sur le 9/11 peut être évitée. A l’évidence, des gens de l’opposition pourraient soulever à propos des tours serait que les deux ont été frappées par les avions, et donc que ces dernières révéleraient peu de la sécurité des bâtiments classiques. Il serait également difficile de mener une enquête frauduleuse sur le bâtiment 7, car cette destruction du bâtiment ressemble tellement à une démolition contrôlée ». Car, adroitement encore, le NYC CAN prend le fameux rapport controversé du NIST au mot, celui qui a rendu responsable de l’effondrement au seul incendie :survenu à des étages intermédiaires : « le rapport sur le bâtiment 7 par l’Institut National des Standards et de la Technologie (NIST) a attribué la destruction de l’immeuble à un « phénomène nouveau » – une dilatation thermique conduisant à un effondrement progressif suite à un incendie. Comme Massimo Mazzucco souligne dans son nouveau film sur le « 11 Septembre : Le Nouveau Pearl Harbor », ce nouveau phénomène, si il était vrai, aurait nécessité la réécriture des codes du bâtiment partout dans le monde, car tous les gratte-ciel pourraient être vulnérables aux effondrements en cas d’incendie. Mais depuis, bien sûr, il n’y a pas eu de tels changements de la façon dont les gratte-ciel sont construits. C’est là où la notion de la « sécurité » ne fait qu’ajouter au succès possible de cette initiative » . Et effectivement, en juillet dernier, le groupe avait explosé le nombre de signatures requises pour qu’une pétition soit prise en compte à New-York : 67 000 pétitions soit 30 000 de plus que nécessaire !

Ted Walterand e Bob McIlvaine devant  les copies de la pétition.
Ted Walterand e Bob McIlvaine devant les copies de la pétition.

 Il est vrai qu’il a bien été embarrassé, le NIST, pour « expliquer » à sa façon l’effondrement du N°7. Surtout comment ses 185 mètres et ses 47 étages se sont effondrés en 6,5 secondes, à savoir… en chute libre pratiquement. Le NIST avait dû ramer pour expliquer qu’un incendie déclaré au 12 étage et ayant duré 7 heures (avec quels matériaux pour l’alimenter aussi longtemps ?) a suffi à le faire tomber, en rampant de local à local, via les plafonds, selon son explication fort alambiquée. L’immeuble n’ayant pas été touché sévèrement ou directement par les deux avions (à part les projections de leurs explosions, ou les explosions véritables avec projection du sommet des deux tours du WTC)… il est donc logique aujourd’hui de s’appuyer sur les dires du NIST… pour poser la question du danger que représentent donc des immeubles semblables en cas d’incendie… C’est très adroit de la part du NYC CAN, comme prise de position, qui pose ainsi la question de la sécurité de la majeure partie des immeubles à étages construits aux States. Ça, où il aurait été sciemment détruit, par des charges disposées auparavant, ce qui est la thèse complotiste : or seule une enquête, à ce jour non effectuée, pourrait le dire, si d’autres constructions similaires pourraient elles aussi s’effondrer en raison d’un incendie, en dehors de toute recherche d’acte complotiste. En direct, le célèbre Dan Rathers avait eu cette phrase restée célèbre : »stupéfiant, incroyable, les mots me manquent. Pour la troisième fois aujourd’hui, ces images nous rappellent ce que nous avons tous déjà si souvent vues à la télévision, lorsqu’un immeuble est délibérément détruit par des charges de dynamite posées judicieusement pour le faire tomber. »  Personne n’a jamais pour autant déclaré Rathers complotiste, pourtant… 

Et surtout pas notre phénomène de foire « Bastison », qui a écrit sur le sujet « mais cette démolition si réussie n’est qu’une impression… » car pour lui elle n’avait pas aussi « parfaite » que cela… comme le seraient touours (selon lui) toutes les démolitions contrôlées  : à croire qu’il n’a pas regardé beaucoup de vidéos de démolitions pour élaborer sa thèse plus que légère ! Ou n’a pas visionné non plus celle de la vidéo de l’implosion (ratée !) de Coral Gables, où l’on peut voir clairement la « mise en traction » des colonnes centrales pour entraîner le reste du bâtiment vers son centre, phénomène perçu aussi dans le cas du WTC7 !!! On devrait plutôt lui recommander la lecture du site pour enfants « HowStuffWorks », et celle de son chapitre « How Building Implosions Work« … ou voir encore l’implosion du Stardust de Las Vegas en 2007. Une démolition est toujours « amorcée » par le bas, et « accélérée » ensuite par le haut. Ce qui chez Bastison, de Jérôme Quirant (alias Moorea) devient  : « ce qui est bizarre, c’est que la démolition contrôlée part du bas, génère des explosions sur les derniers étages, et entre les deux ? rien... » ajoute-t-il, sans s’apercevoir qu’il vient de décrire une démolition-type pour le WTC7 (il est allumé ici par la critique) ! Le NIST avait dû produire une structure d’acier fort déformée pour expliquer l’écroulement de l’édifice, avec une torsion manifeste. Visiblement pourtant l’immeuble s’était effondré … tout droit sur lui-même. La clé du problème est en effet dans l’effondrement des stuctures porteuses en acier : cisaillées à la base pour amorcer une chute… par implosion ! L’architecte Richard Gage se bat depuis longtemps pour convaincre les gens de cette démolition contrôlée !!! L’incendie extrémement violent d’un immeuble à structure d’acier en Espagne (le Windsor Building à Madrid, en 2005 ci-dessus ici à gauche) et l’incroyable robustesse de ce genre de construction…

Tout cela, notre jeune homme en a pris conscience très vite en arrivant aux USA, comme il a compris très vite que ça ne servait plus à rien de s’acharner… contre la thèse officielle, mais plutôt de chercher à poser des questions indirectes, révélant ainsi sa vision différente, celle de la jeunesse qui a appris à douter avec le Net : « Walter est parfaitement une créature de l’ère d’Internet. Dans la foulée de la déclaration de Melissa Mark-Viverito (la porte parole du New York City Council), il n’a pas tardé à mettre un e-mail « d’Appel à l’action » à ses partisans : « maintenant, l’Initiative de sécurité est de grande ampleur et nous vous demandons de dire au Président Melissa Mark-Viverito qu’il n’y a pas de fantasmes ici. La seule fantaisie incontrôlée est celle qu’on choisit de croire, à savoir qu’un gratte-ciel de 47 étages s’est effondré de façon symétrique, à l’accélération de la chute libre, à parti de petits incendies isolés. S’il vous plaît prenez cinq minutes aujourd’hui pour envoyer un courriel du bureau du Président avec ce message : La seule « fantaisie incontrôlée » est un gratte-ciel qui s’est s’effondré par ncendie. Expliquez au Président et à son personnel comment donc une charpente d’acier de gratte-ciel de 47 étages ne peut pas s’effondrer au feu, et demandez-leur de regarder la vidéo de 15 minutes pour résoudre le mystère du WTC 7, que proposent plus d’une douzaine d’experts, qui n’abrite pas de sauvage fantasmes, mais des preuves scientifiques irréfutables ».  Pour l’instant, celui qu’elle a soutenu et qui est devenu maire, Bill de Blasio, resté longtemps sourd à ces appels. Sourd, mais contraint légalement à les accepter, avec un référendum qui aura lieu bientôt, en novembre prochain, finalement et qui risque fort de redessiner une autre vision du 11 Septembre, si l’on enquête enfin sérieusement sur la chute de l’immeuble N°7. Pour les autres, ce sera plus tard, tout simplement. Treize ans après, certains attendent toujours la vérité. A ce jour, ils ne l’ont toujours pas eue.

En ce sens, Ted Walter a déjà gagné la partie, à entendre des habitants se poser (enfin) la bonne question : « J’ai regardé ce qui se passait de très près et j’ai été très satisfaite des conclusions », a déclaré Valerie Lucznikowska, qui a perdu son neveu (Adam Arias) sur le 11 Septembre, elle était présent pour la présentation de la pétition, jeudi dernier. « Je suis originaire né New Yorker et je passe beaucoup de mon temps dans de grands bâtiments et quand le NIST a déclaré qu’il a pris feu à cause des autres bâtiments, cela m’a perturbé. Si un bâtiment ne peut tout simplement pas tomber comme ça, c’est quelque chose qui devrait être vraiment étudié pour l’avenir « . Lucznikowska, qui a parlé lors de la conférence sur le bâtiment 7, affirme qu’elle n’est pas un théoricienne de la conspiration, mais une citoyenne inquiète qui remet en cause les méthodes utilisées par le NIST pour déterminer la cause de l’effondrement. « Ils ont utilisé des modèles recréés et je ne pense pas qu’ils soient allés assez profond dans l’enquête », dit Lucznikowska. « Juste la pensée que cela pourrait se reproduire, cela ne cadre pas bien avec moi et je voudrais en savoir plus à ce sujet. Je pense que c’est une pétition précieuse, et il ya au moins 67 000 personnes qui sont d’accord avec moi. Je ne dis pas que c’était un complot, je suis juste inquiète pourquoi c’est arrivé, et je ne veux pas voir cela se reproduire « . Il faut briser pour ça, dit aussi l’auteur David Ray Griffin la tendance lourde qui veut que toute atteinte à l’image du 11 Septembre soit perçue comme un acte anti-national. Aujourd’hui, les gens n’amalgament plus autant semble-t-il, lassés de ne pas avoir obtenu de réponses à leurs questions.. comme on a pu les convaincre de le faire ses dernières années, marquées encore par une forte empreinte bushienne et un Obama droit dans les bottes de son prédécesseur sur la question.

nist 001

Ils ne sont plus seuls : des architectes et des ingénieurs de renom (plus d’un millier) demandent depuis plus de 10 ans que le dossier de l’effondrement subit du WTC7 soit réexaminé. Que l’on parle de ce qu’a entendu ou vu Barry Jennings (et également des suites familiales surprenantes de son décès à 53 ans…). Le temps est venu de l’explication de la démolition contrôlée du WTC7, et de la dénonciation du rapport-croupion du NIST, dont les données informatiques ne sont toujours pas disponibles à ce jour. Pourquoi, on en a bien une petite idée : la thèse officielle ne tient pas, tout bonnement . Le WTC7 a toujours été l’arbre qui cachait la forêt. Expliquons au moins enfin pourquoi un arbre est tombé… en novembre, on pourra espérer avancer (enfin) sur la question. Et retrouver plus tard les bûcherons qui l’ont fait tomber. On saura bien un jour ce qui s’est passé. Et comme pour l’assassinat de JFK, ce ne sera pas à l’honneur des dirigeants US, je pense.

 

 

 

Un mystère sera un jour résolu :l’effondrement du WTC-7,le 11 septembre 2001

 

Nous prend-t-on encore pour des imbéciles,à Washington?

Qu’est-ce qui a causé l’effondrement de la Tour Sept du World Trade Center? Le dernier mystère derrière les attentats du 11-Septembre devrait bientôt être élucidé, selon les experts américains qui enquêtent sur l’écroulement de ce bâtiment. La tour de 47 étages, qui était baptisée «Tower Seven», s’est effondrée sept heures après les tours jumelles.

Comment expliquer qu'une  journaliste annonce l'événement à Londres avant l'effondrement de la Tour 7?
Comment expliquer qu’une journaliste annonce l’événement à Londres avant l’effondrement de la Tour 7?

 

L’écroulement de cette tour, qui n’a pas été frappée par un avion contrairement aux deux autres, a donné lieu à de nombreuses hypothèses et autres théories du complot. Certains affirment qu’elle est tombée suite à une démolition volontaire et contrôlée. Mais le National Institute of Standards and Technology, basé à Washington, devrait plutôt conclure dans son rapport très attendu que ce sont des feux à différents étages de la tour qui ont causé son effondrement. Cela ferait de la Tower Seven le premier gratte-ciel au monde à s’écrouler à cause d’incendies.

http://www.youtube.com/watch?v=972ETepp4GI

Interviewé par la BBC, l’enquêteur en chef de l’institut américain, a déclaré: «Notre hypothèse de travail suggère actuellement que ce sont des feux de bâtiment normaux qui se sont développés et propagés dans les différents étages qui ont entraîné l’effondrement final».

 

La Tour Nord en flammes...triste souvenir.
La Tour Nord en flammes…triste souvenir.

Cette explication reste contestée, notamment par le mouvement 9/11 Truth, un collectif d’associations et d’individus qui remettent en question les versions officielles autour des attentats du 11-Septembre. Des architectes, scientifiques et ingénieurs qui se sont ralliés à ce mouvement soutiennent que l’explication des incendies est impossible, et qu’il a dû y avoir une démolition à l’explosif contrôlée. Le fondateur du groupe, Richard Gage, explique sa pensée:

wtc-7-lede-0808

Le bâtiment Sept est une preuve irréfutable. N’importe quel écolier qui regarde ce bâtiment tomber à la vitesse de la chute libre et de manière symétrique peut se rendre compte que ce n’est pas un phénomène naturel. Les bâtiments qui s’écroulent de manière naturelle suivent le schéma de la moindre résistance, ils ne s’écroulent pas tout droit sur eux-mêmes.

Plusieurs éléments ont encouragé le développement de théories du complot concernant la tour Sept du World Trade Center: tous les débris de métaux du gratte-ciel ont été récupérés pour être fondus, malgré le fait que l’effondrement soit possiblement une première dans l’histoire de l’architecture; la tour était occupée par les services secrets, la CIA et d’autres organes censés coordonner la réponse à une attaque terroriste. Enfin, la destruction de la troisième tour n’a pas été mentionnée dans le rapport de la commission sur le 11-Septembre.

[Lire l’article complet sur bbc.co.uk]

WTC in fire

UNE PROPAGANDE MÉDIATIQUE BIEN ORCHESTRÉE

Le rapport de l’Institut américain de surveillance des normes techniques montre que le bâtiment s’est effondré suite à  des incendies qui s’y sont déclarés après que les tours jumelles ont été touchées par les attentats.

Le 11 septembre 2001 à  New-York, les deux tours du World Trade Center s’effondraient, percutées par des des avions de lignes kamikazes. Un attentat responsable de la mort de 3000 personnes. Dégât collatéral, le bâtiment dit « N.7″, immeuble de 47 étages situé à  proximité immédiate des tours 1 et 2 du WTC s’effondrait à  son tour. Dans les mois qui suivirent l’attentat, parmi les multiples controverses concernant les « possibilités techniques » de tels effondrements, le N.7, qui n’avait pas été directement touché par les attaques, devint la source de multiples théories complotistes affirmant que ses structures avaient été piégées. Le rapport de l’Institut américain de surveillance des normes techniques, publié jeudi 21 aoùt sur son site internet, met définitivement fin aux spéculations.

Fusion des structures
Le N.7, explique le rapport, a été soumis à  des feux successifs qui ont ravagé près de 10 de ses étages pendant sept heures d’affilée, et les extincteurs à  eau n’ont pas fonctionné, ce qui a provoqué la fusion de structures portantes centrales et l’effondrement. « Les témoignages vidéo et photographiques que nous avons analysés ainsi que les simulations détaillées réalisées sur nos ordinateurs montrent qu’aucun explosif ni carburant n’a joué de rôle dans l’effondrement du bâtiment N.7″, a déclaré jeudi le directeur de l’enquête, Syam Sunder, au cours d’une conférence de presse au siège du NIST à  Gaitherburg (Maryland, est) et également publiée sur le site. « Des débris incandescents tombant de la tour 1 ont allumé des incendies sur les façades sud et ouest du bâtiment, et certains étages –du 7e au 9e et du 11e au 13e– sont devenus totalement incontrôlables, d’autant que les extincteurs étaient reliés à  des pompes à  eau qui n’ont pas fonctionné parce que le système de pompage d’eau de la ville avait été endommagé par l’effondrement des deux tours (…) Les sols et plafonds ont alors fondu, et les incendies se sont propagés à  la partie nord-est du bâtiment, où le processus d’effondrement a commencé », précise le document. L’enquête du National Institute of Standards and Technology (NIST) a duré trois ans et a été menée par une équipe de 50 experts dans des secteurs divers, des explosifs à  l’ingéniérie et la construction en général.

Rapport du NIST sur l’effondrement du WTC7

© AFP, cet article a été retiré d’AFP quelques jours après sa parution. Et aussi il a été retiré du journal Le Monde (article AFP sur le quotidien Le Monde en rapport avec le bâtiment 7)! C’est pas une blague. Voila l’article original:

L’effondrement du bâtiment N.7 du World Trade Center le 11 septembre 2001 est dù à  des incendies qui s’y sont déclarés après que les tours jumelles eurent été touchées par les attentats, a annoncé jeudi l’Institut américain de surveillance des normes techniques.

Cet immeuble de 47 étages situé à  proximité immédiate des tours 1 et 2 du WTC a été soumis à  des feux successifs qui ont ravagé près de 10 de ses étages pendant sept heures d’affilée, et les extincteurs à  eau n’ont pas fonctionné, ce qui a provoqué la fusion de structures portantes centrales et l’effondrement, a conclu le National Institute of Standards and Technology (NIST) au terme de trois ans d’enquête, dans un rapport posté sur son site internet.

Ce rapport met un point final aux controverses sur les raisons de l’effondrement du bâtiment qui n’avait pas été directement touché par les attaques.

Les témoignages vidéo et photographiques que nous avons analysés ainsi que les simulations détaillées réalisées sur nos ordinateurs montrent qu’aucun explosif ni carburant n’a joué de rôle dans l’effondrement du bâtiment N.7³, a déclaré jeudi le directeur de l’enquête, Syam Sunder, au cours d’une conférence de presse au siège du NIST à  Gaitherburg (Maryland, est) et également publiée sur le site.

Des débris incandescents tombant de la tour 1 ont allumé des incendies sur les façades sud et ouest du bâtiment, et certains étages –du 7e au 9e et du 11e au 13e– sont devenus totalement incontrôlables, d’autant que les extincteurs étaient reliés à  des pompes à  eau qui n’ont pas fonctionné parce que le système de pompage d’eau de la ville avait été endommagé par l’effondrement des deux tours (…) Les sols et plafonds ont alors fondu, et les incendies se sont propagés à  la partie nord-est du bâtiment, où le processus d’effondrement a commencé, précise le document.

L’enquête a été menée par une équipe de 50 experts dans des secteurs divers, des explosifs à  l’ingéniérie et la construction en général.

Les attentats du 11 septembre 2001 à  New York, parmi les plus meurtriers de l’Histoire, ont fait près de 3.000 morts.

build7_dees

Pour finir

Voila un excellent article de ReOpen911Rapport du NIST sur l’effondrement du WTC7 que je vous conseil de lire pour mieux comprendre ce qui ce passe ici.

Le bâtiment 7 a été dynamité, j’admire ceux qui ont de la patience pour traiter ce genre de choses si évidentes (9/11 et l’implication du gouvernement américain dans tout ça, et je vois que les investigateurs vont super loin et trouvent des détails tous les jours presque, ça commence presque à  devenir une science de faire des investigations sur le 11 septembre, il y a déjà  des tonnes de dossiers sur le sujet), et donc j’admire ceux qui ont la patience de traiter sur des choses aussi flagrantes et évidentes que la vérité sur le 11 Septembre avec des personnes qui croient la version officielle qui est totalement absurde.

10 étages qui ont pris feu seulement, et ça a causé la chute du bâtiment 7? Sachant que le bâtiment faisait, je cite de wikipediaLa tour d’origine avait 47 étages, créée par Emery Roth & Sons, avec une façade rouge. La tour mesurait 610 ft (186m). Tishman Realty & Construction ont dirigé la construction du bâtiment qui a débuté en 1983. En mars 1987, le bâtiment a ouvert ses portes et est devenu la septième structure du World Trade Center.. Faites des mathématiques et la réponse vous saute aux yeux!