Histoire nordique:Le raid viking sur Lindisfarne

 

L’attaque inattendue des hommes du Nord contre le monastère de Lindisfarne en 793 est largement considérée comme le début de l’ère viking. Voici l’histoire fascinante du raid Lindisfarne Viking.

J’étais à l’école primaire quand j’ai découvert le raid Lindisfarne Viking. Pour une raison quelconque, l’image des navires vikings naviguant à travers la mer pour attaquer de nouvelles terres me resta gravée dans les décennies à venir.

Pourtant, ce n’est que ces dernières années que je vis en Scandinavie que j’en ai appris tellement plus sur ce raid.

Bien que ce ne soit pas la première attaque contre les îles britanniques, ce fut de loin la plus importante car elle changea la façon dont les hommes du Nord étaient perçus non seulement sur les îles britanniques, mais dans toute l’Europe.

Sources historiques

Tout d’abord, un mot sur l’histoire. Malgré les pierres runiques, les Vikings n’ont pas enregistré beaucoup de leurs aventures par écrit. Au lieu de cela, ils étaient des conteurs oraux. Beaucoup de contes n’ont été écrits que dans les sagas islandaises des siècles plus tard.

Cependant, nous avons écrit des documents historiques du Lindisfarne, du point de vue des Northumbriens. C’est pourquoi nous pouvons parler de Lindisfarne avec plus de confiance que de nombreux autres éléments de l’ère viking.

Deux sources historiques majeures comprennent des extraits de la Chronique anglo-saxonne et une lettre du moine Alcuin à Mgr Higbald. C’était une réponse à la lettre originale de Higbald à Alcuin, qui contenait probablement de nombreux détails sur le raid. Malheureusement, nous n’avons que la réponse.

Dans cet esprit, lisez la suite pour découvrir l’histoire complète et fascinante du raid Viking sur Lindisfarne.

Avant le raid

Comme mentionné précédemment, le raid de Lindisfarne n’était pas la première fois que des gens des îles britanniques rencontraient les marins du Nord. En fait, l’Angleterre avait été ciblée six ans auparavant, comme indiqué dans la Chronique anglo-saxonne:

«AD, 787. Cette année, le roi Bertric a emmené Edburga, fille d’Offa, pour femme. Et à son époque, trois premiers navires des hommes du Nord vinrent du pays des voleurs. Le Reve y monta alors et les conduisit à la ville du roi; car il ne savait pas ce qu’ils étaient, et il fut tué. C’étaient les premiers navires des Danois qui cherchaient la terre de la nation anglaise.

L’importance de Lindisfarne

Fondé au milieu du VIIe siècle, le monastère et l’évêché de Lindisfarne sont devenus le centre d’une mission de conversion très réussie.

Le fameux château de Lindisfame.

Le monastère abritant les reliques de saint Cuthbert, nommé évêque de Lindisfarne en 685, il devint rapidement un lieu de pèlerinage pour les croyants. Suite à la mort du guérisseur Cuthbert, de nombreux miracles ont été rapportés dans son sanctuaire.

Cette importance croissante s’accompagna d’une richesse et d’un pouvoir croissants. Des cadeaux ont été donnés par des personnalités royales et au moment du raid, Lindisfarne détenait probablement de nombreuses richesses, notamment de précieux objets liturgiques.

L’une des raisons pour lesquelles le raid de Lindisfarne est considéré comme le début de l’ère viking est l’impact majeur qu’il a eu sur le monde chrétien en Grande-Bretagne et au-delà. Lindisfarne, également connue sous le nom d ‘«île sacrée», a été décrite par le moine Alcuin comme «un lieu plus sacré qu’aucun autre en Grande-Bretagne».

D’où viennent les Vikings de Lindisfarne?

Attendez, la Chronique ne faisait-elle pas référence aux Danois? Comme l’a dit un chercheur viking sur le Life in Norway Show, Danois ou Danois était un terme catch-call et pas nécessairement utilisé pour désigner des personnes de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de Danemark.

L’attaque de Lindisfarne par les Vikings,en 793.

On pensait que les raids antérieurs avaient peut-être été faits à partir de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Danemark, mais le raid sur Lindisdarne aurait pu être mené par des pillards de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la Norvège ou le Danemark.

C’est parce que dans la lettre d’Alcuin à Higbald, il écrit que le raid était le produit d’un «voyage que l’on ne croyait pas possible». Nous savons que des gens du Danemark étaient déjà allés dans les îles britanniques, donc l’implication est que les équipages de Lindisfarne ont voyagé de beaucoup plus loin.

Le raid de Lindisfarne

La Chronique anglo-saxonne note: «793. Ici, de terribles présages se produisirent au-dessus du pays de Northumbrie et effrayèrent misérablement le peuple: c’étaient des éclairs d’époque, et des dragons de feu volaient dans les airs. Une grande famine a immédiatement suivi ces signes, et peu de temps après, la même année, le 8 janvier, le raid d’hommes païens a misérablement dévasté l’église de Dieu sur l’île de Lindisfarne en pillant et en massacrant.

On pense certainement que les drakkars Viking sont arrivés par temps orageux, ou du moins pas par temps clair.

Des expériences récentes ont montré qu’un drakkar approchant aurait pu être aperçu de Lindisfarne avec un avertissement d’une heure, mais ceux du monastère ont été complètement pris par surprise. Étant donné les raids antérieurs ailleurs dans les îles britanniques, la vue d’un drakkar approchant aurait sûrement provoqué la panique et déclenché des préparatifs.

Il est intéressant de noter que malgré la date de janvier indiquée dans la Chronique, la date réelle est généralement considérée comme juin. La description écrite de l’attaque elle-même est très brève.

Tout ce que nous savons, c’est que l’église a été détruite, des biens volés et du sang versé. Cependant, l’accent mis sur les présages précédents met en évidence l’importance du raid du point de vue anglo-saxon.

Alcuin a qualifié l’événement de «calamité sans précédent», car il a décrit l’église comme «éclaboussée du sang des prêtres de Dieu, dépouillée de tous ses ornements». Il a poursuivi en disant que les païens «foulaient aux pieds les corps des saints dans le temple de Dieu, comme de la bouse dans la rue».

L’héritage de Lindisfarne

Des sources ultérieures expliquent que le raid viking était si terrifiant pour les chrétiens à cause de la grande violence infligée mais aussi parce qu’un sanctuaire chrétien a été vandalisé par des païens.

Des événements occasionnels marquent le raid, qui a été imaginé, repensé et immortalisé dans de nombreuses émissions de télévision et films Viking au fil des ans.

Les ruines du grand monastère de l’île sainte britannique.

L’île sacrée reste un lieu de pèlerinage à ce jour. Mais c’est aussi une destination touristique populaire, sans doute aidée par son association avec l’ère viking. Les ruines évocatrices du prieuré de Lindisfarne ainsi que le château du XVIe siècle construit pour défendre l’île contre les attaques des Écossais et des Norvégiens sont des attractions populaires.

Au début de 2020, une pièce de jeu rare d’un jeu de société Viking a été découverte dans un fossé de l’île. A-t-il été amené par l’un des pillards en 793? Personne ne sait.

Une cité historique qui ressemble étrangement au Vieux Québec.
On recycle depuis une époque lointaine des bateaux en « boat sheds »…ou grange de bâteaux…ou cabanon de pêcheur!

Histoires,contes et récits:L’étrange rencontre en mer du roi viking Olaf

Histoire tirée d’un ancien manuscrit viking:

Représentation du bateau nommé « Long Dragon »

 

UN JOUR Le roi Olaf Tryggvisson et ses hommes ont navigué vers le sud le long des côtes de la Norvège à bord du navire Long Dragon. Lorsqu’ils sont arrivés dans le fjord de Nidaros, les hommes ont dû monter à l’aviron, car le vent était trop faible pour remplir les voiles. Mais le roi n’était pas pressé. Il était de bonne humeur et a fait toutes sortes de tours pour ses hommes. Il a combattu un duel simulé avec son porte-bannière, Ulf le Rouge. D’abord, ils ont combattu de la manière habituelle avec l’épée dans la main droite; puis avec l’épée dans la main gauche; et, enfin, avec des épées dans les deux mains. À chaque fois, le roi a avancé jusqu’au panneau. C’étaient des jeux notables. Après cela, le roi Olaf a grimpé sur la balustrade du navire, tout en marchant le long de jongler avec trois poignards dégainés. Personne n’a jamais vu le roi manquer ou un poignard tomber dans la mer. Les hommes ramèrent avec plus d’enthousiasme et rirent.

Le roi Olaf était assis parmi ses hommes sur le pont arrière et parlait de ceci et de cela. Il y avait Kolbjörn le maréchal et Thorstein Ochsenfuss; Un Schätze du Jämtland et Bersi le Fort; Einar et Finn de Hardanger; Ketil le Grand et ses frères; des hommes de toute la Norvège; d’Islande et des îles de l’ouest; une équipe d’élite, de beaux camarades pleins de force et d’audace. On pouvait voir ça. Aucun n’avait plus de 60 ans, à l’exception de l’évêque Sigurd, et aucun n’avait moins de 20 ans, sauf Einar Bogenschüttler, qui n’avait que 18 ans mais qui était le meilleur tireur de tout le pays.

« Maintenant, je tiens la Norvège dans ma main », a déclaré le roi, et il a tendu la main droite dans le ciel, comme s’il saisissait quelque chose que les autres ne pouvaient pas voir.

«Parce que vous l’avez reçu de la main de Dieu», a commenté Mgr Sigurd avec sérieux.

«Oui», a convenu le roi, de la main de Dieu et non de la vôtre, évêque. Je force tout le monde à s’incliner devant Christ, les peuples de toutes les provinces: Stravanger et Hardranger, Vik et Sogne, Moere et Ramsdalen, les provinces sur la mer et dans les montagnes, et maintenant Helgaland et Upland aussi. Ce sont les plus difficiles à résoudre. »

« Mais vous avez les dents les plus aiguisées », intervint Skald Hallfred, l’Islandais. « Beaucoup les ont ressentis. »

« C’est peut-être vrai, » répondit Olaf, « mais maintenant la Norvège est un seul Reich, et les cloches des églises sonnent sur tout notre royaume. »

« Je l’admets, » acquiesça Hallfred. Il a ri légèrement et a ajouté: «De plus, il m’est difficile de m’habituer à ces cloches. Et beaucoup d’autres ressentent la même chose, même s’ils ne le disent pas. »

« Vous avez des oreilles sensibles, étant un skald », a rétorqué le roi Olaf.

Mais Hallfred a pointé son cœur et a dit: «Ici, le roi Olaf, est assis celui qui ne veut pas l’entendre. Christ a mis trop de temps à venir vers nous. Nous avons tous appris différemment de nos mères. »

Le roi Olaf le regarda longuement. Puis il a dit: «Là où les cloches sonnent… c’est le Reich et la domination du roi.»

« Ce que vous avez reçu de Dieu », a encore évoqué l’évêque. «L’un est maître. Celui au ciel. « 

« Et l’un est roi en Norvège, évêque », a rétorqué Olaf.

«Il faut être maître et on doit être roi, à moins qu’il ne devienne le butin des rois étrangers. Souvenez-vous toujours de cela. »

« Il ne devrait y avoir qu’un seul roi en Norvège et dans les îles », a déclaré Hallfred. «Et un seul devrait être maître dans le ciel. Mais je suis toujours désolé pour ceux qui ont dû tout quitter », et il a lentement fait un geste de la main vers les montagnes, puis à travers le ciel et enfin vers la mer. Tout le monde savait ce qu’il voulait dire.

L’évêque Sigurd le regarda avec colère: «Ces dents doivent encore mordre souvent et mordre beaucoup», a-t-il commenté, «avant que ces idoles et ces sorciers n’aient été forcés de quitter toute la Norvège».

Tous regardèrent vers Olaf pour voir sa réaction aux paroles audacieuses d’Hallfred. Mais son cœur était léger et bon enfant aujourd’hui, le genre d’humeur qui captive tout le monde. En riant, il a montré ses dents et a crié: «Norvège, patrie! Salut à lui, qui nous l’a donné pour régner. Nous le tiendrons fermement avec nos dents. Personne ne nous l’arrachera aussi longtemps que nous vivrons! »

«Je vous salue  roi Olaf!», Ont crié les hommes. Et Hallfred a commencé un poème vers cette heure:

« Une météo de bataille parfumée vers le 
sud a voyagé avec le roi … »

Le navire a glissé près de la côte dans le fjord et est tombé sur une falaise rocheuse, qui dépassait loin dans l’eau. Les oiseaux de la rive ont pris la fuite. Un nuage argenté d’ailes battantes s’éleva comme de la poussière dans le ciel. Un millier d’oiseaux crièrent.

Les pins, qui se dressent l’un après l’autre le long du flanc de la montagne, reflétaient la lumière du soleil en se balançant. La lumière a rebondi sur toutes les branches. On entendit les calanques babiller bruyamment dans les gorges, et la respiration légère de la mer.

Soudain, ils ont tous entendu le cri d’une voix claire et nette. Un homme se tenait sur le rebord rocheux près du navire. Les hommes ont soulevé leurs rames et les ont déplacés vers le côté terre. Mais avant même que le navire ne soit arrivé jusque-là, ils virent l’étranger debout sur la pointe de la proue, près de la tête de dragon d’or. Il hocha la tête vers le roi, qui était assis haut sur le pont arrière. Il semblait qu’il ne se balançait que légèrement de son saut et essayait toujours de retrouver son équilibre. Puis il a marché parmi les hommes à l’avant du navire: il semblait être un fermier de la région, qui voulait probablement juste voyager avec eux pendant un certain temps, tant qu’ils toléreraient sa compagnie sur le navire. Ce n’était pas un commerçant comme ils l’avaient d’abord pensé.

C’était un homme très solide dans la robe à l’ancienne de drap de laine grossier vert. Probablement un homme du plus profond des montagnes. Autour de sa hanche était une large ceinture en cuir avec une jolie boucle en cuivre. Dans l’une des boucles de ceinture, il portait un marteau à deux faces, la vieille arme du fermier: une pièce d’artisanat joliment formée. Mais la chose la plus notable à propos de l’homme était sa barbe rouge, qui était si épaisse et longue qu’il la divisa en deux et la glissa dans sa ceinture, à gauche et à droite.

Il s’assit sur une bobine de corde et regarda les hommes assis ou debout autour de lui, l’un après l’autre, complètement sans timidité. Chacun se sentait un peu nerveux du feu bleu de son regard. C’était comme s’il les regardait – et avait trouvé un petit défaut avec chacun.

« Ce n’était pas un mauvais saut que vous avez fait sur le navire », a reconnu Vakr Ramnisson de Götälf.

« Ce n’était pas plus grand, » répondit l’étranger, « que celui que tu as fait, Vakr, quand tu as transformé un ami de Thor en chrétien. Vous êtes tous de bons sauteurs à cet égard. »

 

Ce que l’homme a dit n’était pas réconfortant.

«Vous ne savez pas avec qui vous voyagez, agriculteur? Faites attention! Et où avons-nous fait ta connaissance, pour que tu penses que tu sais quelque chose sur nous?

« Un vieil ami m’a dit, » répondit-il, « du temps de vos pères. Mais oubliez ça. Maintenant, je voudrais voyager avec vous pour un étirement. « 

« Où veux-tu aller? »

«À l’étranger», répondit tristement l’homme.

« Vous semblez capable pour une expédition militaire. »

«J’en ai beaucoup derrière moi, mais maintenant je veux me reposer.»

« Vous n’y ressemblez pas », a observé Bersi le Fort. Selon sa coutume – comme si cela ne valait pas la peine de parler à un homme avant de tester sa force – il tendit la main de l’étranger et essaya de l’arracher de son siège. Ce fut une lutte courte et acharnée, mais Bersi était allongé par terre. Il était parfaitement clair qui était le plus fort. Bersi n’avait pas vécu cela depuis sa jeunesse. Cela a frappé tout le monde comme le feu et l’ivresse: chacun a dû tester l’étranger dans un concours. Mais aucun ne pouvait lui correspondre. Le navire tout entier regarda le diable. Ses paroles ont également volé, vives et intrépides, et ont trouvé leur marque aussi infailliblement que ses mouvements. Chacun a le sien! Enfin, il a marché le long de la rambarde au-dessus des rames, qui n’a jamais cessé d’aviron, et il a jonglé non seulement avec trois poignards (comme l’avait fait le roi Olaf), mais quatre poignards, avec deux en l’air sur une dans chaque main en tout temps. C’était un jeu rapide, car les poignards dansaient au-dessus de sa tête comme des flammes. L’équipage regarda ce fermier qui jouait comme ça. Il connaissait certainement son chemin plus que des bœufs.

Enfin, le roi Olaf l’appela, et il monta sur le pont du navire, enleva sa casquette et se tint devant le roi. On a vu que les cheveux sur sa tête étaient également rouges, et comment ils ressemblaient à un feu au-dessus de son front.

« Si un étranger et un fermier comme vous se présente devant le roi de Norvège, il s’incline », a dit à haute voix Thorgrim Thorsteinsson.

Le fermier s’est tourné vers lui et a dit: «Vous descendez aussi des hommes, Thorgrim, qui n’étaient pas habitués à plier le dos devant d’autres hommes – à part peut-être avant celui dont ils étaient – comme vous – ont été nommés.

« Vous êtes un homme bien parlé et talentueux », a déclaré le roi Olaf en faisant signe aux autres de se taire. « Êtes-vous de cette région? »

La barbe rouge a regardé le roi Olaf pendant longtemps. Il rit légèrement, comme celui qui a du souci dans le cœur. « Oui, » répondit-il, « on pourrait dire que je suis de la région.

– De quelle province? Demanda le roi.

Puis il fit le même geste qu’Hallfred le skald avait fait, quand il parlait des vieux dieux. Il pointa la main vers la montagne, puis à travers le ciel et enfin vers la mer. En un instant, tout le monde savait qui il était. Un vent hurla de la montagne et du soleil comme un voile, et l’eau commença à monter. Mais personne n’a pu penser au navire, qui a soudainement commencé à danser près des falaises rocheuses. Ils regardèrent tous la barbe rouge, qui se tenait maintenant devant leur roi grand et puissant, et vit le saint marteau dans sa main. Un grondement sourd de tonnerre est venu du ciel, et ils se tenaient tous comme des ombres dans une lumière de soufre. Et puis ils ont entendu la voix lourde de l’homme.

«Oui, le roi Olaf», a-t-il dit, «je viens de cette province, de Helgeland et de Dronthiem, de Havanger et de Stavanger, de toute la Norvège et des îles, des montagnes et des vallées, des nuages ​​et de la mer. Et c’est mon travail qu’il existe une telle terre qui vous donne de la joie et dont vous pouvez être roi. Quand je suis venu ici pour la première fois, c’était une terre de glace sous les pieds de géants. Mais j’ai tué les géants, qui étaient assis sur les montagnes. Des arbres poussaient et des ruisseaux y coulaient. J’ai étranglé les trolls, qui sont les ennemis des dieux et des hommes. Des fleurs poussaient dans les prés et des chèvres gravissaient les sentiers de montagne. Et les gens sont venus et ont construit des huttes et labouré les champs. J’ai béni leurs récoltes. Ils avaient du pain. J’ai béni la mer pour eux. Ils avaient du poisson. J’ai béni leur table. Leurs enfants ont grandi. Moi et mon espèce, le roi Olaf, a rendu cette terre habitable pour les enfants des humains. C’est pourquoi ils m’ont honoré, hommes et femmes. Et c’était mon peuple, depuis longtemps.

Mgr Sigurd a ensuite pris courage et a fait preuve de courage. Il souleva sa croix de sa poitrine et la tint vers Perle Rouge. «Laissez-vous aller, idole!», A-t-il demandé.

L’homme rit, doux et amer. C’était comme pleurer dans le vent.

« Oui, » dit-il, « et maintenant un autre vient. Mon heure est passée, selon la volonté du Tout-Souverain. C’est dur pour mes amis. Et toi, Olaf, persécute-les et tue-les, et accomplis le destin. Finalement, cela nous arrive à tous. Mais je m’attendais à ce que ce soit différent: le Loup qui nous dévore, le Serpent qui nous étrangle. Vient le doux et surmonte le puissant. Mais personne n’échappe au destin, et personne ne sait à l’avance. L’heure viendra aussi pour l’homme sur la croix. »

« Laissez-vous aller, idole! », Ordonna de nouveau l’évêque en tenant sa croix près des yeux de Perle Rouge.

Puis il leva son marteau, et un éclair tomba le long du mât comme un serpent d’or. Mais c’était comme s’il l’avait saisi avec sa main avant qu’il ne puisse faire de mal. Pour une troisième fois, on a entendu le rire amer. Ils ne l’ont jamais oublié jusqu’à la mort.

Et ils ont vu comment l’homme s’est jeté par-dessus bord avec un bond puissant, et, tenant le marteau au-dessus de sa tête, s’est enfoncé dans la mer et a disparu.

À ce moment, tout a changé. Un vent léger du sud a soufflé, a rempli les voiles et a poussé le navire au soleil le long des vagues qui roulaient doucement plus profondément dans la baie. Il semblait qu’ils s’étaient tous réveillés d’un rêve ou d’une stupeur. Le roi Olaf se frotta les deux mains sur le visage. Alors que Mgr Sigurd se raclait la gorge comme pour parler, le roi lui fit signe de se taire.

Devant eux se trouvaient les maisons de Nidaros, des bateaux sur le rivage, le toit puissant de la maison du roi et la nouvelle cathédrale avec son sommet pointu et sa large tour. Le soir était venu. Le soleil s’est enfoncé dans la mer. Les cloches sonnèrent doucement sur l’eau. Tous se tenaient comme le roi et mettaient leurs têtes à nu.

« Nous prions pour tous ceux qui savent mourir comme des hommes », a déclaré le roi.

Tiré de: SS Ideology , Hammer, 1988, USA, pp. 17-22.

 


EN COMPLÉMENT

Olav Tryggvason,grand roi des vikings

 

Olav Tryggvason fut roi de Norvège de 995 à sa mort en 1000, à la bataille de Svolder. Il entreprit la christianisation de la Norvège et des îles nord-atlantiques.

L’Olav Tryggvason-monument de W. Rasmussen (1921) se dresse sur Torvet, à Trondheim, ville qu’Olav est réputé avoir fondée

 

Olav est le fils de Tryggve Olafsson, un roitelet de l’Est de la Norvège (l’emplacement exact de son royaume est incertain), et d’Astrid Eiriksdatter. Selon la tradition, il est l’arrière-petit-fils du roi Harald Hårfagre. Rien dans les sources contemporaines ne permet de l’établir, et il s’agit sans doute d’une construction tardive.

Son père mort avant sa naissance, Olav grandit en Russie et participe très tôt à des expéditions vikings, évoquées dans l’Óláfsdrápa du scalde Hallfred Vandrædaskald.

Les sources anglo-saxonnes attestent la présence d’un Anlaf, généralement identifié à Olav, aux côtés du roi de Danemark Svend Tveskæg dans l’armée qui ravage l’Angleterre et force le roi Ethelred II à verser deux tributs (Danegeld) en 991, puis en 994. Après le paiement du dernier, Olav s’engage à ne plus revenir en Angleterre.

Pourvu d’une armée et d’un trésor de guerre (et peut-être du soutien d’Ethelred), il rentre en Norvège, dans le Trøndelag, où le jarl Haakon Sigurdsson fait face à une révolte. Après le meurtre de Haakon, Olav est choisi comme roi par l’Øreting.

Son autorité s’étend sur les régions côtières du Nord et de l’Ouest de la Norvège. Il s’appuie sur des chefs locaux, dont Erling Skjalgsson, son beau-frère.

 

Au cours de son règne, Olav, qui a été baptisé en Angleterre, puis confirmé en 994 avec Ethelred pour parrain, apparaît comme un roi missionnaire. Sa promotion du christianisme obéit à des motifs, tant spirituels, que politiques. De nombreux épisodes dans les sagas qui lui sont consacrées le montrent ordonnant la construction d’églises ou s’efforçant d’obtenir la conversion de la population, souvent par la force. La conversion des îles nord-atlantiques (dont l’Islande, qui adopte le christianisme en 1000) lui est également attribuée.

Cependant, une affirmation telle que celle figurant dans l’Ágrip (ch. 19) : « pendant les cinq ans durant lesquels il porta le nom de roi en Norvège, il christianisa cinq pays : la Norvège et l’Islande et les Shetland, les Orcades et le cinquième les Féroé » apparaît très exagérée : du fait des contacts avec les îles britanniques, le processus de christianisation était partout engagé. En Norvège même, il est loin de parvenir à implanter partout et en profondeur la nouvelle religion.

Olav Tryggvason est le premier roi norvégien à battre monnaie à son nom.
Elle est imitée des monnaies anglo-saxonnes.

 

Olav est vaincu en 999 ou 1000 lors de la bataille navale de Svolder, victime d’une coalition rassemblant le jarl Eirik et son frère Svein, fils du jarl Haakon, le roi de Danemark Svend Tveskæg et le roi de Suède Olof Skötkonung. Il serait mort en se jetant à la mer depuis son navire, le Long serpent. Le récit de la bataille dans les sagas est légendaire, ses circonstances sont obscures, et son emplacement même est incertain (dans l’Øresund ou près de l’île allemande de Rügen, en mer Baltique). Après sa mort, Svend restaure la souveraineté danoise sur la Norvège, pour partie par l’intermédiaire des jarls de Lade.

Malgré la brièveté de son règne, Olav Tryggvason est une figure majeure des sagas royales : le moine Oddr Snorason lui consacre une saga en latin, et son confrère Gunnlaugr Leifsson en rédige une également, toujours en latin ; l’Óláfs saga Trygvassonar est l’une des composantes de la Heimskringla de Snorri Sturluson ; l’Ólafs saga Trygvassonar en mesta en propose une version considérablement développée. Ces œuvres présentent une vision idéalisée d’Olav, à la fois héros viking aux nombreux exploits et roi chrétien d’une grande ferveur. Elles sont emplies d’épisodes légendaires, hagiographiques ou romantiques.

 

 

 

 

 

Quebec and the Vikings in Greenland: two similar people and threatening future

« The refusal to accept the inevitable changes, as unpleasant as they are, plays a big role in the misfortune of men, because it condemns them to suffer its worst forms a reality that they are depriving themselves of action because of accept the view: shall we like the Vikings in Greenland?  »

(Jared Diamond:. Collapse How Societies Choose to Fail or Succeed
(Gallimard, NRF Essays, 2006)

Since the election of 4 September 2012, the Parti Quebecois has tried everything to give political legitimacy, despite its state of « minority government » in the National Assembly of Quebec.

When I had finished reading the above statement, Jared Diamond, I immediately made the connection with Quebec society any entière.Il are many similarities between the Greenland Viking society and that of the French Quebec current.

 

Many archaeological remains exposed Vikings in Greenland.
Many archaeological remains exposed Vikings in Greenland.

First, the Vikings have always refused to share and adopt the lifestyle of the Inuit who lived on this vast territory for several millennia before the arrival of the French drakkars.Les who tried to settle in the territory Quebec, known as Kanada, at the time of Jacques Cartier, were saved in extremis by the diligence of the Indian to make a first winter and they were almost decimated by typhus.

This stubbornness in wanting to protect their way of life must be genetic somewhere, because now in 2013, we still want to keep the artificial lung on the welfare state that has served so well neoliberalism in electoral periods previously.

While all that is left seems to monopolize the political vision of « fake change » continue to hammer the spirit of Quebec workers the necessity of the struggle for political sovereignty … while a large cleaning is required to the Assembly Nationale.Personne no longer believe anything that touches Quebec politics, except politicians themselves mêmes.Les MPs who managed to get elected or re-elected in the electoral system from another century, are increasingly disconnected from reality and more looking for ways to get re-elected and to maintain a system they know outdated, corrupt, illegitimate, infiltrated by capitalist influences crass and brutally tied to slavery and parasitic values . relive I think the words of Louis-Joseph Papineau, after more than seventy five years.

While the greatest economic crisis in history known great strides toward us, while we lose thousands of good jobs and the defense of « Quebec values » becomes more and more fundamental, the government of Pauline Marois just looking to stay place.On seeks to blind people on real issues, on real problems.

By blocking the creation of the Economic Development Bank of Canada, the opposition parties seemed to hear an alarm. This is a signal that tends to make it clear to the Parti Quebecois government to look to hang at least a scapegoat to protect the mountain stench rises nez.Combien of billions of dollars have been distributed to the winds during the Liberal government of Jean Charest? Does the PQ trying to forget that you need to punish those who looted the coffers of the state, threatened all the institutions of Quebec collaborating with organized crime and lose confidence in the future!

How, following the recent hearings of the Charbonneau Commission, can we tolerate the current mayor, Alexandre Duplessis Laval when we know that a system of collusion has been established and that he himself, the new mayor, participated ? Can you imagine that? because the « boss » is gone, corruption and crime are left with … and because it imposes a responsibility of the government of the city of Laval, there will be more brown envelopes in the sets?

How can we trust anyone sitting

In the National Assembly when it comes to finding out what does not work and threaten to try to make this system is supposed to work alone and called « JUSTICE »?

We all feel, in Quebec, as the politicos who managed to get elected, will continue to fill their pockets by promoting their boyfriends … so they will not take hold in the sack … themselves!

Liberals and caquistes play biceps and play the vulnerability of the minority government. Minority and unpopular.

Wait until the next election in Quebec, to the great household is a little believing in Santa Claus, … but also for sure and wait for the « much » worse replaces the worst!

Philippe Couillard elect to administer Quebec, under the mandate to the work that needs doing is asking Al Capone to administer the city of Chicago, in 1932 … rather than send him to prison.

Hear the Minister of Revenue about economic growth when Europe is on the brink of financial collapse, when the U.S. debt grows at an exponential rate and that all financial experts agree in predicting a Major Economic Crisis (Crisis Crises) is to believe that the minister comes from another planet.

Those who currently administer Quebec dangerously play the ostrich, imagining that the lion is blind, deaf and dumb!

 

This business visible from the road to the Epiphany is central to many operations related to corruption ... as you understand that I do not need to name it.
This business visible from the road to the Epiphany is central to many operations related to corruption … as you understand that I do not need to name it.

EXAMPLE IS THE NORTH SHORE
This business visible from the road to the Epiphany is central to many operations related to corruption … as you understand that I do not need to name it.

This business visible from the road to the Epiphany is central to many operations related to corruption … as you understand that I do not need to name it.

Worse by giving in this way, we show organized crime, how to get out.

The proof of our mismatch the great changes that are coming from around the Earth, we have only to listen to Ms. Marois talk about his willingness to support economic « sacred » growth capitaliste.Pire system, it seems endorse the draft Plan Nord, so dear to Jean Charest and maligned worldwide.

As we recently learned that the team of Mayor Gilles Vaillancourt, while he was in office, was voted a budget of $ 500,000 to cope with the Charbonneau Commission as well as any pending lawsuits, me I received a lot of information on my extensive network, from the North Shore Montréal.Ainsi I can learn this morning that a company manufacturing prefabricated walls, roof trusses and beams, located at the edge of Assumption and Epiphany has contributed for years to the election fund of the Quebec Liberal Party (… and Canada too), has lost significant construction contracts following the appearance of mafiosi D’Accurso, to the fall of 2012, before the Commission Charbonneau.Juste before Christmas the company has laid off many workers, but kept at work, all part of the « family » and « friends » of propriétaire.De more in workshop prefabricated walls (which is located in another address that the company « family ») collectors are considered « unsafe. CSSQ by inspection, last spring … but I am aware that If they work, when you read this article.La health workers in this business is threatened in order to maintain « the precious and sacred capitalist profit » in the industrial park of the Assumption, part of the county administered by none other François Legault, himself head of the Coalition Avenir Québec.

Mayor Epiphany, M.Verstraete, former Liberal candidate against Scott McKay in 2008, knows something, who faces a serious embezzlement scandal, because I am informed that he has done business with this company L’Assomption.

Everything seems to be inter-connected between the current elected municipal councils, those of the National Assembly of Quebec, the Desmarais family Sagard, big unions corrupted by money from the Solidarity Fund and organized crime … . Citizens in all of this are left on their hunger and their representatives look tragically forget their « rights to a fair and honest administration policy. »

It is therefore not by changing the ruling political party in the National Assembly that we will resolve the problem, but changing an entire corrupt SYSTEM that permeates everything that gives capitalist profits in our society.

To achieve a true revolution generate policy that Quebec will follow suit in a Second American Revolution … and through consequences: World Revolution, we must first change the « Human Heart of the Earth. »

Quebec is not isolated from the global mainstream of political, social, economic, ecological and philosophical which started recently and that I call « The NEW ERA », but if you make the mistake to ensure that this happens elsewhere, do not touch us, if we try to isolate and play the ostrich, we quickly become a company behind the other, a completely overtaken by the World Revolution society that looks … and we will be overwhelmed by this wave.

Quebec and the vikings become the twenty-first century, and one day, tourists can photograph a tombstone on which is written:

« Here git a people, the people of Quebec, who died trying to escape his fate and adapt to change. »

The more we hesitate to move to clean the corrupt politicians who sit in the National Assembly of Quebec, or where they should be (in prison) and our fate will become inevitable, because no nation, no country has built around ! ‘lax justice tolerated and protected his criminal’s first act of Pauline Marois would be to introduce legislation to dissolve the Quebec Liberal Party for the following reason: conspiracy (offense) put in prison by all the Liberal caucus and making everyone go under investigation, to comb.

Having no law enacted to protect the people of Quebec against tyranny and plunder of state assets by poor administration, leaving Jean Charest and the Liberal mafia orchestrate their « system », we inherit a Quebec National Assembly or appointed officials from the « boyfriends » are figure « Fifth Column » in the back of a government more or less legitimate, but absolutely no democratic and respectful of the financial resources of Quebec.

The former mayor of Laval, Gilles Vaillancourt with Jean Charest (center) and former Montreal Mayor Gerald Tremblay: a bunch of politicos linked to organized crime, a system that remains.
The former mayor of Laval, Gilles Vaillancourt with Jean Charest (center) and former Montreal Mayor Gerald Tremblay: a bunch of politicos linked to organized crime, a system that remains.

This is probably not keeping alive artificially structure « colonialists » inherited from the British Empire that we will brag and say that we are better than elsewhere. Should not forget that the best slave is one who ignores his condition and that the most masochistic slave and the slave is more than knowing that his condition, to ignore it by teaching their children to better serve as himself (to say the words that scare).

That’s why I’m interested in politics, because I have compassion for everyone who is still on top when it is hit the ground and sought to remove all espoir.Je it seeks to establish a political party to which we will not have to get a nose clip in order to vote for him, but with the confidence that it will be for the people and future generations.

I need a political party that will bring together rather than divide or leave people in doubt.

If elected I would one day, I promise to bring down the system of corruption starting with abolishing the privileges of senior officials hidden in their bunkers in Quebec, initiating all by their job security in stone and funds pensions indexed to the cost of living … that most Quebec will continue to pay, without ever having the right to have any security for their own retirement themselves.

We have to choose between two models of society:

a) a delayed society facing the protection of the privileges hijacked by the 1% that are part all party leaders currently represented in the National Assembly of Quebec.

b) a renewed society that has not been afraid to adapt to new realities and a guide which will put his foot down and say: Enough is enough «  » This is how we will change the future!  »

Believe it or not, but this is how we abolished the so-called « democracy », in Greece at the time of Pericles, because Greek society was highly threatened with death because of its « Shooting in Round  »

Well, well! Turning round, we know well that in Quebec, it’s been fifty years since it does!

So if you’re tired of going in circles, come join the ranks of my new political party, we understand why people are sick and tired of politicos, so we remove the current politicos and their privileges while by asking people their opinion on a Constitution of the State of Quebec!

We refuse to let us down, so we want a National Front of Quebec!

We invite all those who meet to consider the prospect of taking a Great Walk around the National Assembly in Quebec City, to ask the government to act for the people!

http://FrontnationalQ.onlc.fr

PS

In his book « Collapse », dedicated to long prosperous civilizations experienced a sudden collapse, the American historian Jared Diamond focuses, among others, the Vikings in Greenland
The main factors of this collapse (rapid erosion by clearing for pasture, refusal to emulate the techniques of hunting, fishing and heating animal fat Inuit) all fall, in fact, a mental block: Vikings have always continued to regard themselves as « European ».