La Grande Arnaque du COVID 19:Le complexe pharmaco-chimique corrompu aux manettes de la création du « vaccin » contre le CoV19

Big Pharma, coupable de mensonge, de tricherie, de vol, de corruption et à l’historique de mettre le public en danger avec la consommation de médicaments plus que douteux voire même mortels, est en train de recevoir des milliards pour développer le “vaccin” pour la maladie résultant du CoV19. Feriez-vous confiance pour votre santé à cette équipée sauvage criminelle ?…
L’hystérie du Coronavirus 2019 ou CoV19 balaie le globe au moyen d’une panique publique mise en place par les médias de masse et paralysant des nations entières, éviscérant des économies de milliards alors que les lieux de travail sont fermés et le public forcé et assigné à résidence tout en étant exposé 24/24 et 7/7 à un bombardement médiatique activant et renforçant le climat de peur, ce dans une campagne sans précédent.

 

Le conglomérat criminel pharmaceutique en charge de créer le “vaccin” pour le CoV19
L’industrie de la santé occidentale est déjà en train d’engranger les profits à la fois financièrement mais aussi en terme de crédibilité artificiellement pompée alors qu’un public paniqué se tourne vers elle pour des réponses au problème et sa sécurité.
Attendant de profiter des “remèdes” et autres “vaccins” pour un virus qui n’est rien d’autre essentiellement qu’un mauvais rhume, se trouve l’industrie pharmaceutique occidendale, cette hydre super corrompue et ses entreprises tristement célèbres comme GlaxoSmithKline (GSK), Novartis, Bayer, Roche, Merck, Johnson and Johnson, Pfizer, Lilly, et Gilead.
Toutes ces entreprises, sans aucune exception, poursuivent l’agenda des vaccins et des thérapies financé par les gouvernements contre le CoV19, sont des entreprises coupables, répétitivement condamnées dans bien des tribunaux dans le monde pour d’odieux crimes comme la falsification de la recherche médicale, violation des normes de sécurité, inefficacité des recherches, corruption des chercheurs, des médecins, des régulateurs et même des fonctionnaires de la loi, ainsi que de faire le marketing de médicaments qui étaient soit totalement inefficace, soit prouvés dangereux pour la santé publique.

 

Des financements de gouvernements, donc de l’argent public des contribuables de l’ensemble du monde occidental sont siphonnés dans de soi-disantes organisation à but non lucratif comme la Coalition for Epidemic Preparedness Innovation (CEPI) qui ne sont en fait que des vitrines créées et dirigées par Big Pharma afin d’éviter d’investir leur propre argent dans une recherche et un développement couteux et ainsi ne faisant que profiter de ce qui émerge éventuellement de cette recherche financée par les deniers publics.
CEPI par exemple, reçoit des milliards de financement gouvernemental de plusieurs nations qui seront utilisées pour vendre les produits, vente et profit étant réalisés par Big Pharma.
Novartis – aux tréfonds de l’ignominie
Un exemple particulièrement choquant et écœurant provient du géant pharmaceutique suisse Novartis, qui essaie en ce moment de faire passer en force un accord d’utilisation de son médicament Jakafi comme thérapie contre le CoV19.
Une équipe de l’université de Pennsylvanie emmenée par le Dr. Carl June et entièrement financée par de l’argent caritatif, a développé une thérapie génétique qui a guéri des patients atteints de leucémie, qui n’avaient jusqu’alors pas répondu positivement aux traitements classiques comme par exemple les transplantations de moelle osseuse. Durant des essais entre 2010 et 2012, une jeune patiente de 6 ans, Emily Whitehead, était sur son lit de mort avant de recevoir la thérapie génétique révolutionnaire.
Elle est aujourd’hui vivante et en parfaite santé et en rémission permanente de la maladie.
Le plus incroyable concernant cette thérapie, est qu’elle n’est administrée qu’une seule fois, car après son usage, les cellules du patient sont en fait reprogrammée de manière permanente pour lutter contre le cancer. Les cellules anciennes passent l’information aux nouvelles cellules alors qu’elles se divisent et se multiplient.
La thérapie développé par le Dr June est non seulement une thérapie a usage unique, mais elle est aussi incroyablement efficace dans son rapport qualité/prix. Sous conditions expérimentales, la procédure coûte moins de 20 000 US$ ( environ 16 000 Euros). Dans une conférence de The Society for Translational Oncology en 2013, le Dr June déclarait:
“Bon alors le prix, c’est très intéressant.. Le coût principal ici est la gamma-globuline. Pour les cellules-t, avec nous, avec nos frais internes pour faire une aphérèse etc est de l’ordre de 15 000 US$ pour fabriquer les cellules-t.”
L’association caritative qui a financé la recherche du Dr June et de son équipe, la Leukemia & Lymphoma Society (LLS), s’est assurée que ceci soit vendu à Novartis, approuvé par la FDA américaine en 2017, elle est aujourd’hui vendue sous le nom de Kymriah. Le Dr June lui-même nota que ce qui coûte quelques 15 000 US$ à produire sous conditions expérimentales a été mis en vente par Novartis au prix astronomique de 500 000 US$ (NdT: environ 400 000 Euros). L’article du New York Times qui rapporta le prix du médicament (The New York Times article) n’a jamais mentionné le coût réel de ce médicament et s’est en fait référé à l’explication de Novartis sur le pourquoi le médicament était si cher…
Le NYT avait déjà rapporté la progression de la recherche avant que le médicament ne soit vendu à Novartis et pourtant les journalistes de ce canard n’ont pas tenu pour responsable Novartis ni même jugé bon d’avertir leurs lecteurs du prix réel du médicament et d’exposer l’énorme arnaque de Novartis. Ceci aide à expliquer et comprendre aussi le rôle des médias dans la capacité pour Big Pharma de corrompre et de masquer les affaires.
En y regardant de plus près, et sans l’aide de publications comme le NYT, il se trouve que LLS était et est toujours en partenariat avec Novartis et tandis qu’elle nia que Novartis n’ait eu quoi que ce soit à faire avec la thérapie génétique financée par LLS et ensuite vendue à Novartis, l’énorme conflit d’intérêt est bien visible et est en parfaite adéquation avec les preuves documentées de la corruption active de Big Pharma et de ses abus, plaçant toujours le profit loin devant les vies humaines.
L’exemple de Novartis n’est qu’un microcosme de la façon dont opère l’industrie pharmaceutique dans son ensemble et de fait, précisément comment elle exploite et profite déjà de toute cette affaire hystérique du CoV19, où des chercheurs travaillant dur se retrouvent avec leur recherche financée par des “entités caritatives” douteuses au mieux, pour ensuite être achetés par Big Pharma, agité au dessus des têtes des nécessiteux pour obtenir de véritables rançons pour ces vilains dignes des pires films de série B et tout cela en totale coopération avec les gouvernements et médias complices dans l’affaire.
GSK: Un racket de corruption étendu au monde entier
Une autre entreprise pharmaceutique cherchant à profiter du CoV19 est GlaxoSmithKline (GSK). Ce que tous ceux qui pourraient être exposés à quelques produits que ce soit promus par GSK contre le CoV19 devraient savoir est que GSK a été condamné sur tous les continents de la planète pour un énorme racket et circuit de corruption des médecins, des chercheurs, des régulateurs, des politiciens et même représentants de la loi.
GSK a été condamné en Asie. Le NYT dans son article , « Drug Giant Faced a Reckoning as China Took Aim at Bribery, » affirme:
“L’affaire Glaxo, qui a eu pour résultat une avalanche record en dommages et intérêts de près de 500 millions de dollars et toute une litanie de plaidoiries coupables de la part de bien des exécutifs de la firme, a retourné la dynamique du pouvoir de l’entreprise en Chine, révélant un gouvernement de plus en plus ferme et déterminé à resserrer la vis sur les multinationales. Dans les trois ans qui ont suivi les arrestations, le gouvernement chinois, sous l’autorité du président Xi Jinping, a lâché toute la puissance de la nation et de son système autoritaire comme partie prenante de son plus large agenda de nationalisme économique.”
GSK a aussi été condamné en Amérique du Nord. Le journal du “Guardian” de Londres rapporte dans son article GlaxoSmithKline fined $3bn after bribing doctors to increase drugs sales  que :
“Le groupe pharmaceutique GSK a reçu une amende de 3 milliards de dollars après avoir admis avoir payé des médecins et encouragé la prescription d’anti-dépresseurs non prévus pour les enfants. Glaxo doit aussi admettre ne pas avoir rapporté des problèmes de sécurité concernant son médicament pour le diabète Avandia dans un tribunal de district de la ville de Boston ce jeudi.
L’entreprise a encouragé des visiteurs médicaux aux Etats-Unis de vendre sous mauvaise documentation trois médicaments à des médecins et de distribuer de grandes commissions et voyages d’agrément à tous ceux qui acceptaient de prescrire en nombre ces médicaments. Les bakshish incluaient aussi des séjours dans des stations balnéaires de luxe aux Bermudes, à la Jamaïque et en Californie.
La corruption de GSK se produit également en Europe. Début 2014, le London Telegraph écrivait :, « GlaxoSmithKline ‘bribed’ doctors to promote drugs in Europe, former worker claims, » que :
GSK, la plus grosse entreprise pharmaceutique du Royaume-Uni, a été accusée de corruption de médecins pour qu’ils prescrivent leurs médicaments en Europe.
Des médecins en Pologne furent payés pour promouvoir le médicament Seretide contre l’asthme sous le couvert d’un financement pour un programme éducatif, a affirmé un ancien chef des ventes.
Des personnels médicaux ont aussi dit avoir été payés pour des conférences dans le pays qui n’ont en fait jamais eu lieu.”
Et ceci ne fait juste que gratter la surface de l’empire du racket et de la corruption de GSK, ne disant rien des abus et de la corruption de l’entreprise sur une bien plus large échelle.
GSK est aujourd’hui supposé développer et déployer un vaccin pour le CoV19 avec Innovax. L’historique de GSK en matière de corruption va t’elle influencer le développement d’un vaccin contre le CoV19 et son approbation pour une utilisation publique ?
Il y a déjà une réponse plus que convaincante à cette question…

 

Big Pharma a déjà été piquée à fabriquer des pandémies afin de remplir ses coffres
La dernière vague d’hystérie en ce qui concerne une pandémie vint de la contagion en 2009 du virus H1N1 ou de la “grippe porcine”.
Si les gens s’en rappellent vaguement et doivent aller chercher des informations à son sujet, c’est qu’elle ne fut en rien la pandémie telle qu’elle fut promut à cette époque par les hauts fonctionnaires corrompus de la santé “publique” et leurs complices des médias de masse.
Parmi ces officiels corrompus, il y avait les soi-disants “experts” de l’OMS payés par Big Pharma et qui utilisèrent leur position pour déclarer l’apparition du virus H1N1 comme “pandémie” justifiant par là pour les gouvernements vendus au complexe pharmaco-chimique, de stocker des médicaments de ces grands laboratoires pour des patients qui n’en eurent jamais besoin.
La BBC dans leur article, « WHO swine flu experts ‘linked’ with drug companies, » admettrait finalement:
“Des scientifiques clef conseillant l’OMS sur le stockage de médicaments pour cette pandémie avaient des liens financiers avec des entreprises à la recherche de profits, a prouvé une enquête.
Le British Medical Journal (BMJ) dit que ces scientifiques avaient ouvertement déclaré ces intérêts dans d’autres publications et pourtant l’OMS ne fit jamais mention de ces liens conflictuels>” La BBC mentionne nominalement GSK, notant au passage : “Trois scientifiques ayant mis au point le guide pandémique de 2004 et qui avaient auparavant été payés par les laboratoires Roche ou GSK pour des travaux de consultation ou des conférenciers tout en étant impliqués dans la recherche pour ces laboratoires.”
Les laboratoires Roche également mentionnés, produisent en ce moment même des kits de test pour le Cov19 et fait aussi manifestement d’énormes profits en les vendant dans ce climat d’hystérie entretenu au sujet de cette “pandémie” officielle. L’entreprise a aussi engrangé les profits lorsque les hauts fonctionnaires de l’OMS qu’elle soudoyait déclarèrent la pandémie H1N1 en 2009. Le labo vendit de grosses quantités de kits de test et de médicaments anti-viraux qui se retrouvèrent de manière tout à fait inutile dans les stocks de bien des gouvernements nationaux.
Reuters, dans un article de 2014 titré, « Stockpiles of Roche Tamiflu drug are waste of money, review finds, » nota:
“Les chercheurs qui on combattu pendant des années pour obtenir toutes les données du médicament Tamiflu des laboratoires Roche on dit jeudi que des gouvernements qui l’ont stocké ont gaspillé des milliards de dollars sur un médicament dont l’efficacité est sérieusement en doute.”
L’article remarquait aussi :
Les ventes de Tamiflu ont pratiquement atteint la marque des 3 milliards de dollars en 2009, essentiellement dû à son utilisation dans la pandémie H1N1, mais ces ventes ont depuis bien baissé.
Allons-nous vraiment permettre ces mêmes labos et officiels corrompus avec lesquels ils sont au lit avec des instances nationales et internationales de prendre les rênes une fois de plus dans cette affaire du CoV19 ?

La composition de tout vaccin doit être vérifiée et devenir source publique

 

Les mêmes suspects mènent la danse de l’hystérie du CoV19
Cette même OMS avec ses mêmes complices officiels corrompus de l’industrie pharmaceutique, mènent en ce moment même la réponse au CoV19 et les mêmes médias complices qui ont permis la corruption et les abus des deux parties dans le passé, aident grandement à alimenter l’hystérie collective sur le CoV19 aujourd’hui afin de ramener des profits sans précédent ainsi qu’un énorme pouvoir à ces mêmes intérêts qui ont prouvé encore et toujours de par le passé de n’être non seulement pas digne de confiance mais aussi être un obstacle plutôt qu’une aide à la santé publique mondiale.
Bientôt, les seringues seront remplies de “vaccins” produits par ce conglomérat de corruption et d’abus en tout genre et on dira au public de se retrousser la manche et de se faire injecter avec des substances [inconnues] créées par de véritables criminels, sinon…
Sous l’illusion de la légitimité, de la science, de la médecine, les gens seront contraints de se soumettre à Big Pharma et ses co-conspirateurs au sein des corps régulateurs, des organisations de conseil, des gouvernements et des médias, et à ce quoi que ce soit qu’ils mettent dans les seringues, que cela protège le public du CoV19 ou non, et il est même douteux que ce vaccin soit de fait vraiment nécessaire.
Alors que le CoV19 puisse bien être un véritable pathogène, l’évidence à ce jour suggère qu’il ne demande pas de fait cette hyper-réaction générée dans le monde entier. L’hystérie CoV19 a, de loin, un effet bien plus dévastateur sur l’humanité que le virus lui-même. Et au sein de cette hystérie, la plus grande menace à la santé publique à l’échelle de l’humanité, une industrie pharmaceutique totalement corrompue et ses associés des gouvernements, vont engranger toujours plus de profits aux dépends du public et renforcer leur pouvoir sur ce même public.
Par Tony Cartalucci
1er mai 2020

url de l’article original:
https://landdestroyer.blogspot.com/2020/05/criminal-big-pharma-put-in-charge-of.html

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19:La farce et l’agenda illuminati diabolique d’un «verrouillage universel»

 

 

Vient d’abord la farce, un gouvernement (presque) universel ment autour du globe à propos d’un virus mortel, l’OMS  l’a nommé COVID-19. La décision d’un verrouillage mondial – littéralement de l’effondrement de l’économie mondiale – a déjà été prise lors de la conférence du  Forum Économique Mondial à Davos, du 21 au 24 janvier 2020. Le 30 janvier, l’OMS a déclaré COVID-19 une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) ). À cette époque, il n’y avait que 150 cas connus de COVID-19 en dehors de la Chine. Aucune raison de déclarer une pandémie. Le 11 mars, le Dr Tedros, DG de l’OMS, a transformé la PHEIC en pandémie. Cela a donné le feu vert au début de la mise en œuvre du « Plan ».

La pandémie était nécessaire comme prétexte pour arrêter en faisant  effondrer l’économie mondiale et le tissu social sous-jacent.

Il n’y a pas de coïncidence. Il y a eu un certain nombre d’événements préparatoires, tous pointant dans la direction d’une catastrophe historique mondiale monumentale. Cela a commencé il y a au moins 10 ans – probablement beaucoup plus tôt – avec le tristement célèbre rapport Rockefeller 2010, qui a peint la première phase d’un plan monstrueux, appelé le scénario « Lock Step ». L’événement 201, qui s’est tenu à New York le 18 octobre 2019, a été l’une des dernières mesures préparatoires à la « pandémie ».

L’événement était parrainé par le Johns Hopkins Center for Public Health, la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) et le World Economic Forum (WEF), le club des riches et des puissants qui se réunit chaque mois de janvier à Davos, en Suisse. Y ont participé un certain nombre de produits pharmaceutiques (groupes d’intérêt sur les vaccins), ainsi que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis et de la Chine.

L’un des objectifs de l’événement 201 était une simulation informatique d’une pandémie de virus corona. Le virus simulé était appelé SARS-2-nCoV, ou plus tard 2019-nCoV . Les résultats de la simulation ont été désastreux, tuant 65 millions de personnes en 18 mois et plongeant la bourse de plus de 30% – provoquant un chômage et des faillites incalculables. C’est précisément le scénario dont nous vivons maintenant le début.

Le scénario Lock Step prévoit un certain nombre d’événements ou de composants horribles et inquiétants du Plan à mettre en œuvre par le soi-disant Agenda ID2020, une création de Bill Gates, entièrement intégré dans les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU – date cible d’achèvement – 2030 (également appelé Agenda 2030, l’agenda caché inconnu de la plupart des membres de l’ONU), la même date cible pour l’achèvement de l’Agenda ID02020.

Ici, juste les éléments clés en tant que précurseur de ce que le monde vit maintenant et de ce qui est à venir, si nous ne l’arrêtons pas – pour montrer comment ce simulacre entièrement criminel a été planifié. Certaines parties du scénario sont les suivantes:

  • Un programme de vaccination massif, probablement par le biais de la vaccination obligatoire – le rêve et l’idée de Bill Gates vaccinent 7 milliards de personnes.
  • Une réduction massive de la population, un plan eugénique – en partie grâce à la vaccination et à d’autres moyens (Réf. Bill Gates, « si nous faisons un bon travail de vaccination, nous pouvons réduire la population mondiale de 10% à 15% ». Voir « Innover pour Zero! « , Discours prononcé lors de la conférence annuelle TED2010, Long Beach, Californie, 18 février 2010).

Bill Gates prône depuis des années la nécessité d’une réduction massive de la population – et en effet, les plus de 20 ans des vastes programmes de vaccination du BMGF en Afrique, en Inde et ailleurs dans le monde ont connu un record de stérilisation involontaire des femmes âgées de 14 à 14 ans. 49 ans. Voir En 2014 et 2015, le Kenya a mené un vaste programme de vaccination contre le tétanos, parrainé par l’OMS et l’UNICEF.

  • Une pièce d’identité électronique pour chaque personne sur la planète – sous la forme d’une nanopuce, éventuellement injectée avec la vaccination obligatoire. Cette nano-puce peut être téléchargée à distance avec toutes les données personnelles.
  • De l’argent numérisé, plus d’argent.
  • Déploiement universel de la 5G, suivi plus tard de la 6G.

Cela conduit à un contrôle total de chaque individu sur la planète. Il est vendu au public sous le nom d’Internet des objets (TIT), c’est-à-dire des voitures autonomes, des équipements de cuisine robotisés, de l’intelligence artificielle (IA) pour la production et la livraison de tout. Ce que l’argument de vente ne dit pas, c’est comment les humains seraient marginalisés et réduits en esclavage. Pour faire avancer ce plan directeur, des ondes électromagnétiques à haute fréquence sont nécessaires. Par conséquent, le déploiement de la 5G est un must, quel que soit l’impact sur la santé des humains, de la faune et de la flore – et quelle que soit la manière dont il peut influencer les infections virales, comme peut-être le COVID19 actuel.

 

L’OMS reste silencieuse, bien qu’elle admette qu’aucune étude officielle indépendante n’a été menée sur les dangers de la 5G – et des champs électromagnétiques en général.Est-ce à dire que l’OMS est cooptée par les Grands et les Puissants dans ce spiel mortel? Qu’il suffise de dire que contrairement à d’autres agences des Nations Unies, l’OMS a été créée en 1948 par la Fondation Rockefeller (RF) – voir The Lancet . Il convient également de noter qu’environ la moitié du budget de l’OMS provient de sources d’intérêt privées, principalement l’industrie pharmaceutique, mais aussi d’autres, comme les géants des télécommunications.

C’est un précurseur pour comprendre comment les choses sont planifiées. Cela peut aider à relier les points pour ce qui s’en vient.

Cela peut également nous aider à comprendre ce qui se passe en ce moment, dans la première phase du scénario Lock Step. Il dépeint de couleurs vives la nature criminelle de l’État sombre profond.

Peu importe le krach boursier – c’est un syndrome de spéculateur, les risques des riches, car le marché boursier est une invention occidentale pour jouer avec le capital et les gains en capital au détriment des travailleurs, dont la vie dépend du fonctionnement de ce capital. Ils sont les premiers à partir, lorsque Big Money appelle à une fusion – ou à une faillite.

Désormais presque universel et justifié par la quarantaine RIEN, le verrouillage total de toutes les entreprises, petites ou grandes – restaurants, construction, tourisme, petites et grandes quincailleries, boulangeries, lignes aériennes, transports – chaînes d’approvisionnement interrompues – usines, transformation des aliments – et continue encore et encore.

Dans le Grand Nord, jusqu’à 90% des transactions commerciales émanent de petites et moyennes entreprises (PME). Presque tous sont fermés maintenant. Deux tiers ou plus d’entre eux peuvent ne plus jamais s’ouvrir. Les employés et les travailleurs sont mis à pied ou sont réduits à un travail à temps partiel, ce qui signifie un salaire à temps partiel – mais doivent encore subvenir aux besoins de leur famille. La pauvreté et le désespoir s’installent et deviennent endémiques. Aucun avenir en vue. Les taux de suicide augmenteront – voir la Grèce lors de la crise de 2008/2009 – et jusqu’à dix ans plus tard – familles brisées, saisies, familles expulsées des appartements locatifs car elles ne peuvent plus payer leurs loyers. La mendicité dans la rue devient normale, sauf qu’il ne reste plus personne pour épargner un centime.

En Europe, au moins un tiers à peut-être 50% ou plus de la main-d’œuvre – selon le pays et la structure de la main-d’œuvre – devrait être au chômage ou sera réduit à un travail à temps partiel. Et ce n’est que le début. Aux États-Unis, les chiffres officiels du chômage dépassent actuellement 23 millions de personnes – et devraient, selon les prévisions de la FED, Goldman Sachs, Bloomberg – atteindre entre 32% et 40% au cours du prochain trimestre. Les faillites peuvent devenir incontrôlables.

Le FMI prévoit pour 2020 une contraction économique mondiale de seulement 3% – et un faible taux de croissance dans la dernière partie de 2021. Quelle ridicule! – Sur quelle planète sont ces gens? Qui essaient-ils de tromper, et pourquoi? Peut-être pour encourager les pays à emprunter d’énormes quantités de devises à ces institutions prédatrices de Bretton Woods, au FMI et à la Banque mondiale – pour s’endetter profondément, pensant avec les prévisions du FMI qu’elles iront bien? – Asservissement supplémentaire par tromperie?

Il s’agit du Nord global – qui dispose d’une sorte de filet de sécurité sociale, quelle que soit sa fragilité – il y a une lueur d’espoir de secours. Une autre lueur d’espoir est construite sur les prémisses que l’humanité créera constamment – travaillant ingénieusement en inventant – se déplaçant vers l’avant comme un fleuve vers de nouveaux horizons, créant de nouvelles dynamiques, de nouveaux emplois … oui, c’est ce que l’humanité peut faire – et dans notre réconfort nous avons oublié cette vertu – une vertu essentielle à la survie – la survie de la crise corona.

Le Sud global – ou pays en développement – présente une histoire plus sombre. Dans des circonstances normales, un tiers à la moitié de l’économie est informelle, ce qui signifie qu’elle n’est conforme à aucune norme d’organisation formelle ou légale. Ce sont des travailleurs à court terme, des ouvriers journaliers et horaires – vivant de la main à la bouche, pas d’épargne, pas de filets de sécurité – et dans la plupart des cas pas de couverture sanitaire. Ils sont laissés aux caprices du « marché », littéralement. Maintenant, le marché s’est effondré.

Il ne reste rien. Pas de travail, pas de revenus, pas d’argent pour payer la nourriture, le loyer, les médicaments – et le gouvernement leur ordonne, aux pauvres démunis, de rester «à la maison» – «verrouillage» en quarantaine – pour se protéger contre un virus, une loi imposée virus que personne ne voit, mais le gouvernement et les médias s’assurent que vous êtes conscients – et effrayés – de ses dangers,

Confinement à la « maison »? – Où est la maison? La maison est partie. Pas d’argent pour payer le loyer. Gardez une distance sociale – ne vous réunissez pas. Restez à l’écart. L’infection pourrait se propager. La peur est essentielle.

Prenez une ville comme Lima, au Pérou. La population totale du Pérou est d’environ 30 millions d’habitants. Lima, environ onze millions – dont environ 3 à 4 millions vivent en marge ou en dessous – dans des bidonvilles, ou pire. Ouvriers journaliers ou horaires. Ils vivent parfois à des heures de leur lieu de travail. Maintenant, il n’y a plus de lieu de travail. Ils n’ont pas d’argent pour payer la nourriture, le transport ou le loyer – les propriétaires les mettent dans les rues, les expulsent de leurs propriétés. Comment peuvent-ils rester en détention? Comment peuvent-ils prendre soin d’eux-mêmes par mise en quarantaine – verrouillage – sans abri, sans nourriture – cherchant désespérément à gagner juste assez d’argent pour survivre un autre jour – et peut-être à partager avec leur famille? Ils ne peuvent pas.

La protection contre le verrouillage (sic-sic) est réservée aux riches. Les pauvres meurent de faim avec les enfants et les familles – et très probablement avec la maladie corona. Ils vivent dans des cercles de pauvreté et de misère, où il n’y a rien à épargner. Personne n’a rien. Pas même par solidarité. Il n’y a tout simplement rien. Privation totale, causée par un blocage économique total – imposé au monde et en particulier aux pauvres par des hommes mauvais – et peut-être aussi des femmes mauvaises.

Ces 3 à 4 ou 5 millions de personnes, elles sont toutes venues à un moment ou à un autre des provinces rurales, pour lesquelles le gouvernement ne fait rien, ou pas assez pour les y maintenir. Ainsi, à la recherche d’une vie meilleure, ils abandonnent leurs «  çhacras  » (petites parcelles de terrain) et se déplacent vers la Grande Ville – au paradis – où ils sont relégués pour vivre dans plus de misère que dans leurs maigres colonies provinciales. Ils perdurent – toujours avec espoir. Maintenant, cela – la crise corona provoquée par l’homme – a rendu la vie encore pire, bien pire pour eux. Il n’y a pas ou pas assez de documents gouvernementaux – ou ils arrivent trop tard ou se perdent dans la corruption.

Par solidarité, ils se rassemblent. Ils ont besoin de retourner à leurs origines provinciales, à leurs çhacras, à leurs familles – où ils trouveront un abri et de la nourriture, où ils pourront à nouveau se sentir « chez eux » et aimés ou du moins bienvenus.

Un gouvernement de style militaire dictatorial les empêche de partir – pour des raisons de sécurité, bien sûr – ils peuvent infecter d’autres personnes, – la farce continue. Et personne ne dit peep. Personne n’ose, de peur d’être enfermé.Violence policière – bâtons, gaz lacrymogènes – répression – retour à aucun abri – pas de nourriture. Jusqu’à ce que le gouvernement tout-puissant central décide «d’organiser» le rapatriement – par bus, mais il n’y a pas assez de capacité, ni d’organisation – le chaos émerge – et le sort empire – et à quel point peut-il s’aggraver? La famine frappera, les rendra de plus en plus faibles, plus sujets aux maladies et à mourir – pas de COVID19, mais de la famine. Mais comme les statistiques disparaissent, DOIVENT disparaître, sur ordre des Maîtres, de tels décès seront automatiquement attribués à la pandémie corona. Naturellement. Cela se fait ailleurs, dans le Grand Nord. Pourquoi pas dans le Sud Global?

Lima n’est qu’un exemple – son représentant probablement pour la majeure partie de l’Amérique latine, à l’exception du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba – où, au milieu de la misère, il y a toujours un sentiment de solidarité qui unit le peuple – où le gouvernement se tient avec le les gens, pourtant, où les gens souffrent plus gravement, à cause des sanctions occidentales – ils sont littéralement assassinés par les sanctions occidentales – avant tout les États-Unis d’A. Une nation génocidaire.

Le New York Times (22 avril 2020) rapporte: «Au lieu du coronavirus, la faim nous tuera». Une crise alimentaire mondiale se profile. Le monde n’a jamais fait face à une telle urgence de la faim, disent les experts. Il pourrait doubler le nombre de personnes confrontées à une faim aiguë à 265 millions d’ici la fin de cette année.

Aussi, par le NYT –

« A Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi, au Kenya, les habitants vivent déjà dans une extrême pauvreté. Désespérés de manger, une bousculade s’est déclenchée lors d’un récent concours de farine et d’huile de cuisson, faisant des dizaines de blessés et deux morts. »

« En Inde, des milliers de travailleurs font la queue deux fois par jour pour du pain et des légumes frits afin de lutter contre la faim. »

«Et partout en Colombie, les ménages pauvres accrochent des vêtements et des drapeaux rouges à leurs fenêtres et à leurs balcons pour montrer qu’ils ont faim.»

Cela rappelle la tristement célèbre citation de Kissinger des années 1970 sur la famine,

contrôler la nourriture
contrôler la nourriture

« Qui contrôle l’approvisionnement alimentaire contrôle les gens – la citation continue en disant:

 » Qui contrôle l’énergie peut contrôler des continents entiers; qui contrôle l’argent peut contrôler le monde. « 

Kissinger, comme les Gates, les Rockefeller sont » bien intentionnés « : ils n’ont jamais caché leur désir de réduire la population mondiale dans un format qui rappelle l’eugénisme, en » éradiquant la pauvreté  » « , par exemple par la vaccination – en commençant en Afrique.

Gates a récemment suggéré d’essayer son nouveau vaccin corona en Afrique – contre lequel même son ami, le Dr Tedros, directeur général de l’OMS, a protesté.

La pandémie de coronavirus a entraîné la pauvreté et la famine de millions de personnes dans le monde. Et il n’y a pas de fin en vue.

Au contraire, il semblerait que presque tous les gouvernements soient cooptés ou tacitement contraints d’adhérer aux « directives ».

C’est à la fois diabolique et au-delà de la compréhension. Pourquoi? Les «élites mondiales» croient vraiment qu’elles contribuent à l’avenir et au bien-être de l’humanité. Pourtant, leurs actions ont entraîné une misère abjecte, le chômage et le désespoir.

Sans de telles mesures coercitives, il est difficile d’expliquer pourquoi presque tous les gouvernements de la planète se soumettent à cet horrible programme social et économique – et mentent, mentent, mentent abjectement – à leur peuple. Les personnes mêmes qu’elles sont censées protéger contre le chômage, la famine et le désespoir.

Dans des circonstances «normales» de l’inégalité prédatrice de notre planète, quelque 9 millions de personnes meurent chaque année de faim et de maladies liées à la famine. Ce chiffre peut maintenant exploser de façon exponentielle. Peut-être dans les dizaines de millions ou plus.

La famine et les décès dus à la famine pourraient être davantage affectés par des pénuries alimentaires artificiellement provoquées, ou par des sécheresses ou des inondations – résultant de changements climatiques délibérément provoqués par l’homme – non pas à cause de l’augmentation de température provoquée par le CO2 ridiculement vantée – mais par le système HAARP avancé de l’US Air Force (HAARP = Programme de recherche aurorale active à haute fréquence).

« Pendant la guerre du Vietnam, des techniques d’ensemencement des nuages ​​ont été utilisées,à partir de 1967 au titre du projet Popeye, dont l’objectif était de prolonger les voies d’approvisionnement de la saison de la mousson et ennemi de bloc le long de la piste Ho Chi Minh ». Aujourd’hui , le système HAARP a été mis au point et militarisé. A elon le document US Air Force AF 2025 final Rapport, modification des conditions météorologiques (à usage militaire):

« offre au combattant un large éventail d’options possibles pour vaincre ou contraindre un adversaire …

«La modification des conditions météorologiques fera partie de la sécurité nationale et internationale et pourrait se faire unilatéralement … Elle pourrait avoir des applications offensives et défensives et même être utilisée à des fins de dissuasion. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des tempêtes sur terre ou de modifier la météo spatiale … et la production de conditions météorologiques artificielles font toutes partie d’un ensemble intégré de technologies [militaires]. « 

Dans le cadre du programme proposé de vaccination forcée de la Fondation Gates – ceux qui refusent la vaccination peuvent, par exemple, ne pas pouvoir voyager.

La misère abjecte qui est délibérément imposée à l’humanité devient de plus en plus visible. Mis à part l’anéantissement des actifs des gens et des entreprises, c’est la pauvreté et la famine …

Il n’y a aujourd’hui aucun tribunal de type Nuremberg, honnête, éthique et suffisamment puissant pour tenir les élites mondiales responsables et les traduire en justice.

Nous, le peuple, devons prendre le contrôle de ce changement de paradigme en cours.

Nous, les gens, devons sortir de cet atroce verrouillage.

Pas de confrontation, mais avec sagesse et savoir-faire. Laisser les forces féroces de l’ennemi renforcer notre faiblesse – et nous faire vaincre.

Un bon général n’aime pas l’agression

Un bon guerrier ne connaît pas la haine

Si vous voulez vaincre votre ennemi, ne l’affrontez pas.

Mettez-vous en dessous de lui

C’est ce qu’on appelle le pouvoir de ne pas se battre

C’est d’utiliser la capacité des hommes

Cela s’appelle depuis les temps anciens, pour être en harmonie avec le ciel,

Et c’est le plus grand pouvoir qui soit (Tao 68)

 

Nouvel Ordre Mondial et pandémie:Les crimes liés aux vaccins de Bill Gates

Les médecins indiens accusent Gates d’une épidémie dévastatrice de polio de souche vaccinale qui a paralysé 496.000 enfants entre 2000 et 2017. En 2017, le gouvernement indien a retiré du marché le schéma vaccinal de Gates et a expulsé Gates. Les taux de paralysie de la polio ont chuté brutalement.

 

 «Les vaccins, pour Bill Gates, sont une philanthropie stratégique qui alimente ses nombreuses entreprises liées aux vaccins (y compris l’ambition de Microsoft de contrôler une entreprise mondiale d’identification vac ID) et lui donne un contrôle dictatorial sur la politique de santé mondiale – la pointe de lance du néo-impérialisme d’entreprise.

 

L’obsession de Gates pour les vaccins semble alimentée par une conviction messianique qu’il est ordonné de sauver le monde avec la technologie et une volonté divine d’expérimenter la vie sur de petits humains.

Promettant d’éradiquer la polio avec 1,2 milliard de dollars, Gates a pris le contrôle du National Advisory Board (NAB) de l’Inde et a mandaté 50 vaccins contre la polio (contre 5 auparavant) à chaque enfant avant l’âge de 5 ans. Des médecins indiens accusent la campagne Gates d’une épidémie dévastatrice de polio causée par une souche vaccinale qui a paralysé 496 000 enfants entre 2000 et 2017. En 2017, le gouvernement indien a retiré du marché le schéma vaccinal de Gates et a expulsé Gates et ses copains du NAB. Les taux de paralysie de la polio ont chuté brutalement.

En 2017, l’Organisation mondiale de la santé a admis à contrecœur que l’explosion mondiale de la poliomyélite est principalement due à une souche vaccinale, ce qui signifie qu’elle provient du programme de vaccination de Gates. Les épidémies les plus effrayantes au Congo, aux Philippines et en Afghanistan sont toutes liées aux vaccins de Gates. En 2018, les trois quarts des cas mondiaux de polio provenaient des vaccins de Gates.

En 2014, la Fondation Gates a financé des tests de vaccins expérimentaux contre le VPH, développés par GSK et Merck, sur 23.000 jeunes filles dans des provinces indiennes éloignées. Environ 1.200 ont souffert d’effets secondaires graves, notamment des troubles auto-immunes et de la fertilité. Sept en sont mortes. Les enquêtes du gouvernement indien ont accusé les chercheurs financés par Gates d’avoir commis des violations éthiques généralisées: faire pression sur les filles vulnérables des villages dans les tests, intimider les parents, falsifier les formulaires de consentement et refuser les soins médicaux aux filles blessées/malades. L’affaire est maintenant devant la Cour suprême du pays.

En 2010, la Fondation Gates a financé un essai d’un vaccin expérimental contre le paludisme de GSK, tuant 151 nourrissons africains et causant des effets indésirables graves, notamment la paralysie, des convulsions et des convulsions fébriles à 1048 des 5049 enfants vaccinés.

Au cours de la campagne Gates 2002 MenAfriVac en Afrique subsaharienne, des agents de Gates ont vacciné de force des milliers d’enfants africains contre la méningite. Entre 50 et 500 enfants ont développé une paralysie. Les journaux sud-africains se sont plaints: «Nous sommes des cobayes pour les fabricants de médicaments». L’ancien économiste principal de Nelson Mandela, le professeur Patrick Bond, décrit les pratiques philanthropiques de Gates comme « impitoyables » et immorales « .

En 2010, Gates a donné 10 milliards de dollars à l’OMS en promettant de réduire la population, en partie, grâce à de nouveaux vaccins. Un mois plus tard, Gates a déclaré à Ted Talk que de nouveaux vaccins « pourraient réduire la population ».

En 2014, l’Association des médecins catholiques du Kenya a accusé l’OMS d’avoir stérilisé chimiquement des millions de femmes kenyanes réticentes avec une fausse campagne de vaccination contre le «tétanos». Des laboratoires indépendants ont trouvé la formule de stérilité dans chaque vaccin testé. Après avoir nié les accusations, l’OMS a finalement admis qu’elle développait les vaccins contre la stérilité depuis plus d’une décennie. Des accusations similaires sont venues de la Tanzanie, du Nicaragua, du Mexique et des Philippines.

Comment Bill et Melinda Gates transforment la vie de milliards de personnes

Une étude de 2017 (Morgensen et Al.2017) a montré que le DTP populaire de l’OMS tue plus d’Africains que la maladie qu’elle prétend prévenir. Les filles vaccinées ont subi 10 fois le taux de mortalité des enfants non vaccinés.

Gates et l’OMS ont refusé de retirer du marché le vaccin mortel que l’OMS impose à des millions d’enfants africains chaque année. Les défenseurs mondiaux de la santé publique dans le monde entier accusent Gates de kidnapper le programme de l’OMS, en inversant les objectifs de ses projets destinés initialement à freiner les maladies infectieuses et à améliorer l’eau potable, l’hygiène, la nutrition et le développement économique. Ils disent qu’il a détourné des ressources de l’agence pour servir son fétichisme personnel – que la bonne santé ne vient que dans une seringue.

 

En plus d’utiliser sa philanthropie pour contrôler l’OMS, l’UNICEF, GAVI et PATH, Gates finance des sociétés pharmaceutiques privées qui fabriquent des vaccins et un vaste réseau de groupes de têtes de l’industrie pharmaceutique qui diffusent de la propagande trompeuse, développent des études frauduleuses, mènent des opérations de surveillance et psychologiques contre ceux qui hésitent à se faire vacciner. Ils utilisent le pouvoir et l’argent de Gates pour faire taire la dissidence et forcer la conformité.

Dans ces récentes apparitions non-stop de Pharmedia, Gates semble joyeux que la crise de Covid-19 lui donnera l’occasion de forcer ses programmes de vaccins du tiers-monde sur les enfants américains.  » [1]

Source : Bill Gates’ Vaccine Crime Record

https://www.henrymakow.com/

Par Llewellyn H. Rockwell, Jr.


NOTE

[1] L’effet inattendu pour Gates et pour le Prince Philip, promoteurs du Covid-19, est que l’assignation à résidence forcée de milliards de personnes va se traduire, d’ici quelques mois, par une explosion de naissances, surtout dans les pays pauvres. Il va y avoir une pénurie de sages femmes.