Réécrire l’histoire des origines de l’homme selon d’anciens textes sumériens

monstre sumérien du chaos et dieu soleil. ( Wikipedia )

 

Sumer , ou «pays des rois civilisés», prospéra en Mésopotamie , l’actuel Irak, vers 4500 av.Les Sumériens ont créé une civilisation avancée avec son propre système de langage et d’écriture élaborés, d’architecture et d’art, d’astronomie et de mathématiques. Leur système religieux était complexe et composé de centaines de dieux. Selon les textes anciens, chaqueville sumérienne était gardée par son propre dieu; et tandis que les humains et les dieux vivaient ensemble, les humains étaient des serviteurs des dieux.

Le mythe de la création sumérienne peut être trouvé sur une tablette à Nippour, une ancienne ville mésopotamienne fondée vers 5000 av.

La création de la Terre ( Enuma Elish ) selon les tablettes sumériennes commence comme ceci:

« Quand au plus haut des cieux le ciel n’était pas nommé,
et la terre ne portait pas encore de nom,
et le primitif Apsu, qui les engendra,
et le chaos, Tiamut, leur mère à la fois.
Leurs eaux se mélangèrent,
et aucun champ ne fut formé. , aucun marais ne devait être vu;
Quand des dieux n’avaient été appelés,
aucun ne portait un nom, et aucun destin n’était ordonné;
Alors furent créés les dieux au milieu du ciel,
Lahmu et Lahamu furent appelés à être … »

La mythologie sumérienne prétend qu’au début, des dieux de type humain régnaient sur la Terre. Quand ils sont venus sur la Terre, il y avait beaucoup de travail à faire et ces dieux ont travaillé le sol, creusant pour le rendre habitable et en exploitant ses minéraux.

Tablette sumérienne représentant Enki dans le mythe de la création.

Les textes mentionnent qu’à un moment donné les dieux se sont mutinés contre leur travail.

« Quand les dieux, comme les hommes,
enduraient le travail et subissaient les conséquences
Le travail des dieux était difficile,
le travail était pénible, la détresse était considérable. »

Anu , le dieu des dieux, admit que leur travail était trop difficile. Son fils Enki , ou Ea, proposa de créer un homme pour supporter le travail. C’est donc avec l’aide de sa demi-soeur Ninkiqu’il le fit. Un dieu a été mis à mort, et son corps et son sang ont été mélangés avec de l’argile.À partir de ce matériau, le premier être humain a été créé, à la ressemblance des dieux.

« Vous avez massacré un dieu ensemble.
Avec sa personnalité,
j’ai supprimé votre lourd travail et
j’ai imposé votre travail à l’homme.

Dans l’argile, Dieu et l’homme
seront liés
à une unité réunie;
Ainsi, jusqu’à la fin des jours,
la chair et l’âme
qui dans un dieu ont mûri –
cette âme dans une parenté de sang soit liée. »

Ce premier homme a été créé en Eden, un mot sumérien qui signifie « terrain plat ». Dans l’épopée de Gilgamesh , Eden est mentionné comme le jardin des dieux et se situe quelque part en Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate.

Initialement, les êtres humains étaient incapables de se reproduire par eux-mêmes, mais ont ensuite été modifiés avec l’aide d’Enki et de Ninki. Ainsi, Adapa a été créé en tant qu’être humain pleinement fonctionnel et indépendant. Cette « modification » a été fait sans l’approbation du frère d’ Enki , Enlil , et un conflit entre les dieux ont commencé. Enlil devint l’adversaire de l’homme, et la tablette sumérienne mentionne que les hommes servent les dieux et subissent beaucoup de difficultés et de souffrances.

Adapa, avec l’aide d’Enki, est monté à Anu où il n’a pas répondu à une question sur « le pain et l’eau de la vie ». Les opinions varient sur les similitudes entre cette histoire de création et l’histoire biblique d’ Adam et Eve en Eden .

Adam et Ève

Question:

Les quatre fleuves nous mènent-ils au jardin d’Eden?

Le jardin d’Éden avec la chute de l’homme par Jan Brueghel l’Ancien et Pieter Paul Rubens, ( Domaine Public )

Dans le livre biblique de la Genèse, chapitre 2, la description des quatre fleuves d’Éden fournit des indices pour localiser le jardin de paradis perdu. Suivre ces indices mène à une connexion entre la ville perdue d’Akkad et Eden.

La nature de la rivière Eden

 10 Un fleuve sortit d’Eden pour arroser le jardin. et de là il se sépara et devint quatre têtes.

Les lecteurs modernes de la Bible confondent souvent l’expression «de là elle s’est divisée et est devenue quatre têtes» pour signifier que les sources de quatre rivières ont leur origine dans l’Eden. En fait, le contraire est indiqué. D’Eden, une rivière se jette dans quatre rivières, dont le Tigre et l’Euphrate. Ces rivières vont ensuite vers l’extérieur pour devenir des rivières séparées, chacune formant sa propre tête. En termes simples, une rivière a traversé ou à proximité du jardin, puis a rejoint quatre rivières distinctes.

Au verset 10, bien que les écrivains disposent de nombreux mots pour désigner un fleuve, l’ancien mot hébreu utilisé est nahar, qui désigne généralement un grand fleuve comme le Nil ou l’Euphrate, mais peut également désigner la mer.

Une carte du Tigre – Euphrate dans la région de l’ancienne Babylone )

Une autre erreur courante dans l’identification de ces rivières est notre perspective moderne selon laquelle une rivière commence à sa source et finit ensuite où elle se disperse dans la mer. Pour un ancien peuple riverain, qui n’avait jamais vu une image de son monde vue par satellite, une rivière était un parcours que l’on pouvait parcourir. Comme indiqué par l’utilisation du mot nahar, une rivière pourrait aussi être la mer. Une fois que vous avez émergé dans la mer d’une rivière, vous voyagiez encore sur un nahar .

Dans l’Antiquité, le Tigre et l’Euphrate étaient reliés par de multiples canaux reliant efficacement les deux fleuves en un vaste réseau aquatique. Dans l’Antiquité, les deux grands fleuves sont entrés séparément dans le golfe Persique. Pour une personne se tenant le long d’un canal d’irrigation qui reliait les fleuves Tigre et Euphrate dans la région de Babylone, les voies navigables disponibles se dirigeraient effectivement dans quatre directions.

Le fleuve Euphrate ( domaine public )

Les deux rivières ambiguës

11 Le nom du premier est Pishon; c’est cela qui entoure tout le pays de Havila, où il y a de l’or;

Le nom Pishon vient de la racine puwsh , qui signifie grossir, se répandre ou être dispersé. Si un voyageur partait vers le sud sur le Tigre, c’est exactement la condition qu’il trouverait lorsque la rivière cèderait la place à un marais.

12 et l’or de ce pays est bon; il y a le bdellium et la pierre d’onyx.

En suivant la rivière dans la mer et en continuant sur sa rive orientale, le voyageur sillonnera les déserts du sud de l’Iran et du Pakistan. En effet, le mot Havilah peut être attribué à la racine chuwl qui signifie circulaire, à tordre ou à tourbillonner, ou se tordre de douleur et à la racine gloussante qui signifie sable.

L’identification de Havilah en tant que source de bdellium, résine pour la fabrication de l’encens, et d’onyx fait également allusion à l’Iran et au Pakistan. L’écrivain grec Theophrastus et Pline l’Ancien ont tous deux identifié des régions de l’Afghanistan comme étant la source du bdellium et, aujourd’hui encore, le Pakistan est l’un des rares fournisseurs d’Onyx.

Le Tigre à Êlih-Hafizbiniyan

13 Le second fleuve s’appelle Gihon; le même est celui qui entoure tout le pays de Cush.

Gihon vient de la racine giyach, qui signifie jaillir. Cela a peut-être décrit comment un ancien voyageur aurait pu expérimenter le puissant Euphrate lorsqu’il se serait finalement vidé dans le golfe Persique. En suivant la rive ouest de ce parcours, le voyageur finirait par se retrouver autour de la péninsule arabique et de rencontrer l’Afrique où se trouve la terre attendue de Cush, l’Éthiopie ancienne.

14 Le troisième fleuve s’appelle Tigris. c’est cela qui va vers l’est de Assur. Et le quatrième fleuve est l’Euphrate.

Les cartes modernes montrent encore comment le Tigre suit le flanc est du pays connu sous le nom d’Assyrie par les Grecs et d’Assur par ses habitants. L’Euphrate était probablement si connu qu’il n’avait pas besoin d’appellation. Cela nous laisse avec quatre rivières qui sont reliées par des canaux formant un grand réseau de rivières en forme de x.

Est-ce que les rivières nous mènent à Eden?

Alors, où est-ce que cela place le jardin? Si nous recherchons une rivière qui sort de la steppe et pénètre à proximité du cours conjoint des fleuves Tigre et Euphrate, l’œil ne peut s’empêcher d’être attiré par la rivière Diyala, dans l’est de l’Irak. Encore aujourd’hui, la province irakienne de Diyala est connue pour ses oranges et possède l’une des plus grandes oliveraies de la région.

Les quatre rivières d’Eden

15 Et l’Éternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le vêtir et le garder .

La description du jardin le définit comme étant le centre d’un réseau commercial. La localisation du jardin d’Eden sur la base de la vision du monde du commerce marchand coïncide avec le terme actuel de jardin dans le texte ancien qui est gan . Le mot gan fait spécifiquement référence à une zone clôturée qui a probablement été utilisée pour abattre des animaux ainsi que pour protéger des biens, en l’occurrence vraisemblablement à titre de tribut ou de commerce.

La connexion Akkad

Un texte ancien, « La malédiction d’Akkad », raconte l’époque qui suivit la chute d’Akkad, vers 2000 avant JC, lorsque, au milieu des invasions gutiennes, le chaos et la violence envahissaient tellement la terre que les jardins devaient être placés derrière les murs villes.

L’introduction de l’homme dans le jardin pour «habiller et garder» révèle davantage le langage du commerce. Le terme «robe» est abad en hébreu. Abad signifie servir d’ouvrier ou dans ce cas peut-être d’agriculteur. Ce sens est renforcé par le mot «garder» qui, dans l’ancien texte, est shamar , un mot qui signifie rester sur ses gardes.

Les archives de l’ancien Irak regorgent d’accords contractuels entre des propriétaires propriétaires de grands troupeaux et de grands bosquets et des bergers et des gardes qui s’occupaient de leurs troupeaux et de leurs denrées alimentaires en tant que travailleurs spécialisés. L’avènement de l’élevage à grande échelle et de l’agriculture irriguée, ainsi que la connexion au monde par de vastes réseaux commerciaux, font partie de l’héritage de la Mésopotamie. Des enclos clôturés et des enclos sécurisés auraient été monnaie courante et bien connus à Babylone à l’époque de la captivité hébraïque, quand il est possible que les récits de la Genèse aient été écrits. Pendant ce temps, Akkad et l’empire Akkadien auraient été évoqués dans les légendes d’un âge d’or qui se terminait à cause des péchés de ses dirigeants.

Akkad, un centre commercial connu, se trouvait probablement dans ou à proximité de la province irakienne de Diyala. Le placer à l’est de Babylone. Cela correspond à l’affirmation selon laquelle Eden serait un jardin orienté vers l’est. Pendant plus de deux mille ans, le centre commercial du monde a été Babylone, où, pendant un certain temps, les Juifs ont langui en exil. Ici les rois ont réclamé la domination sur les quatre quarts de la Terre. Les marchés de la Terre pourraient être atteints en empruntant l’une de ses quatre grandes voies navigables au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. Du côté est de ces rivières se trouvait une steppe fertile qui regorge de jardins à ce jour.

Le jardin d’Éden par Erastus Salisbury Field 1860 ( Domaine Public )

 

 

 


EN COMPLÉMENT

L’ÉPOPÉE DE GILGAMESH

L’épopée de Gilgamesh est peut-être la plus ancienne histoire écrite de la planète. Il nous vient de l’ancien Sumeria et avait été écrit à l’origine sur 12 tablettes d’argile en écriture cunieform. Il s’agit des aventures du roi historique d’Uruk (entre 2750 et 2500 av. J.-C.).

Le traducteur a choisi d’éliminer la tablette XII pour des raisons personnelles, avec le soutien de nombreux experts littéraires, archéologiques et linguistiques, car il semble s’agir davantage d’une suite aux onze premières tablettes. Elle contient une histoire sur le fait qu’Enkidu se soit porté volontaire pour récupérer des objets abandonnés par Gilgamesh. dans le Netherworld.

Cette traduction est basée sur l’édition « standard » « akkadienne », mais est complétée d’extraits de l’ancien babylonien si nécessaire.

J’ai révisé cet ensemble de documents de manière approfondie, mais si vous y trouvez une erreur typographique, merci de me le faire savoir. 

LIENS VERS LES TABLETTES 


 

Réécrire l’histoire complexe des joints de cylindre mésopotamien

Image du haut: Sceau de Greenstone, néo-sumérien, vers 2100 av. J.-C., de Babylone.

Un sceau cylindrique est un petit objet cylindrique sur lequel sont gravés des images, des mots ou les deux. Les sceaux cylindriques sumériens seraient roulés sur de l’argile humide pour faire bonne impression. Lorsque l’argile séchée, un sceau serait formé. Les sceaux étaient utilisés à différentes fins à Sumer, notamment pour les transactions commerciales, la décoration et la correspondance. Parfois, les images présentées sur le sceau peuvent être assez complexes et belles. Les sceaux de cylindre étaient utilisés par diverses cultures de l’ancien Proche-Orient, y compris les Sumériens, les Akkadiens, les Hittites et les Perses.

Matériaux et utilisations des joints de cylindre sumériens

Selon certains spécialistes, les sceaux à cylindre auraient été utilisés pour la première fois en Syrie entre le 8ème et le 7ème millénaire avant notre ère. D’autres, cependant, ne sont pas d’accord, arguant qu’ils ont été inventés à Sumer (dans l’Irak moderne) autour du 4ème millénaire avant notre ère. Certains spécialistes ont fait valoir que les cachets de timbre avaient précédé les scellés de cylindre, tandis que d’autres ont proposé que les deux soient utilisés simultanément.

 

Les sceaux cylindriques sumériens étaient généralement en pierre (commune et semi-précieuse), tels que l’améthyste, l’obsidienne, l’hématite et le lapis-lazuli (préférés pour la beauté de la pierre bleue). Néanmoins, d’autres matériaux, notamment le verre, la céramique, l’or, l’argent, le bois, l’os et l’ivoire, ont également été utilisés pour fabriquer ces objets dans le monde antique.

Un sceau cylindrique d’hématite néo-sumérien (vers 2150-2000 av. J.-C.) décrivant la présentation d’un fidèle devant une divinité assise. Une déesse intercédant, vêtue d’une robe à plusieurs niveaux, conduit le fidèle, qui place une main devant son visage dans un geste pieux. L’inscription en trois lignes indique le nom et l’occupation du propriétaire du phoque: « Lugal-dugedu, le scribe, fils de Ur-dingira. »

 

Les joints de cylindre sumériens ont été utilisés à diverses fins. Par exemple, des trous pourraient être percés dans ces joints, de sorte qu’ils pourraient ensuite être utilisés comme une sorte de collier ou épinglés sur un vêtement. Un exemple de ce type de sceau cylindrique sumérien a été trouvé sur les restes du squelette de la reine Puabi au cimetière royal d’Ur. Le sceau de la reine avait également un capuchon en or, qui était fixé à une extrémité du cylindre avec du bitume. Le sceau du cylindre, ainsi que sa casquette en or, auraient été portés par la reine pour montrer son statut élevé. Certains sceaux de cylindre sumériens ont également été utilisés comme amulettes pour éloigner les mauvais esprits et apporter chance et prospérité à ceux qui les portaient.

Sceau-cylindre de la « dame » ou de la « reine » (NIN sumérien) Puabi, v. 2600 av. Scène de banquet typique de la première période dynastique. )

 

En plus d’être des symboles de statut et des amulettes, les sceaux cylindriques sumériens ont également des utilisations pratiques. Par exemple, ils étaient utilisés comme une sorte de signature pour les documents, qui se présentaient sous la forme de tablettes d’argile. En utilisant le sceau pour faire une empreinte sur un morceau de tablette d’argile humide, une personne peut certifier que ledit document est authentique. Ce besoin d’authentification des documents est apparu avec la montée en puissance de la bureaucratie, qui s’est produite en Mésopotamie, en particulier dans la partie méridionale, où elle était plus complexe, au cours du IVe millénaire av. Dans le commerce, les sceaux de bouteilles pourraient être utilisés pour garantir que les marchandises stockées ne soient ni altérées ni volées. Ainsi, des empreintes faites par des joints de bouteilles ont été retrouvées sur de l’argile utilisée pour sceller des bocaux de stockage ou les portes de salles de stockage de l’ancien Sumer.

Avant que l’écriture ne soit ajoutée, cette tablette, un reçu, était marquée d’un sceau cylindrique datant du règne du roi Shulgi d’Ur. On voit encore une représentation sumérienne (Ur III) typique représentant un fidèle debout avec une main levée et trois lignes d’une inscription portant le nom d’un scribe – suggérant que le sceau a pu appartenir à la personne qui a écrit la tablette. . (2100-2050 BC)

 

 

Les sculptures complexes des joints de cylindre sumériens

Les dessins des joints cylindriques sumériens ont également attiré beaucoup d’attention, car il s’agit de sculptures complexes comportant différents thèmes. Les sceaux de Sumer portaient généralement sur trois sujets principaux: les thèmes du concours, les scènes de banquet et les thèmes religieux. Des divinités, des humains, des animaux, des plantes et une iconographie religieuse apparaissent tous sur ces artefacts. Les autres conceptions trouvées sur les sceaux cylindriques sumériens peuvent inclure des conceptions géométriques et des inscriptions en écriture cunéiforme.

Joint de cylindre en hématite, sumérien, 2112-2004 av. ( Université Johns Hopkins ) La scène sur ce sceau représente la «scène de présentation» standard de la période Ur III, montrant un adorateur humain – représentant probablement le propriétaire du sceau – dirigé par une déesse devant une divinité intronisée. Une inscription, écrite en cunéiforme, identifie son propriétaire comme étant «Aḫa-nīšu, serviteur de Nūr-Šulgi».

 

Sceaux de cylindre sumériens aujourd’hui

Dans les archives archéologiques, les deux sceaux de cylindre et l’argile sur lequel ils avaient été gravés ont été retrouvés. De nombreux sceaux cylindriques sumériens sont exposés dans des musées du monde entier. Le musée irakien de Bagdad, par exemple, disposait d’une collection de 7 000 sceaux de cylindre, dont la plupart ont été pillés lorsque Bagdad est tombé aux mains des forces américaines en 2003. Ces précieux objets n’ont pas encore été récupérés.

Les joints de cylindre ont continué à être utilisés jusqu’au 1er millénaire avant notre ère. Dans le Spurlock Museum, dans l’Illinois, par exemple, des phoques remontent à 450 ans avant notre ère. Néanmoins, au cours de ce millénaire, les tablettes d’argile ont été progressivement remplacées par du parchemin de papyrus en tant que support d’écriture de choix pour le monde antique. En conséquence, les joints de cylindre ont commencé à tomber de la mode et sont finalement devenus obsolètes. Cependant, les sceaux de bouteilles sumériens et autres demeurent des biens précieux dans les collections de nombreux musées à travers le monde.

Sceau de quartz en calcédoine représentant un personnage barbu tenant une épée courbée. Il a un pied sur le dos d’un oiseau de proie qui tourne la tête en arrière vers le dieu. L’inscription sumérienne en cinq lignes se lit comme suit: Marduk, grand seigneur, le noble, entre les mains de qui sont confiées les décisions au ciel et sur la terre, que le serviteur qui vous révère soit heureux de se réjouir devant vous. Dans la collection du British Museum.

 

 

 

 

 

Publicités

Conjuration de contre-vérités:Le Judaïsme provient de textes suméro-babyloniens copiés et falsifiés

Dieu 001

Les néo-chercheurs et les néo-scientifiques qui se sont dotés aujourd’hui d’une technologie plus adaptée, plus performante et d’un sens critique plus aigu, réécrivent petit à petit l’Histoire. Ce sens critique fait enfin surface, celui qui avait disparu ou qui n’avait jamais existé afin d’empêcher les dogmes d’être remis en question  pour éviter de briser les tabous et d’ensevelir les mensonges.
Les religions, les systémes dominateurs, le darwinisme et le créationnisme vivent leur dernières heures. Même l’astronomie doit réinterpréter ses théories et ses conclusions. Le XXI siècle sera une révolution des esprits de par la fin de ces dogmes qui ont anéanti la de l‘humanité en faveur d‘une élite toujours identique ; si la politique et la finance remplacent les religions, ces dernières continent malgré tout d’œuvrer dans l’inconscient, il est donc urgent d’instaurer une vraie démarche spirituelle.

slèle 001

Ainsi les nouveaux exégètes, paléologues, paléographes, paléoanthropologues, mythographes, astrophysiciens, historiens et archéologues nous invitent, dans de nombreux ouvrages, en librairie, à reconsidérer nos connaissances imposées par l’orthodoxie régnante et à balayer d‘un revers de la main ces trop nombreux sophismes qui nous ont fait nous égarer, nous éloigner de la vérité et qui ont permis tant d‘abus et d’injustices à l‘encontre des peuples.

Un travail impossible pour certains, car nous ne pouvons concevoir une autre réalité qu’en fonction de l’élargissement de notre propre conscience.

 

Ève
Ève

 

 

800px-Goatfishes_Louvre_Sb19

 

 

Depuis plus de 120 ans des découvertes importantes ont été passées sous silence comme celles des Tablettes d’argile retrouvées dans l’ancienne Mésopotamie, Sumer, Ur, Ninive, Uruk, (les + anciennes écritures à ce jour) celles de Nag Hammadi en , celles du désert de Taklamakan en , au Pérou et au Mexique, l’histoire incroyable des Dogons du Mali qui connaissaient déjà comme les Sumériens (3800ans) toutes les planétes et leur composition, celle des Hopis d’Arizona et, bien d’autres, sur tous les continents.

Un silence coupable s’est abattu sur nos écrans et dans nos livres de peur que tous les enseignements acquis ne s’écroulent dans la conscience collective et qu’un séisme ravageur ne vienne détruire la vie de ceux qui ont mentis, qui continuent de nous mentir et de ceux qui se sont tout bêtement trompés.

Nous apprenons que l’histoire du Livre des Hébreux, le Tanakh, n’est que la copie falsifiée de textes retrouvés en Mésopotamie, en Akkad, en Babylonie et en Egypte. Un scribe, enfin des scribes sans scrupule (ils seraient quatre ou cinq sur plusieurs siècles) ont pioché dans l’Enuma Elish, l’épopée de Gilgamesh, celle d’Atrahasis, dans le Code d’Hammurabi, dans les croyances et les codex de l’ancienne Egypte pour se construire une identité et pour modifier à leur convenance les récits dits, mythographiques par certains, et évhéméristes par d’autres.

Ces scribes misogynes ont en premier lieu éradiqué le culte féminin pour l’ériger en un culte monothéiste, masculin, profondément phallocrate et dominateur ; puis ils ont viré les nombreux dieux de Sumer, d’Akkad, de Babylonie et d‘Egypte ; même si la Genèse reste sans équivoque quand elle parle d’Elohim, désignant un pluriel et des Néphilims.

Il faut bien reconnaître que depuis les premières versions en araméen, en hébreu, les traductions de la Septante, celle de la Vulgate, celle de l’Historiale et les divers conciles qui ont fait de très nombreuses à l’avantage du clergé, et non pour celui des croyants, avec des retraits et  des ajouts successifs, il faut avouer que la Bible nous en fait perdre notre latin.

Le reprendra à son compte plus tardivement les mêmes récits ; avec tout autant d‘irrespect envers les femmes dans l’écriture d’évangiles, de lettres et d’épitres comme ceux de saint Augustin, saint Paul et par d’autres écrits comme ceux de Tertullien par exemple, pour ne citer qu‘eux. Mais le livre apocryphe d’Enoch, aussi très violent, retiré du canon biblique car jugé dangereux par la théocratie, est clair. Les princes, les rois et les puissants (Clergé compris) doivent se faire du mouron pour s’être rendus coupables d’abus sur les faibles, en déshonorant et en ensanglant la Terre et en bafouant le vrai Dieu. La Justice sera rendue.

St Thomas : Le royaume de Dieu est en toi et tout autour de toi. Pas dans les édifices de bois et de pierre. Fend le morceau de bois et je suis là. Soulève la pierre et tu me trouveras.
Evangile apocryphe de la paix du disciple Jean qui honore la Mère au même titre que le Père ici

 

tablette d'argile 001

 

 

 

Le texte de la Création, celui du Déluge, ceux sur la Cosmogonie (Tiamat, Nibiru pour Sumer), l’Astronomie et la présence du ou des serpents évoquant une race reptilienne, de dieux venant du ciel se retrouvent dans des récits i-den-tiques sur tous les continents(dans 244 cultures). Ils le sont sur le fond uniquement, car, sur la forme les noms sont diffèrents en fonction des civilisations et des pays.

Tiamat

Ces découvertes montrent également que des sociétés antédiluviennes ont permis de transmettre leurs savoirs aux homo-sapiens et que les dieux et les déesses n’étaient en fin de compte que des hommes et des femmes très évolués technologiquement et ayant des pouvoirs psychiques et cosmo-telluriques, perdus depuis.

Mais revenons à notre génie juif. Comme la sauce n’était pas encore assez épaisse et indigeste pour le commun des mortel pour que celle-ci l’empoisonne, le clergé devait imposer une théocratie sans faille, une monarchie religieuse qui dominerait le peuple par une foi aveugle pour conquérir et s’installer dans un pays. Le fondamentalisme, dans l’interprétation des textes, ne devait surtout pas être remis en question et, pour cela, la culpabilité et la peur devaient être les deux éléments fondamentaux, les deux piliers, les deux leviers par lesquels la domination allait s’exercer dans les esprits et par laquelle un obscurantisme allait s’abattre implacablement sur les peuples, pour y régner encore de nos jours.

Enlil 001

Afin que le peuple ne puisse se rebeller, s’émanciper et s‘interroger sur ses origines, il devait avoir peur et obéir aveuglément à un Dieu puissant, cruel à la main destructrice. La Genèse est révélatrice sur ce sujet, elle est un texte plus qu’intéressant à étudier en tentant une lecture herméneutique des faits pour se rendre compte de la violence et de la cruauté de ce dieu, de certains de ses anges et de certains de ses fils.

Un dieu de l’Ancien Testament qui a usurpé les créations inscrites sur des tablettes d’argile antérieures de 2000ans à Moïse, celle d’une grande déesse sumérienne en y ajoutant sa propre vision délétère de la relation au Divin qui, en fait, nous en éloigne dans les trois religions monothéistes de la réelle Source divine et de la Création. Puis les dieux tels qu’An, Enki, Enlil et les déesses telles que la  très grande Nammu (mère primordiale de la Terre et du ciel ), Innana () et Ninhursag disparaitront pour donner naissance à ce dieu unique. Et Atrahasis sera tout simplement remplacé par Noé, le Dilmun par l’Eden. Enki  lui mange les plantes défendues par la déesse Ninhursag et sera remplacé par Eve et Adam pour la faute originelle. Le décalogue de Moïse et le Mosaïsme, puis le Judaïsme seront inspirés, non pas par Dieu, mais par le code Hammurabi babylonien.

Difficile à admettre car nos esprits se heurtent et s’enferment dans des croyances millénaires et comment abolir une vérité, plutôt un sophisme, répété durant deux millénaires sans que sa propre dignité ne soit atteinte ?.

Pour que Galilée fasse admettre la sphéricité, l’héliocentrisme et non le géocentrisme de la Terre , beaucoup de sang a coulé , c’est vrai ; mais aujourd’hui personne ne risque de procès pour croire à un autre début, à une autre origine.

 

En y introduisant un péché originel, incombant en premier à la femme, puis, à Adam, ensuite un enfer pour ceux qui ne respectaient pas la Loi, et une culpabilité de tous les instants avec une épée de Damoclès en permanence au dessus de nos têtes, pour ceux qui s‘éloignaient de ce dieu, ces hébreux refoulés, ayant quand même quelques troubles de la personnalité, pour n’employer qu’un euphémisme, et leurs descendants, sont parvenus depuis presque 3000 ans pour les Juifs, 2000 ans pour les et 1400 ans pour les à entretenir le pour conserver leur pouvoir sur les peuples. Cet obscurantisme a privé les êtres humains de leur source Originelle divine et non simiesque, de leur libre-arbitre, de la quête du véritable Dieu ou Tout unifié et du chemin spirituel qui y mène.

adam et ève 001

Ces mensonges ataviques et millénaires sont encore aujourd’hui le sceau, la marque innée avec laquelle nous naissons. La faute originelle, qui n’a jamais existée, a conduit des centaines de générations à avoir peur, à vivre dans la peur des géhennes, à expier des péchés qui n’en étaient pas, et à faire mourir de trop nombreux croyants qui pensaient avoir offensé Dieu.

Moise

Cet artéfact divin a conduit la plus grande partie de l’Humanité dans l’obscurité, à la perte de la Connaissance ou de la Lumière originelle, à la haine des autres, aux guerres sanglantes et destructrices, à la confiscation de la Vérité par quelques-uns, aux pillages et aux injustices les plus dures.

Il serait temps de rendre à César ce qui est à César. Le génie du Judaïsme ne se résume donc qu’à un simple pillage et en une simple falsification d’anciens textes venant de Mésopotamie, et ce, pour s‘approprier le pouvoir et exiger par le sang une terre qui ne leur a jamais été promise par Dieu.

Pas très glorieux ni pour eux, ni pour les Chrétiens d‘ailleurs. La Terre de Palestine appartient bien en premier aux descendants des indigènes, les vrais Sémites qu’ils soient aujourd’hui musulmans,  hébreux ou chrétiens, mais en aucun cas aux juifs venant pour l’ensemble de l’Europe ou des USA qui composent leur majorité. Ces croyants ou ces athées nommés injustement, le Peuple élu de Dieu pour la Terre promise, est une des plus grandes hérésies qui perdure. D’ailleurs le concept de Terre promise est bien antérieur au judaïsme puisqu’il émane de l’Inde et plus précisément de l’Himalaya et des prêtres Naacal. Ce qui n’a rien à voir avec les Sémites.

La Terre promise appartient à tous et est partout, et aucun dieu ne peut décider de choisir une poignée de croyants, sauf si il est totalement humain et profondément injuste et calculateur, pour lui offrir le bien d’autrui. La paix est donc possible. Que la Vérité se fasse.

Certaines erreurs ou mensonges:

source : http://sites.google.com/site/

 :
11:6 « Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue » Voilà que le lièvre est un ruminant !

Deutéronome :

20:16 « Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. » Étrange Dieu qui commande d’exterminer les hommes, les femmes et les enfants…

34:5 La mise en terre de Moïse. Sachant que c’est lui qui est censé avoir écrit ce récit, ça pose un problème sémantique…

Josué :
6:5 Les murailles de Jéricho, dont les murailles d’enceinte se seraient écroulées au son des trompettes de guerre, A l’époque citée par la Bible, Jéricho n’était pas encore fortifiée!

1 Samuel :
28 Inspiré du poème sumérien où l’on voit l’ombre d’Enkidu sortir du Kur et se jeter dans les bras de Gilgamesh.

Cantique des cantiques :
Une suite empruntée au chant sumérien du mariage sacré: même style, même thèmes, détails, vocabulaire, mêmes personnages, monologues, dialogues, même langage fleuri et redondant. Voir par exemple le chant d’amour de Shu-Sin au chapitre XXI. Shu-Sin qui ressemble fort au roi Salomon dont l’existence n’est pas certaine et, s’il a existé, son règne n’a rien à voir avec celui décrit dans la Bible.

1Rois :
1:34 Les remparts de Jérusalem sous le roi Salomon: à cette époque là, Jérusalem, un modeste village, n’était pas fortifié

2Rois :
3:19 « vous frapperez toutes les villes fortes et toutes les villes d’élite, vous abattrez tous les bons arbres, vous boucherez toutes les sources d’eau, et vous ruinerez avec des pierres tous les meilleurs champs. » Quel est ce Dieu qui ordonne de semer la désolation?

Ishtar,la déesse qui vient des étoiles.
Ishtar,la déesse qui vient des étoiles.

Esther :
L’Esther du livre d’Esther vient de la déesse babylonienne Ishtar. Mardochée est le dieu assyrien Mardukéa.

Le livre de Job :
Le thème de Job découle directement des tablettes sumérienne de Nipur. Il utilise les termes même du « poème de la Création » qui décrit le combat de Mardouk contre Kingou: Yahvé brise le crâne de Léviathan comme Mardouk celui de Tiamat.

Isaïe :
2:4 « Il sera le juge des nations, L’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes: Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, Et l’on n’apprendra plus la guerre. » Des milliers d’années plus tard, toujours des guerres (dont beaucoup sont des guerre de religions): encore une prédiction ratée…

7:14 Une des nombreuses falsifications de la Bible de Jérusalem: pour augmenter le nombre de prophéties réalisées: »la jeune femme » a été remplacée par « la vierge ». Ce qui montre au passage que l’évangile de Matthieu a été rédigé très tardivement, par un non-juif qui n’avait pas accès aux textes hébreux.

9:11: largement inspiré du texte sumérien qui décrit la descente aux enfers du monarque Ur-Nammu qui arrive dans le Kur.

11:6-9 « Le loup habitera avec l’agneau, Et la panthère se couchera avec le chevreau; Le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, Et un petit enfant les conduira. La vache et l’ourse auront un même pâturage, Leurs petits un même gîte; Et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille. Le nourrisson s’ébattra sur l’antre de la vipère, Et l’enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. ». A peu près 3000 ans plus tard, toujours rien…

24:1 « La face de la Terre » ici, la Bible nous dit clairement que la Terre est plate….

Jérémie :
31:34 « Celui-ci n’enseignera plus son prochain, Ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Éternel ! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Éternel; Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché.  » Toujours rien.

48:10: L’Éternel tend un piège à David. Forcément, David tombe dedans et il est puni : L’Éternel est content: il a couillonné un mortel !

49:36 « Les quatre coins de l’horizon » ici aussi, la Bible nous dit clairement que la Terre est plate….

Lamentations de Jérémie :
Ces lamentations sont reprises de « La lamentation sur la destruction de Nippur », récit sumérien.

4:20 « Le souffle de nos narines, l’oint du seigneur a été pris dans leurs fosses, lui dont nous disions: A son ombre, nous vivons parmi les nations » directement inspiré du pharaon Ramsés II : « Toi qui est le souffle de nos narines »… »faucon qui protège ses sujets de ses ailes et répand l’ombre sur eux »

Ézéchiel :
Inspiré de la déesse babylonienne Ishtar. Les sumériens l’adoraient sous le nom d’Innana, épouse de Dumuzi, le Tammouz de la Bible.

Source : www.diatala.org

 

 

 

 

 

 

Histoire de la conspiration sur l’évolution de l’humanité .partie 1

Effet monotonique du froid sur le cerveau humain
Effet monotonique du froid sur le cerveau humain

Selon  cette conspiration,l’ histoire de la manipulation génétique de l’espèce humaine par des êtres extraterrestres et extra-dimensionnels a commencé autour de 5000 av.

Ces êtres avancés qui à travers l’histoire ont visité la Terre, ont été pris pour les deux antagonistes:  Anges et Démons… par ceux qui les ont vus . Selon les textes anciens non frelatés du monde entier leur première apparition aurait eu lieu là où l’Euphrate entre dans le golfe Persique . La raison étant que dans ce domaine caché dans l’eau de mer se trouve  de vastes concentrations de ce qu’on appelle l’or monoatomique .

Les crânes allongés découverts depuis plusieurs années,seraient d'origine Annunaki (extraterrestre).
Les crânes allongés découverts depuis plusieurs années,seraient d’origine Annunaki (extraterrestre).

Les visiteurs ont été appelés » les Annunaki « qui, selon tablettes cunéiformes sumériens , un peuple qui vivait dans la partie sud-est de ce qui est maintenant connu comme l’Irak , où le fleuve Euphrate se jette dans  le golfe Persique,signifie littéralement ceux qui descendus  du ciel  sur  la terre  . Les visiteurs sont venus sur  la Terre  afin d’exploiter l’or monotomique (ou monoatomique) afin de  reconstituer les réserves épuisées sur leur propre planète . La substance nommée « Le Pain de la Présence Divine « par les pharaons de l’Egypte antique aurait  été élaborée  pour améliorer et réparer toutes les fonctions corporelles , faire avancer l’intelligence et arrêter le vieillissement  du  corps humain. Loin d’être un mythe archaïque en termes scientifiques modernes ,l’or monoatomique est connu comme un métal supraconducteur.

LA SUPRACONDUCTIVITÉ ET SON INFLUENCE

La supraconductivité permet à l’ efficacité optimale de la retransmission  de l’énergie . Signifie l’apport d’énergie maximal devient la sortie d’énergie maximum , il n’y a aucune perte d’énergie due à la dissipation de la chaleur . En appliquant ce principe à la machine molle électro- magnétique ,le cerveau humain  qui est une énorme machine électrique ,l’ or monoatomique augmente la productivité intellectuelle par super- charge des voies nerveuses afin qu’elles agissent comme une autoroute d’entraînement quantique . Cela signifie que tous vos sens reçoivent des intrants de manière optimale et les entrées peuvent être traitées de façon optimale , en activant les parties dormantes de votre cerveau,donnant une  amélioration de la mémoire , la résolution de problèmes , la capacité psychique et l’augmentation de la perception cognitive . De la même manière que nous venons de le décrire,l’uranium 235 est aussi produite . Les éléments monoatomiques sont séparés de leurs contre- parties multi- atomiques , en les traitant de la même  manière  que l’or , le plus souvent en paires de 8 atomes de carbone par molécule , qui peuvent être divisé en particules libres.

L'arbre de vie Selon les Sumériens
L’arbre de vie Selon les Sumériens

Comme décrit sur ​​les tablettes d’argile des Sumériens :

Pour l’utilisation comme esclaves intelligents ( les Annunaki auraient  enlevé une côte  d’un humain  qui contient la moelle osseuse et une source idéale pour l’extraction d’ADN) .

Ainsi,dans la Bible ,Dieu (Yahvé) extrait une côte d’Adam ,le premier homme afin de créer Ève,sa future compagne.

Tout est écrit.

La conception moderne de l'hélice de l'ADN : Les éléments constitutifs de la vie
La conception moderne de l’hélice de l’ADN : Les éléments constitutifs de la vie

Les  Annunaki  ont modifié l’ ADN des Humains de la Terre ,pour une meilleure manipulation des humains et ont inséré un  implant dans une femme qui a donné naissance à des enfants qui ont été génétiquement modifiés par procuration . Ces humains sont devenus les ouvriers des  Annunaki et traités l’or monoatomique  pour eux,les dieux . Un échange d’informations a eu lieu entre les deux races dans laquelle une élite  de la science et de la connaissance a été  mise en place pour établir  la construction de la civilisation ,le développement de  la culture et de  l’astronomie terrienne . Mais tout cela  ne fut donnée qu’à une élite afin que les masses puissent être mieux contrôlées . Ensuite, les Annunaki disparurent de l’histoire  humaine .

Par conséquent, le symbole universel de l’ADN humain ressemble au  mot YAH qui en hébreu se  traduit par DIEU .

Arbre de vie Kabbalistique
Arbre de vie Kabbalistique

Pourtant ,certains des êtres humains  ont reçu des instructions sur la construction d’ une partie de la technologie de pointe des   Annunaki . Ceci est même très clairement écrit:  selon certains chercheurs ,c’était le peuple juif qui aurait  construit un super- conducteur portable ,plus communément appelé par les historiens et les théologiens ,comme étant  l’Arche  d’alliance ( Traduction libre du sumérien :arc en arc – lumière ) .Il s’agirait d’une technologie venant de l’Egypte . Avant de les imiter, l’arche  venait des terres des Sumériens , des Babyloniens et des Tibétains . Cet arche  a été construit  pour contenir des pouvoirs immenses tels que la lévitation et la capacité de produire et de livrer le feu des étoiles, attribué à la stabilisation de des éléments monotomiques (…ou monoatomiques)  qui y sont contenus . Ceux qui étaient au courant de cette science  et de son fonctionnement, se sont vu  accorder une  longue et prospère vie, comme Mathusalem qui aurait vécu jusqu’à 950 ans.
La science derrière les éléments de l’Arche , techniquement connu comme ORMES  (Orbitale Rearranged Monoatomiques) sont des éléments  détenus par le public et sont exonérés de la « Freedom of Information Act » américaine  comme une question de sécurité nationale  US. Connaître les secrets réels de ORMEs ,se prête à la manipulation de ces éléments et à un grand pouvoir à la nation qui l’exerce . Ces pouvoirs sont censés inclure le contrôle de l’ anti- gravité , l’énergie libre , le calcul quantique , la télépathie , la télé- portation , la visualisation à distance et de voir à la fois l’avenir et le passé. La technologie ne peut être utilisée par l’accès direct et la manipulation de la conscience , donc la force de l’objet et la clarté d’esprit sont nécessaires de peur que la technologie reste inerte et sans effet .
Le mot ORME est le même que le mot hébreu qui signifie : «l’Arbre de Vie  » .
ORMEs se compose  de huit métaux connus comme la famille du platine qui comprend : le ruthénium, le rhodium , le palladium et l’argent, ainsi que de l’osmium , de l’iridium , du platine et de l’or ou du groupe du platine lourd . La gestation de ces métaux sous forme monoatomique devrait prolonger la vie et d’améliorer et de réparer les fonctions corporelles . En suivant ce qui est appelé un régime à large spectre , vous pouvez fournir à votre corps des éléments monoatomiques supra conducteurs, en insérant dans votre alimentation des aliments  tels que les raisins, les carottes , les fruits rouges et bleu-foncé et les légumes et les poissons .

Ce que nous mangeons fait aussi parti d’un héritage génétique ancien.

Sources: les innombrables travaux menés par Zecharia Sitchin

Découverte extraordinaire :une carte du ciel vieille de 5,000 ans

table sumérienne 3

Une TABLE de  SUMER  fabriquée  il y a 5000  ans s’est  révélé être une  Carte du Ciel de l’ancienne Ninive , 3300 AC .

Il s’agit d’une tablette de pierre coulée de 140 mm de diamètre (environ 5,5 pouces ) , en ocre pâle et  en terre cuite avec présentoir en bois noir le musée et la description de parchemin. Jouer une carte du ciel archaïques ou  » planisphère  » 650 BC sumérienne récupéré à partir de la bibliothèque du roi Assurbanipal souterrain à Ninive , en Irak dans le 19ème siècle . Initialement, on pensait à une  tablette assyrienne , mais l’analyse par ordinateur a jumelé avec le ciel au-dessus de la Mésopotamie en 3300 avant JC et se révèle être beaucoup plus âgé et d’ origine sumérienne . La tablette est un  » Astrolabe  » , le plus ancien instrument astronomique connu. C’est une carte étoilée d’ unités en forme de disque segmenté marqués avec mesure de l’angle inscrit sur ​​la jante. Des portions  très substantielles,et  malheureusement  la planisphère de cette tablette sont absents (environ 40% ),  conséquence des dommages causés  aux  nombreux  saccages ,durant l’histoire, des données de Ninive. Le dos de la tablette n’est pas enregistré. Encore à l’étude par les savants modernes , le planisphère fournit des preuves extraordinaires de l’existence de l’astronomie sumérienne …