Astronomie:Les lacets magnétiques du Soleil et autres nouvelles de l’espace

Le Soleil photographié en 2010 par la sonde SDO (Solar Dynamics Observatory).

 

Cette semaine, la sonde Parker Solar Probe lève le voile sur quelques mystères de notre étoile. On a aussi retrouvé l’atterrisseur indien Vikram sur la Lune, repéré une planète géante autour d’une naine blanche et dessiné des trous noirs.

Le voile se lève sur les mystères du Soleil

La sonde Parker Solar Probe a décollé de Cap Canaveral en août 2018, direction le Soleil. Elle a mis plusieurs mois à se rapprocher de sa cible en resserrant progressivement ses orbites elliptiques, jusqu’à se retrouver deux fois plus proche du Soleil que Mercure… soit 24 millions de kilomètres, contre 58 millions pour la première des planètes. Là, Parker Solar Probe (PSP pour les intimes) a effectué ses premières mesures. Son objectif : comprendre pourquoi la température de la couronne solaire – la partie externe de son atmosphère – dépasse un million de degrés, alors que la surface du Soleil n’atteint «que» les 5 500 degrés. Quel mécanisme chauffe la couronne ? Quelle est la source du vent solaire et comment accélère-t-il ? Quelle est la dynamique des champs magnétiques autour du Soleil ?

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui étudie le Soleil depuis 2018.

 

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui étudie le Soleil depuis 2018. Image Nasa

Les premières découvertes tirées des mesures de PSP viennent d’être publiées dans Nature, en quatre études, et elles sont pleines de surprises. D’abord, les astrophysiciens ont découvert dans les vibrations du champ magnétique «comme des vagues scélérates dans l’océan»selon les mots de Justin C. Kasper, responsable scientifique de l’un des instruments de la sonde. Inattendues et soudaines, ces vagues magnétiques montent à 480 000 kilomètres/heure en un rien de temps, et durent de quelques secondes à quelques minutes. Elles sont si puissantes qu’elles peuvent inverser la direction du champ magnétique, lui imposer des demi-tours qui forment au final un chemin en lacet, comme une route de montagne. Puis on revient au vent solaire normal comme si de rien n’était. Ravi par cette découverte, Kasper estime que c’est peut-être une clé pour comprendre l’échauffement de la couronne solaire.

La sonde Parker Solar Probe montre que des vagues soudaines imposent des revirements en forme de S dans le trajet des champs magnétiques qui s’échappent du Soleil, contribuant peut-être à l’échauffement de la couronne solaire.

 

Parker Solar Probe montre également avec certitude que le vent solaire «lent», celui qui va à 1 million de km/h environ, provient des trous coronaux près de l’équateur, des zones plus sombres et plus froides du Soleil ou les champs magnétiques s’échappent vers l’extérieur et ne semblent pas retomber en arche sur la surface.


AUTRES NOUVELLES DE L’ESPACE

 

On a retrouvé Vikram, l’atterrisseur lunaire indien

Trois mois après l’alunissage raté de la mission Chandrayaan-2, on a enfin repéré l’endroit où s’est crashé l’atterrisseur Vikram, près du pôle Sud de notre satellite naturel. L’Inde devait devenir, avec cette mission, le quatrième pays à se poser en douceur sur la Lune – après la Russie, les Etats-Unis et la Chine. Mais le 6 septembre, au cours de sa descente vers la surface lunaire, l’engin baptisé a cessé d’émettre. On n’a plus jamais eu de ses nouvelles.

 

L’agence spatiale indienne, l’Isro, a rapidement annoncé qu’elle avait «localisé» Vikram près de son lieu d’atterrissage visé, grâce à la caméra thermique d’une sonde restée en orbite lunaire. Mais sans dévoiler d’image pour confirmer ses dires. De son côté, la Nasa a mobilisé son satellite LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) pour chercher des traces du crash. Sans résultat au début : les marques d’impact étaient peut-être cachées dans les cratères ombragés… Mais un ingénieur indien, passionné par le destin de Vikram, n’a pas lâché l’affaire. Il a continué d’examiner à la loupe les photos prises par LRO avant et après le crash, librement mises à disposition par la Nasa… et il a fini par gagner au jeu des sept différences.


LIENS TWITTER

Shan@Ramanean

Is this Vikram lander? (1 km from the landing spot) Lander might have been buried in Lunar sand? @LRO_NASA @NASA @isro

Voir l'image sur Twitter

Shan@Ramanean

@NASA @LRO_NASA @isro
This might be Vikram lander’s crash site (Lat:-70.8552 Lon:21.71233 ) & the ejecta that was thrown out of it might have landed over here https://twitter.com/Ramanean/status/1179792967692734465  (The one on the left side was taken on July 16th & one on the right side was from Sept 17)

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Shan@Ramanean

Is this Vikram lander? (1 km from the landing spot) Lander might have been buried in Lunar sand? @LRO_NASA @NASA @isro #Chandrayaan2 #vikramlanderfound #VikramLander

Voir l'image sur Twitter

«Ceci pourrait être le lieu du crash»envoie-t-il à la Nasa et à l’Isro sur Twitter, avec des coordonnées lunaires et des photos de ses trouvailles, où il encadre en rouge les lieux suspects. Quelques jours plus tard, l’équipe de la Nasa enquête et confirme la découverte de l’amateur Shanmuga Subramanian. Les débris de l’atterrisseur sont minuscules sur les photos (1 ou 2 pixels de large, et 1 pixel pour l’ombre) mais on voit bien, en faisant la différence de luminosité entre les photos d’avant et après le 6 septembre, les éjectas sur le lieu du crash, à 750 mètres au nord-ouest du site prévu.

Cette image montre la différence de luminosité sur la surface lunaire avant et après l’atterrissage de Vikram. Les éjectas et les débris s’étalent sur 100 mètres autour du point d’impact, au centre de l’image.

Cette image montre la différence de luminosité sur la surface lunaire avant et après l’atterrissage de Vikram. Les éjectas et les débris s’étalent sur 100 mètres autour du point d’impact, au centre de l’image. Photo Nasa. Goddard. Arizona State University


Une planète géante autour d’un cadavre d’étoile

Ce n’est pas parce qu’une étoile meurt que ses planètes doivent la suivre dans la tombe : c’est ce qu’ont découvert des astronomes grâce au Very Large Telescope, dans le désert chilien d’Atacama. Ils s’intéressaient aux naines blanches, ces résidus d’étoiles qui subsistent à la toute fin de leur vie, une fois qu’elles ont expulsé leurs couches externes de gaz. Les étoiles les plus massives explosent en supernova et laissent derrière elles une étoile à neutrons ou un trou noir, tandis que les étoiles grosses comme le Soleil finissent naines blanches, petites et denses, encore très chaudes mais faiblement lumineuses. Les astronomes étudiaient un cortège de 7 000 naines blanches, donc, quand ils ont été intrigués par l’une d’entre elles.

 

Cette étoile singulière semblait entourée d’hydrogène, d’oxygène et de soufre dans son environnement proche. En regardant mieux, les astronomes ont compris qu’il y avait un vrai disque de gaz tourbillonnant autour de la naine blanche. «Quelques semaines de réflexion furent nécessaires pour aboutir à la seule conclusion plausible : la création de ce disque doit résulter de l’évaporation d’une planète géante»raconte Matthias Schreiber de l’université de Valparaíso au Chili, qui a fait les simulations numériques. C’est la première fois qu’on découvre une planète géante autour d’une naine blanche.

La planète doit être une géante gazeuse, au moins deux fois plus grosse que l’étoile elle-même, et glacée comme Neptune. «Parce qu’elle est en orbite autour de la naine blanche chaude à faible distance, effectuant une révolution complète en dix jours seulement, les photons hautement énergétiques émis par l’étoile expulsent progressivement l’atmosphère planétaire, explique l’ESO. La plupart du gaz s’échappe, le reste se retrouve piégé au sein d’un disque tourbillonnant vers l’étoile à la vitesse de 3 000 tonnes par seconde.»

 

Images de là-haut

Le 10 avril 2019 a marqué l’histoire de l’astronomie : pour la première fois, on a découvert le véritable visage d’un trou noir, photographié par une équipe de plus de 200 chercheurs à l’aide de huit observatoires et après des mois de travail. On a donc un portrait du trou noir supermassif qui se trouve au cœur de la galaxie M87 : c’est… un rond noir, tout bêtement, entouré d’un halo lumineux plus vif en bas qu’en haut de la photo.

Mais à quoi ressemblent les autres trous noirs ? Est-ce que leur ombre, la zone sombre au milieu, est toujours visible, ou est-ce qu’elle est parfois cachée derrière le halo de gaz incandescent qui tourne autour du trou noir, piégé par son champ gravitationnel ? Et de quels critères dépend l’intensité de ce halo ? Trois chercheurs américains ont produit des simulations, selon différentes géométries possibles de l’espace-temps et mouvements du gaz qui tombe dans le trou noir. Bilan : l’ombre du trou noir est toujours visible.

Simulations de l’image d’un trou noir vu par un observateur distant, selon un modèle d’espace-temps newtonien ou de Schwarzschild, avec un gaz au repos (au milieu) ou tombant vers l’intérieur (à droite).

 

Simulations de l’image d’un trou noir vu par un observateur distant, selon un modèle d’espace-temps newtonien ou de Schwarzschild, avec un gaz au repos (au milieu) ou tombant vers l’intérieur (à droite). Photos Narayan et al, 2019, The Astrophysical Journal Letters

En septembre, la Nasa avait publié une simulation animée de trou noir, pour visualiser le mouvement du gaz incandescent. «Le disque semble plus brillant à gauche qu’à droite, car le gaz du côté gauche avance vers nous à une vitesse si élevée que la relativité d’Einstein augmente sa luminosité. L’opposé se produit du côté droit, où le gaz s’éloigne de l’observateur et devient donc plus sombre.»

 

 

Publicités

Imaginons le futur à partir de 100 voir 1,000 ans vers l’infini du temps… et de l’espace

Le futur est difficile à prévoir en ce qui concerne les événements et évolutions dans les domaines sociaux, culturels, ou politiques. Mais dans d’autres domaines, il existe des futurs absolument certains ou au moins très probables, même en se projetant très loin dans le temps.

Voici donc le futur tel qu’on sait qu’il sera, dans 1000 ans et bien au-delà, jusque dans 100 millions de milliards d’années…

Pour commencer:d’ici 120 ans maximum,les événements climatiques extrêmes vont se multiplier,la calotte glaciaire antartique va continuer à fondre,plus de 50 % de la biodiversité aura disparue si le Nouvel Ordre Mondial et le néolibéralisme continuent de polluer la Terre,sans retenue.

On peut imaginer  qu’une partie importante de l’humanité sera menacée dans sa survie.

Une nouvelle éruption du supervolcan de Yellowstone est à prévoir.

 

+1000 ans
– Si la civilisation disparait, la plupart des buildings, ponts et barrages existants se seront effondrés.
– Du fait de l’évolution rapide des langages, pas un seul des mots utilisés aujourd’hui n’aura survécu.
– L’étoile Gamma Cephei remplace l’étoile polaire pour indiquer le nord.
– 29% du dioxyde de carbone rejeté avant 2100 est toujours là.

+2000 ans
– La glace du Groenland aura complètement fondu en cas de réchauffement climatique extrême (+8%). Le niveau des mers est monté de 6 mètres.

+2372 ans
– Retour de la comète Hale-Bopp (précédent passage en 1997, passage suivant en 4385)

+3200 ans
– L’étoile Iota Cephei devient l’étoile de référence pour indiquer le nord.

+5125 ans
– Nouvelle fin des grands cycles du calendrier Maya.

+10.000 ans
– 14% du dioxyde de carbone est toujours là.

+13.000 ans
– Les pôles magnétiques de la Terre s’inversent.

+18.846 ans
– Les calendriers grégorien et musulman coïncident et indiquent la même année: 20.860


L’explosion du réacteur de Tchernobil,en 1986.

+20.000 ans
– La zone de Tchernobyl est enfin sans danger.

Autre aperçu de l’explosion.
Une lave radioactive s,échappe du coeur de la centrale en fusion…surnommée « Le Pied d’Éléphant ».
C’est l’endroit le plus radioactif de la planète.

+25.000 ans

À gauche le message envoyé en 1974 et à droite,ce qui semble être une réponse reçue récemment.

– Le message envoyé par le radiotélescope d’Arecibo le 16 novembre 1974 atteint l’amas globulaire M13 à l’autre bout de la galaxie.

+50.000 ans
– Une éventuelle réponse au message d’Arecibo peut parvenir à la Terre.
– La glace du Groenland aura complètement fondu en cas de réchauffement climatique modéré (+2%).
– Disparition des chutes du Niagara du fait de l’érosion.

+100.000 ans
– Le titane de votre MacBook commence à se corroder.
– Les étoiles du ciel nocturne n’ont plus les mêmes positions du fait du déplacement du système solaire dans la galaxie. Les constellations que nous connaissons aujourd’hui n’existent plus.
– Une catastrophe globale causée par un supervolcan ou un astéroïde aura probablement eu lieu.
– L’étoile hypergéante rouge VY Canis Majoris (à 4890 années-lumière, une des plus grandes étoiles connues avec un rayon estimé entre 600 et 2100 fois celui du Soleil) aura probablement explosé en hypernova.


+296.000 ans
La sonde Voyager 2 passe à 4,7 années-lumières de l’étoile Sirius.


+500.000 ans
– La Terre aura probablement été frappée par un astéroïde massif (de 1 km ou plus).
Le plutonium produit par les réacteurs nucléaires actuels ne sera plus radioactif.
– Date limite à laquelle nous pouvons nous attendre à un nouvel âge glaciaire après avoir relâché le CO2 de l’ensemble des combustibles fossiles.

 

+1 million d’années
– Explosion de Bételgeuse en supernova. L’étoile devient tellement lumineuse qu’elle est visible en plein jour.
– Les structures massives de pierres comme la pyramide de Kheops ou les sculptures du mont Rushmore existent encore. Tout le reste a disparu.
– Le verre produit à notre époque est enfin dégradé.

+ 1.450.000 ans
– L’étoile Gliese 710 passe à 1,1 année-lumière du Soleil, suffisamment près pour perturber le nuage de Oort et précipiter des dizaines de comètes vers l’intérieur du système solaire.


+4 millions d’années
La sonde Pioneer 11 passe dans le système de Lambda Aquilae à 125 années-lumière de la Terre.

La plaque emportée par la sonde va-t-elle tomber dans des mains extraterrestres?


+5 millions d’années
Extinction des hommes du fait de la disparition du chromosome Y. La procréation humaine naturelle devient impossible.

+7,2 millions d’années
– L’érosion a effacé les statues du Mont Rushmore.

+10 millions d’années
– Le système binaire T Pyxidis situé à 3260 années-lumière explose en nova.

+50 millions d’années
– La Méditerranée n’existe plus, la dérive des continents ayant fait se rejoindre l’Afrique et l’Europe.
– Le continent Antarctique est remonté vers le nord et n’est plus recouvert de glace, faisant monter le niveau des mers de 75 mètres.
– L’ensemble de la galaxie aura eu le temps d’être colonisée, même en voyageant à des vitesses sub-luminiques.

+60 millions d’années
– L’orbite de la Terre devient imprévisible. Les effets de la gravitation sur de longues périodes rendent les orbites chaotiques et impossibles à prévoir.

+150 millions d’années
– L’océan Atlantique rétrécit, l’Amérique et l’Afrique se rapprochant à nouveau.

+240 millions d’années
– Le Soleil a accompli un tour complet de la galaxie par rapport à sa position actuelle.Ce qui  a exposé la Terre  à recevoir une seconde fois  l’énergie du centre de la galaxie.

 

+250 millions d’années
– Tous les continents sont à nouveau réunis en un continent unique.

+600 millions d’années
– L’éclipse totale de Soleil devient impossible, l’augmentation constante de l’éloignement de la Lune l’ayant rendu trop petite vue de la Terre.
– La photosynthèse de type C3 (l’un des 3 types de photosynthèse) n’est plus possible. Disparition de 99% de l’ensemble des espèces.

+800 millions d’années
– La photosynthèse C4 n’est plus possible. Fin des formes de vie multicellulaires.

+1 milliard d’années
– La luminosité du Soleil a augmenté de 10%, la température moyenne à la surface de la Terre atteint 47°, les océans s’évaporent. Des poches d’eau pourront encore exister aux pôles, permettant l’existence de formes de vie élémentaires.

+1,3 milliards d’années
– Fin des cellules à noyau (eukaryotes). Seules les cellules sans noyau (prokaryotes) survivent encore.

+2,3 milliards d’années
– Disparition du champ magnétique terrestre, la rotation du fer dans le noyau de la Terre ayant cessé. Il n’existe plus de protection contre les radiations solaires.

 

+2,8 milliards d’années
– Fin de la vie sur Terre. La température de surface atteint 147°.

+3,5 milliards d’années
– Les conditions à la surface de la Terre ressemblent à celles de Vénus.

 

+4 milliards d’années
– Collision entre notre galaxie et celle d’Andromède qui ne forment progressivement plus qu’une.

+5,4 milliards d’années
– Le Soleil a épuisé ses réserves d’hydrogène et devient une géante rouge.

+7,9 milliards d’années
– Le Soleil atteint son diamètre maximum, 256 fois plus grand qu’aujourd’hui, absorbant Mercure Vénus et la Terre.

+8 milliards d’années
– Le Soleil devient une naine blanche faisant environ 54% de sa masse actuelle.

+14,4 milliards d’années
– Le Soleil devient une naine brune. Sa température et sa luminosité s’effondrent, le rendant invisible à l’oeil nu pour un humain qui existerait encore à une distance équivalente à celle avec laquelle nous le regardons aujourd’hui.

+100 milliards d’années
– Toutes les galaxies du Groupe Local commencent à fusionner. Le processus peut prendre 1000 milliards d’années.

+150 milliards d’années
– Le rayonnement rémanent du Big Bang s’est refroidi, passant des -270° actuels au zéro absolu, le rendant indétectable avec les technologies connues.

+1000 milliards d’années
– Fin de la formation des étoiles d’après les prévisions les plus basses, les nuages de gaz nécessaires à leur formation ayant disparu des galaxies.

+1.100 milliards d’années
– Les galaxies du Groupe Local ont fini de fusionner.

+100.000 milliards d’années
– Fin de la formation des étoiles d’après les prévisions les plus hautes.

 

 

+110.000 milliards d’années
– Toutes les étoiles ont épuisé leur carburant. Il ne subsiste que des naines blanches ou brunes, des étoiles à neutrons et des trous noirs.

+1 million de milliards d’années à +100 millions de milliards d’années
(100.000.000.000.000.000 ans)
– L’univers est un vaste espace de désolation, rendu de plus en plus sombre par des sources de lumière de plus en plus rares et de plus en plus faibles.

 

 

 

Alerte Tempête solaire : Nos Technologies sont MENACÉES du fait qu’une énorme FISSURE est apparue dans le Champ Magnétique TERRESTRE

Une énorme tempête solaire inattendue qui va frapper la Terre CETTE NUIT pourrait menacer les technologies de notre planète et provoquer des aurores étourdissantes après l’apparition d’une FISSURE dans le champ magnétique de la Terre.

Un déferlement de particules solaires a été repéré par des chercheurs, qui ont averti que la tempête pourrait frapper aujourd’hui-même. La tempête solaire a été décrite comme “modérément forte” et est exacerbée par un petit trou dans le bouclier magnétique de notre planète. La tempête a été classée dans la catégorie G-2, ce qui peut causer une “panne de courant” pour les fréquences radio, ce qui pourrait rendre les communications radio beaucoup plus difficiles, et peut également causer des pannes d’électricité dans les régions situées en haute altitude.

 

Les aurores boréales, qui sont habituellement limitées au cercle polaire arctique, pourront ainsi être observées aussi loin sur le globe que New York et l’Écosse.

Le site de prévision cosmique Space Weather a dit : “Une tempête géomagnétique surprise est en cours pour le 14 mai.”

“Les niveaux de tempête solaire sont actuellement au niveau G2 (modérément fortes), ce qui signifie que des aurores pourraient être visibles dans les États du nord des États-Unis comme le Minnesota, le Michigan et le nord de l’État de New York.”

“La raison de la tempête : Une fissure s’est ouverte dans le champ magnétique terrestre, permettant au vent solaire d’entrer dans la magnétosphère.”

Habituellement, ces tempêtes ne sont pas dangereuses et se produisent le plus souvent en produisant des aurores boréales ou australes.

Cependant, le flux de particules peut parfois être si intense qu’il peut provoquer l’expansion de l’atmosphère terrestre en chauffant sa couche extérieure.

Avec l’expansion de l’atmosphère, les signaux satellites rendent l’accès au sol beaucoup plus difficile, ce qui peut entraîner une perte de la navigation par GPS, des signaux de téléphonie mobile et de la télévision satellite, comme Sky, etc.

De plus, une surtension de particules peut entraîner des courants élevés dans la magnétosphère, ce qui peut entraîner une augmentation de la production d’électricité dans les lignes électriques, ce qui entraîne ainsi de suite des surcharges de transformateurs électriques et de centrales électriques et une perte de puissance en général.

La forte déferlante de particules solaires pourrait aussi causer des aurores boréales.

Les aurores, qui comprennent les aurores boréales et les aurores australes, sont causées lorsque des particules solaires frappent l’atmosphère.

Lorsque la magnétosphère est bombardée par les vents solaires, des lumières bleues éblouissantes peuvent apparaître lorsque cette couche de l’atmosphère dévie les particules.

Source: Express.co.uk, le 14 mai 2019


Mise à jour du 15 mai 2019

La météo spatiale pourrait devenir un peu orageuse à partir de mercredi, alors que le Soleil a lancé hier une nouvelle éjection de masse coronale vers la Terre. Cela signifie que nous avons maintenant deux nuages ​​de plasma en route qui pourraient avoir un impact sur notre planète plus tard cette semaine.Voici des données en temps réel:

STEREO Ahead COR2

 

SDO/AIA 131 Ångström

 

SOHO LASCO C2

 

 

L’indice Kp

0123456789

Kp2

15-18 UTC
Prévisions météo
Aujourd’hui Actif Faible Fort
Hautes latitudes 10% 25% 65%
Latitudes moyennes 30% 30% 15%
Prévisions de l’indice Kp
Maximum prévu
Aujourd’hui Kp5
Demain Kp6
Après-demain Kp5

Ovale auroral

Aurora map

Puissance hémisphérique
Gigawatt15:0018:00201001020©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comHémisphère Sud12:50 UTC: 8GW
Hémisphère Nord 8 GW
Hémisphère Sud 8 GW

Vent solaire en temps réel

A la vitesse actuelle, le vent solaire prendra 56 minutes pour se propager de DSCOVR à la Terre.
Vent solaire
Vitesse: 444.4 km/sec
km/sec30035040045050017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.com
Vent solaire
Densité: 14.82 p/cm3
p/cm3010203017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.com
Champ Magnétique Interplanétaire
Bt: 8.18 nT
nT02.557.51017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comMercredi 15 Mai 2019, 15:13 UTC● Bt: 7.67 nT
Champ Magnétique Interplanétaire
Bz: 6.91 nT Septentrional
nT5-10-501017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comMercredi 15 Mai 2019, 18:07 UTC● Bz: 5.02 nT

Perturbation Tempête Temps Index

Tempête modéréenTDST préditesDST observé-60-40-200204020:0015. Mai04:0008:0012:0016:00MaintenantWDC Kyoto ObservatoryMardi 14 Mai 2019, 19:00 UTC● DST observé: -39 nT

Plus de données

Magnétomètres

nT13:0014:0015:0016:0017:0018:00-200-150-100-50050100150200IRF.se – KirunaMercredi 15 Mai 2019, 12:16 UTC● Déviation de la composante X: -67.3 nT

Nous restons en contact mes ami(e)s…Partagez avec vos autres ami(e)s pour que l’info circule svp!

 

 

 

 

Exploration spatiale:La sonde Solar Probe livre ses premières images du Soleil

La sonde Parker Solar, en route vers le Soleil, a livré ses premières images de notre étoile et étalonné ses instruments.

 

Tout se passe comme prévu pour Parker Solar Probe en chemin vers notre étoile. Un peu plus d’un mois après son départ, à une distance de 24 millions de kilomètres, la sonde a mis en route ses instruments et livré ses premières images. 

« Tous les instruments ont retourné des données, qui serviront à l’étalonnage mais aussi à donner des aperçus de ce que nous attendons d’eux près du Soleil afin de résoudre les mystères de l’atmosphère solaire, la couronne solaire », s’est félicité l’un des chercheurs de la mission, Nour Raouafi, du JHUAPL, le laboratoire de physique appliquée Johns Hopkins.

A terme, l’engin doit rentrer dans une orbite elliptique qui le fera passer à 6,16 millions de kilomètres, au plus près de l’astre. 

 

Photo d’ajustement de la sonde Parker montrant notre Voie Lactée.

Quatre instruments pour cerner notre étoile

De la taille d’une petite voiture et pesant un peu plus de 600 kilos, la dernière née des sondes de la Nasa a quitté la Terre le 12 août. Nommée en hommage au docteur Eugene Parker, physicien célèbre pour avoir prédit l’existence des vents solaires en 1958, elle doit s’approcher du Soleil sans s’y écraser. Pour ce faire, elle devra compter sur la gravité de Vénus, notre planète sœur, pour parvenir dans deux mois environ à son premier passage au plus près de l’astre.

Illustration de Parker Solar Probe approchant le soleil.© NASA/Johns Hopkins APL/Steve Gribben Illustration de Parker Solar Probe approchant le soleil.

Parker Solar Probe embarque quatre suites instrumentales, chacune étant composée de plusieurs appareils fournis par des équipes de différents pays. 

> FIELDS mesurera in situ, c’est à dire localement, le champ magnétique et le champ électrique pour tenter de répondre à « la grosse question »: « qu’est-ce qui chauffe la couronne solaire? », explique Thierry Dudok de Wit, chercheur CNRS à Orléans, responsable du magnétomètre de FIELDS. Cette couronne, la couche la plus externe de l’atmosphère solaire, qui s’étend jusqu’à plusieurs millions de kilomètres de l’étoile, dépasse le million de degrés alors que la surface du Soleil atteint « seulement » 6.000 °C. Un défi aux lois de la nature qui voudraient que, plus on s’éloigne de la source de chaleur, plus la température baisse.

> SWEAP (Solar Wind Electrons Alphas and Protons Investigation) aura pour mission de percer le mystère du vent solaire, le flux constant de particules ionisées qui se déplacent à plus de 500 kilomètres par seconde. « Les physiciens ignorent pourquoi le Soleil exhale le vent solaire et est subitement pris de violentes quintes de toux », note le CNRS.

> ISʘIS (Integrated Science Investigation of the Sun) dont le nom est composé du symbole ʘ qui représente le Soleil va se concentrer sur les ions lourds, particules de plus haute énergie. « Ce sont des particules très énergétiques, qui se dirigent vers la Terre à des vitesses phénoménales, proches de la vitesse de la lumière. Elles peuvent atteindre la Terre en 30 à 60 minutes », explique Thierry Dudok de Wit. « Le jour où l’on voudra aller sur Mars, il faudra pouvoir prédire ces éruptions de particules car elles peuvent avoir des effets mortels », ajoute-t-il.

> WISPR (Wide-Field Imager for Parker Solar Probe) est une caméra, de la taille d’une boîte à chaussures, qui observera le Soleil. Les astrophysiciens espèrent capter les éjections de masse coronale (des particules ionisées projetées à grande vitesse), les flux et reflux de matières, les fluctuations de toutes sortes. Jamais une caméra n’aura filmé notre étoile d’aussi près: à peine plus de 6 millions de kilomètres pour les passages les plus proches, sachant que la distance entre la Terre et le Soleil est de l’ordre de 150 millions de kilomètres.

La destination finale de l’engin est la couronne solaire, l’atmosphère de notre étoile. Les conditions qui y règnent sont extrêmes, avec une température comprise entre un et trois millions de degrés. Pour faire face à cette fournaise, la sonde est équipée d’un épais bouclier thermique en carbone, ainsi que d’un circuit de refroidissement ultra-perfectionné. Actuellement, les seules données que peuvent étudier les physiciens travaillant sur le sujet sont recueillies à distance.

 

Un nouveau trou dans l’atmosphère du Soleil laisse passer un énorme jet de particules

La caractéristique noire inquiétante qui empiète sur le soleil dans cette image ultraviolette est simplement une région de faible densité dans l’atmosphère de l’étoile.

 

 

Un grand « trou » sombre s’est ouvert dans l’atmosphère du soleil, permettant aux vents solaires de se précipiter dans l’espace – un événement ordinaire, mais spectaculaire .Astronomie,

L’observatoire Solar Dynamics de la NASA a  capturé cette image ultraviolette du trou coronal le 8 novembre , avec l’agence spatiale libérant l’image lundi (20 novembre).

Des trous larges peuvent s’ouvrir dans la haute atmosphère du soleil, sous la couronne , en raison du champ magnétique dynamique de l’étoile, selon une déclaration de la NASA qui a accompagné l’image. Tout comme les plis et les coudes du champ magnétique peuvent causer des taches solaires et des éruptions solaires, ils peuvent également ouvrir des trous temporaires dans la couronne. Comme le trou dans la couche d’ozone sur Terre, un trou coronal ne traverse pas réellement l’atmosphère du soleil. C’est simplement une région plus froide et moins dense que le plasma environnant.


[ Le Soleil en HD: Photos étonnantes de l’Observatoire Solar Dynamics ]

Un long filament serpentait à travers la moitié du soleil pendant la semaine du 19 au 23 janvier 2014. Celui-ci, s’il était redressé, aurait une longueur d’environ 800 000 milles (804 000 km). Les filaments sont constitués de nuages ​​allongés de gaz plus froids, attachés au-dessus de la surface solaire par de puissantes forces magnétiques. Ils présentent souvent une instabilité et restent sujets à l’éruption, bien que celle-ci soit restée intacte jusqu’à présent. Les images, prises dans la lumière ultraviolette extrême, montrent effectivement de l’hélium ionisé à environ 108 000 degrés F (60 000 degrés C).

 

Des photos dans tous les spectres de rayonnement.

 

L’observatoire Solar Dynamics de la NASA a capturé cette image du passage de la lune devant sa vue sur le soleil le 30 janvier 2014 à 9h00 HNE.

 

Le soleil a déchaîné une éruption solaire de classe M1.5 (en bas à gauche) le 3 juillet 2013, un feu d’artifice solaire aux vacances traditionnelles du 4 juillet aux États-Unis.

 

Un éclat de matière solaire saute du côté gauche du soleil dans ce qu’on appelle une éruption proéminente. Cette image combine trois images du Solar Dynamics Observatory de la NASA capturées le 3 mai 2013, à 13h45 EDT, juste au moment où une éruption solaire de classe M de la même région s’affaiblissait. Les images incluent la lumière des longueurs d’onde de 131, 171 et 304 angströms.

 

Une éjection de masse coronale (CME) a ​​éclaté juste autour du bord du soleil le 1er mai 2013, dans une vague de roulement gigantesque. Les CME peuvent projeter plus d’un milliard de tonnes de particules dans l’espace à plus d’un million de miles par heure. Cette FMC s’est produite sur le côté opposé du soleil et ne se dirige pas vers la Terre.

 

Cette vue complète du soleil a été capturée par l’Observatoire Solar Dynamics de la NASA le 11 avril 2013, lors de la plus forte éruption solaire jamais vue en 2013.

 

Vue rapprochée d’une boucle spectaculaire de «pluie» de plasma solaire sur le soleil vue par le vaisseau spatial Solar Dynamics Observatory de la NASA le 19 juillet 2012. La NASA a diffusé une vidéo de ce spectacle extraordinaire le 20 février 2013.

 


EN CONCLUSION

 

L’ouverture dans le champ magnétique permet aux particules de s’échapper beaucoup plus rapidement que dans le vent solaire normal, selon le Centre de prévision de la météorologie spatiale (SWPC). Ces cours d’eau à haute vitesse peuvent causer des perturbations dans la magnétosphère terrestre quimettent en péril les satellites et les réseaux électriques . Les particules de haute énergie peuvent également surcharger les aurores de la planète, les lumières du nord et du sud. Ce trou était probablement la source d’ aurores vibrantes  qui sont apparues plus tôt ce mois-ci aussi loin au sud que le Nebraska, ont indiqué des responsables de la NASA dans le communiqué.

Les trous coronaux deviendront plus probables lorsque le soleil approchera du minimum de son cycle de 11 ans , qui arrivera en 2019. Des trous plus longs, qui deviendront aussi plus probables, peuvent durer plusieurs rotations du soleil, ce qui prend 27 jours en moyenne, selon SWPC.

L’observatoire de Solar Dynamics a capturé l’éclat, montré ici dans rouge / orange car c’est la couleur typiquement utilisée pour montrer la lumière dans la longueur d’onde de 304 angström. La fusée a commencé à 22h38 HE le 22 janvier 2017, a atteint un sommet à 22h59 et s’est terminée à 23h34.

 

 

Astronomie:Il y a des millions d’années, notre Soleil avait un frère jumeau, Némésis

Un nouveau modèle développé par des scientifiques semble confirmer que la plupart des étoiles semblables à notre Soleil seraient nées sous forme de paire. Une théorie qui suggère que notre astre lui aussi aurait eu il y a des millions d’années un frère jumeau.

 

 

Et si notre Soleil avait un frère jumeau ? Un second astre qui se trouverait quelque part dans la Voie lactée ? C’est ce que suggère une nouvelle analyse menée par un physicien de l’Université de Californie, Berkeley et un astronome de l’Université de Harvard. D’après ces travaux, le Soleil ne serait d’ailleurs pas le seul. Quasiment toutes les étoiles similaires seraient dans le même cas. 

En réalité, cette idée n’est pas nouvelle. Notre galaxie compte de nombreux systèmes binaires et triples, autrement dit des systèmes comprenant deux voire trois étoiles. Or, depuis des décennies, ces formations intriguent les astronomes : s’agit-il d’étoiles créées les unes à côté des autres ou d’étoiles qui se sont rapprochées après leur formation ?

La théorie de la formation proche est considérée par beaucoup comme la plus convaincante. Des simulations menées ces dernières décennies ont d’ailleurs semblé y apporter davantage de crédit. Toutefois, celles-ci se sont avérées relativement limitées. C’est ici que la nouvelle étude tire son épingle du jeu. 

Une pouponnière d’étoiles

Pour ces travaux, les chercheurs se sont intéressés à une région très particulière de l’espace appelée « nuage moléculaire de Persée ». Situé à 600 années-lumière de la Terre dans la constellation de Persée, ce gigantesque nuage est une pouponnière d’étoiles rempli d’astres récemment formés qui s’étendent sur quelque 50 années-lumière de long.

L’an passé, des scientifiques ont utilisé le Very Large Array, un radiotélescope composé de 27 antennes, pour réaliser la plus vaste étude jamais menée sur les jeunes étoiles du nuage. Ce sont ces données combinées à d’autres que les chercheurs ont utilisées dans la nouvelle étude et auxquelles ils ont appliqué différents modèles. Au total, l’analyse comprenait 45 systèmes avec une étoile seule, 24 systèmes binaires et cinq de plus de deux étoiles.

« Nous avons testé une série de modèles statistiques pour voir si nous pouvions expliquer les populations de jeunes étoiles seules et binaires dans le nuage molécule de Persée et le seul modèle qui pouvait reproduire les données a été celui où toutes les étoiles se forment initialement sous forme de binaires éloignées« , explique Steven Stahler, co-auteur de l’étude.

Des étoiles qui se forment éloignées

Par « binaires éloignées », les chercheurs entendent deux étoiles qui se forment à une distance de plus de 500 unités astronomiques, soit plus de 75 milliards de kilomètres l’une de l’autre. Ces systèmes pourraient ensuite soit se rapprocher, soit se séparer davantage en quelques millions d’années. Les astres aujourd’hui seuls seraient donc en fait d’anciens astres binaires.

Et notre Soleil alors ? D’après les chercheurs, il aurait « opté » pour la seconde option. En se basant sur leur modèle, ils suggèrent que le Soleil serait né avec un frère jumeau, surnommé Némésis, qui se serait ensuite échappé et mélangé avec toutes les étoiles de notre région de la Voie lactée pour disparaitre très loin du Soleil.

« Nous affirmons que oui, il y a probablement eu un Némésis, il y a longtemps« , a confirmé dans un communiqué Steven Stahler dont l’étude doit prochainement paraitre dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. Mais les hypothèses ne s’arrêtent pas là concernant le jumeau du Soleil nommé plus scientifiquement Sol B.

Un jumeau « maléfique » ?

La première théorie concernant Némésis a été émise en 1984 par l’astronome Richard Muller. Celle-ci suggère que l’étoile serait très différente du Soleil : il s’agirait d’un astre très peu lumineux voire d’une naine brune. Plus étonnant, elle pourrait avoir un lien avec le cycle de grandes extinctions de 27 millions d’années observé sur Terre, y compris celle qui a vu disparaitre les dinosaures.     

D’après la théorie de Richard Muller, Némésis se trouverait en effet sur une orbite très excentrique qui la conduirait à passer dans les limites glacées externes de notre Système solaire et notamment dans le nuage cométaire d’Oort. Or, en traversant ce nuage, l’étoile causerait des perturbations gravitationnelles qui arracheraient les comètes et autres corps de l’ensemble, les faisant plonger vers le Système solaire interne et pourquoi pas en direction de la Terre.

Cet afflux de comètes augmenterait alors de façon périodique le risque de collision avec la Terre. Mais cette hypothèse d’un lien entre Némésis et les extinctions terrestres est loin de convaincre tout le monde. Si la nouvelle étude semble confirmer l’existence d’un jumeau du Soleil, reste donc maintenant à le localiser pour parvenir à en savoir plus.

 

 

 

 

Astronomie:Gliese 710,l’étoile qui fonce vers notre système solaire

L’étoile Gliese 710 fonce vers notre Système solaire. Elle traversera le nuage d’Oort dans un peu plus d’un million d’années. Sa masse perturbera alors des milliers de comètes endormies, semant le trouble en les projetant dans toutes les directions. Un tel évènement ne s’est pas produit dans le voisinage du Soleil depuis des millions d’années. via […]

via Gliese 710, l’étoile qui fonce vers notre Système solaire (vidéo) — Etrange et Insolite — Groupe de Recherche Ufologique du Québec

Exploration spatiale:La Nasa capture le passage de l’ISS devant le soleil

Le photographe de la Nasa Joel Kowlsky a réussi à prendre de magnifiques clichés de l’ISS passant devant le soleil. Il a combiné en tout une dizaine de photos pour en arriver à cette image étonnante et magique qui permet de se rendre compte du passage de la station devant le soleil à 8 km par seconde.

Une extraordinaire composition d'image!
Une extraordinaire composition d’image!

 

C’est une image incroyable à plus d’un titre, ne serait-ce que pour se rendre compte du monde incroyable que l’humanité a érigé. Il s’agit d’une photo composite de 10 images de la station spatiale alors que cette structure – la plus grande jamais envoyée par l’homme en orbite – passait devant le soleil avec six membres d’équipage, le 17 décembre 2016.

Parmi eux, il y a d’ailleurs le français Thomas Pesquet envoyé pour une mission spatiale d’une durée de six mois. Quatre sorties spatiales sont programmées au total lors de sa mission, à côté de plus d’une centaine d’expériences scientifiques, dont une sur la dynamique des fluides, et l’expérience Exo-iss pédagogique, conçue en collaboration avec des lycéens.

La station spatiale internationale peut être facilement repérée dans le ciel par les astronomes amateurs, pour peu qu’ils sachent où regarder. En revanche, photographier le passage de la station devant le soleil comme l’a fait ce photographe est plutôt réservé à des professionnels. Car la luminosité du soleil peut endommager la rétine du photographe.

Et de toutes façons, pour atteindre un tel grossissement avec une telle atténuation lumineuse, un matériel très sophistiqué (et cher) est nécessaire. On le répète : ne regardez jamais le soleil à l’oeil nu et a fortiori à travers des lentilles qui auraient pour effet de concentrer la lumière sur un point de rétine.

 

Cela n’aurait qu’une seule conséquence : bruler à jamais cet organe si sensible et vous rendre au moins partiellement aveugle. On vous laisse avec une version haute résolution de cette magnifique image.

 

iss-transit-solaire

 

 

 

 

Danger planétaire:une tempête solaire gigantesque va s’abattre sur la Terre pour Noël

Une éruption solaire croise  notre chemin et elle  menace de faire des ravages dans la vie moderne sur notre planète.Elle peut même menacer notre civilisation.

 

La Terre  sera  soufflé par une éruption solaire ,telle une  fusée montée en flèche sortie  d’un trou dans l’atmosphère du soleil – et elle transporte d’énormes tempêtes géomagnétiques avec elle.

Le courant ultra-rapide du vent solaire a frappé le champ magnétique de la Terre juste à temps pour le solstice d’hiver ce mercredi,21 décembre 2016.

2829372-main_image

Les images de l’agence spatiale filmée par Solar Dynamics Observatory montre un, stroboscopique flash lumineux sur la droite du Soleil

Et elle  est fouettée une tempête géomagnétique « modérément » forte qui pourrait durer plusieurs jours, selon la National Oceanic aux Etats-Unis ‘and Atmospheric Administration.

Les tempêtes géomagnétiques sont derrière le phénomène naturel grandiose des aurores boréales.

Mais ils peuvent être catastrophiques pour la civilisation humaine comme nous le savons, les experts nous ont mis en garde déjà.

 

 

 

Une impressionnante éruption solaire survenue récemment.
Une impressionnante éruption solaire survenue récemment.

 

Les rayons cosmiques sont le même phénomène qui causent les aurores boréales
Les rayons cosmiques sont le même phénomène qui causent les aurores boréales

 

Ils font des ravages sur les systèmes de navigation et provoquent  l’arrêt des réseaux électriques nationaux .

Le président américain Barack Obama a été contraint d’émettre un avertissement de refroidissement à la nation en vue de tempêtes dévastatrices de la météo spatiale plus tôt cette année.

Il a dit : « Les phénomènes météorologiques extrêmes de l’ espace – ceux qui pourraient  dégrader de manière significative les infrastructures essentielles – pourraient désactiver une grande partie du réseau électrique, ce qui entraînerait des défaillances en cascade qui pourraient affecter les services essentiels tels que l’ approvisionnement en eau, la santé et le transport.

«La météorologie spatiale a le potentiel d’affecter simultanément et perturber la santé et la sécurité à travers les continents entiers. »

Dans ce cas, le centre de prévision météorologique spatiale a averti que «des fluctuations mineures» peuvent se produire dans les blocs d’alimentation de plusieurs US État.

La tempête  d’aujourd’hui est «large» et devrait frapper la Terre pour rester à l’intérieur de la cible  pendant plusieurs jours.

C’est de bonnes nouvelles pour les observateurs d’Aurores boréales, comme les longues nuits signifient plus de temps pour regarder les incroyables plumes de couleur dans l’hémisphère nord.

 

 

 

Nous sommes petits dans l’univers

Voici quelques images qui prouvent notre petitesse dans l’univers connu ainsi que dans notre système solaire.

Notre galaxie est ce petit point à gauche...sur cette photo....nous sommes presqu'invisible dans l'espace profond.
Notre galaxie est ce petit point à gauche…sur cette photo….nous sommes presqu’invisible dans l’espace profond.Alors que notre galaxie,la Voie Lactée ,comporte environ 100 millions d’étoiles s’étalant sur 100,000 années-lumières,la galaxie  IC 1101 en comporte 100 trillions sur 6,000,000 d’années-lumières.

 

La Terre et la Lune vues de la planète Mars.
La Terre et la Lune vues de la planète Mars.

 

Les taches solaires du 24 octobre 2014 sont  beaucoup plus grandes que la Terre.
Les taches solaires du 24 octobre 2014 sont beaucoup plus grandes que la Terre.

 

L'éruption solaire du 16 novembre 2014 aurait anéantie toute forme de vie sur Terre,si elle aurait été dirigée vers nous ...dans toute sa puissance.
L’éruption solaire du 16 novembre 2014 aurait anéantie toute forme de vie sur Terre,si elle aurait été dirigée vers nous …dans toute sa puissance.
La planète Vénus...devant le Soleil.
La planète Vénus…devant le Soleil.

 

 

Extreme Deep  Field ...photo prise par Hubble ...chaque point est une...galaxie!
Extreme Deep Field …photo prise par Hubble …chaque point est une…galaxie!

 

Une de ces nombreuses galasxies...plus grande que notre "petite" Voie Lactée!
Une de ces nombreuses galaxies…plus grande que notre « petite » Voie Lactée!

 

La grande galaxie d'Andromède...
La grande galaxie d’Andromède…

 

Nous sommes observés...n'en doutez pas!
Nous sommes observés…n’en doutez pas!

 

 

 

En regardant et en méditant sur notre raison d’exister …devant cette extraordinaire réalisation qu’est l’Univers lui-même,nous ne pouvons que laisser libre cours à notre émotion,notre imagination et notre…Amour de Dieu et de la Vie!