Etats-Unis : Une tentative de coup d’État contre Trump menée par Clinton et la CIA ! — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Une tentative de coup d’État contre Trump menée par Clinton et la CIA Par Alexander Mercouris – Le 11 Décembre 2016 – Source The Duran / Le Saker Francophone Le dernier rapport de la CIA impliquant la Russie, pour les fuites concernant la convention démocrate et Podesta, n’est fondé sur aucune preuve. Venant quelques semaines avant […]

via Etats-Unis : Une tentative de coup d’État contre Trump menée par Clinton et la CIA ! — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Publicités

Anarchie politique américaine:Le FBI soutient Trump pour contrer le coup d’état silencieux de la CIA

En ce lundi 12/12, le FBI est venu à la rescousse du président élu Donald Trump et a interdit tout congé ou absence à ses 35.000 agents, analystes de renseignement et employés dans une tentative pour arrêter la tentative de la CIA  de renverser le gouvernement démocratiquement élu des États-Unis.

fbi-trump-tower-coup-700x350

 

En effet, le FBI a commencé à regrouper, dans la base MacDill Air Force (MAFB) en Floride, 13 de ses 14 équipes spéciales renforcées  (Enhanced Special Weapons and Tactics (SWAT)), qui étaient réparties dans tous les États-Unis.  Là, elles viennent d’être placées sous une structure de commandement conjointe avec le commandement conjoint des opérations spéciales des forces armées américaines (US Militaries Joint Special Operations Command (JSOC)).

Ces équipes SWAT du FBI fonctionnent comme une organisation nationale de commandos de haut niveau dans les situations extrêmement sensibles ou dangereuses, et qui, dans le passé, ont uni leurs forces avec leurs homologues des Forces spéciales militaires américaines du JSOC.

tweet-donald-trump-002

Pour comprendre la raison de cette coopération, il faut revenir au 6 décembre 2016.

Ce jour-là, le général John Mattis (alias « Mad Dog » (chien enragé)), qui a été choisi par Trump pour être le prochain secrétaire d’État à la Défense, a tenu une réunion secrète avec le président Obama à la base de l’armée de l’air MacDill. Après cette réunion, Obama a fait une déclaration choquante en disant à un rassemblement des soldats américains qu’ils «ont la liberté de poser des questions à leurs autorités, ce qui inclut le droit de critiquer tout président en exercice».

Dans les 72 heures qui ont suivi cette stupéfiante déclaration du Président Obama aux soldats américains, signifiant qu’ils pouvaient désobéir librement aux ordres de leurs commandants militaires et au président, la Maison Blanche a annoncé le 9 décembre, qu’elle avait commencé une enquête sur l’ingérence présumée de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016.  Comme on pouvait le prévoir, le Washington Post publiait, 3 heures plus tard, un article, du genre « bombe surprise », indiquant que la Russie était directement impliquée dans la manipulation de cette élection pour que Trump puisse gagner.

 

Nous savons que le Washington Post (WP) est l’un des principaux médias de propagande de la CIA, et le plus grand  «média de fausses infos». Il avait été acheté par le milliardaire de l’ombre américain Jeff Bezos (Le fondateur d’Amazon.com), trois mois après que la CIA lui eut accordé un contrat secret de 600 millions de dollars. Le WP, il y a quelques semaines, a mis en exergue 200 sites de médias alternatifs américains les accusant d’être des sites  « connus de propagande russe », mais a dû rétracter par la suite, car tout le monde savait qu’au WP, il y a surtout des charlatans et des menteurs, à l’image d’Euronews, de TF1, FR2, France 24 et autres LCI.

Immédiatement après la publication par le WP de cette « fausse nouvelle » affirmant que la Russie était impliquée dans les élections présidentielles américaines de 2016, l’ancien analyste de la CIA, Bob Baer (le porte-parole officieux des médias American Deep State, l’État Profond Américain) a appelé à une nouvelle élection présidentielle. Ce qui a mené Alex Jones, l’un des principaux dirigeants américains de news alternatives et le principal confident Trump, à avertir que le président élu Trump est maintenant en danger d’être assassiné.

Le fait que le FBI ait affirmé auparavant que toutes ces allégations concernant une intervention russe dans les élections étaient  manifestement fausses, n’a pas été dit aux Américains par leurs grands médias pourris.

Par contre, lors d’une réunion secrète du Comité du Renseignement de la Chambre des Députés, un haut fonctionnaire du FBI a dit que rien ne pouvait prouver ou confirmer de façon concluante la collusion russe dans la victoire de Trump contrairement aux allégations de la CIA.

D’autre part, Craig Murray, l’ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Ouzbékistan, a qualifié ces affirmations de la CIA, il y a quelques heures, de conneries “bullshit”. Il a dit aussi qu’il était d’accord avec le FBI sur le fait que les Russes n’ont rien à voir avec les emails d’Hillary Clinton qui ont été divulgués. 

Il a ajouté «  j’ai rencontré la personne qui les a divulgués, et elle n’est certainement pas russe. C’est un initié. C’est une fuite, pas un hack; ce sont deux choses différentes. Si ce que la CIA dit était vrai, et la déclaration de la CIA se réfère à des personnes qui sont connues pour être liées à l’État russe, la CIA aurait arrêté quelqu’un, si ce quelqu’un était à l’intérieur des États-Unis. L’Amérique n’a pas hésité à arrêter les dénonciateurs et elle n’a pas hésité à extrader des pirates. Ils n’ont manifestement aucune connaissance de ce genre ni aucune piste crédible« .

ffbi4

L’ambassadeur des États-Unis, John Bolton, qui appuie l’ambassadeur Murray, a déclaré que la CIA menait actuellement une opération de « faux drapeau » pour renverser le président élu Trump

 

En résumé, ce « coup d’état silencieux » de la CIA contre le Président élu Trump, consiste à dire que : 

(a) Le 19 décembre jour du vote du collège électoral pour installer Trump comme le prochain président, doit être stoppé jusqu’à ce que « l’ingérence russe » soit pleinement étudiée ; et que 

(b) Trump a déjà d’office violé son serment  en ne protégeant pas États-Unis (contre la Russie) et parce qu’il refuse de croire la CIA.

 

À noter également que les mêmes organes de médias de propagande traditionnels soutenant Hillary Clintonétaient les «véritables» auteurs de «fausses nouvelles», et non pas la Russie.

 

D’ailleurs, l’un de leurs agents de fausses nouvelles est Marco Chacon, qui a créé des centaines d’articles de «fausses nouvelles» sur Trump, qui ont été diffusées sans discussion par les médias traditionnels. Il a confirmé sa méthode pour tromper facilement le peuple américain en déclarant: «C’est très facile de duper la Droite grâce à l’Internet « , sachant que, dans la terminologie américaine, Clinton représente la Gauche, et Trump, la Droite. 

Plan B des comploteurs: Destituer Trump avant le 20 janvier 2017

Les Américains sont tranquillement prévenus : ils doivent se préparer à une longue et violente Guerre Civile, car une nouvelle fuite de la Maison Blanche pourrait mettre le feu aux poudres. En effet, au  cas où le plan ci-dessus échoue, un plan B du coup d’état silencieux contre Trump a été concocté par Obama et consorts. Ce dernier va déclarer l’élection de Trump «illégitime» en raison des «interférences russes».

Selon deux sources distinctes au sein du gouvernement des États-Unis, à un moment donné entre le 30 décembre et le 5 janvier, Barack Obama prétendrait informer le public américain que :

« En raison de nouvelles preuves d’ingérence de la Russie, l’élection de novembre a été « illégitime » et Donald Trump ne sera pas assermenté en tant que 45e président des États-Unis. »

Obama va prétendre déclarer une « urgence catastrophique » sur ce prétendu détournement russe de cette élection et invoquer ensuite le plan de Continuité du Gouvernement (Continuity of Government ou COG) pour rester en fonction au-delà de l’expiration de son mandat. Bien sûr, cela dépendra de la coopération de l’armée américaine et de l’application de la loi; mais ni l’armée ni la loi ne sont de son côté.

 

vote-americain
Regardez les enfants ! Cette carte vous montre pourquoi les Pères Fondateurs ont créé le Collège Électoral. Ils voulaient que notre président soit élu par les États et non par les villes.

L’agence d’espionnage des États-Unis rejette l’évaluation de la CIA sur le piratage en Russie

Les superviseurs de la communauté des services de renseignement des États-Unis n’ont pas accepté l’évaluation de la CIA selon laquelle des cyberattaques russes visaient à aider le président élu républicain Donald Trump à remporter l’élection de 2016, ont annoncé trois officiels américains lundi.

Alors que le Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) ne conteste pas l’analyse de la CIA des opérations de piratage russes, il n’a pas approuvé leur évaluation en raison d’un manque de preuves concluantes que Moscou a l’intention d’aider Trump devant son adversaire Hillary Clinton, ont indiqué des fonctionnaires de l’ODNI, qui ont refusé d’être nommés.

La position de l’ODNI, qui surveille les 17 services de renseignement américains, pourrait donner à Trump de nouvelles munitions pour contester l’évaluation de la CIA, qu’il a rejetée comme «ridicule» dans les remarques du week-end et affirmer qu’aucune preuve n’implique la Russie cyber-attaques.

Un porte-parole de l’ODNI a refusé de commenter la question.

« L’ODNI ne prétend pas que l’agence (CIA) a tort, mais seulement qu’elle ne peut prouver son affirmation« , a déclaré un des trois responsables américains.

 

Le FBI, dont les normes en matière de preuve l’obligent à faire valoir des arguments devant les tribunaux, a refusé d’accepter l’analyse de la CIA – une évaluation déductive des renseignements disponibles – pour la même raison.

L’ODNI, dirigée par James Clapper, a été créée après les attentats du 11 septembre 2001 contre la recommandation de la commission chargée d’enquêter sur les attaques. La commission, qui a identifié les principaux échecs du renseignement, a recommandé la création du bureau pour améliorer la coordination entre les agences de renseignement américaines.

 

Moscou rejette ces accusations de la CIA

 

Vu de Moscou, les forces de l’ordre américaines semblent avoir du mal à trouver la vraie cause des cyberattaques survenues. Une situation qui ressemble à une répartition des pouvoirs, selon Maria Zakharova. Les différends entre les services spéciaux américains sur la question des cyberattaques, dont la Russie s’est trouvée accusée, ressemblent à une redistribution de zones d’influence, a indiqué sur sa page Facebook la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

 

 

« Cette histoire avec le « piratage » ressemble à un règlement de comptes entre les forces de sécurité américaines pour la redistribution des pouvoirs », a écrit la représentante de la diplomatie russe. Auparavant, le bureau du directeur du Renseignement national (Office of the Director of National Intelligence, ODNI) n’avait pas soutenu la position de l’Agence centrale de renseignement (Central Intelligence Agency, CIA) sur les cyberattaques russes soutenant le président élu Donald Trump lors de l’élection américaine.

Donald Trump avait de son côté qualifié de « ridicules » toutes déclarations sur la participation du Kremlin dans la présidentielle aux États-Unis, car Washington en avait à maintes reprises accusé la Russie sans pourtant apporter la moindre preuve.

Vladimir Poutine, avait également déclaré que les documents publiés par les hackers n’avaient rien à voir avec les intérêts de la Russie et que cette crise ne servait qu’à détourner l’attention du contenu des documents révélés.

Conclusion

 Pour conclure, il est essentiel de rappeler que le dernier président américain à partir en guerre contre la CIA était John F. Kennedy, qui a juré de hacher cette agence d’espionnite maladive «en mille morceaux et de les disperser au vent». La CIA l’a abattu devant tout le monde pour montrer toute sa puissance, et pour avertir tous les présidents américains que c’est elle qui détient le pouvoir.

Pour conclure, il est essentiel de rappeler que le dernier président américain à partir en guerre contre la CIA était John F. Kennedy, qui a juré de hacher cette agence d’espionnite maladive «en mille morceaux et de les disperser au vent». La CIA l’a abattu devant tout le monde pour montrer toute sa puissance, et pour avertir tous les présidents américains que c’est elle qui détient le pouvoir.

 
L’autre raison qui panique la CIA et pour laquelle elle tente de renverser Trump réside dans la crainte des mondialistes sataniques que l’Allemagne soit également prête à se retourner contre eux. 

Ces derniers ont été horrifiés et stupéfiés après ce qui s’est passé la semaine dernière quand les chaînes de télévision allemandes ont transmis en direct l’allocution du président Poutine devant le Parlement russe. Puis elles ont mené un sondage d’opinion par téléphone, qui a montré que 81 pour cent des Allemands se sont déclarés prêts à faire confiance à Poutine, puis ces résultats ont été  immédiatement retirés.

 

 

 

 

 

Fraude électorale U.S: Voilà comment les Illuminati et les Clinton sont en train de voler les élections à Donald TRUMP

Tous les efforts consentis par les Américains ordinaires afin d’élire Donald Trump pourraient être réduits à néant si nous les laissons voler l’élection.

donald-trump-make-america-great

Si vous avez confiance dans l’intégrité des élections américaines, eh bien elle risque d’être ébranlée lorsque vous aurez fini de lire cet article, parce que je suis sur le point de partager avec vous certaines informations qui sont absolument incroyables. On va vous  expliquer que les morts sortaient actuellement de leur tombe la nuit venue pour venir se réinscrire sur les listes électoraleset que ces bulletins de vote avaient déjà été pris en compte à travers toute l’Amérique et ce pendant des années. On avait également montré que les migrants illégaux avaient voté dans des Etats-clés comme en Virginie et en Pennsylvanie. Mais tout cela n’est rien en comparaison de la fraude électorale systématique qui avait eu lieu le jour même des élections en 2012.

Parce que Mitt Romney avait jeté l’éponge très tôt le soir même des élections en 2012, les résultats du vote n’avaient subit qu’un examen très limité. Mais si Romney avait été prêt à se battre, il y avait effectivement des données disponibles montrant que l’élection présidentielle lui avait été potentiellement volée.

Selon la Coalition pour la protection des élections, les électeurs à travers toute l’Amérique avaient signalé plus de 70.000 problèmes relatifs au vote le jour même des élections en 2012. Dans de nombreux cas, les électeurs qui tentaient de voter pour Mitt Romney voyaient leur voix passée à Barack Obama par les dispositifs de vote électronique. Nous allons examiner quelques exemples de ce phénomène ci-dessous.

Barack Hussein Obama
Barack Hussein Obama

En particulier, nous allons nous concentrer sur les Etats-clés, car c’est là qu’ont surgit la plupart des irrégularités concernant les votes. Si vous souhaitez voler une élection, il est inutile de se focaliser et de soucier des « Etats rouges » (républicains) et des « Etats-bleus »(démocrates). Au contraire, la clé serait de transférer suffisamment de voix dans les Etats-clés qui restent très indécis afin d’assurer une victoire pour votre candidat. Et donc, nous allons jeter un œil sur ce qui était arrivé dans certains de ces très importants états-clés lors de la dernière campagne électorale américaine.

Ohio

Durant la nuit électorale américaine de 2012, les experts avait proclamé que tout allait se jouer en Ohio. Ils nous avaient expliqué que s’il restait une chance pour que Mitt Romney gagne les élections, eh bien, cela se jouerait en Ohio, et que cet état avait plus d’importance que n’importe quel autre.

L’un des comtés où Barack Obama avait vraiment besoin d’obtenir des voix, c’était dans le comté de Cuyahoga. Mais Barack Obama n’avait pas gagné de manière claire dans le comté de Cuyahoga. En réalité, et aussi incroyable que cela puisse paraître, il y avait eu 16 circonscriptions où Mitt Romney n’avait recueilli aucun vote.

Oui, vous avez bien lu… Aucun vote !

Un peu plus tôt aujourd’hui, je suis allé sur le site officiel du comté de Cuyahoga, et les résultats de la dernière élection sont toujours en ligne. On peut lire le total des voix qui avaient été comptabilisées pour Barack Obama et Mitt Romney ainsi que les circonscriptions où Mitt Romney avait recueilli aucun vote comme vous pourrez le constater ci-dessous…

0154 CLEVELAND -02-Q: 542-0

0192 CLEVELAND -04-L: 388-0

0204 CLEVELAND -05-E: 597-0

0205 CLEVELAND -05-F: 483-0

0206 CLEVELAND -05-G: 257-0

0219 CLEVELAND -05-T: 386-0

0228 CLEVELAND -06-H: 405-0

0232 CLEVELAND -06-L: 70-0

0233 CLEVELAND -06-M: 419-0

0241 CLEVELAND -06-U: 118-0

0248 CLEVELAND -07-F: 361-0

0273 CLEVELAND -08-J: 472-0

0280 CLEVELAND -08-Q: 49-0

0285 CLEVELAND -09-B: 414-0

0288 CLEVELAND -09-E: 478-0

0523 EAST CLEVELAND -04-C: 486-0

Il y avait aussi une foule de bureaux de vote dans le comté de Cuyahoga, où Mitt Romney n’avait obtenu qu’une ou deux voix seulement. Dans l’ ensemble, Barack Obama l’avait remporté avec plus de 99% des voix sur plus de 100 circonscriptions sur ce seul comté.

Comment est-il possible d’assister à cela, ici aux Etats-Unis ?

Eh bien, je pense que les électeurs avaient donné un indice important aux journalistes le jour du scrutin dans l’Ohio. Selon Fox News, il y avait des électeurs de l’Ohio qui avaient expliqué avoir essayé de voter pour Romney, mais les machines à voter avaient basculé leurs votes pour Obama…

« Je ne sais pas si c’est arrivé à quelqu’un d’autre ou non, mais c’est bien la première fois que cela m’arrive depuis que j’ai commencé à voter », a expliqué Marion, électrice de Joan Stevens dans l’Ohio.

Stevens a expliqué que lorsqu’elle avait voté, il lui avait fallu trois essais avant que la machine ait accepté son choix de vote en faveur de Romney.

« Je suis allé voter et j’ai appuyé sur Romney qui s’affichait au centre de l’écran », avait déclaré Stevens à Fox News, en disant qu’elle était certaine d’avoir bien mis le doigt sur Romney afin qu’il soit élu à la Maison Blanche.

Elle a expliqué que lorsqu’elle avait appuyé sur « Romney » la première fois, la machine avait marquée « Obama. »

Donc, elle avait appuyé à nouveau sur Romney mais Obama s’affichait à nouveau. Ensuite, ce problème est arrivé une troisième fois.

« Peut-être que vous pouvez faire une erreur une fois, mais pas trois fois » avait-elle expliqué à Fox News.

A l’époque, Fox News avait également signalé que des événements semblables s’étaient produits dans le Nevada, en Caroline du Nord et au Texas, mais une fois passé le jour du scrutin, personne ne semblait s’être vraiment soucié de ces incidents.

 

Pennsylvanie

La Pennsylvanie est un autre état-clé très important, et alors que l’élection présidentielle américaine de 2012 se rapprochait, Romney semblait quelque peu optimiste sur le fait qu’il ait une chance de gagner l’Etat.

Et il était apparu que Mitt Romney avait remporté 55 des 67 comtés en Pennsylvanie, mais il avait quand même réussi à perdre cet état avec un écart important en raison du nombre plus qu’incroyable de voix qu’Obama avait récolté dans les zones urbaines.

Croyez le ou non, mais il y avait eu 59 bureaux de vote dans la ville de Philadelphie, où Mitt Romney n’avait pas récolté une seule voix.

Lorsque l’on faisait le total des votes sur les 59 bureaux de vote, on arrivait à 19.605 voix pour Barack Obama et 0 pour Mitt Romney.

Pour être franc, voir cela se produire est statistiquement faible voire quasiment impossible.

Alors, comment cela peut-il se produire ?

Eh bien, le pourcentage des électeurs ayant participé au voté dans la ville de Philadelphie était d’environ 60 % le jour des élections en 2012. Mais dans les zones où les observateurs du scrutin républicain avaient été retirés illégalement, le taux de participation des électeurs était de plus de 90 % et Barack Obama avait reçuplus de 99 % des voix.

On pourrait penser que le Parti républicain aurait crié au meutre à ce sujet, mais ils n’ont absolument rien fait.

Et une fois encore, les machines à voter avaient déplacé les voix de Mitt Romney pour Barack Obama en Pennsylvanie. Ce qui suit avait été signalé à l’époque par WND

 

Ca s’était passé à Upper Macungie Township, près de Allentown, en Pensylvannie, où un auditeur, Robert Ashcroft, avait été envoyé par les républicains afin de surveiller les votes le jour du scrutin, et il avait déclaré que le logiciel qu’il avait observé « modifiait la sélection réalisée et l’attribuait par défaut – à Obama.  »

Il avait expliqué que cela avait concerné 5 à 10 % des votes .

Il avait expliqué que les modifications semblaient avoir été réalisées à l’aide d’un programme.

Ashcroft avait déclaré que la programmation informatique de l’appareil semblait attribuer la même valeur par défaut, et dans ce cas il est apparu que chaque vote allait par défaut à Obama.

Ainsi, est-ce que Mitt Romney aurait remporté l’État de Pennsylvanie si le vote avait été équitable ?

Nous n’aurons jamais la réponse à cette question.

Floride

En Floride qui est un Etat-clé et très indécis, il y avait aussi un certain nombre de circonscriptions clés où Barack Obama avait obtenu 99 % des voix. Le texte suivant avait été publié par Pundit Press

Comment a t-il pu accomplir cela ? Eh bien, c’est en partie grâce aux circonscriptions de Broward County allant de L024 à L029 (même si je suis sûr que tout n’est qu’une simple coïncidence bien entendu).

Dans ces circonscriptions réunies, en particulier, M. Obama avait remporté plus de 99% des voix (5.392 voix), battant ainsi Mitt Romney avec 54 voix seulement. Wahooo! Quelle chance! C’est particulièrement impressionnant parce que dans les circonscriptions L019-L022 (L023 n’existant pas) M. Romney avait fait plus de 14 fois mieux que celles allant de L024 à L029, et la circonscription d’après, avait fait 30 fois mieux.

La plupart des Américains n’ont jamais entendu parler ne serait-ce qu’une seule fois de ces informations. Et rappelez-vous, dans cet article, nous n’examinons que quelques exemples des états-clés et très indécis pour les élections. La vérité est que ces anomalies statistiques s’étaient produites partout aux Etats-Unis.

Virginie

La Virgine qui était l’un des Etats-clés et très indécis, Dara Fox qui surveillait la tenue des élections avait essayé de tirer la sonnette d’alarme au sujet de l’énorme fraude électorale, et ce qu’elle avait expliqué aurait dû faire les gros titres dans tout le pays. Ce qui suit est ce que Dara Fox avait expliqué à la station de radio WMAL à propos de ce qui s’était passé

-Qu’il était apparu que les électeurs d’Obama étaient transportés par autobus.

-Que Beaucoup d’entre eux ne parlaient absolument pas l’anglais.

-Que Beaucoup d’entre eux n’étaient même pas capables de donner aux préposés chargés du scrutin la bonne adresse sur leur carte d’identité.

-Que Beaucoup de gens avaient voté plus d’une fois à ce même bureau de vote durant la journée.

Colorado

Il semble que ces étranges histoires se déroulaient aussi dans les Etats-clés de l’ouest du pays. D’une certaine manière, 10 comtés de l’État-clé et indécis du Colorado se retrouvaient avec un taux d’inscription de plus de 100 % le jour même des élections en 2012.

Théoriquement, c’est totalement impossible. Si toutes les personnes en âge de voter de votre comté étaient inscrites aux élections, vous pourriez avoir un taux d’inscription maximal de 100 %, mais au delà, c’est que quelque chose de mathématiquement impossible.

Et hier, j’avais montré que les autorités du Colorado avaient découvert qu’il existait un cas « très grave » de citoyens décédés qui étaient encore inscrits sur les listes électorales de l’État et que cela remontait à plusieurs années.

C’est la raison pour laquelle les Etats devraient être autorisés à exiger une pièce d’identité avec photo dans les bureaux de vote. L’intégrité de notre processus électoral a été compromise à maintes reprises, et tenter de manipuler une élection revient à commettre un crime.

C’est un fait que Barack Obama n’aurait pas gagné dans un seul état qui aurait exigé une pièce d’identité avec une photo lors de l’élection en 2012.

Alors quel aurait été le résultat des élections en 2012 si les 50 états américains avaient exigé une pièce d’identité avec une photo pour pouvoir voter ?

Nous ne pourrons jamais revenir en arrière, ni changer ce qui est arrivé en 2012, mais nous pouvons faire quelque chose pour 2016.

Si vous voyez quelque chose d’étrange se passer lorsque vous irez voter en Novembre, ne le gardez pas pour vous. Si aucune chaîne d’information ne souhaitait vous écouter, alors contactez-moi.

Collectivement, nous devons crier au meurtre si ils venaient à essayer de voler cette élection. Et s’il y a une chose que nous savons à propos de Donald Trump, c’est qu’il n’a pas peur d’engager des poursuites judiciaires. Mais l’équipe de campagne de Donald Trump ne peut pas être partout à la fois, et il appartient aux hommes et aux femmes ordinaires de ce pays de signaler tout ce qui lui paraîtra anormal le jour du scrutin.

Si nous ne luttons pas contre la fraude électorale, nous pourrions alors tout aussi bien nous passer d’élections. Car cela servirait à quoi de dépenser autant de temps et d’efforts à essayer d’élire quelqu’un si certains se contentent de nous voler les élections ?


les USA font voter les migrants et réveillent les morts pour une élection qui s’annonce très serrée

dead-voters-300x169

Sans la tenue d’élections libres et justes, devons-nous avoir foi encore quant à l’avenir de l’Amérique ?

L’intégrité de notre processus électoral est de la plus haute importance, et pourtant on lui apporte si peu d’intérêt. Cette semaine, j’ai partagé quelques faits bien documentés à propos de la fraude électorale qui avait eu lieu lors de l’élection de 2012 et dont la plupart des Américains n’ont même jamais entendu parlé, et il est absolument impératif que ce genre d’étranges affaires ne se reproduisent pas cette fois-ci. Aujourd’hui, je vais partager quelques exemples qui vous montrerons comment des gens décédés et des migrants illégaux se trouvent inscrits sur les listes électorales en tant qu’électeurs à travers toute l’Amérique. Malgré que les médias démettent ces faits avec virulence, la réalité, c’est que la fraude électorale est véritablement devenue monnaie courante aux Etats-Unis, et sachez que lorsque quelqu’un essaie de voler une élection, cela revient à commettre un crime contre notre nation.

Commençons par ce qui vient de se passer en Virginie. Un étudiant de l’université « James Madison » a été mis sous enquête pour avoir inscrit 19 personnes décédées sur les listes électorales afin qu’il puisse voter pour Hillary Clinton et ce à maintes reprises

 

Hier, nous avons écrit au sujet d’une enquête menée par le FBI sur une fraude électorale potentielle en Virginie qui est un Etat clé des élections américaines après qu’il ait été révélé que 19 personnes décédées avaient récemment été ré-inscrites sur les listes électorales (voir « Le FBI enquête sur des personnes décédées réinscrites sur les listes électorales en Virginie, Etat clé des élections américaines »). Alors que le Washington Post a eu vent de cette enquête, nous ne savions pas qui était derrière cette opération… jusqu’à maintenant.

Andrew Spieles est étudiant à l’Université James Madison, et apparemment le « principal responsable » du bureau de vote d’Harrisonburg. Selon le Daily News-Record, Spieles a avoué avoir ré-inscrit 19 Virginiens décédés sur les listes électorales de 2016.

Bien que cela ne devrait être une surprise pour personne, Spieles se trouve être démocrate et selon un post supprimé sur Facebook, il dévoilait apparemment ses ambitions quant à la place de président du caucus des jeunes démocrates de Virginie.

Ces dernières semaines, j’ai effectué d’importantes recherches sur la fraude électorale aux Etats-unis, et à chaque fois presque, cela impliquait des démocrates. Contrairement aux républicains, peut-être que pour les démocrates: mentir, tricher et voler n’est pas un souci. Cet étudiant à l’Université James Madison s’est fait coincer lorsqu’un courrier félicitant l’inscription sur les listes électorales d’un ancien combattant décédé avait été transmis à sa famille. Ce qui suit provient du Washington Post

bureau-de-vote-300x169

Un cas a été découvert après que la famille d’un homme décédé ait reçu un courrier pour le féliciter de s’être inscrit sur les listes électorales, selon ce qu’a déclaré jeudi Marsha Garst, le procureur du comté de Rockingham Commonwealth.

« Les membres de sa famille étaient extrêmement bouleversés », a déclaré Garst, qui a confirmé l’existence d’une enquête du FBI et de la police, mais a expliqué qu’elle pourrait nous fournir bientôt de plus amples informations car l’enquête est en cours.

Bien entendu, nous pouvons trouver beaucoup d’autres cas du même genre un peu partout aux Etats-Unis. Par exemple, dans l’Etat du Colorado encore indécis avant l’élection présidentielle, une enquête a découvert un cas «très grave» de personnes décédés ayant voté à plusieurs élections. On est en droit de se demander depuis combien de temps cela dure

Les responsables locaux dans le Colorado ont reconnu une fraude électorale « très grave » après avoir appris que sur les suffrages exprimés à plusieurs élections, on avait trouvé des résidents récemment décédés.

Un média local a découvert la fraude en comparant les bases de données historiques des élections antérieures de l’état avec les registres de décès du gouvernement fédéral. « Quelqu’un a réussi à glisser des bulletins de vote de ceux qui ne le pouvaient plus », a déclaré Chuck Broerman commis au bureau de vote d’El Paso sur CBS4 tout en échangeant sur ce qu’il expliquait être un cas «très grave» de personnes votant par correspondance à la place de gens décédés.

On ne sait pas combien de bulletins de vote frauduleux ont été déposés ces dernières années. CBS4 a indiqué qu’on « a trouvé plusieurs cas » de personnes décédées trouvées sur les listes électorales de l’état, des révélations qui ont déclenché des enquêtes criminelles au sein de l’état.

Il s’avère aussi que des personnes décédées avaient voté en Californie. En fait, un homme pourtant décédé en 2003 dans l’état de Californie votait encore depuis 2004, et les autorités ont trouvé des «centaines» de cas similaires…

La carte no 11 du Jeu de carte illuminati prévoit la venue d'une femme de pouvoir.
La carte no 11 du Jeu de carte illuminati prévoit la venue d’une femme de pouvoir.

« Il lui a fallu beaucoup de temps afin de se décider à choisir ses candidats », a déclaré Annette Givans en parlant de son père, John Cenkner.

Cenkner est décédé à Palmdale en 2003. Malgré cela, les registres montrent qu’il avait en quelque sorte quitté sa tombe afin d’aller voter en 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010.

Mais il ne fut pas le seul.

La chaîne new-yorkaise CBS2 a comparé des millions de bulletins de vote au bureau du Secrétaire d’État de la Californie avec les registres de décès de l’Administration de la sécurité sociale (Social Security Administration ou SSA) et a fini par trouver des centaines d’électeurs décédés.

Est-ce que ces cas de fraudes électorales ne vous mettent pas en colère?

Si oui, c’est normal, car il ne pourrait en être autrement. Un nombre incalculable d’Américains ont donné leur vie afin que nous obtenions le droit de vote, et les gens derrière cette fraude électorale se moquent éperdument de leurs sacrifices.

Dans l’Etat de Pennsylvanie encore indécis avant l’élection présidentielle américaine, une enquête a trouvé des dizaines de cas où des migrants illégaux avaient été autorisés à voter lors des dernières élections

 

Au moins 86 migrants (personnes non citoyennes des Etats-Unis) ont été enregistrés sur les listes électorales à Philadelphie depuis 2013, et près de la moitié – 40 – ont même voté à au moins l’une des dernières élections, selon un groupe juridique qui avait lancé des poursuites afin d’obtenir les registres d’inscription des électeurs.

Joseph Vanderhulst, avocat d’une fondation juridique reconnue d’utilité publique, a noté que Philadelphie avait eu connaissance de ces 86 électeurs illégaux uniquement parce que les fonctionnaires avaient reçu des demandes particulières – provenant de la part des électeurs eux-mêmes dans presque chaque cas – afin que l’on supprime les noms des listes électorales. Il a expliqué qu’il n’y avait aucun moyen de savoir combien de migrants pourraient être inscrits sur les listes électorales à Philadelphie, et encore moins dans le reste de la Pennsylvanie qui tiendra un rôle important lors des élections.

Mais bien entendu, la Pennsylvanie est loin d’être le seul Etat. Il s’avère aussi que beaucoup de migrants illégaux avaient voté en Virginie

Philadelphie est le dernier lieu où la Fondation juridique d’utilité publique a admis avoir relevé des irrégularités sur les listes électorales. Le groupe a récemment trouvé 1.046 migrants qui avaient été inscrits pour voter dans huit comtés de Virginie et environ 200 bulletins de vote entre 2005 et 2015.

N’importe quelle personne qui a un tant soit peu de bon sens sait que nous devons rendre nos lois sur le droit de vote et les appliquer beaucoup plus sévèrement. Malheureusement, les démocrates se battent généralement bec et ongles contre de telles mesures.

Dans l’Indiana, la police d’Etat vient de faire irruption dans un bureau de vote qui semble avoir été impliqué dans un système de fraude électorale qui s’étendait sur neuf comtés. Et ce qu’ils viennent de découvrir est extrêmement inquiétant

La police a déclaré que l’augmentation du nombre de comtés concernés a conduit les enquêteurs à croire que le nombre frauduleux de registres pourrait être de plusieurs centaines.

Les possibles fausses informations sont une combinaison de faux noms, fausses adresses et fausses dates de naissance mélangés à de réelles informations.

Peu importe de quel bord politique vous êtes, les faits que je viens de vous exposer devraient profondément vous inquiéter.

On recense des incidents de fraude électorale à travers toute l’Amérique, et il est vraiment lamentable et surtout inexcusable de voir que des gens décédés ou des migrants puissent être comptabilisés parmi les votants lors des élections américaines.

Et je vais partager avec vous un peu plus tard cette semaine certains éléments qui prouvent clairement qu’une tentative systématique a été menée afin de modifier le résultat de la dernière élection présidentielle.

Si nous n’interdisons pas à ces escrocs de faire n’importe quoi avec les élections, cela se reproduira constamment. Donc, si vous êtes amenés à voir quelque chose d’étrange lorsque vous irez voter en 2016, alors s’il vous plaît, faites le moi savoir, parce que je prévois d’en faire un enjeu majeur si des preuves probantes de fraudes venaient à être confirmées cette fois-ci.

vote-usa-300x208


EN CONCLUSION

On s’amuse de voir les gens cracher sur Trump… Alors qu’ils ne connaissent de lui que ce que les merdias  en disent…
Et nul n’ignore (ou n’est censé ignorer) que les médias de tout l’Occident Chrétien (autant en France qu’au Québec,en Belgique,etc) obéissent au financier qui les nourris et au politique qui les chaperonnent.

Il y a encore moins de liberté d’expression ici qu’aux USA, c’est pour dire. C’est en regardant la France ou le Québec  de l’extérieur (et le monde) qu’on se rend compte à quel point la censure et désinformation « à la coréenne » made in France (ou made in Canada à la sauce Couillard) est totale.

Bref. Tout ça pour dire que le peuple ne décide de rien, surtout pas en France ou au Québec  (2 référendums dans le c…). Nos élections générales  n’échapperont pas à ce système  faible et lâche qui nous gouverne.

Nos premiers-ministres, dans un éclair d’honnêteté nous ont  prévenu : Votez autant que vous voulez pour le PQ ou pour Marine le Pen, si la diabolisation du PQ ou du  FN ne marche pas, on invalidera/annulera/truquera les élections. Il n’a pas dit cela mot pour mot, mais il l’a nettement sous-entendu.

Ici au Québec,on fait plus petit qu’aux États-Unis:on cache les urnes trafiquées en dessous des tables de McDonald’s.

Le lavage de cerveau de nos sociétés
Le lavage de cerveau de nos sociétés

 

Hillary Clinton est le choix du Bilderberg Group.
Hillary Clinton est le choix du Bilderberg Group.

 

 

Source: theeconomiccollapseblog

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon Le gouverneur de la Louisiane :la rébellion se préparait contre Washington

Bobby Jindal
Bobby Jindal

 

Le gouverneur de la Louisiane Bobby Jindal,  a samedi soir,  accusé le président Barack Obama et d’autres démocrates de mener des guerres contre la liberté et l’éducation religieuse et a déclaré que la rébellion se prépare aux Etats-Unis avec des gens prêts à « une prise de contrôle hostile » de la capitale de la nation.

​Jindal a parlé lors de la conférence annuelle organisée par la foi et Freedom Coalition, un groupe dirigé par l’activiste chrétien de longue date Ralph Reed. Les organisateurs ont déclaré plus de 1000 leaders évangéliques ont assisté à la rencontre de trois jours. Fonctionnaires républicains à travers le spectre politique concèdent que les électeurs évangéliques continuent à jouer un rôle essentiel dans la politique de GOP.

Le gouverneur de la Louisiane Bobby Jindal,  a samedi soir,  accusé le président Barack Obama et d’autres démocrates de mener des guerres contre la liberté et l’éducation religieuse et a déclaré que la rébellion se prépare aux Etats-Unis avec des gens prêts à « une prise de contrôle hostile » de la capitale de la nation.

« Je peux sentir en ce moment un brassage de rébellion parmi les Etats-Unis », a déclaré Jindal, « où les gens sont prêts pour une prise de contrôle hostile de Washington, DC, pour préserver le rêve américain pour nos enfants et nos petits-enfants. »

Le gouverneur a déclaré qu’il y avait une « guerre silencieuse » sur la liberté religieuse étant combattu aux États-Unis – un pays qu’il a dit a été construit sur cette liberté.

« Je suis fatigué de la gauche Ils disent qu’ils sont pour la tolérance, ils disent qu’ils respectent la diversité La réalité est la suivante:.. Ils respectent tout le monde sauf si vous êtes en désaccord avec eux », a t-il dit. « La gauche essaie de nous faire taire et je suis fatigué de lui, je ne vais pas le prendre plus. »

Plus tôt cette semaine, Jindal a signé un décret pour bloquer l’utilisation de tests liés au niveau d’éducation de base commune dans son état, une position privilégiée par les partisans du Tea Party et les conservateurs. Il a dit qu’il continuerait à lutter contre les tentatives de l’administration pour mettre en œuvre de base commun.

«Le gouvernement fédéral n’a pas de rôle, pas le droit et pas de place à dicter des normes dans nos écoles locales dans ces 50 États des États-Unis d’Amérique », a déclaré Jindal.

Jindal utilisé l’humour pour critiquer l’administration Obama sur plusieurs fronts, en faisant référence à l’échange de prisonniers Bergdahl et l’attaque meurtrière sur la mission américaine à Benghazi, en Libye.

« Sommes-nous témoins de ce moment le plus radicalement, très libéral, président idéologique de notre vie entière ici aux États-Unis d’Amérique, ou assistons-nous le président le plus incompétent des États-Unis d’Amérique dans l’histoire de nos vies? Vous savoir, c’est une question difficile « , at-il dit. «J’ai longuement réfléchi à ce sujet Voici la seule réponse que je suis venu avec, et je vais citer Secrétaire Clinton:.` Quelle différence cela fait-il? « ‘

La conférence a comporté la plupart des républicains bien connus qui envisagent une course présidentielle 2016, y compris gouverneur du New Jersey Chris Christie, sénateur de Floride Marco Rubio et Kentucky sénateur Rand Paul. Jindal devrait annoncer après les élections de mi-mandat Novembre si oui ou non il va lancer une candidature présidentielle.

 

Sources: Les Moutons enragés