Changements climatiques : « L’hypocrisie de Justin Trudeau est claire »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066234/changements-climatiques-hypocrisie-justin-trudeau-claire-cop23-bill-mckibben Changements climatiques : «L’hypocrisie de Justin Trudeau est claire» Publié le vendredi 10 novembre 2017 Bill McKibben est l’environnementaliste le plus influent des États-Unis. Contrairement à de nombreux militants étrangers qui perçoivent Justin Trudeau comme un grand champion de la lutte contre les changements climatiques, l’écologiste américain juge très sévèrement le premier ministre canadien. […]

via Changements climatiques : « L’hypocrisie de Justin Trudeau est claire » | ICI.Radio-Cana da.ca — Enjeux énergies et environnement

Publicités

Comment transformer un paradis boréal en un enfer boueux et toxique : grâce aux sables bitumineux

 Vue d’une exploitation de sables bitumineux en Alberta /
Vue d’une exploitation de sables bitumineux en Alberta /

 

 

Nous sommes loin de l’image du derrick perdu dans le désert ou d’une sage plateforme pétrolière émergeant à l’horizon. Voici l’Alberta, province canadienne, où des firmes pétrolières, parmi lesquelles Shell et Total, exploitent à un rythme effréné les gisements de sables bitumineux, du pétrole visqueux contenu dans du sable. Elles espèrent tripler leur production d’ici 2030. Mais à quel prix ! S’il est souvent question de l’impact des sables bitumineux sur le dérèglement climatique, on parle moins de leurs conséquences sur les ressources en eau et la biodiversité locale. Extraction excessive et pollutions commencent à faire sentir leurs effets, jusqu’à l’océan Arctique. Premier volet d’une enquête exclusive réalisée par Edward Struzik, journaliste canadien.

200 kilomètres en aval des exploitations géantes de sables bitumineux du nord de l’Alberta, un aborigène du nom de Joe Wandering Spirit vit dans une cabine d’une seule pièce, avec un chat sauvage et une meute de chiens de traîneau qu’il tient attachés lorsqu’il n’est pas en train de chasser, de poser des pièges ou de pêcher. Ici, au cœur du delta Paix-Athabasca, l’un des plus importants deltas d’eau douce au monde, vivre dans une contrée sauvage moitié terre moitié eau n’est pas sans risques pour un homme vieux de 75 ans comme lui. Chaque année, au moment de la rupture printanière des glaces, les rivières sinueuses du delta peuvent changer abruptement de cours et déborder soudain de leurs rives.

Il y a cinquante ans, lorsque commencèrent les travaux de construction de la première exploitation commerciale de sables bitumineux en Alberta, plus de 400 aborigènes menaient une existence modeste dans cet écosystème marécageux de plus de 3000 kilomètres carré. Les étés dans le delta et dans le lac Athabasca, immédiatement à l’Est, donnaient suffisamment de poissons non seulement pour subvenir à leurs propres besoins, mais aussi pour soutenir une petite pêcherie commerciale. Avec l’automne arrivaient des milliers d’oies et de canards en route vers le sud, qui faisaient étape pendant plusieurs jours dans le delta avant de poursuivre leur migration. L’hiver, il y avait des élans, des caribous et des bisons à chasser. Au retour du printemps, il y avait des œufs de sterne, de goélands, de canards ou d’oies à collecter, et suffisamment de rats musqués pour remplir un bateau en une journée. Les rats musqués et les œufs d’oiseaux constituaient aussi une source fiable de nourriture pour des visons, des lynx, des coyotes, des loups et d’autres prédateurs.

L’importance écologique du delta Paix-Athabasca n’est pas disputée. En 1922, lorsque le gouvernement canadien créa Wood Buffalo, le plus grand parc national du pays, 80% du territoire du delta fut inclus dans son périmètre. En 1982, l’Unesco classa Wood Buffalo et le delta Paix-Athabasca au patrimoine mondial de l’humanité et les désigna parallèlement comme un site Ramsar d’importance internationale (voir les cartes en fin d’article).

« Le prix mondial du développement insoutenable »

Aussi important et reconnu qu’il soit au niveau international, le delta est en train de mourir lentement. Le changement climatique, les barrages hydroélectriques, la pollution et les extractions massives de l’eau des rivières pour la fracturation hydraulique et l’exploitation des sables bitumineux affectent si lourdement l’intégrité écologique de la région que Wandering Spirit est maintenant la seule personne qui continue à y vivre tout au long de l’année. La pêcherie commerciale est abandonnée, en raison notamment de lésions et de malformations qui rendaient le poisson invendable. Les truites que l’on pouvait capturer dans la partie aval de la rivière Athabasca ont disparu. De même la plupart des caribous.

 CC Suncor Energy - Le delta d’Athabasca /
CC Suncor Energy – Le delta d’Athabasca /

 

CC Pembina Institute - Préparation à l’extraction de sables bitumineux /
CC Pembina Institute – Préparation à l’extraction de sables bitumineux /

 

Les populations de rats musqués ont décliné si brutalement que les aborigènes ont renoncé à les piéger. Les oiseaux sont eux aussi touchés. Les populations de gibiers d’eau comme les macreuses ou les fuligules ont chuté de 70% ou plus depuis les années 1950. Les œufs de goélands à bec cerclé collectés en 2012 contenaient 139% de mercure de plus qu’en 2009. « Rien sur la planète ne peut être comparé à la destruction en cours dans cette partie du monde », résume David Schindler, un scientifique canadien de renommée mondiale qui étudie la région depuis plus de 20 ans. « S’il y avait un prix mondial du développement insoutenable, les sables bitumineux seraient sûrs de gagner. »

Du pétrole qui consomme autant d’eau qu’un million de personnes

Malgré les promesses des industriels et du gouvernement de réduire l’utilisation de l’eau pour l’exploitation des sables bitumineux et de restaurer les zones humides qui ont été minées jusqu’à une profondeur de plus de 200 mètres, le déclin écologique du delta deviendra irréversible si les entreprises pétrolières triplent effectivement leur production en Alberta, comme elles l’annoncent, d’ici l’année 2030. Extraire le pétrole du sable bitumineux requiert en effet des quantités énormes d’eau. Pour chaque baril de pétrole produit, au moins 2,6 barils d’eau doivent être extraits de la rivière Athabasca, ou de nappes phréatiques locales. Pour les opérations dites « in situ », qui utilisent de la vapeur pour séparer le pétrole du sable dans la terre, et pompent ensuite le bitume à la surface, la consommation d’eau douce est moindre, mais toujours significative.

Au total, les sables bitumineux requièrent l’extraction de pas moins de 170 millions de mètres cube d’eau chaque année de la seule rivière Athabasca. C’est environ la moitié de la quantité d’eau que consomme la ville de Toronto (2,5 millions d’habitants) dans le même temps. Et contrairement à la ville de Toronto, qui traite ses eaux usées et les rend au cycle naturel, les entreprises de sables bitumineux et de fracturation hydraulique ne rendent pas l’eau qu’elles utilisent à la nature. Elle est beaucoup trop toxique, et il est donc interdit de la rejeter. Les eaux usées qui ne sont pas recyclées sont réinjectées dans le sous-sol, ou stockées dans des bassins de rétention.

Lacs artificiels toxiques

Ces derniers forment des lacs artificiels qui couvre actuellement une surface équivalente aux trois quarts du territoire de la ville de Paris. Ils sont tellement grands que les oiseaux migrateurs font parfois l’erreur fatale d’y atterrir, pour se reposer. À mesure qu’augmente le volume d’eau toxique contenu dans les bassins de rétention de l’industrie pétrolière, le débit de la rivière Athabasca se réduit inévitablement. L’eau potentiellement extraite pour des activités d’exploitation des sables bitumineux en opération ou en préparation représente actuellement 2,5% du débit annuel naturel de la rivière. Ce pourcentage peut atteindre 10% en hiver, lorsque la rivière est à son plus bas niveau.

CC Pembina Institute - Forêt boréale le long de la rivière Athabasca /
CC Pembina Institute – Forêt boréale le long de la rivière Athabasca /

 

CC Pembina Institute - Fort McMurray sur la rivière Athabasca dans l’Alberta /
CC Pembina Institute – Fort McMurray sur la rivière Athabasca dans l’Alberta /

 

C’est l’une des raisons pour lesquelles les crues saisonnières, nécessaires pour recharger en eau les lacs étalés et peu profonds du delta, ont quasiment cessé depuis 1997. Suite à la crue importante survenue cette année là, 55% de la partie nord du delta, alimentée par la rivière de la Paix, était couverte d’eau ou de marais peu profonds. En 2014, ce chiffre était tombé à 33%. La partie sud du delta, qui est rechargée par la rivière Athabasca, est en meilleur état, mais elle aussi tend à devenir de plus en plus sèche.

Les scientifiques prédisent que la situation va devenir bien pire si la production de sables bitumineux est effectivement multipliée par trois à l’horizon 2030, pour atteindre 5,2 millions de barils par jour. La quantité d’eau extraite de la rivière Athabasca, disent-ils, pourrait alors atteindre 30% du débit naturel.

L’Ouest canadien bientôt asséché ?

Ce pourcentage pourrait même être en fait supérieur si les glaciers et la couverture neigeuse dont la fonte alimente les rivières de la Paix et Athabasca continuent à décliner du fait du changement climatique. Des scientifiques ont récemment calculé que les 17 000 glaciers de Colombie-Britannique – dans les montagnes Rocheuses et sur la côte Pacifique – perdaient 22 milliards de mètres cube d’eau par an. De quoi remplir d’eau un stade de football de 60 000 places 8300 fois… L’enneigement et les glaciers diminuent également dans l’Alberta, à tel point que même certains acteurs des sables bitumineux concèdent que leur industrie pourrait être confrontée à l’avenir à une pénurie d’eau.

L’avenir du delta paraît si sombre que la nation Mikisew Cree a récemment demandé à l’Unesco de placer Wood Buffalo et le delta Paix-Athabasca sur la liste du patrimoine mondial en danger. Cette liste a pour but de susciter une prise de conscience internationale des menaces qui pèsent sur un site classé, et d’encourager des mesures préventives par les gouvernements concernés.

« Nous sommes profondément inquiets des impacts de l’activité industrielle sur nos terres traditionnelles dans le delta Paix-Athabasca au sein du parc national Wood Buffalo », écrit le chef Mikisew Steve Courtoreille à l’Unesco. « Ces menaces s’intensifient avec le projet de barrage Site C en Colombie-Britannique et avec l’expansion des sables bitumineux. Nous usons de tous les moyens possibles avant qu’il ne soit trop tard pour sauver la terre qui a nourri notre peuple pendant des millénaires. »

Zones humides détruites

La baisse du niveau des rivières n’est pas le seul problème à laquelle la région est confrontée. Avant que les entreprises de sables bitumineux n’entrent en scène, au moins la moitié, si ce n’est les deux tiers des territoires aujourd’hui exploités étaient des zones humides boréales typiques du nord de l’Alberta. Ces zones humides, au sud du delta, abritaient un grand nombre d’espèces végétales, parmi lesquelles des orchidées sauvages parmi les plus rares de l’Ouest canadien ; des centaines d’espèces d’oiseaux ; des espèces d’insectes innombrables ; et des grands mammifères comme le caribou des bois, l’élan, le loup ou le grizzly. Personne ne sait l’étendue de la biodiversité qu’elles abritaient, car aucun inventaire n’en a jamais été réalisé, que ce soit avant ou pendant la construction des installations industrielles destinées à l’exploitation des sables bitumineux.

 

 CC kris krüg - Vue de la rivière Athabasca à Jasper, en amont de la zone des sables bitumineux /
CC kris krüg – Vue de la rivière Athabasca à Jasper, en amont de la zone des sables bitumineux /

 

  half a world away - Les eaux de l’Athabasca dans la zones d’extraction pétrolière /

half a world away – Les eaux de l’Athabasca dans la zones d’extraction pétrolière /

 

Ce que l’on sait, c’est que ces zones humides, après avoir été minées par les firmes pétrolières, ne filtrent plus l’eau, ne séquestrent plus le carbone et ne nourrissent plus la chaîne complexe de plantes et d’animaux qui en dépendaient auparavant. Outre les émissions de gaz à effet de serre directement issues de la combustion du pétrole extrait en Alberta, les transformations de paysages occasionnés par l’exploitation des sables bitumineux pourraient également générer entre 11,4 et 47,3 millions de tonnes de carbone, selon une étude de la scientifique canadienne Suzanne Bayley. Ces transformations, ajoute-t-elle, réduiront parallèlement la capacité de séquestration du carbone des zones humides de la région de peut-être 7,2 millions de tonnes par an.

Un énorme passif environnemental et sanitaire

Joe Wandering Spirit connaît mieux que quiconque les bouleversements entraînés dans la région par l’industrie des sables bitumineux. Ce qui l’inquiète encore davantage, de même que les autres aborigènes qui vivent en aval, est la possibilité que l’un des murs de terre qui retiennent les eaux usées des bassins de rétention s’effondre un jour, relâchant un déluge d’eau toxique vers l’aval.

Wandering Spirit n’est pas le seul à être inquiet. En 2012, un panel d’experts réunis par le Rosenberg International Forum on Water Policy estimait qu’un tel incident était non seulement possible, mais probable. « Si une rupture de ce type survenait durant l’hiver et que les eaux usées atteignaient la rivière Athabasca sous les glaces, concluait le panel, il serait virtuellement impossible d’y remédier ou de dépolluer… Un déversement majeur, par exemple en cas de rupture significative d’une retenue importante d’eaux usées, pourrait menacer l’intégrité biologique du bassin inférieur de la rivière Athabasca, du delta Paix-Athabasca, du lac Athabasca, de la rivière des Esclaves et de son delta, du Grand lac des Esclaves, du fleuve Mackenzie et de son delta et peut-être même de la mer de Beaufort [dans l’océan Arctique, NdT]. Ses conséquences sur la société humaine dans les Territoires canadiens du Nord-Ouest seraient sans précédent. »

Aussi bien les autorités du Canada et de l’Alberta que l’industrie pétrolière ont été extrêmement lentes à s’attaquer à l’énorme passif environnemental des sables bitumineux, qui pourrait représenter jusqu’à 13 milliards de dollars canadiens (9,3 milliards d’euros) rien qu’en coûts de réhabilitation. Le gouvernement de l’Alberta a même essayé de réduire au silence John O’Connor, un médecin qui a suivi pendant 15 ans une population d’environ 900 aborigènes vivant en aval des sables bitumineux. Son seul crime est d’avoir exprimé publiquement son inquiétude sur les taux anormalement élevés de cancers rares et d’autres pathologies dans ces communautés. O’Connor n’avait fait que suggérer que des études supplémentaires étaient requises pour déterminer si ces problèmes étaient liés à la pollution occasionnée par les sables bitumineux.

Le docteur O’Connor a mené – et remporté – une longue bataille contre le gouvernement après que celui-ci eut essayé de révoquer sa licence de praticien. Mais en mai 2015, une agence gouvernementale lui annonça que ses services n’étaient plus requis, lui faisant perdre le droit de soigner les gens de la communauté.

Au-delà de ces enjeux sanitaires, le gouvernement de la province et les partisans des sables bitumineux eux-mêmes commencent à se rendre compte que le statu quon’est plus une option acceptable, particulièrement depuis que les États-Unis ont fermé la porte à l’envoi du pétrole issu des bitumes de l’Alberta vers le sud à travers l’oléoduc Keystone.

Moratoire

De nouvelles régulations mises en place en mai 2015 limitent la quantité d’eaux usées pouvant être stockée dans des bassins de rétention et obligent les entreprises à investir dans des technologies réduisant la quantité d’eaux usées produites par leurs opérations. Des seuils ont été établis afin de déterminer quand les entreprises doivent prendre des mesures pour réduire leurs impacts environnementaux. Et ces régulations obligent aussi les firmes à mettre en place des garanties financières pour les problèmes potentiels de réhabilitation.

Les critiques des sables bitumineux restent sceptiques. Lorsque des régulations similaires furent introduites en 2009, les entreprises n’ont pas pu, ou pas voulu, se mettre en conformité. En outre, ces régulations reposent sur des solutions technologiques… qui n’existent pas encore. Au vu de l’expérience passée, un nombre croissant de scientifiques et d’économistes du Canada et des États-Unis estiment désormais que la seule manière d’avancer est la mise en place par les gouvernements du Canada et de l’Alberta d’un moratoire sur les nouvelles exploitations de sables bitumineux.

url1-0fe8d

 

Carte de  la zone discutée dans l'article.
Carte de la zone discutée dans l’article.

 

Dans une tribune récemment publiée par la revue scientifique Nature, la chercheuse Wendy Palen et sept de ses collègues avancent que les controverses sur les bassins de rétention et les oléoducs comme Keystone ou Northern Gateway cachent un problème plus profond – ce qu’ils décrivent comme un « processus politique détraqué ». Que ce soit au Canada ou aux États-Unis, soulignent-ils, la production des sables bitumineux, la gestion de l’eau, les politiques de transport, climatique et environnementales sont abordées séparément. Chaque projet est évalué de manière isolée. Il y a selon eux un besoin urgent d’une approche plus cohérente, qui évaluerait tous les nouveaux projets de sables bitumineux dans le contexte d’une stratégie énergétique et climatique plus cohérente et plus large.

« Les sables bitumineux canadiens sont vastes, et la production a plus que doublé au cours de la décennie écoulée pour atteindre plus de 2 millions de barils par jour », m’a récemment déclaré Palen. « La ruée sur le développement de ces ressources a été beaucoup trop rapide au regard du besoin d’une analyse robuste des impacts sur l’environnement, la santé humaine et le système climatique global. Tout nouveau développement devrait être suspendu jusqu’à ce que l’on ait pu étudier leurs effets cumulés de manière publique et transparente. »

Sources: Edward Struzik

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial: le FBI harcèle les opposants des sables bitumineux

De nombreuses manifestations contre le projet de l'oléoduc ont eu lieu dans le passé.
De nombreuses manifestations contre le projet de l’oléoduc ont eu lieu dans le passé.

WASHINGTON – Des visiteurs inattendus tentent d’entrer en contact avec des militants contre le pétrole aux États-Unis — ils cognent à leur porte, les appellent, leur envoient des messages texte et contactent des membres de leur famille. Ces visiteurs sont des agents du FBI, la police fédérale américaine.

Des opposants au pétrole issu des sables bitumineux ont été contactés par des enquêteurs du FBI dans plusieurs États, après avoir participé à des manifestations qui ont retardé l’acheminement d’équipement lourd destiné à l’industrie pétrolière canadienne.

Un avocat qui travaille avec ces manifestants dit être personnellement au courant que des dizaines de personnes ont ainsi été contactés dans le nord-ouest des États-Unis, et estime que leur nombre est probablement beaucoup plus élevé.

Selon Larry Hildes, ces visites inattendues se sont produites au cours des derniers mois dans l’État de Washington, en Oregon et dans l’Idaho.

Les enquêteurs semblent s’intéresser aux actions liées aux sables bitumineux et à l’oléoduc Keystone XL. Chaque fois, les visiteurs répètent le même discours, indique-t-il: il ne s’agit pas d’enquêtes criminelles, les militants ne sont pas accusés de quoi que ce soit, mais les enquêteurs veulent en savoir plus sur leur mouvement.

M. Hildes conseille aux militants de ne rien dire, et la plupart ont suivi ses recommandations. Ce manque de communication fait en sorte qu’il est difficile de comprendre exactement ce que cherche le FBI.

Les activités des opposants aux sables bitumineux sont-elles au centre d’une enquête du FBI, ou s’agit-il simplement d’une coïncidence? La police fédérale américaine ne le dit pas. Elle indique simplement qu’elle enquête sur des crimes potentiels, et non sur les mouvements politiques.

«Le FBI a l’autorité de mener une enquête quand elle a des motifs raisonnables de croire qu’un individu est engagé dans des activités criminelles ou planifie de le faire, a déclaré une porte-parole de l’agence, Ayn Dietrich. Cette autorité concerne les activités illégales, et non les opinions politiques d’un individu.»

Mais pour les militants, l’opposition aux sables bitumineux semble être le dénominateur commun des personnes contactées par le FBI.

Le gouvernement canadien assure qu’il n’est aucunement impliqué dans ces efforts du FBI. Un porte-parole a indiqué être au courant des manifestations pour empêcher l’acheminement d’équipement lourd à l’industrie pétrolière canadienne, mais a affirmé n’en avoir jamais discuté avec les agences américaines chargées de l’application de la loi.

Herb Goodwin, du mouvement Wild Idaho Rising Tide, est de ceux qui ont reçu une visite du FBI et de la police de Bellingham, dans l’État de Washington, mais il n’a pas l’intention d’arrêter de participer aux manifestations. Il fait partie d’un groupe de quelque 100 000 personnes qui ont signé un engagement de désobéissance civile si l’administration Obama venait à approuver le projet d’oléoduc Keystone XL.

Pour lui, il s’agit en quelque sorte d’une «mission» pour contrecarrer l’exploitation des sables bitumineux au Canada et dans la formation de Bakken, aux États-Unis.

«Si nous n’arrêtons pas ces choses, nous ne pourrons jamais faire la transition vers d’autres sources d’énergie qui ne polluent pas l’atmosphère», a-t-il dit.

Pendant ce temps ,à Fort McMurray ...la vie des pollueurs capitalistes continue!
Pendant ce temps ,à Fort McMurray …la vie des pollueurs capitalistes continue!

Sources: radio Canada

Le pétrole ou la vie

Le déraillement du train de la Mort ,à Lac Mégatic en 2013,est le premier signal avertisseur  très médiatisé,au Québec.
Le déraillement du train de la Mort ,à Lac Mégatic en 2013,est le premier signal avertisseur très médiatisé,au Québec.

 

Le gouvernement Conservateur cherche à augmenter la production du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta. À cette fin, il doit l’acheminer par pipeline vers l’est canadien et américain pour l’exportation. C’est pourquoi la compagnie TransCanada organise des réunions d’information dans les régions du Québec situées le long du tracé du projet de pipeline Énergie Est. Selon les règles autocratiques de la gouvernance actuelle, seuls les partenaires du projet ont voix au chapitre, soit les responsables de l’industrie, le gouvernement et les propriétaires des terrains sur lesquels devrait passer le pipeline. Pourtant, ce développement industriel décrié à travers le monde est l’affaire de toute la population, puisque les enjeux environnementaux qu’il soulève dépassent largement les zones directement affectées par ses installations matérielles.
Parlons d’abord de l’eau . Il faut de trois à cinq barils d’eau pour extraire un baril de pétrole des sables bitumineux, en plus d’un baril et demi pour d’autres opérations sur le site. Cela représente des milliards de litres d’eau toxique produits chaque année. Pour se le représenter on peut calculer qu’il faut polluer mille litres d’eau par jour pendant plus de deux mille ans pour atteindre un milliard de litres. Les gigantesques réservoirs d’eau polluée couvrent déjà une superficie de plus de 180 km² en Alberta. Des rapports d’experts font état de 11 millions de litres d’eau toxique qui fuient de ces bassins chaque jour pour se perdre dans l’environnement. La rivière Athabasca est contaminée et les populations autochtones de la région, qui vivent des ressources du milieu, subissent une hausse de cancers et autres maladies rares.
Mais ce n’est là encore qu’un aspect du problème. Une équipe d’experts de la NASA a produit, dès janvier 2008, un rapport crucial qui chiffrait le seuil de particules de CO₂ admissible dans l’atmosphère compatible avec la vie et la civilisation sur terre . Ce seuil est évalué à 350 ppm (parties par million). Or nous avons atteint en 2013 le seuil de 400 ppm . Indépendamment des catastrophes qui font déjà partie de notre actualité (acidification des océans, cyclones, désertification, inondations, perte de la biodiversité et des capacités agricoles, canicules meurtrières, malnutrition et conflits pour l’eau et le territoire), ce seuil se traduit par la fonte de la glace des pôles et la libération du carbone et du méthane enfouis dans le pergélisol. Ce sont des trillions de tonnes de gaz nuisible dont la libération dans l’atmosphère augmentera avec le réchauffement, tout en accélérant le processus même du réchauffement climatique. Ce processus de libération est déjà amorcé .

Qui peut oser dire que ceci est beau? La région des sables bitumineux au nord de l'Alberta n'est pas touristique,c'est un enfer.
Qui peut oser dire que ceci est beau?
La région des sables bitumineux au nord de l’Alberta n’est pas touristique,c’est un enfer.

Regardons la Terre vue de l’espace. L’atmosphère a l’épaisseur d’une couche de vernis sur le globe. Une atmosphère de méthane est incompatible avec la vie. Le pétrole des sables bitumineux rejette de 3,2 à 4,5 fois plus de gaz à effets de serre dans l’atmosphère que le pétrole conventionnel . Dans ce contexte, l’idée même de favoriser l’expansion de cette industrie n’est pas seulement peu sécuritaire, elle est immorale. Les gouvernements parleront de normes pour encadrer l’industrie. Il en existe présentement pour les installations albertaines. Ce qui n’a pas empêché des chercheurs indépendants de recenser depuis 1996 jusqu’à 9 000 incidents qui ont provoqué des émissions polluantes excessives.
On dira que le transport par pipeline est plus sécuritaire que tout autre mode de transport. C’est passer sous silence le fait que les pipelines ne feront que s’ajouter aux autres modes de transport existants et à venir. Accepter le discours de l’industrie pétrolière, c’est accepter, au nom des générations immédiates et futures, de mourir dans les normes. Il faut asphyxier l’industrie du pétrole et du gaz avant que les conditions favorables à la vie ne soient détruites. Même la Banque mondiale a réitéré l’urgence d’agir contre le réchauffement climatique . Nous disposons d’une dizaine d’années pour éliminer notre production de gaz à effets de serre afin d’éviter de dépasser une hausse de 2 °C du thermomètre mondial d’ici vingt à trente ans .
La Terre appartient à ceux et celles qui l’aiment et l’habitent. Le droit des entreprises est une invention du début du XXème siècle. Il n’est pas inscrit dans la nature que les populations doivent consentir à la destruction de leur environnement. Il existe d’autres modèles de développement économique. L’expansion de l’industrie du gaz et du pétrole « extrêmes » ne peut que retarder la transition vers une économie plus viable. C’est collectivement que nous devons réaliser cette transition. Le Québec doit se joindre à la lutte internationale contre l’industrie des sables bitumineux.

 Louise Morand,

Comité vigilance hydrocarbures L’Assomption

Sans commentaire.
Sans commentaire.

 

Alerte planétaire:les sables bitumineux du Canada ,une menace mortelle pour toute forme de vie sur Terre

La menace  sérieuse à l’extinction de toutes  les formes de vie existantes ,sur notre planète ,par le  désastre grandissant  de la pollution nucléaire de l’océan Pacifique ,venant des fuites  radioactives du complexe de Fukushima ,suffit à  elle-seule à éliminer une part importante de la biodiversité sur Terre,mais en additionnant   la destruction massive ( de la pollution des sables bitumineux) ,portée à l’environnement de l’Amérique du Nord,je suis maintenant certain que le capitalisme pur et dur des gouvernements  égocentriques du Canada et des États-Unis d’Amérique  va finir par exterminer lentement,mais surement toute forme de vie sur Terre…si nous laissons faire en jouant à l’autruche.En une  longue phrase,je viens de résumer ma pensée ,mes angoisses et mon réalisme face à l’imbécillité humaine.

 

Ravages sables bitumineux
Sur les terres ravagées  par l’exploitation accélérée des sables bitumineux, nous hériterons de grands défis pour une toute petite remise en état.

L’exploitation des sables bitumineux du Canada a détruit de vastes zones de terres humides sensibles de l’Alberta. Les exploitants de sables bitumineux ont juré de reconquérir cette terre,de la restaurer, mais seule une toute  petite restauration a eu lieu jusqu’à présent et de nombreux scientifiques disent qu’il est pratiquement impossible de reconstruire ces écosystèmes complexes. Lorsque l’industrie des sables bitumineux de l’Alberta a marqué son 40e anniversaire en 2007, une statistique se distingue parmi les nombreuses autres qui mesurent la réussite économique et l’impact environnemental.Résultat: Pas un seul arpent de terre extrait a été certifié comme étant « récupéré » selon  les normes gouvernementales canadiennes …signées et acceptées par ces entreprises irresponsables. Depuis lors, les grandes entreprises d’extraction de bitume comme Suncor et Syncrude ont consacré énormément de temps, d’argent et d’efforts de relations publiques pour convaincre la  population canadienne  qu’il y a  moins d’un mile carré de terres perturbées par les sables bitumineux et  qui selon la  minière a été certifié comme récupéré . Toujours selon  les minières,les terres perturbées ont été retournées  à un état qui est « égal ou  qui est meilleur que les conditions pré-perturbation. » Les entreprises ont rempli  les fosses de la mine Giant,des  arbres replantés, des marais aménagés et mis des  bisons à paître sur les terres arbustives boréales qui ont été fabriqués à partir de déblais et de la végétation des zones humides.

L'exploitation des sables bitumineux du Canada a détruit de vastes zones de terres humides sensibles de l'Alberta. exploitants de sables bitumineux ont juré de reconquérir cette terre, mais petite restauration a eu lieu jusqu'à présent et de nombreux scientifiques disent qu'il est pratiquement impossible de reconstruire ces écosystèmes complexes.
L’exploitation des sables bitumineux du Canada a détruit de vastes zones de terres humides sensibles de l’Alberta.Les exploitants de sables bitumineux ont juré de reconquérir cette terre, mais c’est une  très  petite restauration qui a eu lieu jusqu’à présent et de nombreux scientifiques disent qu’il est pratiquement impossible de reconstruire ces écosystèmes complexes.

Aujourd’hui, cependant , moins d’un mile carré des 296 miles carrés de terres qui ont été perturbés par le développement des sables bitumineux ,a été certifié comme étant « récupéré par la province de l’Alberta » . Debout dans la voie de la certification,elles  sont mal définies ,les directives gouvernementales sur les zones humides remise en état et l’absence de  clartée.Il faut   prévoir qu’en Alberta ,les espaces verts  vont directement vers une destruction massive,selon  Jennifer Grant de L’Institut Pembina .L’exploitation des sables bitumineux consiste à enlever la surface de la terre jusqu’à une profondeur de 250 pieds ,en nous  montrant comment la remise en état peut être réalisée et évaluée . Les défis de la restauration d’un paysage déraciné  par la pratique destructrice des sables bitumineux – qui implique l’exploitation à ciel ouvert et le creusement de  la terre à des profondeurs allant jusqu’à 250 pieds – sont énormes . L’exploitation des sables bitumineux se produit principalement dans les écosystèmes des zones humides complexes et  de marécages , de tourbières boréales , et les marais tourbeux qui ont été formés au cours de milliers d’années et qui  abritent une quantité importante de la biodiversité . De nombreux experts doutent que ce soit techniquement ou même économiquement possible de recréer un  écosystème si  énorme à une si  grande échelle ,ressemblant à des environnements sensibles qui existaient il dans le passé . Même si c’était possible, d’autres se demandent si le changement climatique et pendant  l’actuelle pleine expansion du développement des sables bitumineux au Canada ,alors  le volume de sables bitumineux  des minières  devrait presque doubler d’ici 2021 ,si cela ne va  pas saboter les efforts pour y parvenir sur une large échelle dans l’avenir .  » J’appelle ces revendications de remise en état par le gouvernement et l’industrie une forme de greenwashing », dit Suzanne Bayley , une écologiste des zones humides à l’Université de l’Alberta qui a récemment co- écrit un article sur les pertes de tourbières massives dans la région des sables bitumineux .  » Qu’est-ce que la terre  que l’industrie a récupérée jusqu’ici peut bien paraître dans un journal , un magazine, et des annonces télévisées!… , mais ce n’est pas le paysage des zones humides riches qui était autrefois dominées par les  forêts  boisées et arbustives .  » Lee Foote , un écologiste de l’Université de l’Alberta,spécialiste sur les  zones humides qui a travaillé avec l’industrie des sables bitumineux et conseillé le gouvernement de l’Alberta, sur les politiques de remise en état des zones humides , reconnaît que la remise en état a été fait jusqu’à présent ,davantage comme un  spectacle public que de créer des écosystèmes viables .  » L’état d’esprit est de jeter de grands dollars à l’ingénierie des zones humides,vers  des  créateurs qui sont verts, mais pas aussi fonctionnels que ce qu’il y avait dans le passé », dit Foote .  » L’objectif principal est d’obtenir la licence sociale qui est nécessaire pour que  ces entreprises  puissent continuer à fonctionner,sans être déranger .  » Bien que les responsables de Suncor estiment qu’il est trop tôt pour déterminer si leurs efforts de remise en état des terres seront couronnés de succès , ils sont optimistes que les  marais tourbeux peuvent être conçus de nouveau . Les projets pilotes initiaux sont prometteurs , la compagnie dit . «Il est facile d’étiqueter quelque chose d’impossible qui n’a jamais été fait auparavant , et la construction d’un important que ça  tombe dans cette catégorie », explique le porte-parole de Suncor, Kelli Stevens .  » Mais nous essayons parce que nous pensions qu’il était important de le faire . Nous allons voir au cours de la phase de suivi du succès ou  nous sommes rendu . Mais jusqu’à présent , le suivi depuis le  début nous dit que nous sommes sur la bonne voie .  » Les Plantes typiques – y compris les carex , de mousse , d’herbes et d’arbustes – ont été mis en place avec succès , elle note . Si la fen continue de soutenir les zones humides La formulation de la législation de la restauration est tellement vague qu’il ne parvient pas à tenir l’industrie responsable . plantes et suffisamment d’eau , et éventuellement s’accumule la tourbe , dit-elle,  » ces  projet pilote  seront considérés comme un succès .  » La question de la remise en état dans la région des sables bitumineux a été une source de débat depuis les années 1970 , lorsque le gouvernement de l’Alberta a investi 100 millions de dollars en créant la défunte Alberta Oil Sands,société de  recherche et de technologie pour démarrer  les sables bitumineux plus commerciaux et   d’accélérer les  développements .

Une problématique effrayante...
Une problématique effrayante…

Même alors , les scientifiques impliqués dans la recherche nous ont  averti que les  » futures sites de  sables bitumineux seront probablement construits sans connaissances suffisantes sur les effets possibles sur l’ air, l’eau et le sol de la campagne environnante , ou l’impact sur ​​les différentes méthodes de mise en valeur des terres .  » Ce qui a suivi montaient le côté des  passifs environnementaux tels que les étangs géants des effluents , des paysages dénudés , et les populations de plantes en  diminution et de la faune . Les gouvernements du Canada et de l’Alberta ont ignoré ces faits , jusqu’à ce que les populations autochtones vivant en aval des sables bitumineux ont commencé à exercer les droits issus de traités et de lancer des contestations judiciaires . Face à l’exposition juridique croissante , ainsi que les pressions publiques, le gouvernement de l’Alberta a défini des orientations de compensation des zones humides en 2007 ,afin de diriger les entreprises pour  rétablir  » une zone humide naturelle d’un écosystème naturel en  fonctionnement dont les caractéristiques sont aussi proches que possible des conditions avant drainage ou autre modification .  » Alors qu’elle  semblait prometteur à l’époque, la formulation des lignes directrices se sont avérées tellement vague que presque tout le monde est d’accord , ils n’ont pas de définition juridique et donc ne parviennent pas à tenir l’industrie responsable . Au lieu de recréer les  marais tourbeux , l’industrie a dans la plupart des cas  modifiée les marais en question qui ne sont pas aussi biologiquement complexes . Avant  la question des  sables bitumineux,les  entreprises pétrolières  sont arrivées sur la scène :les marais tourbeux  ont constitués  pour au moins cinquante pour cent , et peut-être autant que  des deux tiers   des discussions sur   l’environnement  boréal de la région . Ces marais ont  permis de supporter la vie d’une large gamme de plantes , y compris plusieurs des plus rares orchidées sauvages de l’ouest du Canada ; des centaines d’espèces d’oiseaux ;un nombre incalculable d’espèces d’insectes ; ainsi que toute une gamme de grands mammifères , y compris le caribou des bois , l’orignal , le loup , et le grizzli .

Les évaluations n’ont jamais  été menées afin de calculer l’efficacité  du travail incombant à la responsabilité des compagnies pétrolières polluantes,afin de remettre en état l’environnement dévasté . Jusqu’à il y a quelques années , afin de  recréer les  marais tourbeux  qui jouent également un rôle écologique essentiel en filtrant l’eau et  séquestrant d’énormes quantités de carbone dans le sol , on a  pensé  que tout cela pourrait  être impossible . La restauration des tourbières  exigerait de travailler sur  les relations  chimiques de l’eau et du sol qui ne se développent que lorsque l’eau souterraine s’écoule à travers les couches riches en nutriments de sphaigne et d’autres mousses qui se sont décomposés au fil des millénaires . Plutôt que d’essayer de recréer ce qu’il y avait dans le passé , l’industrie a embauché des « experts de remise en état » pour tenter de  les remplacer par des forêts de montagne et  des marais arbustifs capables de tolérer les sels , les métaux et les acides qui sont générés par les sables bitumineux et qui sont présents dans les sols perturbés et dans l’eau souterraine s’écoulant à travers eux. Ces marais peuvent bien paraître dans les images touristiques et les photos aériennes , et ils sont aussi  capables de supporter des canards et autres oiseaux d’eau nicheurs . Mais ils n’ont pas la biodiversité d’un écosystème des tourbières et ne  peuvent pas piéger le carbone presque aussi efficacement , disent les écologistes des zones humides . Ceci est particulièrement important parce que les changements de paysage causés par l’exploitation minière des sables bitumineux actuellement approuvés vont libérer de 11.400.000 à 47.300.000  tonnes de carbone , selon une étude réalisée par l’Université de Bayley et des collègues de l’Alberta . Ces changements permettront également de réduire la capacité des anciennes zones humides pour piéger le carbone de près de 7,2 millions de tonnes métriques par an .  » Ces pertes n’ont pas encore été quantifiés », dit Bayley .  » Ils doivent être inclus dans les estimations déjà élevés d’émissions de carbone que l’industrie des sables bitumineux est responsable.  » Face à des préoccupations et des protestations grandissantes  devant le développement des sables bitumineux , le gouvernement de l’Alberta exige que l’industrie  devra récupérer plus de marais tourbeux . Mais étant donné que cela n’a pas été fait avant , le gouvernement doit se contenter pour le moment de voir ce qui peut être accompli à l’échelle pilote . Les coûts de remise en état des zones humides , dit Foote , sont élevés , avec des estimations  les centaines de milliards de dollars. Vous ne pouvez pas recréer ce qui a pris des milliers d’années à se former, dit un scientifique . à 13 milliards de dollars, soit environ 6 pour cent des bénéfices nets générés par l’exploitation minière de ces sites. «Quand vous avez 300 milliards de dollars d’ infrastructures et un énorme pipeline de revenus provenant de cette région , les avantages sociaux provenant d’un espace relativement restreint de zones humides sont éclipsés ,  » dit Foote . «C’est pourquoi les zones humides continueront d’être poussé sur le côté et  d’être mises  en veilleuse . L’industrie pétrolière  sanctifiée,bénite et mise sur un piédestal  par nos politiciens véreux, passera beaucoup de temps et  d’argent à essayer de concevoir quelque chose de semblable à ce qui était là dans le passé , mais il échouera parce que vous ne pouvez pas recréer ce qui prend des milliers d’ années à se former  » .Jonathan Price,de l’ Université de Waterloo ,un hydrologue reconnu, fait partie d’un groupe de scientifiques de partout au Canada qui ont récemment reçu 6,7 millions de dollars de financement du gouvernement et de l’industrie à restaurer les terres des sables bitumineux sur la propriété de Suncor . Le plan de remise en état comprend même le  camionnage dans la tourbe stockée , la construction d’un aquifère , en détournant l’eau , et la séparation physique des résidus de pétrole des décharges des marais ainsi que les contaminants ;c’est  plus de 840 milliards de litres de sous-produits liquides toxiques qui sont actuellement détenus dans des réservoirs ouverts  et aussi par filtration  dans les eaux souterraines . Price ​​reconnaît qu’il faudra au moins une décennie ou plus pour voir des résultats concrets et une durée de vie avant que quiconque puisse crier victoire . Il doute également que ce sera économiquement possible de le faire sur une grande échelle . Mais ne rien faire , prévient-il, n’est pas le moyen d’avancer .  » L’ingénierie d’un paysage comme celui-ci nécessite une vaste gamme de disciplines intellectuelles et universitaires », dit Price.  » Tenter de le faire vous fait apprécier combien complexe et précieux cet environnement est et combien il est difficile de le recréer . Mais le fait est que  l’extraction des ressources est inévitable . Nous essayons de tirer le meilleur parti d’une situation difficile .  »   L’écologiste Brett Purdy a travaillé sur les sables bitumineux à leur  remise en état pour le gouvernement de l’Alberta avant de s’installer à  » Alberta Innovates – Solutions Energie and Environment » , un organisation de recherche financée par le gouvernement provincial . Avec le développement des sables bitumineux ,une  Préoccupation croissante sur l’utilisation de l’eau et avec le développement des sables bitumineux , l’inquiétude croissante sur les  questions  touchant  le développement massif des sables bitumineux du Canada ont longtemps été  centrée sur les émissions de gaz à effet de serre . Maintenant il ya des préoccupations croissantes concernant les énormes volumes d’eau utilisés par l’industrie pétrolière et l’impact sur ​​le vaste bassin du fleuve Mackenzie  . Il suggère qu’il serait irréaliste de s’attendre à ce que les communautés végétales et animales similaires à  celles  trouvées sur les paysages non perturbées peuvent être établies sur tous les paysages récupérés. De l’avis de Purdy de l’avenir n’est pas sans rappeler celle adoptée par le personnage joué par Kevin Costner dans le domaine du cinéma des rêves : Si vous le construisez, dit Purdy , les plantes, les insectes et les animaux ,tout cela  viendra, pourvu qu’il y ait suffisamment de résilience par les systèmes naturels . Ce ne sera pas la même que ce qu’elle était avant , reconnaît-il, mais ce sera un écosystème boréal viable . Bayley soutient que la Caisse de sécurité et de protection de l’environnement – créée  il y a plusieurs années pour s’assurer que les sociétés de ressources puissent  récupérer la terre des  sables bitumineux  – est insuffisante pour faire face aux engagements si une entreprise de sables bitumineux vient à  manquer à ses obligations . Actuellement , le fonds contient $ 875 000 000 pour plus de 70 000 hectares de terres perturbées . Selon l’Institut Pembina , un organisme de surveillance de l’environnement et des services de consultation de l’industrie , il en coûterait plus de 15 milliards de dollars pour récupérer ces terres .  » Qu’on le veuille ou pas , la dette de la remise en état est de plus en plus haute  et cela  va continuer à croître  tant que les  sociétés de sables bitumineux  pétrolifères se mobilisent pour  doubler la production », dit Bayley . «Si cela continue sans une politique de remise en état des zones humides de façon claire, nous aurons plus de 65 pour cent de moins de tourbières et très peu de  vie végétale et animale qui existait là dans le passé . « On peut donc penser ,sans se tromper que nous nous dirigeons vers un environnement hostile pour toutes les formes de vie existantes actuellement…

Tout cela est entrepris  afin de permettre à une petite élite,les 1% de la société ,en général,d’empocher plus de profits qui deviennent de plus en plus virtuels…donc inexistants.

 

Regardons maintenant le  travail du groupe Enjeux Énergies:

LE PÉTROLE DES SABLES BITUMINEUX: UNE MATIÈRE D’EXPORTATION ET UN PÉRIL GRANDISSANT

 

Sables bitumineux invasion de l'EURope
Avec les sables bitumineux du Canada qui sont l’une des méthodes les plus polluantes pour produire de l’énergie,c’est une véritable invasion de l’Europe qui se prépare…et une aggravation des écosystèmes mondiaux.

 

Selon de nouveaux calculs publiés aujourd’hui  le 6  mai 2014,par le Natural Resouces Defense Council (NRDC), les importations européennes de sables bitumineux pourraient passer de 4 000 barils par jour en 2012 à plus de 700 000 en 2020 (2). La conséquence serait une hausse des émissions dans les transports équivalente à une augmentation de six millions de voitures sur les routes européennes. Ce désastre pourrait être évité par une bonne application de la Directive sur la Qualité des carburants (3).

Du fait des pressions du Canada et des lobbies pétroliers, cette législation, votée en 2008, n’a toujours pas été mise en œuvre (4), alors qu’elle permettrait de lutter contre le changement climatique, freinant fortement les importations et donc la production des sources de carburants les plus polluantes, tels que les sables bitumineux, les schistes bitumineux et le charbon liquéfié.

Juliette Renaud, chargée de campagne sur les Industries extractives aux Amis de la Terre France commente : « La construction de nouveaux oléoducs au Canada et aux États-Unis va permettre aux producteurs de sables bitumineux de conquérir de nouveaux marchés, l’Europe en tête. Le Canada et les pétroliers ont utilisé toutes les armes possibles pour que l’Union européenne renonce à ses normes environnementales et ils ont apparemment réussi : avant même de la mettre en œuvre, la Commission prévoit déjà d’abandonner une législation-clé qui aurait au contraire freiné fortement les possibilités d’importation de ces carburants ultra-polluants ».

Dans son paquet énergie-climat, la Commission indique ainsi qu’elle ne considère pas approprié « d’établir de nouveaux objectifs pour (…) l’intensité carbone des carburants utilisés dans le secteur des transports » après 2020. Cette décision ne repose sur aucune analyse et ne prend pas en compte la potentielle arrivée massive de sables bitumineux sur le marché européen et l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre qui en découlera.

Selon les conclusions de l’étude de NRDC, si la FQD n’est pas bien appliquée et que de larges volumes de sables bitumineux arrivent en Europe, l’objectif de réductions des émissions fixé pour 2020 sera beaucoup plus difficile à atteindre : ces importations supplémentaires augmenteraient la moyenne de l’intensité carbone des carburants en Europe de 1,5 % d’ici à 2020, en sens inverse de la réduction recherchée de 6 %.

Atteindre tout de même cet objectif, qui est obligatoire dans la loi, va donc coûter plus cher. Ainsi, pour être en conformité avec l’objectif de 6 %, les fournisseurs vont devoir réaliser des réductions par d’autres biais plus coûteux : pour compenser l’augmentation des émissions causées par les sables bitumineux, ils vont sûrement choisir d’avoir recours à davantage d’agrocarburants, dont les émissions carbone continuent d’être sous-estimées par les règles européennes. Cela mettra par ailleurs une pression plus forte sur les terres, l’environnement, et la production alimentaire. Évalués à 4 milliards d’euros par an, ces coûts supplémentaires pourraient être évités par une bonne application de la FQD, incluant des valeurs d’intensité carbone différenciées pour toutes les sources de combustibles fossiles, y compris les sables bitumineux.

Juliette Renaud conclut : « L’Europe a besoin de diminuer l’impact des transports sur l’environnement et le climat de la manière la plus efficace possible. Ouvrir grand les portes aux sables bitumineux en Europe va augmenter les émissions, et non les réduire ! Combiné à l’augmentation consécutive des agrocarburants, c’est une catastrophe écologique et sociale qui nous attend… L’Europe doit obliger les fournisseurs à déclarer les sources de carburants qu’ils utilisent et les encourager à réduire leur impact climatique. ».

Par ailleurs Les Amis de la Terre rappellent que la voiture électrique n’est pas aujourd’hui une alternative soutenable et appellent la France et l’Union européenne à développer davantage de politiques favorisant les transports doux et collectifs.

Contact presse : Caroline Prak, Les Amis de la Terre France : 09 72 43 92 65 – 06 86 41 53 43

………………………………………………………….

Problematique-environnementale-de-lexploitation-des-sables-bitumineux-en-Alberta-Canada7

 La disparition accélérée des zones humides

Les perturbations cumulées, entre 1967 et 2006, par le développement de l’exploitation des sables bitumineux s’étendent sur une surface de 47’832 hectares (ha). En 2008, seul 13.6% de ces aires perturbées étaient considérées comme remises en état selon les critères des exploitants des sables bitumineux, mais à cause d’un manque de transparence et de critères réglementés, cette déclaration n’a pas été officiellement certifiée (Grant et al., 2008). Actuellement, seuls 0.2% (104 ha) des terres affectées par les opérations minières ont été formellement certifiées comme remise en état par le gouvernement de l’Alberta et conséquemment rendues au public. Toutefois, la parcelle concernée, connue sous le nom de Gateway Hill, présentait à l’origine les caractéristiques de zones humides de basse altitude. Pendant l’utilisation du site par la société Syncrude, du matériel issu de l’excavation de mort terrain y a été stocké. Lorsque la parcelle a été remise en état, elle était transformée en forêt de hautes terres vallonnée (Grant et al., 2008).

La remise en état des paysages, comme elle est actuellement proposée par les industries, laisse présager la reconstruction d’écosystèmes radicalement différents de leur état initial. Les plans actuels prévoient la création de forêts vallonnées sèches à la place des zones humides, comprenant un grand pourcentage de lacs (issus des bassins de rétention des déchets), mais n’envisagent pas la reconstruction de tourbières. Ces dernières nécessitent une période de plusieurs milliers d’années de conditions anaérobiques pour se former et se stabiliser en un stade mature stable et ne semblent donc pas pouvoir être reconstituées (Harris et al., 2007). On estime que, dans les décennies à venir, les opérations d’extraction des sables bitumineux auront converti et donc supprimé de manière irréversible presque 10% des régions humides (Grant et al., 2008 ; Woynillowicz et al., 2005).

Ces régions couvrent approximativement 40% de la forêt boréale de l’Alberta et remplissent d’importantes fonctions écologiques. En plus d’héberger une faune et une flore très spécifiques, les zones humides et les tourbières jouent le rôle d’éponges et de filtres. Elles régulent les flux hydriques de surface et des eaux souterraines en absorbant l’eau de la fonte des neiges au printemps et des orages en été ce qui permet de recharger les aquifères souterrains en périodes de sécheresse et de prévenir l’érosion du sol (Woynillowicz et al., 2005). Les zones humides constituent des écosystèmes complexes nécessitant d’être saturées en eau une partie de l’année. Les propriétés chimiques, les caractéristiques des connections hydrologiques, de stockage d’eau et de perméabilité du sol pour maintenir l’équilibre de l’écosystème sont fragiles et la reconstitution semble incertaine. Il n’existe actuellement pas de succès permettant de démontrer la possibilité de remettre en état ce type d’écosystème.

Augmentation de la demande et de la production canadienne.
Augmentation de la demande et de la production canadienne.

(c) La remise en état des sols

Pour que les terrains affectés par l’exploitation des sables bitumineux puissent être rendus à la province de l’Alberta, la compagnie doit démontrer que le terrain présente « une capacité de sol équivalente » (« equivalent land capability ») ce qui signifie que : « la capacité du terrain à résister à diverses utilisations après la conservation et la remise en état est similaire à celle qui existait avant qu’une activité y ait été menée, mais que les utilisations individuelles des terres ne seront pas nécessairement identiques43 » La définition est étrangement sibylline et ne stipule pas de recréer l’écosystème d’avant la perturbation.

L’ « equivalent land capability» est actuellement mesurée à l’aide d’un document guide, le Land Capability Classification for Forest Ecosystems in the Oil Sands (LCCS). Le LCCS a été crée pour faciliter l’évaluation des capacités du sol des écosystèmes sylvestres de la région de la forêt boréale

Traduction libre à partir de l’anglais de la définition suivante : «the ability of the land to support various land uses after conservation and reclamation is similar to the ability that existed prior to an activity being conducted on the land, but that the individual land uses will not necessarily be identical» (Grant et al., 2008).

de l’Athabasca et des terrains remis en état (Grant et al., 2008). Ce document utilise indirectement des facteurs économiques et de production pour établir la classification des écosystèmes, et par là favorise la remise en état vers un écosystème propice à l’exploitation forestière (Cumulative Environmental Management Association, 2006). Ainsi les catégories de sol des zones humides et des tourbières sont faiblement classées, ce qui peut donner lieu à des situations perverses : en utilisant l’échelle de la LCCS, une société d’exploitation des sables bitumineux, ayant remplacé un terrain constitué de tourbière par une forêt sèche exploitable, pourrait prétendre avoir amélioré le terrain par rapport à son état antérieur à la perturbation (Hildebrand, 2008 ; Grant et al., 2008).

Les étapes générales de la remise en état des terrains sont : le nivellement des morts-terrains, le remplacement des sols, la revégétalisation et la gestion du paysage. La reconstruction des sols est une étape critique pour le succès du processus.

La qualité du sol reconstruit est déterminante pour la stabilité et la biodiversité de la flore et de la faune et nécessite que le climat, la topographie, les matériaux et les caractéristiques de drainage soient pris en compte (Cumulative Environmental Management Association, 2008). La surface des terrains à reconstruire est recouverte d’une couche de terre constituée d’un mélange tourbe-sol minéral récupérée d’aires dédiées à l’exploitation minière ou à partir de stocks. Si aucun mélange de tourbe-minéraux n’est disponible, 50-70 centimètres (cm) de matériau de sol sablonneux ou argileux peut être placé au-dessus des résidus de sables ou des morts-terrains appropriés. Depuis peu, de l’humus de forêt est utilisé comme source alternative de matière organique (McMillan et al., 2007). Les sols doivent respecter certains paramètres, tels l’humidité et les propriétés physiques et chimiques, identifiés par le manuel LCCS44 (Grant et al., 2008). Cependant, plusieurs études ont montré que les caractéristiques des sols remis en état et des sols naturels étaient significativement différentes. La compaction des sols par l’utilisation de grands véhicules pendant la remise en état provoque une augmentation de leur densité, alors que l’utilisation de matériaux minéraux alcalins mélangés à la matière organique élève leur pH. Enfin les sols remis en état sont plus humide et ont une température plus basse (McMillan et al., 2007).

En plus de la structure du sol, la vitesse de décomposition de la matière organique et la composition en microorganisme sont modifiées dans les sols remis en état. La biomasse et l’activité microbienne, responsables des cycles de l’azote et du carbone, se retrouvent diminuées même 20 ans après les opérations de restaurations. Il en va de même pour les champignons mycorhiziens (impliqués dans l’association symbiotique entre les hyphes des champignons et les racines de certaines plantes), dont l’absence pourrait se révéler un réel problème pour la forêt boréale, puisque ils sont nécessaires aux arbres de cet écosystème pour absorber les nutriments dont ils ont besoin (McMillan et al., 2007 ; Rowland et al., 2009).

Certains opérateurs des sables bitumineux (Imperial Oil Resources Ventured Limited, 2006) concluent que des profils physico-chimiques grossièrement similaires des sols naturels et des sols de terrains remis en état démontrent que l’ « equivalent land capability» a bien été atteinte. Or, la comparaison de la composition et de l’abondance des espèces végétales entre sites naturels et sites remis en état montre une très faible similarité. Même deux ans après la restauration, les sites reconstruits présentent moins d’arbustes et un nombre beaucoup plus élevé de graminées que dans les aires naturelles ayant des conditions d’humidité et de nutriments équivalentes (Grant et al., 2008). Ainsi des propriétés physiques et chimiques similaires ne confèrent pas la même capacité de propagation à la végétation native et ne permet pas d’obtenir un paysage dont la couverture et la composition végétales s’apparentent à celles d’avant la perturbation.

 Il est important de noter que le LCCS encourage la reconstruction d’écosystèmes favorable à la production forestière.

Afin d’établir le stade climax (stade où les communautés de plantes sont stables et capables de se reproduire elle-même), les opérateurs comptent sur le modèle de succession de plantes (des groupes d’espèces sont naturellement remplacés par de nouvelles espèces). Or, la prédominance des espèces herbacées et la difficulté d’invasion naturelle par les arbres et arbustes, même 30 ans après la remise en état, semblent contredire le modèle et confirmer que la revégétalisation ne se déroule pas comme prévu (Grant et al., 2008).

En outre, l’établissement permanent d’espèces non-natives et d’espèces invasives constitue un grave problème dans ce procédé. Que l’introduction soit volontaire 1 comme c’est le cas pour l’orge, qui joue un rôle dans le contrôle de l’érosion 1 ou accidentelle 1 comme pour le laiteron des champs, l’épilobe à feuille étroite, le mélilot ou les crépides (Cumulative Environmental Management Association, 2008) 1 ces espèces entrent en compétition avec les espèces indigènes et inhibent l’établissement des arbres et arbustes. Dans certains cas, ces plantes dominent sur les autres et peuvent couvrir presque 100% de la surface d’un site récemment remis en état (Grant et al., 2008).

(d) La remise en état des bassins de résidus et la gestion des résidus toxiques

Le processus selon lequel les résidus toxiques et les bassins de rétention sont gérés semble également incertain à long terme. Actuellement, deux méthodes pour assainir les résidus fins, principalement générés par l’exploitation minière45, ont été approuvées et seront utilisées.

La première méthode consiste à solidifier les résidus aqueux. Cette étape permet de réduire le volume des résidus, de recycler une partie de l’eau emprisonnée, de traiter plus facilement les résidus consolidés et de remettre en état rapidement les bassins ayant servi à les stocker (CAPP, 2009). Différentes techniques sont possibles pour réaliser la déshydratation des résidus aqueux : l’ajout de différents agents chimiques (gypse, chaux ou polymères) qui favorisent l’agglomération des particules solides entre elles, la centrifugation, le séchage à l’air ou la dessiccation par cycles de gel/dégel en hiver (CAPP, 2009). Il est ensuite prévu qu’une partie des dépôts de résidus consolidés soient inclus dans le sol du terrain à restaurer. Les résidus consolidés posent effectivement moins de problèmes que les résidus liquides, même s’il existe de grandes incertitudes sur le comportement des composants toxiques associés (concentrations en sels élevés, présence d’acide naphténique, traces de métaux46) en présence d’eau (risque de déplacement par ruissellement et infiltration) et sur la façon dont ils affecteront la végétation (Grant et al., 2008).

La transformation de la mine en lac terminal (« end pit lake» ou EPL), lorsque tout le bitume économiquement récupérable a été extrait, constitue la deuxième méthode. Ces lacs servent aux opérateurs pour y entreposer des déchets, avant que les critères de qualité des eaux ne soient atteints. Lorsque les opérations minières prennent fin, les déchets produits par l’exploitation (résidus fins, résidus consolidés, sables pauvres en bitume et eaux utilisés dans les diverses opérations) sont entreposés au fond du lac. Bien qu’il soit encore impossible de dire si ces EPLs pourront accueillir un écosystème aquatique durable, ils constitueront néanmoins une caractéristique permanente du paysage remis en état. On estime que, d’ici soixante ans, au moins 25 EPLs verront le jour dans la région de la forêt boréale de l’Athabasca ( Figure 5).

1 Ce chiffre risque d’augmenter si le taux de croissance du développement des sables bitumineux reste élevé (Grant et al., 2008).

……………………………………………………………….

Les oléoducs existants et prévus en Amérique du Nord.
Les oléoducs existants et prévus en Amérique du Nord.

 Émissions atmosphériques et acidification des lacs

L’expansion rapide des sables bitumineux s’accompagne d’une émission de pollution
atmosphérique importante en Alberta. Les principaux contaminants atmosphériques (PCA)54

 L’étude sismique du sous-sol est basée la transmission d’énergie acoustique dans le sol, et l’enregistrement des variations d’énergie transmises par les diverses formations géologiques. La source de l’énergie acoustique est généralement produite par la détonation de charges de dynamite dans un puits de forage. L’énergie retournée est enregistrée à l’aide de géophones. Le temps de parcours bidirectionnel mis par l’énergie acoustique permet d’élaborer un modèle assez fidèle du sous-sol. cf. Centre info-énergie, http://www.centreinfoenergie.com/silos/ET-CanEn01.asp

 Jusqu’à peu, la largeur des lignes sismiques était de 6-8 mètres (Schneider and Dyer, 2006).

Criteria Air Contaminants (CACs), en anglais.

relâchés par l’industrie pétrolière et la combustion d’énergies fossiles comprennent les oxydes d’azote (NOx), le dioxyde de souffre (SO2), les composés organiques volatiles (COVs) et les particules fines (PM). Les émissions renferment également d’autre polluants toxiques, tels des métaux lourds, des hydrocarbures aromatiques polycycliques55 ou de l’ammoniaque. Ces polluants peuvent affecter la santé humaine et entraîner des affections des voies respiratoires supérieurs et des poumons, et certain COVs sont toxiques et carcinogènes. Actuellement 500 tonnes de COVs sont émis dans l’atmosphère par les opérations d’exploitation des sables bitumineux et par l’évaporation des COVs contenus dans les bassins de résidus (Woynillowicz et al., 2005).

Selon Pollution Watch56, l’Alberta a relâché dans l’air, en 2005, presque 1.1 milliards de kilogrammes de polluants toxiques et de PCA, représentant 27% de la pollution atmosphérique totale du Canada pour cette année (Pollution Watch, 2007).

Depuis les années 1990, l’industrie des sables bitumineux a réduit et continue de réduire le volume de polluants émis par baril de pétrole synthétique brut produit (c’est-à-dire l’intensité des émissions). Cependant lorsque l’économie croît plus vite que l’intensité des émissions ne diminue, les émissions augmentent. De plus malgré ces efforts, l’intensité des émissions de la production des sables bitumineux pour les polluants communs reste nettement supérieure à celle de la production de pétrole conventionnel (Hazewinkel et al., 2008 ; Woynillowicz et al., 2005).

Les activités d’extraction et de traitement des sables bitumineux dans la région de Fort McMurray ont généré, en 2006, approximativement 204 tonnes de SO2 par jour et 312 tonnes de NOx par jour57 (Deer Creek Energy Ltd., 2006). Ces deux contaminants sont connus pour les pluies et les dépôts acides qu’ils peuvent générer lorsqu’ils entrent en contact avec des gouttelettes d’eau présentes dans l’atmosphère. Les conséquences de l’acidification sur l’environnement sont : une altération du sol par dissolution et lavage des nutriments, une réduction de la vitesse de croissance des arbres et de la flore en général, et une altération des lacs et des étendues d’eau par la réduction de leur capacité de neutralisation.

L’étendue des aires actuellement affectées par les dépôts acides reste toutefois inconnue. La surveillance et les mesures sporadiques effectuées depuis 1999 par le programme RAMP n’apportent pas de résultats suffisants pour établir une tendance de l’étendue de l’acidification de la région (Hazewinkel et al., 2008). Il est pourtant indéniable que les apports de particules acides, dans un certain nombre de lacs du nord-est de l’Alberta, dépassent leur « capacité critique »58 (RAMP, 2010). Bien que l’analyse de la composition chimique des lacs en Alberta ne permette pas encore de mesurer une diminution du pH en lien avec les dépôts acides, on constate toutefois des changements écologiques rapides non incompatibles avec les apports atmosphériques industriels, qui résulteraient de processus biogéochimiques de tamponnage de l’acidité (Hazewinkel et al., 2008).

 Au sujet des hydrocarbures aromatiques polycycliques, voir le chapitre 5.2.2. Consommation d’eau et impacts sur les systèmes aquatiques.

Le projet Pollution Watch ( http://www.pollutionwatch.org) est une collaboration entre Environmental Defense (http://www.environmentaldefence.ca/) et the Canadian Environemental Law Association ( http://www.cela.ca/), et dont l’information se base sur le National Pollutant Release Inventory (NPRI).

 Les valeurs données par le NPRI sont toutefois plus faibles, car elles excluent les émissions des véhicules miniers.

 La capacité critique représente la sensibilité d’un lac. Elle est définit comme la plus grande quantité de dépôt acide qu’un lac puisse supporter avant qu’il ne subisse des changements chimiques et biologiques à long terme.

4.2.5. Enjeux sociaux

La mise en valeur des sables bitumineux a été le déclencheur d’un développement économique sans précédant dans la région de Fort McMurray. La croissance extrêmement rapide des projets de développement a permis d’atteindre en 2004 l’objectif de production d’un million de barils par jour, censé être atteint en 2020. Cette industrie injecte dans l’économie plusieurs milliards et représentait, en 2007, 5.6% du PIB canadien. L’exploitation créé également 372’000 emplois, soit 2.2% de la population active (Talbot, 2009). Cependant, si le niveau élevé de production a généré un impact économique majeur pour la région et le Canada, il s’est traduit également par des bouleversements tout aussi importants sur le plan municipal et social.

(a) Répercussions sur les Premières Nations

La Municipalité régionale de Wood Buffalo qui héberge en grande partie les aires d’exploitation des sables bitumineux s’avère être un lieu de résidence important des populations autochtones ou Premières Nations59. Certaines sociétés comme Syncrude font un effort délibéré pour les prendre en considération et soutenir leur participation à l’industrie des sables bitumineux. Mais même si les Premières Nations ont réussi dans une certaine mesure à tirer profit de cette activité, notamment grâce aux nouvelles occasions d’emploi et d’affaires qui s’offrent, de nombreux résidents des ces collectivités continuent de vivre dans la pauvreté en dépit de la richesse considérable de la région. En outre, le développement de l’industrie des sables bitumineux occupent des segments de plus en plus vastes des territoires traditionnels des Premières Nations et endommagent les terrains et les écosystèmes dont ils tirent depuis toujours leur subsistance. La région est de plus en plus polluée et les habitants craignent les aliments issus de la chasse et de la pêche et l’eau de la rivière qu’ils avaient l’habitude de consommer (Comité permanent des ressources naturelles, 2007). Certains habitants de Fort Chipewyan, soutenus par des médecins, prétendent que le taux d’incidence de cancers est plus élevé dans le village, que de nouvelles formes de cancers rares sont diagnostiquées, et accusent la pollution déversée par les sociétés pétrolières d’en être responsable (Harkinson, 2008). Après des années de déni, les experts gouvernementaux ont reconnu, en 2009, le taux anormalement élevé de cancer. Ils tempèrent, toutefois, les résultats « fondés sur un petit nombre de cas » et concluent qu’un lien entre la pollution potentielle et des effets sur la santé ne peut pas encore être confirmé (Chen, 2009).

(b) Impacts sur le plan social

Le développement accéléré des sables bitumineux et l’arrivée massive d’ouvriers du pétrole ont eu un impact considérable sur la région et ont radicalement transformé la ville de Fort McMurray. L’agglomération a doublé de taille en quelques années. Le plan de développement municipal reste toutefois basé sur des prévisions qui ne tiennent pas compte du taux de croissance démographique actuel. Cette croissance trop rapide a engendré de nombreux problèmes sociaux et locaux. Sur 72 critères de mesure de la qualité de vie, 70 sont insuffisants (Woynillowicz, 2007). Les infrastructures locales et les services publics sont débordés et rien n’indique que la situation est en train de changer (Office national de l’énergie, 2006).

Le coût des loyers à Fort McMurray est le plus élevé du Canada et ceux de l’immobilier sont les plus hauts en Alberta. L’offre de nouveaux logements est considérablement ralentie par le manque de terrains et la pénurie de main-d’oeuvre dans le secteur de la construction. Le nombre de sansabri, gonflé par le coût exorbitant du logement est le plus élevé en Alberta (Comité permanent des ressources naturelles, 2007).

Le système de soins de santé est saturé et nécessite une augmentation du personnel, une nouvelle formule de financement et de nouvelles installations de soins. Par ailleurs la municipalité manque d’écoles, d’enseignants et de ressources pédagogiques, et les programmes, services et installations à vocation sociale ne répondent plus aux besoins actuels. La capacité de la municipalité à répondre aux besoins de base en infrastructures est depuis longtemps dépassée. Si aucune solution adéquate n’est proposée, cette situation pourrait mettre en péril la durabilité de l’exploitation des sables bitumineux (Comité permanent des ressources naturelles, 2007).

4.3. Impacts environnementaux globaux 4.3.1. Utilisation de gaz naturel

L’exploitation, l’extraction et la valorisation des sables bitumineux requièrent énormément d’énergie, actuellement fournie par un approvisionnement en gaz naturel important. Les projets de récupération in situ et d’exploitation minière intégrée consomment respectivement 34 mètres cubes et 20 mètres cubes de gaz naturel pour produire un baril de bitume60. Les besoins en gaz naturel du secteur sont approximativement de 25.5 millions de mètre cube par jours, soit 5% de la production du bassin sédimentaire de l’Ouest canadien. Ce qui représente environ 20% de la demande canadienne (Nikiforuk, 2009 ; Office national de l’énergie, 2009). Selon les prévisions, la consommation atteindra 60 millions de mètre cube par jour en 2015, soit près de 12 % de la production de gaz naturel, en supposant que la production de gaz se maintienne à 482 millions de mètres cubes par jour (Office national de l’énergie, 2009).

Les opérations d’extraction in situ reposent actuellement sur la production de grandes quantités de vapeur d’eau, destinées à fluidifier le bitume pour qu’il puisse être pompé à la surface, et nécessitent par conséquent un approvisionnement important en gaz naturel. Durant ces procédés, la quantité de vapeur qui doit être injectée pour récupérer une unité de volume de bitume, appelée rapport vapeur/pétrole, est le facteur critique qui détermine la consommation d’énergie et l’émissions de gaz à effet de serre associées. Ce rapport est une mesure de l’efficience des procédés de production. Une augmentation de ce rapport de 0.5 est approximativement équivalente à un volume additionnel de gaz naturel de 6 m3 par baril de bitume, responsable d’une émission additionnelle de 10 kilogrammes d’équivalent-CO2 par baril (kgCO2eq/bbl) (Charpentier et al., 2009 ; Office national de l’énergie, 2006). Bien que les compagnies tentent d’atteindre un rapport vapeur/pétrole de 2.5, la plupart des projets ont sous-estimé ce rapport et voient leur consommation de gaz naturel augmenter.

La hausse des prix de l’énergie, ces dernières années, a engendré une augmentation significative des coûts de production. Face à l’accroissement et à la volatilité des prix, les producteurs, soucieux de moins dépendre du gaz, continuent d’améliorer l’efficience énergétique des opérations et tentent d’explorer des solutions alternatives pour se procurer l’énergie et l’hydrogène nécessaires à l’exploitation (Levi, 2009).

En termes d’énergie, ces quantités sont équivalentes à un huitième et un quart de baril de pétrole, respectivement (Levi, 2009). Ce qui signifie qu’un baril de pétrole environ est consommé pour en produire quatre.

4.3.2. Émissions de gaz à effet de serre et objectifs de Kyoto

Le problème principal engendré par la consommation massive d’énergie fossile par l’industrie des sables bitumineux réside dans la controverse sur les émissions de gaz à effets de serre61 (GES) qui y sont associées. Le secteur des sables bitumineux et de l’industrie des énergies fossiles est le plus grand contributeur à la croissance des émissions de GES au Canada. Bien que l’intensité des émissions ait été fortement réduite par l’industrie62, cette dernière décennie, la rapidité et l’ampleur du développement ont largement annulé ces gains, en termes d’émissions.

En dépit du manque évident de transparence des compagnies pétrolières et de la difficulté de combiner les résultats de différentes études, Charpentier et al., (2009) ont regroupé et comparé les émissions de GES issus de divers types de production de pétrole ( Tableau ).

2L’analyse «well-towheel» – actuellement controversée, car la méthodologie utilisées est critiquée (Nikiforuk, 2009 ; Droitsch et al., 2010) – montre une différence faible entre les émissions de GES en fonction du moyen de production (exploitation minière et valorisation, extraction in situ et valorisation, in situ seulement, pétrole conventionnel). Ceci s’explique dans une premier temps, par la part considérable des émissions de GES due à l’utilisation des véhicules (combustion du carburant final), qui compte pour 60%-80% du total «well-to-wheel », et tend à diluer les différences entre les émissions dégagées au début du processus, et d’autre part, par le recours de plus en plus fréquent à la Récupération Assistée du Pétrole (RAP)63 qui entraîne une augmentation des émissions dans la production dite conventionnelle (Government of Canada, 2008b). Néanmoins, les émissions de GES à la production varient grandement selon l’origine du pétrole. La production issue des sables bitumineux (exploitation minière et valorisation, extraction in situ et valorisation) génère approximativement deux à trois fois plus de GES que la production conventionnelle (Charpentier et al., 2009 ; Government of Canada, 2008b ; Nikiforuk, 2009 ; Woynillowicz et al., 2005).

Tableau 2. Emissions de GES exprimées en équivalent-CO2 pour la production et l’utilisation de produits pétroliers en Alberta. Source : auteur, d’après Charpentier et al., 2009.

Le Canada est un des 38 pays industrialisés (pays de l’Annexe I) engagés par le Protocole de Kyoto à des objectifs individuels, légalement contraignants, de réduction ou de limitation de ses émissions de gaz à effet de serre. Les objectifs pour le Canada constituent une réduction totale d’émissions de GES, pour 2012, de 6% par rapport au niveau de 1990. Ainsi, pour respecter ses

engagements, les émissions totales en 2012 devraient se situer en dessous de 563 mégatonnes (Mt)64.

Les émissions globales de GES, au Canada, ont augmenté de 24%, de 1990 à 2008, ce qui porte les émissions globales à 734 Mt65, soit un dépassement de 30.4% par rapport aux engagements juridiques qu’a pris le Canada dans le cadre du protocole de Kyoto. L’industrie des énergies fossiles est responsable de 30% de cette augmentation et a augmenté ses émission, pour la même période, de 57% (Environment Canada, 2009 ; Government of Canada, 2008b). En 2004, 3% des émissions du Canada étaient issues du secteur des sables bitumineux. Actuellement, ce secteur représente 5% des émissions totales66 (37.2 Mt), et combiné à la production de gaz et de pétrole conventionnel, propulse l’Alberta à la tête des provinces canadiennes avec plus de 30% des émissions totales nationales de GES.

Il est maintenant évident que le Canada ne respectera pas ses engagements pris dans le cadre du Protocole de Kyoto. Et ceci, même en imaginant faire appel aux différents mécanismes de flexibilité prévus par le protocole (Footitt, 2007). Parmi les Etats s’étant engagés à réduire leurs émissions de GES, le Canada se positionne en troisième position des pays ayant les plus mauvais résultats par rapport aux engagements. Entre 1990 et 2004, le Canada est devenu le huitième plus grand émetteur de GES et a dépassé les Etats-Unis, qui affichent un meilleur bilan, en termes de croissance des émissions (Nikiforuk, 2009). Avec environ 0.5% de la population mondiale et approximativement 2% des émissions mondiales, le Canada s’est positionné parmi les plus grands émetteurs de GES per capita.

Après avoir rendu public le bilan des émissions, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a été fortement critiqué, d’abord pour avoir mené une politique qui accorde une importance démesurée à l’industrie pétrolière et encourage le développement des sables bitumineux, et ensuite pour avoir remplacé le plan de réduction des GES, que les libéraux du gouvernement Paul Martin avaient mis en place, par des mesures incitatives légères (Francoeur, 2009). Pour justifier l’échec du contrôle des émissions, le Premier ministre Harper s’est défendu en déclarant qu’il était difficile de faire des progrès au Canada en l’absence d’un partenaire américain conciliant. Or ces derniers proposent un plan de relance qui contient bien plus de mesures destinées à encourager les investissements dans le développement d’énergies propres que le budget de Harper présenté fin janvier 2009 (Simpson, 2009).

Bien que les sables bitumineux ne puissent être tenu seuls pour responsable de la croissance des émissions canadiennes, il est évident que le développement de leur exploitation y a joué un rôle important. Les sables bitumineux sont responsables de 98% de la croissance de la production de pétrole entre 1990 et 2004 (Government of Canada, 2008b).

Avec la croissance de l’industrie bitumineuse, les projections prévoient que les émissions de GES issues du secteur atteindront 108 Mt, en 2020, soit un triplement des émissions par rapport à 2008 (Droitsch et al., 2010) ( Figure ).

17Les projections sont généralement basées sur la croissance des sables bitumineux et les intensités des émissions prévues. Si l’intensité des émissions a significativement été réduite par l’industrie (les opérations des sables bitumineux utilisaient du

 cf. United Nations Framework Convention on Climate Change, http://unfccc.int/2860.php

 Depuis 2004, la tendance à la croissance semble s’être atténuée et les émissions de GES du Canada, en 2008, ont subi une légère baisse par rapport au niveau de 2007. Cette baisse s’explique en partie par le ralentissement de la croissance économique qui a débuté en 2008.

 cf. Canada’s Oil Sands, http://www.canadasoilsands.ca/en/issues/greenhouse gas emissions.aspx, consulté le 5 juillet 2010.

charbon et du coke comme source d’énergie, alors que le gaz naturel est actuellement le carburant utilisé), il n’est pas prévu, à court et moyen terme, de réductions supplémentaires importantes. Elles n’ont d’ailleurs diminué que de 3%, entre 2004 et 2008 (Droitsch et al., 2010).

Figure ci-dessus. Emissions de GHG et prévisions des émissions jusqu’en 2020. Source : Droitsch et al., 2010.

Bien que la croissance du développement de l’exploitation des sables bitumineux concerne tant les opérations minières que l’exploitation in situ, il est attendu que cette dernière prédomine, en terme de production, à partir de 2017. Les résultats de diverses études au sujet des émissions de GES ont par ailleurs montré de manière consistante que la production in situ (91 kgCO2eq/bbl, sans valorisation) est responsable d’émissions de gaz à effet de serre plus importantes que la production minière (36 kgCO2eq/bbl, sans valorisation)67.

Le gouvernement du Canada, s’est tout de même engagé, pour 2020, à réduire les émissions de GES de 17% par rapport au niveau de 2005. Cet engagement a été inscrit dans l’Accord de Copenhague, avec l’avertissement que l’objectif sera aligné avec les objectifs des Etats-Unis et pourrait subir des ajustements.68 En outre, l’objectif visé n’est fixé dans aucune législation canadienne, et jusqu’à présent, le gouvernement fédéral n’a encore publié aucun plan pour y parvenir (Droitsch et al., 2010).

Le captage et stockage du carbone (CSC) que proposent certains experts, pourrait représenter un moyen de réduire les émissions futurs. Cependant, il est improbable que, dans les années à venir, cette technologie soit développée à un niveau suffisant pour exercer un effet sur les émissions comprises dans la seconde échéance prévue par le Protocole de Kyoto. Le CSC est une technologie relativement récente et beaucoup d’incertitudes demeurent quant aux coûts opérationnels et aux résultats escomptés (Footitt, 2007).

Si les émissions de gaz à effet de serre projetées par Environment Canada, selon le scénario business-as-usual, se confirment, elles atteindront, en 2020, un niveau supérieur par rapport à 2005 de 28%, l’expansion des sables bitumineux comptant pour presque la moitié de l’augmentation (Droitsch et al., 2010).

Il est estimé que les émissions de GES dégagés pendant les procédés de valorisation se situent entre 52 et 79 kgCO2eq par baril de bitume (Huot and Dyer, 2010).

cf. Government of Canada – Canada’s Action on Climate Change, http://www.climatechange.gc.ca/default.asp?lang=En&n=72F16A84-1

GRANDE CONCLUSION

LE CANADA ,UN PAYS  CORROMPU  PAR L’ARGENT DU PÉTROLE ADMINISTRÉ PAR DES IRRESPONSABLES

Le gouvernement fédéral

Le gouvernement du Canada est régulièrement la cible de critiques virulentes concernant l’exploitation des sables bitumineux. Depuis la victoire du Parti conservateur du Canada, aux élections fédérales de 2006, et l’élection de Stephen Harper en tant que Premier ministre, le pays semble avoir confirmé sa volonté de tirer profit de leur mise en valeur. Le parti conservateur au pouvoir est en effet largement favorable au développement de l’exploitation des sables bitumineux dans le but de faire du pays une « superpuissance » énergétique, au profit des grandes multinationales et du voisin américain (Raoul, 2010 ; Talbot, 2009). Avec la réduction du budget consacré au plan canadien de lutte contre les changements climatiques et le prolongement de l’allègement fiscal consenti aux promoteurs de l’industrie bitumineuse, le gouvernement est considéré comme allant à l’encontre de la protection de l’environnement.

En mars 2009, la publication, par le National Geographic, d’un reportage accablant sur les effets de l’exploitation des sables bitumineux a fait réagir la classe politique à Ottawa et à Edmonton. Le journal compte plus de 50 millions de lecteurs et est traduit en 32 langues. Conscients de l’effet dévastateur que pouvait avoir l’article sur la réputation du pays, les gouvernements fédéral et provincial, et l’Association Canadienne des Producteurs de Pétrole se sont empressés de se défendre face aux accusations de l’article qui qualifie les usines de traitement de pétrole de « sombres » et « sataniques » (Kunzig and Essick, 2009 ; Colyer, 2009). Les chefs des partis de l’opposition en ont profités pour accuser publiquement le gouvernement conservateur de n’avoir rien fait pour améliorer la performance environnementale des sables bitumineux.

Soutenu par le gouvernement de la province de l’Alberta, de tradition conservatrice, le Premier ministre, qui s’est toujours montré sceptique sur les résultats scientifiques relatifs au réchauffement climatique (Francoeur, 2004), a engagé le pays dans une économie basée sur les énergies non-renouvelables et dans un laxisme environnemental manifeste (Nature, 2008). En outre, il semble ignorer l’opposition croissante de l’opinion publique, mondiale, nationale et même de la province de l’Alberta, où selon un sondage publié par le Pembina Institue, 71% de la population interrogée estiment qu’un moratoire sur les approbations des nouveaux projets est nécessaire jusqu’à ce que les problèmes environnementaux soient résolus (Dyer, 2007).

La croissance économique, symbolisée par la variable exogène sans rétroaction, constitue le moteur du système. Elle ne représente donc pas un facteur susceptible d’être modifié dans une optique de réduction des impacts environnementaux. On constate qu’il existe bien des boucles négatives (de contrôle) qui pourraient intervenir dans la réduction de ces impacts. Elles sont toutefois encore trop faibles pour pouvoir facilement contrecarrer les boucles positives entraînées par la rentabilité de l’exploitation. Le dilemme économie/environnement pourrait être solutionné par le renforcement de ces deux boucles de rétroaction négative, à savoir :

 Rechercher des substituts au pétrole

La recherche de solutions alternatives au pétrole et notamment de développement des énergies renouvelables est en plein essor et constitue un secteur dans lequel les investissements augmentent. Cependant, tant que le prix du brut sur le marché n’aura pas atteint un seuil dissuasif et tant que la menace de l’épuisement des réserves pétrolières ne se sera pas matérialisée, les investissements consentis resteront faibles en comparaison à ceux du secteur pétrolier.

Développer des technologies moins polluantes et établir des plans de gestion environnementale

La protection de l’environnement et le maintien d’un contrôle sur le développement de l’exploitation dépendent de l’établissement de politiques de gestion de l’environnement et de l’adoption de nouvelles lois et de leur application. Néanmoins, au vu du soutien inconditionnel que portent les gouvernements de l’Alberta et du Canada à cette source de profit, il est peu probable que des changements législatifs importants voient le jour dans les années à venir.

Malgré ces perspectives modestes, il est surtout nécessaire de rappeler que l’exploitation et la mise en valeur des sables bitumineux relèvent d’une entreprise colossale ayant peu d’équivalents dans l’Histoire industrielle récente. Les impacts présents et futurs qu’exerce un processus aussi rapide et ambitieux sur la biosphère sont à l’image de cette démesure. Peu connus, imprévisibles, et quasiment absents des processus décisionnels, ils représentent l’épée de Damoclès qui menace un marché déjà fortement corrompu et critiqué. Le fait qu’un tel projet puisse outrepasser les barrières qui, ailleurs, canalisent les excès potentiels, souligne bien la puissance de son moteur : la demande énergétique insatiable de notre modèle de société moderne occidentale à laquelle il est impossible de répondre autrement que dans l’urgence et la brutalité, générant une source de profits capables de corrompre n’importe quelle structure gouvernementale.

RÉFERÉNCES

Livres et rapports

Alberta (2007), «Oil Reserves and Production», http://www.energy.gov.ab.ca/News/1033.asp

Alberta Department of Energy (2009), Alberta Oil Sands Tenure Guidelines, Principles and Procedures, Alberta Department of Energy, Edmonton.

Attanasi E. D. and Meyer R. F. (2007), Naturalbitumen and extra-heavy oil, in Trinnaman J. and Clarke A., 2007 Survey of Energy Resources, World Energy Council, London, p.119-143.

Brown Greg, Moorhouse Jeremy and Grant Jennifer (2009), Opening the Door for Oil Sands Expansion: The Hidden Environmental Impacts ofthe Enbridge Northern Gateway Pipeline, Editor Roberta Franchuk, The Pembina Foundation, Drayton Valley, Alberta.

Canadian Association of Petroleum Producers (CAPP) (2008), Environmental challenges and progress in Canada’s oil sands, CAPP, Calgary, 2008-0006.

Canada Association of Petroleum Producers (CAPP) (2009), WaterUse in Canada’s Oil Sands, CAPP, 2009-0022.

Canadian Association of Petroleum Producers (CAPP) (2010), Sables bitumineux: une solution à la demande d’énergie croissante d’Amérique du Nord ?, CAPP, Calgary, 2009-0029.

Collyer David (2009), National Geographic’s Article on Canada’s Oil Sands: An Incomplete Perspective, CAPP,

http://www.capp.ca/aboutUs/mediaCentre/CAPPCommentary/Pages/NationalGeographic,March2009Issue.aspx#IrpBpRmoPVUW

Chen Yiqun (2009), Cancer Incidence in Fort Chipewyan, Alberta 1995-2006, Alberta Cancer Board, Division of Population Health and Information Surveillance.

Collister Douglas M., Kansas John L. (URSUS Ecosystem Management Ltd.) and Antoniuk Terry, Power Barbara Jo (Salmo Consulting Inc.) (2003), Review andAssessment ofEnvironmental Effects Information forWildlife and Fish Indicators in the Regional Sustainable Development Strategy(RSDS) Study Area within the Athabasca Oil Sands Region (AOSR), Wildlife and Fish sub-Group Cumulative Environmental Management Association (CEMA).

Comité permanent des ressources naturelles, Chambre des Communes (2007), Les sables bitumineux : vers un développement durable – Quatrième rapport, Communication Canada-Edition, Ottawa.

Cumulative Environmental Management Association (CEMA), (2006), LandCapability Classification System for Forest Ecosystems in the Oil Sands, 3rd Edition, prepared for Alberta Environment.

Cumulative Environmental Management Association (CEMA) (2008), Guidelines for Reclamation to ForestVegetation in the Athabasca Oil Sands Region (Revegetation Manual), 2nd Edition, Fort McMurray, Alberta.

Deer Creek Energy Ltd. (2006), Joslyn North Mine Project: integratedapplication to Alberta Environment and the Alberta Energy andUtilities Board, Prepared for Total E&P Canada Limited, Calgary, Available through the Alberta Government Library, Edmonton.

Droitsch Danielle, Huot Marc and Partington P.J. (2010), Canadian Oil Sands and Greenhouse Gas Emissions: The Facts in Perspective, The Pembina Institute.

Dunbar Scott W. (2009), «Introduction to Mining and Mineral Processing, Part A: Ore Deposits», The 13thAnnualAmericas School ofMines, Scottsdale, Arizona,http://www.pwc.com/enGX/gx/mining/school1of1mines/pdf/basics1of1mining1ore1deposits.pdf

Dusseault, M. B. (2001), «Comparing Venezuelan and Canadian heavy oil and tar sands», Canadian International Petroleum Conference, Calgary, Canadian Institute of Mining, Metallurgy, and Petroleum, Proceedings, Paper 2001-061.

Dyer Simon (2007), Albertans’ Perceptions ofOil Sands Development: Poll: Part I: Pace and Scale, The Pembina Institute,http://www.pembina.org/pub/1446

Dzus Elston (2001), Status ofthe WoodlandCaribou (Rangifer tarandus caribou) in Alberta, Alberta Wildlife Status Report No. 30.

Energy Resources Conservation Board (ERCB) (2009), ST9812009: Alberta’s Energy Reserves 2008 and Supply/Demand Outlook200912018, ERCB, Calgary.

Energy Resources Conservation Board (ERCB) (2010), News release: ERCB Report shows 14% growth in Alberta oil sands production in 2009, ERCB, Calgary.

Environment Canada (2009), A Climate Change Plan for the Purposes ofthe Kyoto Protocol Implementation Act 2010,http://www.climatechange.gc.ca/Content/4/0/4/4044AEA713ED0148971 A73E-D11C62D954FD/KPIA2010.pdf

Footitt Anthony (2007), Climate Change Policy and Canada’s Oil Sand Resources: An Update and Appraisal ofCanada’s New Regulatory Frameworkfor Air Emissions, a Report for WWF, Tyndall Centre for Climate Change Research.

Fowler M. and Riediger C. (2000), «Origin of the Athabasca tar sands», in Barso, D., Bartlett R., Hein F., Fowler M., Grasby S., and Riediger C. (2000), Hydrogeology ofheavy oil andtar sand deposits: Water flow and supply, migration and degradation, Geological Survey of Canada, Calgary. http://www.ecomod.net/conferences/ecomod2005/ecomod2005papers/Timilsina.pdf

Government of Alberta (2008a), Alberta’s Oils Sands. Resourceful. Responsible. Government of Alberta,http://environment.gov.ab.ca/info/library/7925.pdf

Government of Canada (2008b), Energy Sector Sustainability Tables, Environmental Scan of Canada’s Energy Sector, Chapter 1, http://www.sst1tdds.gc.ca/179F880B13AC0148D31A0011 EE5789DBCA04/EnvScan%20E%20Ch%201.pdf

Government of Alberta (2008c), Water for Life: Arenewal, Government of Alberta, Canada, www.waterforlife.alberta.ca

Government of Alberta (2009a), Alberta Oil Sands Tenure Guidelines, Government of Alberta, Calgary

Government of Alberta (2009b), Talks about oil sands, Government of Alberta, http://www.energy.gov.ab.ca/News/1033.asp

Government of Alberta (2009c), Water for life: actionplan, Government of Alberta, Canada, www.waterforlife.alberta.ca

Government of Alberta (2010), Talks about upgrading and refining, Government of Alberta,http://www.energy.gov.ab.ca/News/1033.asp

Grant Jennifer, Dyer Simon and Woynillowicz Dan (2008), Fact or Fiction: Oil Sands Reclamation, Editor Roland Lines, The Pembina Institute, Drayton Valley, Alberta.

Griffiths Mary, Taylor Amy, Woynillowicz Dan (2006), TroubledWaters, TroublingTrends: Technology and Policy Options to ReduceWaterUse in Oil and Oil Sands Development in Alberta, 1st Edition, The Pembina Institute, Drayton Valley, Alberta.

Harris M.L. (2007), Guideline for wetland establishment on reclaimed oil sands leases(revised second edition). Prepared by Lorax Environmental for CEMA Wetlands and Aquatics Subgroup of the Reclamation Working Group, Fort McMurray, Alberta.

Holroyd Peggy, Dyer Simon and Woynillowicz Dan (2007), Haste MakesWaste: The Needfora New Oil Sands Tenure Regime, oil sands issue paper No. 4, Editor Jane Kalbfleisch, The Pembina Foundation, Drayton Valley, Alberta.

Huot Marc and Dyer Simon (2010), Mining vs In Situ Factsheet, The Pembina Institute,http://www.oilsandswatch.org/pub/2017

Imperial Oil Resources Ventured Limited (2006), Kearl Oil Sands Project-Mine Development: Responses to OSEC Statement ofConcern, submitted to Oil Sands Environmental Coalition.

International Energy Agency (2004), World Energy Outlook 2004, International Energy Agency, Paris.

International Energy Agency (2008), World Energy Outlook 2008, International Energy Agency, Paris.

Levi Michael A. (2009), The Canadian Oil Sands Energy Security vs. Climate Change, Council Special Report No. 47, Council on Foreign Relations.

Louis M. et Tissot B. (1967) «Influence de la température et de la pression sur la formation des hydrocarbures dans les argiles à kérogène», 7th World Petrol. Congress, Mexico, 2, 47-60.

Nikiforuk Andrew (2009), Dirty Oil: How the tar sands are fueling the global climate crisis, Greenpeace Canada, Toronto.

OCDE (2004), Perspectives économiques de l’OCDE, décembre n° 76, volume 2004/2.

Office national de l’énergie (2000), Les sables bitumineux du Canada, Perspectives de l’offre et du marchéjusqu’en 2015, Office national de l’énergie, Calgary.

Office national de l’énergie (2004), Les sables bitumineux du Canada, Perspectives et défisjusqu’en 2015, Office national de l’énergie, Calgary.

Office national de l’énergie (2006), Les sables bitumineux du Canada, Perspectives et défisjusqu’en 2015 : Mise àjour, Office national de l’énergie, Calgary.

Office national de l’énergie (2009), Les sables bitumineux du Canada, Perspectives et défisjusqu’en 2015 – Questions et réponses, Office national de l’énergie, Calgary.

Peachey Bruce (2005), Strategic Needs for Energy RelatedWaterUse Technologies: Water and the EnergyINet,http://www.aeri.ab.ca/sec/newres/docs/EnergyINetandWaterFeb2005.pdf

Pollution Watch (2007), Canada’s Pollution and Greenhouse Gas Emissions Highlights for 2005, Environemental Defense and Canada Environemental Law Association,http://www.pollutionwatch.org/pressroom/factSheetData/PW2005FactSheetUPDATEDfinal.pdf

Regional Aquatics Monitoring Program (RAMP) (2010), 2009 Technical Report, FINAL, Prepared for Ramp Steering Commitee, http://www.ramp-

alberta.org/UserFiles/File/AnnualReports/2009/RAMP2009TechnicalReport.pdf

Sallé Claude et Debyser Jacques (1976), Formation des gisements de pétrole: étude des phénomènesgéologiques, éditions Technip, Paris.

Schneider Richard and Dyer Simon (2006), Death by a Thousand Cuts: Impacts ofIn Situ Oil Sands Development on Alberta’s Boreal Forest, The Pembina Institute, Drayton Valley, and the Canadian Parks Wilderness Society (CPAWS), Edmonton.

Severson-Baker Chris, Grant Jennifer and Dyer Simon (2008), Taking the Wheel: Correcting the Course ofCumulative Environmental Management in the Athabasca Oil Sands, Editor Roland Lines, The Pembina Institute, Drayton Valley.

Simieritsch Terra, Obad Joe and Dyer Simon (2009), Tailings Plan Review: An Assessment ofOil Sands Company Submissions forCompliance with ERCB Directive 074: Tailings Performance Criteria and Requirements for Oil Sands Mining Schemes, The Pembina Institute, Drayton Valley.

Stelfox, J.B. (1995), Relationships between stand age, stand structure, and biodiversity in aspen mixedwood forests in Alberta, Alberta Environmental Centre (AECV95- R1), Vegreville, and Canadian Forest Service (Project No. 0001A), Edmonton.

Suncor (2007), Climate Change: ADecade ofTaking Action – 2007 Progress Report on Climate Change, Suncor Energy Inc.

TD Securities (2004), Overview ofCanadian’s Oil Sandshttp://www.investplusproperties.com/docs/TDOilsandsreport.pdf

Timilsina G.R., Prince J.P., Czamanski D. and LeBlanc N. (2005), «Impacts of Crude Oil
Production from Alberta Oil Sands on the Canadian Economy», EcoMod2005, Istanbul.

University of Bath, UK (2002), «Toe-to Heel Air Injection, Maximizing Heavy Oil Recovery & In-Situ Upgrading», PTAC-ARCTHAI/CAPRI Engineering Industry Participation Meeting, Calgary, http://www.ptac.org/cho/dl/chot0202b.pdf

Westcott Fay (2007), Oil Sands End Pit Lakes: A Review to 2007, Prepared for the Cumulative Environmental Management Association End Pit Lakes Subgroup, Project 2006-32, Clearwater Environmental Consultants Inc., Calgary.

Woynillowicz Dan, Severson-Baker Chris, Raynolds Marlo (2005), Oil sands fever: The environmental implications ofCanada’s oil sands rush, The Pembina Institute, Drayton Valley, Alberta, http://www.oilsandswatch.org/pub/203

Woynillowicz Dan and Severson-Baker Chris (2006), Down to the last drop? The Athabasca River and Oil Sands, The Pembina Institute, Drayton Valley, Alberta.

Articles

Babusiaux Denis and Bauquis Pierre-René (2007), «Que penser de la raréfaction des ressources pétrolières et de l’évolution du prix du brut ?», Institut français du pétrole (IPF) – Les cahiers de l’économie, n° 66.

Charpentier Alex D., Bergerson Joule A. and MacLean Heather L. (2009), «Understanding the Canadian oil sands industry’s greenhouse gas emissions», Environmental Research Letters, Volume 4, 014005.

Clemente J.S. and Fedorak P.M. (2005), A review of the occurrence, analysis, toxicity, and biodegradation of naphthenic acids, Chemosphere, Volume 60, p. 585-600.

Colavecchia M.V., Backus S.M., Hodson P.V. and Parrott J.L. (2004), «Toxicity of oil sands to early life stages of fathead minnows (Pimephales promelas)», EnvironmentalToxicology and Chemistry, Volume 23, p.1709-1718.

Colavecchia M.V., Hodson P.V., Parrott J.L. (2006), «CYP1A induction and blue sac disease in early life stages of white sucker (Catostomus commersoni) exposed to oil sands», Journal of Toxicology and Environmental HealthA, Volume 69, p. 967-994.

Del Rio, L.F., Hadwin, A.K.M., Pinto, L.J., MacKinnon, M.D., Moore, M.M. (2006), «Degradation of naphthenic acids by sediment micro-organisms», Journal ofApplied Microbiology, Volume 101, Number 5, p. 1049-1061.

Dusseault Maurice B. (2002), «CHOPS: Cold Heavy Oil Production with Sand in the Canadian Heavy Oil», Alberta Department of Energy, Edmonton.

Engelhardt Rob and Todirescu Marius (2005), «An Introduction to Development in Alberta’s Oil Sands», Edmonton: University of Alberta, School of Business.

Fedorak P.M., Coy D.L., Salloum M.J. and Dudas M.J. (2002), «Methanogenic potential of tailings samples from oil sands extraction plants», Canadian Journal ofMicrobiology, Volume 48, Number 1, p. 21-33.

Giesya John P., Anderson Julie C. and Wiseman Steve B. (2010), «Alberta oil sands development», Proceedings ofNationalAcademy ofSciences USA, Volume 107, Number 3, p. 951-952.

Grant Andrea and Myers Lynn C. (2004), «Les sables bitumineux du Canada», Bibliothèque du Parlement, Ottawa (référence PRB 04-37F).

Grant Brad and Howard Kerri (2007), «Nouvelle structure pour les redevances en Alberta», Stikeman Elliott: Actualités – Droit de l’énergie, Novembre 2007, http://www.stikeman.com/fr/pdf/EnNov072FR.pdf

Hazewinkel Roderick R.O., Wolfe Alexander P., Pla Sergi, Curtis Chris and Hadley Kis (2008), «Have atmospheric emissions from the Athabasca Oil Sand impacted lakes in northeastern Alberta, Canada?», Canadian Journal ofFisheries andAquatic Sciences., Volume 65, p. 1554-1567.

Headley John V. and McMartin Dena W. (2004), «A Review of the Occurrence and Fate of Naphthenic Acids in Aquatic Environments», Journal ofEnvironmental Science and Health, Part A, Volume 39, Issue 8, p. 1989-2010.

Hein Frances J. (2006), «Heavy Oil and Oil (Tar) Sands in North America: An Overview & Summary of Contributions»,Natural Resources Research, Volume 15, Issue 2, p. 67-84.

Héritier Stéphane (2007), «Energie et environnement: l’exploitation des sables bitumineux en Alberta (Canada)»,Mappemonde, N° 87 (3-2007).

Hildebrand Joyce (2008), «Reclamation Illusions in Oil Sands Country», WLA, Volume 16, Number 3, p.10-12.

Humphries Marc (2008), «North American Oil Sands: History of Development, Prospects for the Future», Congressional Research Service, Report forCongress, Order Code RL34258.

Kelly Erin N., Short Jeffrey W., Schindler David W., Hodson Peter V., Ma Mingsheng, Kwan Alvin K., and Fortin Barbra L. (2009), «Oil sands development contributes polycyclic aromatic compounds to the Athabasca River and its tributaries»,Proceedings ofNationalAcademy of Sciences USA, Volume107, Number 3, p. 951-952.

Laureshen C.J., du Plessis D., Xu C.M. and Chung K.H. (2004), «Asian-Pacific Markets – A New Strategy for Alberta Oil»,Petroleum Society, Paper 2004-017.

MacFarlane Arin (1999), «Revegetation of Wellsites and Seismic Lines in the Boreal Forest», University of Alberta, Department of Biological Science.

MacKinnon M.D., Matthews J.G., Shaw W.H. and Cuddy R.G. (2001), «Water Quality Issues Associated With Composite Tailings (CT) Technology for Managing Oil Sands Tailings», InternationalJournal ofMining, Reclamation and Environment, Volume 15, Issue 4, p. 235-256.

McMillan R., Quideau S.A., MacKenzie M.D., and Biryukova O. (2007), «Nitrogen Mineralization and Microbial Activity in Oil Sands Reclaimed Boreal Forest Soils», Journal ofEnvironmental Quality, Volume 36, p.1470-1478.

Nature (2008), «Science in retreat: Canada has been scientifically healthy. Not so its government.», Nature, Volume 451, p. 866.

Nielsen Scott, Bayne Erin, Schieck Jim, Herbers J., and Boutin Stan (2007), «A new method to estimate species and biodiversity intactness using empirically derived reference conditions», BiologicalConservation, Volume 137, p. 406-414.

Nix P.G. and Martin R.W. (1992), «Detoxification and Reclamation of Suncor’s Oil Sand Tailings Ponds»,EnvironmentalToxicology andWaterQuality, Volume 7, Issue 2, p. 107-214.

Rowland S.M., Prescott C.E., Grayston S.J. , Quideau S.A. and Bradfield G.E. (2009), «Recreating a Functioning Forest Soil in Reclaimed Oil Sands in Northern Alberta: An Approach for Measuring Success in Ecological Restoration», Journal ofEnvironmentalQuality, Volume 38, p. 1580-1590.

Söderbergh Bengt, Robelius Fredrik and Aleklett Kjell (2006), «A Crash Program Scenario for the Canadian Oil Sands Industry», Energy Policy, Volume 35, Issue 3, p. 1931-1947. http://www.tsl.uu.se/UHDSG/Publications/Tarsandsarticle.pdf

Stanton Michael S. (2004), «Origin of the Lower Cretaceous Heavy Oils («Tar Sands») of Alberta», Search and Discovery article, # 10071,

http://www.searchanddiscovery.net/documents/2004/stanton/images/stanton.pdf

Timblin Lloyd O., Stiles Gary, Wood Ezra, Gray Murray R., Xu Zhenghe, and Masliyah Jacob H. (2009), «Efficiency and environmental effects in the oil sands of Alberta», Physics Today, Volume 62, Issue 12, Letters.

U.S. Geological Survey (2009), «An Estimate of Recoverable Heavy Oil Resources of the Orinoco Oil Belt, Venezuela», Fact Sheet 2009-3028.

Wilhelms A., Larter S.R., Head I., Farrimond P., di Primio R. and Zwach C. (2001), «Biodegradation of oil in uplifted basins prevented by deep-burial sterilization», Nature, Volume 411, p. 103411037

Zhou Shuqing, Huang Haiping and Liu Yuming (2008), «Biodegradation and origin of oil sands in the Western Canada Sedimentary Basin», Petroleum Science, Volume 5, p. 87194.

Journaux et Périodiques

Austen Ian, «Canadians Investigate Death of Ducks at Oil-Sands Project», The NewYork Times, 1 mai 2008.

Babusiaux Denis et Bauquis Pierre-René, «Anticiper la fin du pétrole», Le Monde diplomatique, janvier 2005,http://www.monde1diplomatique.fr/2005/01/BABUSIAUX/11803

Deslandes Christine, «Sables bitumineux : un enjeu crucial», Go-Bourse, 13 octobre 2008,http://www.go1bourse.com/Sables1bitumineux1un1enjeu1crucial.html

Dowd Allan, «Enbridge’s Kitimat port project complicated by Gulf oil spill: Disaster raises fears of leak off West Coast», The Calgary Herald, 27 mai 2010,http://www.calgaryherald.com/news/Enbridge+Kitimat+port+project+complicated+Gulf+spill/307 6254/story.html

Francoeur Louis-Gilles, «Harper déchirera Kyoto», Le Devoir, 10 juin 2004.

Francoeur Louis-Gilles, «Hausse des émissions de GES au Canada», Le Devoir, 23 avril 2009. Harkinson Josh, «Au Canada, on pollue en grand», Courrier international, 28 août 2008.

Hutchinson Martin, «Pétrole : le Venezuela ne met pas tous ses oeufs dans le même panier», Le Monde, 8 avril 2010.

Kunzig Robert and Essick Peter, «Scraping Bottom: The Canadian Oil Boom», National Geographic, mars 2009.

Miserey Yves, «La face sombre des sables bitumineux», Le Figaro, 8 janvier 2010.

Pica Eric, «The Attempted Corporate Greenwash of Canada’s Dirty Tar Sands», The Huffington Post, 10 mars 2010.

Raoul Emmanuel, «Or noir contre peuples premiers canadiens : Sous les sables bitumineux de l’Alberta» Le Monde diplomatique, avril 2010.

Rhodes Chris, «Venezuela may yield twice as much oil as was thought», 25 janvier 2010, in http://scitizen.com,

Simpson Jeffrey, «Harper fait du charme à Obama», Courrier international, 26 février 2009.

Talbot Vincent, «Les sables bitumineux : un enjeu « conservateur » », Perspective Monde, Université de Sherbrook, 30 novembre 2009, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=1087

Woynillowicz Dan, «Wanted: A Balance between Oilsands Growtn and Quality of Life», éditorial, Edmonton Journal, 3 avril 2007.

Zeller Tom, «U.S. Decision on Pipeline Is Delayed», The NewYork Times, 27 juillet 2010.

Sites Internet

BP Bitumes France – Fabrication du bitume, http://www.bp.com/genericarticle.do?categoryId=3050450&contentId=3050866,consulté le 13 juin 2010.

Canada’s Oil Sands, http://www.canadasoilsands.ca/en/issues/greenhousegasemissions.aspx, consulté le 5 juillet 2010.

CEMA, http://www.cemaonline.ca/, consulté le 20 juin 2010.

Centre info-énergie, http://www.centreinfo1energie.com/silos/ET1CanEn01.asp, consulté le 15 juillet 2010.

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) – Info Comm – Information de marché dans le secteur des produits de base – Le pétrole : description, http://www.unctad.org/infocomm/francais/petrole/descript.htm,consulté le 28 avril 2010.

EIA (U.S. Energy Information Administration) – Petroleum – World Crude Oil Prices,http://www.eia.doe.gov/dnav/pet/petpriwcokw.htm, consulté le 29 mai 2010.

Engineering – Syncrude, http://www.engineering.com/Library/ArticlesPage/tabid/85/articleType/ArticleView/articleId/69/Syncrude.aspx, consulté le 6 mai 2010.

Europétrole – Ressources – Lexique : géologie, in http://www.euro-petrole.com, consulté le 28 avril 2010.

Government of Canada 1 Canada’s Action on Climate Change, http://www.climatechange.gc.ca/default.asp?lang=En&n=72F16A8411, consulté le 8 août 2010.

INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), http://www.insee.fr/, consulté le 29 mai 2010.

Masri Marwan, «Témoignages», Canadian Energy Research Institute, 24 octobre 2006,http://www2.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Language=F&Mode=1&Parl=39&Ses=1&DocId=2435016&File=0

Popular Mechanics 1 New Tech to Tap North America’s Vast Oil Reserves,http://www.popularmechanics.com/technology/engineering/4212552, consulté le 5 mai 2010.

RAMP : http://www.ramp1alberta.org/ramp.aspx, consulté le 12 juillet 2010.

Ressources naturelles Canada – CanmétENERGIE – Sables bitumineux,http://canmetenergycanmetenergie.nrcan1rncan.gc.ca/fra/sablesbitumineux/valorisation.html, consulté le 16 mai 2010.

Statistics Canada, site internet : http://www.statcan.gc.ca/, consulté le 25 janvier 2010.

Syncrude Canada Ltd – Oil sands history, http://www.syncrude.ca/users/folder.asp?FolderID=5657#2, consulté le 23 mai 2010.

Total 1 Bruts extra-lourd et bitumes 1 Les huiles lourdes : http://www.total.com/fr/nos1 energies/petrole/explorer-et-produire/nos-savoir-faire/huiles-lourdes-bitumes-900102.html, consulté le 27 avril 2010.

Toxic Watch Society of Alberta, «Environmental Groups Pull Out of Multi-stakeholder Oil Sands: Process Outline key steps for government to restore credibility to environmental management», 18 août 2008, http://www.toxwatch.ca/node/78

United Nations Framework Convention on Climate Change, http://unfccc.int/2860.php, consulté le 3 mai 2010.

Notes :

(1) The Tar Sands Threat to Europe : How Canadian Industry Plans Could Undermine Europe’s Climate Goals, rapport du Natural Resources Defense Council, Janvier 2014. Lire la note de synthèse des Amis de la Terre Europe, Transport & Environment, et Greenpeace Europe, résumant ce rapport et faisant le lien avec la FQD : « The tar sands threat to Europe ».

(2) Le nouveau rapport du NRDC montre que les importations de sables bitumineux du Canada représenteront entre 5,3% et 6,7% de la consommation européenne d’essence en 2020, à cause des nouveaux oléoducs qui sont prévus ou déjà en train d’être construits aux États-Unis et au Canada. L’étude d’impact de la Commission européenne avait originellement prévu que les importations de sables bitumineux du Canada ne représenteraient que 0,2% en 2020.

(3) Pour comprendre tous les enjeux liés à la Directive européenne sur la Qualité des carburants, le poids des lobbies pétroliers et du Canada, le rôle de la France, lire
- l’article détaillé « Sables bitumineux : une nouvelle réglementation menacée par les lobbies »

- la note de synthèse des Amis de la Terre « Sables bitumineux et directive sur la Qualité des carburants : de quoi s’agit-il ? » (octobre 2013).

(4) En octobre 2011, la Commission européenne a publié une proposition de mesures de mise en œuvre de la FQD, que les États-membres devaient ratifier. Après un vote des États-membres en février 2012, qui a aboutit à un blocage, et sous la pression des lobbies, la Commission a décidé d’entreprendre de nouvelles études d’impact, qui pourraient l’amener à apporter des modifications à sa proposition de 2011. Les résultats de ces études étaient attendus pour juin 2013 mais n’ont toujours pas été publiés par la Commission.

 

 

Un jour ,notre planète ressemblera à cela.
Un jour ,notre planète ressemblera à cela.

 

 

 

 

Dévoilement choc d’informations: les déversements de pétrole tenus secrets en Alberta

Des photos qui montrent une série de déversements de pétrole souterrains qui s'infiltrent à la surface à une exploitation des sables bitumineux de l'Alberta ont été divulgués par une source gouvernementale.  Le déversement est * imparable *,impossible à arrêter  et déjà 360000 gallons de sables bitumineux, environ la même taille que le déversement des sables bitumineux Mayflower dans l'Arkansas, récemment.  PARTAGER que plus de gens découvrent ce grand déversement en Alberta! Une source gouvernementale est à l'origine de ces  photos.
Des photos qui montrent une série de déversements de pétrole souterrains qui s’infiltrent à la surface à une exploitation des sables bitumineux de l’Alberta ont été divulgués par une source gouvernementale.
Le déversement est * imparable *,impossible à arrêter et déjà 360000 gallons de sables bitumineux, environ la même taille que le déversement des sables bitumineux Mayflower dans l’Arkansas, récemment.
PARTAGER que plus de gens découvrent ce grand déversement en Alberta! Une source gouvernementale est à l’origine de ces photos.

 

 

La négligence...
La négligence…

 

 

Les formes de vie...toutes des victimes .
Les formes de vie…toutes des victimes .

 

Des écosystèmes détruits au nom du profit d'une petite élite.
Des écosystèmes détruits au nom du profit d’une petite élite.

 

 

Déversement de Cold Lake.
Déversement de Cold Lake.

 

déversement 003

 

Un nuage toxique provenant de sables bitumineux envahi le Canada depuis Détroit

Voici le tas de sable bitumineux...coupable de notre empoisonnement.
Voici le tas de sable bitumineux…coupable de notre empoisonnement.

« Le coke de pétrole tiré des sables bitumineux  est le plus sale résidu du pétrole le plus sale sur terre. »

(Lorne Storkman,chercheur ,écologiste et auteur sur l’énergie pétrolière)

DETROIT – Un nuage énorme de poussière noire qui a balayé la rivière Detroit dans Windsor, Canada cette semaine a été liée à des tas de coke de pétrole, un sous-produit du pétrole des sables bitumineux stockés illégalement à Detroit par Koch Carbon. Bien que beaucoup a déjà été dit de l’industrie pétrolière des sables bitumineux, qui connaît actuellement un boom et a incité plusieurs projets   élevés de pipelines à travers les Etats-Unis, l’accumulation de sables bitumineux, communément appelé coke de pétrole, le long du fleuve Detroit est passé  largement inaperçue jusqu’à cette semaine. Un nuage de poussière qui a survolé Detroit et  Windsor cette semaine a été trouvé porteur de traces élevées de plomb, de soufre, de zinc et de vanadium, qui est peut-être cancérigène chez l’homme en cas d’exposition prolongée ou élevée, selon l’Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer , une organisation basé en France. Le US Department of Health and Human Services des États-Unis n’a pas encore classé si vanadium est cancérigène. Samedi soir dernier,un  résident de Windsor ,Randy Emerson a réussi à capturer une vidéo de la poussière épaisse et noire se déplaçant le long du secteur riverain de la ville. « Est-ce que les sables bitumineux  entreposés ont affaire avec ça? » Emerson, qui a capturé la scène sur son téléphone portable, a demandé à son épouse.

« Oh mon Dieu », a -t-elle  conclue. « Yep – c’est le coke. »


En mai, le New York Times a  identifié  les dépotoirs Détroit de coke sur un site industriel détenue par Koch Carbon, une société contrôlée par des industriels fortunés Charles et David Koch, qui vend la haute teneur en soufre, haute teneur en carbone des sous-produits à l’étranger en Chine et en Inde où il sert comme une alternative moins coûteuse, mais  plus sale au charbon. Il y a aussi une forte demande pour les sous-produits en Amérique latine, où il est utilisé dans les fours de fabrication du ciment. Le processus de raffinage extrat  l’huile des composants  de coke de sables bitumineux, et laisse le coke de pétrole comme sous-produit. Selon le Times  ,le  Canada compte actuellement 79,8 millions de tonnes de coke de stocks, dont la plupart sont déversés dans des fosses ouvertes et des étangs en Alberta, et le reste est simplement entassés. L’usine de raffinage de Marathon Petroleum à Detroit traite actuellement près de 28000 barils par jour de pétrole des sables bitumineux et l’augmentation des sables bitumineux aux États-Unis, y compris le transport à travers le controversé pipeline Keystone XL, apportera également plus du traitement de coke et produira plus  de déchets  aux États-Unis. Le coke  est un ingrédient dans la fabrication de l’acier et la production d’aluminium, mais selon un analyste ,l,information obtenu sur le coke de pétrole à Roskill Services cités par le Times,sa  haute teneur en soufre dans ce type particulier de coke de pétrole rendent pratiquement inutilisable à ces fins. «Ici, c’est un peu de l’Alberta», a déclaré Brian Masse, les membres du Parlement des Windsor en mai. « Pour ceux qui pensaient qu’ils étaient à l’abri des sables bitumineux et les conséquences d’entre eux, nous voyons maintenant à l’avant et au centre que nous ne le sommes pas. » Selon Lorne Stockman, l’auteur derrière une récente étude sur le coke de pétrole, le déchet est «le plus sale résidu du pétrole le plus sale sur terre. »

(Source : New York Times , Le Times  (Canada))