Astronomie (infographie):Les étoiles les plus proches de la Terre

 

 

Les étoiles les plus proches, leurs distances en années-lumière, types spectraux et planètes connues.

Les étoiles les plus proches de la Terre sont dans le système à trois étoiles Alpha Centauri, situé à environ 4,37 années-lumière. Une de ces étoiles, Proxima Centauri, est légèrement plus proche, à 4,24 années-lumière.

De toutes les étoiles situées à moins de 15 années-lumière, seules deux sont de type spectral G, semblables à notre soleil: Alpha Centauri A et Tau Ceti. La majorité sont des étoiles naines rouges de type M.

Seules neuf étoiles dans cette zone sont suffisamment brillantes pour être vues à l’œil nu de la Terre. Ces étoiles les plus brillantes comprennent Alpha Centauri A et B, Sirius A, Epsilon Eridani, Procyon, 61 Cygni A et B, Epsilon Indi A et Tau Ceti.

L’étoile de Barnard, un nain rouge situé à 5,96 années-lumière de la nuit, possède le plus grand mouvement propre de toutes les étoiles connues. Cela signifie que l’étoile de Barnard se déplace rapidement sur l’arrière-plan d’étoiles plus lointaines, à un rythme de 10,3 secondes d’arc par année terrestre.

 

 

Sirius A est l’étoile la plus brillante du ciel nocturne de la Terre, en raison de sa luminosité intrinsèque et de sa proximité. Sirius B, une étoile naine blanche, est plus petite que la Terre, mais sa masse est 98% de celle de notre soleil.

À la fin de 2012, les astronomes ont découvert que Tau Ceti pouvait héberger cinq planètes, dont une dans la zone habitable de l’étoile. Tau Ceti est la seule étoile de type G la plus proche, tout comme notre soleil (bien que le système à trois étoiles Alpha Centauri héberge également une étoile de type G et qu’il soit beaucoup plus proche).

Les masses des planètes de Tau Ceti vont de deux à six fois la masse de la Terre.


EN COMPLÉMENT

L’ÉTOILE À NEUTRONS LA PLUS PROCHE DE LA TERRE

Illustration d’artiste représentant une « étoile à neutrons isolée » – une étoile à neutrons qui ne possède pas de résidu de supernova associé, de compagnon binaire ou de pulsations radio.

 

Les astronomes qui utilisent le télescope à rayons X Swift de la NASA ont détecté une étoile à neutrons à moins de 250 000 années-lumière de la Terre, ce qui en fait l’étoile à neutrons la plus proche jamais connue.

L’objet, situé dans la constellation de la Grande Ourse, est surnommé Calvera, du nom du film « The Magnificent Seven ». Si elle était confirmée, ce ne serait que la huitième « étoile à neutrons isolée » connue, ou une étoile qui ne possède pas de restes de supernova, de compagnons binaires ou de pulsations radio.

 

 

 

Publicités

Spectaculaire photo d’une supernova

Crédit photo:  Avishay Gal-Yam, Institut Weizmann des sciences. A gauche: image de la galaxie UGC 9739 du Sloan Digital Sky Survey (SDSS). Droite: Une tache bleu vif qui a marqué l'explosion d'une supernova.  Read more at http://www.iflscience.com/space/astronomers-capture-rare-wolf-rayet-star-just-hours-after-it-dramatically-explodes
Crédit photo: Avishay Gal-Yam, Institut Weizmann des sciences. A gauche: image de la galaxie UGC 9739 du Sloan Digital Sky Survey (SDSS). Droite: Une tache bleu vif qui a marqué l’explosion d’une supernova.

Pour la première fois, les scientifiques ont rassemblé des preuves directes qui montre un objet massif avec les caractéristiques d’une étoile de type Wolf-Rayet a rencontré sa disparition dans une féroce type IIb explosion de supernova. En outre, ils ont réussi à capturer l’événement seulement 6 heures après l’explosion a été lancé. Les observations ont été publiées dans Nature .

Notre Soleil peut sembler un peu bête; après tout, il représente plus de 99% de la masse totale de notre système solaire et débite un énorme 400000000000000 watts de puissance par seconde . Mais par rapport à certains grands garçons stellaires, c’est un peu d’une pensée. Un exemple d’un type massif de l’étoile est un Wolf-Rayet étoiles; ces étoiles ont des masses autour de 20 fois plus grande que notre Soleil.

On connaît peu ces étoiles parce qu’ils sont rares et souvent obscurci la vue par nos télescopes, les astronomes sont intéressés à eux, car ils fournissent des galaxies avec de grandes quantités d’éléments lourds qui finira par donner lieu à des planètes. «Nous sommes progressivement déterminer quels types d’étoiles explosent, et pourquoi, et quels types d’éléments qu’ils produisent», a déclaré Alex Filippenko , professeur d’astronomie à l’Université de Berkeley et co-auteur de l’étude. « Ces éléments sont essentiels à l’existence de la vie. Dans un sens très réel, nous sommes déterminer nos propres origines stellaires « .

Les chercheurs ont été en mesure de capturer une spectaculaire supernova Wolf-Rayet appelé 2013cu SN juste quelques heures après l’explosion a commencé grâce à l’intermédiaire collaboration Palomar Transient Factory (GIP) qui rend l’utilisation des ressources en fonction au ministère de Lawrence Berkeley National Laboratory de l’énergie des États-Unis.

«C’est la preuve irréfutable. Pour la première fois, nous pouvons pointer directement à une observation et dire que ce type de Wolf-Rayet conduit à ce genre de type IIb supernova « , a déclaré le co-auteur de l’étude Peter Nugent , tête de Computational Cosmology Centre de Berkeley Lab ( C3).

Tout au long de leur vie, les étoiles produisent de l’énergie par continuellement fusion des atomes d’hydrogène pour produire de l’hélium. Ce processus est plus rapide dans les grandes étoiles pour les empêcher de s’effondrer sous leur propre gravité. Comme étoiles supermassifs âge et commencer à manquer d’hydrogène, ils se tournent vers la fusion des éléments plus lourds comme le carbone et magnésium qui finira par provoquer le noyau se transforme en fer. Après que le noyau atteint une certaine taille de l’étoile s’effondre et libérer une énorme quantité d’énergie dans l’espace, déclenchant une onde de choc qui crache les restes de l’étoile en supernova.

Avant cette superbe explosion, quelques étoiles supermassifs va entrer dans une phase de Wolf-Rayet où les éléments lourds de base de la montée de l’étoile à la surface, déclenchant des vents stellaires qui se dépouiller de matière de l’étoile dans l’espace. C’est ce qui brouille notre vision de ces étoiles, rendant leur étude problématique.

« Quand une étoile Wolf-Rayet va supernova, l’explosion dépasse généralement le vent stellaire et toutes les informations sur l’étoile progénitrice est parti,» a déclaré Nugent . « Nous avons eu de la chance avec SN 2013cu-nous pris la supernova avant il a dépassé le vent. Peu de temps après l’étoile a explosé, il laissa échapper un flash de rayons ultraviolets de l’onde de choc qui chauffe et allumé le vent. Les conditions que nous avons observées en ce moment étaient très semblables à ce qui était là avant la supernova « .

Après les premières observations ont révélé que la star était probablement un loup-Rayet, télescopes du monde entier ont été alertés à suivre l’événement. Parce qu’il a été repéré assez tôt, les chercheurs ont été en mesure de prendre une série d’observations de la supernova qui détaillait ses spectres, ou la signature chimique, grâce à l’utilisation de la technique appelée «spectroscopie flash ». De cette information, l’équipe a pu en déduire que SN 2013cu était une supernova de type IIb en raison de la faible hydrogène et d’hélium signatures fortes qui est apparu après son refroidissement.

Selon Nugent , la découverte passionnante soulève la possibilité que certains des plus grands télescopes du monde pourrait prendre le spectre d’une étoile de Wolf-Rayet dans nos galaxies voisines, peut-être même ceux que près de 4 millions d’années-lumière. SN 2013cu se trouve un énorme 360 millions d’années-lumière.

Parallèlement à faire la lumière sur ces étoiles insaisissables, cette recherche pourrait également donner des indications sur l’origine des éléments importants tels que le carbone et l’oxygène.
 Sources: http://www.iflscience.com/space/astronomers-capture-rare-wolf-rayet-star-just-hours-after-it-dramatically-explodes#vyYx51GL3GTA6Rp3.99

 

Le Japon vient de lancer sa campagne de pêche à la baleine dans l’Antartique

En 2006,ce navire de pêche japonais vient de capturer une baleine.
En 2006,ce navire de pêche japonais vient de capturer une baleine.

Plutôt que de lutter contre la catastrophe de Fukushima, plutôt que d’utiliser les aides internationales pour son peuple, le Japon va massacrer des baleines pour rien…Enfin si, pour empoisonner ses enfants et sont peuple, car la viande de baleine, comme tous les pélagiques (surtout le thon), est contaminée par des métaux lourds dont le mercure…Viande distribuée dans les écoles d’ailleurs…
Vive l’idiocratie !

Soutenons la Sea Shepherd dans leur lute contre les baleiniers japanais :http://www.seashepherd.fr/

 

Deux navires baleiniers japonais et un navire de surveillance sont partis, samedi 7 décembre, de l’archipel nippon pour leur chasse annuelle dans l’Antarctique. Les trois bateaux ont quitté le port de Shimonoseki (sud-ouest du pays) pour target= »_blank »>rejoindred’autres navires afin de prendre jusqu’à 935 baleines de Minke de l’Antarctique et jusqu’à 50 rorquals communs d’ici au mois de mars, a expliqué l’agence de presse Kyodo.

L’Agence des pêches avait gardé secrète la date de départ de la flotte baleinière par mesure de précaution, craignant une obstruction par des groupes de militants contre la pêche à la baleine, dont Sea Shepherd. La campagne annuelle des baleiniers japonais est de fait souvent perturbée, parfois de façon violente, par les bateaux de cette ONG menée par l’« eco-warrior » Paul Watson. Ces batailles ont déjà  eues lieu dans le passé  et n’ont pas empêché les baleiniers de remplir leurs objectifs.

PRÉTEXTE SCIENTIFIQUE

Les prises de baleines pratiquées par le Japon sont dénoncées par les organisations écologiques et gouvernements étrangers. Bien que la Commission baleinière internationale (CBI) a instauré un moratoire international sur la chasse commerciale en 1986, le Japon bénéficie en effet de dérogations lui permettant de mener des chasses à la baleine dans le Pacifique Nord-Ouest et dans l’Antarctique officiellement dans un but de « recherche scientifique ».

Toutefois, la chair de cétacé finissant sur les étals des marchés au poisson, le prétexte scientifique est jugé mensonger par les opposants qui considèrent qu’il s’agit d’une pêche commerciale déguisée, donc attentatoire aux règles internationales. Au cours des quinze dernières années, environ 15 000 baleines ont ainsi été pêchées sans que la Commission baleinière internationale ne bronche.

La pêche japonaise est d’autant moins fondée que depuis plusieurs années la majorité des stocks de viande de baleine ne trouvent pas preneur au Japon, faute de  consommation  nationale suffisante.

Au Japon, la viande de baleine ne se vend plus

Baleines 001

Alors que leurs bateaux continuent de les chasser de manière impitoyable dans les eaux du Pacifique, les Japonais semblent avoir perdu l’appétit pour la viande de baleine. Selon l’Institut nippon de recherche sur les cétacés, une structure semi-publique qui supervise les missions de pêche, 908,8 sur les 1 211 tonnes de chair issues de la campagne du pays l’an dernier n’ont ainsi pas trouvé preneurs, soit presque 75 % des stocks.

L’organisme a pourtant ouvert treize ventes aux enchères, entre octobre et mars, pour écouler la marchandise congelée provenant des mammifères capturés dans les eaux du nord-ouest Pacifique, des baleines de Minke, rorquals de Bryde et rorquals boréal. Mais ce procédé s’est avéré être un échec, les grossistes et commerçants ayant boudé la chair de baleine, explique un rapport publié sur le site du Réseau japonais d’action pour les dauphins et baleines. Au point, que les coûts des expéditions n’ont même pas été couverts.

Pourquoi ? L’Institut nippon de recherche sur les cétacés blâme la réticence des commerçants qui souhaitent éviter les ennuis avec les associations de défense des animaux, comme la Sea Shepherd, qui, chaque année, mène d’intenses campagnes pour protéger ces espèces menacées et empêcher la flotte nippone de procéder à sa chasse. Ainsi, l’an dernier, les militants ont remporté une victoire importante lorsque la flotte baleinière en Antarctique est rentrée au port avec « seulement » 30 % des captures prévues, fixées à 900 baleines.

Selon les opposants à la chasse aux cétacés, le résultat de ces enchères ratées prouve surtout que les consommateurs japonais n’ont plus guère d’appétit pour la viande de baleine. Une enquête du Centre de recherche nippon, commandée par Greenpeace en 2006, révélait même que 95 % d’entre eux n’en avaient jamais mangé ou ne l’avaient pas fait depuis longtemps. La consommation de viande de baleine, importante après la seconde guerre mondiale, du fait de son apport en protéines, a fortement chuté ces dernières années.

L’an dernier, l’image de la chasse à la baleine a été encore davantage ternie par la révélation de l’usage de fonds destinés à la reconstruction de la côte après le tsunami – 2,3 milliards de yens soit 23 millions d’euros – , pour financer la campagne de pêche. L’agence des pêches avait rétorquée que l’utilisation de ces sommes était justifiée parce que l’une des villes détruites par le tsunami était un port baleinier.

Malgré tout, le Japon poursuit cette pêche, qu’il estime faire partie intégrante de sa culture voire de sa souveraineté. Bien que la Commission baleinière internationale (CBI) a instauré un moratoire international sur la chasse commerciale en 1986, le Japon bénéficie de dérogations lui permettant de mener des chasses dans le Pacifique nord-ouest et dans l’Antarctique, officiellement dans un but de « recherche scientifique ». En réalité, la viande de baleine termine bel et bien sur les étals. Au cours des quinze dernières années, environ 15 000 baleines ont ainsi été pêchées sans que la Commission ne bronche.

Sources: Le Monde,Audrey Garric,sources diverses