Réécrire l’histoire des dinosaures:Exposer l’histoire interdite

Histoire interdite des dinosaures

Depuis les mayas en passant par les dieux naga du Japon,aux aztèques,aux incas,aux égyptiens et aux sumériens, les reptiliens sont dans toutes les traditions ancestrales de l’humanité!Je considère que ce n’est pas une coïncidence!

 

Dinosauroide: L’évolution de l’intelligence des dinosaures

Stenonychosaurus (Troodon) est l’un des dinosaures les moins connus et, selon des chercheurs modernes tels que Dale Russel, il faisait partie des dinosaures en train de développer une intelligence supérieure, même si l’extinction des dinosaures l’avait empêchée de développer un intellect de pointe.

Stenonychosaurus (Troodon)

 

 

Selon Russel, Troodon, bien que de petite taille, était le principal mammifère prédateur du Crétacé.

Troodon devait être plus intelligent que les mammifères qu’il chassait, et pour cette raison, il postulait que Troodon était un dinosaure intelligent doté d’un cerveau plus gros que la taille de son corps.

La plus grande taille du cerveau peut avoir vu apparaître l’origine des caractéristiques humanoïdes chez Troodon.

Super-intelligence des dinosaures, technologie et interaction humaine

Les reptiles humanoïdes sont présents dans les différents mythes et légendes. Ce sont souvent des créatures mi-humain et mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques.

Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres noms pour désigner un même genre, ont toujours concerné des êtres de pouvoir (des dieux) ou des initiateurs, apportant quelque chose à l’homme présupposé inférieur ou soumis.

La théorie de Russell n’est toutefois pas universellement acceptée, mais dans une nouvelle recherche publiée dans le Journal de l’American Chemical Society, Ronald Breslow explore la perspective d’une vie de dinosaure extraterrestre.

Breslow conclut que de telles formes de vie pourraient bien être des versions avancées de dinosaures, spéculant que « nous ferions mieux de ne pas les rencontrer » parce que leur technologie avancée associée à leur intelligence reptilienne sans émotion, mais avancée et efficace, signifie que notre civilisation serait très primitive devant eux, et sa conquête presque sans effort pour eux.

Conclusion première

L’histoire cachée des dinosaures signifie qu’il est possible qu’une race de reptiles spatiaux extrêmement avancée et intelligente existe depuis plus longtemps que les êtres humains sur Terre et dans l’espace.

Notre histoire est-elle alors l’histoire d’une rencontre entre l’humanité et l’une de ces races intelligentes et avancées de reptiles et de dinosaures?

La Conspiration de la Terre-Creuse  a popularisé cette notion depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale  , lorsque l’armée américaine a envoyé l’expédition Byrd en Antarctique dans le cadre de l' »Opération Highjump « ,une  Opération Ulta secrète  destinée à récupérer la technologie de guerre secrète du Troisième Reich,développée à partir d’une technologie extraterrestre..L’ensemble de l’Opération Highjump avait été présenté comme une expédition  scientifique.

Dans une rencontre OVNI présumée, l’expédition Byrd a été attaqué par une force militaire imprévue à l’ aide d’ armes que personne n’avait  rencontré  sur un champ de bataille avant, en plus du naufrage du destroyer principal de l’expédition … Depuis lors, on a  spéculé que l’attaque a été lancée à partir d’ une base située dans la  Terre- Creuse  dont l’entré (ou sortie) se situerait en   Antarctique , qui a servi de base cachée aux reptiliens intelligents qui ont peut-être survécu à l’extinction des dinosaures ou ont atterri ici depuis l’espace.Une chose est sure:ils ont fait alliance avec les soldats du Troisième Reich sur leurs bases!

Des momies péruviennes semblent être d’origine reptilienne.

 

De nombreux enlèvements ont été signalés au fil des ans.Tous les témoins parlent de petits gris d’aspect reptilien.

 

La découverte de figurines de type reptilien dans la civilisation ubaide de la pré-mésopotamie antique ajoute également une couche supplémentaire de mystère et soulève la question de savoir si notre civilisation peut être retracée aux visiteurs d’anciens reptiliens… Il n’existe à ce jour aucune explication historique officielle donnée au serpent de la civilisation ubaid. comme des figurines de Dieux, et pour cette raison, la possibilité d’une présence ancienne de Reptiles qui aurait pu se retirer dans une partie éloignée de la Terre ne peut être complètement exclue.


CIVILISATION UBAID

 

Cet artefact de figurine d’Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid.

Figurines, style Ubaid ou à tête de lézard, argile, Ur (culture Ubaid), Ve millénaire av. J.-C., h: 13,6 cm Originaire d’Ubaïd, période mésopotamienne méridionale, 5000 av. La culture Ubaid a succédé au Halaf à la fin du 6ème millénaire avant notre ère dans le sud de l’Irak, puis s’est répandue dans toute la Mésopotamie. La culture Ubaid est connue pour la poterie peinte; grandes maisons de plan tripartite pour les familles élargies; et des figurines à tête de lézard des deux sexes. Les figurines telles que les exemples ci-dessus sont typiques. La figure à gauche tient un bébé sur sa hanche et le tète. La figure de droite a des vergetures incisées sur son abdomen. Il a été suggéré que les points et les lignes peints en brun représentent les tatouages ​​et que les pastilles d’argile cicatrisent. On ignore si la forme des crânes représente la liaison de la tête.

Bas relief civilisation ubaid.

ANNUNAKI CIVILISATION DE MÉSOPOTAMIE ET DE SUMER

 

Stèle écrite et représentation du dieu Enki
Enki semant l’arbre de la vie.
Enki sort de l’eau et se dirige vers la terre.

 

Ea se tient dans sa maison aquatique l’Apsu.

 

Création de lignées, d’humains, d’alchimie

 

Séparation hommes-femmes des aspects de l’âme double , en haut et en bas
Les dieux amphibies créent une lignée humaine

 

Omphalos et représentation de l’ADN.

AUTRES CIVILISATIONS

MÉSOAMÉRIQUE

Viracocha , foetus, serpent (ADN), chromosomes XX

 

GOBEKLI TEKE CULTURE

Venant de la civilisation de Gobekli Teke,cette mante religieuse géante tient un enfant dans ses bras:est-ce de l’affection ou sert-il de repas?Cette figurine a plus de 13,000 ans!

 

 

 

PLATEAU IRANIEN

Iran Jirof culture:

 

JAPON

Hommes-lézards de la civilisation Horyuji du Japon

 

CIVILISATION DE L’ÉLAM

Culture de l’Élam

 

Ceci est cependant hautement spéculatif, mais la possibilité d’une intelligence évoluée des dinosaures reste intriguante, en particulier à la lumière de la découverte du dinosaure Troodon… Espérons que nous aurons plus d’informations au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur le sujet.


EN COMPLÉMENT

L’HYPOTHÈSE DE DALE RUSSELL

Dale Russell

Dale A. Russell, né le , est un géologue et paléontologue, professeur de recherche au MEAS (Department of Marine Earth and Atmospheric Sciences – Département des sciences de la mer, de la terre et de l’atmosphère) à l’université d’État de Caroline du Nord (North Carolina State University).

Dasplétosaure

Dale Russell a décrit, entre autres, le Dasplétosaure et fut un des premiers à émettre l’hypothèse d’une cause extraterrestre (comète ou astéroïde) à la disparition des dinosaures.

Sa découverte, en 1969, du premier crâne de Sténonychosaure (ou Troodon) et la constatation de la taille de sa cavité cérébrale par rapport à la taille de son corps, exceptionnellement grande pour un dinosaure, l’amène à l’hypothèse, chez cet animal, d’une intelligence supérieure à celle des autres dinosaures contemporains.

En 1982, alors en poste au Musée national des sciences naturelles du Canada, à Ottawa (musée depuis 1990 renommé en « Musée canadien de la nature »), il a émis l’hypothèse, comme une expérience de pensée, que la Terre serait actuellement habitée par des reptiles humanoïdes ou « dinosauroïdes », évolution des dinosaures, si ceux-ci n’avaient pas disparu. Il avait même fait réaliser par un artiste taxidermiste, Ron Seguin, une sculpture de dinosauroïde, sculpture qui eut un succès médiatique. Selon cette expérience de pensée, ces « dinosauroïdes », occuperaient, dans ce cas, la place de l’homme en tant qu’espèce dominante de la planète.


HYPOTHÈSES DE RECHERCHES

1-Question 1:Les humains auraient co-existés  avec les dinosaures:Vrai?

Laissons parler les pierres d’Ica:

 

 

2-Maria Orsic aurait guidé  les officiers du Reich vers l’Antartique afin d’établir un contact avec cette civilisation: vrai?

Cette photo de 1939 du Vril-7,prise dans les archives allemandes,nous prouve que la technologie alien fut copiée suite au crash ovni de Freiburg,en 1936.

 

3-Question no 3:La civilisation qui a motivé l’expédition Antartique Allemande de 1938 -39 et l’installation massive de savants et de bases ultra-secrètes par le Reich serait-elle celle qui commencerait à émerger  au-dessus des glaces suite au réchauffement climatique?

 

Des ruines étranges apparaissent au-dessus des glaces.

 

Des fossiles découverts en Antartiques montrent toute la diversité de la vie antérieure.

 

D’où viennent ces mini-squelettes humanoïdes?

 

4-Question 4: ces photos montrent-elles  des entrées vers la Terre-Creuse?

 

 

5-L’amiral Byrd et son expédition  « scientifique » Opération Highjump,a-t-il  été contacté par des entités extraterrestres ou/et intraterrestres?

L’amiral Byrd en compagnie de James Forrestal et du général Nimitz…au retour de l’Opération Highjump.Forrestal sera « suicidé » avec assistance et juste avant,Byrd fera une conférence de presse ou il parlera de « soucoupes volantes » et de forte résistance ennemie.Il sera mis à la retraite.

EN CONCLUSION

Il s’agit d’une nouvelle entrée en matière sur ce sujet délicat et votre humble serviteur va tenter de répondre à ces questions avec ses moyens de recherches,mais je demeure convaincu que la seule façon véritablement scientifique est d’organiser une expédition et d’aller voir sur place.

Aussi ai-je nommé ce projet …Neue Schwabenland 2 qui annonce sur ce site,le début de la mise en oeuvre de cette grande aventure.J’aurai donc besoin de toute l’aide que vous pourrez m’apporter…en personnes décidées à y aller,en moyens financiers et scientifiques!

Retourner là-bas est mon  Grand Rêve!

Qu’en pensez-vous…de retourner à Neue Schwabenland?

Les marins du Swabenland avaient presque domestiqué des pingouins.

 

Le MS Swabenland en train d’appareiller en 1934.
Aufnahmedatum: um 1934
Systematik:
Kulturgeschichte / Flugzeug / Wasserflugzeuge

 


POUR LE FUTUR

 

Vous venez de lire le premier article sur ce sujet,je considère continuer dans le même sens.Il y aura une suite rapide  à cet article et des vidéos aussi.

Mais  je vous promets de développer   ce qu’il faut pour mettre sur pieds l’expédition  qui retournera vers les bases secrètes allemandes,vers Neue Schwabenland et la civilisation contactée par Maria Orsic ,en Allemagne.

…à suivre …coûte que coûte!

 

 

 

Publicités

Les traces d’une mystérieuse civilisation retrouvées au fond du lac Titicaca

Il y a plusieurs centaines d’années, l’empire Inca régnait sur l’ouest de l’Amérique du Sud. Une civilisation immense, qui s’est étendue sur toutes les Andes pendant plusieurs siècles. Mais ce que l’on sait moins, c’est que, longtemps avant l’âge d’or des Incas, la zone était occupée par une autre civilisation plus mystérieuse encore. Son nom : l’empireTiwanaku.

Selon les historiens, il aurait atteint à son apogée 10.000 à 20.000 membres. Et, à leur grande surprise, ils ont découvert au fond du lac Titicaca des preuves que cette civilisation pratiquait des rituels religieux. « Notre étude prouve que le peuple Tiwanaku, qui s’est développé sur le lac Titicaca entre 500 et 1.100 après J.-C., était le premier dans la région à offrir des objets de valeur à ses divinités« , rapporte Jose Capriles, anthropologue à l’Université d’Etat de Pennsylvanie.

 

Une société complexe 

Pour les experts, c’est la preuve que la religion existait en cette partie du globe bien plus tôt que ce qu’on pensait. Au milieu des sédiments, ils ont en effet retrouvé des brûloirs à encens en forme de puma avec des fragments de charbon présents sur les débris, ainsi qu’un certain nombre d’ornements en pierre, or et coquillage.

Par ailleurs, leur présence au fond du lac ne serait pas due au hasard. D’après les scientifiques, ces objets auraient été spécialement conçus pour être submergés : « la présence d’ancres près des offrandes suggère que les officiants ont probablement déposé ces objets lors de rituels tenus sur des bateaux« , avance Jose Capriles. 

Selon les chercheurs, ces symboles sont la preuve de l’émergence d’une société complexe. Une société qui pourrait avoir été en expansion, et qui pourrait s’être lancée dans l’exploration des environs. Cinq siècles plus tard, la civilisation Inca aura pourtant pris sa place. Et c’est elle que l’Histoire aura retenu.

La Porte du Soleil

 


Des centaines d’offrandes  fournissent des informations sur la culture Tiwanaku

 

Offrandes Tiwanaku typiques du récif de Khoa.

 

Dans les temps anciens, un état stable sans rituels et sans religion était impensable. Ils ont assumé le rôle d’institutions politiques, y compris la récompense et le châtiment de la population. C’était pareil dans les Andes. Les découvertes du lac Titicaca fournissent maintenant des informations sur Tiwanaku – probablement le premier État de la région. Les chercheurs concluent que, parmi une multitude d’objets de valeur, un récif rocheux près de l’île du soleil au milieu du lac était un centre de culture rituel entre le VIIIe et le Xe siècle. Là, les élites religieuses ont renforcé le pouvoir de l’État émergent lors de cérémonies, comme l’a rapporté l’équipe dirigée par Christophe Delaere de l’Université d’Oxford dans les « Actes » de la National Academy of Sciences ( » PNAS « ).

Les plongeurs amateurs ont découvert le récif une fois

Le lac Titicaca , situé à la frontière du Pérou et de la Bolivie à 3 800 mètres d’altitude, revêt une importance capitale dans la mythologie de la culture inca . Les Incas régnèrent dans la région de 14h à 15h32 environ. Mais beaucoup plus tôt, entre 500 et 1100, le bassin autour du lac était le cœur de l’État de Tiwanaku, dont la capitale éponyme se trouvait au sud du lac. Selon les chercheurs, l’Isla del Sol (île du soleil) était un site religieux central du côté bolivien actuel du lac géant, qui est plus de 15 fois plus grand que le lac de Constance.

Pendant longtemps, les scientifiques ont supposé que la religion avait joué un rôle crucial dans la formation et la consolidation de l’État Tiwanaku. Cependant, pendant longtemps, rien ne prouvait que de tels rituels soutenaient cette théorie.

Le site archéologique du lac Titicaca.

 

En 1977, des plongeurs amateurs japonais ont découvert un récif rocheux au large de la côte nord-ouest de l’île et ont trouvé des brûleurs d’encens et de petits animaux. Sur ce récif de Khoa, de nouvelles expéditions ont été découvertes à la fin des années 80 et au début des années 90, notamment des os, des céramiques et des personnages en or et en argent. Certains d’entre eux venaient de l’époque des Incas, d’autres de l’époque de Tiwanaku. Cependant, une affectation exacte était difficile pour de nombreux objets. En outre, les chercheurs ont supposé que le récif sous les sédiments accumulés trouvait encore beaucoup plus de découvertes cachées. L’équipe autour de Delaere a donc exploré le récif de Khoa depuis 2013 lors d’une autre expédition sous-marine.

Des milliers d’objets sous la surface de la mer

Environ cinq à sept mètres sous la surface de l’eau, les chercheurs ont découvert une richesse d’objets sur une surface de 2 400 mètres carrés: des brûleurs d’encens en forme de puma, des ornements en or, des os de lamas, des oiseaux, des grenouilles et des poissons, des coquillages et plus de 1000 éclats de céramique. Par datation au radiocarbone (C14), les scientifiques ont déterminé l’âge entre environ 800 et 960 – la période d’expansion de l’état de Tiwanaku.

Une communauté bolivienne sur le site archéologique.

Compte tenu de l’abondance de matériel, les chercheurs concluent que des sacrifices d’animaux et des offres de valeur ont été présentés régulièrement. À l’époque, une partie du récif de Khoa était située au-dessus de la surface de l’eau. Le fait que les rituels aient eu lieu à Isla del Sol n’est pas une coïncidence pour les chercheurs: « L’île soleil et plus particulièrement le récif Khoa sont proches du centre géographique du lac », écrivent-ils. « Par conséquent, il n’est pas étonnant que l’élite Tiwanaku ait utilisé cet endroit pour des cérémonies coûteuses et très importantes. » Au cours de ces cérémonies, le feu a probablement été utilisé, car Delaere et ses collègues ont trouvé à plusieurs endroits des restes de charbon de bois.

Le récif comme centre du monde religieux

Alors que l’accès à l’île et au récif était difficile et réservé à un groupe exclusif de personnes, « les habitants des villages environnants auraient pu assister aux cérémonies de loin ». A cette époque, toute la rive du lac Titicaca était densément peuplée. Avec l’aide de ces rituels, la religion a renforcé l’état d’avenir. « La quantité et la qualité des offrandes ont montré que le récif était au centre du monde religieux de cette époque. »

Selon les chercheurs, les religions et les rituels étaient principalement utilisés pour contrôler et manipuler des pouvoirs surnaturels et pour promouvoir la cohésion dans le groupe. Les divinités religieuses ont pris le rôle de « punisseur surnaturel ». Ils devraient inciter la population à coopérer et à respecter les codes moraux. Dans le même temps, les pouvoirs surnaturels pourraient récompenser ceux qui respectent les règles.

Par conséquent, selon les chercheurs, ces rituels ont joué un rôle majeur dans la cohésion du groupe, d’autant plus qu’il n’existait probablement pas d’institutions laïques chargées de faire respecter les normes. À cet égard, les riches offres du récif de Khoa auraient dû contribuer de manière significative au fait que l’état de Tiwanaku autour du lac Titicaca pourrait prospérer et exister. (FSCH / dpa)


Voici quelques artéfacts

 

 

De nombreuses variétés de crânes ont été retrouvé sur le site.

 

De nombreux crânes allongés témoins réels d’une coutume particulière.

DIVERSES PHOTOS

Situation géographique de l’empire Tiwanaku.

 

Le lac Titicaca et la grande cité de Tihuanaco.

 

Photo satellite de la cité de Tihuanaco

 

Des sculptures sur les murs.

 

La Porte du Soleil.
Porte de la Lune

 

Une autre porte de ce qui aurait pu être une cité souterraine!

 

Des ruines grandioses!

 

Tiwanaku vue de Google Map
Une maison en terre cuite.

 


Des plans et une théorie provenant du réalisme fantastique des années « 80

 


Une église aurait été construite sur le site par des Templiers

Photos de vestiges de la présence des Templiers à Tiahuanaco

Croix grecques à Tiahuanaco ( Instituto del Ciencia del Hombre, Buenos Aires. )

Croix latine à Tiahuanaco ( Instituto del Ciencia del Hombre, Buenos Aires. )

apôtre du grand portail de la cathédrale d’Amiens

le moine à Tiahuanaco ( Instituto del Ciencia del Hombre, Buenos Aires. )

cette église fut construite par les templiers après 1250 sur les ruines de l’ancienne ville de Tiahuanaco et les motifs sculpturaux venaient d’Amiens. Vers 1290, les Araucans s’emparèrent de la colonie viking et templière de Tiahuanaco et le chantier s’arrêta. Les survivants quittèrent le Pérou ou se réfugièrent dans les hautes montagnes pour participer par la suite à l’édification de l’empire inca, celui que trouvèrent les conquérants espagnols. Il est fortement probable que les dirigeants du Temple et des moines aient pu établir le lien direct dans la transmission du savoir datant d’avant le dernier grand cataclysme ( – 10 000 environ avant J-C ) par les Egyptiens et par les habitants de la région de Tiahuanaco. Ils ont pu comprendre que les vestiges de ce savoir provenaient de l’Atlantide qui l’avait reçu des colonies de gens venus depuis Vénus dont la colonie originelle se situe justement à Tiahuanaco. Ce qui explique largement que les templiers n’aient pas accordé une importance particulière à la Bible et aux dogmes de l’église romaine rédigés par certains papes. 

source des photos : les templiers en Amériques, Jacques de Maheu, Robert Laffont, les énigmes de l’univers, 1980

 

 

…une histoire à suivre mes ami(e)s!

 

 

Des têtes humaines étonnantes: les photographies satellites prouvent-elles l’existence de l’homme en Antarctique… il y a 6000 ans?

Des informations géographiques et cartographiques précises concernant le continent antarctique n’ont été réellement découvertes qu’en 1822. Cependant, en contradiction directe, les anciennes cartes révèlent que l’Antarctique est totalement exempt de glaciation des milliers d’années auparavant.

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer de telles cartes. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Le magnifique mais formidable paysage de l’Antarctique.

 

L’incapacité de trouver une réponse acceptable à ce mystère cartographique a conduit à penser que les anciennes cartes étaient produites par des extraterrestres extrêmement avancés, car pour produire des cartes d’énormes masses continentales, elles ne pouvaient être tracées avec précision que d’un point de vue aérien, à l’aide d’appareils d’arpentage spécialement conçus pour le but!

Prenons une position  rationaliste ,comme les professeurs d’universités actuels qui ne veulent pas toucher au paranormal  et au réalisme fantastique.

Ainsi, à l’exclusion des extraterrestres (soyons frileux), quels cartographes très avancés sur le plan technique pourraient parcourir notre planète plusieurs milliers d’années avant Columbus, et autres? D’où viennent-ils et comment ont-ils acquis l’expertise et la capacité de navigation nécessaires pour naviguer dans de vastes océans et, surtout, pour enregistrer leurs découvertes sur des cartes qui auraient été la source d’informations transmises à des explorateurs «modernes» comme Columbus, Cook, Magellan ou Vasco da Gama, par exemple.

 

Une photographie satellite surprenante révèle le passé lointain de l’Antarctique

Pour citer un exemple, il y a la carte « Buache » du XVIe siècle qu’il prétend avoir été réalisée par une très ancienne civilisation, qui cartographiait avec précision le continent de l’Antarctique, dépourvu de sa calotte glaciaire d’un mile de profondeur. Cependant, sans aucune preuve concrète pour étayer ses affirmations, les experts soupçonnent que la carte de Buache était probablement le produit d’une imagination vive. Mais était-ce? Nous verrons plus tard.

« Carte des terres du sud comprise entre le tropique du Capricorne et le pôle Antarctique, où les nouvelles découvertes faites en 1739 au sud du cap de Bonne-Espérance peuvent être vues », de Philippe Buache.

 

 

Auteur, archéologue de l’espace et chercheur indépendant, William James Veall a tiré parti de l’étroite extension actuelle de la déglaciation côtière en Antarctique et a utilisé la photographie satellite à télédétection pour exposer un grand nombre de têtes humaines et de portraits d’animaux absolument étonnants, ainsi qu’un matériel inscriptif démontrant clairement que quelqu’un avait touché dans au moins trois zones distinctes du littoral antarctique dans un passé lointain.

FIGURE 1: Carte moderne de l’Antarctique indiquant la partie du littoral de la mer de Ross, l’objet de l’archéologue de l’espace, William James Veall, sondé par satellite de télédétection (en rouge) et le segment sans glace prolongé du littoral de la mer de Ross, comme indiqué dans l’annonce 1512 cartes d’Oronteus Finaeus (indiquées en vert).

 

William Veall poursuit: Beaucoup de lecteurs d’Antiquités Anciennes savent déjà que j’utilise la technique de la photographie satellite à télédétection pour exposer des images au sol: sculptures rupestres, intaglios, pictogrammes, pétroglyphes et symboles d’épigraphie. Actuellement, je suis également impliqué dans l’utilisation de la technologie par satellite pour le service extrêmement important de détection, de préservation et de protection des sites archéologiques du monde entier contre le vol et les actes de vandalisme. (GlobalXplorer)

En utilisant cette même technique, j’ai très bien réussi à tracer le littoral «houblon» de voyageurs transocéaniques en Amérique du Sud, le littoral nord-américain, Terre-Neuve, la côte ouest de l’Afrique, l’Uruguay et même le long de la côte est de l’Australie ( voir tableau 1) avec quelques révélations incroyables.
FIGURE 2: Tableau 1. Anciens symboles découverts le long de la côte est de l’Australie par William James Veall, mars 2017.

 

L’Antarctique était-il une fois sans glace?

Après une incursion assez fructueuse le long de la côte est de l’Australie, j’ai décidé de tenter ma chance et de mettre à l’épreuve la déclaration faite par le géographe, cartographe et mathématicien grec, Marinus de Tyr, qui, en 400 av. J.-C., avait eu connaissance d’une ancienne carte illustrant Antarctique sans glace.

Logiquement, le point le plus proche de tout contact transocéanique avec l’Antarctique utilisant comme guide la côte est de l’Australie serait de traverser l’Atlantique Sud, de pénétrer dans le cercle antarctique et de débarquer à un point situé à peu près dans la région de Wilkes Land; la même région que celle choisie par Ross en 1840-1843.

 

Il n’est pas déraisonnable de supposer sur le principe que le littoral extrême oriental de l’Australie se dirige vers le sud, suivant à peu près tout le méridien de 153 ° selon lequel les anciens explorateurs auraient «sauté la côte» de ce méridien par paliers faciles à mesurer, connus dans l’ancien langage de navigation les latitudes »en conjonction avec certaines constellations aériennes, leur permettant ainsi de traverser les océans jusqu’à atteindre le continent antarctique.

Après un balayage préliminaire de la plus grande partie du périmètre antarctique, une partie déglacée de la région de la mer de Ross semblait être la seule zone susceptible de fournir suffisamment de données factuelles et factuelles pour que ce «coup dans le noir» ait une réelle signification pour répondre à la question. : Existe-t-il des signes d’activité autochtone ou externe pouvant expliquer le fait que diverses cartes marines anciennes prétendent montrer que tout ou partie du littoral de l’Antarctique est exempt de glace?

Ainsi, premièrement, comment Marinus de Tyr a-t-il appris l’existence de «l’Antarctique» en 400 av. J.-C. et deuxièmement, Buache at-il réellement accès à des cartes anciennes lui permettant de construire ce qu’il prétend être une représentation fidèle du continent antarctique? moins sa couverture de glace et de neige gelées?

Apparemment, c’est Aristote qui a informé Marinus de l’existence d’un continent nommé «Terra Australis» entourant le pôle Sud. Marinus a ensuite marqué la carte du monde qu’il compilait à partir d’autres cartes anciennes portant le même titre. Mais, ce qui est le plus fascinant, sa carte montre Terra Australis (Antarctique) sans le bouclier de glace traditionnel. Cependant, les cartes anciennes que Marinus aurait utilisées mystérieusement « ont disparu », nous n’avons donc aucun moyen de vérifier son histoire.

Par la même occasion; Cela n’explique pas comment d’autres anciens cartographes, comme Oronteus Finaeus et Hadji Ahmed, pourraient également prétendre avoir accès à des cartes datant de 6 000 ans (4000 ans av. J.-C.) représentant le continent de l’Antarctique complètement dépourvu de glace. D’où viennent leurs cartes et qui les a compilées? Je crois que j’ai peut-être eu une réponse par hasard.

Oronteus Finaeus (ou Oronce Finé),

À la recherche de la route des explorateurs

Je dois avouer qu’avant mon coup de feu antarctique – à part le fait de savoir que l’Antarctique abritait le pôle Sud … et quelques pingouins – je n’avais aucune idée préconçue sur cette région recouverte de glace, à l’extrémité sud de la planète Terre. . Imaginez ma surprise de découvrir par hasard que j’avais suivi la voie maritime désormais connue des explorateurs «modernes» vers l’Antarctique et que, par mégarde, ma sonde de télédétection avait atterri pratiquement au même ancrage choisi par Amundsen (1911-1912) et Scott (1910-1913) ).

En contournant le cap Adare et dans la mer de Ross, j’ai balayé la côte est le long d’un tronçon où la mer de Ross borde la terre Victoria. C’est tout à fait par hasard qu’une partie du rivage déglacié s’est retirée un peu à l’intérieur des terres, laissant à découvert un tronçon de deux kilomètres environ, bien que certains endroits soient encore recouverts de traces de glaciation. Selon les études scientifiques les plus récentes, le bouclier de glace de l’Antarctique oriental a même commencé à fondre au cours des vingt dernières années à un rythme alarmant, probablement à cause du réchauffement de la planète.

J’avais à peine franchi la moitié du terrain sur le littoral de la mer de Ross lorsque j’ai eu le choc de ma vie!

Têtes humaines

Le satellite avait capturé très clairement une image de tête humaine (portrait) en regardant depuis le terrain rocheux. (Figures 7 et 7a) Cela n’était pas censé se produire: la présence de l’humanité sous quelque forme que ce soit, préhistorique ou autre, n’a jamais été détectée en Antarctique. logiquement, soyez un territoire vierge exempt de tout peuple autochtone préhistorique jusqu’à bien après la fin du grand âge glaciaire, il y a 12 000 ans.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j’ai découvert sur l’Antarctique; Cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée de 25 mètres de hauteur sur 32 mètres de largeur. Elle présente une tête humaine, d’apparence caucasienne, avec des traits faciaux gentils et des yeux légèrement épicanthic et expressifs. La joue gauche (face) est piquée avec une «étoile» de style crétois; le front avec une pointe de diamant SIG. Sous l’œil droit (en regard) se trouve un petit triangle piqué. Juste en face, deux personnages de Linear A ont été picorés.

Les recherches effectuées par l’Université de Reading au Royaume-Uni suggèrent fortement qu’une civilisation avancée existait déjà plusieurs milliers d’années avant les Egyptiens, les Sumériens ou les Babyloniens; cette culture des peuples noirs (époque Kiffian) due aux changements climatiques a été chassée vers le sud de leurs terres du « Sahara Vert » (9000 – 4000 av. J.-C.) pour finalement fusionner leur technologie prétendument assez avancée avec les peuples moins développés des régions méridionales, Egypte, par exemple. (Voir les références: ‘ Momie noire du Sahara Vert’ – une excellente vidéo).

Le balayage des côtes rocheuses de la mer de Ross a permis de dégager une quarantaine de portraits de têtes humaines, notamment des têtes d’animaux et, parmi ceux du tableau 2, près de cent symboles picorés. Ma méthode d’analyse a été développée au cours de nombreuses années, en étudiant littéralement des centaines de situations d’imagerie satellitaire dans les montagnes et les déserts du monde, ce qui a permis de créer des règles extrêmement critiques pour une interprétation précise des images.

 

FIGURE 3: Tableau 2: Tableau illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017. 

 

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

[Note de l’auteur: Les fonds des figures 5 à 12 ont été légèrement diffusés pour améliorer la clarté de l’image, mais cette image satellite originale n’a jamais été retouchée. La silhouette ajoutée ne doit pas être un «portrait» mais simplement une aide pour identifier la pose de l’image satellite. Les figures 5 à 12 sont publiées sous «Autorisations d’utilisation équitable» de Google Earth .]

 

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe tout à fait inhabituel, qui sous-tend la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l'arrière de la tête de l'aigle. Une date peut-être?

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe très inhabituel sous la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l’arrière de la tête de l’aigle. Une date peut-être?

Quelle culture particulière a utilisé ce motif comme icône de signature pour annoncer sa présence en Antarctique? La tête mesure 34 mètres de haut sur 50 mètres de large (Eagle), l’Aigle 18 mètres de haut sur 39 mètres de long (59 pieds sur 128 pieds). Les deux «dieux» réunis semblent représenter Hanuman, le tout-puissant dieu hindou des singes et l’aigle, le dieu hindou Garuda … mais dans l’ANTARCTIQUE?

FIGURE 6: À l’origine, j’avais ignoré ces débris jonchés de roches, mais une manipulation minutieuse de la prise de vue avec une caméra de télédétection a révélé un motif de roches qui ressemblait à une ancienne légende ancrée dans le littoral. Malheureusement, la partie du texte qui fait face à la mer est maintenant submergée sous l’eau (de fusion). Taille exposée de 50 mètres de long sur 25 mètres de large.

Ce message était-il une dédicace pour célébrer un rêve de longue date de débarquer sur la masse terrestre la plus emblématique de la planète Terre? agissant comme un contrepoids pour équilibrer la planète avec une autre grande masse terrestre dans le nord: l’Arctique? Je le crois.

Les caractères paraissent très similaires au script de comptabilité ‘Minoan Linear A’, circa 1800 – 1400 av. c’est extrêmement intéressant car les « points et tirets » pourraient bien se traduire en données chronologiques, en d’autres termes – annonçant l’arrivée et la date du premier passage de l’homme européen sur le continent antarctique?

Il est intéressant de noter que le tableau 3 montre très clairement que les caractères sont à la fois linéaires A et B, alors que pratiquement tout le matériel inscriptif ultérieur (voir tableau 2) le long du littoral de la mer de Ross est «picoré» dans un alphabet plus avancé du genre phénicien. Ainsi, par inférence, le débarquement doit avoir eu lieu bien avant 1200 avant JC car, à partir de ce moment-là, le genre phénicien (1100 av. J.-C.) commença à dominer «l’écriture».

Un autre fait qui pourrait confirmer que le message était une « dédicace de l’arrivée » ; le symbole en triangle donne une latitude exacte de 72 21 04 00 S et une longitude de 170 15 37 00E. D’après mon expérience, un triangle suivi d’un «A» majuscule signifiait presque toujours une géodésie d’importance.

De plus, pourquoi placer cette coordonnée sur un rivage fragile alors que tous les autres sont gravés dans la falaise? Réponse: de nombreuses années auparavant, le littoral avait été considérablement étendu, comme le prouvent les anciennes cartes Oronteus Finaeus et Buache (voir la carte de la figure 1, extension verte).

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j'ai découvert sur l'Antarctique; cette étonnante figure coiffée d'un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait découvert par Veal sur l’Antarctique; cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes sur le continent, car la masse terrestre était entièrement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même la préhistoire. 


Un message sur le rivage

 

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes d’aucune sorte sur le continent parce que la masse terrestre était complètement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même l’homme préhistorique 

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer des informations géographiques et cartographiques précises sur des cartes. Pourtant, de telles cartes existent apparemment. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Les images satellites révèlent des surprises

Maintenant, cette découverte de William James Veall pose la question suivante: qui a sculpté avec une telle finesse deux têtes de cerfs massives, qui, de par leur conformation, suggèrent qu’elles pourraient appartenir à l’espèce Huemul? La taille des sculptures (chacune) est en moyenne de 18 mètres de long sur six mètres de large (59 x 20 pieds).

FIGURES 9 et 9a: Parmi la pléthore d’images de l’Antarctique, j’ai enregistré chaque pièce d’imagerie qui a suscité sa propre surprise. Les deux animaux représentés dans cette figure passionnante ne font pas exception.

 

Les deux sculptures étaient-elles des icônes de la patrie ou des vagues successives d’immigrants ont-ils importé des cerfs en tant que source d’aliments vivants ou de fourniture de lait? cela pose une autre question: d’où? L’habitat le plus proche pour l’espèce de cerf Huemul serait probablement la Patagonie, en Amérique du Sud.

Un Heumul, un cerf du sud des Andes (Hippocamelus bisulcus) dans la réserve nationale de Cerro Castillo, dans la région d’Aysén, au Chili.

 

 

Il y a une solution possible. Pendant une période de climat tempéré, une route maritime a-t-elle été ouverte entre le cap Horn (Patagonie) et les îles Shetland? Je suis assez confiant pour avancer cette suggestion car des traces distinctes d’activités d’art rupestre sont visibles sur les parois rocheuses de certaines îles du groupe des Shetland. (à publier plus tard)

De plus, l’île Nelson fait directement face à la péninsule Antarctique où j’ai enregistré davantage de portraits de têtes humaines, dont l’un est le MS 3815 représenté à la figure 5, située sur l’île Marambio. Certains peuples ont-ils mis le pied sur l’Antarctique avant ou après ceux qui ont atterri à la mer de Ross? En outre, les mêmes personnes ont-elles, au cours d’une grande période de changement climatique, fait le tour du monde ou emprunté une route terrestre déglacée de l’Antarctique pour atteindre la communauté de la mer de Ross? Par conséquent, expliquer pourquoi différentes races sont immortalisées dans son portrait à la tête humaine.

 

La réponse à de telles questions est un projet énorme et distinct en soi, probablement même supérieur à celui de l’enquête sur la mer de Ross, car il doit prendre en compte les mouvements transitoires d’humains et d’animaux entre la pointe de l’Amérique du Sud et la péninsule Antarctique, des intervalles probables de glaciation et de déglaciation. pendant les périodes de changement climatique.

Si la fonte des glaciers se poursuit, on découvrira inévitablement davantage de portraits de têtes humaines, avec peut-être un matériel très important d’inscriptibilité; Tout cela fera des comparaisons fascinantes avec le mouillage de la mer de Ross et résoudra la question de savoir qui ont vraiment été les premiers à fouler le sol de l’Antarctique.

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d'un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d’un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d'une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d'une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l'est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d’une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d’une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l’est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

Les photographies satellite montrent que la sculpture se trouve sur un flanc de montagne dans la chaîne Holyoake. Le fait même que ce buste colossal ait été sculpté dans un endroit si isolé et couvert de neige m’a beaucoup intrigué, même si j’accepte que le buste ait été sculpté si cette région de l’Antarctique était devenue jadis libre de glace et accessible. Quand, par qui et dans quel but cette figure massive at-elle été fixée à cet endroit particulier?

La navigation par satellite révèle d’anciens records

Et puis, je me suis souvenu de la lecture d’un excellent livre du regretté professeur Charles Hapgood, (FRGS)  » Maps of the Sea Sea Ancient  » qu’Oronteus Finaeus avait tracé la position du pôle Sud à partir d’anciennes cartes qu’il avait acquises. Hapgood a pu calculer que le pôle Sud d’Oronteus Finaeus était en fait à 7,5 degrés (800 km) du véritable pôle Sud que nous connaissons aujourd’hui.

Maintenant vint le moment de vérité! Le 9 mai 2017, mon navigateur satellite avait enregistré une lecture latitudinale de 82 ° 25 ‘pour la statue, presque à 7,5 ° du vrai pôle Sud. J’ai ensuite vérifié les coordonnées longitudinales, 160º 32 ‘.

Chaque coordonnée confirmait presque exactement la position du pôle Sud, exactement comme Oronteus Finaeus l’avait indiquée sur sa carte de 1531 après JC.

Je crois fermement que la gigantesque sculpture de 800 mètres de haut a été sculptée, non seulement pour marquer de manière permanente ce que l’on croyait être, à l’époque, le véritable pôle Sud, mais aussi pour honorer et enregistrer à Memoriam les premiers peuples à avoir jamais existé. atteindre sciemment le «pôle Sud».

Messages sur le bord de la mer

La dernière chose que je m’attendais à faire était d’écrire un article en profondeur, d’analyser et de créer des illustrations pour de nombreux portraits, de dessiner des cartes, ainsi que des tables d’épigraphie, le tout résultant d’une intuition amusante de faire le tour du vaste continent antarctique par Remote. satellite de détection – tout par curiosité.

Trouver toute une série de portraits de têtes humaines, apparemment composés d’au moins cinq cultures différentes, plus des têtes d’animaux, le tout entremêlé d’une masse de textes inscriptifs et, romantiquement,  » un message au bord de la mer », était pour le moins époustouflant .

Il ne fait absolument aucun doute dans mon esprit, contrairement à ce que l’on sait, que l’Antarctique a été visité dans le passé avec probablement une habitation de longue durée le long, du moins, des régions côtières dans des périodes de climat plus tempéré; cette preuve réfute complètement la croyance de longue date selon laquelle « l’Antarctique n’a JAMAIS vécu de peuple autochtone dans ce pays. En fait, jusqu’en 1822, personne n’avait jamais vu l’Antarctique ».

Mais la cerise sur le gâteau était certainement lorsque j’ai découvert l’importance de la figure massive sculptée dans la chaîne de montagnes de Holyoake pour commémorer la découverte et l’enregistrement de l’emplacement exact du pôle Sud, tel qu’extrapolé des anciennes cartes d’Oronteus Finaeus.

J’ai une légère réserve sur ce point, après avoir enregistré par télédétection des centaines de marqueurs SIG (géodésique et d’identification). J’ai toujours été étonné de l’incroyable précision obtenue par les anciens cartographes – et je ne parle pas en degrés, mais en minutes -, évoquant discrètement une civilisation ancienne possédant des connaissances en astronomie, en navigation et en cartographie de superlatifs équipement scientifique non égal à l’homme «moderne» jusqu’au 19ème siècle au moins.

La datation de matériel artificiel est, au mieux, très aléatoire. Le code vestimentaire de toute statue ou portrait ancien est presque toujours un indice sonore de la provenance. Ici, un indice est dans le style de casque plutôt «roman / greco», comme on le voit ci-dessus. En fait, le long de la section de la mer de Ross, il semble y avoir au moins quatre bustes portant le même casque, suggérant qu’une force expéditionnaire de la Méditerranée avait effectivement réussi à atteindre l’Antarctique.

En tant qu’archéologue de l’espace, je ne prétends pas avoir d’expertise en épigraphie; Cela n’empêche pas de faire des observations sur les documents que j’ai découverts au cours de mes recherches. Par conséquent, est-il possible de dériver un laps de temps simplement à partir du matériel inscriptif que j’ai présenté dans les tableaux 1 à 3)? La réponse est oui. Premièrement, en observant les extrémités historiques des tableaux.

Le tout premier stade de la chaîne d’épigraphie antarctique aurait besoin de hiéroglyphes égyptiens: il n’y en a AUCUN. Un point final de ma chaîne tabulée devrait inclure l’alphabet grec « modernisé », l’hébreu et peut-être même le lettrage romain. Il n’y en a pas. Ainsi, nous avons établi les limites du matériel inscriptif répertorié.

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie ».

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie » . MS 3755, Col 5, dépeint un personnage proto-sinaïtique (un homme agitant joyeusement des bras) vers 1850 av. Est-ce le premier lien dans l’hypothèse? En examinant les autres caractères des tableaux 1 et 2, nous constatons un biais en faveur de l’écriture minoenne, Linear A. Maintenant, Linear A a été développé, entre 1800 et 1400 av. D’où «points et tirets» qui signifient un script en base 10. (voir tableau 3 et le « message sur les sables » )

Tableau 2. Graphique illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017.
Tableau 3. «Message sur les sables»

 

Cependant, on remarquera dans le «mélange» (tableaux 1, 2 et 3) que des caractères du script mycénien Linéaire B, développé vers 1500 avant JC – 1200 avant JC, sont principalement utilisés pour la communication.

Ainsi, nous avons une date de début dans notre chronologie composée de Proto-Sinaiatic (1850 av. J.-C.) parallèle à Linéaire A (1800 av. J.-C. – 1400 av. J.-C.), suivi de Linear B (1500 av. La Linéaire B était suivie de l’alphabet phénicien (1100 av. J.-C.) qui continuait jusqu’à l’âge du fer (1050 av. J.-C.) avant d’être repris par des variantes de l’alphabet grec (800 – 750 av. J.-C.). 

Selon le matériel inscriptif, la région de la mer de Ross en Antarctique était sujette à des visites et à un éventuel habitat semi-permanent au cours d’une période de déglaciation de 1850 av. J.-C. à au moins 1050 av. hors 1000 ans.

De plus, je pense que sur une période de 1 000 ans, l’Antarctique a finalement été circumnavigée, la carte de l’Antarctique a donc été cartographiée au format bitmap, produisant ainsi la série de cartes locales légèrement disjointes et historiquement rapportées.

Une évaluation approfondie de la glaciation et de la déglaciation de l’Antarctique, même pour seulement 10 000 ans, est extrêmement complexe et sort du cadre de cet article. Qu’il suffise de dire que si le «message dans les sables» était peut-être un message d’adieu, pourquoi était-il «écrit» en Linéaire A / Linéaire B et non pas le même alphabet que la masse de textes inscriptifs présentée dans le Tableau 2? Y a-t-il eu des visites successives au cours de la période de 1000 ans? Peut-être avec ces dernières vagues utilisant une forme de communication écrite plus «moderne».

Qui aurait pu créer de telles œuvres?

Nous avons déjà discuté était Aristote qui a informé Marinus de Tyr en 400 avant JC de l’existence d’un continent appelé Terra Australis (Antarctique) qu’il avait glanées (local) des cartes des centaines d’années.

Maintenant, si nous acceptons les anciennes cartes mentionnées par Aristote, qui remontent à des centaines d’années, 1450 av. J.-C. se situe bien dans un laps de temps acceptable. Une période qui englobe la période où les Minoens étaient des négociants maritimes extrêmement actifs, de superbes artisans produisant d’étonnantes figurines humaines en or et en bronze, ainsi que des formes naturelles outils de fer et de bronze pour la construction navale aux beaux-arts.

Détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.)

Un détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.) 

Les sculptures de la mer de Ross ne pouvaient avoir été sculptées que par des artistes hautement qualifiés travaillant avec peut-être certaines des roches les plus dures connues de l’homme; ces artisans auraient sûrement besoin de «mauls et ciseaux» en bronze ou en fer résistant. Ce fait est très important car les dates de l’âge du bronze minoen (1500 – 1200 av. J.-C.) et le léger chevauchement qui s’ensuit dans le premier âge du fer (1050 av. J.-C.) maintiennent fermement les Minoens dans notre calendrier postulé.

Beaucoup de cultures différentes?

Un point très intéressant se pose lorsque l’on considère que, sur un aussi court littoral, il existe au moins cinq cultures complètement différentes décrites par la physionomie des bustes; Je ne crois pas que ce soit une génération issue d’un développement linéaire, parce que tout simplement, nous nous pencherions sur des dizaines de milliers d’années, pas seulement sur 10 000 ans d’histoire déglaciée.

De plus, les artistes antiques ont soigneusement sélectionné leurs pièces de façades en pierre pour refléter les tons de couleurs des visages qu’ils désiraient représenter, nous présentant ainsi des portraits inédits d’habitants « en chair » exactement tels qu’ils étaient il ya plusieurs siècles. .

Étrangement, même les portraits des peuples les plus primitifs sont marqués du même SIG «international» en boucle ou en forme de diamant, indiquant clairement que les statues sont contemporaines aux côtés des quantités copiques de matériel inscriptif; comme nous l’avons déjà dit, il est facile de le dater entre les limites de 1850 et de 800 av.

 

Je ne peux pas affirmer catégoriquement que les Minoens ont été les premiers à voir ou à mettre les pieds sur les côtes de l’Antarctique; c’est quelque chose que nous ne saurons jamais avec certitude. Le fait même que des bustes «primitifs» soient évidents parmi les sculptures suggère que les «Fisherfolk» originaires de Patagonie, de Nouvelle-Guinée ou d’Australie-Méridionale, par exemple, auraient également pu tirer parti d’un climat tempéré et étaient déjà en résidence avant les Minoens. arrivée.

De toute évidence, sans un examen médico-légal approfondi, je ne saurais dire si les Minoens, passionnés par la reconstitution de tous les êtres vivants sous forme de peintures ou de sculptures, ont conçu le littoral de la mer de Ross comme un chef-d’œuvre et des outils permettant de façonner des images à leur image avant l’arrivée des Minoens… et l’utilisation d’un insigne SIG. (Je ne pense pas?)

Et pour finir, quelques HOT NEWS:

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

Cette dernière capture satellite montre ici encore une fois l’étrange juxtaposition entre la forme primitive et le matériel symbolique. Où se situe ce spécimen d’humanité «préhistorique» dans la chaîne d’humanité exposée de l’Antarctique?

Notez le front bas orné d’un bandeau à fleurs, de petits yeux fixés sous une crête (front) crânienne. Observez le nez large et trapu au-dessus d’une grande bouche montrant très clairement un ensemble de canines saillantes et saillantes. Remarquez la fleur, en bas à droite, parmi le matériel inscriptif.

Gardant à l’esprit le précédent contact Australie / Antarctique mentionné ci-dessus, je soupçonne que l’image représente une arrivée autochtone précoce sur le continent, mais associée à un matériel inscriptif… c’est un mystère persistant!

Enfin, la question fascinante que tout le monde se posera: croyez-vous que, maintenant que l’Antarctique a été partiellement exposé, ce continent deviendra la véritable « île » et la mystérieuse île de « Atlantis »?

EN CONCLUSION

Il est impossible qu’un peuple préhistorique ait pu faire cela…seule une civilisation très avancée sur le plan technologique le pourrait.

Une civilisation qui connaissait le déplacement dans l’espace et  la technologie aérospatiale…par exemple!

Cette étude basée sur les recherches de Veal,nous montre bien   les raisons de l’expédition allemande de 1938-39:retrouver l’ancienne civilisation …venue des Cieux! 

Squelette retrouvé fossilisé en Antartique.

 

 

 

Chine : des restes d’hommes « géants » ayant vécu il y a près de 5 000 ans

Une équipe d’archéologues de l’Université de Shandong annonce la découverte remarquable de restes d’hommes « géants » ayant vécu en Chine il y a près de 5 000 ans.

 

Les ossements découverts lors de fouilles menées dans le village de Jiaojia, situé dans la province du Shandong dans le sud-est de la Chine, révèlent au moins un individu masculin qui aurait atteint 1,90 m de hauteur, ainsi que d’autres mesurant environ 1,80 m. Si ces tailles pourraient paraître « banales » aujourd’hui, elles sont en revanche exceptionnelles pour l’époque : “Nous avons fait cette conclusion après avoir examiné les ossements”, explique Fang Hui, chef de l’école et d’histoire de l’Université Shandong. “De leur vivant, ces hommes étaient sans aucun doute encore plus grands”.

Pour vous situer, la taille moyenne d’un jeune homme de 18 ans en Chine est d’environ 1,72 m. En Europe il y a 5 000 ans, les hommes mesuraient environ 1,65 m. Selon les chercheurs, de telles tailles pour s’expliquer par l’accès à des sources alimentaires riches dont disposait ce peuple à l’époque. “Les hommes de l’époque cultivaient le millet et élevaient des cochons”, explique M. Fang. “Des os et des dents de cochons ont été retrouvés dans certaines tombes. L’agriculture sans doute était alors sans doute bien développée. Ils disposaient de ressources alimentaires variées et riches et donc forcément, leur physique a changé”. Les ruines où furent exhumés les ossements indiquent également que ce peuple vivait “une vie confortable”, se permettant “des chambres et des cuisines séparées”, selon les archéologues.

La zone des fouilles est censée avoir été le centre politique, économique et culturel du Shandong septentrional d’il y a 5 000 ans. Au total, des ruines de plus de 100 bâtiments, plus de 200 tombes et une vingtaine de fosses sacrificielles y ont déjà été trouvées. Gardons à l’esprit que ces premières découvertes ne sont pour l’heure que préliminaires et n’ont pas encore été examinées par des pairs. Seuls 2 000 mètres carrés ont pour le moment été creusés — soit environ la moitié du terrain destiné à être déterré.

 

 

 

Civilisation disparue: un icosahédron de 20 faces en verre teinté…de Phénicie

Un icosahédron à 20 faces en verre teinté, les caractères sont phéniciens !

Une oeuvre fantastique qui remet tout en question!

Nous sommes devant une grosse énigme, lorsque Platon décrit les cinq éléments solides (380 ACN ) les phéniciens sont sur la fin de leur rayonnement…
Or ils mettent en évidence l’élément vital du noyau de la création physique à un époque antérieure qui peut parfaitement se situer jusqu’à 3000 ACN comme les sphères de Towie qui ont été datées sur des éléments connexes permettant la datation…
Comme il est impensable qu’à l’âge du bronze récent il puisse y avoir connaissance de cela, il y a nécessairement TRANSMISSION de survivant d’une civilisation disparue….
C’est fabuleux !

Photo de Louis de Jonghe d’Adoye que je remercie et salue pour son oeuvre de recherche!

Vidéo et article:Le monde scientifique ébranlé par la découverte de fossiles d’humanoïdes minuscules …en Antartique!

Les restes de ce qui semble être des humains minuscules ont été trouvés dans la chaîne de montagnes de Whitmore en Antarctique , une zone qui, selon les estimations, n’a été habitée récemment depuis l’éloignement de l’emplacement et les températures glaciales. 

 

DES FOSSILES HUMANOÏDES DE 600 MILLIONS D’ANNÉES TROUVÉS EN ANTARCTIQUE

La chose la plus étonnante à propos de ces fossiles, cependant, c’est qu’ils sont antérieurs aux dinosaures , des centaines de millions d’années avant que tout ce qui ressemble à des hominidés n’apparaisse pour la première fois. On pense que les deux squelettes presque parfaitement conservés ont 600 millions d’années. Plus vieux que tous les vertébrés précédemment découverts. Plus ancien que tout organisme vivant dans la terre, encore découvert dans l’enregistrement fossile. Beaucoup plus vieux que tout, même ressemblant à une créature assez complexe pour être un bipède. La forme des os indique également qu’ils sont humains plutôt que primates et l’exhaustivité des restes suggère également qu’ils proviennent d’adultes plutôt que de nourrissons. Qu’il s’agisse d’une civilisation avancée qui a visité et a probablement vécu sur Terre bien avant que la vie complexe ne soit évoluée.

 

 

Alors que le découvreur des os insiste sur le fait qu’ils ne sont pas d’origine extraterrestre, il existe un manque distinct d’autres explications compte tenu de l’âge des fossiles. À une époque de l’histoire, la vie évoluait dans les mers, et rien ne vivait même sur la terre, et encore moins des espèces avancées comme les mammifères, les restes humains sont définitivement hors de leur place. Même si une telle espèce était originaire de la terre, il aurait été peu favorisé de se nourrir en dehors de formes de vie très simples dans les mers qui auraient dû être collectées et récoltées en grande quantité. La terre était complètement stérile et sans abris ni moyen de faire des outils, ni d’éviter les conditions météorologiques, les températures extrêmes ou le froid. En bref, la terre t était complètement inhabitable.

 

 

 

 

 

 

Le Musée de la Paléontologie de Californie décrit la période: « L’histoire fossile de la vie sur terre a été repoussée à 3,5 milliards d’années avant le présent. La plupart de ces fossiles sont des bactéries et des algues microscopiques. Cependant, dans le dernier Protérozoïque – une période maintenant appelée Ediacaran ou Vendian, et qui dure depuis Il y a environ 635 à 542 millions d’années * – les fossiles macroscopiques d’organismes à corps doux se retrouvent dans quelques localités du monde entier, confirmant les attentes de Darwin. Déterminer une espèce indigène, à moins d’être suffisamment avancés pour ne pas avoir besoin de se nourrir d’autres espèces pour la subsistance, la seule autre option plausible est que les humanoïdes sont venus d’ailleurs. Une espèce adéquatement avancée pourrait survivre dans un environnement sans aucune des ressources naturelles nécessaires pour survivre car elles pourraient créer la leur ou apporter des outils et de la technologie avec eux pour survivre. Le problème avec cette idée, cependant, c’est qu’ils auraient encore besoin d’évoluer dans un environnement qui a ces recours pour devenir avancé en premier lieu. Puisque la Terre, il y a 600 millions d’années, ne comportait rien d’autre que des formes de vie simples, cela ne peut pas être le cas pour les minuscules humanoïdes, et une autre explication doit être la cause de leur apparition il y a quelques années.

 

 

Des squelettes « d’humanoïdes étranges » trouvés en Afrique et en Asie

Des scientifiques disent avoir trouvé un cimetière d’extra-terrestres en Afrique centrale qui date d’au moins 500 ans!

Un cimetière de géant a été retrouvé à Kigali, Rwanda. L’information est rapportée par la Pravda.

Les restes ont été trouvés dans un des 40 cimetières communaux de la région où 200 corps ont été retrouvés. Les chercheurs pensent que ce sont des E.T. et qu’ils devaient probablement vivre dans la région, bien qu’aucune trace n’ait été retrouvée. L’estimation de l’enterrement est d’à peu près 500 ans et les corps sont en parfait état de conservation.
 
Ces corps ne sont pas humains, bien que très proches morphologiquement. Ils sont cependant plus grands (2,20m), avec une tête plus large dépourvue de bouche, de nez ou d’yeux.
 
Les anthropologues supposent que ces  E.T. se sont écrasés sur Terre et ont été décimés par un virus terrien contre lequel ils n’avaient aucune immunité. Cependant, aucune trace d’atterrissage ou de débris ne subsistent… Comme on n’a pas trouvé aucun reste de vaisseau spatial ou de soucoupe volante, on suppose que, parmi ces E.T., il y a eu des survivants qui sont repartis.

En Chine

Il existe d’autres découvertes de ce type faites ailleurs sur Terre, en Chine notamment. En 1937, le Pr Chi Putei a découvert dans les cavernes du mont Bayan-Kara-Ula des squelettes de petits hommes possédant une énorme tête. A proximité, 176 plaques de pierre avec en leur centre un trou, duquel une spirale s’étendait sur tout le périmètre.
 
De plus, les murs de la grotte étaient couverts d’images du soleil levant, de la lune et des étoiles, avec de nombreux points peints ou de petits objets, s’approchant lentement des montagnes et de la surface de la terre.

Les experts pour déchiffrer les anciens caractères écrits ont été perplexes sur la divulgation des spirales secrètes de la grotte Bayan-Kara-Ula pendant deux décennies. Enfin, un professeur de l’Université de Pékin, Zum Umniu, a déchiffré plusieurs inscriptions. Les lettres rainurées racontent qu’il y a environ 12 mille ans, des objets volants se sont écrasés dans ces montagnes. Les archéologues chinois ont trouvé une mention des peuples qui vivaient dans les grottes montagneuses de Bayan-Kara-Ula.

En Turquie

Un cadavre d’un autre «alien» a été trouvé par les spéléologues turcs. Une momie de l’âge glaciaire reposait dans un sarcophage en matériau cristallin. La hauteur de la créature humanoïde ne dépassait pas 1 mètre 20, sa peau était vert clair, et il avait de grandes ailes transparentes sur les côtés.

Selon les chercheurs, malgré son aspect inhabituel, la créature ressemblait plus à une personne plutôt qu’à un animal. Son nez, ses lèvres, ses oreilles, ses mains, ses pieds, ses ongles étaient très semblables à ceux de l’homme. Seulement ses yeux étaient très différents, trois fois plus grands que ceux d’un humain, et incolores, comme des yeux de reptile.

Et en Égypte

Il n’y a pas si longtemps, dans une des anciennes tombes égyptiennes, on a trouvé unemomie d’un homme de 2,5 mètres de haut. Il n’avait ni nez, ni oreilles, et sa bouche était très large et n’avait pas de langue.

Selon l’archéologue Gaston de Villars, l’âge de la momie est d’environ 4 mille ans. Il a été enterré comme un noble égyptien : soigneusement momifié et entouré de serviteurs, de nourriture et d’objets d’art conçus pour l’au-delà. Cependant, certains des objets découverts auprès de lui n’appartenaient ni à la culture égyptienne ni à aucune culture existant sur terre.Par exemple, il y avait un disque métallique rond et poli recouvert de caractères étranges, un costume en métal avec les restes de quelque chose ressemblant à des chaussures en plastique, et de nombreuses tablettes de pierre remplies d’images d’étoiles, de planètes et d’étranges machines. Le sanctuaire où la momie étrange a été trouvée semble également inhabituel. L’enterrement a été fait avec de la matière inconnue dans l’antiquité. La pierre était littéralement sculptée dans la roche de sorte que les murs étaient lisses, comme du marbre poli. Il avait l’air d’avoir été coupé par un laser. Incidemment, la surface de la pierre était apparemment entrée en fusion. Le tombeau était décoré d’une substance ressemblant au plomb. Cependant, la théorie «alien» n’est pas la seule. Selon certains chercheurs, les «géants» et les «nains» pourraient être une simple branche latérale de l’humanité qui a autrefois vécu sur la Terre, mais qui, pour une raison quelconque, s’est éteinte.

Sources :

http://www.disclose.tv/forum/alien-graveyard-allegedly-found-in-rwanda-t129…

http://www.ufocasebook.com/2009d/rwandagraveyard.html

 

Une découverte change le récit de l’humanité

En 2012, des chercheurs russes ont découvert un mammouth mort il y a 45 000 ans dans la région centre de la Sibérie arctique. Après analyse du squelette, ils ont constaté que les humains étaient présents dans cet endroit bien plus tôt qu’il ne le pensait.

Le mammouth découvert en 2012.
Le mammouth découvert en 2012.

Suite à la découverte d’un squelette de mammouth dans l’Arctique, des scientifiques russes ont découvert que les humains étaient présents dans cette région il y a 45 000 ans, soit 10 000 ans plus tôt qu’on ne le pensait. Ils ont pu établir ce constat grâce aux pointes de flèches et autres objets tranchants observés sur la carcasse gelée de l’animal, trouvé en 2012 dans les sédiments gelés d’une falaise sur la côte est de la baie de Yenisei (centre de la Sibérie arctique). Cette découverte, publiée dans la revue scientifique «Science», pourrait ainsi relater le plus ancien exemple de survie dans l’Arctique où les indices paléolithiques humains sont rares.

Le squelette du mammouth montre des signes de blessures inhabituelles sur les côtes, sur la défense droite et les mandibules. Des marques qui résultent très probablement de pointes de lance très aiguisées, ont analysé ces scientifiques. Les ramus mandibulaire, partie montante de l’os de la mandibule qui sont très résistants, sont le plus souvent intacts quand ils sont découverts. Mais dans les restes de mammouths plus récents abattus par des humains les mandibules sont très souvent incomplètes ce qui pourrait avoir résulté d’une extraction de la langue, supputent-ils.

La chasse aux mammouths

Les chasseurs mangeaient souvent la langue des mammouths, une sorte de rituel ou parce que cette partie de l’animal était peut-être considérée comme un met raffiné, indiquent les chercheurs. La seule défense préservée de ce mammouth, celle de droite, montre des traces de travail humain pour en modifier la forme. Ainsi ces marques indiquent une tentative de la séparer du reste du corps.

En revanche l’extrémité extérieure de la défense, normalement peu tranchante, a été travaillée pour en faire un outil, selon des techniques différentes observées plus tardivement dans l’Arctique. Ces hommes faisaient de longs éclats d’ivoire effilés pour couper la viande dans une région où d’autres matériaux lithiques bruts étaient difficiles à trouver.

Des avancées dans les techniques de chasse aux mammouths ont probablement permis à ces groupes de se propager dans la partie la plus au nord de la Sibérie arctique, estiment les auteurs.

 

Source:Paris Match

 

Le modèle Kumari : les humains auraient-ils évolué à partir de l’océan Indien?

La Terre  suivant la thèse du Modèle Kumari...à l'origine de l'évolution humaine.
La Terre suivant la thèse du Modèle Kumari…à l’origine de l’évolution humaine.

 

Au cours des dernières décennies, les scientifiques ont accumulé une énorme quantité de preuves montrant que les humains ont évolué en Afrique avant de migrer dans le reste du monde. Néanmoins, quelques idées alternatives existent comme le « modèle Kumari », avancé par AR Vasudevan. Vasudevan est l’auteur de Ariens: Qui sont-ils?  dans lequel il fait le cas  sur le modèle Kumari, ainsi que plusieurs commentaires sur le web  où il fait également valoir sa théorie en sa faveur.

Mais pour  tout ce qui touche  le modèle Kumari,  devrions- nous faire attention à Vasudevan et son livre ?

Le modèle Kumari  parle des origines de l’homme en affirmant  que les êtres humains n’ont pas évolué en Afrique, mais plutôt, qu’ils sont originaires d’un continent situé  dans l’océan Indien connu comme étant la  » terre Kumari », qui a été avalé par la mer il y a environ 14,000 années. Cette région « Atlantesque »  était immense, reliant l’Inde à l’Afrique et s’étendant vers le sud  jusqu’en  Antarctique. Comme les humains ont migré hors de la  terre Kumari et remplis le reste du monde, ils ont pris deux routes, l’une en Afrique de l’Ouest et de l’Est en Inde. Ceux qui allèrent  en Inde ont continué de migrer vers le nord, pour finalement s’installer en Europe et dans le reste de l’Asie,par la suite.

 

Vasudevan prétend qu’il y a beaucoup d’éléments de preuve en faveur de cette origine indienne des Européens, à son tour, accréditant particulièrement  le modèle Kumari. La plupart des éléments  de cette thèse  provient du projet Genographic : il s’agit d’un effort fait  par le National Geographic ,afin de retracer comment les gènes se sont déplacés dans le monde entier. Cela a conduit à des découvertes qui fournissent des preuves pour le modèle Kumari comme:

  • La découverte que  Européens sont plus étroitement liés aux Indiens que les Africains (parce qu’ils faisaient partie de la même migration venant de la  terre Kumari)
  • Le projet Genographic révélant que la migration européenne a commencé en Inde
  • Le fait que les humains sont divisés en deux groupes pour près de cent mille ans (ils ont migré dans des directions différentes  à partir de la  terre Kumari)

Ces revendications font certainement un argument convaincant pour le modèle Kumari. Mais avant d’aller chercher les preuves dans  l’océan Indien pour le  véritable  berceau de l’humanité, il est intéressant de souligner que ce ne sont pas réellement les résultats du projet Genographic.

Par exemple, Vasudevan affirme que le projet Genographic a découvert que la migration vers l’Europe est originaire de l’Inde, et non pas de  l’Afrique, et ont redessiné leur carte de migration humaine en conséquence.

« Sur le projet géographique. . .il a été  déclaré que  ». . . [les preuves  génétiques] soutiennent l’existence d’ une route au sud de celle de la migration de Bab-el-Mandeb,le fameux détroit en Arabie, avant de tout mouvement vers le nord. . . « . En conséquence, ils ont redessiné la carte de la migration des Eurasiens  qui commence à partir de l’Inde du Sud. . . Cela rend la migration eurasienne exactement telle que celle  montrée  dans le livre [ Ariens: Qui sont-ils ] pour faire accepter  le côté scientifique. »

Toutefois, si vous allez sur le site du projet Genographic, vous trouverez qu’ils n’ont pas redessiné la carte pour demontrer que les Européens sont originaires de l’Inde . C’est parce que pour  la migration vers le sud à travers l’Arabie, ils se réfèrent que ce n’est pas la même migration qui a donné lieu à celle des Européens. Au contraire, il y avait un groupe d’humains qui ont suivi la côte du Moyen-Orient, autour de l’Inde et vers le bas dans l’Indonésie et l’Australie. Ainsi l’Inde du Sud a joué un rôle particulier dans la migration humaine, mais c’était dans le mouvement migratoire vers  l’Australie, mais pas en Europe.

 

La carte basée sur les données du projet Genographic. La découverte dont ils parlent est la flèche du bas menant à l'Australie. Notez comment elle ne va pas à l'Europe. A noter également l'absence de flèche menant de l'Inde à l'Europe.
La carte basée sur les données du projet Genographic. La découverte dont ils parlent est la flèche du bas menant à l’Australie. Notez comment elle ne va pas à l’Europe. A noter également l’absence de flèche menant de l’Inde à l’Europe.

 

Vasudevan soutient également

« Une autre conclusion du  projet Genographic est « l’homme antique a commencé sur le chemin de l’évolution en deux espèces distinctes avant de fusionner de nouveau dans une seule population. Les deux populations ont vécu dans l’isolement pendant 10.000 ans « . Selon le modèle Kumari, la population africaine était un sous-ensemble de la population Kumari jusqu’à 60,000 années avec une histoire génétique commune. Par conséquent, la conclusion importante du  » Genographic Project »  s’inscrit parfaitement dans le modèle Kumari. »

Encore une fois, cela représente mal  les résultats du projet Genographic. Ils n’ont pas trouvé que les Européens et les Africains avaient été séparés pendant des siècles ,pendant qu’ ils ont migré dans des directions différentes de la terre Kumari.Non, la divergence qu’ils ont identifié était entre deux populations africaines est donc totalement incompatible avec son petit modèle.

En fait, la seule fois  que Vasudevan ne représente pas mal le projet Genographic, c’est quand il parle de la façon dont les Européens sont plus étroitement liés aux Indiens que les Africains. Bien sûr, ce qu’il ne dit pas, c’est que c’est exactement ce que vous vous attendez à trouver dans le modèle dominant de la migration hors d’Afrique.

L’effet de goulot d’étranglement, en montrant comment les migrations conduisent à une  diversité réduite.

Quand un petit segment de la population migre dans un nouvel  environnement, ils emportent avec eux un petit segment de la diversité génétique des populations d’origine. Toutes les migrations que cette population moins diversifiée  rencontre  à son  tour, contiennent cette diversité réduite et ainsi se rapprochent (par parenté) de la première migration de la population d’origine. En d’autres termes, nous nous attendons à ce que  les groupes humains  qui sortent  de la migration hors d’Afrique, se ressembleront davantage  les uns aux autres que davantage à  la population africaine d’origine.

Alors, quand Vasudevan fournit un compte rendu exact du projet Genographic, il soutient son modèle. Dans tous les autres cas ,les véritables conclusions  ne prêtent aucun crédit à l’idée que nous avons évolué dans la terre mystique de Kumari. Cependant, je ne pense pas que l’absence totale de preuve génétique est le plus gros problème avec l’hypothèse Kumari. Non, le dernier clou dans le cercueil provient de cartes Topo de l’océan Indien.

Vasudevan affirme que le niveaux de la mer ,il ya 14.000 ans ou plus,était de 130 mètres plus bas, ce qui explique pourquoi le continent Kumari était au dessus du niveau de la mer. Cependant, si vous regardez les cartes de l’océan Indien, il devient évident que pour avoir quelque chose d’aussi grand que Kumari,la mer aurait effectivement due être  de 3000 mètres plus bas. Elle n’a pas été aussi bas pendant des  millions d’années, et n’aurait certainement pas été à ce niveau , lorsque les humains auraient été au-début de leur  évolution.

Même sans aucune preuve génétique indiquant qu’il y avait eue  une migration de la terre de  Kumari, et aucune preuve géographique il y avait même un Kumari, je me sens assez confiant dans le modèle de l’étiquetage de Vasudevan .

 

Sources: Le livre de Vasudevan