L’armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d’or en Syrie dans le cadre d’un accord avec l’Etat Islamique

L’armée américaine a été surprise en train d’expédier 50 tonnes d’or hors de Syrie dans le cadre d’un prétendu accord avec des combattants de l’État islamique au nord-est de la Syrie.

Résultats de recherche d'images pour « L'armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d'or en Syrie dans le cadre d'un accord avec l'Etat Islamique »

 

 

Selon des reportages de l’agence de presse syrienne SANA, des responsables militaires américains ont conclu un accord avec des terroristes mercenaires  de l’Etat islamique aux termes duquel le groupe terroriste leur permettrait de transporter 50 tonnes d’or dans la province de Deir el-Zour, située dans l’Est de la Syrie, en échange d’un passage sûr pour les terroristes.

La presse syrienne a affirmé que les dirigeants d’ISIS étaient sur place pour guider les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, “en concluant un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et experts de l’organisation terroriste sur le terrain”.

Themindunleashed.com rapporte: Le métal précieux, d’une valeur d’environ 2,13 milliards de dollars, a été pillé par le soi-disant «califat» lors de son règne de terreur en Syrie et en Irak entre 2015 et 2017. Cet or aurait été volé par l’Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d’autres régions de la Syrie. Le rapport ajoute que les dernières cachettes du groupe terroriste à Deir-el-Zour contiennent également des millions de dollars en liquide pillés par le groupe de toute la Syrie et de l’Irak voisin.

Selon le quotidien turc Daily Sabah , des hélicoptères de l’armée américaine auraient déjà transféré l’or de la base des forces américaines à Kobane, une ville contrôlée par les Kurdes et située à proximité de la frontière nord-syrienne. Une partie de l’or a également été distribuée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis.

La nouvelle intervient après que SANA eut déclaré que des habitants avaient assisté à des hélicoptères américains qui avaient transporté de grosses caisses contenant une quarantaine de tonnes d’or dans la région d’Al-Dashisha, dans le sud de la campagne de Hasaka. Les médias syriens ont affirmé que les dirigeants de l’Etat islamique ont guidé les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, « suite à un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste.« 

Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, selon lesquelles les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans le but de mettre la main sur le butin du groupe.

L’OSDH a déclaré:

«Les forces de la coalition dirigées par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes (SDF) ne ciblent pas délibérément les zones sous le contrôle des terroristes et des commandants de l’EI dans l’est de l’Euphrate à Deir el-Zour. Par contre, elles tentent de localiser ses trésors en forçant  les terroristes de l’EI/ISIS de parler de son emplacement après s’être rendu. « 

Les médias syriens et russes affirment depuis longtemps que, contrairement à ce que prétend Washington, Washington ne mène pas de guerre contre le groupe extrémiste ISIS. Les forces américaines collaborent avec ISIS de multiples façons.

Lors de la destruction de Raqqa sous contrôle de l’État islamique en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis, un accord secret a été conclu avec le groupe qui a permis aux membres de quitter les lieux en toute sécurité lors de son évacuation. L’accord, découvert par la BBC, a assuré la survie et la liberté de nombreux dirigeants de l’ISIS et de nombreux combattants étrangers.

Les États-Unis maintiennent toujours leur base à al-Tanf, à la frontière syro-jordanienne, en violation du droit international et contre la volonté du gouvernement syrien sous prétexte de lutter contre l’Etat islamique. Moscou a accusé à plusieurs reprises les États-Unis de former de nouveaux groupes armés à partir des restes de l’Etat islamique, où ils avaient carte blanche pour se cacher dans le désert puis jaillir « comme un diable sorti de sa boîte »  pour tendre des embuscades aux troupes syriennes avant de s’enfuir se protéger dans les zones sous contrôle des États-Unis, comme la base d’al-tanf.

Le dernier rapport a été publié environ une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis ait transféré les terroristes de Daesh et les membres de leur famille dans 50 camions du village de Baghouz, où les éléments restants de Daesh sont bloqués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« Les États-Unis protègent Daesh »

Dans le même temps, un législateur irakien a déclaré que le chef de file de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, alias Ibrahim al-Samarrai, de son vrai nom juif israélien Shimon Elliot, « est actuellement protégé par les forces américaines dans une zone désertique de l’ouest située dans la province irakienne d’Al-Anbar. »

Hassan Salem, du Bloc Al-Sadiqoun du Parlement, associé au groupe paramilitaire Asa’ib Ahl al-Haq (Ligue des Justes), a fait ces remarques sur le site d’information libanais Elnashra.

« Les forces américaines basées à la base aérienne Ayn al-Asad dans la province, qui est utilisée par l’armée américaine, fournissent tous les moyens nécessaires au mouvement d’al-Baghdadi entre l’Irak et la Syrie », a-t-il ajouté.

« Il voyage entre l’Irak et la Syrie sous la protection des forces américaines« , a déclaré Salem.

Washington, a-t-il ajouté, « soutient le mouvement d’al-Baghdadi, craignant qu’un projet de législature préparé au parlement n’oblige les forces américaines à quitter le sol irakien. »

 

 

 

Crise Économique mondiale:La prochaine crise vous laissera incapable de retirer votre argent

greece-pensioners-300x200

 

 

Pourquoi se fait-il qu’à chaque fois qu’une crise bancaire survient, tout le monde se dise surpris ?

La raison en est en fait très simple : tous ceux qui se trouvent au somment de la chaine alimentaire financière ont toutes les raisons du monde de se taire à propos des problèmes qui leur font face.

Banquiers centraux, directeurs de banques, politiciens… tous ces gens se concentrent principalement sur le maintien de la confiance en le système, et non sur la résolution des problèmes du système. Ils ne sont même pas prêts à discuter ouvertement de ces problèmes, parce qu’il deviendrait très vite évident qu’ils en sont eux-mêmes la cause.

 

Pour cette raison, vous n’entendrez jamais, et je dis bien jamais, un banquier central, un directeur de banque ou un politicien admettre ouvertement ce qui se passe sur le système financier. Même les petits employés n’en parlent pas, parce que A) ils ne connaissent pas la vérité, ou B) ils seraient renvoyés s’ils en parlaient à d’autres.

Je vous conseille de prendre quelques minutes et de réfléchir à tout ça. Personne parmi la sphère du pouvoir ne vous mettra en garde des risques que vous courez (à l’exception peut-être de Ron Paul, qui est déjà marginalisé par les médias).

Quand frappera la crise, il sera beaucoup, beaucoup plus dur de sortir votre argent des banques.

Voyez les récentes régulations mises en place par la SEC pour interdire les retraits en cas de crise.

Ces régulations ont été baptisées Rules Provide Structural and Operational Reform to Address Run Risks in Money Market Funds. Voilà qui peut sembler anodin, mais voyez ce qui vient ensuite :

Droits de rédemption – sous cette législation, si les actifs liquides hebdomadaires d’un fonds des marchés monétaires passent sous les 30%, son conseil de direction peut prendre la décision de suspendre les rédemptions. Pour imposer cette décision, le conseil devra la justifier comme allant dans le meilleur intérêt de son fonds. Cette suspension devra être annulée sous dix jours, bien qu’elle puisse prendre fin avant cette échéance. Les fonds des marchés monétaires ne seront pas autorisés de suspendre les rédemptions pendant plus de dix jours ouvrables sur une période de 90 jours.

Voyez également ceci :

Fonds gouvernementaux des marchés monétaires – les fonds gouvernementaux des marchés monétaires ne seront pas sujets à ces frais et provisions. En revanche, sous cette législation, ces fonds pourront volontairement opter pour son adoption, à la condition de faire part de leur décision aux investisseurs.

En termes clairs, si le système faisait de nouveau face à des difficultés, les fonds des marchés monétaires pourraient geler le capital (ce qui signifie que vous ne pourriez plus retirer votre capital) pour une durée maximale de dix jours ouvrables. Si le système financier était en bonne santé, les régulateurs n’auraient pas eu besoin d’établir de telles réformes.

Comme Zerohedge l’a noté un peu plus tôt ce matin, ces régulations se répandent. Un hedge fund vient de suspendre tous les retraits… ce qui signifie que les investisseurs n’ont plus accès à leur argent. Attendez-vous à de plus en plus de scénarios de ce type au cours des prochains mois.

La solution, comme nous l’avons vu en 2008, ne sera pas de laisser place aux défauts et aux restructurations de dette, mais de forcer les investisseurs à demeurer pleinement investis, quel qu’en soit le coût.

 

Sources: Businessbourse.com

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La charte de l’Impérialisme

 

Photo d'esclave africain. Cette photo  du siècle passé proviendrait du Congo Belge.
Photo d’esclave africain.
Cette photo du siècle passé proviendrait du Congo Belge.

 

LA CHARTE DE L’IMPERIALISME :

ORIGINE:

La présente « charte » a été élaborée à Washington pendant la « traite négrière », ensuite discrètement négociée à la « conférence de Berlin en 1885 » pendant que les puissances Occidentales se partageaient l’Afrique ; renégocié secrètement à Yalta au moment du partage du monde en deux blocs après la deuxième guerre mondiale et pendant la création de la « Société des Nations », l’ancêtre de l’« ONU ».

TEXTE:


I. DISPOSITION GÉNÉRALE

Article 1° :
De la Devise : – Devise de l’impérialisme : Gouverner le monde et contrôler les richesses de la planète ; Notre politique est de diviser pour mieux régner, dominer, exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d’elles les plus puissantes du monde.

Article 2° :
Aucun pays du tiers-monde ne constitue un Etat souverain et indépendant.

Article 3° :
Tout pouvoir dans les pays du tiers-monde émane de nous, qui l’exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe du tiers-monde ne peut s’en attribuer l’exercice.

Article 4° :
Tous les pays du tiers-monde sont divisibles et leurs frontières déplaçable selon notre volonté. Le respect de l’intégrité territoriale n’existe pas pour le tiers-monde.

Article 5° :
Tous les dictateurs doivent mettre leurs fortunes dans nos banques pour la sécurité de nos intérêts. Cette fortune servira des dons et crédits accordés par nous comme assistance et aide au développement aux pays du tiers-monde.

II. DU RÉGIME POLITIQUE

Article 6° :
Tout pouvoir et gouvernement établi par nous est légal, légitime et démocratique. Mais tout autre pouvoir ou gouvernement qui n’émane pas de nous est illégal, illégitime et dictatorial, quelle que soit sa forme et sa légitimité.

Article 7° :
Tout pouvoir qui oppose la moindre résistance à nos injonctions perd par le fait même sa légalité, sa légitimité et sa crédibilité. Il doit disparaître.

III. DES TRAITES ET DES ACCORDS

Article 8° :
On ne négocie pas les accords et les contrats avec les pays du tiers-monde, on leur impose ce qu’on veut et ils subissent notre volonté.

Article 9° :
Tout accord conclu avec un autre pays ou une négociation sans notre aval est nulle et de nul effet.

IV. DES DROITS FONDAMENTAUX

Article 10° :
Là où il ya nos intérêt, les pays du tiers-monde n’ont pas de droit, dans les pays du sud, nos intérêts passent avant la loi et le droit international.

Article 11° :
La liberté d’expression, la liberté d’associations et les droit de l’homme n’ont de sens que dans le pays où les dirigeants s’opposent à notre volonté.

Article 12° :
Les peuples du tiers-monde n’ont pas d’opinion ni de droit, ils subissent notre loi et notre droit.

Article 13° :
Les pays du tiers-monde n’ont ni culture ni civilisation sans se référer à la civilisation Occidentale.

Article 14° :
On ne parle pas de génocide, de massacre ni des « crimes de guerre » ou des « crimes contre l’humanité » dans les pays où nos intérêt sont garantis. Même si le nombre des victimes est très important.

V. DES FINANCES PUBLIQUES

Article 15° :
Dans les pays du tiers-monde, nul n’a le droit de mettre dans leurs banques un plafond d’argent fixé par nous. Lorsque la fortune dépasse le plafond, on la dépose dans l’une de nos banques pour que les bénéfices retournent sous forme des prêts ou d’aide économique au développement en espèce ou en nature.

Article 16° :
N’auront droit à l’aide précitée, les pays dont les dirigeants font preuve d’une soumission totale à nous, nos marionnettes et nos valets.

Article 17° :
Notre aide doit-être accompagnée des recommandations fortes de nature à empêcher et briser toute action de développement des pays du tiers-monde.

VI. DES TRAITES MILITAIRES

Article 18° :
Nos armées doivent être toujours plus fortes et plus puissantes que les armées des pays du tiers-monde. La limitation et l’interdiction d’arme des destructions massive ne nous concerne pas, mais les autres.

Article 19° :
Nos armées doivent s’entraider et s’unir dans la guerre contre l’armée d’un pays faible pour afficher notre suprématie et se faire craindre par les pays du tiers-monde.

Article 20° :
Toute intervention militaire a pour objectif de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

Article 21° :
Toute opération d’évacuation des ressortissants des pays Occidentaux cache notre mission réelle, celle de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

VII. ACCORDS INTERNATIONAUX

Article 22° :
L’ONU est notre instrument, nous devons l’utiliser contre nos ennemis et les pays du tiers-monde pour protéger nos intérêts.

Article 23° :
Notre objectif est de déstabiliser et détruire les régimes qui nous sont hostiles et installer nos marionnettes sous la protection de nos militaires sous la couverture des mandats des forces de l’« ONU ».

Article 24° :
Les résolutions de l’« ONU » sont des textes qui nous donnent le droit et les moyens de frapper, de tuer et de détruire les pays dont les dirigeants et les peuples qui refusent de se soumettre à nos injonctions sous la couverture des résolutions du Conseil de Sécurité de l’« ONU ».

Article 25° :
Notre devoir est de maintenir l’Afrique et d’autres pays du monde dans le sous-développement, la misère, la division, les guerres, le chaos pour bien les dominer, les exploiter et les piller a travers les « Missions » des « Nations-Unies ».

Article 26° :
Notre règle d’or est la liquidation physique des leaders et dirigeants nationalistes du tiers-monde.

Article 27° :
Les lois, les résolutions, les cours et tribunaux des « Nations-Unies » sont nos instruments de pression contre les dirigeants et les leaders des pays qui défendent les intérêts de leurs peuples.

Article 28° :
Les dirigeants des puissances Occidentales ne peuvent être poursuivis, arrêter ni incarcérer par les cours et tribunaux de l’« ONU », même s’ils commettent des « crimes de guerre », de « génocide » ou des « crimes contre l’humanité ».*

 

*Traducteur inconnu et anonyme.Provenance du texte:Belgique.

 

 

 

Livre numérique: Noir Canada,pillage,corruption et criminalité en Afrique

Page couverture du livre papier qui vient d'être interdit de publication.
Page couverture du livre papier qui vient d’être interdit de publication.

 

*Afin d’appuyer le droit à la Vérité et à la connaissance,je publie ici le livre « Noir Afrique ».

Rappelons ceci:La poursuite bâillon de Barrick Gold contre les Éditions Écosociété pour la parution du livre Noir Canada a été réglée hors-cour au terme d’une lutte judiciaire qui aura duré trois ans et demi. « Afin de mettre fin à la poursuite que Barrick Gold leur a intentée en avril 2008 pour un montant de 6 millions de dollars, et pour cette raison uniquement, les Éditions Écosociété cessent la publication du livre Noir Canada. Ce retrait ne saurait en rien constituer un désaveu du travail des auteures, Delphine Abadie, Alain Deneault et William Sacher, ou de l’éditeur ».

……………………………………………………………………….

Sommaire
INTRODUCTION Le Canada dans la « Mafiafrique » …………… 1
Les secrets de l’Afrique ………………………………………………. 6
Discours de la méthode ………………………………………………. 8
Thèse 1 Homicide et génocide involontaires ……………………….. 11
GLOSE 1 Sutton I Barrick : mineurs enterrés vas en Tanzanie
……………………………………………………………………………………… 12
Ingérence politique …………………………………………………… 14
Inscription en faux …………………………………………………… 17
Expropriation fiscale ………………………………………………… 19
GLOSE 2 IamGold : Génocide involontaire au Mali ……….. 22
Expropriation ………………………………………………………….. 24
Les Classes ouvrières ……………………………………………….. 25
Génocide involontaire ………………………………………………. 26
Une découverte sur la découverte ………………………………. 31
L’iceberg ………………………………………………………………… 34
GLOSE 3 Les minières canadiennes, le FMI et la Banque
mondiale se ressemblent et s’assemblent au Ghana ………………. 36
Inquiétantes reprises …………………………………………………. 38
Un Ghana dévasté ……………………………………………………. 40
Thèse 2 Contrats Léonins au Congo-Kinshasa. ……………………. 42
GLOSE L’ami africain : k dictateur Mobutu ……………………. 44
Les Canadiens sont là ……………………………………………….. 46
GLOSE 2 Derrière Laurent-Désiré Kabila, l’AMFI …………… 49
À l’origine d’une guerre …………………………………………….. 51
GLOSE 3 Lundin : l’hémorragie du bien public congolais …. 57
Le cas Lundin ………………………………………………………….. 58
Coup de force majeur à la Bourse ………………………………. 59
GLOSE 4 First Quantum Minerais : une mine de projets pour
le retraité Joe Clark ………………………………………………………….. 63

GLOSE 5 Anvil : la télé-réalité………………………………………67
De « moins d’État » à « moins l’État » …………………………. 71
GLOSE 6 Méthodologie mafieuse de Kinross en Afrique ….. 73
Millionnaire méprise ………………………………………………… 79
Un compte de fées ……………………………………………………. 80
GLOSE 7 Emaxon : les bons amis font les bons comptes ….. 83
Business as usual ……………………………………………………… 94
Thèse 3 Un Canada sur tous les tableaux dans les Grands Lacs
africains …………………………………………………………………………….. 97
GLOSE 1 L’AMFI et Barrick Gold dans les Grands Lacs : « Ô
mes amis, il n’y a nul ami… » …………………………………………….. 99
Nouveau nom, même saveur ……………………………………. 108
GLOSE 2 La mémoire sélective de Banro ……………………… 110
La déclinaison Sominki, Somiko, Sakima ………………….. 111
Guerres intestines mises en abyme ……………………………. 114
GLOSE 3 Heritage Oil met le feu aux poudres en Ituri ……. 119
Un passé garant de l’avenir ………………………………………. 121
Feux génocidaires : Heritage Oil en toile de fond ……….. 124
Le « profil risque » de Heritage Oil…………………………… 128
Double bind en Ouganda …………………………………………. 130
GLOSE 4 Les fréquentations ougandaises de Heritage Ou et
Barrick Gold …………………………………………………………………. 135
L’énigmatique Barrick …………………………………………..

. 135
L’énigmatique Barrick …………………………………………….. 138
Thèse 4,

Le judiciaire comme paradis Judiciaire des sociétés,
minières et pétrolière………………………………………………………….. 142
GLOSE 1 Vancouver une Bourse mafieuse comme rampe de
lancement des entreprises canadiennes ……………………………… 143
GLOSE 2 Toronto : la pierre angulaire du Canada comme
paradis judiciaire des sociétés minières …………………………….. 148
De la politique à la « gouvernance » …………………………. 149
L’affaire .Bre-X et le scandale Enron ………………………… 152
Quatre étapes pour créer un « climat d’affaires » ………… 154

. 135
L’énigmatique Barrick …………………………………………….. 138
Thèse 4,

Le judiciaire comme paradis Judiciaire des sociétés,
minières et pétrolière………………………………………………………….. 142
GLOSE 1 Vancouver une Bourse mafieuse comme rampe de
lancement des entreprises canadiennes ……………………………… 143
GLOSE 2 Toronto : la pierre angulaire du Canada comme
paradis judiciaire des sociétés minières …………………………….. 148
De la politique à la « gouvernance » …………………………. 149
L’affaire .Bre-X et le scandale Enron ………………………… 152
Quatre étapes pour créer un « climat d’affaires » ………… 154

 

Une politique commerciale expansionniste : l’Afrique….160
Un paradis judiciaire ………………………………………………. 163
Complainte et complaisance ……………………………………. 164
Gagner du temps ……………………………………………………. 165
GLOSE 3 Talisman : attentats au Sud Soudan, cécité au
Canada …………………………………………………………………………. 169
GLOSE 4 Firmes de mercenariat en Sierra Leone et en Angola
o. les moyens justifient la fin… ………………………………………… 177
Une inversion des rôles …………………………………………… 179
GLOSE 5 Les amitiés offshore du Canada …………………….. 181
Un culte du sera …………………………………………………….. 183
Thèse 5 L’Agence canadienne de développement international :
cache-sexe pour éléphants blancs …………………………………………. 189
GLOSE 1 Acres : lie démantèlement de l’État d’accueil …… 191
Racisme ordinaire ………………………………………………….. 192
L’ACDI entre fidélité et ridicule ………………………………. 195
Une corruption exponentielle …………………………………… 198
GLOSE 2 Manantali : l’aide au développement de firmes
québécoises …………………………………………………………………… 201
Un désastre. …………………………………………………………… 202
Guerre civile …………………………………………………………. 203
De nouvelles maladies et famines s’en sont suivies. …….. 204
Opiniâtre ACDI ……………………………………………………… 204
Les premiers seront les derniers ……………………………….. 207
Deux éléments nous mettent la puce à l’oreille. …………… 207
GLOSE 3 La Canac : un train d’enfer ……………………………. 209
Fermé au public ……………………………………………………… 212
Une drôle de fierté………………………………………………….. 214
GLOSE 4 Un lobby incestueux ……………………………………. 216
L’ACDI met l’ACDI sous pression ……………………………. 218
GLOSE 5 La société civile canadienne que sont mes amis
devenus ? ……………………………………………………………………… 222

Thèse 6 L’Ami de l’Afrique………………………………………………226
GLOSE 1 Le Canada à l’ONU : dévotement conceptuel autour
de la « sécurité humaine » ………………………………………………. 228
Une « gouvernance » mondiale ………………………………… 230
Ces organisations non gouvernementales que le
gouvernement finance ………………………………………………… 235
GLOSE 2 Un processus d’intervention qui permet d’agir pour
son intérêt personnel… ……………………………………………………. 238
Droit d’ingérence ……………………………………………………. 240
Le sida ………………………………………………………………….. 249
Magnanime psittacisme …………………………………………… 251
GLOSE 3 Laboratoire pharmaceutique à ciel ouvert et
population jetable ………………………………………………………….. 253
GLOSE 4 Paul Martin et Maurice Strong au service des
pauvres » ……………………………………………………………………… 258
Jekyll et Hyde ……………………………………………………….. 259
L’intenable synthèse ……………………………………………….. 261
L’exemple des codes miniers ……………………………………. 264
Une marge de crédit démocratique ……………………………. 265
Une idéologie scandaleuse ………………………………………. 270
GLOSE 5 Une « dette odieuse » …………………………………… 273
Une « dette odieuse » ……………………………………………… 279
GLOSE 6 La réplique souverainiste ……………………………… 282
Les affaires francophones ……………………………………….. 287
GLOSE 7 Une Francophonie Camdessus dessous …………… 290
À quelles fins présenter ces Objectifs ? ……………………… 293
GLOSE 8 Hydro-Québec International : portrait du colon .. 297
Sénégal ……………………………………………………………….. 299
Guinée-Conakry …………………………………………………….. 301
Togo …………………………………………………………………… 302
CONCLUSION ………………………………………………………… 306
Constats ……………………………………………………………….. 314

Perspectives…………………………………………………………..317
Stratégies ……………………………………………………………. 322

 

Pour lire la totalité du livre en ligne,voici le lien:Noir Canada