Nouvel Ordre Mondial Sioniste:Les kleptocrates juifs ont pillé la plus grande banque d’Ukraine. L’or ukrainien, syrien, irakien et libyen a-t-il également été volé?

À la mode typique, une autre histoire inexplicablement bizarre émerge d’un accord conclu entre les États-Unis et son croque-mitaine «ISIS» (ISIL / Daech) dans lequel Washington a reçu des quantités massives d’or volé en échange d’un passage sécurisé aux membres du groupe en Syrie. Cela rappelle une autre opération de vol en or qui aurait eu lieu en Ukraine il y a six ans. Peu de temps après le coup d’État soutenu par le Syndicat du crime à Kiev, un convoi de quatre camions et deux minibus de fret, chargés d’or, est arrivé à l’aéroport Boryspil de Kiev aux petites heures du matin. Une bande d’agents a chargé un avion de caisses lourdes et l’avion s’est ensuite envolé.

L’or de l’Ukraine

 

L’accord a donné aux États-Unis «des dizaines de tonnes d’or que l’organisation terroriste avait volées», a rapporté Sputnik le 27 février 2019, citant l’Agence de presse arabe syrienne (SANA). Le butin a été évalué à 50 tonnes. Une partie était de l’or syrien, mais une grande partie était irakienne. En échange, les forces américaines auraient fourni un passage sûr aux terroristes et à leurs chefs de file retranchés dans des cachettes dans la province orientale de Dayr al-Zour.

 

Des soldats américains « réparent  »
la porte plaquée or du palais de Saddam Hussein,en Iraq.

 

 

Cela rappelle une autre opération de vol en or qui aurait eu lieu en Ukraine il y a six ans. Peu de temps après le coup d’État soutenu par le Syndicat Juif [1] du crime à Kiev, un convoi de quatre camions et deux minibus chargés d’or est arrivé à l’aéroport Boryspil de Kiev aux petites heures du matin. Une bande d’agents noirs a chargé un avion de caisses lourdes et l’avion s’est ensuite envolé.

Des rumeurs ont émergé selon lesquelles la réserve officielle d’or de l’Ukraine avait été «transportée aux États-Unis», mais il n’y avait aucune confirmation officielle du nouveau gouvernement de kakistocratie quant à savoir s’il y avait une opération et ou où l’or partait. Il n’y avait pas non plus de confirmation officielle du destinataire. Comme d’habitude, ceux qui ont remis en question l’incident ont été ridiculisés comme des «théoriciens du complot». Des éléments de l’histoire peuvent être glanés ici .

Pendant ce temps, alors que la monnaie ukrainienne, la hryvnia, s’est effondrée, la banque centrale a dûment signalé 42,3 tonnes d’or dans sa chambre forte. Puis, soudainement, le chef de la banque centrale ukrainienne a laissé entendre dans une interview télévisée que les coffres étaient vides.

Le mystère de l’or ukrainien

La question se pose: les nouveaux kakistocrates d’Ukraine ont-ils conclu une sorte d’accord non transparent avec les psychopathes de la Cabale? Ou les kleptocrates psychopathes du Syndicat du Crime ont-ils simplement eu accès aux coffres-forts et ont-ils été autorisés à piller l’or? De la suite de ces histoires, j’ai appris à m’attendre au pire, donc cette dernière hypothèse est ma théorie. Je ne pense pas que l’or de l’Ukraine soit entre des soi-disant «mains officielles».

Selon l’une des versions de la rumeur, ce n’est pas seulement l’or monétaire qui a été retiré du pays, mais des objets de valeur culturelle et historique. C’était aussi de l’or, ce qu’on appelle l’or scythe. Oui, et voici ce mécanisme de pillage familier du FMI: Washington a promis d’aider Yatsenyuk «le Yid», la marionnette de Goldman Sachs,  à obtenir un prêt du FMI , et l’or scythe a été utilisé pour remplir la fonction de sécurisation du crédit futur. La valeur des objets culturels volés dépasse de loin la valeur de l’or dont les objets sont fabriqués et atteint jusqu’à 20 milliards de dollars. Sans aucun doute, quelqu’un quelque part dans le Syndicat du crime a fait une bonne affaire.

Le mystère des comptes gelés de la Libye

Quelque 10 milliards d’euros de fonds publics libyens, gelés dans le cadre des sanctions contre le cercle intime de feu Mouammar Kadhafi, ont mystérieusement disparu d’une banque belge entre 2013 et 2017, selon les médias locaux.

En novembre 2013, quatre comptes Euroclear Bank appartenant à la Libyan Investment Authority (LIA) et à sa filiale Libyan Foreign Investment Company (LFICO) à Bahreïn et au Luxembourg contenaient quelque 16,1 milliards d’euros d’actifs gelés. Cependant, lorsque les autorités ont tenté de saisir les fonds en 2017, il s’est avéré qu’il ne restait qu’un peu plus de 5 milliards d’euros dans ces comptes, a révélé une enquête de l’hebdomadaire Le Vif .

Les kleptocrates juifs ukrainiens vident le placard

L’Ukraine et son peuple ont un grave problème de kleptocratie juive et de kakistocratie. Cela s’est manifesté le 19 décembre 2016, lorsque les Ukrainiens se sont réveillés pour apprendre que la plus grande banque du pays, PrivatBank, venait d’être nationalisée après que ses deux propriétaires aient utilisé l’argent des déposants pour bâtir un empire commercial et distribué l’argent entre les organisations juives en Europe. La couverture à ce sujet était, bien évidemment, inexistante en Occident où, parait-il, la presse est libre, surtout de ne rien dévoiler de compromettant sur les juifs .

PrivatBank était la plus grande banque d’Ukraine avec 20% du secteur et 53 milliards de dollars d’actifs. Les abus et la criminalité impliqués sont ahurissants

La part des «créances douteuses» du portefeuille de PrivatBank a été évaluée à 97% par le «régulateur» et à 80% par les acteurs du marché. Environ  97% des prêts aux entreprises de PrivateBank étaient allés à des sociétés liées à ses deux propriétaires et principaux actionnaires, Gennady Bogolubov et Igor Kolomoisky . Les prêts aux citoyens ordinaires et aux petites entreprises étaient presque inexistants.

Étonnamment, le principal intervenant de la banque, Ihor Kolomoyskyi, la deuxième personne la plus riche d’Ukraine, n’a soulevé aucune objection. Kolomomoyski était autrefois le gouverneur de l’oblast de Dnipropetrovsk mais avait quitté le pays. Il est bien connu pour ses relations. La société suisse Swissport a accusé Kolomoysky de confiscation illégale de sa participation majoritaire dans sa filiale ukrainienne. En outre, les autorités de Crimée ont accusé Kolomoyskyi d’avoir pillé les dépôts bancaires de 200.000 Criméens.

Une affaire pénale contre Kolomoysky a été ouverte en Russie en janvier 2016, où il est accusé d’avoir organisé des meurtres et d’utiliser des méthodes de guerre interdites. Le président russe Vladimir Poutine a décrit Kolomoyskyi comme un «escroc unique».

Kolomoysky et Gennady Bogolubov sont une force financière motrice au sein de la communauté juive européenne. Le premier est le père fondateur du Parlement juif européen.

Dans un modèle de donateur similaire aux piliers des opioïdes d’Oxycontin, les Sacklers , Bogolubov peut être vu dans le clip ci-dessous se vanter à la Conférence internationale de Shluchim de ses dons d’une valeur de plusieurs millions d’euros à la communauté juive. Et il a même plaidé pour plus d’argent auprès du public dans la vidéo  ci-dessous:

 

Cette scène incontournable doit être vue pour être crue.

Lire: L’affaire Alexandre Stavisky: un escroc juif immigré qui a abattu 2 premiers ministres français

Ces kleptocrates ont mené une escroquerie à l’importation qui a transféré illégalement 2 milliards de dollars à l’étranger au cours des deux années précédant la faillite de la banque. Le président ukrainien Petro Porochenko ne semble pas vouloir poursuivre les tristement célèbres propriétaires de la banque. En fait, juste un jour après la nationalisation de PrivatBank, ses pertes ont été compensées par un amendement au code des impôts. L’amendement réduit de près de moitié les taxes d’exploitation des champs pétrolifères ukrainiens. Kolomoyskyi détient toujours une part importante dans l’industrie pétrolière ukrainienne.

 

Les politiciens ukrainiens, comme Porochenko, dépendent du groupe de médias Kolomoyskyi pour leur réélection [2]. Les seuls perdants de cet accord sont déjà les pauvres goyim Ukrainiens, qui ont été pillés pour payer les problèmes de la banque grâce au financement de sauvetage de la Banque nationale d’Ukraine.

Le FMI maintient l’Ukraine en laisse par l’esclavage de la dette. Le FMI émet un nouveau prêt de 3,9 milliards de dollars (auparavant 5,5 milliards de dollars) pour payer la nationalisation de la banque. Le retard de ces décaissements de prêts était la démence utilisée par Joe Biden pour évincer l’un des rares procureurs honnêtes que l’Ukraine ait jamais eu.

Ce qu’ils ne vous ont pas dit sur Ukrainegate et Joe Biden corrompu en phase terminale

Incroyable coïncidence selon laquelle le fils de Nancy Pelosi a également des relations commerciales avec l’Ukraine

La dette extérieure de l’Ukraine continuera d’augmenter. En réalité, il n’y a pas de lutte contre la corruption, car tous les suspects habituels au pays et à l’étranger travaillent sur ce pays pauvre, triste et malheureux et ses habitants sans aucune fin en vue.

Les «supporters internationaux» ukrainiens ont exigé la nationalisation de PrivatBank. La décision de l’État a été accueillie favorablement par le FMI, le G7 et l’Union européenne. Bien sûr, ces suspects habituels ont plus de dettes pour commettre la dernière arnaque. L’histoire de l’Ukraine suggère qu’après la nationalisation, la banque sera probablement vendue à bon marché aux mêmes oligarques lavage-rinçage-répétition, privatisation-gains / nationalisation-pertes.

Le 18 décembre 2016, la banque a été nationalisée par le gouvernement ukrainien pour protéger ses 20 millions de clients et préserver «la stabilité financière du pays». Un audit médico-légal a montré que la banque avait fait l’objet d’une fraude à grande échelle et coordonnée avant la nationalisation, entraînant des pertes d’au moins 5,5 milliards de dollars. En juillet 2017, les auditeurs de la banque, une filiale ukrainienne de Price Waterhouse Coopers, ont vu leur licence d’audit révoquée pour sa prétendue «vérification d’informations financières déformées».

Kolomoyskyi, de son côté, non seulement continue de  voler librement, mais utilise une technique de promesses vides pour garder intacts ses autres actifs ukrainiens. Il s’est engagé dans un plan triennal de remboursement de 5,3 milliards de dollars américains de prêts d’initiés louches pour couvrir les pertes de la PrivatBank. Compte tenu de l’histoire du transfert des obligations financières de Kolomoiskyi envers l’État, de ses vastes participations dans les compagnies aériennes, les médias et le pétrole, et ses vastes relations politiques, beaucoup restent sceptiques quant à savoir si l’oligarque rendra l’argent et si le pouvoir des kleptocrates sera contré.

Selon Forbes, un certain nombre d’autres copains qui ont obtenu un crédit de PrivatBank – dont Natel, Zebrina et Palmira Trading – ont déjà entamé une procédure de faillite. Les déposants de PrivatBank ne peuvent pas retirer de devises. L’énorme recapitalisation de PrivatBank conduira à une nouvelle dévaluation de la hryvnia et augmentera l’inflation.

Pour mettre en perspective le programme de sauvetage de plusieurs milliards de dollars, l’ensemble des réserves de change du butin de l’Ukraine avant la PrivatBank se situait entre 16 et 24 milliards de dollars. En conséquence, deux oligarques juifs ukrainiens ont réussi à drainer, ou voler, un tiers du total de la réserve de devises de l’Ukraine, rendant le pays extrêmement vulnérable aux attaques spéculatives.

Source : Jewish Kleptocrats Looted Ukraine’s Biggest Bank. Was Ukrainian, Syrian, Iraqi and Libyan Gold Stolen, Too?


Vidéo associée:

 


EN COMPLÉMENTAIRE

Mars 2019

L’armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d’or en Syrie dans le cadre d’un accord avec l’Etat Islamique

L’armée américaine a été surprise en train d’expédier 50 tonnes d’or hors de Syrie dans le cadre d’un prétendu accord avec des combattants de l’État islamique au nord-est de la Syrie.

Selon des reportages de l’agence de presse syrienne SANA, des responsables militaires américains ont conclu un accord avec des terroristes mercenaires  de l’Etat islamique aux termes duquel le groupe terroriste leur permettrait de transporter 50 tonnes d’or dans la province de Deir el-Zour, située dans l’Est de la Syrie, en échange d’un passage sûr pour les terroristes.

Themindunleashed.com rapporte: Le métal précieux, d’une valeur d’environ 2,13 milliards de dollars, a été pillé par le soi-disant «califat» lors de son règne de terreur en Syrie et en Irak entre 2015 et 2017. Cet or aurait été volé par l’Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d’autres régions de la Syrie. Le rapport ajoute que les dernières cachettes du groupe terroriste à Deir-el-Zour contiennent également des millions de dollars en liquide pillés par le groupe de toute la Syrie et de l’Irak voisin.

Selon le quotidien turc Daily Sabah , des hélicoptères de l’armée américaine auraient déjà transféré l’or de la base des forces américaines à Kobane, une ville contrôlée par les Kurdes et située à proximité de la frontière nord-syrienne. Une partie de l’or a également été distribuée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis.

La nouvelle intervient après que SANA eut déclaré que des habitants avaient assisté à des hélicoptères américains qui avaient transporté de grosses caisses contenant une quarantaine de tonnes d’or dans la région d’Al-Dashisha, dans le sud de la campagne de Hasaka. Les médias syriens ont affirmé que les dirigeants de l’Etat islamique ont guidé les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, « suite à un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste.« 

Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, selon lesquelles les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans le but de mettre la main sur le butin du groupe.

L’OSDH a déclaré:

«Les forces de la coalition dirigées par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes (SDF) ne ciblent pas délibérément les zones sous le contrôle des terroristes et des commandants de l’EI dans l’est de l’Euphrate à Deir el-Zour. Par contre, elles tentent de localiser ses trésors en forçant  les terroristes de l’EI/ISIS de parler de son emplacement après s’être rendu. « 

Les médias syriens et russes affirment depuis longtemps que, contrairement à ce que prétend Washington, Washington ne mène pas de guerre contre le groupe extrémiste ISIS. Les forces américaines collaborent avec ISIS de multiples façons.

Lors de la destruction de Raqqa sous contrôle de l’État islamique en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis, un accord secret a été conclu avec le groupe qui a permis aux membres de quitter les lieux en toute sécurité lors de son évacuation. L’accord, découvert par la BBC, a assuré la survie et la liberté de nombreux dirigeants de l’ISIS et de nombreux combattants étrangers.

Les États-Unis maintiennent toujours leur base à al-Tanf, à la frontière syro-jordanienne, en violation du droit international et contre la volonté du gouvernement syrien sous prétexte de lutter contre l’Etat islamique. Moscou a accusé à plusieurs reprises les États-Unis de former de nouveaux groupes armés à partir des restes de l’Etat islamique, où ils avaient carte blanche pour se cacher dans le désert puis jaillir « comme un diable sorti de sa boîte »  pour tendre des embuscades aux troupes syriennes avant de s’enfuir se protéger dans les zones sous contrôle des États-Unis, comme la base d’al-tanf.

Le dernier rapport a été publié environ une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis ait transféré les terroristes de Daesh et les membres de leur famille dans 50 camions du village de Baghouz, où les éléments restants de Daesh sont bloqués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« Les États-Unis protègent Daesh »

Dans le même temps, un législateur irakien a déclaré que le chef de file de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, alias Ibrahim al-Samarrai, de son vrai nom juif israélien Shimon Elliot, « est actuellement protégé par les forces américaines dans une zone désertique de l’ouest située dans la province irakienne d’Al-Anbar. »

Hassan Salem, du Bloc Al-Sadiqoun du Parlement, associé au groupe paramilitaire Asa’ib Ahl al-Haq (Ligue des Justes), a fait ces remarques sur le site d’information libanais Elnashra.

« Les forces américaines basées à la base aérienne Ayn al-Asad dans la province, qui est utilisée par l’armée américaine, fournissent tous les moyens nécessaires au mouvement d’al-Baghdadi entre l’Irak et la Syrie », a-t-il ajouté.

« Il voyage entre l’Irak et la Syrie sous la protection des forces américaines« , a déclaré Salem.

Washington, a-t-il ajouté, « soutient le mouvement d’al-Baghdadi, craignant qu’un projet de législature préparé au parlement n’oblige les forces américaines à quitter le sol irakien. »

 

 

 

 

 


NOTES

1-Voir l’article très censuré de notre site  web:Crime organisé:La mafia juive,c’est la vraie mafia

 

[2] En voulant s’arrimer à l’Occident, l’Ukraine a surtout acquis les tares de celui-ci : nul ne peut y être élu sans le soutien de l’argent juif. Cet argent juif provient de la poche des contribuables goyim. Ainsi en est-il aux USA (Trump, et tous les autres , en France (Macron, Sarko, Hollande, Giscard, Pompidou), en Grande Bretagne, en Allemagne, etc.

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Le pillage de l’Afrique par les sionistes de la mafia khazare

 

 

Un cas récent a attiré l’attention sur le vol des ressources naturelles de l’Afrique par des milliardaires juifs et un fonds spéculatif de New York, facilité par leurs agents traîtres africains, par les politiciens sionistes et par les espions israéliens.

 

 

En 2008, le milliardaire israélien Beny Steinmetz a acquis grâce à la corruption  le permis d’exploitation minière pour l’un des plus grands gisements de minerai de fer du monde pour seulement 160 millions de dollars en versant 50 millions de dollars à l’épouse du président guinéen de l’époque. La valeur réelle de la mine a été révélée plus tard lorsqu’il a vendu une participation de 51% dans le projet à la société minière Vale pour 2,5 milliards de dollars. Cependant, après un changement de gouvernement guinéen, la licence a été révoquée par le nouveau président, Alpha Condé, car elle avait été acquise par corruption. Vale a poursuivi Steinmetz a poursuivi en justice pour leur avoir vendu frauduleusement la licence et un tribunal de Londres a accordé à Vale 1,25 milliard de dollars de compensation. Cependant, Steinmetz a récemment tenté d’annuler la décision en utilisant des informations découvertes par l’agence d’espionnage israélienne BlackCube (les lecteurs connaissent peut-être leur travail précédent sur la protection de Harvey Weinstein [1]), ce qui montrerait que le conseil d’administration était au courant de la corruption potentielle lors de l’acquisition. Les espions israéliens se vantent d’avoir obtenu ces informations par la tromperie en créant un réseau élaboré de sociétés écrans et en discutant avec les dirigeants de Vale sous de faux prétextes.

Dans un acte d’audace foudroyante, Steinmetz a soutenu que cela signifiait qu’il devrait être indemnisé par Valent. Il est encore trop tôt pour dire comment ce procès se terminera; Cependant, il est frappant de constater que M. Steinmetz n’a purgé aucune peine en prison malgré une enquête pour corruption et blanchiment d’argent aux États-Unis, en Guinée, en Suisse et en Roumanie.

 

Cela est peut-être lié aux relations politiques internationales. Les poursuites engagées contre lui en Guinée ont été abandonnées dans un règlement négocié par l’ancien président français crypto-juif, le sioniste Nicolas Sarkozy. Incroyablement, cet accord n’a pas seulement impliqué que M. Steinmetz doive échapper à la peine, mais lui a également permis de participer éventuellement au nouveau projet d’extraction de minerai de fer de Simandou en Guinée, en partenariat avec l’activiste sioniste et ancien PDG et trésorier du Parti conservateur britannique, Sir Mick Davis.

Il semble cependant que le gouvernement guinéen ait par la suite réaffecté les droits de développement à une société d’État chinoise, dans un exemple du conflit qui se déroule à travers l’Afrique

Ce n’est que le dernier exemple d’un intermédiaire juif corrompu utilisant la corruption pour obtenir des licences minières à des prix symboliques, ridiculement bas. Grâce à ce processus, l’argent qui devrait appartenir au peuple africain pour ses ressources naturelles est redirigé dans les poches des milliardaires juifs et de leurs sbires africains.

Un autre exemple de cette pratique est Daniel Gertler, un milliardaire israélien du diamant. Daniel y est arrivé en 1997, à l’âge de 23 ans, à l’invitation de la communauté locale de Chabad, qui a des racines profondes en République Démocratique du Congo (RDC) . Le grand rabbin du centre Chabad-Loubavith de Kinshasa pour s’est arrangé pour faire recevoir Gertler  par Joseph Kabila, le futur président et fils de l’ancien président. Ce dernier  a accordé à Gertler un monopole sur les ventes de diamants de la RDC pour le prix absurdement bas de 20 millions de dollars, dont il avait besoin pour financer son armée dans la guerre civile congolaise en cours.

Gertler a également utilisé ses relations internationales au profit des Kabila; il est intervenu en son nom auprès de Condoleezza Rice, sur les négociations de paix. En 2009, le gouvernement congolais a été contraint d’acquérir une mine de cobalt et de cuivre de fermer ses portes en retirant le permis d’exploitation à ses anciens propriétaires. La mine a ensuite été acquise par Gertler pour 60 millions de dollars,  et il l’a vendu peu après au groupe israélien Eurasian Resources Group pour 865 millions de dollars. (bénéfice de 805 millions, soit  1442%,  sur le dos du peuple congolais)

Ce n’est qu’un des nombreux projets dans lesquels il a collaboré avec le fonds spéculatif new-yorkais Och-Ziff pour sécuriser par corruption les droits miniers; ils ont répété un processus similaire à travers l’Afrique, comme en Libye, au Tchad, au Niger et en Guinée. Och-Ziff a été fondée et dirigée par l’ancien banquier juif de Goldman-Sachs,  Daniel Och, avec un investissement initial de 100 millions de dollars de la famille juive Ziff, qui étaient également d’importants investisseurs dans la Weinstein company et des donateurs aux partisans républicains du mariage homosexuel.

Les opérations africaines du fonds étaient gérées par Michael Cohen. Och-Ziff a ensuite été poursuivi pour ces trafics de corruption par le ministère américain de la Justice et condamné à une amende de 413 millions de dollars. Ce qui est exceptionnel, compte tenu de la mainmisse juive sur les États-Unis.

Mais il ne faut pas rêver. Comme dans le cas de Steinmetz, ni Gertler ni les dirigeants d’Och-Ziff n’ont jamais été emprisonnés pour leur vol des ressources naturelles de l’Afrique. On estime que le vol par la corruption de Gertler a coûté au peuple congolais 1,36 milliard de dollars. Gertler a été sanctionné par les États-Unis pour ses pratiques de corruption, et comme tous les malfrats juifs, on lui a permis de « s’enfuir » vers Israël pour fuir la justice américaine [2]. Cependant, il est récemment apparu qu’il avait engagé l’ancien directeur du FBI Louis Freeh et Alan Dershowitz pour faire pression pour que ces sanctions soient levées. Ces sanctions ne l’ont pas non plus empêché de continuer à jouer le rôle d’intermédiaire dans la vente de concessions pétrolières le long de la frontière ougandaise.

Le sud-africain Walter Hennig est une autre figure qui a travaillé avec Och-Ziff pour obtenir par corruption des droits miniers africains.

Walter Hennig est étroitement lié à l’éminent politicien de l’ANC et ancien terroriste « Tokyo » Sexwale [3] . Hennig et Sexwale ont tenté de conclure un accord par lequel ils prêteraient 25 millions de dollars à la nouvelle société minière du gouvernement guinéen et, en cas de défaut, très probable compte tenu des ressources limitées du gouvernement guinéen, recevraient la grande quantité de 30% des actifs de la société minière. . L’accord de prêt était secret et n’a été révélé au public que grâce aux efforts des journalistes d’investigation.

L’argent pour le prêt provenait à l’origine des fonds spéculatifs Och-Ziff [3]. Och-Ziff a aussi utilisé  Sexwale afin de faciliter un accord avec le gouvernement notoirement raciste anti-blanc de Robert Mugabe au Zimbabwe. En 2008, Och-Ziff a accordé un prêt de 100 millions de dollars à un Mugabe en faillite, et dont il avait besoin pour maintenir son contrôle avant les élections. En échange, Mugabe leur a donné une concession de platine, qui avait été confisquée aux Anglo-Américains.

Les Blancs sont fréquemment accusés d’avoir volé les ressources naturelles de l’Afrique, mais ce n’est qu’un écran de fumée pour couvrir le pillage de masse du continent auquel se livrent sans vergogne les juifs. Et pourquoi ne le feraient-ils pas, sachant qu’ils sont totalement intouchables, car protégés par l’Empire anglo-sioniste.

Source : The Zionist Plunder of Africa


EN COMPLÉMENTAIRE

 

Pourquoi la région riche en diamants n’a-t-elle pas de clinique Ebola? Où est Beny Steinmetz ou son frère?

 

 Le quartier riche en diamants de Kono, qui comprend la ville de Koidu, n’a pas de centre de traitement Ebola et les cas sont acheminés vers Kenema ou Kailahun, » (Voir: « Couvre-feu dans la ville de Sierra Leone après les émeutes, tirant sur le cas Ebola « , Mar. 21 oct. 2014 http://feeds.reuters.com/~r/reuters/healthNews/~3/YAop1hOatxw/story01.htm )

La mine de diamants Koidu du multimilliardaire Steinmetz en Sierra Leone

 

Tu peux répéter s’il te plait? Le propriétaire privé de la grande mine de diamants de la ville, Koidu, est Beny Steinmetz, dont la richesse est estimée entre 3,5 et 6 milliards de dollars, bien qu’il ait récemment vendu des intérêts à son frère, probablement en raison d’allégations contre Beny de corruption en Guinée voisine. .

Fosse de la mine de diamants Koidu

 

 

L’ONU dit qu’environ 1 milliard de dollars est ce qui est nécessaire pour faire face à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest – le multimilliardaire Steinmetz ne le remarquerait pas comme manquant! Il ne manquerait certainement pas le montant pour une petite clinique près de sa mine. Il pourrait s’agir d’une radiation d’impôt s’il paie des impôts.

Minuscule et mignon «hôpital du gouvernement Koidu» fourni par l’USAID il y a une décennie, avec les partenaires de l’ONG PREMIER URGENCE le peuple Koidu et NON la ou les sociétés minières! Non, en général, les sociétés minières ne font presque rien sauf retirer la richesse de l’Afrique et détruire son environnement. Pourquoi devraient-ils faire quoi que ce soit alors que les gouvernements, les bénévoles et les ONG feront tout? Ou laissez simplement la population s’en passer et l’environnement détruit. « Infirmière à l’hôpital de Koidu en Sierra Leone consultant des patients lorsque l’hôpital a été reconstruit après la guerre civile en Sierra Leone, mars 2006, USAID, L. Lartigue »

« Les travailleurs humanitaires américains ont aidé à reconstruire l’hôpital du gouvernement de Koidu, ce qui a amélioré la situation sanitaire auparavant alarmante dans la ville. Diverses autres organisations d’aide, dont l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR et ses partenaires, ont aidé à forer des puits, à reconstruire des cliniques et des écoles et à régénérer les moyens de subsistance dans la région, dans le cadre d’un programme visant à soutenir la réintégration des Sierra-Léonais qui sont revenus après avoir vécu depuis plusieurs années en tant que réfugiés dans les pays voisins. ”(Soulignez le nôtre) http://en.wikipedia.org/wiki/Koidutown-Sefadu

D’après nos lectures, les gouvernements, les ONG et les églises font presque tout ce qui se fait en Sierra Leone, tandis que Beny Steinmetz-Koidu a déplacé des communautés et creuse des trous béants sur 4,9 km2 de terrain pour obtenir environ 120000 carats par an de diamants ou plus. Il n’est certainement pas unique non plus. Quand on voit comment les enfants doivent marcher 5 kilomètres pour se rendre à l’école, ce pourrait être simplement pour contourner la concession minière! 4,9 km est d’environ 3 milles.

Steinmetz-Koidu Holdings (ou son nom actuel) a donné quelque chose à l’effort Ebola. Nous l’avons trouvé en train de faire des recherches hier, mais nous ne pouvons pas le retrouver, les médias ne sont donc pas impressionnés. Il n’y a rien sur leur site Web. Il comprenait des conteneurs pour le lavage des mains – peut-être 60 conteneurs? Certains s’en sont moqués, mais le chef aurait remercié la société minière. Steinmetz-Koidu Holdings a également donné de l’argent, d’après nos souvenirs, environ 40 millions de Sierra Leone Leone, ce qui semble être beaucoup d’argent jusqu’à ce que vous estimiez que cela ne vaut qu’environ 9 200 $, 8 800 francs suisses, 7 295 euros! (1 Leone sierra-léonais équivaut à 0,00023 dollar américain, 0,00022 franc suisse, 0,00018 euros). Cela peut ne pas être exact car les médias n’ont pas été tellement impressionnés par leur don que nous n’avons plus pu trouver de référence du tout! Et, notre mémoire n’est plus parfaite. Donc,

Nous ne serons cependant pas impressionnés tant qu’ils n’auront pas investi au moins 1 milliard de dollars (ou euros ou francs ou livres) dans la communauté et les soins de santé.

Selon Talini Beanie, 2013: « Les multinationales ont-elles investi dans des infrastructures de base telles que des routes pavées? La réponse est non…. Alors que les infrastructures d’assainissement et d’élimination des déchets ont également un besoin urgent d’investissements dans la plupart du pays, Kono a l’inconvénient supplémentaire de l’aggraver avec les dommages environnementaux causés par l’exploitation minière. ” Http://fellowsblog.kiva.org/fellowsblog/2013/05/02/the-curse-of-diamond-mining-in-sierra-leone

Nous espérons que vous regarderez la courte vidéo de 18 minutes de 2011 sur une communauté près de la mine de diamants, que nous avons publiée hier. Il ne s’agit pas de dérivés Creative Commons, nous l’avons donc publié séparément: https://miningawareness.wordpress.com/2014/10/22/kono-communities-affected-by-mining-sierra-leone/

Leurs allégations, qui sont très accablantes, ont été reprises ailleurs.

Ils parlent de problèmes avec leur eau, entraînant des diarrhées et des vomissements. Cela se trouve juste être les principaux symptômes d’Ebola, et les rendrait certainement affaiblis et plus sensibles à Ebola. Cela soulève également la possibilité d’un faux diagnostic.

Ils se plaignaient de maisons beaucoup plus petites que les maisons dont ils avaient été enlevés et faites de boue, au lieu de béton. La boue n’était pas correctement cuite en briques. (Les briques de terre seraient plus adaptées au climat, mais les briques de boue non cuites permettent entre autres de creuser des rats porteurs de maladies.)

Ils ont signalé que de très jeunes enfants devaient marcher 4,8 km pour se rendre à l’école sur des chemins boueux et non pavés et ont déclaré qu’ils aimeraient une école à proximité. Notez qu’ils marchent vers une école fournie par l’Église Méthodiste Unie, très probablement les Femmes Méthodistes Unies, et non par la société minière! Le bruit de l’exploitation minière était également un problème majeur.

Nous avons trouvé des préoccupations similaires sur Internet concernant la mine de Koidu, comme une enquête gouvernementale sur des logements de mauvaise qualité, avec une ventilation inadéquate et une seule sortie. C’était dans la région de Manjama du district de Kono, et destiné à reloger les résidents déplacés en raison des opérations de dynamitage de Koidu Holdings. Il semble avoir déjà appartenu, au moins en partie, à Beny Steinmetz à cette époque.

Un enseignant de l’école des filles de l’église méthodiste unie de Koidu a déclaré que l’explosion de la mine non seulement interrompt le travail scolaire, mais a également entraîné des fissures dans le bâtiment de l’école: «des fissures partout ». Dans le passé, ils avaient été notifiés, mais ils ont commencé à les prendre « au dépourvu ». Après l’explosion du 1er mars 2004, par Koidu Holdings, 3 femmes âgées qui n’ont pas pu évacuer se sont retrouvées hospitalisées, apparemment sous le choc (l’article n’est pas vraiment clair et parle de leur «réanimation rapide»). http://www.minesandcommunities.org/article.php?a=691

Rupert Neate de The Guardian (16 oct. 2014) semblait très impressionné par 709 millions de Leones (163 000 USD, 103 000 livres, 130, 824 euros) donnés par la London Mining Co., et qu’ils aidaient à construire un centre Ebola de 130 lits . Mais qu’est-ce que cela implique? Selon le site Web de London Mining (7 oct. 2014), le centre de traitement Ebola est financé par les gouvernements américain et irlandais. Il sera exploité par l’International Medical Corps (IMC). London Mining a fourni un arpenteur et du carburant. Dawnus Mining a fourni du matériel de terrassement pour défricher le terrain (15 acres). Ils peuvent fournir une aide supplémentaire AU COÛT pour la construction, y compris les fondations en béton, la sécurité du périmètre et les installations de forage d’eau. Donc, ils donnent surtout de la main-d’œuvre – peut-être du bénévolat par leurs employés? Attention, quand vous lisez que les sociétés minières construisent ceci ou cela! Au moins, London Mining est honnête sur ce qu’elle fait ou ne fait pas. Cela ne semble pas toujours le cas.

Comme nous l’avons vu dans la vidéo hier, Steinmetz ne fait apparemment même pas ce à quoi on devrait s’attendre le moins (à moins que quelque chose ne change). Des personnes proches de ses exploitations minières à Koidu ont signalé des vomissements et de la diarrhée à cause de l’eau contaminée.

La mine Koidu est dans le coin supérieur droit (il y a 2 Koidus) où vous pouvez voir le barrage de résidus probable et les cliniques Ebola sont nommées avec le marqueur rouge. Les deux cliniques Ebola les plus proches sont alors la clinique de la Croix-Rouge à Kenema et la clinique Medicins Sans Frontières à Kailahun. Kailahun semble à peu près de la même taille que Koidu, peut-être plus petit. Kenema est une ville beaucoup plus grande.

 

 

Il y a l’USAID «Koidu Government Hospital», mais nous ne pouvons que deviner le nombre de lits car une fois tous les 10 ans, il semble que quelqu’un lui donne environ 30 lits. Donc, on suppose qu’il a de 30 à 60 lits. De plus, il n’est apparemment pas équipé pour Ebola hautement infectieux. «L’hôpital public» a été fourni par l’USAID et certains lits ont été donnés par l’ONU, plus récemment. Il n’a PAS été reconstruit par la société minière! Pourquoi Beny Steinmetz devrait-il le faire alors que le contribuable américain le fera pour lui? Et qui déteste tout le monde? Pas Beny Steinmetz mais le gouvernement américain. Qui a fourni le petit hôpital? Le gouvernement américain, pas Beny Steinmetz!
« Le gouvernement américain a dépensé 579 765 $ pour remettre en état l’hôpital public de Koidu. Ses partenaires d’exécution étaient PREMIER URGENCE, une organisation non gouvernementale et à but non lucratif française, et le peuple de Koidu lui-même. » Http://freetown.usembassy.gov/pr082703c.html
(« UNE GRANDE JOURNÉE POUR KONO: L’HÔPITAL DU GOUVERNEMENT DE KOIDU RÉNOVÉ ET L’ALLIANCE DE KONO PEACE DIAMOND LANCÉE, 27 août 2003 ») Notez qu’il y a deux endroits appelés Koidu, mais le celui avec l’hôpital semble être celui près de la mine.

Sans surprise, tout n’a pas été la paix et l’amour entre les sociétés minières et les travailleurs. Le gouvernement américain rapporte: « En avril, la police aurait tiré sur des grévistes de l’établissement d’African Minerals Ltd dans le district de Tonkolili, faisant un mort et plusieurs blessés. En décembre, des policiers ont ouvert le feu sur des manifestants dans la mine de diamant Octea, dans la ville de Koidu, dans le district de Kono, lors d’une grève des travailleurs. Deux individus non affiliés à la mine ont été tués, mais à la fin de l’année, les détails de l’incident n’étaient toujours pas clairs, et la police n’avait pas ouvert d’enquête sur les coups de feu  » http://state.gov/md204163.htm  » BUREAU OF DEMOCRACY, HUMAN RIGHTS, ET TRAVAIL, 2012 Country Reports on Human Rights Practices, Report, 19 avril 2013« 

« Le bail minier du projet Koidu Kimberlite, situé dans la chefferie Tankoro du district de Kono, mesure environ 4,9 km2…. Le projet devrait augmenter la production des deux fosses ouvertes d’environ 10 000 carats par mois actuellement à une moyenne de 45 000 carats par mois de 2012 à 2015, diminuant au fur et à mesure que la production souterraine entre en ligne et que l’opération est maintenue à 100 000 tonnes traitées. par mois. ” Http://en.wikipedia.org/wiki/Koidu_Holdings


Beny Steinmetz

« Beny Steinmetz
Né en 1956
Netanya, Israël
Résidence Genève, Suisse
Nationalité
Occupation israélienne Homme d’affaires
Valeur nette de 3,5 milliards de dollars américains (juin 2014)
Enfants 4
Beny Steinmetz (né en 1956) est un homme d’affaires israélien, avec un vaste portefeuille dans l’extraction de diamants, l’ingénierie et immobilier. [1] [2] [3]

Beny Steinmetz est né à Netanya, en Israël, en 1956, le quatrième enfant de Rubin Steinmetz. [4] Il a hérité du groupe genevois Steinmetz Diamond Group de son père. [1]

Ressources du groupe Beny Steinmetz

Steinmetz et son frère Daniel ont fondé ce qui est devenu plus tard Beny Steinmetz Group Resources (BSGR). Beny occupe actuellement un rôle de conseil auprès du conseil d’administration de la société. [3] En mars 2014, le quotidien suisse « Le Temps » a annoncé que Beny Steinmetz avait vendu des actions du Steinmetz Diamond Group (SDG) à son frère Daniel. [5] [6]

BSGR en Guinée controversée
En décembre 2008, un permis d’exploration de trois ans pour les blocs Simandou 1 et 2, en République de Guinée, a été attribué à BSGR Guinée, après que le gouvernement de Guinée, sous la présidence de son président d’alors, le général Lansana Conté, lui a ordonné être abandonné par son détenteur précédent, la multinationale anglo-australienne, la société minière Rio Tinto Group. [7] [8] [9] Conté a signé les droits d’exploitation de la moitié nord de Simandou, quelques jours avant sa mort, à Steinmetz pour 160 millions de dollars. Steinmetz a ensuite vendu une part de 51% à Vale pour 2,5 milliards de dollars. [10]

Koidu Holdings, qui fonctionnait auparavant en tant que coentreprise, appartient à 100% à la société BSGR depuis 2007. [11] [12] En 1997, il a fondé STI Ventures NV, une société de capital-risque qui investit dans de jeunes entreprises en Israël. [13] En 1999, il était le propriétaire de Tucows. [14] BSGR et une autre société d’investissement, IMR, contrôlent également Cunico. Une entreprise aujourd’hui disparue, dont il était le fondateur et actionnaire, Nikanor Plc, cotée à Londres, a été acquise par Katanga Mining en 2008. [15] Avec sa société appelée Scorpio, il possède des biens immobiliers au Kazakhstan, en Russie et en Europe de l’Est. [1] [2]

Le département américain de la Justice et le FBI ont enquêté sur l’acquisition par BSGR des droits d’extraire la moitié des gisements de minerai de fer à Simandou, en Guinée, en raison de préoccupations concernant la corruption et les pots-de-vin . [9] [16] [17] [18] En avril 2014, le gouvernement guinéen a annoncé qu’il disposait de «preuves précises et cohérentes» que BSGR avait obtenu les droits miniers de Simandou en versant des pots-de-vin à l’épouse du président de l’époque Lansana Conté en 2008, et que les droits seraient retirés à BSGR et à son partenaire Vale SA [19] Rio Tinto a ensuite intenté une action contre Steinmetz, BSGR et Vale, alléguant qu’ils avaient conçu un plan RICO pour voler «les précieux droits miniers de Rio Tinto». [20]

Autres entreprises commerciales

Il est également un investisseur de Gabriel Resources Ltd. [21]

Valeur nette

Le numéro de mars 2011 du magazine Forbes estimait sa fortune personnelle à 6 milliards de dollars américains. [22] En mars 2011, il était la deuxième personne la plus riche d’Israël, avant la mort de Sammy Ofer en juin 2011. [23] Selon Forbes en juin 2014, Steinmetz est le sixième Israélien le plus riche du monde avec une valeur nette de 3,5 milliards de dollars. [24]

Personnel

Steinmetz vit à Genève, en Suisse. [9] Il est marié et père de quatre enfants. [1] Avec sa femme, il supervise la Fondation Beny & Agnes Steinmetz, qui fait des dons aux écoles, aux hôpitaux, aux unités de l’armée et aux arts en Israël. [1] Il détient également la nationalité française et se décrit comme un «Israélien international» [25] ». http://en.wikipedia.org/wiki/Beny_Steinmetz (Références Wikipedia au bas de cet article)

Références – Lecture supplémentaire

« Mme Betty Bassie
Senior Teacher United Methodist Church Girls School, Koidu 
http://www.minesandcommunities.org/article.php?a=691

« The New Citizen mardi 6 avril 2004, Volume 8 n ° 53
Par Sylvester T. Bangah http://www.minesandcommunities.org/article.php?a=691

« Kimberlite Blast Lands 3 in Hospital (Standard Times, 16 mars 2004) » Par Saidu Kamara http://www.minesandcommunities.org/article.php?a=691

« L’ancien conseiller de la société minière de Beny Steinmetz modifie son plaidoyer de culpabilité en coupable,
Frédéric Cilins admet avoir fait obstruction à l’enquête sur les allégations selon lesquelles des responsables guinéens auraient été corrompus pour octroyer des droits miniers», Simon Goodley, theguardian.com, mardi 11 mars 2014 15.27 GMT 
http: //www.theguardian. com / business / 2014 / mar / 11 / ancien-conseiller-de-beny-steinmetz-mining-firm-frederic-cilins

http://www.bloomberg.com/news/2014-10-22/african-minerals-founder-timis-to-buy-london-mining-operation.html

«Une entreprise minière au centre de la lutte contre Ebola en Sierra Leone fait faillite La société
britannique London Mining a joué un rôle central dans les efforts de lutte contre Ebola, en aidant à construire un centre de traitement de 130 lits près de Lunsar
 », par Rupert Neate

The Guardian, jeudi 16 octobre 2014 20.22 BST http://www.theguardian.com/world/2014/oct/16/london-mining-fight-ebola-sierra-leone-goes-bust

« Le magnat, l’épouse du dictateur et l’accord minier de 2,5 milliards de dollars du
FBI enquêtant sur la société BSGR de Beny Steinmetz après un accord lucratif pour extraire le minerai de fer de la chaîne de montagnes de Simandou
 , par Ian Cobain et Afua Hirsch à Conakry, Guinée The Guardian, mardi 30 juillet 2013 http://www.theguardian.com/world/2013/jul/30/africa-guinea-mining-bsgr-steinmetz

« Couvre-feu dans la ville de Sierra Leone après une émeute, tirant sur le cas d’Ebola Posté: mar. 21 oct. 2014 19:20:44 GMT
FREETOWN (Reuters) – Les autorités sierra-léonaises ont imposé un couvre-feu dans la ville orientale de Koidu mardi après un différend entre les jeunes et la police sur un cas présumé d’Ebola ont dégénéré en coups de feu et émeutes, ont déclaré des responsables. 
http://feeds.reuters.com/~r/reuters/healthNews/~3/YAop1hOatxw/story01.htm

Le 23 août, The Sunday Times a rapporté, à propos de Beny Steinmetz, qu’ils appellent un «magnat des mines israélien»: «Un mineur cherche un prêt pour le FBI et le métier à tisser Ebola»

Références aux articles de Wikipédia :
1. Forbes 2010
2. Michael Rochvarger, «Hapoalim confronts Beny Steinmetz», dans Haaretz, 13.05.10 [1]
3. BSG Resources Limited À propos de récupéré 2012-12-15
4. Sherwood, Harriet. « Beny Steinmetz: diamantaire israélien qui aime garder un profil bas ». Le gardien. Guardian Media Group. Récupéré le 30 juillet 2013.
5. Un journal suisse rapporte que Beny Steinmetz vend son intérêt pour Diamond Business, Jewish Business News, 30 mars 2014
6. «La Guinée dépouillerait Beny Steinmetz de ses concessions minières». Le gardien. 9 avril 14. Vérifiez les valeurs de date dans: | date = (aide)
7. Bate Felix, ‘Rio dit s’accorde avec la Guinée sur Simandou’, Reuters, 22 avril [2] Récupéré le 2012-12-15
8. «Rio reçoit l’ordre d’accorder la moitié de la concession guinéenne à BSG (Update2)». Bloomberg. 11 décembre 2008.
9. «Secrets enterrés: comment un milliardaire israélien a pris le contrôle de l’un des plus gros prix d’Afrique» par Patrick Radden Keefe. The New Yorker, 8 juillet 2013
10. «La Guinée et son minerai de fer: que le peuple en profite, pour une fois». L’économiste. 7 juin 2014.
11. Historique de la société Koidu Holdings récupéré le 15/12/2012
12. Joan Baxter, Poussière de nos yeux: un regard sans oeil sur l’Afrique, Wolsak et Wynn Publishers Ltd., 2008, p. 226 [3]
13. STI Ventures NV BusinessWeek
14. ISLA, Volume 54, Numéro 12, Oakland, Californie: Information Services on Latin America, 1999, p. 7379 [4]
15. «Histoire». Katanga Mining. Récupéré le 20/02/2012.
16. «L’agent d’arrestation du FBI pour corruption dissimule une réclamation dans une bataille sur une montagne de 10 milliards de dollars», The Guardian, 16 avril 2013
17. «L’accord de corruption du siècle: comment la Guinée a perdu des milliards de livres sterling dans le permis d’exploitation minière de Simandou», The Independent, 17 juin 2013
18. https://www.youtube.com/watch?v=HOfNE2gZH1o
19. Ian Cobain; Juliette Garside; Anne Penketh (9 avril 2014). «La Guinée dépouille Beny Steinmetz de ses concessions minières». Le gardien. Récupéré le 1er mai 2014.
20. Cobain, Ian (1er mai 2014). «Rio Tinto poursuit le milliardaire israélien Benny Steinmetz». Le gardien. Récupéré le 2 mai 2014.
21. «L’unité Steinmetz investit dans Gabriel Resources». Mining Weekly. 12 novembre 2009.
23. «Forbes Rich List -« The World’s Billionaires 2011 »- Beny Steinmetz»
23. «Sammy Ofer en tête des Israéliens dans la liste des milliardaires de Forbes», dans The Jerusalem Post, 03/10/2011 [5]
24. «Beny Steinmetz». Forbes. Récupéré le 31 mai 2014.
25. «Beny Steinmetz: diamantaire israélien qui aime garder un profil bas». Le gardien. 29 juillet 2013. http://en.wikipedia.org/wiki/Beny_Steinmetz (je souligne. Article consulté vers le 22 octobre 2014)

(à suivre)