Alerte écologique:Le Canada se réchauffe plus vite que la planète

La calotte polaire artique de plus en plus menacée!

 

 Le Canada se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste de la planète et ce réchauffement est «irréversible», prévient un rapport scientifique d’Environnement et Changement climatique Canada.

Image associée

Le réchauffementse produit encore plus rapidement en hiver, ce qui se traduit par davantage de pluie en hiver dans le sud du pays et par moins de glace marine et une fonte du pergélisol dans le nord.

L’Arctique est frappé de plein fouet. On calcule qu’il se réchauffe trois fois plus rapidement que le reste du monde, ce qui veut dire que la plupart des régions marines du Nord canadien pourraient ne plus avoir de glace au moins un mois par année d’ici le milieu du siècle.

Plus de 40 scientifiques ont collaboré à ce rapport. Ils préviennent que les Canadiens devront composer avec dix fois plus de canicules mortelles et deux fois plus de tempêtes extrêmes, si rien n’est fait pour réduire l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Ce rapport, le premier à s’intéresser spécifiquement au Canada, est publié la semaine même où le gouvernement libéral déploie la pierre d’assise de son programme climatique: la taxe sur le carbone.

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, assure que l’époque où on polluait librement au Canada est révolue, dépeignant les détracteurs de la taxe sur le carbone comme étant des négateurs des changements climatiques et des sceptiques.

 

 


EN COMPLÉMENT

LE PERGÉLISOL DÉGÈLE, LES LACS NORDIQUES BRUNISSENT

Confiné dans le sol gelé depuis fort longtemps, le carbone organique du pergélisol retrouve sa liberté avec la fonte de la glace qu’il contient. Il fait son chemin jusqu’aux lacs et aux étangs arctiques et subarctiques qui voient leur composition modifiée. Le portrait présenté par une équipe internationale de chercheurs incluant la professeure Isabelle Laurion de l’INRS montre l’influence du dégel du pergélisol sur la biogéochimie des eaux de surface. Publiés dans la revue Limnology and Oceanography Letters, les résultats établissent que le carbone originant du pergélisol est en hausse dans les eaux de ces régions du monde. Ce carbone a la propriété d’être particulièrement absorbant pour la lumière solaire. Ainsi, les eaux s’assombrissent et se stratifient plus efficacement, ce qui affecte plusieurs processus biologiques dans ces systèmes aquatiques.

Les sols de toundra gelés sont un des plus grands réservoirs de carbone organique sur la planète. Avec le réchauffement climatique, le dégel du pergélisol s’accélère et accroît le risque qu’une grande partie du carbone soit libérée dans l’atmosphère sous forme de gaz à effet de serre. Cependant, les effets du dégel du pergélisol sur les étangs arctiques et subarctiques ont été peu étudiés jusqu’ici. À l’aide d’indicateurs chimiques, biologiques, optiques et isotopiques, des chercheurs québécois, danois, finlandais et suédois ont analysé des centaines d’échantillons provenant de 14 régions circumpolaires, allant de l’Alaska à la Russie et de la zone subarctique jusqu’au Haut-Arctique. Ceux-ci ont été prélevés entre 2002 à 2016 dans 253 étangs répartis en fonction de leur exposition au dégel du pergélisol
Malgré la variabilité dans les propriétés limnologiques des systèmes arctiques étudiés, les chercheurs observent clairement l’effet du dégel du pergélisol qui se traduit par de plus grandes concentrations de matière organique provenant des sols du bassin versant.  
« Les étangs arctiques et subarctiques subissent une influence terrestre de plus en plus grande, ce qui se répercute sur la chaîne alimentaire », affirment les auteurs de l’étude.  « Le brunissement de ces étangs entraîne notamment un appauvrissement en oxygène et un refroidissement de l’eau au fond des étangs, qui ont des conséquences importantes sur l’activité microbienne responsable de la production et la consommation des gaz à effet de serre et, particulièrement, sur la production de méthane, un gaz à effet de serre puissant. » 

Le pergélisol risque de libérer du CO2 en quantités gigantesques

 

À cause du réchauffement climatique, le pergélisol arctique pourrait libérer, d’ici 300 ans (cumulés), 10 fois plus de gaz carbonique (CO2) que ne l’a fait l’humanité en 2016. De quoi rendre plus urgentes encore les mesures pour limiter ce réchauffement.

La fonte du pergélisol favorise le réchauffement climatique  Le pergélisol, ou permafrost en anglais, regroupe les sols de notre planète qui sont gelés en permanence. Il est menacé de fonte définitive par le réchauffement climatique. Sa disparition inquiète les scientifiques. Le Cnes nous en dit plus au cours de cette vidéo. 

Les climatologues savent bien que l’une des clés de la prédiction du climat de la Terre passe par la connaissance de toutes les sources et puits de gaz à effet de serre, c’est-à-dire des quantités de ces gaz qui peuvent être émises ou capturées au cours du temps. Ils s’interrogent par exemple à propos du méthane (CH4) qui se trouve sous forme de clathrates en bordure des océans ou encore à propos du gaz carbonique (CO2) qui peut se trouver dissous dans l’océan.

Ce même CO(tout comme le méthane) peut s’accumuler dans les sols, y compris dans les régions arctiques. Comme ces dernières sont en train de se réchauffer, les chercheurs tentent d’évaluer à quel point cela va affecter le climat au cours de ce siècle et des prochains. Il s’agit d’éléments à prendre en compte pour évaluer au plus juste notre futur et le temps qu’il nous est donné pour effectuer une transition énergétique. Celle-ci sera basée sur l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables si nous prenons les bonnes décisions.

Une équipe de chercheurs, menée par Nicholas Parazoo, du célèbre Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, à Pasadena, en Californie, vient d’ailleurs de publier un article à ce sujet dans le journal The Cryosphere. Il s’agissait d’évaluer la stabilité du carbone piégé dans les pergélisols des régions polaires en Alaska et en Sibérie. Ce travail a conduit à une découverte surprenante qui laisse penser qu’au cours des 300 prochaines années cumulées, du fait du réchauffement climatiqueactuel, jusqu’à 10 fois la quantité de gaz carbonique injectée dans l’atmosphère par l’activité de l’humanité en 2016 pourrait être également libérée.

Image associée

 

 

 

Publicités

Danger planétaire:Ce que les scientifiques ont trouvé en Sibérie est vraiment Terrifiant! Et ils disent que ce n’est que le début

On lui a donné le nom de HellMouth ou…Bouche de l’Enfer (ou Porte de l’Enfer)

 

Les scientifiques ont découvert quelque chose de vraiment inquiétant en Sibérie. Un énorme cratère  surnommé HELLMOUTH (ou Bouche de l’Enfer) s’est ouvert révélant un «monde perdu figé dans le temps». C’est ce qu’on appelle la «porte du monde souterrain» par les habitants.

Le cratère massif, situé à environ 660 kilomètres au nord de Yakutsk, est connu des experts depuis les années 1960, car la déforestation rapide a changé la région. Sans aucune ombre pour protéger le sol des rayons du soleil, le pergélisol fondait et le sol s’affaissait de façon catastrophique.

Le cratère humongous est désigné par les habitants comme la «porte de l’enfer».

L’énorme cratère se trouve près du village de Batagai, dans le district de Verkhoyansk, et atteint des profondeurs de plus de 300 pieds. Cette région est l’un des endroits les plus froids au monde.

Les experts croient que le cratère massif a été créé uniquement à la suite de la fonte du pergélisol dans le paysage sibérien.

Ce phénomène curieux a transformé la surface d’une manière méconnaissable et n’est qu’un des nombreux événements terrifiants qui se produisent en Sibérie avec l’augmentation des températures dans le monde.

Le cratère massif est officiellement connu sous le nom de Batagaïka et plus de 50 ans après son apparition, les scientifiques sont extrêmement inquiets parce qu’il ne cesse de croître.

Avec près d’un kilomètre de longueur et environ 100 mètres de profondeur, il est à craindre que dans quelques mois il atteindra la vallée voisine.

L’année dernière, une enquête a révélé qu’au cours de la dernière décennie le trou est devenu à un rythme sans précédent de dix mètres par an, bien que dans les années particulièrement chaudes, la croissance a augmenté jusqu’à 30 mètres par an.

«En moyenne depuis de nombreuses années, nous avons constaté qu’il n’y a pas tellement d’accélération ou de décélération de ces taux, mais une croissance continue», explique Frank Günther de l’Institut Alfred Wegener de Potsdam, en Allemagne. « Et la croissance continue signifie que le cratère devient de plus en plus profond chaque année. »

Les experts disent que plus de pergélisol dégèle,plus de grandes quantités de carbone sont exposées aux microbes. À leur tour, les microbes consomment du carbone, produisant du méthane et du dioxyde de carbone en tant que déchets. Ces gaz à effet de serre sont ensuite libérés dans l’atmosphère, ce qui accélère le réchauffement, rapporte la BBC

Un pergélisol dangereux à dégeler.

Malheureusement, les grandes inondations de 2008 ont contribué à augmenter la taille du cratère, et maintenant, alors que la température de la Terre augmente en raison du réchauffement climatique, les géologues avertissent que la «porte vers le monde souterrain» va grandir beaucoup plus.

Le fait que le cratère continue de croître à un rythme qui semble imparable ne représente pas seulement un danger pour les locaux mais pourrait finir par affecter la planète entière. L’enlèvement du pergélisol pourrait entraîner la libération de grandes quantités de gaz à effet de serre qui sont conservés par la toundra sous sa surface.

«Les estimations globales du carbone stocké dans le pergélisol sont [la même] quantité que celle de l’atmosphère», expliqueGünther.

« C’est ce que nous appelons une réaction positive », explique Günther. « Le réchauffement accélère le réchauffement, et ces caractéristiques peuvent se développer dans d’autres endroits. Ce n’est pas seulement une menace pour l’infrastructure. Personne ne peut arrêter ce développement. Il n’y a pas de solution technique pour arrêter le développement de ces cratères. « 

Le professeur Julian Murton, géologue à l’Université du Sussex, a déclaré: «Dans un certain sens, Batagaika donne une idée de ce qui s’est passé dans le passé et de ce qui est susceptible de se produire à l’avenir.

«Au fur et à mesure que le climat se réchauffe – je crois qu’il ne fait aucun doute qu’il se réchauffera – nous connaîtrons une dégelation croissante du pergélisol et un développement croissant de ces caractéristiques« thermokarst ». Il y aura plus de glissements et plus de ravinement, plus d’érosion de la surface du sol. « 

« Je pense qu’il y a de plus en plus de preuves au cours des dernières décennies que l’activité du thermokarst dans l’hémisphère Nord a augmenté en étendue et en intensité. »

 

L’équipe de recherche prend des relevés depuis de nombreux mois!

Bien qu’il y ait des preuves de ce qui s’est passé au Groenland, en Chine ou en Antarctique, l’histoire de la Sibérie est largement inconnue. Savoir ce qui se passe en Sibérie et comment, disent les experts, nous offrirait une chance de mieux nous préparer à ce qui peut arriver. Pour rassembler plus de données, les scientifiques prévoient de creuser des trous dans la région afin d’analyser les sédiments.

.

 

Des troncs d’arbres anciens et bien conservés ressurgissent du sol.Certain remontant à 100,000 ans.

 

Effets globaux du dégel rapide du pergélisol du Groenland

Le Groenland: comment le changement climatique rapide sur la plus grande île du monde nous affectera tous. La couche de glace se fondre et le pergélisol est en train de décongeler. Ce qui se passe au Groenland accélérera le changement climatique à travers le monde, The Independent, 7 sept. 17, Kathryn Adamson 

 

 Le plus grand incendie sauvage jamais enregistré au Groenland a récemment été repéré à proximité de la ville de Sisimiut, dans la côte ouest, non loin de l’île de Disko, où je recherche des glaciers en retraite. Le feu a attiré l’intérêt public et scientifique, non seulement parce que sa taille et son emplacement ont surpris, mais parce que c’est encore un signe de profond changement environnemental dans l’Arctique.
Un feu visible de l’espace.

Le Groenland est une composante importante du système climatique mondial. La couche de glace, qui couvre 80 pour cent de l’île, reflète une grande partie de l’énergie du soleil dans l’espace qu’elle modère les températures à travers ce qu’on appelle l’effet albedo. Et puisqu’il occupe une position stratégique dans l’Atlantique Nord, sa masse fondue tempère les modes de circulation des océans.

Mais le Groenland est particulièrement vulnérable aux changements climatiques, alors que les températures atmosphériques de l’Arctique augmentent actuellement à deux fois le taux moyen global. Les conditions environnementales établissent fréquemment de nouveaux enregistrements: «le plus chaud», le «le plus humide», le «le plus sec».

Malgré sa taille, le feu lui-même ne représente qu’un instantané de l’histoire du feu du Groenland. Cela ne nous permet pas de nous parler du changement climatique plus large de l’Arctique.

Mais lorsque nous superposons ces événements extraordinaires sur des enregistrements environnementaux à plus long terme, nous pouvons voir des tendances importantes émerger.

La couche de glace fond

Entre 2002 et 2016, la glace a perdu de la masse à environ 269 millions de tonnes par an. Un gigatonne est d’un milliard de tonnes. Une tonne concerne le poids d’un morse.

Au cours de la même période, la couche de glace a également montré un comportement inhabituel à court terme. La saison de fonte de 2012 a été particulièrement intense – 97% de la couche de glace a connu une fonte de surface à un certain point au cours de l’année. La neige a même fondu à son sommet, le point le plus élevé au centre de l’île où la glace est empilée à plus de 3 km au-dessus du niveau de la mer ………

Au Groenland, comme beaucoup de l’Arctique, les températures élevées décongelent le pergélisol. Cela signifie que la couche active augmente de 1,5 cm par an. On s’attend à ce que cette tendance se poursuive, étant donné que, selon les prévisions actuelles du GIEC, les températures de l’air de l’Arctique augmenteront de 2,0 ° C à 7,5 ° C  durant ce  vingt-et-unième siècle.

Le pergélisol arctique contient plus de 1 500 milliards de tonnes de plantes et d’animaux morts (environ 1 500 milliards d’équivalent en cadavres de morses) que l’on appelle «matière organique». À l’heure actuelle, ces choses ont été gelées depuis des milliers d’années. Mais lorsque le pergélisol décongèle cette matière organique se décomposera, libérant du carbone et du méthane (un autre gaz à effet de serre) dans l’atmosphère.

Si la décongélation se poursuit, on estime qu’en 2100 le pergélisol émettra 850-1,400 milliards de tonnes d’équivalent CO₂ (pour comparaison: les émissions globales totales en 2012 étaient de 54 milliards de tonnes d’équivalent CO₂).Tout ce que le méthane et le carbone supplémentaires, bien sûr, ont le potentiel d’améliorer encore le réchauffement climatique …… ...

Donc,cette athmosphère  terrestre serait devenue totalement hostile à la vie humaine ainsi que de nombreuses autres formes de vie adaptées à la composition actuelle de l’air et de sa température!

Sources:

http://www.independent.co.uk/environment/greenland-how-rapid-climate-change-on-worlds -largest-island-will-affect-us-all-a7926006.html