La région de la Zone 51 attend une horde de touristes dans les prochains jours

 

Les visiteurs commencent à arriver sur la Zone 51!

 

Les visiteurs qui se rendront prochainement dans le désert reculé du Nevada pour «envahir» la Zone 51 viendront de la Terre, et non de l’espace.

Personne ne sait à quoi s’attendre, mais les deux villes minuscules de Rachel et Hiko, situées près du site de recherches militaires jadis secret, se préparent à un afflux de visiteurs au cours des prochains jours.

«Ça se passe actuellement. Nous avons déjà des gens du monde entier», a déclaré mercredi la propriétaire de l’auberge Little A’Le’Inn, Connie West, depuis son établissement rempli de gens venus de Pologne, d’Écosse, d’Australie, de Floride, de l’Idaho et de l’Oklahoma.

Des résidants, des élus et des organisateurs d’événements ont déclaré que l’engouement suscité par une blague sur internet invitant les gens à «aller voir les extraterrestres» dans les prochains jours pourrait devenir un grand événement culturel, un échec monumental ou quelque chose entre les deux.

Le secret de la Zone 51 a longtemps alimenté la fascination pour la vie extraterrestre, les ovnis et les théories du complot, donnant lieu aux événements de cette semaine et incitant l’armée à aviser les gens de ne pas s’approcher du site protégé.

«Ce phénomène est vraiment un mélange parfait des intérêts pour les extraterrestres le surnaturel, les complots gouvernementaux et le désir de savoir ce que nous ne savons pas», a expliqué Michael Ian Borer, un sociologue qui étudie la culture pop et les activités paranormales à l’Université du Nevada.

Certains résidants et responsables de deux comtés proches de la Zone 51 sont nerveux. La région pittoresque compte 50 000 résidants et sa taille est comparable à celle de la Nouvelle-Angleterre.

Des élus ont signé des déclarations d’urgence après que des millions de personnes eurent répondu au message de Facebook cet été.

«Nous nous préparons au pire», a déclaré Joerg Arnu, un résidant de Rachel qui peut voir de chez lui une scène artisanale et des toilettes portables installées dans une zone poussiéreuse autour du petit motel et café de Mme West.

M. Arnu a déclaré avoir installé des projecteurs extérieurs, des clôtures et des panneaux «Défense d’entrer» sur sa propriété de 10 hectares. Il a également organisé une surveillance nocturne du voisinage, craignant qu’il n’y ait pas assez d’eau, de nourriture, de poubelles ou de toilettes pour les visiteurs.

«Ceux qui savent à quoi s’attendre lorsqu’on campe dans le désert vont passer un bon moment», a prédit M. Arnu. «Ceux qui cherchent une grande fête vont être déçus.»

Il s’attend à voir des gens se présenter dans le désert en short et en sandales.

«Cela ne vous protège pas contre les bestioles, les serpents et les scorpions», a noté M. Arnu. «Il fera froid la nuit. Ils ne vont pas trouver ce qu’ils cherchent, et ils vont se mettre en colère.»

Les responsables s’attendent à ce que le service cellulaire soit débordé. La station-service la plus proche est à 72 km. Les campeurs pourraient être exposés à des températures allant jusqu’à 5 degrés Celsius la nuit.

«Nous n’avons vraiment pas demandé cela», a rappelé Varlin Higbee, commissaire du comté de Lincoln, qui a voté en faveur d’un budget de 250 000 $ destiné à gérer les foules attendues.

«Nous avons planifié et organisé suffisamment pour accueillir de 30 000 à 40 000 personnes», a expliqué M. Higbee. «Nous ne pouvons être certains du nombre de personnes qui viendront.»

Bien que le créateur de l’événement sur Facebook ait par la suite déclaré qu’il s’agissait d’un canular, la forte réaction a poussé les autorités locales, nationales et militaires à s’activer. Des promoteurs ont commencé à explorer des sites. Une compagnie de bière a produit des canettes sur le thème des extraterrestres. Un bordel du Nevada offre des rabais aux «amateurs d’extraterrestres».

La Federal Aviation Administration a fermé l’espace aérien à proximité du secteur cette semaine.

«Les gens souhaitent faire partie de quelque chose, avoir une longueur d’avance», a noté le sociologue Michael Ian Borer. «La Zone 51 est un endroit où les citoyens ordinaires ne peuvent pas aller. Lorsque vous dites aux gens qu’ils ne peuvent pas faire quelque chose, ils veulent simplement le faire encore plus.»


L’homme qui a parti le raid!

 

Si vous n’avez pas encore entendu toutes ces nouvelles ces derniers mois, c’est aujourd’hui la journée emblématique du « Raid Area 51 » de 2019. Sans surprise, le mec qui a tout lancé est un fan de Slayer .

Matty Roberts a créé en juin un événement sur Facebook intitulé « Storm Area 51, ils ne peuvent pas nous arrêter tous ». L’événement satirique est devenu instantanément un message Internet viral, en particulier parce que la US Navy avait diffusé une séquence vidéo d’objets volants non identifiables (OVNI). Lorsque la situation a commencé à déraper, l’armée de l’air a menacé de sécuriser la zone, ce qui a intensifié le désir des populations d’organiser encore plus de raids.

« C’était complètement destiné à être une blague, je ne m’attendais pas à ce que ça aille n’importe où », a déclaré Roberts à CNN . Il a eu l’idée de l’événement après avoir écouté l’interview de Joe Rogan, le physicien Bob Lazar, qui a annoncé l’actualité de Area 51 sur son podcast. Selon le reportage de CNN, deux millions de personnes ont affirmé qu’elles participeraient à l’événement. Les hôtels de la région sont complets, et les habitants sont inquiets, surtout parce que deux personnes ont déjà essayé de se rendre à la base.

Roberts a tenté de transformer le « raid » en un festival musical appelé « Alienstock », qui devait avoir lieu ce week-end au Nevada, mais a depuis été annulé. Au moins, nous savons qu’il a bon goût en musique.

 

 

 

Video: Les risques accrus de guerre civile aux Etats-Unis

C’est une affaire qui a été littéralement censurée dans les grands médias alignés, mais qui provoque un buzz et une onde de choc historiques aux Etats-Unis et au-delà :

 

En effet, des citoyens armés étasuniens, armés jusqu’aux dents, sont parvenus à faire reculer les Fédéraux armés eux aussi jusqu’aux dents dans une sombre affaire de bétail et de redevance au Névada, dans le Grand Ouest des Etats-Unis où les milices armées sont autorisées.

Le Ranch Bundy

Tout a commencé lorsque le fils d’un puissant fermier dirigeant le « Bundy Ranch » s’est opposé physiquement, en pleine steppe désertique du Névada à la saisie de plusieurs centaines de têtes de bétail par le BLM, le Bureau fédéral en charge du prélèvement de la taxe sur le fermage :

 

Cliven Bundy, 67 ans, rancheur au Névada, refusait de longue date de verser un droit pour faire paître ses bêtes au BLM (Bureau of Land Management), estimant qu’en bon patriote américain il n’a pas à entretenir des fonctionnaires « étrangers » à sa terre, jusqu’au moment où la police fédérale est venue saisir des centaines de bêtes sur le terrain : A ce moment, le fils a décidé de bloquer le passage du convoi qui emmenait ses bêtes et a été attaqué par un chien policier lancé contre lui.

 

Tout a très vite dégénéré, puisque les habitants du secteur ont immédiatement afflué pour apporter leur soutien au Ranch Bundy, obligeant la police Fédérale à déployer des blindés et des hélicoptères pour tenter d’imposer le calme.

 

Face à ce déploiement de force fédérale particulièrement démonstratif, des milices armées ont décidé à leur tour de s’inviter dans ce face à face sans précédent, affluant par dizaines de tout le pays, avec notamment le site anti-NWO Infowars.com comme médiateur (au sens attalien du terme) de cette affaire :

 

Très vite des snipers armés jusqu »aux dents ont été déployés par la police fédérale, tandis qu’en face d’autres snipers « citoyens », eux-mêmes armés jusqu’aux dents, se déployaient autour des policiers et les tenaient en joue.

Crainte d’un nouveau Wacco 

La tension est devenue extrêmement vive entre les agents fédéraux représentant le gouvernement US et les milices armées représentant les citoyens US, au point qu’à la moindre étincelle, tout pouvait dégénérer et provoquer un drame pire peut-être que la tragédie de Wacco.

C’est pourquoi le gouvernement d’Obama a semble-t’il capitulé face à la démonstration de force des citoyens rassemblés autour du Ranch Bundy, décidant non seulement de quitter les lieux, mais aussi de laisser  paître  les animaux saisis puis repris de force par les fermiers locaux !

Risques accrus de guerre civile

Cette capitulation historique des agents fédéraux face à des citoyens étasuniens organisés et armée a été totalement censurée dans les médias alignés US comme européens : il faut dire qu’elle illustre de manière spectaculaire la défiance de plus en plus grande et déterminée des populations étasuniennes « de base » face au Pouvoir et aux élites US, au point qu’une guerre civile devient de plus en plus probable au rythme où vont les choses.

 

La situation en Ukraine montre que décidément, la tension est en train de monter comme rarement à l’extérieur comme à l’intérieur des Etats-Unis (ce sont en effet les élites atlantistes qui sont également à la manoeuvre en Ukraine), laissant augurer de jours bien sombres lorsque le chaos sera lancé…

Source: Infowars