Réécrire l’histoire des dinosaures:Exposer l’histoire interdite

Histoire interdite des dinosaures

Depuis les mayas en passant par les dieux naga du Japon,aux aztèques,aux incas,aux égyptiens et aux sumériens, les reptiliens sont dans toutes les traditions ancestrales de l’humanité!Je considère que ce n’est pas une coïncidence!

 

Dinosauroide: L’évolution de l’intelligence des dinosaures

Stenonychosaurus (Troodon) est l’un des dinosaures les moins connus et, selon des chercheurs modernes tels que Dale Russel, il faisait partie des dinosaures en train de développer une intelligence supérieure, même si l’extinction des dinosaures l’avait empêchée de développer un intellect de pointe.

Stenonychosaurus (Troodon)

 

 

Selon Russel, Troodon, bien que de petite taille, était le principal mammifère prédateur du Crétacé.

Troodon devait être plus intelligent que les mammifères qu’il chassait, et pour cette raison, il postulait que Troodon était un dinosaure intelligent doté d’un cerveau plus gros que la taille de son corps.

La plus grande taille du cerveau peut avoir vu apparaître l’origine des caractéristiques humanoïdes chez Troodon.

Super-intelligence des dinosaures, technologie et interaction humaine

Les reptiles humanoïdes sont présents dans les différents mythes et légendes. Ce sont souvent des créatures mi-humain et mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques.

Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres noms pour désigner un même genre, ont toujours concerné des êtres de pouvoir (des dieux) ou des initiateurs, apportant quelque chose à l’homme présupposé inférieur ou soumis.

La théorie de Russell n’est toutefois pas universellement acceptée, mais dans une nouvelle recherche publiée dans le Journal de l’American Chemical Society, Ronald Breslow explore la perspective d’une vie de dinosaure extraterrestre.

Breslow conclut que de telles formes de vie pourraient bien être des versions avancées de dinosaures, spéculant que « nous ferions mieux de ne pas les rencontrer » parce que leur technologie avancée associée à leur intelligence reptilienne sans émotion, mais avancée et efficace, signifie que notre civilisation serait très primitive devant eux, et sa conquête presque sans effort pour eux.

Conclusion première

L’histoire cachée des dinosaures signifie qu’il est possible qu’une race de reptiles spatiaux extrêmement avancée et intelligente existe depuis plus longtemps que les êtres humains sur Terre et dans l’espace.

Notre histoire est-elle alors l’histoire d’une rencontre entre l’humanité et l’une de ces races intelligentes et avancées de reptiles et de dinosaures?

La Conspiration de la Terre-Creuse  a popularisé cette notion depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale  , lorsque l’armée américaine a envoyé l’expédition Byrd en Antarctique dans le cadre de l' »Opération Highjump « ,une  Opération Ulta secrète  destinée à récupérer la technologie de guerre secrète du Troisième Reich,développée à partir d’une technologie extraterrestre..L’ensemble de l’Opération Highjump avait été présenté comme une expédition  scientifique.

Dans une rencontre OVNI présumée, l’expédition Byrd a été attaqué par une force militaire imprévue à l’ aide d’ armes que personne n’avait  rencontré  sur un champ de bataille avant, en plus du naufrage du destroyer principal de l’expédition … Depuis lors, on a  spéculé que l’attaque a été lancée à partir d’ une base située dans la  Terre- Creuse  dont l’entré (ou sortie) se situerait en   Antarctique , qui a servi de base cachée aux reptiliens intelligents qui ont peut-être survécu à l’extinction des dinosaures ou ont atterri ici depuis l’espace.Une chose est sure:ils ont fait alliance avec les soldats du Troisième Reich sur leurs bases!

Des momies péruviennes semblent être d’origine reptilienne.

 

De nombreux enlèvements ont été signalés au fil des ans.Tous les témoins parlent de petits gris d’aspect reptilien.

 

La découverte de figurines de type reptilien dans la civilisation ubaide de la pré-mésopotamie antique ajoute également une couche supplémentaire de mystère et soulève la question de savoir si notre civilisation peut être retracée aux visiteurs d’anciens reptiliens… Il n’existe à ce jour aucune explication historique officielle donnée au serpent de la civilisation ubaid. comme des figurines de Dieux, et pour cette raison, la possibilité d’une présence ancienne de Reptiles qui aurait pu se retirer dans une partie éloignée de la Terre ne peut être complètement exclue.


CIVILISATION UBAID

 

Cet artefact de figurine d’Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid.

Figurines, style Ubaid ou à tête de lézard, argile, Ur (culture Ubaid), Ve millénaire av. J.-C., h: 13,6 cm Originaire d’Ubaïd, période mésopotamienne méridionale, 5000 av. La culture Ubaid a succédé au Halaf à la fin du 6ème millénaire avant notre ère dans le sud de l’Irak, puis s’est répandue dans toute la Mésopotamie. La culture Ubaid est connue pour la poterie peinte; grandes maisons de plan tripartite pour les familles élargies; et des figurines à tête de lézard des deux sexes. Les figurines telles que les exemples ci-dessus sont typiques. La figure à gauche tient un bébé sur sa hanche et le tète. La figure de droite a des vergetures incisées sur son abdomen. Il a été suggéré que les points et les lignes peints en brun représentent les tatouages ​​et que les pastilles d’argile cicatrisent. On ignore si la forme des crânes représente la liaison de la tête.

Bas relief civilisation ubaid.

ANNUNAKI CIVILISATION DE MÉSOPOTAMIE ET DE SUMER

 

Stèle écrite et représentation du dieu Enki
Enki semant l’arbre de la vie.
Enki sort de l’eau et se dirige vers la terre.

 

Ea se tient dans sa maison aquatique l’Apsu.

 

Création de lignées, d’humains, d’alchimie

 

Séparation hommes-femmes des aspects de l’âme double , en haut et en bas
Les dieux amphibies créent une lignée humaine

 

Omphalos et représentation de l’ADN.

AUTRES CIVILISATIONS

MÉSOAMÉRIQUE

Viracocha , foetus, serpent (ADN), chromosomes XX

 

GOBEKLI TEKE CULTURE

Venant de la civilisation de Gobekli Teke,cette mante religieuse géante tient un enfant dans ses bras:est-ce de l’affection ou sert-il de repas?Cette figurine a plus de 13,000 ans!

 

 

 

PLATEAU IRANIEN

Iran Jirof culture:

 

JAPON

Hommes-lézards de la civilisation Horyuji du Japon

 

CIVILISATION DE L’ÉLAM

Culture de l’Élam

 

Ceci est cependant hautement spéculatif, mais la possibilité d’une intelligence évoluée des dinosaures reste intriguante, en particulier à la lumière de la découverte du dinosaure Troodon… Espérons que nous aurons plus d’informations au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur le sujet.


EN COMPLÉMENT

L’HYPOTHÈSE DE DALE RUSSELL

Dale Russell

Dale A. Russell, né le , est un géologue et paléontologue, professeur de recherche au MEAS (Department of Marine Earth and Atmospheric Sciences – Département des sciences de la mer, de la terre et de l’atmosphère) à l’université d’État de Caroline du Nord (North Carolina State University).

Dasplétosaure

Dale Russell a décrit, entre autres, le Dasplétosaure et fut un des premiers à émettre l’hypothèse d’une cause extraterrestre (comète ou astéroïde) à la disparition des dinosaures.

Sa découverte, en 1969, du premier crâne de Sténonychosaure (ou Troodon) et la constatation de la taille de sa cavité cérébrale par rapport à la taille de son corps, exceptionnellement grande pour un dinosaure, l’amène à l’hypothèse, chez cet animal, d’une intelligence supérieure à celle des autres dinosaures contemporains.

En 1982, alors en poste au Musée national des sciences naturelles du Canada, à Ottawa (musée depuis 1990 renommé en « Musée canadien de la nature »), il a émis l’hypothèse, comme une expérience de pensée, que la Terre serait actuellement habitée par des reptiles humanoïdes ou « dinosauroïdes », évolution des dinosaures, si ceux-ci n’avaient pas disparu. Il avait même fait réaliser par un artiste taxidermiste, Ron Seguin, une sculpture de dinosauroïde, sculpture qui eut un succès médiatique. Selon cette expérience de pensée, ces « dinosauroïdes », occuperaient, dans ce cas, la place de l’homme en tant qu’espèce dominante de la planète.


HYPOTHÈSES DE RECHERCHES

1-Question 1:Les humains auraient co-existés  avec les dinosaures:Vrai?

Laissons parler les pierres d’Ica:

 

 

2-Maria Orsic aurait guidé  les officiers du Reich vers l’Antartique afin d’établir un contact avec cette civilisation: vrai?

Cette photo de 1939 du Vril-7,prise dans les archives allemandes,nous prouve que la technologie alien fut copiée suite au crash ovni de Freiburg,en 1936.

 

3-Question no 3:La civilisation qui a motivé l’expédition Antartique Allemande de 1938 -39 et l’installation massive de savants et de bases ultra-secrètes par le Reich serait-elle celle qui commencerait à émerger  au-dessus des glaces suite au réchauffement climatique?

 

Des ruines étranges apparaissent au-dessus des glaces.

 

Des fossiles découverts en Antartiques montrent toute la diversité de la vie antérieure.

 

D’où viennent ces mini-squelettes humanoïdes?

 

4-Question 4: ces photos montrent-elles  des entrées vers la Terre-Creuse?

 

 

5-L’amiral Byrd et son expédition  « scientifique » Opération Highjump,a-t-il  été contacté par des entités extraterrestres ou/et intraterrestres?

L’amiral Byrd en compagnie de James Forrestal et du général Nimitz…au retour de l’Opération Highjump.Forrestal sera « suicidé » avec assistance et juste avant,Byrd fera une conférence de presse ou il parlera de « soucoupes volantes » et de forte résistance ennemie.Il sera mis à la retraite.

EN CONCLUSION

Il s’agit d’une nouvelle entrée en matière sur ce sujet délicat et votre humble serviteur va tenter de répondre à ces questions avec ses moyens de recherches,mais je demeure convaincu que la seule façon véritablement scientifique est d’organiser une expédition et d’aller voir sur place.

Aussi ai-je nommé ce projet …Neue Schwabenland 2 qui annonce sur ce site,le début de la mise en oeuvre de cette grande aventure.J’aurai donc besoin de toute l’aide que vous pourrez m’apporter…en personnes décidées à y aller,en moyens financiers et scientifiques!

Retourner là-bas est mon  Grand Rêve!

Qu’en pensez-vous…de retourner à Neue Schwabenland?

Les marins du Swabenland avaient presque domestiqué des pingouins.

 

Le MS Swabenland en train d’appareiller en 1934.
Aufnahmedatum: um 1934
Systematik:
Kulturgeschichte / Flugzeug / Wasserflugzeuge

 


POUR LE FUTUR

 

Vous venez de lire le premier article sur ce sujet,je considère continuer dans le même sens.Il y aura une suite rapide  à cet article et des vidéos aussi.

Mais  je vous promets de développer   ce qu’il faut pour mettre sur pieds l’expédition  qui retournera vers les bases secrètes allemandes,vers Neue Schwabenland et la civilisation contactée par Maria Orsic ,en Allemagne.

…à suivre …coûte que coûte!

 

 

 

Publicités

Des vagues mystérieuses d’énergie sortent de l’Antarctique

Pour la troisième fois consécutive, une myométrique anomalie des micro-ondes a été détectée par MIMIC (Morphed Integrated Microwave Imagery au CIMSS) venant de la région de l’Antarctique.

L’anomalie de la première vague a été détectée le 2 avril 2017 (photo ci-dessous):

 

 

La deuxième vague s’est produite le 15 mai 2017:

 

Et le 26 mai 2017, MIMIC a attrapé une troisième vague mystérieuse émergeant de cette région.

 

Si vous faites une ligne vers le bas en Antarctique, le chemin de l’anomalie des vagues traverse la mystérieuse station Princess Elisabeth, située à la base des structures pyramidales.

 

 

Étrangement,les allemands avaient établi une base secrète sur place:Neue Schwabenland!

 

Cela nous permet de deviner si les anomalies des vagues proviennent de cette station ou d’une source inconnue près de la station. Mais une chose est sûre, quelque chose dans ce domaine crée cette anomalie à laquelle ils sortent dans l’océan Pacifique.

Plus précis, cette anomalie est dirigée directement ou à proximité de Cascadia Subduction Zone. Bien que The Cascadia Subduction Zone n’ait pas produit un tremblement de terre depuis 1700, il augmente la pression lorsque la plaque Juan de Fuca diminue sous la plaque nord-américaine.

Les scientifiques prédisent qu’il y a environ 40 p. 100 de chance qu’un tremblement de terre de mégawatte de 9,0 + d’amplitude dans cette zone de défaut se produise dans les années à venir.

…et c’est tout près des pyramides ensevelies sous la neige!

Actuellement, il n’y a pas de preuve, mais il semble que quelqu’un ou quelque chose  en Antarctique manipule ou modifie la météo dans la région de l’océan Pacifique pour quelque raison que ce soit.

Ceci ,juste au moment ou  des scientifiques viennent de trouver un mur entre l’Australie et l’Antartique!(Voir notre article récent sur le mur…)

La vidéo ci-dessous montre la dernière anomalie vague prise le 26 mai 2017

 

 

 

 

La conspiration nazi:les missions ultra -secrètes de deux sous-marin U-boats en mai 1943

 

Je préparais cet article depuis un certain temps,mais le message de mes amis,me font presser la diffusion. Nous allons recevoir  une visite surprise,mes amis.
Je préparais cet article depuis un certain temps,mais le message de mes amis,me font presser la diffusion.
Nous allons recevoir une visite surprise,mes amis.

 

Hitler était un fervent croyant en la race aryenne. Depuis son tout jeune âge, il pensait que cette race venait d’un pays mythique se trouvant au Pôle Nord.

 

Il croyait que cette race existait dans les régions de la « Terre creuse ». Il sentait que les premiers allemands Nordiques  venaient de ce monde intérieur, puis avaient migré du Pôle Nord vers  l’Europe , dans un lointain passé.

 

Adolf Hitler s’accrocha fermement à cette idée durant toute sa vie, avec pour résultat,qu’en  1943,il donna  l’ordre de fabriquer un sous-marin spécial pour l’exploration du Pôle Nord.Je vous raconte ici l’histoire de ce sous-marin,le U-209.

 

Avant propos

Même avant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands étaient déjà en contact avec extra-terrestres ,en particulier, leurs sociétés secrètes. Les médiums aussi connus comme Canalistes dans la terminologie d’aujourd’hui sont principalement des femmes. Ces femmes,comme  médiums sont tenus d’avoir des poils longs, plus les cheveux le mieux la réception des messages qu’ils reçoivent de contacts hors du monde. Une partie de la technologie allemande  d’appareils rapides, notamment le type de  « disques volants artisanaux »  ont été inspirés par les extraterrestres. Dans l’un des messages qu’ils ont reçus ,les grandes prêtresses de la Société du Vril  ont conduit les savants nazis (sous l’autorité directe d’Henrich Himmler) vers   la recherche de l’histoire oubliée de la Terre. L’Atlantide  a été l’un des sujets qu’ils étaient prêts à examiner  comme ils ont découvert que non seulement les Allemands, mais la plupart des nations  européennes  de races blanches descendent d’Atlantis. Dans leur compréhension de la technologie OVNI ainsi que la technologie  alien  très avancée sur  l’énergie libre:c’ était déjà vraie  dans le monde à l’époque de l’Atlantide. Tout ce qu’ils eurent  à faire , fut  de prendre contact avec le peuple du Tibet qui ont des dossiers du passé ainsi que dans les possessions des archives sur   la technologie avancée et  gardée  en toute sécurité où ils cachèrent  ces trésors dans les cavernes et des bases souterraines. C’est dans cette expédition à la terre du Tibet que le peuple allemand a appris que la Terre était étonnamment « Creuse « . Apparemment, le peuple tibétain non seulement savaient que la Terre était creuse mais a déclaré que certains des Atlantes se sont réfugiés à l’intérieur de la Terre et que, sous la terre du Tibet  existe une  ville intérieure. Les moines du Tibet ont montré  aux  savants  Allemands qu’il y a deux grandes ouvertures menant à la Terre creuse :une située  au  le Pôle Nord et une au  pôle Sud. Les Allemands ont décidé d’utiliser l’ouverture polaire sud de sorte que cela ne ferait pas beaucoup de bruit en Europe, de sorte que personne ne saurait  grand-chose. Plusieurs sous-marins ont été envoyés vers le pôle Sud à la recherche de l’ouverture polaire sous la glace de l’Antarctique. Enfin, ils ont réussi à la trouver. Immédiatement des plans ont été faits à propos de la colonisation de cette partie inconnue du monde. Les cartes ont été faites pour que les navires et les sous-marins puissent trouver facilement l’ouverture menant  à la Terre Creuse vers le pôle Sud.    L’avance rapide des  jours de défaites pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque Adolf Hitler  sentait que  la grande et puissante  armée allemande perdait la guerre, Hitler a décidé de confier à la flotte allemande de sous-marins connus sous le nom « U-Boats » ,l’importante mission de  préparer et de  transférer vers  « la terre de  l’intérieur de la Terre »,un nombre important de hauts dirigeants et de soldats fidèles (accompagnées d’une conjointe)  dans la ville connue sous le nom de  «Rainbow City » (Cité de l’Arc-en-Ciel). Comme de plus en plus de villes allemandes ont été occupées par les Alliés  et aussi ,sur le côté Est de Berlin, où les armées russes fermaient toute possibilité de sortie  et dans le même temps sur le côté ouest de Berlin ,ils étaient  pris en tenailles par Les troupes américaines. Hitler et certains de ses camarades ont fait un mannequin ou détournement de faire croire qu’ils ont déjà passées. Mais ils se sont échappés en utilisant des voies souterraines, puis montés à bord des sous-marins. Inconnu au monde, Hitler avec ses supérieurs, fonctionnaires et soldats ont migré vers l’Amérique du Sud. Je ne vais pas parler de nation sud-américaine qui ils sont allés. Hitler ont à vivre et accepter le fait qu’ils ont perdu la guerre en Europe. Ils se tournent alors leur attention à la construction de la «Cité de l’Arc-en Ciel» et d’explorer la Terre Creuse. Ils ont apporté avec eux des femmes d’Amérique du Sud à cette nouvelle ville pour être leurs épouses. La flotte de sous-marins qui ont été affectés à cette expédition sont les «U-Boats». Comme plusieurs personnes peuple allemand ont été transférés en  l’Amérique du Sud, ils ont appris qu’ils peuvent réellement créer une ouverture à la Terre Creuse là en Amérique du Sud, en plus de la entrée polaire sud. Dans l’une des montagnes ils ont fait un trou qui mène à la Terre creuse. Plusieurs années plus tard Adolf Hitler est mort en Amérique du Sud.
En l’an 1943, les Allemands en Amérique du Sud ont été informés qu’en effet la Terre est creuse et qu’ils vont se rendre  là-bas. Mais certains d’entre eux ont été assignés à rester sur la surface du monde. L’un des codes de sous-marin allemand du nom de « U-209 » était l’un des dernier à entrer avec succès dans le monde de la « Terre Creuse ». Le commandant du sous-marin était Heinrich Brodda. Un des membres d’équipage de ce sous-marin nommé Karl Unger a envoyé une lettre de confirmation à son ami ,en allemand ,en Amérique du Sud  expliquant ce qu’ils ont fait à l’intérieur de la Terre à travers l’entrée sud polaire.

La lettre authentique.
La lettre authentique.

 

Les Allemands ont  vite découvert qu’il y a des  civilisations   beaucoup plus âgées et évoluées   qui existent à l’intérieur de la Terre Creuse. Et qu’ils n’ont pas été autorisés à entrer à l’intérieur pleinement afin  de pouvoir confirmer ce qui a été dit par le peuple du Tibet. Au lieu de cela, ils ont été autorisés à rester sur un grand terrain qui existent à l’extérieur immédiat  de la Terre Creuse. Et c’est l’endroit qu’ils appellent «Rainbow City » (la Cité de l’Arc-en-Ciel). L’emplacement de cette ville est à seulement quelques centaines de kilomètres de l’entrée sud polaire.  Les civilisations qui existent à l’intérieur de la Terre Creuse sont  très avance que même la technologie la plus récente sur le monde de la surface est pâle en comparaison de ce qu’ils ont là,en mains.

Un document qui fait froid dans le dos.
Un document qui fait froid dans le dos.

 

 



 

La lettre de confirmation de l’un des membres d’équipage de l’U Boat -209 nommé Karl Unger en effet prouvé que la Terre est creuse! Et si la Terre est creuse, alors cela signifie que toutes les planètes et même la lune est aussi creux; avoir un monde intérieur à l’intérieur où existent réellement civilisations.

 

 

 

 

LE VOYAGE DU U-209

 

Durant l’année 1943, certaines cartes furent brouillonnées et certaines spéculations furent faites pour l’expédition. Hitler pensait que le sous-marin serait le moyen idéal pour passer l’ouverture du Pôle.

En Mai 1943, le sous-marin allemand U-209 quitta le port de Kiel en Allemagne, sa destination: la région polaire du nord. Sa mission: trouver et entrer dans l’ouverture du Pôle Nord et prendre contact avec la civilisation aryenne vivant à l’intérieur de la Terre.

 

Aussi fantastique que cela semble, cet ordre secret venant d’Hitler était une petite  partie du schéma (la pointe de l’iceberg ) mis en place  pour s’assurer l’aide de « Supérieurs Inconnus »  de la race aryenne. Il voulait se servir d’eux pour produire une super race qui pourrait, un jour, diriger le monde.

 

Les Supérieurs Inconnus

La première prise de contact avec ces Supérieurs Inconnus proviendrait surtout  du pouvoir télépathique  de la célèbre voyante Maria Orsic ,une élève de Helena  P Blavastky ,la fondatrice de la Société Théosophique.Maria Orsic  recevait de nombreuses communications télépathiques durant son sommeil.Elle entrait en trance et ses  paroles  étaient consignées par ses assistantes qui se tenaient à son chevet,la nuit.Parfois le soir,elle se mettait à écrire des pages  en dialectes divers.De nombreux dialectes et symboles ont été identifié  à la langue sumérienne.Maria expliquait aussi l’origine des autres symboles comme provenant de la civilisation d’Aldébaran.

En octobre 1936,elle avertit le Reichführer Henrich Himmler de l’écrasement d’un  disque volant d’origine extraterrestre dans la Forêt Noire,près de Freiburg.C’est à partir de cet événement que l’on voit se manifester un intérêt pour l’envoie d’une expédition en Antartique,mais aussi en même temps vers le Pôle Nord,car il faut retrouver  l’entrée nordique vers  la Terre Creuse,l’univers souterrain de l’Agartha ,le puissant royaume du Roi du Monde .Fait à signaler,il y aurait eu un survivant parmi les occupants du disque volant et le Führer aurait été mis en contact avec l’entitée survivante.Les allemands auront, à ce moment-là ,une technologie extraterrestre   leur permettant de prendre une grande avance scientifique sur les puissances militaires de l’époque.

 

 

La mission du  U-209

Cette photo de sous-marins u-boat à l'ancre dans le port de Kiel,en 1943,nous donne une idée du type de sous-marin qu'était le U-209.
Cette photo de sous-marins u-boat à l’ancre dans le port de Kiel,en 1943,nous donne une idée du type de sous-marin qu’était le U-209.

 

Les archives navales allemandes de la Deuxième Guerre, révèlent que le U-209 partit en Mai 1943. Toutefois, il fut noté plus tard qu’un autre U-209 se trouvait à Kiel.

 

On sait que ce sous-marin était à l’épreuve des bombes, il était construit comme un abri et extrêmement sûr.

Il y a eu des rumeurs selon lesquelles Hitler et quelques membres proches de son équipe étaient partis dans un tel sous-marin, pour une base supposée établie sous la couche de glace du Pôle Nord.Il s’agit d’une théorie avancée par un chercheur  isolé ,en 2004 .Depuis 2004,les preuves se sont accumulées  en faveur d’une évasion du Führer en Argentine.Je fournirai ces preuves dans un prochain article.

 

Le  Führer Adolph Hitler  et le grand amiral Doenitz  auraient  donné  l’ordre au commandant de ce sous-marin, Heinrich Brodda, d’entrer dans l’ouverture, à travers la grande barrière de glace,quand il la verrait. Leurs  ordres indiquaient qu’après avoir passé cette zone de glace, il trouverait une grande mer ouverte, d’eau chaude.

C’est à ce moment critique de la journée que l’aiguille de leur boussole commença à s’incliner. Une fois entré dans l’ouverture du Pôle Nord, ils découvrirent un grand bassin d’eau douce.

En s’approchant de cette zone, un étrange blip apparut sur le sonar du sous-marin. Ce blip se trouvait seulement à quelques centaines de mètres devant le sous-marin, et sa course était parallèle à celle du sous-marin.

Le commandant Brodda et deux de ces officiers supposèrent que le blip était une baleine. Ils décidèrent de la suivre et furent surpris en faisant surface de voir, non pas une baleine, mais un sous-marin de patrouille Erdian.

 

En voyageant pendant plusieurs centaines de kilomètres le long de la rivière, ils arrivèrent à une grande cité.

A l’intérieur des murs de ce magnifique monde, ils découvrirent une civilisation extrêmement avancée. N’ayant plus aucun désir de revenir dans le monde de la surface, ils y  restèrent.

Il y a des références à ce fantastique « monde intérieur » dans des livres tels que , « La Terre creuse », et, « Le dieu qui fume ».

 

Plus tard,ils recevront la visite de l’amiral Byrd qui s’étonnera de l’utilisation de la langue allemande par cette civilisation supérieure.

LE VOYAGE DU SOUS-MARIN U-530

 

En 1943, le grand amiral et chef supérieur de la  marine allemande Karl  Donitz, a déclaré que la flotte sous-marine allemande avait « construit pour le Führer une forteresse imprenable à l’autre bout du monde», dans la région de la Terre de la Reine Maud, en Antarctique, rebaptisée plus tard Neuschwabenland.

Selon les archives de la marine allemande, plusieurs mois avant  la capitulation allemande aux Alliés en mai 1945, le sous-marin allemand U-530 a quitté le port de Kiel à destination de l’Antarctique. Une fois que  le sous-marin de modèle VII-C  est arrivé au Pôle Sud, les 16 membres de son équipage ont reçu l’ordre  de construire une grotte de glace dans la région de Neuschwabenland. Après que le travail fut terminé,le sous-marin allemand  prit alors la direction du port argentin de Mar-del-Plata et  son  commandant s’est rendu aux autorités avec un équipage et un armement très réduit. En Août 1945, un mois et sept jours exactement  après la reddition de l’U-530, un autre sous-marin ,le U-977 a également fait son apparition dans  le port  de Mar-del-Plata et s’est rendu aux autorités.
Carte de Neu Schwabenland.
Carte de Neu Schwabenland.

 

En 1946, l’opération Highjump a commencé dans le cadre de l’évolution du projet de l’ US Naval Antarctic Group, organisé par le secrétaire de la  marine ,James Forrestal.Le groupe d’expédition fut composé de plus de 40 navires, dont deux navires de la classe de destroyer et le porte-avions USS Philippine Sea, et un nombre d’avions qui ont été équipés d’un trimetricon (une caméra secrète d’espionnage), un magnétomètre (pour enregistrer les anomalies magnétiques), et les fusées  de décollage ,genre booster  d’assistance, récemment mis au point (JATO) qui ont  aidé pour  les décollages sur  la piste courte sur le  porte-avions ou pour les décollages sur la glace dure,sur une surface limitée.

Dessin habile représentant un Vril-7 au-dessus des glaces antartiques.

Il a été longtemps considéré par les chercheurs que la cartographie de l’histoire de la Marine n’était rien de plus qu’une couverture pour protéger le fonctionnement réel. En réalité,les soldats américains  cherchaient la base nazi souterraine (Base-211) qui   entreposerait les  disques volants  allemands ,les Vril  connus comme flugscheiben et Thulé ,utilisant le  mercure  ,comme prototypes de vaisseau spatial fonctionnels et  également connus comme jenseitsflugmaschines.

En 1947, l’amiral Richard Byrd  dit, « qu’il  était nécessaire pour les Etats-Unis à prendre des mesures défensives contre des combattants ennemis qui viennent des régions polaires. » Parlait-il des avions soviétique potentiel ou Luftwaffe nazie attaquer les États de l’Antarctique? Il n’a jamais précisé.
Peu de temps après la conférence de presse de l’amiral Byrd, la revue  de la  force navale soviétique, « la flotte rouge », a déclaré que «les mesures des États-Unis dans l’Antarctique témoignent que les milieux militaires américains cherchent à soumettre les régions polaires afin de contrôler et de créer des bases permanentes pour leurs forces armées. » Dans une autre tournure étrange, les gouvernements de la Nouvelle-Zélande, l’Australie et le Chili ont demandé à leurs forces armées de  se joindre à l’expédition  nommée opération Highjump, mais se sont vu refuser la participation.
En 1948, un second groupe de travail nommé Opération Windmill a également été envoyé pour prendre des photos de Neuschwabenland, nouveau stratagène soi-disant pour des fins de cartographie. Même si apparemment ils ont réussi dans leur tâche, le gouvernement n’a pas encore rendu  ces photos disponibles au public et aucune raison n’a jamais été donné pour leur non-divulgation. Certains chercheurs  croient que la raison  pour laquelle les photos n’ont jamais été publié, c’est que cette opération militaire était en fait une mission de reconnaissance et d’évaluation. En 1949, le secrétaire à la Défense James Forrestal, un ami proche de l’amiral Byrd, a été envoyé  à l’hôpital naval de Bethesda. Il a commencé à discuter de l’opération Highjump avec le personnel de l’hôpital, de parler d’une manière extravagante sur les ovnis, l’Atlantide, et une ville souterraine nazie. Il a refusé les visiteurs, y compris son épouse, et peu de temps après ,il est mystérieusement « tombé » sur la fenêtre de son hôpital pour  mourir ainsi. Le rapport officiel dit qu’il s’est suicidé, mais des rumeurs persistantes disent qu’il a été assassiné par des agents du gouvernement pour l’empêcher de parler davantage sur ce qui a été vraiment trouvé dans le désert de l’Antarctique pendant l’opération Highjump.
Toute la vérité de la question ne peut jamais venir à la lumière, mais ce qui est connu est que de nombreux militaires américains ont étonnamment perdu la vie lors de l’opération Highjump; une opération de cartographie supposée qui aurait été un effort tout à fait sûr. En outre, plusieurs avions ont été abattus lors de l’opération, y compris George One ,un hydravion conçu spécialement pour cette mission, et qui, selon les documents de la marine, aurait mystérieusement « juste sauté » sur la glace lors de son premier vol dans l’Antarctique.Un petit vol  qui couta une fortune aux contribuables américains.
Selon la British Intelligence, nous savons que des  foo fighters furtifs et des engins volants Vril en forme de soucoupe ont été développés et testés à l’Institut allemand pour le développement aérien.
Un autre motif associé à l’implication nazie en Antartique, c’est qu’il a été répandu pour être l’entrée de la patrie aryenne perdu de Thulé.
Alors que l’Antartique a été reliée au continent perdu de l’Atlantide, le lien de Thulé est moins apparent.
Thule (également connu sous le nom Thula, Thyle, Thila, Tila, Tyle, ou Tylen, entre autres congénères) a d’abord été écrit au sujet de l’explorateur grec Pythéas après ses voyages entre 330 avant JC et 320 avant JC. En 150 de notre ère,et l’ écrivain grec Diogène Antonius a écrit Le Merveilles Au-delà de Thulé.
Bien d’intérêt littéraire, ce travail a fait peu pour révéler les secrets de Thulé.
Dans la géographie médiévale Thule a été renvoyé au lieu aussi éloigné situé au-delà des «frontières du monde connu. » Mystiques occultes qui  croient à  la Thulé historique (aussi appelé Hyperborée) que l’origine ancienne de la race aryenne fait état.
Qu’était vraiment allé faire  l’armée américaine  en Antarctique en 1946 et 1947? Plus de 5,000 soldats étaient-ils sur une mission de cartographie de routine ou ont-ils livré  une terrible bataille,aux  combattants nazis restants avec une technologie de remplacement avancée?
Les nazis ont-ils  vraiment construit une base militaire dans l’Antartique ou masquer de grandes quantités d’or il dans l’espoir de financer un effort futur pour ressusciter le quatrième Reich? Ou ont-ils, comme certains le prétendent, découvert la terre perdue de l’Atlantide ou  de Thulé?
Nous ne saurons jamais avec certitude, mais en 2001, l’Agence Geospatial-Intelligence US National et le Bureau d’appui pour la recherche aéro-géophysiques confirmé l’existence d’une anomalie magnétique sur la rive côté est du lac Vostok en Antarctique, cohérente avec une construction artificielle .

Plus récemment, en Octobre 2006, l’Institut d’océanographie Scripps ont déclaré qu’ils ont découvert plusieurs lacs jusque-là inconnues de l’eau en dessous de la calotte glacière de l’Antarctique. Ces lacs se trouvent sous 2300 pieds de neige et de glace comprimé.
Cette anomalie pourrait faire partie d’une base nazie souterraine que les agents américains  ont consulté lors de l’opération Highjump? Quelque chose a en effet été découvert dans l’Antartique. L’une des questions qui doit être posée est-ce que les nazis s’y  trouvent toujours, la première question à se poser,… d’abord?
Un livre publié en 1978, appelé secrets nazis  et Expéditions polaires, raconte comment les Allemands avaient pris un bateau avec un petit avion sur ce qu’ils l’ont lancé de leur navire après avoir atteint la glace près de l’Antarctique.
Il a survolé la glace de l’Antartique, sans doute sur un vol d’observation , puis retour vers le navire.
Mais le livre ne dit rien sur ce qu’il aurait trouvé ou ce que l’élite du parti nazi croyait connaître,soit  une entrée vers la  terre intérieure.
L’origine du document fondamental
Un document intéressant est apparu récemment, obtenu par un  certain Joe Watson de Talkeetna, en Alaska.
M. Watson affirme qu’il a  une copie d’une lettre écrite le 2 Mars 1985 en  langue allemande à partir d’un  membre de l’équipage d’un sous-marin allemand  qui était à bord. Dans celle-ci est tenu de certaines coordonnées de leur mission, qui était apparemment de se rendre au centre de la terre.
Leur sous-marin a été appelé U-209 commandé par le capitaine Heinrich Brodda. L’image ci-dessous est une copie de la lettre originale écrite à la main de Karl Unger, membre de l’équipage du sous-marin allemand U-209, ainsi que la traduction en anglais . Dans ce Karl a confirmé que la terre était bien creux et qu’ils avaient réussi à atteindre la terre habitée intérieure,à partir  du sous-marin U-209 allemand après la Seconde Guerre mondiale  qui avait détruit l’Allemagne.
La lettre a été envoyée à son ami ici sur le monde de la surface qui a donné une copie de celui-ci à un M. Woodard, qui a donné une copie à Joe Watson. Karl avait envoyé la lettre de la terre creuse à travers une colonie allemande au Brésil, qui avait trouvé une caverne qui atteint la terre creuse de nombreuses années précédente. Cette colonie allemande au Brésil est documentée dans la Genèse pour une nouvelle ère , après avoir prétendument découvert l’entrée de la caverne de retour dans les années 1500.
Quand on fait une recherche sur le  site d’archives allemandes  à la recherche d’informations sur le U-209 sous-marin allemand manquant, il montre que le sous-marin a effectivement été porté disparu. Le 5 Juillet 1943 a été sa dernière position  rapportée  entre le Groenland et l’Islande au point de coordonnées 52 ° 00 ‘N-38 ° 00’O. Le rapport dit que le commandant du sous-marin était Heinrich Brodda.
En outre, les documents obtenus par les soviets à la fin de  la Seconde Guerre Mondiale , récemment apparus sur le web,venant d’une fuite du gouvernement allemand,nous  montre une carte de 1944 du  Troisième Reich en détail, non seulement le passage direct utilisé par les sous-marins allemands pour accéder à ce domaine souterrain, mais aussi une carte complète des deux hémisphères du royaume intérieur de l’Agharta, le nom mythique du monde souterrain habité .
Si cela semble trop incroyable, comparez avec ces cartes, cette carte fait par le cartographe tyrolien célèbre et artiste Heinrich C. Berann pour la National Geographic Society à partir de 1966.
La carte de gauche montre clairement le continent de l’Antartique sans sa couverture de glace.
Le détail intrigant, c’est qu’il y a des passages sous-marins qui fonctionnent sur presque toute la longueur du continent et semblent converger à l’endroit exact identifié comme l’ouverture dans la terre intérieure ou souterraine profonde.
Ci-dessous est une traduction de la notice Top Secret et les orientations spécifiques détaillées (à gauche) pour les  capitaines de sous-marins nazis ,un itinéraire à suivre pour atteindre le royaume intérieur ,le monde de l’Agartha .
Dans son best-seller « Carte révolutionnaire des anciens Rois de la Mer », Charles Hapgood (1904-1982), professeur d’histoire à l’université de Springfield à Springfield, Massachusetts, a d’abord mis en avant la théorie que l’Atlantide a résidé dans l’Antartique et a été détruit par le déplacement de la croûte. Dans son best-seller, quand le ciel est tombé: à la recherche de l’Atlantide, Rand a propagé cette idée que sous la glace de l’Antartique existe des vestiges de l’Atlantide. Pourraient-ils avoir raison?
DÉCOUVERTE DES PYRAMIDES EN ANTATIQUE,EN 2013
L’an passé des explorateurs très aventureux auraient découverts trois pyramides,en Antartique,voir mon article sur ce sujet: (lien)
Voici la photo qui avait été  publiée :
Photo récemment reçue...décembre 2013.
Photo récemment reçue…décembre 2013.

 

 

 

 J’ai aussi parlé récemment de structures découvertes sous la glace:(lien)

 

 

Et je vais vous donner  un nouvel article   sur ces découvertes en Antartique.

Je vous signale mon grand intérêt à  promouvoir une exploration scientifique  vers le site des anciennes bases allemandes de Neue Schwabenland.

…à suivre!

 

 

 

Découverte impressionnante de structures en Antartique

On croirait voir une ancienne base allemande.
On croirait voir une ancienne base allemande.

 

 

Mon ami Wayne Wells a fait cette étonnante découverte récemment sur Google Earth.Dépêchez-vous d’aller voir avant que tout soit censuré par Google.

Wayne explique qu’il s’agit soit de bases  alien  ou de bases nazi.Moi,je croirais que possiblement avec le réchauffement global,nous assistons  au retour à l’air libre de structures très anciennes appartenant à la même civilisation   qui aurait bâti les pyramides découvertes en Antartique,l’an passé.

Nous assistons aussi au black out en ce qui touche la circulation de nombreuses informations sur ce sujet.

La photo sous un autre angle et agrandie.
La photo sous un autre angle et agrandie.

Je suis davantage  intéressé à monter une véritable expédition scientifique maintenant que cette découverte  vient d’être publicisé.

 

 

Ré-écrire l’histoire: le dernier témoin de la Grande bataille de Neu Schwabenland

Je  reprends ici les notes d’un chercheur  méconnu en Amérique du Nord:James Robert.

 

neuschwabenland4

 

La guerre secrète britannique

 

  • Dans les récits officiels sur les opérations militaires alliées en Antarctique, il est très peu question de la Grande-Bretagne. Pourtant, des documents attestent qu’elle tenta, en 1945, un assaut final contre l’Allemagne nazie sur ce continent. On sait que les Allemands y avaient construit, dès 1938, une base secrète où des rescapés se seraient réfugiés après la défaite du IIIe Reich. Cette base de Neuschwabendland aurait été entièrement détruite par l’armée britannique lors de l’expédition totalement occultée par les livres d’histoire, mais dont témoigne ici le dernier survivant. Une pièce essentielle qui vient éclairer le mystère de la quarantaine de sous-marins allemands disparus à l’issue de la guerre, et relance le « mythe » nazi de l’Antarctique.

    « Par James Robert »

 

 

Le dernier témoin

 

  • Aujourd’hui, presque tous ceux qui ont servi pendant la campagne du Neuschwabenland nous ont quittés. Mais j’ai pu recueillir du dernier survivant le récit que vous pouvez lire ci-dessous. Je précise qu’il m’a raconté son histoire lors de deux entretiens séparés de dix ans, et que je n’ai pu déceler aucune contradiction entre les deux récits.

 

LE DERNIER SURVIVANT DE LA MISSION TEMOIGNE

 

  • Quand on nous annonça la victoire de l’Europe, mon unité était au repos dans une grotte de l’ex-Yougoslavie.

    J’étais content que cette guerre soit finie, mais avec les combats qui continuaient dans le Pacifique et les tensions qui montaient en Palestine, nous savions bien que notre guerre à nous pourrait bien continuer. Grâce au Ciel, je fus dispensé de participer à la guerre contre le Japon, mais hélas, je fus envoyé en Palestine où l’afflux de Juifs, joint à une montée du

    terrorisme sioniste, angoissait non seulement les Palestiniens, mais aussi les forces britanniques chargées d’endiguer cet afflux et de réprimer les insurrections. On m’avertit que mon affectation en Palestine pouvait durer indéfiniment. Je vis mourir beaucoup de mes compagnons soldats. Heureusement, je reçus au début d’octobre 1945 l’ordre de me présenter à mon officier supérieur, car j’avais été choisi pour une mission secrète à Gibraltar (aucun de mes supérieurs ne connaissait la nature de cette mission). N’ayant reçu aucune explication, j’espérais qu’on me rendrait bientôt à la vie civile. Je me trompais lourdement ! J’allais passer un autre Noël sur le pied de guerre.

    Une fois arrivé à Gibraltar, un Major me prit à part et m’informa que je serais muté aux Colonies des Îles Falkland pour instructions complémentaires et que plusieurs autres soldats

    d’autres corps d’élite britanniques allaient me rejoindre. Le mystère s’épaissit quand on nous

    envoya tous par avion aux Falklands en nous demandant un complet silence. Nous avions reçu ordre de ne même pas spéculer sur la raison pour laquelle nous avions été choisis et sur le lieu où nous nous rendions.

 

Un entraînement extrême

 

  • En atteignant les Îles Falkland désolées et sévères, nous fûmes présentés à l’officier qui

    commandait l’expédition et à un Norvégien qui avait servi dans la résistance norvégienne, un

    expert en combats hivernaux qui allait nous entraîner pour une mission dont nous n’avions pas la moindre idée. Aujourd’hui, on sait que les Falklands, considérées comme le secret le mieux gardé de l’Armée britannique, promettent quelques années difficiles à ceux qui y sont affectés, mais dans les années 40, personne ne les connaissaient et encore moins les soldats comme moi. Pendant un mois, nous fûmes soumis à un éreintant entraînement au combat par temps froid. Plonger dans l’Atlantique glacé, affronter les éléments dans une tente en Géorgie du Sud nous paraissait Quand d’autant plus fou que nous ne savions pas pourquoi nous étions là ! Cependant, après cette préparation, un major et un scientifique nous expliquèrent enfin la nature de notre mission, et là, nous réalisâmes tous qu’il y avait peu de chances pour que nous en sortions vivants, surtout si ce que l’on soupçonnait était exact.

 

Parés pour la « guerre secrète »

 

  • On nous expliqua que nous devions examiner des activités « anormales » dans les environs des Monts Mühlig-Hoffmann à partir de la base britannique de Maudheim. L’Antarctique, à ce

    que l’on nous dit, était « la guerre secrète de la Grande-Bretagne ». On nous informa ensuite des activités britanniques au Pôle Sud pendant la guerre. Nous étions là, assis, intrigués par

    ce qui allait nous être divulgué ; aucun de nous n’avait rien entendu d’aussi fascinant ni d’aussi effrayant. Très peu de gens savaient que les nazis étaient venus dans l’Antarctique en 1938 et 1939, et plus rares encore étaient ceux qui avaient connaissance du fait que la Grande-Bretagne commençait, en réaction à établir des bases secrètes autour de l’Antarctique. Celle que nous devions’visiter, Maudheim, était la plus importante et la plus clandestine de toutes les bases antarctiques. En effet, elle n’était qu’à 300 kilomètres du lieu présumé de la base nazie.

    On nous informa de l’activité allemande dans l’Atlantique Sud, autour de l’Antarctique. Un

    nombre impossible à estimer de sous-marins allemands étaient manquants et non signalés ;

    mais, pire, certains de ceux qui avaient fait leur reddition des mois après la fin de la guerre

    alimentaient encore davantage de spéculations.

    L’armée britannique avait capturé trois des plus grands noms du parti nazi – Hess, Himmler et Doenitz – et au moment de leur capture, la Grande-Bretagne avait obtenu des informations qu’elle ne partagea pas avec la Russie ou les États-Unis.

    C’est sur la base de ces informations qu’agissait, seule, la Grande-Bretagne, et nous étions à la pointe de cette opération. On nous indiqua sans trop de précision ce que l’on attendait de nous et ce que nous étions susceptibles de trouver sur l’Antarctique. La Grande-Bretagne était convaincue que les Allemands avaient construit une base secrète, et qu’ils avaient fait sortir d’Europe, comme par magie, de nombreux Nazis dont on avait perdu la trace.

 

Une diversification de bases et de colonies.Les allemands du  Grand Reich étaient Maîtres de l'Antartique en 1945.
Une diversification de bases et de colonies.Les allemands du Grand Reich étaient Maîtres de l’Antartique en 1945.

Hommes polaires, tunnel et nazis

 

  • Des révélations en cascade nous attendaient. L’été précédent, nous dit-on, les scientifiques et commandos d’origine avaient trouvé un « ancien tunnel ». Des militaires envoyés sur place y auraient pénétré, mais seuls deux d’entre eux étaient revenus à leur base avant que l’hiver austral ne soit installé. Ensuite, les deux survivants avaient fait par radio des déclarations absurdes à propos « d’hommes polaires, d’anciens tunnels et des nazis ». Le contact radio avait finalement été perdu en juillet 1945, après un message de très mauvais augure pour nous :

    « … les hommes polaires nous ont trouvés ! » Après nous avoir fait écouter cet enregistrement,

    le Major qui devait commander l’expédition essaya de nous encourager : « Nous allons nous rendre à la base de Maudheim, trouver le tunnel, élucider l’énigme des hommes polaires et des nazis et tout faire pour détruire cette menace. »

    Par bonheur, les réponses à nos questions, si nombreuses, furent honnêtes et directes.

    On nous apprit que la Grande-Bretagne entendait prendre de vitesse les Américains et les Soviétiques qui préparaient leurs propres expéditions. Elle ne voulait pas prendre le risque

    que les États-Unis ou l’Union soviétique ne découvrent la base allemande et ne recueillent

    des technologies nazies. Ces deux pays avaient déjà une avance technologique sur la Grande-Bretagne grâce aux scientifiques et aux équipements récupérés sur les nazis. En outre, considérant l’Antarctique comme étant sous la juridiction de l’Empire britannique, elle

    entendait bien être la première et la seule à éradiquer la présence nazie sur son sol, refusant

    ainsi à la fois aux États-Unis et à l’Union Soviétique la gloire d’avoir livré le dernier combat de la Seconde Guerre mondiale.

 

Parachutés dans la neige

 

  • On nous emmena en avion jusqu’au point de largage prévu, situé à 30 kilomètres de la base de Maudheim. Des chasse-neige attendaient notre arrivée. Après le saut en parachute dans la solitude glacée, la peur au ventre, nous rejoignîmes les chasse-neige. A partir de cet instant, nous fûmes sur le pied de guerre. Nous devions opérer sous silence radio total. Nous étions seuls, sans appui ni chance de retraite si nos pires craintes se confirmaient.

    Nous approchâmes de la base, sur nos gardes, mais elle nous apparut bientôt dépourvue de toute vie, une ville fantôme. Cela éveilla immédiatement notre méfiance, mais, comme dans toutes les campagnes précédentes, nous avions une mission à accomplir et nos peurs ne devaient pas paralyser notre jugement.

 

Hans Kammler,le commandant du U-574 était un officier lors de l'Expédition Antartique Allemande de 1938-39.
Hans Kammler,le commandant du U-574 était un officier lors de l’Expédition Antartique Allemande de 1938-39.

Première victime de l’expédition

 

  • Comme nous nous dispersions autour de la base, un fil déclencha une alarme et une sirène retentit, déchirant le silence et nous faisant sursauter. Une voix, impossible à localiser, nous cria de nous identifier. Nous levâmes nos fusils, le major nous présenta, et la voix prit corps.

    Elle appartenait à un survivant isolé, et ce qu’il révéla ne fit que nous inquiéter davantage et nous faire regretter de ne pas être plus nombreux. Il nous expliqua que, dans le bunker

    numéro 1, se trouvait l’autre survivant de « l’expédition dans le tunnel », en compagnie de l’un des mystérieux hommes polaires dont nous avions entendu parler sur l’enregistrement radio.

    Malgré les objections du survivant, ordre fut donné d’ouvrir ce bunker. Il essaya de s’y

    opposer avec une peur panique qui nous gagna instantanément : aucun de nous ne voulait être le premier à entrer dans le bunker.

    Heureusement pour moi, je ne fus pas choisi. Cet honneur fut dévolu au plus jeune membre de notre unité désigné à la courte paille. Il entra, hésitant un peu, en se heurtant à la porte.

    Une fois à l’intérieur, un silence s’abattit sur la base, suivi par deux coups de fusil. La porte

    s’ouvrit et l’homme polaire s’échappa en courant, nous prenant tous de cours et nous laissant juste le temps de tirer quelques coups de feu, pour la forme. C’est alors que nous pénétrâmes dans le bunker où gisaient deux cadavres : notre camarade, la gorge tranchée, et, plus atroce, le survivant, déchiqueté jusqu’aux os. Nous étions envahis de colère et d’interrogations après avoir vu mourir un membre de notre unité quelques heures seulement après notre atterrissage, et nous écoutâmes anxieusement les réponses du dernier survivant aux questions du Major. Il lui demanda d’abord ce qui avait bien pu arriver à l’autre survivant,et comment il s’était retrouvé piégé dans le bunker avec cet homme polaire. Mais l’homme préféra commencer par le début, c’est-à-dire le moment où ils avaient découvert le « tunnel ». Le scientifique qui nous ccompagnait prenait des notes.

 

Le U-977 était un sous-marin de dernière génération équipé pour lers longs voyages vers Neue Schwabenland.
Le U-977 était un sous-marin de dernière génération équipé pour lers longs voyages vers Neue Schwabenland.

Une immense base souterraine

 

  • On apprit que la région où se trouvait le tunnel était l’une de ces vallées sèches particulières à l’Antarctique, ce qui explique la facilité avec laquelle les Britanniques avaient pu le trouver.

    Les trente membres de la base de Maudheim avaient l’ordre de découvrir où conduisait le tunnel. Ils avaient parcouru le tunnel pendant des kilomètres, et finalement, étaient arrivés à

    une vaste caverne souterraine anormalement tiède ; certains parmi les scientifiques

    pensèrent qu’elle pouvait être chauffée par géothermie. L’immense grotte comportait des lacs souterrains, mais, beaucoup plus mystérieux, elle était éclairée artificiellement. Devant

    l’immensité de la grotte, l’expédition s’était divisée pour mieux l’explorer C’est alors qu’ils avaient découvert l’énorme base construite par les nazis, avec des quais pour les sous-marins, dont l’un d’entre eux, semble-t-il, pût être identifié. Mais plus les britanniques avançaient, plus le spectacle était étrange. Le survivant parla notamment « de hangars pour d’étranges avions et de multiples excavations ».

    Cependant, leur présence n’était pas passée inaperçue et les deux survivants de la base de

    Maudheim avaient vu leurs camarades se faire capturer et exécuter un par un. Après avoir été témoins de six exécutions, ils s’étaient enfui par le tunnel, mais trop tard : « les hommes

    polaires arrivent ! », avait alors hurlé le survivant. Les forces ennemies à leurs trousses, ils n’avaient pas eu d’autre choix que de retourner à leur base pour informer par radio leurs supérieurs de ce qu’ils avaient découvert. Ils avaient réussi à rentrer à la base, mais, comme l’hiver approchait et qu’il y avait peu de chances pour qu’on vienne les secourir, ils avaient décidé de se donner toutes les chances de pouvoir témoigner de leur découverte. Ils

    s’étaient donc séparé, chacun prenant un poste radio sans fil et attendant dans un bunker

    différent. L’un des survivants avait servi d’appât et lorsqu’une poignée d’hommes polaires

    l’avait découvert dans son bunker, ils avaient cru qu’il était le dernier survivant. Le plan avait fonctionné, mais au détriment de sa vie et de la radio, car le brave du bunker numéro un

    détenait le seul poste radio sans fil opérationnel qui fut détruit dans la bagarre. Le deuxième survivant n’avait plus eu d’autre choix que de s’asseoir, attendre, et essayer de ne pas

    devenir complètement fou.

 

Une source d’énergie inconnue

 

  • Sans explications satisfaisantes, l’homme nous parla ensuite des hommes polaires comme

    étant des produits de la science nazie. De la même manière, il tenta de nous expliquer la manière dont les Nazis se fournissaient en énergie : celle-ci provenait, d’après lui, de l’activité volcanique, qui, à travers sa vapeur, leur permettait de produire de l’électricité. Mais il semblerait que les nazis disposaient d’une source d’énergie inconnue, car le survivant déclara :

     » … d’après ce dont j’ai été témoin, la quantité d’électricité requise est supérieure à ce que pourrait produire, à mon avis, de la vapeur ».

    Les scientifiques de l’expédition rejetèrent la plupart des informations livrées par le survivant,

    lui reprochant même son manque de culture scientifique et objectant que ces données « ne

    pouvaient en aucun cas être véridiques ». Le major, quant à lui, voulait en savoir plus : en

    savoir davantage sur l’ennemi que nous avions à affronter et sur ce qu’allait bien pouvoir faire l’homme polaire qui s’était échappé. La réponse ne fut pas pour nous réconforter et poussa le scientifique à annoncer que le survivant était « bon à enfermer ». Il n’y a pas de mots pour exprimer ce que nous ressentîmes en entendant la réponse : « Il va attendre, nous épier en se demandant quel goût nous pouvons bien voir. »

 

Un paysage saharien

Neu Schwabenland 02

  • En entendant cela, le Major ordonna qu’un tour de garde fut établi pendant que lui et le

    scientifique discuteraient, en privé, de la suite de la mission.

    Le lendemain matin, on nous ordonna d »‘inspecter le tunnel » et pendant les quarante-huit

    heures qui suivirent, nous progressâmes régulièrement vers la vallée sèche, lieu du supposé « ancien tunnel ». En arrivant dans la vallée sèche, nous fûmes tous abasourdis, car on nous avait dit que l’Antarctique était totalement entouré de glaces et pourtant, nous étions dans un

    paysage qui rappelait le Sahara.

    Nous avions l’interdiction d’approcher du tunnel avant que le camp de base provisoire n’eût

    été dressé. Pendant que les hommes construisaient la base, le scientifique et le major inspectaient le tunnel.

    Au bout de quelques heures, ils revinrent au camp pour nous faire part de ce qu’ils avaient

    vu et de notre prochain plan d’action. Le tunnel n’était pas du tout ancien, d’après le

    scientifique. et le major ajouta que les murs de granit poli semblaient interminables. Nous

    pourrions le constater nous-mêmes le lendemain, après une bonne nuit.

    Juste avant de nous assigner nos tours de garde, on nous confirma qu’il s’agissait de suivre

    le tunnel jusqu’au bout, « jusqu’au Führer, au besoin ».

    Il est difficile de dormir dans l’Antarctique pendant les mois d’été, à cause de la lumière du

    jour qui brille perpétuellement. Mais cette nuit-là, le sommeil fut encore plus long à venir…

 

Autopsie d’un homme polaire

 

  • Et cette nuit-là, l’homme polaire revint, effectivement. Mais cette fois-ci, il n’y eût pas de victime dans notre camp : l’homme polaire s’écroula sous nos balles. Le scientifique, après avoir examiné le cadavre, déclara que l’homme polaire était un « humain », certes plus poilu et mieux armé contre le froid. Après une autopsie rapide, le corps fut mis dans un sac afin d’être conservé jusqu’à un prochain examen plus minutieux.

    Le lendemain matin, deux personnes restèrent à l’entrée du tunnel, avec le cadavre, les

    chasse-neige, l’équipement et, le plus important, la radio. En tête de l’expédition, le major

    était accompagné du Norvégien et du scientifique. Le survivant, lui aussi, était indispensable au succès de la mission. Nous voulions tous nous joindre à eux.

    Je fus choisi avec quatre autres hommes tout joyeux : nous allions entreprendre l’une des

    expéditions les plus passionnantes, et peut-être les plus importantes, de l’histoire de

    l’humanité. Bien que leur rôle fût tout aussi essentiel pour le succès de la mission, les deux

    compagnons qui restaient à l’entrée du tunnel étaient déçus. 

    Une véritable ruche technologique 

    En nous préparant tous les neuf à entrer dans le tunnel, nous nous assurâmes que nous avions emporté suffisamment de munitions et d’explosifs pour mener un affrontement et peut-être détruire la base dans son intégralité, car telle était notre mission : non pas sauver, mais détruire. Nous marchâmes longtemps dans l’obscurité et, au bout de quatre heures,nous commençâmes à percevoir de la lumière au loin, à environ une heure de marche, une heure interminable, la tête pleine de questions. Finalement, nous arrivâmes dans la vaste caverne éclairée artificiellement. On se dirigea ensuite à l’endroit d’où les survivants avaient été témoins des exécutions. En observant d’en haut les galeries de la caverne, nous fûmes ébahis par le nombre d’ouvriers qui s’activaient ici et là, comme des fourmis.

    Mais ce qui était le plus impressionnant, c’était l’énormité des constructions en cours. Tout

    semblait indiquer que les nazis étaient dans l’Antarctique depuis longtemps. Le scientifique

    notait tout ce qu’il pouvait, dessinait des diagrammes, prenait des échantillons de roche, et

    des photos. Le major, de son côté, s’intéressait davantage à la manière de détruire la base sans être pris par les nazis.

    Au bout de deux jours de reconnaissance attentive, le scientifique et le major décidèrent des cibles pour les mines. Elles allaient devoir être placées tout autour du toit de la caverne.

    D’autres cibles étaient également prévues, comme par exemple le générateur et les cuves d’essence ainsi que, si possible, les dépôts de munitions.

 

Trois survivants seulement

 

  • Pendant toute la journée, nous posâmes des mines et primes des photos de cette technologie très avancée ; nous prîmes aussi un otage, un « homme polaire ».

    Une fois les mines posées et les preuves substantielles de l’existence de la base

    rassemblées, nous nous dirigeâmes vers le tunnel.

    C’est alors que nous fûmes découverts et poursuivis par des hommes polaires et des nazis.

    En atteignant le tunnel, nous plaçâmes un obstacle sur le passage de sorte à ralentir nos

    ennemis assez longtemps pour que les mines explosent. Certaines mines avaient été placées à l’entrée du tunnel, et quand nous entendîmes les explosions, nous espérâmes que nos poursuivants avaient été atteints. Il n’en était rien.

    Les mines avaient bien obstrué le tunnel, mais les nazis et les hommes polaires nous poursuivaient. Seulement trois d’entre nous en réchappèrent : le Norvégien, le scientifique et moi-même. Quand nous atteignîmes la vallée sèche, suffisamment de mines avaient été posées pour fermer le tunnel à jamais. Après que les mines eussent explosé, il ne subsista aucune trace de tunnel. Curieusement, il resta très peu de preuves de la mission. Qu’elles aient été perdues accidentellement ou à dessein importait peu, car le scientifique était déjà parvenu à ses conclusions et la mission avait été accomplie.

 

Retour aux Îles Falkland

 

  • Le camp fut démonté et nous rentrâmes à la base de Maudheim d’où l’on nous évacua. On nous transporta par avion jusqu’aux Colonies des Îles Falkland. En atteignant la Géorgie du Sud, on nous distribua une directive nous interdisant de révéler ce que nous avions vu, entendu, et rencontré. Le tunnel fut expliqué comme n’étant rien de plus qu’un accident naturel, « une érosion glaciaire ». Les hommes polaires n’étaient autres que « des soldats débraillés devenus fous ». La présence d’Allemands n’a jamais été mentionné dans le rapport, et toute idée de rendre publique la mission fut fermement rejetée.

    La mission ne serait jamais rendue officielle, bien que certains éléments de celle-ci aient

    déjà fait l’objet de fuites vers les Russes et les Américains.

 

Le 10 juillet 1945,le U-977 se rendait à...Mar del Plata ,ArgentineIl était désarmé,avec un équipage réduit.
Le 10 juillet 1945,le U-977 se rendait à…Mar del Plata ,ArgentineIl était désarmé,avec un équipage réduit.

Aucune reconnaissance

 

  • Ainsi mon dernier Noël de la Seconde Guerre mondiale se passa-t-il sur le continent

    Antarctique en 1945, à combattre les mêmes nazis que j’avais combattu tous les Noëls depuis 1940.

    Le pire, c’est le fait que l’expédition n’ait jamais reçu aucune reconnaissance ni les survivants aucun honneur.

    Au contraire, les survivants britanniques furent démobilisés, le rapport du scientifique disparut. Cette mission n’a jamais figuré dans les livres d’histoire, alors que s’y trouve la mission de 1950, menée par une expédition conjointe de Britanniques, de Suédois et de Norvégiens, et qui dura jusqu’en janvier 1952. Elle avait pour but de vérifier et d’enquêter sur certaines découvertes des expéditions nazies de 1938-1939 au Neuschwabenland.

 

Neuschwabendland revisité ensuite

 

  • Cinq ans après notre mission, Maudheim et Neuschwabenland furent revisités, et cette

    expédition avait tout à voir avec la campagne du Neuschwabenland, mais, plus important, avec ce que nous avions détruit. Pendant les années qui s’écoulèrent entre les deux missions, la Royal Air Force ne cessa de survoler le Neuschwabenland.

    La raison officielle invoquée par la RAF pour ces vols intensifs était la recherche de lieux

    propices pour établir des camps de base. Toutefois, on ne peut s’empêcher de se poser des

    questions. » 

    ( ici finit le récit de l’officier du SAS).

 

À propos de James Robert

 

  • James Robert est un employé civil d’une agence du ministère de la Défense britannique,et historien et écrivain spécialisé dans la période de la Seconde Guerre mondiale. Il a beaucoup voyagé à travers l’Afrique du Nord et en Europe pour les besoins de son enquête sur les « guerres secrètes britanniques ». Issu d’une famille de longue tradition militaire, ses sources d’information germaniques crédibilisant ses recherches, il s’est découvert une vocation à creuser plus profondément les activités censurées, peu connues ou mystérieuses qui furent conduites avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Re-writing history: the Nazi treasure, the greatest treasure disappeared from history

The Guinness Book of World Records says that « the greatest unsolved robbery » was the disappearance of the entire German treasury at the end of the war.

Deutschkatharinenberg (GERMANY) – An expedition is organized, slowly and secretly, to lay hands on a set of paintings and art objects supposedly hidden by the Nazis. The Hatvany collection could well be found.

The Austrian journalist Burkhart List have identified the place where the Nazis could have hidden some of the Hatvany collection with the arrival of the Red Army. According to the Daily Mail, is putting his hand on unpublished records of the Wehrmacht that the reporter could find. « During the winter of 1944, the archives have revealed that a mysterious convoy arrived from Budapest, » he has said. « The photographs also showed a significant division of SS near the mines, while there has never been a military operation in the area. « 

A radar sensor has since proven the existence of a secret room, fifty meters underground in old mine workings of the Ore Mountains, a chain of cobalt and silver between the Czech Republic of Germany. An expedition is about to be launched in June to unravel the mystery.

Art historians have been excited for this search. The collection of Baron Ferenc Hatvany rich Hungarian industrial looted by the Nazis for his Jewish origins, is indeed famous. This is to maintain freedom that the collector handed, forced to Adolf Eichmann. If a party has been found after the war, paintings by Monet, Manet and Cézanne, sculptures and precious tapestries have not been revised since cataloged works, all of which is now estimated at more than one billion euros, could be in the mine. Protected from contacts outside the stable environment of the mine lets hope a good state of preservation.
The treasure of the Nazis

At their peak in 1949, the United States holds half of all the gold ever mined in history, almost 22,000 tons. While the world is difficult to extirpate the Great Depression, a new crisis is making great strides. It threatens the entire civilization. Adolf Hitler came to power when Germany was still shaky from its defeat in the First World War. Its gold reserves are empty and worthless currency. Having promised to return the country to its original glory, Hitler began to rebuild the German Empire. To do this, he needs gold. It is essential to understand that the gold reserves of Germany in 1939 are not huge, about 200 million and they were already heavily engaged in particular in the construction of the German war machine. Moreover, the country can not afford to buy manufactured goods abroad or basic raw materials with its weak Reichsmark. His only alternative is gold.

Also, as and when she walks in Europe, the German army plundered the way the gold reserves of nations. In 1938, Czechoslovakia with its $ 30 million in gold, Poland in 1939 with $ 85 million in gold. In fact, it started in 1938 with the Anschluss in Austria. They first took the gold of the Austrians, and in 1939 they took over the Czech reserves finishing occupy Czechoslovakia, and the beginning of the war, whenever they had mastered a country , they looted gold.

Most of Hitler’s loot is stored in the vaults of the Reichsbank in Berlin. But the tide was turning for the Reich that will last a thousand years. Intensive day and night bombings by Allied forces systematically destroy Hitler’s war machine by hitting the heart, that is to say by destroying industrial infrastructure itself built on the stolen gold.

February 3, 1945 more than 900 bombers unleash nearly 2,300 tons of bombs on Berlin. The city is reduced to the state of ashes and ruins, the Reichsbank was virtually destroyed. In February 1945, what remained of the gold reserves at the Reichsbank was probably loaded onto trucks by prisoners, probably French, and transported to Merkers south of Germany.

This spring 1945, the Third Army of General Patton ahead of Germany as a juggernaut. On April 4, it enters the city of Merkers. Rumors are circulating about a secret cargo recently arrived in Berlin and was hidden close by, in a potassium mine. Out of curiosity, several GI decided to go investigate. Upon leaving the elevator, eight hundred feet below, they come face to face with a huge steel door. It sends a message to Patton, what should we do? Patton’s response: « saute the door. » The genius was about to blow the door, someone has made a half-stick of dynamite enough to blow up the wall right next to it without having to worry for the vault.

Trésor nazi-toiles de Maîtres
General Bradley, Patton and Eisenhower at the incredible discovery.

In the rest room more than 7,000 bags neatly stacked. What Americans are inside is so amazing that three of the most powerful men in the world want to see with their own eyes. George Patton, Bradley and his superior Eisenhower, Supreme Allied Commander in Europe. The cream has moved to a scene out of the ordinary. More than 8,000 bars of gold ingots, 2,000 bags of gold coins: Reichsmarks, the English sovereigns, napoleons, U.S. dollar coins 20 gold and hundreds of bags of gold coins coming from other countries. Advancing towards the bottom of the mine, Patton discovered the cache of a sinister booty.

While the back of the room consisted of property that had been stolen from victims of the concentration camps. There was a stack of suitcases filled with silverware, alliances, gold teeth. Each bag, box or trunk had been carefully cataloged and stamped with a label marked Melmer. Melmer was a German SS officer who did the back and forth with the concentration camps to pick up everything he could as gold teeth, wedding rings, gold watches to the route to Berlin. During the war, he had been like that at least 77 shipments containing the fruits of his plunder.

Ce genre de lingot est retrouvé de plus en plus couramment en Argentine dans des coffrets de sécurité.
This kind of ingot is found more commonly in Argentina in safes.

Assets brought to account Melmer then figure more than one million U.S. dollars. Today this amount exceeds the billion, but this discovery is still only the visible part of the iceberg. At the end of the war, the Germans looted for about $ 580 million in gold through the occupied countries. Thereupon, an estimated value of $ 450 million in gold during the war transferred to Switzerland and to other countries.

In 1946, he was given the gold to an international commission to quantify the damage to victims of the Holocaust. The surplus is given to an Allied Commission that redistributes the stolen nations. Europe is devastated and falls painfully the Second World War. The United States appear as the richest country in history. To rebuild their economy, war-torn nations are forced to buy dollars. Their payment is gold. As a result, the gold reserves of the United States are soaring.

The biggest share is stored in five levels in Manhattan vaults of the Federal Reserve. At the time, there was in the basement of Manhattan probably about a quarter or a third of all the gold mined in the mines.

Relying on such a quantity of gold, the dollar is the strongest currency in the world during this period. Countries settle their debts in dollars and governments can exchange their dollars for gold.

The power transfer is made from Nazi Germany to the United States of America, but we are in 2013 and the Chinese Communists, became more capitalist than capitalism itself quietly take over.

ENTRY INTO SCENE OTTO SKORZENY

Otto Skorzeny in 1943
Otto Skorzeny in 1943

To understand how much wealth and gold came out of Germany since 1945, it is to follow the route of the ace elite SS commando Otto Skorzeny.

It was long believed that the express request of the Führer, he multiplied missions behind enemy lines. The most spectacular of them, the Greif operation was to create a group of American soldiers forged in order to sow confusion in the rear lines of the Allies during the Battle of the Bulge in December 1944, and operating one of the first false flag attacks of the war. it is even feared that he Att to assassinate the Commander of the Allied forces in Europe, U.S. General Eisenhower.

Otto Skorzeny was related to the concentration camp at Oranienburg Sachsenhausen according to the testimony of French deportees who appear in the book Sachso, book published by the friendly Sachsenhausen in 1982 Edition human Earth.

Towards the end of the war, he participated in the creation of Die Spinne (Spider), responsible for ensuring the good old SS flight to Italy.

At the end of the war, it is Obersturmbannführer and for his exploits, decorated with oak leaves German.

At the German surrender in 1945, he was imprisoned for his Nazi activities, but was acquitted of the charges against him. Use the uniforms of enemy soldiers is an act forbidden by various treaties of war, but he was pardoned as an English officer Forest Yeo-Thomas confirmed on the final day of the trial of Otto Skorzeny, the British had also previously used this method to infiltrate prisons in France, to deliver some of them.

After the war, Skorzeny fled to Franco’s Spain. He became head of treasury Nazi war without Hitler’s knowledge made by Martin Bormann in 1944. His own organization, Bruderschaft (the « Brotherhood »), turns into ODESSA (« Organization of the former SS members », an organization that was responsible for managing the funds recovered by the former SS and permits and provide materially their future life).

In 1953, Skorzeny was sent by former General Reinhard Gehlen in Egypt as military adviser General Mohammed Naguib. With General Wilhelm Fahrmbacher and several former Nazis such Oskar Munzel, former general Panzer Division, Leopold Gleim, former head of the bodyguard of Hitler, Joachim Daemling, former head of the Gestapo in Dusseldorf and Dr. Hans Eisele camp Buchenwald, he structure of the military and police forces in the country, resulting in the first Palestinian commandos.

In 1963, the Mossad learned that one of his former subordinates, H.Mann is responsible for the safety of German scientists working for Egypt in the development of non-conventional weapons. Mossad tries to recruit Skorzeny, who accepts in exchange for a commitment from the Israelis not to seek to remove later. Thanks to him, the Mossad harvest important information on the structure and the scientific program of Egyptian research. The failure of one will lead to the end of its collaboration with hébreu910 State.

In 1970, he created with Gerhard von Hartmut Schubert organization of anti-Franco struggle based in Spain, which carries out attacks and recruiting mercenaries Paladin group. He also indulged in arms trafficking, through his company Atlantico, located in Franco’s Spain.

He died July 6, 1975 of cancer in Madrid. He married Ilse von Finkenstein second marriage.

The TRANSFER OF TREASURY OF WAR

Martin Bormann in 1940
Martin Bormann in 1940

This is Martin Bormann had organized the transfer to Argentina at the end of the war. Indeed, some authors asserted that the treasure had been stolen by the Germans Peron couple who had welcomed with open many war criminals arm. The author has stepped into the breach by imagining that the treasure was hidden in the tomb of Eva Perón.

Others believe that Bormann had survived as Soviet spy and he continued to advise the Soviets after the war.

Collaborator sentenced to death in Belgium in 1946, Paul Van Aerschodt (1922-2011) lived under the name of Pablo Simons San Sebastian in Spain, where she met a journalist from Gilbert Dupont. Paul van Aerschodt claims to have met Martin Bormann « four times to 1960 » in La Paz, Bolivia, where he had fled in 1947 « with a visa obtained in a few days the intervention of a Claretian Father Bishop Antezana.  » His statements should revive the controversy over the death of Nazi dignitary Secretary of Adolf Hitler, officially declared dead in 1945, and revived the controversy over the support of the Church in Nazi criminals on the run. « Bormann came from Paraguay. He prepared with a dozen officers a coup to overthrow Perón in Argentina, « he said. « Bormann had been a fanatical […] Under the name Augustin von Lembach, he pretended to be a Redemptorist father and wore a black cassock, which did good laugh, » he added. « He celebrated communions, weddings, funerals and administered the last rites, » he said. It is in this respect interesting to note that this false identity in 1981 is cited
Controversy over the death of Martin Borman

Many controversies remain about the death of Bormann. Indeed, some question the analyzes of the teeth of the skeleton and DNA analysis.

Personalities as the son of Adolf Eichmann or Simon Wiesenthal (the latter in the final chapter of The Murderers Among Us, published in 1967) claimed that he was alive in South America, particularly in Paraguay.

Some also say that he died in South America and his body was brought back to Germany he was discovered in Berlin. This thesis is based on the red clay found on the skeleton Lerther station. This type of clay is not in Berlin but in Ita Paraguay where the presence of Bormann was suspected. These two theories are discussed in the documentary « Bormann, a man in the shadow of Hitler. » (This link: http://youtu.be/aRDccHYlJJU)

………………………………………………………………………………………………………

                                                                            OPERATION BERNHARD

C'est dans un musée dédié à la fausse monnaie que l'on retrouve une partie de la monnaie fabriquée par les services des SS.
It is a museum dedicated to the counterfeit money found part of the money made ​​by the services of SS.

Part of the German war chest will be manufactured by the German themselves are counterfeits made by false Jewish coin « engaged » by the SS.

The Operation Bernhard is the name of the German project to destabilize the British economy during the second world war by flooding the country of fake banknotes of £ 5, £ 10, £ 20 and £ 50.

The project started in 1942, led by SS Major Bernhard Krüger rising a team of 142 counterfeiters selected from prisoners of Sachsenhausen. The first job is to write detailed plates reproducing the pattern of the ticket, and then make the watermarked paper and finally crack the code for generating the authentic serial numbers. Tickets and made part of the finest ever fake products, it is very difficult to distinguish true.

The initial plan to drop these counterfeits by air over England can not be put into practice and the tickets are used for the purchase of goods or to pay German agents as famous Elyesa Bazna (Cicero) that had managed to photograph documents on the landing.

These counterfeits are detected by the Bank of England, when an employee noticed in its records that the same serial number had been used on two different tickets. Total is 8,965,080 counterfeits that were made for a total of £ 134,610,810. After the evacuation of Sachsenhausen camp in April 1945, the team of counterfeiters is transferred to Redl-Zipf in Austria, an annex of the Mauthausen camp, then in Ebensee. In early May 1945 the performance of the team is ordered, but the camp was liberated by U.S. forces on May 5, 1945, provides for their lives.

Some tickets were found in 1959 by divers in Lake Toplitz near Ebensee, others continued to circulate in England for years ….

CARRIER TO ARGENTINA

It is obvious that the best carrier to evacuate the German treasure was and remains the U-977.Peu matter what the rationalists say, it is the essential link.

………………………………………….

Notez la rouille  qui envahit la coque du U-977
Note the rust invades the hull of U-977

August 17, 1945

In the sparkling waters off Mar del Plata, Argentina, the bow of a submarine breaking the surface. Appears when the U-977, commanded by Captain Heinz Schäffer. He stops as dead in the water until the Argentine cruiser Belgrano docks. Schäffer then is routed to the edge of Belgrano and puts his ship and crew.

During the debriefing, the Argentine Commodore told Schäffer:

« Captain, I must tell you that your boat is believed to have sunk the ship steam Brazilian Bahia, a few days ago. It is also believed that you had Adolf Hitler, Eva Braun and Martin Bormann on board and have them put ashore on the southern part of our continent. « 

While Schäffer was a « guest » aboard the Belgrano, the newspaper El Dia in the Uruguayan capital Montevideo ran to the front of the story, claiming that the U-977 had landed first near Comodoro Rivadavia in the south of Argentina.

El Dia said Hitler, Eva Braun, Bormann, twin six-year-old son of Hitler by another mistress, their nanny and a half dozen Nazi leaders took inflatable boats in Golfo San Jorge, go to land in Patagonia, and now they were all on the way to the « new Berchtesgaden in Antarctica. »

The President of Argentina, Juan Domingo Peron, took the report seriously enough to have actually lead Schäffer in Buenos Aires and the question … personally.

Schäffer Peron was reminded that:

Not a single document recognizes the skill and endurance that had happened to make this first long trip in a submarine under such conditions. No, every news story, all reports, feature article and rumors on the same theme stale old gave Heinz Schäffer.Comment reason could he have moved as far as Hitler … without witnesses?

Thus, with Heinz Schäffer flesh before them, it was natural that these gentlemen, Peron and Trumann, should be sure of them and almost everything to retrieve information about the Führer, they were so eager to capture him alive despite the fact that he had so long been reported dead.

Calvary Schäffer was just beginning. The War Department of the United States « has asked for me to be given to the United States, and before long, I was transferred to a prison camp major war in Washington, where I found a number of high-ranking German officers. « (as he wrote later)

For weeks, day after day, Americans have repeated the accusation: « You have carried Hitler. »

A questioning of the British Admiralty said:

« That’s because you helped Hitler to escape, Schäffer, you are much more interesting from our point of view, (Otto) Otto Skorzeny, who gave Mussolini in freedom. »

« Otto Wehrmut, commander of U-530, was suddenly brought face to face with me, and then we found ourselves in the same room. We had never met before, but we saw at once that it was all part of a plan. They hoped that in the first wave of our meeting we were happy reunion until we forget ourselves as to discuss in front of all their dictaphones, history of interior an escape and a ghost train.

« They must have been very upset when nothing emerged from our conversation and have the facts on record completely independent travel of our submarines. »

The U-530 sailed to Argentina after completing a dangerous secret mission in the waters near the United States at the beginning of April 1945. It was the will of his commander, Otto Wermuth, to go to Argentina rather than any other of the Allies. Wermuth was not involved in the load operation.

U-977 b2

The boat went to Mar del Plata, July 10, 1945. All newspapers, code books, documents, guns, torpedoes and ammunition had been dropped overboard in advance and there was even an attempt to sabotage the diesels. The boat was found in a state inexplicably « corrosive ».

So here is the explanation: the submarine U-977 would ALL carried in its hold even many Führer.De boxes of gold bullion have been landed, if dropped overboard off Argentina .

Continue my research on this and I still have many pages to write.

Plan du u-977
The design of the  u-977