6 août 1945 : les États-Unis massacrent la population civile d’Hiroshima

Dessin d’artiste de l’époque représentant le bombardement atomique d’Hiroshima.

 

 

Le Japon a marqué le 72e anniversaire de l’attaque américaine à la bombe nucléaire dans la ville d’Hiroshima dimanche, avec la tenue d’une cérémonie par le Premier ministre Shinzo Abe et des survivants.

Des milliers de participants ont observé une minute de silence en mémoire des victimes à 08h15 dimanche (GMT 01h15 HB), l’heure à laquelle l’aviation américaine a lâché la première bombe atomique sur la ville à l’est du pays, le 6 août 1945.

La déflagration a tué des dizaines de milliers d’habitants sur le champ, et au cours de l’année 140.000 autres ont perdu la vie.

Les Etat-Unis ont ensuite lâché une seconde bombe visant Nagasaki sur l’île de Kyushu trois jours plus tard. Le Japon s’est alors rendu le 15 août, mettant un terme à la Seconde guerre mondiale.

En mai l’année dernière, le président américain, Barack Obama à l’époque, s’était rendu sur le site de l’attaque meurtrière.

Il avait fait part de ses condoléances aux victimes, mais n’avait pas présenté d’excuses au nom de son pays aux Japonais pour ces terribles actes de guerre.

En partie grâce à la visite du président Obama, le nombre de visiteurs au mémorial de la paix érigé à Hiroshima a grimpé de 16,4%, avec 1,74 million s’y présentant l’an passé.

 

 

Voir notre article vedette sur ce sujet (une étude exhaustive de la bombe atomique durant la Deuxième guerre Mondiale):

Ré-écrire l’histoire:La bombe atomique ,Hiroshima et les débuts du terrorisme illuminati

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Ré-écrire l’histoire:La bombe atomique ,Hiroshima et les débuts du terrorisme illuminati

L’origine de la bombe atomique

Dessin d'artiste de l'époque représentant le bombardement atomique d'Hiroshima.
Dessin d’artiste de l’époque représentant le bombardement atomique d’Hiroshima.

A l’origine de la bombe atomique,il faut remonter à 1939 au  tout début de l’arrivée massive d’émigrants venus  de pays totalitaires,en Europe.

Parmi les scientifiques américains,on retrouve de nombreux réfugiés provenant des régimes fascistes en Europe, ce qui  permit à l’Armée Américaine de prendre des mesures dès 1939 ,pour organiser un projet d’exploiter le processus de fission nouvellement reconnue à des fins militaires. Le premier contact avec le gouvernement a été fait par GB Pegram de l’Université de Columbia, qui a organisé une conférence entre Enrico Fermi et le ministère de la Marine, en Mars 1939. À l’été 1939, Albert Einstein a été convaincu par ses collègues scientifiques à user de son influence et de présenter le potentiel militaire d’une réaction de fission en chaîne incontrôlée au président Franklin D. Roosevelt. En Février 1940, $ 6,000 a été mis à disposition pour commencer la recherche sous la supervision d’un comité dirigé par LJ Briggs, directeur du National Bureau of Standards.

Enrico Fermi (1901-1954), physicien italien établi aux Etats Unis à partir de 1938 et prix Nobel la même année. En 1942 il réalisa à Chicago la première pile atomique. Enrico Fermi s’installa aux Etats-Unis après avoir reçu son prix Nobel en 1938. Il comprit le potentiel des découvertes d’Otto Hahn qu’il mit en pratique pour réaliser la première pile atomique.
Enrico Fermi (1901-1954), physicien italien établi aux Etats Unis à partir de 1938 et prix Nobel la même année. En 1942 il réalisa à Chicago la première pile atomique. Enrico Fermi s’installa aux Etats-Unis après avoir reçu son prix Nobel en 1938. Il comprit le potentiel des découvertes d’Otto Hahn qu’il mit en pratique pour réaliser la première pile atomique.

Fait important

Le 6 Décembre 1941, le projet a été placé sous la direction de l’Office de la recherche scientifique et le développement, dirigé par Vannevar Bush,de la célèbre famille.

Vannevar Bush fut un grand inventeur,un précurceur de l'informatique et...un franc-maçon d'un haut dégré.
Vannevar Bush fut un grand inventeur,un précurceur de l’informatique et…un franc-maçon d’un haut dégré.

 

Vannevar Bush fut aussi  l'un des membres fondateurs du Majestic 12 ,des consprateurs mis en place pour bloquer la vérité sur les ovnis.
Vannevar Bush fut aussi l’un des membres fondateurs du Majestic 12 ,des consprateurs mis en place pour bloquer la vérité sur les ovnis.

HORS TEXTE

DES PAROLES DE VANNEVAR BUSH DURANT LE PROJET MANHATTAN

 

«L’opinion actuelle indique que l’utilisation réussie est possible, et que ce serait très important et pourrait être déterminant dans l’effort de guerre. Il est vrai aussi que si l’ennemi  arrive avant nous  à des résultats …que cela serait une affaire extrêmement grave. »

« Les meilleures estimations indiquent  [mise au point de la bombe atomique] en  fin 1944, si tous les efforts sont faits pour accélérer. » (Harrison-Bundy Files, RG 77, microfilm 1108, rouleau 4, dossier 58, Rapport au Président 9 Mars 1942 , Archives nationales).

« L’utilisation de la bombe atomique aurait mis fin  la guerre. Sans aucun doute, la guerre aurait pris fin avant longtemps, en tout cas, pour le Japon avait été mis à  genoux. … Pourtant, dans les faits nous l’avions prévu et tout était en mouvement au moment où la bombe est arrivée  au moment d’un vaste programme d’invasion par les forces terrestres. … il était clair qu’une telle campagne aurait pu coûter des centaines de milliers de victimes parmi nos troupes « . (Vannevar Bush, les armes modernes et les hommes libres , p. 91-92).

Bush espère aussi l’utilisation de la bombe atomique alerterait  le monde, non seulement pour les dangers de la guerre nucléaire, mais sur les dangers de la guerre moderne en général. Peu de temps après les bombardements atomiques, il écrivait à un ami:

« … Je crois qu’il est heureux que la bombe est arrivé quand elle l’a fait et de façon totalement spectaculaire. Sinon, nous aurions  dérivé dans une situation, et de là à nous au moins ,de nous approcher avec nos yeux ouverts. » (Vannevar Bush Papers, Box 76, fichier RD Mershon, le 25 août 1945 lettre au colonel RD Mershon, Bibliothèque du Congrès).

 


 

 

 

Après l’entrée en guerre des Etats-Unis, le ministère de la Guerre a donné la responsabilité conjointe pour le projet Manhattan, à la famille Bush (associée à nombres de sociétés secrètes) et à une brochette de scientifiques contrôlés par l’Armée Américaine.

Dans un mémorandum secret, un scientifique du gouvernement du Canada Wilbert Smith a révélé, en fait, que le Dr Vannevar Bush a dirigé un "petit groupe" mis en place pour enquêter sur les ovnis - une question  a déclaré Smith, "... est le sujet le plus hautement confidentiel dans le Royaume, a des niveaux plus élevés que la bombe H  ,elle-même".
Dans un mémorandum secret, un scientifique du gouvernement du Canada Wilbert Smith a révélé, en fait, que le Dr Vannevar Bush a dirigé un « petit groupe » mis en place pour enquêter sur les ovnis – une question a déclaré Smith, « … est le sujet le plus hautement confidentiel dans le Royaume, a des niveaux plus élevés que la bombe H ,elle-même ».

 Depuis la mi-1942, il était évident qu’une vaste gamme d’installations pilotes, des laboratoires et des installations de fabrication devait être construit par le US Army Corps (des ingénieurs) afin que les scientifiques réunis pourraient mener à bien leur mission. En Juin 1942, le « Corps of Engineers » du district de Manhattan s’était fait  initialement attribué la gestion des travaux de construction (car une grande partie des premières recherches avaient été effectuées à l’Université Columbia, à Manhattan), et en Septembre 1942,le  Brigadier General Leslie R. Groves a été mis en charge de l’ensemble des activités de l’Armée (activités d’ingénierie principalement) relative au projet. Le«Projet Manhattan» est devenu le nom de code pour des travaux de recherche qui s’étendent à travers le pays.

C’est ainsi qu’une couverture  très opaque camouflait les activités financières des Bush et d’autres « extrémistes de l’ombre » ,afin de garantir leurs sacro-saints  profits!

 

Des hommes « d’affaires » comme Howard Bush et des financiers internationaux liés aux Rotschild de Londres,en profiteront pour établir  une richesse capitaliste qui ne  tiendra pas compte ni des ennemis de la nation américaine,ni de leurs  objectifs politiques mondialistes.C’est ainsi qu’Howard Bush fera affaire avec des banques hollandaises pour détourner des sommes d’argent énormes du Troisième Reich,afin de lui permettre de  mettre la main sur des aciers spéciaux et des métaux rares,utilisés  dans la fabrication d’avions à réaction,par exemple.

Tenu à l’écart des décisions importantes sur le Projet Manhattan,jusqu’à son existence même,Franklin Delano Roosevelt verra venir le  danger de ces groupes d’infiltration liés à des sociétés secrètes puissantes.Il ordonnera une très intelligente enquête de sécurité qui aboutira à l’arrestation d’Howard Bush et au blocage de ses intérêts financiers:la guerre  et le patriotisme obligent!


 

L’expertise allemande et la course à la bombe(la filière Illuminati)

Kurt Diebner,le grand physicien allemand qui mis au point la "première Bombe Atomique"...de ce nom!Le grand technicien du "Projet Uranium" ,c'est lui!C'est lui aussi qui fit fabriquer la fameuse bombe de l'Île Rügen
Kurt Diebner,le grand physicien allemand qui mis au point la « première Bombe Atomique »…de ce nom!Le grand technicien du « Projet Uranium » ,c’est lui!C’est lui aussi qui fit fabriquer la fameuse bombe de l’Île Rügen

À regarder le nombre de scientifiques d’origine allemande autour du Projet Mahattan,on reste pensif: les principaux acteurs sont tous soient allemands (Einstein,Bohr,Oppeinheimer)ou italien (Fermi)…ou  hongrois!

Niels Bohr...il changera de camps avec adresse ,au milieu du conflit.
Niels Bohr…il changera de camps avec adresse ,au milieu du conflit.

 

 

Indépendamment de tout ce qui sert de propagande aux américains et à leurs alliés,la première bombe atomique  opérationnelle qui explosât était allemande et toute la technologie et les penseurs qui venaient avec, étaient allemands aussi.J’attire votre attention sur un outil de recherche intéressant:la photo originale de « Fat Boy » ,la première bombe américaine destinée à Hiroshima scrupuleusement examinée en détails,à la loupe ,elle nous délivre beaucoup de mystères!Cette photo parle beaucoup …à qui cherche bien!

En fait ,pour qui sait observer,cette photo parle comme le témoin bavard d’un crime douteux!Une vraie

 pièce à conviction!

De nombreuses pièces répertoriées sur la bombe elle-même,montrent clairement leur origine…allemande!

La bombe "Little Boy" qui tomba sur Hiroshima fut testée avec succès ...par les Allemands...bien avant que les américains puissent tout comprendre ...à grands frais!
La bombe « Little Boy » qui tomba sur Hiroshima fut testée avec succès …par les Allemands…bien avant que les américains puissent tout comprendre …à grands frais!

 

La "trace de la filière allemande" est bien visible sur la bombe nucléaire lâchée sur Nagasaki.
La « trace de la filière allemande » est bien visible sur la bombe nucléaire lâchée sur Nagasaki.

 

Comment est-ce possible…autrement que si l’on s’est procuré ces pièces directement au fournisseur…via un intermédiaire?…et le meilleur intermédiaire possible ,côté américain,c’était Howard Bush lui-même ,le grand-père de Georges W. Bush!

 

Carte originale retrouvée dans les archives secrètes nazies montrant les effets d'une bombe de 18 kilotonnes sur le secteur de Ruegen ...dès 1943!...2 ans avant Hiroshima!!!Alors que les américains étudiaient encore!
Carte originale retrouvée dans les archives secrètes nazies montrant les effets d’une bombe de 18 kilotonnes sur le secteur de Ruegen …dès 1943!…2 ans avant Hiroshima!!!Alors que les américains étudiaient encore!

Et ce n’était qu’au mois de mai, après la capitulation allemande. Ce résultat représentait le fruit d’une course contre la montre, engagée en 1940 avec leurs homologues allemands pour la maîtrise de la fission nucléaire dans un but militaire.

Sollicité par trois physiciens hongrois ayant fui l’antisémitisme hitlérien, Leo Szilard, Edward Teller et Eugene Wigner,  et même Albert Einstein  s’y était lui même impliqué en signant dès 1939 une lettre où il était demandé au président Roosevelt de prendre au sérieux les possibilités d’emploi militaire de l’atome.

 

Alors que la guerre s’achève en Europe, il apparaît aux Américains que les inquiétudes soulevées en 1939 par Einstein et ses amis étaient sans fondement, les Allemands sont très en retard sur le plan des applications militaires de l’atome.

Le « plan Uranium » du Reich avait bien été mis en chantier en 1939, en vue d’étudier les réacteurs nucléaires et la séparation des isotopes ainsi que les possibilités d’explosions atomiques. Mais il n’impliquait pas plus de quelques dizaines de savants éparpillés sur l’ensemble du territoire. Et, de plus, nombre d’entre eux ne se consacraient pas exclusivement aux recherches nucléaires.

Comparativement, le plan Manhattan occupait lui des milliers de savants, ingénieurs et techniciens et disposait d’un budget colossal de plusieurs milliards de dollars.

A partir de ces données, les historiens ont conclu fort logiquement que le IIIe Reich était loin de pouvoir prétendre maîtriser le nucléaire.

 

Mais de nouveaux éléments viennent d’amener à reconsidérer cette idée toute faite.Les choses seraient à la fois plus compliquées et plus intéressantes.

Trois physiciens hongrois fuyant l’antisémitisme ont attiré l’attention du gouvernement américain sur les risques posés par le programme allemand de recherches nucléaires.De haut en bas : Edward Teller Leo Szilard et Eugene Wigner. Une fois l’Allemagne vaincue, Szilard ne voyait plus d’utilité à la bombe et, en juillet 1945, il fit circuler une pétition signée questionnant son usage contre le Japon.

 

L’approche historique des projets allemands visant à réaliser des armes nucléaires lors de la Seconde Guerre mondiale a évolué au fur et à mesure que de nouvelles sources devenaient accessibles.

Ainsi en 1992 les autorités britanniques rendaient disponible la transcription des conversations entre dix savants allemands internés en 1945 à Farm Hall près de Cambridge. Elles avaient été enregistrées secrètement. Or neuf d’entre ces chercheurs avaient été impliqués dans le plan Uranium (2). La nouvelle du bombardement d’Hiroshima sembla d’autant plus les surprendre que les savants allemands étaient persuadés d’avoir pris de l’avance sur les Alliés dans la course au nucléaire !Grâce aux  Erich Bagge, Kurt Diebner, Walther Gerlach, Otto Hahn, Paul Harteck, Werner Heisenberg, Horst Korsching, Carl Friedrich von Weizsäcker, Karl Wirtz.

 

Albert Einstein
Albert Einstein

En 1940, le jeune et brillant Carl von Weizsäcker rejoint l’équipe de recherches dirigée par Werner Heisenberg.

 

Otto Hann et sa complice de travail,Lise Meitner seront grandement récompensés par la République Fédérale Allemande pour leurs travaux sur la bombe atomique allemande.Sur la photo,ils entourent Willie brant dans une cérémonie ou ils recevront le Prix de l'Hommage de l'Allemagne Unanime ,c'était le 14 mars 1959. Otto Hahn avait découvert la fission nucléaire et il fut horrifié quand ses gardiens anglais l’informèrent du bombardement atomique d’Hiroshima.Il se sentait personnellement responsable de la mort de ces centaines de milliers de civils.
Otto Hann et sa complice de travail,Lise Meitner seront grandement récompensés par la République Fédérale Allemande pour leurs travaux sur la bombe atomique allemande.Sur la photo,ils entourent Willie brant dans une cérémonie ou ils recevront le Prix de l’Hommage de l’Allemagne Unanime ,c’était le 14 mars 1959. Otto Hahn avait découvert la fission nucléaire et il fut horrifié quand ses gardiens anglais l’informèrent du bombardement atomique d’Hiroshima.Il se sentait personnellement responsable de la mort de ces centaines de milliers de civils.

De nouvelles pièces d’archives dérangeantes sont apparues en 2002 lorsque, dans le fonds Niels Bohr à Copenhague, on découvrit les brouillons de lettres, écrites à la fin des années 1950, où le savant rendait compte d’une visite effectuée en septembre 1941 par Heisenberg et von Weizsäcker dans le Danemark occupé. Après la guerre, les deux physiciens allemands avaient prétendu être allés à Copenhague tout simplement pour apporter leur aide à Bohr et obtenir sa collaboration afin de mener à bien leurs efforts visant à prévenir la fabrication d’armes nucléaires. Mais dans ces lettres Bohr contestait qu’il s’agisse d’aussi nobles motifs.

Une trouvaille récente dans les archives russes est venue enrichir la saga de l’atome allemand. Il s’agit en particulier de documents provenant de l’institut de physique Kaiser Wilhelm de Berlin. Parmi ces découvertes figurent quatre pièces majeures : un rapport officiel de von Weizsäcker effectué après un voyage à Copenhague en mars 1941 ; un projet de brevet rédigé par lui durant la même année ; un texte de brevet corrigé datant de novembre 1941 ; enfin le texte d’une conférence « grand public » donnée par Heisenberg en juin 1942.

Ces documents, ainsi que d’autres, ont été utilisés par Rainer Karlsch pour son livre controversé Hitlers Bombe .

 *Hitlers Bombe, édité par Deutsche Verlags-Anstalt. c.f. aussi la revue Physics World d’avril 2005

 

Publié en mars 2005, cet ouvrage a ouvert un débat passionné visant à déterminer jusqu’où l’Allemagne était parvenue dans sa marche vers un armement nucléaire et si celui-ci était crédible.

Travaillant en collaboration avec le journaliste Heiko Petermann, Karlsch affirme qu’en mars 1945, une équipe de savants allemands aurait expérimenté un réacteur nucléaire et testé un « engin » dans l’est du pays, sur l’île de Rügen.

Le réacteur allemand à l'arrivée des GI américains.Totalement opérationnel!
Le réacteur allemand à l’arrivée des GI américains.Totalement opérationnel!

Selon des témoignages oculaires, recueillis dès la fin de l’expérience et dans les deux décennies suivantes, l’essai aurait provoqué la mort de centaines de prisonniers de guerre et de détenus de camps de concentration. Bien que l’on n’ait pu établir si l’invention testée avait fonctionné de manière satisfaisante, on sait qu’elle était destinée à faire appel à la fission et à la fusion nucléaires.

Autrement dit, il s’agissait d’une arme atomique.

A la suite de la publication de Hitlers Bombe un autre document est sorti d’archives privées. Réalisée immédiatement après la fin de la guerre en Europe, cette pièce non-datée comprend les seuls plans connus d’une arme nucléaire allemande.

 

Samuel Goudsmith ,officier secret du Projet Paperclip.Il sait exactement ce qu'il cherche en Allemagne...et il va le trouver.Samuel Goudsmit avait parcouru l’Allemagne de long en large en 1945 avec la mission américaine Alsos pour étudier en détail chaque site consacré à l’atome afin d’en démonter les éléments utiles et en détruire les autres. Une des obsessions des Américains était de priver les Français de tout accès aux travaux allemands.
Samuel Goudsmith ,officier secret du Projet Paperclip.Il sait exactement ce qu’il cherche en Allemagne…et il va le trouver.Samuel Goudsmit avait parcouru l’Allemagne de long en large en 1945 avec la mission américaine Alsos pour étudier en détail chaque site consacré à l’atome afin d’en démonter les éléments utiles et en détruire les autres. Une des obsessions des Américains était de priver les Français de tout accès aux travaux allemands.

Qu’est-ce que les savants allemands savaient vraiment ?

 

Les hommes de Samuel Goudsmith en train de démonter et d'analyser le réacteur atomique allemand.
Les hommes de Samuel Goudsmith en train de démonter et d’analyser le réacteur atomique allemand.

 

Au fil des années plusieurs auteurs sont arrivés à la conclusion qu’Heisenberg et ses collègues n’avaient pas compris le fonctionnement d’une bombe atomique. Parmi ceux-ci le physicien Samuel Goudsmit, qui publia en 1947 les résultats d’une enquête de l’armée américaine consacrée à l’effort allemand pour acquérir la bombe.  En 1998, l’écrivain Paul Lawrence Rose concluait de même dans son livre « Heisenberg and the Nazi Atomic Bomb Project 1939-1945 ».

Il convient de préciser que Samuel Goudsmit avait parcouru l’Allemagne de long en large en 1945 avec la mission américaine Alsos pour étudier en détail chaque site consacré à l’atome afin d’en démonter les éléments utiles et en détruire les autres. Une des obsessions des Américains était de priver les Français de tout accès aux travaux allemands.

 

Les Allemands auraient-ils mené à bien l’essai d’une « bombe sale » au cours des dernières semaines de la guerre sur l’île de Rügen dans la mer Baltique ?

Oui,car une photo de l ‘événement est resté cachée dans les archives secrètes du Reich!

 

Ces auteurs prétendaient que les savants allemands n’avaient pas compris la réaction en chaîne qui permet à des neutrons émis par de l’uranium-235 ou du plutonium de provoquer la fission du noyau atomique. Goudsmit comme Rose déclaraient aussi que les Allemands n’avaient pas compris non plus que le plutonium pouvait constituer un explosif nucléaire.

Ces critiques mettant en avant l’incompétence des chercheurs allemands semblaient être confirmées par l’enregistrement des conversations de Farm Hall, révélant qu’Heisenberg apprenant la nouvelle d’Hiroshima aurait initialement réagi par un calcul erroné concernant la masse critique, avant de rectifier celui-ci dans les jours suivants . Par ailleurs il y a d’autres preuves démontrant que, quelque soit la réaction d’Heisenberg à Farm Hall, ses collègues et lui même avaient compris que la bombe atomique fonctionnait grâce à la réaction en chaîne et que le plutonium comme l’uranium-235 étaient des matières fissibles.

 Il n’est peut-être pas inutile de rappeler ici que le physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976) s’est fait connaître par ses travaux sur la mécanique quantique de l’atome et a obtenu le prix Nobel en 1932. Il est passé principalement à la postérité dans le domaine de la physique nucléaire grâce à son « principe d’incertitude ». Quant à Otto Hahn (1879-1968), également prix Nobel (1944), il découvrit en 1938 la fission de l’uranium.Ceci ne semble pas conforter le point de vue de Goudsmit et Rose.

Ainsi, en février 1942, les responsables militaires des recherches en armement décrivaient les progrès du « plan Uranium » dans un rapport intitulé « Production d’énergie à partir de l’uranium », retrouvé dans les années 1980. Celui-ci concluait que l’uranium-235, qui ne comprend que 0,7 % de l’uranium naturel le reste étant composé d’U-238 non-fissible, constituait un explosif nucléaire un million de fois plus puissant que les explosifs classiques. Il déclarait aussi qu’une fois le réacteur nucléaire en service, il pourrait produire du plutonium qui constituerait un explosif de puissance comparable. La masse critique d’une telle arme était située « entre 10 et 100 kilogrammes », estimation comparable à celle effectuée par les Alliés le 6 novembre 1941 et que l’on retrouve dans l’historique officiel du plan Manhattan, dit « Rapport Smyth » (2 à 100 kg).

 

 

En juin 1942, le ministre Speer et les plus hauts responsables militaires assistèrent à une réunion où Heisenberg leur expliqua les potentialités d’une bombe nucléaire.La volonté de fabriquer une bombe atomique à des fins militaires part de là.

 

Le projet de brevet de von Weizsäcker de 1941, qui constitue peut-être la plus remarquable trouvaille des archives russes, fait apparaître sans équivoque que celui-ci avait compris à la fois les propriétés du plutonium et ses applications militaires possibles. 

  L’historien David Irving avait trouvé dans les archives de Commission américaine pour l’énergie atomique à Oak Ridge, l’original de la proposition de von Weizsäcker datée du 1er juillet 1940.Rien de neuf sous le soleil.

 

 

Quelles ont été les véritables raisons du bombardement d’Hiroshima et Nagasaki par les Américains ? L’argument traditionnel (épargner les vies américaines en rendant inutile un débarquement au Japon) ne résiste pas à l’examen. Le débat fait rage entre les historiens depuis que les Américains ont publiquement admis qu’ils connaissaient en détail les positions du gouvernement japonais grâce à l’interception et au déchiffrement de ses communications les plus secrètes.Nous reviendrons là-dessus!

 

Von Weizsäcker avait également établi clairement que le plutonium pouvait être utilisé pour fabriquer une bombe puissante et il écrivait « Par rapport à l’énergie dégagée pour une masse égale, cet explosif serait dix millions de fois plus puissant que tout autre (explosif connu) et seulement comparable à l’uranium 235 à l’état pur ». Et il développait sa théorie dans la suite du document.

Ce texte était de nouveau présenté le 3 novembre 1941 sous le titre « Production d’énergie et de neutrons et création de nouveaux éléments par la fission de l’uranium ou d’éléments lourds proches ».

Cette nouvelle présentation différait de la précédente en deux points significatifs.

D’abord le brevet n’était plus déposé au seul nom de von Weizsäcker, mais de l’Institut Kaiser Wilhelm dans son ensemble. Ensuite toutes les mentions relatives à un explosif nucléaire ou à une bombe avaient été supprimées.

Ceci peut correspondre à une évolution dans le déroulement du conflit mondial : en novembre 1941, la perspective d’une rapide victoire allemande s’éloignait, ce qui n’était pas le cas auparavant . L’explication peut aussi résider dans une baisse d’enthousiasme de von Weizsäcker et de ses collègues pour l’application militaire de la fission nucléaire. Ce qui pourrait justifier les déclarations d’après-guerre d’Heisenberg et von Weizsäcker selon lesquelles ils avaient rendu visite à Bohr en septembre 1941 car ils avaient des scrupules à travailler sur cette arme de destruction massive. 

La volonté de fabriquer la bombe atomique aurait commencé ici:En juin 1942, le ministre Albert Speer et les plus hauts responsables militaires assistèrent à une réunion où Heisenberg leur expliqua les potentialités d’une bombe nucléaire.Ici une photo de Speer prise durant l'hiver 1942,lors d'un autre discours!
La volonté de fabriquer la bombe atomique aurait commencé ici:En juin 1942, le ministre Albert Speer et les plus hauts responsables militaires assistèrent à une réunion où Heisenberg leur expliqua les potentialités d’une bombe nucléaire.Ici une photo de Speer prise durant l’hiver 1942,lors d’un autre discours!

 

Rappelons que le 22 juin 1941 la Wehrmacht avait lancé avec un succès dépassant toutes prévisions sa grande offensive de Russie. A l’automne, celle-ci s’enlisait pourtant avant d’être bloquée par un froid précoce.

 

 C’est la thèse chaudement défendue par Thomas Powers dans un ouvrage publié en 1993, intitulé Heisenberg’s War (« la Guerre de Heisenberg »).

Mais un autre document parmi ceux découverts en Russie – le rapport de von Weizsäcker concernant son voyage à Copenhague au printemps 1941 – laisse penser qu’à cette époque du moins les recherches sur l’uranium l’enthousiasmaient. Par ailleurs, on sait qu’après la guerre des savants travaillant au même institut que Bohr ont accusé leurs deux collègues allemands d’être venus au Danemark dans un but d’espionnage. Il pourrait y avoir là une part de vérité dans la mesure où en mars 1941, alors que l’Allemagne n’avait pas encore envahi l’Union soviétique et devait selon toute probabilité gagner la guerre , von Weizsäcker écrivait au commandement militaire :

 

Jusqu’à l’invasion de l’Union soviétique, seul le Royaume-Uni faisait encore face au IIIe Reich en position d’assiégé dans ses îles. Le Danemark était lui dans une situation particulière : occupé sans combats en 1940, son souverain le roi Christian X n’avait pas quitté le pays où il pratiquait la résistance passive.

 

« On n’a pas entrepris à Copenhague de produire de l’énergie par fission de l’uranium. On y sait qu’en Amérique Fermi  a lancé des recherches dans ce domaine, mais il n’y a pas de nouvelles informations de parvenues depuis le début de la guerre. Manifestement le professeur Bohr ignore que nous travaillons sur ces questions et bien sûr je l’ai conforté dans cette idée… La collection de la publication américaine Physical Reviews était complète à Copenhague jusqu’au numéro du 15 janvier 1941. J’ai rapporté des photocopies des plus importants articles. Nous avons pris des dispositions pour que l’ambassade d’Allemagne photocopie (fasse des photographies )des numéros à venir ».

 

 

Ceci ressemble en effet très fort à du renseignement scientifique effectué grâce à la « documentation ouverte ».

 

 

 

Le livre de Rainer Karlsch « Hitler’s Bombe » rappelle ce qui était déjà connu sur les travaux de recherche nucléaire effectués par les Allemands pendant la guerre et fait appel à des documents tirés des archives russes, à des témoignages oraux comme à l’archéologie industrielle, pour ouvrir de nouvelles voies dans ce domaine historique.

Durant la majeure partie du conflit deux équipes ont travaillé concurrentiellement sur les réacteurs nucléaires : l’une implantée à Gottow près de Berlin avait à sa tête un physicien militaire (donc peu médiatisé), Kurt Diebner  ; l’autre regroupant des chercheurs dirigés par Heisenberg opérait à Leipzig et Berlin.

 

En effet, contrairement à son « concurrent » et aux camarades de détention de celui-ci à Farm Hall, Diebner est ignoré des dictionnaires et encyclopédies généralistes.

Alors que les expériences menées par Heisenberg utilisaient des couches d’uranium alternant avec un isolant, l’équipe de Diebner faisait appel à une technique supérieure avec des cubes d’uranium noyés dans l’isolant. Heisenberg n’a jamais voulu reconnaître les mérites de Diebner et des chercheurs travaillant avec lui, mais le prix Nobel utilisa la technique de son concurrent pour sa dernière expérience, effectuée à Haigerloch dans le sud-ouest de l’Allemagne.

Grâce à Karlsch on sait désormais que Diebner s’était arrangé pour effectuer une dernière expérience vers la fin de la guerre. Mais les détails sur cet essai manquent de clarté.

Après avoir réalisé une série de mesures, Diebner écrivit une courte lettre à Heisenberg le 10 novembre 1944, l’informant de l’expérience en suggérant qu’il y avait eu des problèmes avec le réacteur. Malheureusement l’on n’a pas retrouvé d’autres documents concernant cette dernière expérimentation du réacteur de Gottow.

Les investigations d’archéologie industrielle effectuées sur le site en 2002 et 2003 laissent penser qu’une réaction en chaîne au moins brève s’est produite, entraînant la mise hors service du réacteur.

L’histoire ne s’arrête pas avec la guerre : en 1955 Diebner déposait un brevet pour un nouveau type de réacteur nucléaire, qui manifestement était issu des recherches qu’il avait effectuées à la fin du conflit et particulièrement de sa dernière expérience.

En décembre 1943, Walther Gerlach fut placé par Gœring à la tête de la recherche allemande en physique.
En décembre 1943, Walther Gerlach fut placé par Gœring à la tête de la recherche allemande en physique.

Autre révélation du livre de Karlsch, encore plus surprenante : une équipe de chercheurs dirigée par Diebner aurait réalisé et expérimenté une arme nucléaire avec le ferme soutien de Walther Gerlach. Ce dernier était un expert en physique nucléaire, chargé en 1944 du « plan Uranium » pour le Conseil de la recherche du Reich. Il semble que Hahn, Heisenberg, von Weizsäcker et la plupart des savants réputés travaillant au « plan Uranium » ignoraient l’existence de cette arme nouvelle.

Il s’agissait d’un système faisant appel aux réactions de fission nucléaire, sans pouvoir être pour autant qualifié de bombe « atomique » comme celles utilisées contre Hiroshima et Nagasaki. Et bien qu’il soit aussi destiné à faire appel à la fusion nucléaire, il n’aurait rien eu à voir avec les bombes « à hydrogène » expérimentées par les Etats Unis et l’Union soviétique dans les années 1950.

A leur différence, des explosifs brisants classiques étaient disposés en charge creuse et non en masse compacte pour concentrer l’énergie et la chaleur en un point situé au centre. L’arme, qui faisait appel à l’uranium enrichi, était à considérer comme tactique plutôt que stratégique et n’aurait de toutes façons pas pu gagner la guerre.

Néanmoins on ignore l’efficacité du système et comment les réactions de fission et de fusion étaient effectivement provoquées.

Mais l’important est qu’une petite équipe de chercheurs travaillant dans les derniers mois de la guerre aurait essayé d’aboutir.

 

 Peu après la fin de la guerre en Europe, un savant allemand ou autrichien dont on ignore le nom a rédigé un rapport décrivant les recherches concernant la bombe effectuées durant le conflit.

C’est encore Rainer Karlsch qui a découvert ce document, mais après la publication de son ouvrage. On y trouve des informations fiables et des spéculations qui le sont moins, qui pourraient provenir en partie du « plan Manhattan » lui même. Ainsi l’emploi du mot « plutonium » .

Le 6 aout 1945,le bombardement d'Hiroshima.
Le 6 aout 1945,le bombardement d’Hiroshima.

 

Si la bombe lancée sur Hiroshima utilisait l’uranium-235, celle qui fut larguée quelques jours plus tard sur Nagasaki faisait appel au plutonium.

 

Le 9 aout 1945,ce fut le tour de Nagasdaki...afin d'essayer un nouveau type de bombe.
Le 9 aout 1945,ce fut le tour de Nagasdaki…afin d’essayer un nouveau type de bombe.

 

Malheureusement il manque la page de garde du rapport et l’on ne sait qui en est l’auteur. A moins que cette disparition soit volontaire ? L’étude du document permet néanmoins de supposer que son rédacteur n’était membre ni de l’équipe principale travaillant sur le « plan Uranium », ni de celle de Diebner.

Schéma de la bombe.
Schéma de la bombe.

Ce rapport démontrerait que le fait que l’uranium puisse être utilisé pour la fabrication de nouvelles armes de destruction massive était bien connu de la communauté scientifique allemande durant la guerre. Il comprend aussi le croquis d’une arme nucléaire, mais encore loin d’un véritable plan de « bombe atomique ».

L’auteur inconnu fixe la masse critique à un peu plus de 5 kilogrammes pour une bombe au plutonium. Il s’agit d’une estimation raisonnable, dans la mesure où l’utilisation d’un réflecteur pour renvoyer les neutrons vers le plutonium permettait de diviser la masse critique par deux. Ceci est d’autant plus intéressant que ces détails ne figurent pas dans le « Rapport Smyth ».

Ce rapport récemment découvert présente un autre intérêt : il démontre que les savants allemands avaient effectué des recherches intensives sur les problèmes théoriques concernant la fabrication d’une bombe à hydrogène.

Ceci est confirmé par deux autres sources :

Les archives d’Erich Schumann, directeur du Service d’étude des armements militaires, comportent de nombreux documents et calculs théoriques concernant la fusion nucléaire.

Le physicien viennois Hans Thirring a de son côté traité de ces sujets dans un ouvrage publié durant l’été 1946, donc juste après la fin de la guerre et intitulé « Die Geschichte der Atombombe. Mit einer elementaren Einführung in die Atomphysik ».

 

 

 

Le dernier mot n’est pas dit

Von Weisacker,le penseur de la bombe allemande.
Von Weisacker,le penseur de la bombe allemande.

 

Voici des décennies que les historiens et les scientifiques discutent pour savoir si Heisenberg et von Weizsäcker voulaient fabriquer une bombe atomique.

Or les nouveaux éléments que nous venons de présenter pourraient modifier la vision antérieure de l’affaire des armes nucléaires allemandes.

Et aucun d’entre eux ne va dans le sens de la théorie selon laquelle Heisenberg et ses collègues auraient été des « résistants » (hypothèse Powers) où incapables de sympathies pour le régime nazi (hypothèse Rose).

Il est évident que toute personne désirant poursuivre sa carrière quelle qu’elle soit après guerre avait intérêt à prendre ses distances avec le régime déchu.

Farm Hall,centre de l'Opération Epsilon (L'opération Epsilon était le nom de code d'un programme dans lequel les Alliés à l'approche de la fin de la Seconde Guerre mondiale détenaient 10 scientifiques allemands dont ils pensaient qu'ils avaient travaillé sur le programme nazi de bombe atomique. Ces scientifiques furent capturés entre le 1er mai et le 30 juin 19451 et internés à Farm Hall, une maison mise sur écoute à Godmanchester, près de Cambridge en Angleterre du 3 juillet 1945 au 3 janvier 19462. Le but premier de ce programme était de déterminer l'avancée de l'Allemagne nazie dans la fabrication d'une bombe atomique en écoutant leur conversation. Les scientifiques étaient : Erich Bagge Kurt Diebner Walther Gerlach Otto Hahn Paul Harteck Werner Heisenberg Horst Korsching Max von Laue Carl Friedrich von Weizsäcker Karl Wirtz
Farm Hall,centre de l’Opération Epsilon (L’opération Epsilon était le nom de code d’un programme dans lequel les Alliés à l’approche de la fin de la Seconde Guerre mondiale détenaient 10 scientifiques allemands dont ils pensaient qu’ils avaient travaillé sur le programme nazi de bombe atomique. Ces scientifiques furent capturés entre le 1er mai et le 30 juin 19451 et internés à Farm Hall, une maison mise sur écoute à Godmanchester, près de Cambridge en Angleterre du 3 juillet 1945 au 3 janvier 19462. Le but premier de ce programme était de déterminer l’avancée de l’Allemagne nazie dans la fabrication d’une bombe atomique en écoutant leur conversation. Les scientifiques étaient : Erich Bagge Kurt Diebner Walther Gerlach Otto Hahn Paul Harteck Werner Heisenberg Horst Korsching Max von Laue Carl Friedrich von Weizsäcker Karl Wirtz

En revanche, ces documents ajoutés aux « révélations » de Karlsch présentent les deux savants allemands sous un nouveau jour, en mettant en évidence leur attitude ambiguë vis-à-vis des armes nucléaires.

Continuant à travailler sur les réacteurs nucléaires et la séparation des isotopes, tout en hésitant à mettre les armes nucléaires à la disposition des dirigeants nazis, les deux savants précités n’ont pas fait tous les efforts nécessaires pour aboutir dans leurs recherches. D’autres l’ont fait, tels Walter Gerlach et Kurt Diebner avec son équipe.

Il serait néanmoins prématuré de conclure qu’après ces nouvelles découvertes le dossier de l’arme atomique allemande peut être définitivement refermé.

L'explosion du 12 octobre 1944,sur l'île de Ruegen.Des centaines de prisonniers mourront dans des camps de concentration,suite aux retombées radioactives!Les américains se présenteront comme étant les "vrais" inventeurs de la bombe,face au Monde Entier!..un autre mensonge propagé par les vainqueurs de la guerre!
L’explosion du 12 octobre 1944,sur l’île de Ruegen.Des centaines de prisonniers mourront dans des camps de concentration,suite aux retombées radioactives!Les américains se présenteront comme étant les « vrais » inventeurs de la bombe,face au Monde Entier!..un autre mensonge propagé par les vainqueurs de la guerre!

 

Le 12 octobre 1944

Contre toute attente ,les physiciens allemands ont assez d’eau lourde et d’isotopes pour mettre à l’essai leur première bombe  atomique.Leur choix s’arrêtera enfin sur l’Île de Rügen,en mer du Nord.Des notes retrouvées près de la seule photo existante prise lors de cette explosion  ( un rapport que j’ai personnellement reçu de l’affaire indique que le photographe de l’événement serait mort sur le coup),font état de plusieurs centaines de personnes  mortes dans des camps de travail et d’une  grande destruction accompagnée de retombées radioactives intenses.

Études allemandes montrant les effets d'une explosion atomique centrée sur ...l'île de Rügen!
Études allemandes montrant les effets d’une explosion atomique centrée sur …l’île de Rügen!

L’histoire officielle niera tout!Le rationalisme combiné au patriotisme américain fera en sorte qu »on effacera d’un trait la vérité sur la découverte et la mise au point de la bombe atomique par l’Allemagne nazie et la menace extraordinaire qu’elle faisait peser sur le monde lui-même.

Himmler er Dornberger en visite à Peenemunde afin de rencontrer les savants atomistes allemands ...en grand secret.Le besoin d'un porteur pour la bombe se fit sentir
Himmler er Dornberger en visite à Peenemunde afin de rencontrer les savants atomistes allemands …en grand secret.Le besoin d’un porteur pour la bombe se fit sentir
Le porteur accepté par la Luftwaffe fut le Junker 393.Seulement 2 prototypes eurent le temps de voler avant la défaite allemande.Il aurait été meilleur que le B-29.Sa saisie permettra d'améliorer le B-29,particulièrement la soute à bombe ...conçue pour une lourde bombe atomique.
Le porteur accepté par la Luftwaffe fut le Junker 393.Seulement 2 prototypes eurent le temps de voler avant la défaite allemande.Il aurait été meilleur que le B-29.Sa saisie permettra d’améliorer le B-29,particulièrement la soute à bombe …conçue pour une lourde bombe atomique.

 

 

Les apprentis-sorciers auraient pu devenir des démons ,voire des « Cavaliers réels de l’Apocalypse »,laissant la mort en héritage ,à la place de la frénésie des années ’50!

 Aujourd’hui,si nous  recherchons l’Île de Rügen sur internet,nous verrons une multitude de place touristiques,dont les propriétaires capitalistes vont  vouloir vous pendre si vous osez parler de la bombe atomique allemande qui jadis explosa sur place!

Au diable l’histoire et la santé des gens,vive les profits …et fermez-la!

Nous vivons dans un monde qui veut  faire mourir la vérité sur l’hôtel du capitalisme sauvage!

 

L’horreur d’Hiroshima et de Nagasaki

Le bombardier B-29,l'outil du meurtre
Le bombardier B-29,l’outil du meurtre

 

 

Dans les décombres d'Hiroshima.
Dans les décombres d’Hiroshima.

Au printemps de 1945,la situation du Japon était devenue catastrophique.Les attaques aériennes des Alliés détruisaient les voies ferrées,les routes et les ponts à une cadence trop rapide pour qu’on puisse les remettre en état.Des cités et des villes n’étaient plus que des ruines fumantes;des millions de personnes étaient sans abri;les vivres manquaient partout.Les avions américains avaient achevé d’anéantir la flotte japonaise.

Yosuke Yamahata,le photographe qui aura la présence d'esprit de prendre des photos qui seront censurées pendant plus de cinquante longues années...surtout aux Etats-Unis d'Amérique qui chercheront à minimiser l'impact sur la population japonaise!Sa témérité lui contera la vie quand vingt ans plus tard ,on diagnostiquera un cancer du duodénum :un cancer malin qui le tuera!
Yosuke Yamahata,le photographe qui aura la présence d’esprit de prendre des photos qui seront censurées pendant plus de cinquante longues années…surtout aux Etats-Unis d’Amérique qui chercheront à minimiser l’impact sur la population japonaise!Sa témérité lui contera la vie quand vingt ans plus tard ,on diagnostiquera un cancer du duodénum :un cancer malin qui le tuera!

Cependant,le haut commandement refusait de déposer les armes et se promettait de combattre jusqu’à la mort.Les militaires affirmaient qu’ils allaient gagner une bataille décisive.Le général Korechika Anami,ministre de la Guerre,jurait que les américains seraient chassés d’Okinawa.

J'ai de nombreuses photos inédites de l'événement,mais elles sont très dures à regarder.Elles frappent l'imagination!Je vais donc me limiter ici par quelques photos représentatives de l'horreur d'Hiroshima. À mon avis,ces deux photos illustrent la situation à merveille:à gauche la destruction totale de l'environnement de la ville;à droite,une femme qui allaite son enfant irradié qui s'accroche à la vie!
J’ai de nombreuses photos inédites de l’événement,mais elles sont très dures à regarder.Elles frappent l’imagination!Je vais donc me limiter ici par quelques photos représentatives de l’horreur d’Hiroshima. À mon avis,ces deux photos illustrent la situation à merveille:à gauche la destruction totale de l’environnement de la ville;à droite,une femme qui allaite son enfant irradié qui s’accroche à la vie!

Un petit groupe de diplomates s’opposaient aux militaires et estimait qu’une lutte désespérée pouvait être plus néfaste  au Japon qu’une capitulation immédiate.Ceux-ci espéraient que les exigences alliées n’iraient pas jusqu’à la reddition inconditionnelle et entamèrent avec l’Union Soviétique ,alors encore neutre à l’égard de leur pays,des pourparlers secrets afin de s’assurer ses bons offices pour la conclusion de la paix.

Le centre de l,explosion est le dôme de cet édifice sur lequel le navigateur du B-29 pointa son tir pour que la bombe éclate là,à 500 mètres juste au-dessus.
Le centre de l,explosion est le dôme de cet édifice sur lequel le navigateur du B-29 pointa son tir pour que la bombe éclate là,à 500 mètres juste au-dessus.

Le 3 juin 1945,l’ex-Premier ministre Koki Hirota alla trouver l’ambassadeur russe Jacob Malik.Malik accueillit avec réserve ses ouvertures.Le 12 juillet,l’empereur confiait au prince Konoye un message personnel pour demander la paix.Konoye avait pour instructions de se rendre à Moscou en avion et de mettre à tout prix un terme aux hostilités.Mais Staline et le commissaire aux Affaires étrangères Molotov se dérobèrent sous le prétexte qu’ils étaient absorbés par les préparatifs  de la conférence de Postdam.

Conférence de Postdam:Attlee,Truman et Staline.
Conférence de Postdam:Attlee,Truman et Staline.

 

À Postdam,Staline avisa négligemment le président Truman que les japonais avaient abordé le sujet de la négociation de la paix;il ajouta qu’il avait repoussé ces avances dont il mettait en doute la sincérité.

L’ultimatum de Postdam au Japon fut rendu public le 26 juillet 1945.Signé par les États-Unis,la Grande-Bretagne et la Chine,il mettait le Japon en demeure de choisir entre la capitulation et l’écrasement final.Les dirigeant japonais éprouvèrent une grande joie en constatant que les conditions posées à leur pays étaient beaucoup plus modérées qu’ils ne s’y attendaient.Les Alliés s’engageaient à ne pas détruire le Japon en tant que nation et à permettre aux japonais de choisir librement leur propre gouvernement.D’autre part,on pouvait croire que l’empereur resterait sur le trône.

Il n'y avait pas assez de fours crématoires pour brûler les cadavres.
Il n’y avait pas assez de fours crématoires pour brûler les cadavres.

L’empereur déclara sans hésitation au ministre des Affaires étrangères Shigenori Togo qu’il trouvait la déclaration de Postdam acceptable.Le Conseil Impérial se réunit alors au complet pour discuter de l’ultimatum des alliés.

J’ai étudié avec soin de nombreux documents relatifs à cette séance dramatique du Conseil Impérial  japonais et tous attestent unaniment que la décision arrêtée en cette chaude journée du 27 juillet 1945 était favorable à la paix.Le ministre de la Guerre Anami et les chefs d’état-major s’opposèrent violemment à l’acceptation des conditions de Postdam,mais ils n’obtinrent pas gain de cause.

Les victimes se rencontraient partout...brulées ,irradiées!
Les victimes se rencontraient partout…brulées ,irradiées!

Il subsistait,cependant,plusieurs difficultés.Que convenait-il de faire quant aux négociations avec les russes en vue de la reddition?Deux jours seulement s’étaient écoulés depuis que la dernière proposition avait été envoyée à Moscou.

Le Conseil Impérial devait aussi tenir compte d’un autre facteur:jusqu’alors,les japonais n’avaient eu connaissance de la déclaration de Postdam qu’à travers les émissions radiophoniques captées par leurs postes d’écoute.Le gouvernement pouvait-il agir en se fondant sur des informations aussi peu officielles?

photo 005
Un drame qui restera marqué dans les chairs et dans les esprits des humains.

Il paraissait probable qu’on serait bientôt en mesure d’annoncer l’acceptation des conditions des Alliés.Dans l’intervalle,le Premier-ministre Kantaro Suzuki qui devait tenir le lendemain une conférence de presse s’attendait à être assailli de questions par des journalistes japonais sur cette déclaration.On décida que Suzuki se bornerait à dire que le  Conseil Impérial n’avait pris aucune décision à l’égard de  l’ultimatum.Le fait que les ministres ne les rejetaient pas laissait entendre clairement au  peuple japonais ce qui se préparait.

« Le gouvernement n’avait pas l’intention de repousser les demandes des Alliés »,attesta Kawai.

À la conférence de presse du 28 juillet,le Premier-ministre Suzuki déclara que le Conseil Impérial adoptait provisoirement une politique de mokusatsu .Ce mot,dont il n’existe d’équivalent dans aucune langue occidentale,est ambigu même en japonais.Il peut aussi bien traduire une fin de non-recevoir qu’exprimer la volonté de s’abstenir de tout commentaire.

Par malheur,les traducteurs employés par l’agence d’information Domei n’avaient aucun moyen de savoir quelleacception correspondait à la pensée de Suzuki.Dans leur traduction rapide en langue anglaise,ils commirent une erreur d’interprétation.Depuis les pylônes de Radio-Tokyo,les ondes diffusèrent à travers l’univers allié la nouvelle que le cabinet Suzuki avait résolu d’ignorer l’ultimatum de Postdam.

Le sens qu’on attribua hors du Japon à ce communiqué ressort clairement du titre qui s’étalait dans le numéro du New York Times du 28 juillet 1945: La flotte attaque à l’heure même ou  Tokyo rejette les conditions de paix.

Le reste appartient à l’histoire « connue ».Feu Henry Stimson,alors ministre de la Guerre des États-Unis,a révélé dans son rapport sur les circonstances qui entraînèrent ,en définitive,la décision d’utiliser la bombe atomique,que la fausse interprétation du mot mokusatsu  est directement à l’origine de la « démonstration atomique  » d’Hiroshima. »Le 28 juillet ,écrit Stimson,le Premier ministre japonais,M.Suzuki,rejetait l’ultimatum de Postdam…Étant donné cette fin de non-recevoir,il ne nous restait plus qu’à prouver que la menace contenue dans l’ultimatum n’était pas vaine…À cette fin,la bombe atomique était une arme appropriée. »

Mais prenez garde mes ami(e)s car cette  version se l’affaire ressemble étrangement à la « balle magique » dans l’assassinat de John F. Kennedy:elle ressemble à une fable,à une tentative de falsifier les autres raisons qui restent cachées dans l’ombre en ce qui touche la décision de lâcher la bombe atomique.L’une de ces raisons est difficile à admettre pour les divers gouvernements qui se sont succédé aux États-Unis:il s’agit entre autres de la rentabilité « financière » du Projet Manhattan.

 

Pendant des mois,les divers groupes d’intérêts à l’intérieur des Forces Armées américaines étaient jaloux des énormes budgets accordés  par décret directement à ce projet,à cette arme de destruction massive.En juillet 1945,de nombreuses fuites avaient minées le secret de ce gigantesque projet et les politiciens,les généraux,les collaborateurs et les médias  renseignés sur l’affaire demandaient des comptes au gouvernement Truman « au nom des payeurs de taxes américains ».Il fallait trouver une raison pour utiliser cette fameuse bombe afin d’éviter que la guerre se termine sans l’utiliser,car cela  serait devenue une terrible patate chaude …aux prochaines élections américaines.

 

Une vaste conjuration du silence s’était établie entre Truman,Churchill et Staline afin d’éviter à ce que les japonais puissent se rendre avant d’utiliser cette arme diabolique.La non-coopération des russes dans l’effort de médiation demandé par l’empereur nous montre clairement qu’il y a eu complot entre ces deux dirigeants politiques.L’un deux ,se verra décerné le tître du « président de la Victoire »(Truman),et l’autre,le vrai vainqueur de la guerre,se verra donné le  tître de « Petit Père des Peuples »(Staline).

Le vrai responsable du financement de cette « victoire »,ce sera Churchill,l’homme aux gros cigares.Le financement de toute cette affaire sera garanti par l’or anglais mis en sécurité au Canada,durant les heures sombres de la Guerre d’Angleterre.

Le banquier responsable de ce transfert avait pour nom Rothschild.

Tous ces acteurs ont  ceci en commun: ils sont tous manipulés ou proviennent du milieu des sociétés secrètes.

C’est donc pour des décisions prises dans des bureaux fermés par des ‘illuminés » que seront sacrifiés les femmes,les enfants et les vieillards sans défense d’Hiroshima et de Nagasaki afin que le Nouvel Ordre Mondial puisse prendre son envol et c’est pourquoi que les photos de Yosuke Yamahata seront censurées pendant  pratiquement soixante longues années:il fallait éviter que le peuple humain puisse un jour apprendre la vérité afin que nous continuons toujours de vivre dans le même paradigme,car ainsi nous ne risquons pas de nous éveiller et de réclamer notre liberté!

Cette longue recherche confirme ce que j’ai toujours écrit:la liberté implique la vérité!

 

_________________________________________

P.S.

 

Je dédie cette recherche et ce texte à tous les chercheurs et diseurs de vérité qui furent  les précurseurs de l’éveil,de la Quête de Vérité que nous connaissons maintenant.Je parle de Jimmy Guieu,d’Aimée Michel,de Robert Charroux,de Guy Tarade,de Jean sendy,d’Éric von Daniken,de James Chuchward, de henry Duran et de combien d’autres encore qui furent mes précurseurs .

Un vidéo accompagnera  ce texte et j’espère que vous l’apprécierai.

J’ai tellement aimé écrire cet article que j’en ai rêvé!

 

 

__________________________________________________________________________

HORS TEXTE 

 

Samuel Goudsmith et la mission ALSO

 

Alsos était une mission de veille scientifique lancée par les Alliés à l’automne 1943 afin de déterminer l’état d’avancement de la recherche allemande sur la bombe atomique. Avec le suspense d’un thriller, Goudsmit racontera  les circonstances qui ont mené à la mission, les méthodes utilisées à ses participants de faire leurs détectives  scientifiques, et la réaction des scientifiques allemands le jour de la bombe atomique est tombée sur Hiroshima. 

Samuel Goudsmit est né aux Pays-Bas et en 1925, lui et son collègue étudiant George Uhlenbeck  ont découvert  le spin de l’électron. En 1927, il émigre aux États-Unis, travaille à l’Université du Michigan, puis au MIT avant d’être détaillé au ministère de la Guerre afin de participer à la Mission Alsos. Il a servi en tant que chercheur principal au Brookhaven National Laboratory de 1954 à 1970 et fut le fondateur de la revue Physical Review Letters.

 

______________________________________________________________________________

 

 …………………………………………………………………………………………………………………………………….

HORS TEXTE no 2

 

Chronologie de la bombe atomique …et activités diverses

 

Janvier 1933 : les nazis prennent le pouvoir en Allemagne.

(Date non précisée)en 1936: le fameux « Crash Ovni de Freiburg » ,en Forêt Noire,Allemagne.

Été 1938: Départ de la mission du Schwabenland vers l’Antartique.

Décembre 1938 : Otto Hahn, Lise Meitner et Fritz Strassmann découvrent la fission nucléaire.

2 août 1939 : Einstein met le président américain Roosevelt en garde à l’égard des dangers de la recherche allemande.

1er septembre 1939 : invasion de la Pologne par l’Allemagne et lancement du « plan Uranium ».

3 septembre 1939 : déclaration de guerre à l’Allemagne par le Royaume-Uni puis par la France.

1941 : von Weizsäcker élabore un projet de brevet concernant une bombe au plutonium.

Mars 1941 : von Weizsäcker rencontre le savant danois Bohr à Copenhague.

22 juin 1941 : invasion de l’Union soviétique par l’Allemagne.

Septembre 1941 : von Weizsäcker retourne voir Bohr en compagnie d’Heisenberg.

6 décembre 1941 : lancement du « plan Manhattan » à Los Alamos.

7 décembre 1941 : les Japonais attaquent Pearl Harbour.

8 décembre 1941 : les Etats Unis entrent en guerre.

Février/juin 1942 : Heisenberg fait des exposés de vulgarisation sur les armes nucléaires.

Décembre 1943 : Bohr visite Los Alamos.

12 octobre 1944:une bombe atomique  allemande explose à l’île de Rügen (Mer du Nord),faisant plusieurs centaines de morts dans un camps de concentration.Les retombées radioactives sont très élevées.

Mars 1945 : un engin hybride fusion/fission aurait été testé par les Allemands en Thuringe.

7 mai 1945 : capitulation de l’Allemagne…en Europe!

16 juillet 1945 : aux Etats-Unis, première explosion nucléaire mondiale (expérience Trinity)…un grand show américain.

6 août 1945 : lancement par un B-29 d’une bombe atomique sur la ville japonaise d’Hiroshima.

9 août 1945 : …et sur Nagasaki.

14 août 1945 : capitulation du Japon et fin de la Seconde Guerre mondiale…sur papier!

…à partir de fin 1945,de nombreux  u-boats sont aperçus  près de l’Antartique!

 

…ensuite   « L’Opération Highjump », « L’Affaire Roswell »,…la rencontre de George Adamsky,…mais les livres d’histoires dans les écoles « officielles » restent muets!

Ce sont des « écrivains rationalistes » à la solde des vainqueurs des guerres qui écrivent les livres d’histoires!

Donc apprenons la Vérité à nos enfants pour qu’ils prennent la relève des Combattants de la Liberté …d’une Ère Nouvelle…qui se débarrassera du Nouvel Ordre Mondial.

…………………………………………………………………………………………………………………………………

APPEL À L’INSURRECTION MONDIALE

 

Il y a 70 ans aujourd’hui que le meurtre collectif de populations civiles japonaises est entré dans l’histoire de l’humanité.

Par solidarité avec le peuple japonais,refusons la version écrite par les américains et les rationalistes.Levons nous pour demander la fin des guerres impérialistes et la démission des gouvernements corrompus de notre planète!

Vive la Révolution Mondiale!

Vive le Mouvement Mondial de Désobéissance Civile!

Vive la vie et le respect des écosystèmes de notre Terre!

En 2015,nous n’avons plus besoin des bombes pour détruire l’humanité et toutes les autres formes de vie ,car Fukushima  va réussir  à  tout anihiler!

 

La conspiration nucléaire d’Hiroshima à Fukushima…le gouvernement japonais connaissait les risques

*Je remercie mon correspondant au Japon pour les nombreuses informations envoyées..

Le champigon atomique de Nagasaki.Dans l'atomisation du Japon,les américains font  figure de juges,assassins et exécuteurs.
Le champigon atomique de Nagasaki.Dans l’atomisation du Japon,les américains font figure de juges,assassins et exécuteurs.

Après le désastre causé par un tremblement de terre suivi d’un raz-de-marée au Japon le 11 mars 2011, la fusion du réacteur nucléaire de Fukushima continue à inquiéter les gens dans le monde entier. Le monde a vu pratiquement en direct les explosions successives d’un bâtiment de réacteur après l’autre et l’un des pays les plus évolués techniquement tenter de contrer les 770 000 terabecquerels [1] de radioactivité relâchés par la fusion avec des sceaux et des tuyaux d’arrosage. Le Japon a tenté sans y parvenir de convaincre le monde que tout était sous contrôle.

Ayant vu les reportages sur le Japon, beaucoup de gens se demandent pourquoi les gouvernements successifs ont choisi de miser sur l’énergie nucléaire dans un pays aussi propice aux tremblements de terre – après les États-Unis et la France, le Japon est le troisième pays le plus nucléarisé du monde – et pourquoi le peuple de ce pays semblait si indifférent aux dangers de l’énergie nucléaire.

Ce sont les questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

Le changement d’orientation d’Eisenhower

La propagation de la technologie nucléaire au Japon a été une conséquence directe des tentatives militaires américaines de gagner de l’influence sur le développement de ce pays immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. Peu après la fin de la guerre, les États-Unis ont commencé à transformer le Japon en un rempart face à l’Union soviétique. Cette politique a été intensifiée après la prise de pouvoir par les régimes staliniens en Chine et en Corée du Nord. Ayant perdu le monopole des armes nucléaires, les États-Unis ont dû rendre le Japon réceptif à l’énergie nucléaire.

Le 20 avril 2011, le journal japonais Mainichi Shimbu a écrit : « au cours de la huitième assemblée générale des Nations unies de décembre 1954, l’ex-président Eisenhower a donné un discours intitulé « Atomes pour la paix. » Sa stratégie a été d’assigner des technologies importantes à d’autres pays pour les intégrer dans le bloc américain, assurant ainsi son hégémonie dans la guerre froide contre l’Union soviétique. Que le Japon, le seul pays à avoir souffert de toute la puissance d’armes nucléaires, accepte d’accueillir la technologie nucléaire était d’une énorme importance stratégique. »

L’agent de la CIA « Podam »

Ce même article de journal cite Tetsuo Arima, chercheur en sciences de la communication et professeur de sciences sociales à l’université de Waseda, au sujet du politicien pro-nucléaire japonais Matsutaro Shoriki, qui est aussi un grand patron du secteur médiatique : « Après la guerre mondiale, la CIA a travaillé en étroite collaboration avec M. Shoriki pour faire progresser la campagne en faveur de l’introduction de l’énergie nucléaire au Japon. Elle l’a fait parce que cet homme disposait non seulement des relations nécessaires dans la politique et l’économie, mais également du pouvoir de mobiliser son empire de presse et de télévision. »
Durant des années de recherches aux Archives nationales des États-Unis, Arima a découvert 474 pages de dossiers de la CIA, documentant en détail les progrès de l’introduction de la technologie nucléaire au Japon. Il en cite le passage suivant : « Les relations avec Podam ont maintenant atteint le point où une coopération complète peut être initiée. »

Matsutaro Shoriki...travaillait pour la CIA.
Matsutaro Shoriki…travaillait pour la CIA.

« Podam » était le nom de code d’un membre du Parlement et informateur de la CIA, Matsutaro Shoriki, qui allait devenir plus tard président de l’Autorité de l’énergie atomique qu’il avait fondé lui-même, et aussi ministre des sciences et de la technologie. Shoriki est aujourd’hui considéré comme le père de l’énergie nucléaire japonaise.

Le Goebbels japonais

La carrière de Shoriki aurait été impensable sans ses relations étroites avec la CIA et le Pentagone. En tant que chef de la police politique durant la guerre, il était directement responsable de la chasse et de l’écrasement des syndicats, des communistes, socialistes et tous opposants à la guerre. Plus tard, il est devenu membre de la chambre haute du Parlement [Sénat] et chef du service de renseignement du ministère de l’intérieur, qui était en charge de la guerre idéologique et de la propagande. Il avait acheté le journal Yomiuri Shimbun dès 1924. Ce journal allait devenir le principal porte-parole des va-t-en-guerre et de la dictature militaire dans les années 1930 et 1940. C’est aujourd’hui le journal le plus lu au Japon, avec près de dix millions de lecteurs. On peut dire que Shoriki était le Joseph Goebbels du Japon.

Après la Guerre, il a été emprisonné en tant que criminel de guerre majeur durant trois ans. Cependant, son cas n’a jamais été poursuivi. En fait il a été relâché sans procès. La CIA et le ministère de la défense américain avaient besoin de ses talents et de son influence pour appliquer la politique d’Eisenhower au Japon. Des fichiers secrets du gouvernement américain montrent que la CIA et le Pentagone ont fourni des fonds, des dizaines de millions de dollars, pour la construction de l’empire médiatique de Shoriki – il était également le fondateur de la première chaîne de télévision privée au Japon, Japan TV, ainsi que de la fédération professionnelle de Baseball japonaise. [2]

Shoriki que l'on voit à gauche de cette photo de 1934,aurait même pu  s'entretenir avec l'illustre Babe Ruth.
Shoriki que l’on voit à gauche de cette photo de 1934,aurait même pu s’entretenir avec l’illustre Babe Ruth.

À cette époque, le peuple japonais était toujours traumatisé par la destruction de Hiroshima et Nagasaki, et réagissait avec horreur à toute mention de l’énergie atomique, que ce soit pour un usage pacifique ou comme arme. En mars 1954, un autre événement a secoué le public japonais. Un chalutier japonais a été tellement contaminé par les radiations au cours d’un test d’une bombe à hydrogène sur l’atoll de Bikini qu’un membre d’équipage est mort et beaucoup d’autres ont été sérieusement blessés, alors que le bateau était dans une zone déclarée sans dangers par les autorités américaines. Le sentiment anti-nucléaire s’est alors développé en un large mouvement populaire contre les États-Unis. Pour pouvoir appliquer la politique d’Eisenhower au Japon, la CIA avait besoin de ce criminel de guerre, Shoriki, pour créer un climat favorable à l’énergie nucléaire et distraire l’attention de la population des questions politiques en général. [3]

La remilitarisation du Japon

Cela correspondait aux intérêts de Shoriki, bien qu’il ait des intentions quelque peu différentes de celles de la CIA. Le 20 avril 1952, son journal, le Yomiuri Shimbu publiait un article intitulé : « Le gouvernement commande un plan concret pour l’établissement d’un ministère des sciences et de la technologie en préparation du réarmement et de la production d’armes. » L’article se poursuivait en citant Kantaro Suzuki, le dernier amiral de la flotte impériale et Premier ministre lors de la capitulation du Japon : « Nous avons perdu cette guerre à cause de notre manque de science. Par conséquent, il est de notre devoir de promouvoir la science afin de reconstruire le Japon. » Pour Suzuki, cependant, « reconstruire le Japon » signifiait restaurer l’empire japonais.

Shoriki, ardent nationaliste, était réticent à n’être qu’un pion de la CIA pour sa propagande. Au contraire, il voulait utiliser la CIA et le pentagone pour ses propres fins. Son plan était d’exploiter ses relations avec eux pour devenir chef du gouvernement, et refaire du japon une superpuissance militaire.
Le ministère de la science et de la technologie – prédécesseur du ministère de l’éducation et de la science – a été créé par Shoriki lui-même. Avec pour slogan de campagne, « une nouvelle révolution industrielle grâce à l’énergie nucléaire, » il est devenu député, puis président de sa propre création, l’Autorité de l’énergie atomique, qui est devenue par la suite le ministère des sciences et de la technologie. Masao Maeda, l’un des collègues de Shoriki au Parti libéral démocrate (PLD), a rédigé le projet de loi de création de ce ministère. Il définissait la tâche d’un des services de ce ministère, l’Institut central pour la science et la technologie dans ces termes : « la recherche sur les technologies d’armement, y compris les armes nucléaires. » [4]

Karl Mundt, un sénateur républicain de droite qui avait rédigé la loi créant la Voice of America (VOA, la radio de propagande anti-communiste pour les forces armées américaines en Asie), avait envoyé un de ses assistants, Henry Holthusen, au Japon rencontrer Shoriki pour y monter une version télévisée de VOA. Il y coopérait avec la compagnie Unitel pour diriger une station de télévision pour l’armée américaine qui diffusait dans tout l’Extrême-Orient. [5]

Shoriki collaborait avec Holthusen. Il usa de ses relations avec le Pentagone – par l’intermédiaire du cabinet d’avocats Murphy, Duiker, Smith et Burwell à Washington – pour passer un accord avec le ministère de la défense américain concernant l’argent dont il aurait besoin pour monter la station de télévision. [6]

Shoriki et Nakasone,les pères de l'énergie nucléaire au Japon. Deux grands amis de la CIA.
Shoriki et Nakasone,les pères de l’énergie nucléaire au Japon.
Deux grands amis de la CIA.

Nakasone, le bras droit de Shoriki

Il devenait de plus en plus difficile à la CIA et au Pentagone de contrôler Shoriki. Les États-Unis n’avaient aucune intention d’équiper leur ex-ennemi de la seconde Guerre mondiale en technologies d’armes nucléaires. La politique d’Eisenhower était plutôt de rendre la société japonaise bienveillante envers l’énergie nucléaire pour que, d’une part, les armes atomiques américaines puissent être stockées partout où on en avaient besoin, et en second lieu qu’un grand marché s’ouvre au Japon pour l’industrie nucléaire civile américaine.

C’est la raison pour laquelle le savoir-faire technologique nucléaire n’a été communiqué que sous la stricte supervision du gouvernement américain et seulement sur le sol américain. Ainsi, la plupart des ingénieurs nucléaires de la Compagnie d’électricité de Tokyo ont été « formés » dans une école établie en Illinois, l’International School of Nuclear Engineering, qui était gérée par la Commission de l’énergie atomique. Cependant, le savoir-faire transmit était insuffisant pour développer des réacteurs au Japon, et ne permettait que de faire fonctionner les centrales clefs en main que les États-Unis leur vendaient. [7]

Mais Shoriki s’intéressait d’abord à la technologie militaire. Les premiers réacteurs qu’il a construits en tant que chef de l’Agence de l’énergie atomique au Japon étaient d’un autre type : les réacteurs Calder Hall anglais, développés au départ pour la production de plutonium militaire. L’utilisation de leur chaleur résiduelle pour la production d’électricité n’était qu’un sous-produit.

Les États-Unis ont été atterrés par la machination de Shoriki, et celui-ci a eu de plus en plus de mal d’obtenir un soutien de la part de la CIA ou du Pentagone. Son objectif de s’emparer du gouvernement au Japon ne pouvait plus se réaliser.

 

Voici la conclusion d’un article en deux parties sur les antécédents historiques sur le désastre nucléaire de Fukushima. La première partie a été publiée le 30 juin 2011.

Si Matsutaro Shoriki, ex-criminel de guerre, magnat des médias et chef de l’agence nucléaire japonaise, avait perdu le soutien des Américains, et perdu tout espoir de prendre le contrôle du gouvernement japonais, son élève et bras droit, Yushiro Nakasone, est parvenu à donner une suite à ses plans.

Nakasone a succédé à Shoriki au poste de chef du ministère des sciences et techniques, puis il fut ministre de la défense et finalement Premier ministre de 1982 à 1987. Nakasone écrivit ses mémoires en 1996, dans lesquelles il dit : « J’ai travaillé comme assistant de M. Matsutaro Shoriki, qui avait été président du département des sciences et technologies. J’ai écrit toute la législation sur l’énergie nucléaire, par exemple, la loi de création de l’Autorité de l’énergie nucléaire, la loi pour le développement des matières premières nucléaires, la loi de création de l’Institut de recherche nucléaire, celle de l’Institut du combustible nucléaire… » [8]

Quand il était un jeune officier de la marine, Nakasone avait vu le largage de la bombe atomique sur Hiroshima. Il écrit dans son autobiographie : « j’ai vu le champignon nucléaire depuis ma base d’opérations navales à Takamatsu. Intuitivement j’ai senti que le futur de l’ère nucléaire avait commencé. » [9] Ce n’étaient pas les 200.000 personnes tuées d’une manière aussi horrible, ni l’agonie ou la mort lente des victimes survivantes dues aux radiations qui l’intéressaient. Sa réaction n’a été que d’anticiper l’ère à venir où le Japon aurait la puissance nucléaire.

Yuko Fujita, professeur de physiques à l’université Keio, a décrit ainsi le rôle de Nakasone dans un article présenté lors d’une réunion annuelle de la Société japonaise de physique :

« En 1953, il a été approché par un certain Mr. Coulton, officier du contre-espionnage au Quartier général du Général Douglas McArthur, et invité à un séminaire à l’Université d’Harvard organisé par [Henry] Kissinger. Après ce séminaire, Nakasone a rencontré Hideo Yamamoto, homme d’affaires de l’entreprise Asahi Glass devenu étudiant à l’Université de Columbia, pour recevoir plus d’informations sur l’énergie nucléaire. Yamamoto lui a dit qu’il : « était intéressé en particulier par les armes nucléaires. Puisqu’il était partisan du réarmement japonais, je suppose qu’il voyait les armes nucléaires comme un impératif pour le Japon. »

La propagande américaine  se fit entendre ,sur le plan international par le slogan de "Atoms for Peace".
La propagande américaine se fit entendre ,sur le plan international par le slogan de « Atoms for Peace ».

Le début du programme nucléaire

Dès son retour, Nakasone a commencé à préparer un budget spécifique pour la recherche nucléaire, un budget supplémentaire. Après avoir mené une rapide procédure de négociations parlementaires durant trois jours, il est parvenu à faire passer le projet de loi, finalement adopté par les deux chambres du Parlement le 4 mars 1954. Ainsi, le premier programme nucléaire du Japon a été créé avec un budget de 235 millions de yens. (Cette somme particulière était l’idée de Nakasone lui-même, il a dit plus tard que le nombre de millions était inspiré de l’élément Uranium 235).

Cette rapidité était nécessaire en raison du récent incident du chalutier japonais au cours du test de la bombe à hydrogène dans l’atoll de Bikini en mars 1954, le navire allait rentrer au Japon 14 jours après. Cet accident allait obséder le public japonais des années durant.

Nakasone est devenu chef du ministère des sciences et de la technologie dans le gouvernement Kishi à la fin des années 1950. Comme Shoriki, Shinsuke Kishi avait été emprisonné pour son rôle durant la guerre, mais il avait été libéré par la CIA puis était devenu Premier ministre. Sous Kishi, Nakasone est devenu le maître d’oeuvre du programme nucléaire japonais.

Dans son autobiographie, Kishi écrit sur l’importance du programme nucléaire : « la technologie nucléaire peut être utilisée à des fins pacifiques ou militaires. […] le Japon n’a peut-être pas d’armes nucléaires, mais il peut augmenter son influence dans l’arène internationale en augmentant sa capacité potentielle à en avoir. »

Nakasone était président de l’Autorité de l’énergie atomique quand il a publié le premier « Programme pour le développement long terme et l’utilisation de l’énergie nucléaire » en 1961. C’est ce programme qui a lancé la création des centrales nucléaires telles que celle de Fukushima. Leurs réacteurs étaient fournis par la compagnie américaine General Electric, c’était des installations clefs en main conformes aux plans originaux de la CIA. Les contrats de construction de la plupart des centrales japonaises sont allés à la même compagnie : le groupe Kajima, dont le chef faisait partie de la famille de Nakasone.

Durant la construction de la plupart des centrales nucléaires au début des années 1970, Nakasone occupa deux postes ministériels : ministre du commerce et de l’industrie et ministre des sciences et de la technologie. Il était par conséquent à même d’user de tout son pouvoir dans la politique énergétique et dans le programme nucléaire.

Le mouvement d’opposition à l’ANPO

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’introduction de l’énergie nucléaire a été très généralement mal reçue dans la population japonaise.Les expériences de Hiroshima et Nagasaki à la fin de la deuxième Guerre mondiale l’expliquant en grande partie. Durant les années 1950 et 1960, le mouvement anti-nucléaire s’est développé en un mouvement de masse contre la présence militaire américaine, atteignant son apogée avec les légendaires luttes anti-ANPO (l’acronyme du Traité de défense mutuelle américano-japonais). Ce mouvement a organisé de véritables grèves générales contre la prolongation de l’accord de défense avec les États-Unis. L’Etat a réagi par des violences policières brutales.

En fin de compte, toutes ces manifestations et ces mouvements d’opposition – y compris les grandes manifestations étudiantes de 1968-69 – ont été battues, parce que l’Etat et le lobby nucléaire ont été en mesure de s’appuyer sur le Parti communiste japonais et la direction des syndicats pour tenir cette opposition sous leur contrôle, puis la trahir. Le Parti communiste japonais, qui n’avait rien à voir avec un programme authentiquement socialiste, avait au début soutenu ouvertement la politique nucléaire de l’Etat. Il jouissait d’une grande influence, en particulier dans les services publics, jouant par exemple le premier rôle dans le syndicat des enseignants.

L’Etat s’est alors orienté vers un alignement systématique de sa politique éducative sur le programme nucléaire. Ainsi, des chapitres sur l’énergie nucléaire ont été inclus dans les livres obligatoires de toutes les écoles, pour implanter fermement chez les élèves dès le plus jeune âge l’idée que l’énergie nucléaire était une forme d’énergie sûre pour l’avenir. Les livres d’école japonais étaient contrôlés par le ministère de l’éducation et des sciences, le même qui gérait le programme nucléaire.

Des mesures réglementaires et économiques diverses ont ensuite mené à rendre les pouvoirs publics locaux dépendants des centrales nucléaires.

L’importance militaire des projets d’énergie nucléaires

Les opérateurs de centrales nucléaires ont exercé une grande influence sur le gouvernement national durant des années. Cela a contribué au fait que les risques de l’énergie nucléaire pour la sécurité des populations soient largement ignorés. L’aspect militaire des politiques énergétiques nucléaires est encore plus important et toujours d’actualité. Pour le démontrer, quelques faits doivent encore être mentionnés.

Plus de 52 milliards de dollars ont déjà été investis dans la construction de deux usines de retraitement à Rokkashomura et Tokaimura, et du réacteur à surgénération de Monju. À elle seule, l’usine et les équipements annexes de Rokkashomura coûtera au total 100 milliards de dollars – une somme qui dépasse toutes les estimations de sa viabilité économique. Toutes ces installations sont situées dans des zones propices aux

tremblements de terre et aux tsunamis. Plus de 4000 tonnes de matières radioactives sont stockées dans ces usines, c’est-à-dire une quantité plusieurs fois suffisante pour rendre tout le pays inhabitable en cas d’accident de catégorie 7. Et il y a déjà eu des accidents sérieux dans les trois (entraînant des décès dans le cas de Tokaimura).

Ces trois installations seraient capables de produire des armes nucléaires et sont étroitement liées à l’entreprise Mitsubishi, le plus gros producteur d’armes au Japon, qui produit entre autres des missiles balistiques, des avions de combat, des missiles guidés, des navires de guerre etc. Mitsubishi a supervisé la conception et la construction de ces installations.

Le chef de la compagnie qui gère l’usine de retraitement de Tokaimura, l’Institut de recherche sur l’énergie atomique du Japon, est Kaneo Niwa, qui était auparavant PDG de la division Industries lourdes de Mitsubishi. Son prédécesseur, Taizo Shoda, était à l’initiative du projet de surgénérateur de Monju. Il venait également de la division industries lourdes de Mitsubishi, comme son successeur, Yotaro Lida, qui avait présidé le comité de direction à Rokkashomura et Tokaimura.

Minimiser la catastrophe de Fukushima est d’une importance cruciale pour ces gens, non seulement pour des raisons économiques (maintenir en fonctionnement les 54 autres centrales nucléaires) : mais aussi pour pouvoir appliquer les plans militaires de l’Etat pour l’avenir.

Au départ de l,explosion,on voit bien le champignon caractéristique.Les retombées seront énormes.
Au départ de l,explosion,on voit bien le champignon caractéristique.Les retombées seront énormes.

Fukushima était prévisible

Il y a vingt ans, la Commission américaine de régulation du nucléaire, avait prévenu dans son rapport sur la sécurité NUREG 1150 que les équipements auxiliaires de certains réacteurs (comme les générateurs de secours fonctionnant au diesel, les réservoirs de stockage d’eau, etc.), ne supporteraient pas les effets des tremblements de terre. Les réacteurs mentionnés incluaient le type Mark I, celui de Fukushima. Cette institution affirmait qu’il était très probable que les circuits de refroidissement auraient une défaillance en cas de tremblement de terre. L’autorité de la sécurité nucléaire japonaise et TEPCO (les opérateurs des réacteurs) – qui étaient responsables, entre autres, des réacteurs à Fukushima – ont ignoré ce rapport.

Hidekatsu Yoshii, physicien nucléaire et député, avait défié le président du Comité de sûreté nucléaire au cours d’un débat parlementaire en octobre 2006, disant : « Il y a un risque de fusion lié à une défaillance du système de refroidissement dans 43 centrales nucléaires (dont Fukushima 1), parce qu’ils sont conçus d’une manière qui garantit que les lignes électriques seraient endommagées par des tremblements de terre, causant une coupure de courant totale ; ou l’apport d’eau de refroidissement pourrait être entravé en cas de raz-de-marée important. »

En décembre de la même année, Yoshii a à nouveau insisté auprès du cabinet pour qu’il prenne des mesures pour protéger la population contre les tremblements de terre majeurs qui auraient des effets sur le fonctionnement des centrales nucléaires. Le Premier ministre de l’époque, Shinzo Abe (du Parti libéral démocrate), avait répondu négativement en affirmant qu’une défaillance des générateurs de secours au diesel ou une défaillance du système de refroidissement ne s’était jamais produite au Japon.

Yukinobu Okamura, géologue et directeur de l’Institut national pour la science industrielle de pointe et la technologie, avait examiné en 2004 l’étendue des traces d’un raz-de-marée qui avait frappé la région de Fukushima au neuvième siècle. D’après ses recherches, le raz-de-marée avait produit des vagues si hautes qu’elles avaient causé des dégâts jusqu’à 5 à 6 km à l’intérieur des terres. En 2009, il présenta ses conclusions à un comité parlementaire sur les risques sismiques pour les centrales nucléaires, insistant pour que TEPCO prenne les mesures de sécurité nécessaires en cas de raz-de-marée à Fukushima. Mais la réponse de TEPCO a été d’affirmer que les données disponibles n’étaient pas suffisantes pour justifier de telles précautions.

 

Notes

[1] 1 terabecquerel est égal à 10 à la puissance 12 becquerels

[2] Arima : Genpatsu, Shoriki, CIA (Les centrales nucléaires, Shoriki et la CIA), éditions Shinchosha, 2008.

[3] Voir : Crypto-convergence, Media, and de Cold War : The early Globalization of Television Networks in the 1950, Conférence Media in Transition, MIT, mai 2002 ; James Schwoch, Northwestern University, Center for International and Comparative Studies

[4] Rapport sur « les problèmes de l’énergie atomique du Japon », publié par l’Association des scientifiques démocratiques, département de physique, 1953, p. 21

[5] Jack K. MacFall-Holthusen, 4 avril 1952, TV Worldwide Network Japan, Holthusen Papers, Box 8 à la bibliothéque Herbert Hoover.

[6] Telecommunication Network System for Japan: Memoranda and Exhibits Prepared and Presented by Murphy, Duiker, Smith, & Burwell, Overseas Information Program Subcommittee, Section I, pp. 1-4, Hickenlooper Papers 86, Bibliothèque Herbert Hoover.

[7] Genpatsu e no Keisho (l’Énergie nucléaire bombe à retardement), Katsuo Uchihashi, Kodansha 1986, p. 69, ff.

[8] Yasuhiro Nakasone : 50 Years of Postwar Politics, publié par Bungei Shunju, 1996, p. 170

[9] Yasuhiro Nakasone : Politics and Life, éditions Kodansha, 1992, p. 75

[10] « Military Aspects of Japan’s Nuclear Policy », article présenté à la réunion annuelle de la Société de physique japonaise, 2004