Les dossiers de Michel Duchaine:Le sionisme et le wahhabisme: les deux fléaux de la domination néolibérale au Moyen Orient

En 2017,il est évident que la création d’israël a eu pour cause une raison radicalement différente que celle invoquée.Sa fonction est d’établir une tête de pont occidentale au Moyen Orient, région riches en ressources, surtout en hydrocarbures et d’agir dans la région par un travail de sape pour déstabiliser tous ces pays afin de permettre aux multinationales occidentales de les piller en toute tranquillité.Donc, tant que nous ne cesserons pas de croire au mythes fabriqués par les sionistes et que ces mythes soient ouvertement et universellement dénoncés ainsi que la cause réelle de la création de cette entité raciste et violente en Palestine, nous aurons toujours ces problèmes et les lobbies sionistes auront encore de beaux jours devant eux. israël n’est qu’un projet de l’oligarchie mondiale subversive afin de dominer l’humanité et piller toutes ses richesses. Rien d’autre. Tout le reste n’est que du baratin de propagande

La drogue des djihadistes ,en Syrie et en Irak,provient d'une recette de l'OTAN.
La drogue des djihadistes ,en Syrie et en Irak,provient d’une recette de l’OTAN.

WAHHABISME ET SIONISME

L’armée israélienne et les groupes takfiristes qui font aujourd’hui régner la terreur au Moyen-Orient sont les bras armés de deux idéologies qui sont beaucoup plus proches qu’on ne l’imagine: Le sionisme et le wahhabisme. Alors que les apparences et la propagande médiatique laissent à penser le contraire, elles sont en réalité les deux faces d’une même médaille, et leur alliance apparait désormais au grand jour. Ces deux forces apparemment antagonistes sont les enfants de l’impérialisme anglais qui a contribué à les créer vers la fin du 18 eme siècle, avant de participer activement à instaurer les deux entités territoriales abritant leurs adeptes : Israël et l’Arabie saoudite. Le cousin américain pris ensuite la relève, suite au déclin de l’empire britannique, afin de leur assurer protection et sécurité, en échange d’un contrôle et d’une emprise sur les réserves d’hydrocarbures de la région. Les USA s’installant ainsi au sommet de ce triangle satanique, à l’origine de toutes les tragédies du Proche et Moyen-Orient, de la seconde moitié du 20eme siècle à nos jours. Dans cette partition diabolique, les sionistes sont le glaive de l’impérialisme et les wahhabites en sont les supplétifs, les harkis. Chacune ayant sa fonction : Le sionisme est une calamité extérieure imposée au monde arabe tandis que le wahhabisme, est une maladie dégénérative endogène inoculée aux Arabes afin qu’ils s’attaquent d’abord à d’autres musulmans. Mais de la même manière qu’il ne faut pas confondre islam et wahhabisme, il ne faut pas non plus confondre judaïsme et sionisme. En effet, le wahhabisme est à l’islam ce que le sionisme est au judaïsme : une idéologie de conquête du pouvoir au nom d’une interprétation dévoyée de la religion et au détriment des peuples. Chacun prend en otage les lieux saints de la religion qu’il prétend représenter : la Mecque pour les uns, Jérusalem pour les autres. Leur méthodes sont similaires dans leur violence et leur férocité : crimes de guerre, bombardements aveugles sur des populations civiles (Yémen/gaza et Liban), meurtres de sang-froid de civils désarmés, assassinats de femmes et d’enfants, tortures… Leurs objectifs actuels sont les mêmes : – opposer les Musulmans chiites et sunnites et par voix de conséquences s’attaquer sans cesse à la République Islamique d’Iran et au Hezbollah, principaux remparts à leur domination régionale. – déstabiliser et détruire les Etats arabo-musulmans afin de justifier l’occupation par des armées étrangères. – par leurs actions, légitimer les attaques islamophobes contre les minorités musulmanes en Occident. Ainsi, alors que l’on pensait que le wahhabisme était au service de l’impérialisme américano sioniste, on se rend compte aujourd’hui qu’il en fait intégralement partie et que sionisme et wahhabisme sont deux frères jumeaux. Le monde se portera considérablement mieux lorsque ces deux fléaux seront éradiqués ainsi que leurs parents de l’oligarchie mondiale qui sont derrière ce double virus de l’humanité.

La majorité des armes saisies lors des combats,proviennent des pays occidentaux:États-Unis,Angleterre,France,Allemagne surtout. Elles auraient étré financées par les deux états criminels de l'Arabie Saoudite et d'Israel.
La majorité des armes saisies lors des combats,proviennent des pays occidentaux:États-Unis,Angleterre,France,Allemagne surtout.
Elles auraient étré financées par les deux états criminels de l’Arabie Saoudite et d’Israel.

LA NÉCESSITÉ:UNE RÉFORME MONDIALE DES GRANDES RELIGIONS

Une réforme générale des grandes religions est devenue une nécessité fondamentale pour établir des règles de base pouvant faire naître la paix des cendres de la Syrie,de la Lybies,de l’Irak et de l’Afghanistan.Il  faut donc arrêter les guerres financières apportées par les banques de Rothschild au Moyen Orient et maintenir le dialogue dans le but de trouver des points d’entente afin de fondre les grandes religions en une seule entité unificatrice.

Dieu,l’Amour et le partage des ressources devant être au centre de  toutes les discussions.

Al Baghdaddy,le pseudo-calife autoproclamé serait un ancien agent du Mossad israélien.
Al Baghdaddy,le pseudo-calife autoproclamé serait un ancien agent du Mossad israélien.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Benghazi, Boko Haram liés à l’argent de Kadhafi

Sarkozy et Kadhafi :le traitre et le trahi. L'Europe ,le Nouvel Ordre Mondial  face à l'Afrique et à un grand Leader.
Sarkozy et Kadhafi :le traitre et le trahi.
L’Europe ,le Nouvel Ordre Mondial face à l’Afrique et à un grand Leader.

Les deux dirigeants « noirs » les plus connus de la planète, le Président des Etats-Unis Barak Obama et le président de la République fédérale du Nigeria Goodluck Jonathan, sont tous les deux assaillis par ce qui est perçu comme des échecs dans leur manière de traiter les attaques terroristes.

Les deux attaques dont nous parlons sont l’attaque de Benghazi de 2012 où un ambassadeur américain a été tué, et les enlèvements par Boko Haram de près de 300 filles dans le nord du Nigeria.

L’argent de Kadhafi

Récemment, dans une surprenante révélation, on a appris que ces opérations et d’autres, dont la prise de contrôle de l’Ukraine par des militants d’extrême droite et les attaques au gaz à l’intérieur de la Syrie, ont été financées par des fonds volés à la Libye, représentant des milliards de dollars non seulement sous forme de devises en dollars, euros et livres, mais aussi en or et en diamants.

La fortune de Kadhafi, prise par les services de renseignement français et israéliens, se trouve à Paris, dans trois entrepôts, formant une « caisse noire » pour payer des terroristes, des assassins et des membres des « médias mainstream. »

Un membre du service de renseignements d’un État du golfe Persique cite:

« Toutefois, la guerre civile avait commencé, mais lorsque l’OTAN s’est impliquée, la guerre s’est rapidement transformée en  » braquage de banque « . Les milliards de Kadhafi, ses armes chimiques (ref: WikiLeaks), et d’autres armes de pointe alimenteraient une décennie de violence. Nous avons traqué l’énorme quantité des richesses de Kadhafi, assez pour remplir des camions entiers pour des entrepôts situés dans Paris. De là, l’argent ressort par valises, une à une, en direction du sud vers l’Afrique, de la Pologne et de l’’Ukraine, de la Turquie, où il continue à garder Al-Qaïda et ses amis à flot et, assez étrangement, également en direction des États-Unis ».

Les deux attaques sont largement utilisées par les politiques pour démontrer, non seulement le manque de leadership de l’adversaire, mais aussi sa dangereuse incompétence. Cependant, les enquêtes sur les deux attaques, comprenant un récent mémo secret du FBI de la semaine dernière, indiquent que les «terroristes» étaient, en réalité, en coordination directe, non seulement avec les ennemis politiques nationaux, mais sur une échelle plus large, avec la même puissante organisation politique internationale, impliquées dans ces attentats et d’autres comme la Libye, l’Egypte, la Syrie et l’Ukraine.

Hillary Clinton ,photographiée à son insu  ,en compagnie du trafiquant de drogues Jorge Cabrera...peu avant le déclenchement de la guerre civile,en Lybie.
Hillary Clinton ,photographiée à son insu ,en compagnie du trafiquant de drogues Jorge Cabrera…peu avant le déclenchement de la guerre civile,en Lybie.

Benghazi

En 2012, un ambassadeur américain et les agents de sécurité chargés de sa protection ont été tués à la suite d’une opération éclair utilisant des appareils de brouillage radio et des armes lourdes.

Après deux ans, aucun groupe terroriste, réel ou imaginaire, n’a pu être impliqué comme responsable de l’acte.

La raison en est simple ; les terroristes n’avaient rien à voir là-dedans. Il s’agissait d’une attaque politique contre l’administration Obama par des extrémistes de droite américains liés au Tea Party/GOP.

Bien que les informations de cette période aient été supprimées, il avait été dit que l’attaque avait été le résultat de la diffusion internationale d’une vidéo bizarre intitulée « L’innocence de l’islam », par un personnage religieux américain nommé Terry Jones. Cependant, la communauté du renseignement a une toute autre histoire à raconter.

La vidéo de Terry Jones et l’attaque de Benghazi sont, comme on l’avait supposé, très liées. Jones avait servi comme officier de renseignement en Allemagne pendant 12 ans, nous dit-on, dans l’organisation des opérations Gladio.

Gladio était un projet des services de renseignements de l’OTAN et qui est devenu un projet voyou qui a conduit à des attentats, des enlèvements et à l’assassinat du Premier ministre italien Aldo Moro.

L’attaque de Benghazi a été programmée pour coïncider avec les émeutes qui devaient débuter lorsque la vidéo incriminée, créé par un groupe politique de droite, le Potomac Institute and Heritage Foundation, serait diffusé à grands frais par un groupe appelé PJ Media, connu dans les milieux du renseignement comme une organisation servant de paravent pour le Mossad.

Quelques jours avant que la vidéo ne soit programmée, des agents bien entrainés, employés par des entreprises contractantes de la défense Étatsunienne liées aux dirigeants politiques de droite, s’étaient envolés pour la Libye.

Ce sont ces groupes qui ont tué l’ambassadeur américain, dans une attaque politique soigneusement organisée contre la présidence américaine, destinée à provoquer une élection présidentielle.

L’argent a été tracé de PJ médias à des groupes de droite connus pour financer les milices anti-gouvernementales.

Boko Haram, « Benghazi bis »

Je reviens tout juste, cette semaine, d’une conférence sur la sécurité régionale en Afrique de l’Ouest. Pendant mon séjour, j’ai rencontré des responsables de la sécurité et des dirigeants politiques de plusieurs pays. Deux questions étaient dans les esprits de tous les acteurs: les enlèvements de Boko Haram au Nigeria et le sort réel du vol 370.

Lors d’une réunion, un scientifique de l’Agence spatiale européenne a été interrogé par des agents de sécurité sur l’échec de leurs satellites à détecter l’épave ou de suivre le tracé du vol 370. Le débat a été chaud. Toutefois, avant le début de la réunion, j’avais reçu des parties d’un rapport du FBI sur Boko Haram.

Ce rapport devait être discuté avec les dirigeants militaires et politiques, qui ont tous confirmé ce que le FBI avait dit:

« Des sources au Nigeria confirment que le parti d’opposition travaille en étroite collaboration avec Boko Haram et que les récents enlèvements ont été commandés à l’intérieur du sénat à Abuja et non par les » terroristes ».

Des sources indiquent également que Boko Haram reçoit beaucoup de soutien logistique et de renseignements des entreprises contractantes privées ayant des liens avec de grandes entreprises opérant au Nigeria. Cela semble indiquer une menace politique plus large, une opération contre le Nigeria, peut-être une tentative de plonger le pays dans la guerre civile.

Jusqu’à ce que des équipes puissent aller sur le terrain, nous ne sommes pas en mesure de le confirmer.

Les responsables du renseignement des gouvernements de la région ont confirmé que cela correspondait également à leurs propres informations. Plus que cela, ils m’ont dit qu’ils ne sont pas à la recherche de confirmation, mais plutôt trouver ce qui empêche les USA et l’Europe occidentale d’informer convenablement, étant donné que la tragédie du Nigeria, que CNN a transformée en un « un numéro de cirque » n’est, en effet, un « secret » que parce que les médias ont choisi qu’il en soit ainsi.

La question évidente qui vient à l’esprit de tout le monde est : à qui profite le fait d’abattre Obama ou Goodluck ou tant d’autres chefs ?

Coïncidence

Là où la « coïncidence » pointe son vilain nez, c’est quand on examine qui sont les entreprises contractantes de sécurité, celles de Benghazi et aussi celles chargés de la formation et de l’équipement de Boko Haram.

Non seulement les deux groupes sont une seule et même entreprise, mais ils ont également commencé à transférer leurs activités en Ukraine la semaine dernière, après avoir joué un rôle dans le massacre d’Odessa avec toute la mise en scène que nous avons vue le 2 mai 2014.

Balkaniser l’Amérique

Depuis 2011, l’éventualité de diviser le Nigeria avec une guerre civile entre le Nord et le Sud a été vue comme une possibilité. Il est également plus qu’une rumeur et beaucoup plus qu’une simple théorie du complot que le Nigeria a été ciblé pour la destruction.

Ce qui a commencé à arriver au Nigeria, de grandes attaques terroristes suivies par une insurrection généralisée, commence maintenant au Kenya aussi, un autre pays avec de grandes richesses naturelles, dont une grande partie est pratiquement inexploitée.

Curieusement, les « troubles civils » semblent viser les grandes richesses, en particulier le pétrole et les richesses minérales.
Cependant, ce qui est plus surprenant, c’est que, alors que le monde a appris à quoi s’en tenir avec la cascade des récentes mises en scène des « révolutions de couleur », mystérieusement suivies dans un timing parfait, par des « insurrections spontanées », ciblant de petits pays vulnérables de 2ème ou 3ème catégorie dans le monde, la véritable cible, ou au moins la plus grande cible , pourrait bien être l’Amérique elle-même.

Les mêmes divisions qui gangrènent le Nigeria et l’Ukraine gangrènent les Etats-Unis. Les processus qui ont eu raison de tant de nations et qui, pour l’instant ont échoué en Syrie, visent désormais non seulement le Nigeria mais aussi les États-Unis. Des analystes du renseignement estiment que les États-Unis pourraient être à deux élections (moins de quatre ans) de la dissolution.

Si le Sénat tombe à la « Tea Party / GOP, » des groupes en grande partie sous contrôle sioniste, et si la présidence va à un proxy des « Bush », un groupe auquel Hillary Clinton pourrait bien appartenir, il n’y aurait plus de base pour la démocratie représentative comme décrite dans la Constitution des États-Unis.

Les parties sont fin prêtes pour prendre à la fois le Nigeria et les Etats-Unis. Nous savons d’où vient l’argent.

 

Gordon Duff est un vétéran du Vietnam, ancien Marine dans l’infanterie, et rédacteur en chef de Veterans Today. Sa carrière comporte une vaste expérience dans le secteur bancaire international avec des domaines aussi divers que la consultation sur la lutte contre l’insurrection, les technologies de la défense ou en tant que représentant diplomatique aux efforts de développement économique et humanitaire des Nations Unies. Gordon Duff a voyagé dans plus de 80 pays. Ses articles sont publiés dans le monde entier et traduits dans plusieurs langues. Il est régulièrement à la télévision et à la radio, un invité populaire et parfois controversé.

Traduction AvicRéseau International

GBAGBO ET KADHAFI: LES HOMMES D´HONNEUR

Le président  Gbagbo et le Grand Guide Socialiste du Peuple Libyen,Mouhamar Kadhafi.
Le président Gbagbo et le Grand Guide Socialiste du Peuple Libyen,Mouhamar Kadhafi.

GBAGBO ET KADHAFI: LES HOMMES D´HONNEUR

Je ne pleure pas l’arrestation, le kidnapping et la séquestration du président élu de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo car il est resté droit dans ces bottes au milieu de son peuple pour résister contre l’ agression sauvage française et ouattariste. 

Je ne pleure pas la mort de Kadhafi, car après tout il a été fidèle à l’engagement qu’il s’était donné : ne jamais quitter la Libye et mourir plutôt que d’être pris.

Les grands hommes n’ont pas peur de la mort. La mort est d´ailleurs leur seconde épouse. C’est ce qui fait leur grandeur et leur différence avec le commun du mortel.

 

 

2 years ago, the men of al-Qaeda came to power in Libya

Le chef historique d'Al Qaïda en Lybie.
The Al Qaeda historical leader in Libya.

Historical  Al-Qaeda leader  in Libya, Abdelhakim Belhadj, became military governor of Tripoli « liberated » and was responsible for organizing the army of the « new Libya. »

In the ’80’s, the CIA encouraged Awatha al-Zuwawi to create a pharmacy in Libya to recruit mercenaries and send them to the jihad in Afghanistan against the Soviets. In 1986 the Libyan recruits are trained at Camp Salman al-Farisi (Pakistan), under the authority of anti-Communist billionaire Osama bin Laden.

When bin Laden moved to Sudan, the Libyan jihadists followed him there. They are grouped in their own compound. Since 1994, Osama bin Laden dispatch Libyan jihadists in their country to kill Muammar Gaddafi and reverse the Socialist People’s Libyan.

On 18 October 1995, the group structure under the name Libyan Islamic Fighting Group (LIFG). During the three years that followed, the LIFG tried four times to assassinate Muammar Gaddafi and establish a guerrilla in the southern mountains. Following these operations, the Libyan army, under the command of General Abdel-Fattah Younis leads a campaign to eradicate the guerrillas, and the Libyan Justice issued an arrest warrant against Osama bin Laden, broadcast from 1998 by Interpol.

According to the British counterintelligence agent David Shayler, the development of the LIFG and the first assassination attempt on Gaddafi by Al-Qaida funded to the tune of 100,000 pounds by the British MI6. [1]

At the time, Libya is the only country in the world to find Osama bin Laden, which has yet to officially support policies in the United States although he opposed the « Desert Storm » operation.

Under pressure from Tripoli, Hassan el-Turabi expelled the Libyan jihadists from Sudan. They move their infrastructure to Afghanistan, where they set up camp Shaheed Shaykh Abu Yahya (just north of Kabul). This installation runs until the summer of 2001, when the Berlin negotiations between the United States and the Taliban about the pipeline transafghan fail. At that time, Mullah Omar, who is preparing for the Anglo-Saxon invasion, requires that the camp came under its direct control.

October 6, 2001 the LIFG is on the list established by the application of Resolution 1267 of the Security Council of the United Nations Committee. It is still there. On 8 December 2004, the LIFG is on the list of terrorist organizations by the State Department of the United States. It is still there. On 10 October 2005, the UK Department of the Interior banned the LIFG on its territory. This is still valid. On 7 February 2006, the UN Committee takes sanctions against five members of the LIFG and four companies related to them, which continue to operate with impunity in the territory of the United Kingdom under the protection of MI6.

During the « War against terror », the jihadist movement is organized. The term « Al Qaeda », which initially referred to a large database in which Osama bin Laden chose the mercenaries he needed for specific missions, gradually becomes a small group. Its size decreases and when its structure.

On 6 March 2004, the new head of LIFG, Abdelhakim Belhadj, who fought in Afghanistan alongside Osama bin Laden [2] and Iraq, was arrested in Malaysia and then transferred to a secret CIA prison in Thailand where it is subjected to truth serum and tortured. Following an agreement between the United States and Libya, it is returned to Libya where he was tortured, but by British agents this time in Abu Salim prison.

On 26 June 2005, Western intelligence services organized a meeting in London of Libyan dissidents. They are the « National Conference of the Libyan opposition » by uniting three Islamic factions: the Muslim Brotherhood, the Brotherhood of Senoussi and the LIFG. Their manifesto three objectives:
– Overthrow Muammar Gaddafi;
– Exercise power for one year (under the name « National Transitional Council »);
– Restore the constitutional monarchy in 1951 form and make Islam the state religion.

In July 2005, Abu al-Laith al-Liby managed against all odds to escape from the high security prison in Bagram (Afghanistan) and became one of the leaders of al-Qaida. He calls the LIFG jihadists who have not yet done so to join Al-Qaida in Iraq. Libyans become the majority among the Al-Qaeda suicide bombers in Iraq. [3] In February 2007, al-Liby led a spectacular attack against the Bagram base while Vice President Dick Cheney is about to visit. In November 2007, Ayman al-Zawahiri and Abu al-Laith al-Liby announced LIFG’s merger with Al Qaeda.

Abu al-Laith al-Liby became deputy Ayman al-Zawahiri, and as the number two of Al Qaeda since there is no news of Osama bin Laden. He was killed by a CIA drone in Waziristan in late January 2008.

During the period 2008-2010, Saif al-Islam Gaddafi is negotiating a truce between the Libyan and the LIFG. It published a long paper Corrective Studies, in which he admits to having made a mistake in calling for jihad against fellow Muslims in a Muslim country. In three waves, all members of Al Qaeda are pardoned and released on the condition that they renounce violence in writing. On 1800 jihadists, over one hundred refused this agreement and prefers to stay in jail.

Upon his release, Abdelhakim Belhadj left Libya and moved to Qatar.

In early 2011, Prince Bandar Bin Sultan began a series of trips to revive Al Qaeda expanding its recruitment so far almost exclusively Arabic, to Central Asia and South-Eastern Muslims. Recruiting offices are open to Malaysia [4]. The best result is obtained in Mazar-i-Sharif, where more than 1,500 Afghans are committed to jihad in Libya, Syria and Yemen. [5] Within weeks, Al-Qaeda, which was only a small group dying can bring more than 10 000 men. This recruitment is easier because jihadists are the cheapest mercenaries market.

On 17 February 2011, the « National Conference of the Libyan opposition » organizes the « day of rage » in Benghazi, which marks the beginning of the war.

On 23 February, Imam Abdelkarim al-Hasadi proclaims the establishment of an Islamic emirate in Derna, the most fundamentalist city in Libya which are from the majority of jihadis become suicide bombers of al-Qaida in Iraq. Al-Hasadi is a member of LIFG long who was tortured by the U.S. in Guantanamo Bay. [6] The burqa is mandatory and corporal punishment are restored. Emir Al-Hasidi organize his own army, which began with a few dozen jihadists and soon brings over a thousand.

General Carter Ham, commander of AFRICOM, responsible for coordinating the Allied operation in Libya, expressed his doubts as to the presence among the rebels being asked to defend Al-Qaeda jihadists who killed GI’s in Afghanistan and Iraq. He was relieved of his mission, which is transmitted to NATO.

Everywhere in Cyrenaica « liberated » men of Al-Qaeda spreading terror, massacres and torture practitioners. They are a specialty of the kill Gaddafi and force them an eye, and cut the breasts of immodest women. The Libyan lawyer, Marcel Ceccaldi accused NATO of « complicity in war crimes. »

May 1, 2011, Barack Obama announced that Abbottabad (Pakistan), the commando 6 Navy Seals eliminated Osama bin Laden unaccounted credible news for almost 10 years. This listing allows the closure of the Al-Qaida back and relook jihadist allies to remake the United States as the good old days of the wars in Afghanistan, Bosnia-Herzegovina, Chechnya and Kosovo. [7] On 6 August, all members of the Navy Seals commando 6 die in the fall of their helicopter.

Hillary Clinton photographiée avec le contrebandier (drug dealer) Jorge Cabrera quelque temps avant  la guerre de Libye.
Hillary Clinton photographied with the  drug dealer Jorge Cabrerasometimes before the war in Libya.

 

Abdelhakim Belhadj returned to his country in a Qatari military plane at the beginning of the NATO intervention. He took command of the men of Al-Qaeda in the mountains of Jebel Nefoussa. According to the son of General Abdel Fattah Younis, he is sponsoring the July 28, 2011 assassination of his old enemy who became the military leader of the National Transitional Council. After the fall of Tripoli, Abdelhakim Belhadj opened the gates of the Abu Salim prison and freed the last of Al-Qaeda jihadists who were detained. He was appointed military governor of Tripoli. It demands an apology from the CIA and MI6 for the treatment they subjected him in the past [8]. The National Transitional Council entrusted him with the task of forming the army of the new Libya.

 

All the annotations send to french  articles and links on websites:

[1] « David Shayler : “J’ai quitté les services secrets britanniques lorsque le MI6 a décidé de financer des associés d’Oussama Ben Laden“ », Réseau Voltaire, 18 novembre 2005.

[2] « Libya’s Powerful Islamist Leader », par Babak Dehghanpisheh, The Daily Beast, 2 septembre 2011.

[3] « Ennemis de l’OTAN en Irak et en Afghanistan, alliés en Libye », par Webster G. Tarpley, Réseau Voltaire, 21 mai 2011.

[4] « La Contre-révolution au Proche-Orient », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 11 mai 2011.

[5] « CIA recruits 1,500 from Mazar-e-Sharif to fight in Libya », par Azhar Masood, The Nation (Pakistan), 31 août 2011.

[6] « Noi ribelli, islamici e tolleranti », reportage de Roberto Bongiorni, Il Sole 24 Ore, 22 mars 2011.

[7] « Réflexions sur l’annonce officielle de la mort d’Oussama Ben Laden », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 mai 2011.

[8] « Libyan commander demands apology over MI6 and CIA plot », par Martin Chulov, Nick Hopkins et Richard Norton-Taylor, The Guardian, 4 septembre 2011.

(Other sources: personnal researches on the web,personnal archives (revue,newspapers,etc)