Réchauffement climatique:Et si toute la glace du monde fondait en une nuit?

Évidemment, avec une fonte aussi rapide de cette quantité astronomique de glace, le niveau de la mer augmenterait instantanément de 66 mètres. Un véritable raz-de-marée ! À l’échelle du Québec, cela veut dire que les villes le long du fleuve Saint-Laurent seraient sous l’eau, incluant Québec, Trois-Rivières et la Grand-Montréal (s’il fallait n’en citer que trois).

Conséquence d’une augmentation de l’eau de 66 mètres au Québec.

 

À l’échelle des États-Unis, la Floride ne serait plus qu’un lointain souvenir. Tout comme de très nombreuses villes de la côte est, mais également du golfe du Mexique. Le New-Jersey, la moitié est des Carolines, le Delaware, les secteurs au long du Mississipi… Cela représente des dizaines de millions de personnes aux prises avec des inondations monstrueuses, et qui auraient probablement peu de chances de s’en sortir.

Conséquence d’une augmentation de l’eau de 66 mètres aux États-Unis.

 

Du côté de l’Europe, la géographie française, britannique, et irlandaise en prendrait un sacré coup. Mais pas autant que la Belgique, les Pays-Bas, le nord de l’Allemagne, le Danemark, la Lituanie, l’Estonie, etc. Encore une fois, la vie de plusieurs dizaines de millions de personnes serait en péril.

Conséquence d’une augmentation de l’eau de 66 mètres en Europe

 

Un climat apocalyptique

Si 99 % de la glace d’eau douce mondiale fondait, cela voudrait dire qu’une gigantesque quantité d’eau douce se transformerait instantanément en eau salée lors de son mélange avec les océans.

Les courants océaniques, régulateurs du climat terrestre, en seraient bouleversés. Si l’on prend comme exemple le Gulf Stream, courant océanique en Atlantique, il pourrait être considérablement affaibli ou même carrément arrêté. La conséquence pour le nord de l’Europe ? Une mini ère glaciaire.

Des tueurs dormeurs

Avec le dérèglement mondial du climat, les dernières glaces viendraient à fondre. La matière organique contenue dans celles-ci serait alors un festin pour les micro-organismes qui, une fois qu’ils auront tout digéré, produiraient une quantité astronomique de dioxyde de carbone et de méthane, deux puissants gaz à effet de serre. Conséquence immédiate : une augmentation de 3,5 °C du climat, déjà grandement chamboulé.

Le dernier 1 % de glace d’eau douce se trouve dans le pergélisol de l’Arctique ou dans l’Himalaya. Dans les glaciers du toit du monde (par exemple), se trouvent des produits chimiques très toxiques : le dichlorodiphényltrichloroéthane (le DDT). À mesure que ces glaciers disparaitront, ces produits seraient libérés et empoissonneraient les rivières, les lacs, les réserves d’eaux souterraines.

Dans le pergélisol de l’Arctique se cache près de l’équivalent de la quantité mondiale actuelle de mercure, tapie dans l’ombre. Tous ces produits ne seraient pas simplement un risque pour le climat, mais pour notre santé à tous.

Bon courage aux survivants

Vous l’avez compris, pour les personnes ayant survécu à la montée subite des eaux, le reste s’annoncerait difficile. Les produits chimiques et l’eau salée auraient empoisonné la majeure partie des ressources d’eau potable actuelles. De plus, les migrations de masse vers les secteurs épargnés par la montée des eaux engendreraient des conséquences économiques étourdissantes (en plus de toutes les précédentes).

Et si cela n’était pas suffisant… Avec un dérèglement climatique aussi violent, les catastrophes climatiques comme les ouragans, les sécheresses et même les épidémies seraient encore plus nombreuses.

Inutile de préciser qu’il s’agit d’un scénario catastrophe, aux probabilités de réalisation extrêmement proches de zéro.

SOURCE :Business Insider ; Ocean-climate.org

 

 

 

 

 

 

Publicités

15 ans d’émissions de gaz à effet de serre, 20 cm de montée des eaux (étude)

Comme un paquebot lancé à toute vitesse ne peut s’arrêter d’un coup, le niveau des océans va monter dramatiquement même si l’on réduisait à zéro les émissions de gaz à effet de serre en 2030, avertissent des chercheurs dans une étude publiée lundi.

Kivalina Alaska

Rien que les gaz à effet de serre rejetés entre la signature de l’accord de Paris, en 2015, et l’année 2030 contribueront à élever le niveau des mers de 8 centimètres d’ici 2100 et 20 cm d’ici 2300, par rapport à la période de référence 1986-2005, rapportent des chercheurs en science du climat basés en Allemagne dans les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (la revue PNAS).

Le but de l’étude, explique à l’AFP le coauteur Alexander Nauels, de l’institut Climate Analytics basé à Berlin, est de montrer que les émissions actuelles ont un effet assuré sur la montée des eaux, et que cet effet sera particulièrement ressenti dans les deux prochains siècles.

Au total, la montée des eaux atteindrait au moins un mètre d’ici 2300, dans le scénario très improbable où les émissions tomberaient à zéro en 2030. En tout état de cause, la hausse a de grandes chances de dépasser le mètre. Les scientifiques mandatés par l’ONU ont déjà prédit 26 à 77 cm d’ici la fin de notre siècle.

Mais le quart de cette élévation d’un mètre sera dû aux seules émissions de la Chine, des Etats-Unis, de l’Union européenne, de l’Inde et de la Russie pendant 40 ans, pour la seule période 1991-2030, calculent les chercheurs dans la nouvelle étude.

Par comparaison, les océans ont monté de l’ordre de 20 cm au cours du 20e siècle.

« On se concentre d’habitude sur le 21e siècle, ce qui peut parfois donner la fausse impression qu’après le 21e siècle tout s’arrêtera », dit le chercheur.

Or la montée des eaux est due à plusieurs phénomènes complexes, qui agissent pour certains avec des échelles de plusieurs siècles. On comprend toujours mal le comportement des glaces de l’Antarctique, qui jusqu’à présent ont moins fondu que le Groenland.

« Le problème de la montée des eaux est que c’est un système très lent, avec un temps de réponse très long », dit Alexander Nauels.

Et il ajoute: « un centimètre, peut-être que ça n’a l’air de rien, mais c’est beaucoup ».

Dans un rapport publié l’an dernier, les experts du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ont écrit que réduire de 10 cm la montée des eaux permettrait d’épargner directement 10 millions de personnes.

Le pire ce serait cela…sans aucun contrôle!

Trois cent millions de personnes menacées par la montée des océans d’ici 2050, selon une étude

D’ici 2050, des zones côtières abritant 300 millions de personnes pourraient être menacées par la montée des océans liée au changement climatique, selon une étude parue mardi.

 

Des zones côtières abritant 300 millions de personnes pourraient être menacées par la montée des océans liée au changement climatique d’ici 2050.

La région la plus exposée est l’Asie, selon cette étude parue dansNature Communications. Plus des deux-tiers des populations concernées se trouveront en Chine, au Bangladesh, en Inde, au Vietnam, en Indonésie et en Thaïlande.

    

Utilisant une forme d’intelligence artificielle, les chercheurs ont corrigé des données existantes concernant l’altitude des terres dans les zones côtières, qui pouvait être erronée, conduisant à largement sous-estimer l’étendue des zones touchées lors des marées hautes ou de fortes tempêtes.

« Les projections de l’élévation du niveau des océans n’ont pas changé », explique Ben Strauss, co-auteur de l’étude et président-directeur de Climate Central, un institut de recherches aux Etats-Unis. « Mais lorsque nous utilisons nos nouvelles données concernant le relief, nous trouvons beaucoup plus de gens vivant dans des régions vulnérables que ce que nous estimions jusqu’à présent », poursuit-il.

Les données gratuites fournies par la NASA, avec son programme SRTM qui a permis de cartographier 95% de la Terre, peuvent comporter une marge d’erreur. Mais il y a environ cinq ans, Ben Strauss et Scott Kulp ont réalisé, en comparant ces éléments à des données plus fines, que le système SRTM surestimait systématiquement l’altitude des bords de mer, confondant des toits et des arbres avec le niveau du sol. « Pour la majorité des zones côtières à travers le globe, nous ne connaissions pas la hauteur du sol sous nos pieds », explique Ben Strauss.

Combinaison de menaces

La population mondiale, estimée à 7,7 milliards d’individus aujourd’hui, pourrait s’accroître de deux milliards d’ici 2050 et d’un milliard supplémentaires d’ici la fin du siècle, dont une grande partie résidant dans des mégalopoles en bord de mer.

Actuellement, environ 100 millions de personnes habitent dans des zones situées sous le niveau de la mer, selon cette étude. Certains sont protégés par des digues, mais la plupart ne bénéficient d’aucune protection.

« Le changement climatique a le potentiel de remodeler des villes, des économies, des rivages et des régions entières du globe », souligne Scott Kulp, auteur principal de l’étude et scientifique chez Climate Central, soulevant la question de savoir « dans quelle mesure et combien de temps les protections côtières peuvent les préserver ».

Plusieurs menaces pèsent sur les populations des littoraux: l’une d’elle est l’élévation du niveau des océans causée par la dilatation de l’eau sous l’effet du réchauffement climatique et la fonte des glaces au Groenland et en Antarctique. 

« Un progrès significatif »

Depuis 2006, les océans montent d’environ quatre millimètres par an, un rythme qui pourrait être multiplié par 100 si les émissions de gaz à effet de serre restent inchangées, a averti le mois dernier le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) dans un rapport sur les océans.

Si le réchauffement climatique est limité sous 2°C, comme prévu par l’Accord de Paris, la hausse des océans devrait atteindre environ 50 centimètres d’ici 2100. Si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent à leur rythme actuel, l’élévation pourrait être presque deux fois plus importante. Une autre menace est constituée par les typhons, cyclones et ouragans violents qui vont devenir plus fréquents.

« Il n’est pas nécessaire d’avoir une augmentation importante du niveau des mer pour causer des problèmes catastrophiques », commente Bruce Glavovic, professeur à l’université Massey en Nouvelle-Zélande, qui n’a pas pris part à l’étude.

Le nouveau système mis au point par les chercheurs, nommé CoastalDEM, et présenté dans des revues scientifiques, constitue « un progrès significatif pour comprendre les risques pour des centaines de millions de personnes, inhérents à l’élévation des océans liée au changement climatique, d’ici la fin du siècle », estime le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Giec.

 

 

Les conséquences d’une fonte de l’Antarctique sont alarmantes

C’est en analysant les sédiments géologiques marins de la côte ouest de la Nouvelle-Zélande, ainsi que les particules qui ont voyagé par les courants, que des chercheurs de l’université Victoria, en Australie, en sont venu à une conclusion plutôt alarmante. En effet, si la fonte du Groenland ferait augmenter le niveau de la mer de 5 mètres, celle de l’Antarctique le ferait passer à 25 mètres. Il s’agit donc d’une hausse de 20 mètres seulement à cause de ce continent de glace.

Une histoire qui pourrait se répéter

Ces sédiments analysés ont permis de remonter à un épisode de réchauffement planétaire antérieur, qui s’est déroulé au Pliocène, il y a de cela 3 millions d’années. À ce moment, il y avait pratiquement la même quantité de CO2 dans l’atmosphère qu’on en trouve aujourd’hui, soit environ 400 ppm. Cela dit, la température de notre planète était entre 2 et 3 °C plus élevée qu’à notre époque. Au Pliocène, l’Antarctique avait effectivement fondu et fait grimper le niveau de la mer de 20 mètres, alors que la fonte des glaces du Groenland en avait ajouté cinq, pour un total de 25 mètres. Selon Georgia Grant, chercheure à l’université Victoria, il est important d’atteindre les cibles fixées par l’accord de Paris. Si les températures globales augmentent de plus de 2 °C, la situation vécue au Pliocène pourrait survenir à nouveau.

Les conséquences d’une telle hausse

On se souviendra de la fameuse découverte par la NASA d’un énorme point chaud sous la banquise Antartique qui s’est révélé être un immense lac de lave…suite à une forte éruption volcanique.

Une hausse du niveau de la mer de 25 mètres est énorme et aurait des conséquences mondiales, bien entendu. Selon les prédictions de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, la NOAA, une telle augmentation inonderait plusieurs villes en importance, dont Copenhague, le Caire, Bangkok et Rio de Janeiro, mais aussi des pays entiers comme les Pays-Bas. Si un tel scénario survenait, ce serait dans plusieurs années, c’est-à-dire au-delà de 2200. Au Canada, les Maritimes seraient les principales victimes de la montée des eaux, surtout l’Île-du-Prince-Édouard. Au Québec, ce sont les villes côtières du fleuve Saint-Laurent qui sont à risque. Le Lac-Saint-Pierre devrait absorber une bonne quantitée d’eau, ce qui engloutirait Trois-Rivières, Sorel-Tracy et les villes voisines. Le sud et l’est de l’île de Montréal ainsi que les Îles-de-la-Madeleine seraient aussi sous les eaux.

 

 

 

New York sera complètement sous l’eau.

 

 

Les océans changeront de couleur d’ici 2100

L’impact du réchauffement climatique sur le phytoplancton modifiera plus rapidement la couleur de la surface des océans que ce que l’on pensait initialement, conclut une nouvelle étude américaine.

La couleur de l’océan repose sur l’interaction entre la lumière du soleil et l’eau, qui absorbe les rayons et réfléchit la partie bleue du spectre. La présence d’organismes dans l’eau change la façon dont se fait l’absorption de la lumière.

Le phytoplancton, par exemple, contient de la chlorophylle, un pigment absorbant le bleu de la lumière pendant la photosynthèse. Les zones plus denses en phytoplancton ont donc une teinte verdâtre.

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont simulé l’impact qu’aurait le réchauffement de l’eau sur le phytoplancton, puis ont calculé comment il absorberait et réfléchirait alors la lumière.

« Il y aura une différence notable dans la couleur de 50 % de l’océan d’ici la fin du 21e siècle », affirme Stephanie Dutkiewicz, l’auteure principale de l’étude publiée dans Nature Communications.

Il sera difficile de percevoir ce changement de couleur à l’œil nu. Les images satellites montreront cependant que le bleu et le vert des océans de la planète deviendront plus foncés.

Un modèle amélioré

Pour comprendre les effets qu’auront les changements climatiques, les scientifiques se basent généralement sur la concentration de chlorophylle dans l’océan.

« On utilise des données satellites qui mesurent la couleur de l’eau, et puis on utilise des algorithmes pour déduire la concentration en chlorophylle », explique Claudie Beaulieu, une chercheuse originaire du Québec qui a cosigné l’étude.

« Le modèle du MIT permet plutôt de comparer la réflectance directement », poursuit celle qui a rejoint récemment l’équipe du département des sciences de l’océan de l’Université de Californie à Santa Cruz.

Ce qu’on voit, c’est que les changements climatiques se manifestent un peu plus vite si on surveille la couleur de l’eau, plutôt que la concentration en chlorophylle uniquement.Claudie Beaulieu, Université de Californie à Santa Cruz

« C’est un résultat intéressant, puisque ça nous donne un indice précurseur de l’impact des changements climatiques dans la productivité primaire des océans », poursuit-elle.

Impact sur l’écosystème sous-marin

Plus de 70 % de la surface de la Terre est recouverte d’océans.

L’augmentation de la température de l’eau affecte le taux de croissance des organismes, comme le phytoplancton, et bouleverse les courants océaniques. Des régions seront ainsi plus riches en phytoplanctons et d’autres, plus pauvres.

« S’il y a des changements dans l’abondance et la composition des communautés de phytoplancton, on peut s’attendre à ce qu’il y ait des répercussions dans le reste de la chaîne alimentaire des océans », prévient Claudie Beaulieu.

Le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire. Ces changements vont avoir des répercussions sur les petits poissons, les invertébrés, et ainsi de suite.Claudie Beaulieu, Université de Californie à Santa Cruz

Un autre impact, poursuit-elle, est le « service que le [phytoplancton] nous rend à absorber du CO2 ». Comme les plantes sur la Terre, les plantes dans l’océan absorbent du dioxyde de carbone.

L’étude s’est basée sur une élévation des températures globales de 3 °C d’ici 2100, ce que prévoient la plupart des scientifiques au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre.

Réchauffement climatique:le niveau des océans pourrait augmenter de… 6 mètres !

Des climatologues pensent que les actuels modèles du réchauffement climatique seraient en deçà que ce qui pourrait se passer dans la réalité après le XXIe siècle. Les chercheurs pensent que le niveau des mers pourrait monter de 6 mètres, une situation qui durerait alors plusieurs milliers d’années.

Si l’on peut calculer avec précision le temps qu’il fera dans quelques jours, d’autres données entrent en compte lorsqu’il est question de prédire le climat de la Terre sur des décennies, des siècles voire des millénaires.

Par ailleurs, calculer avec précision le comportement d’une grande masse d’eau sur une grande durée à partir des mouvements des molécules composant cette dernière n’a encore jamais été fait. En revanche, il existe des lois macroscopiques telles que de la mécanique des fluides ou encore la thermodynamique, nécessitant moins de calculs pour arriver à des résultats acceptables, c’est-à-dire un comportement moyen.

Les chercheurs utilisent d’autres méthodes tels que la paléoclimatologie, c’est-à-dire la science des climats d’une époque géologique donnée (paléoclimats). Il s’avère que dans le passé de la Terre, il est possible de trouver la trace de climats plus chauds accompagnés d’un taux ce CO2 élevé.

Concernant notre présent, rappelons que même si l’humanité parvient à limiter le réchauffement climatique global à 2 °C d’ici à la fin du XXIe siècle, le climat changera, et ceci pour très longtemps. Il s’agit de l’avis de chercheurs internationaux dont certains français provenant entre autres du CNRS, du CEA et de diverses universités ayant ensemble publié une étude dans la revue Nature Geoscience le 25 juin 2018.

Les scientifiques se sont appuyés sur les archives paléoclimatologiques portant sur les derniers 3,5 millions d’années afin de démontrer que plusieurs intervalles durant l’histoire de la Terre étaient de 0,5 à 2 °C plus chauds que notre époque préindustrielle, comme l’indique un communiqué du CEA.

Les résultats de cette étude laissent penser que les actuelles prédictions concernant le réchauffement climatique sous-estimeraient l’impact de ce dernier. L’étude évoque le recul perpétuel des glaciers durant des milliers d’années ou encore les déplacements rapides des zones climatiques et leurs écosystèmes vers les pôles (et en altitude).

L’élévation des températures dans l’hémisphère Nord s’accompagnera selon les scientifiques d’une libération de gaz à effet de serre comme le méthane, actuellement piégé dans le pergélisol et dont l’effet ne devrait pas être négligeable dans l’emballement des températures à la surface.

Les chercheurs se sont accordés pour dire que le niveau des océans sera plus élevé d’environ 6 mètres et que cette hausse persistera durant des millénaires. Il est également question des vitesses de montée du niveau de la mer qui devraient être supérieures à ce qui a été évoqué auparavant, notamment par les membres du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Sources : CEA – Futura Sciences

 

Future carte de l’Amérique du Nord par Gordon-Michael Scallion

 

 

 

Photos-Le réchauffement global et la fin accélérée de plusieurs îles

Ce ne sont pas les îles qui coulent,mais bien l'océan Pacifique qui voit son  niveau s'élever davantage.
Ce ne sont pas les îles qui coulent,mais bien l’océan Pacifique qui voit son niveau s’élever davantage.

Comme nous le voyons sur cette photo prise en partie sous l’eau,dans peu de temps,cette maison sera la propriété des poissons,des crustacés et des  animaux marins.Plus de 90% de la petite île se situe sous l’eau actuellement.Son propriétaire a bénéficié du programme de relocalisation des habitants victime du réchauffement global.Il vit actuellement en Nouvelle Zélande,son nouveau pays d’accueil.

L'hotel Eco Resort...ce qui en reste!
L’hotel Eco Resort…ce qui en reste!

 

Le seul hotel de luxe,l’Eco Resort Hotel a vu sa plage diminué constamment du à l’avancé des eaux. Dans quelque temps,elle sera abandonnée à l’océan envahissant.Les huttes que l’on aperçoit  sur la plage ,étaient totalement à sec,l’an passé.

 

 

À Tuvalu,une partie de terrain est perdue constamment,mettant en péril l'avenir de ses habitants.
À Tuvalu,une partie de terrain est perdue constamment,mettant en péril l’avenir de ses habitants.

 

 

De nombreuses habitations ont été abandonnées à Tuvalu et aux Îles Salomon devant la montée des eaux du Pacifique.
De nombreuses habitations ont été abandonnées à Tuvalu et aux Îles Salomon devant la montée des eaux du Pacifique.

 

Malgré tout,on cherche à désinformer les gens que le réchauffement global est une invention.