Publicités

Numismatique et histoire : Octobre 1571,La bataille de Lépante

 

 

La célèbre toile

 

Jusqu’en 1540, Venise avait tenté de freiner l’expansion ottomane dans l’est de la Méditerranée, puis, épuisé et désespéré, il instaura une paix humiliante avec Suleyman I. Son successeur, Selim II, était déterminé à acquérir l’avant-poste vénitien de Chypre. a refusé de céder l’île, elle l’a envahie en 1570. Venise a lancé un appel au pape Pie V, qui avait tenté depuis 1566 de former une alliance d’États catholiques romains. La France et le Saint Empire romain germanique étaient préoccupés par les profonds changements apportés par la Réforme. L’Espagne a offert de l’espoir, mais Philippe II, avec une trésorerie vide, a été confronté à des révoltes en Andalousie et aux Pays-Bas. Venise se méfiait aussi profondément de l’influence espagnole en Italie. Pie, cependant, était déterminé à entraîner l’alliance de l’Espagne, de Venise et des petits États italiens, mais il rencontra une série de retards. Venise souhaitait sauver Chypre; Philippe souhaitait acquérir Alger et Tunis; et toutes les parties ont discuté des contributions et des récompenses. Entre-temps, les Turcs s’étaient emparés de la ville de Nicosie à Chypre le 9 septembre 1570, avant d’assiéger la ville de Famagouste et d’entrer dans l’Adriatique. Ce n’est que le 25 mai 1571, que le pape pourrait persuader l’Espagne et Venise d’accepter les termes d’une alliance offensive et défensive. Don Juan de Austria, le jeune demi-frère de Philip, devait être commandant en chef et le général pontifical Marcantonio Colonna devait en être le lieutenant.

Sorti de sa mère, fille de bourgeois, très tôt, Juan fut élevé en secret en Espagne. Après la mort de Charles Quint, Philippe II d’Espagne le reconnaît comme son demi-frère, lui fournit une maison substantielle et lui donne le nom de Don Juan de Austria (1559).

Bien que l’on espère qu’il entrera dans l’église, le beau et animé Don Juan exprime le désir de se lancer dans une carrière militaire et Philip accède à ses souhaits. Au cours de l’été 1568, Don Juan eut sa première expérience de guerre, combattant des pirates maures en Méditerranée. En mars 1569, il fut nommé commandant en chef des forces espagnoles qui tentaient de maîtriser les rebelles moriscos, ou chrétiens d’origine mauresque, en Grenade. Philip l’a ensuite nommé en 1571 à la tête des forces navales de la Sainte Ligue d’Espagne, de Venise et du pape contre les Turcs ottomans dans l’est de la Méditerranée.

Les flottes alliées se sont rassemblées à Messine, en Sicile, dans l’attente des Espagnols jusqu’au 24 août 1571. Les flottes combinées ont navigué le 16 septembre pour Corfou, où elles ont appris que Famagouste était tombée et que la flotte turque se trouvait dans le golfe de Patraikos, près de Lepanto (Návpaktos moderne), en Grèce. Les ordres ont été donnés pour engager le 7 octobre. Les estimations de la force chrétienne varient légèrement; il y avait 6 gros galleasses vénitiens de 44 canons (bien plus grands que des galères), 207 galères propulsées par une rame (105 vénitiens, 81 espagnols, 12 papaux et 9 de Malte, Gênes et Savoie) transportant 30 000 soldats et quelques navires auxiliaires. La force turque aurait été plus nombreuse, mais moins bien équipée et moins disciplinée. Derrière les galleasses (utilisés pour semer la confusion préliminaire), la flotte chrétienne a avancé dans quatre escadrons. Don Juan commandait le centre; le vénitien Agostino Barbarigo, à gauche; L’amiral de Philip, Giovanni Andrea Doria, à droite; et l’espagnol Álvaro de Bazán, les marqués de Santa Cruz, la réserve. La flotte turque, initialement dans un croissant sur la baie, a adopté une formation similaire: Ali Pacha, le commandant, au centre; Mohammed Saulak, gouverneur d’Alexandrie, à droite; et Uluch Ali, pacha d’Alger, à gauche.

Dans l’histoire de la guerre navale, Lépante marque le dernier engagement majeur dans le monde occidental à se dérouler presque entièrement entre des navires à rames, à savoir les galères et les galeasses, descendants directs d’anciens navires de guerre trirèmes. La bataille était essentiellement une « bataille d’infanterie sur des plates-formes flottantes ». Ce fut la plus grande bataille navale de l’histoire occidentale depuis l’antiquité classique, impliquant plus de 400 navires de guerre. Au cours des décennies suivantes, l’importance croissante du galion et de la tactique de ligne de bataille déplaceraient la galère en tant que navire de guerre majeur de son époque, marquant le début de « l’âge de la voile ».

Le résultat de la bataille était décidé dans le centre allié et à gauche, où une force vénitienne dirigée par Sebastian Venier fournissait un soutien crucial. Les vaisseaux amiraux des deux flottes s’affrontaient directement, et le Sultana d’Ali Pasha visait le Real de Don Juan avec une attaque à la traîne qui transformait les ponts des deux navires en un seul champ de bataille. Après des heures de combats acharnés, le centre ottoman s’est effondré lorsque Ali Pacha a été tué et que la Sultane a été emmenée par le Real. La victoire des chrétiens fut presque évitée à la fin de la bataille lorsque Uluch Ali, en menaçant de contourner l’escadron de Doria, l’entraîna vers le large puis pénétra dans le vide ainsi formé. La force maltaise a été la plus touchée par l’attaque et a subi d’énormes pertes, mais le désastre a été évité grâce à l’intervention opportune de Santa Cruz.

Bien que les morts de chaque côté aient été estimés à 8 000 environ, la victoire chrétienne a été complète. Les alliés ont capturé 117 galères et plusieurs milliers d’hommes, libéré environ 15 000 chrétiens en esclavage et coulé ou brûlé environ 50 galères. Ils ont perdu 12 galères et ont fait environ 8 000 blessés, dont Miguel de Cervantes. La bataille était remarquable en tant que dernier et plus grand engagement avec des navires propulsés par une rame et en tant que première grande victoire sur une flotte turque.

La nouvelle parvint à Pie V tôt le 22 octobre et, ce matin-là, il proposa une action de grâce dans la basilique Saint-Pierre et exprima ses espoirs de réussite. Les querelles entre les alliés ont toutefois frustré ses ambitions. Pie V mourut en 1572 et Venise fit la paix en 1573, cédant Chypre aux Turcs. Ainsi, la bataille n’a eu que peu d’impact durable sur l’extension de l’Empire ottoman, mais elle a eu un effet considérable sur le moral de l’Europe. Elle a fait l’objet de peintures de Titian, Tintoretto et Veronese et d’une ballade de GK Chesterton.


La bataille de Lépante dans l’art

Peinture de Andrea Micheli, dit Vicentino (1539–1614). Venise, Palais des Doges, Sala dello Scrutinio.

 

La bataille de Lépante. Par Andries van Eertvelt, 1640.

 

Andries-Van-Eertvelt

 

Bataille de Lépante par Jacopo Ribusti Tintoretto
Bataille de Lépante par Jacopo Ribusti Tintoretto

                                           Les monnaies de l’époque

 

Superbe pièce de monnaie espagnole en or de Phillippe II d’Aragon de 4 boucliers Valence

 

Chypre (colonie vénitienne) de 1567 à 1570,du Doge Pietro Loredan pièce de 4 Carzie

 

Monnaie d’Alvise Moncenigo I de Venise vers 1570-1577 piève de 40 soldi

 

Médaille (très rare venant d’une collection privée ) de bronze de Pie V vers 1571 Église de la sainte Croix de Bosco

 

Pièces de cuivre de la Cité du Vatican et de la République de Venise vers 1570

 

Pièce de monnaie arabe venant de l’empire ottoman vers 1570

 

L’héritage de la bataille de Lépante

 

On dit souvent que la bataille de Lépante est la dernière grande bataille de galères de l’histoire. Paradoxalement, la galère continue d’être largement utilisée aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment en Méditerranée et dans la Baltique. Il faut distinguer les galères de ce siècle avec celles utilisées par les Grecs, Carthaginois et Romains durant l’Antiquité. Ces dernières étaient plus grandes et disposaient de plusieurs rangs superposés de rameurs. Les galères du Moyen-Age et des siècles suivants sont plus petites, entre 40 et 50 mètres environ. Elles sont plates, longues, étroites et ont un faible tirant d’eau. Elles marchent à la voile et à l’aviron. Elles portent deux mats à antennes et de l’artillerie – cinq ou six canons seulement – à leurs seules extrémités, et principalement à l’avant car la galère est une arme offensive !

The Port of Genoa, c.1660, Adriaen Van Der Cabel, Oil on canvas, 955 x 1475mm, © National Maritime Museum, Greenwich, UK.

Andries van Eertvelt,le grand peintre de cette bataille à l’époque

 

Andries van Eertvelt semble très marqué et inspiré par la bataille de Lépante, bataille navale se déroulant le 7 octobre 1571 près du Golfe de Patras, en Grèce.

Il est bien difficile aujourd’hui de s’imaginer ce que fut la bataille de Lépante, probablement la plus grande bataille navale de l’histoire européenne. Les forces en présence sont incroyables pour l’époque : plus de 60.000 hommes. D’un coté la Sainte Ligue chrétienne – coalition comprenant l’Espagne, Venise, la Papauté, Gênes, la Savoie et les Chevaliers de Malte – et ses 200 galères menées par Juan d’Autriche, de l’autre 220 à 240 galères de l’Empire Ottoman – de plus en plus expansionniste à l’Ouest – commandée par Ali Pacha. Après plus de cinq heures de combat, les pertes sont énormes : plus de 25.000 morts et deux fois plus de blessés. Bien que les conséquences tactiques de la bataille soient limitées, Lépante est une immense victoire chrétienne et son retentissement est considérable en Europe.

De nombreuses représentations de la bataille sont réalisées aux XVe et XVIe siècles par des artistes européens de toutes nationalités. Il faut dire que ce type de peinture est alors très demandé. Eertvelt en exécute d’ailleurs plusieurs. La plus fameuse est probablement Navires en perdition (voir ci-dessous), réalisée en 1623. On peut y voir à droite un navire turc en train de couler, tandis que son équipage grimpe sur l’arrière ou se jette à la mer. Plus à l’avant plan un autre navire sombre sur des récifs. A gauche on remarque un grand navire avec un nombreux équipage qui porte sur le pont d’avant la signature et la date. Plus en arrière, l’inscription : God sij met ons allen, anno 1523 (Dieu soit avec nous). Sur la mer houleuse on peut distinguer plus loin plusieurs autres navires. L’un d’eux porte un pavillon hollandais, ce qui est étonnant étant donné que la marine néerlandaise n’a pas pris part à la bataille.

Navires en perdition pendant la bataille de Lépante (1571), 1623. Museum of Fine Arts, Ghent.

 

Même après son retour d’Italie, qui marque nous l’avons dis une certaine rupture dans ses œuvres, Eertvelt continue de peindre les combats de Lépante, ce qui traduit encore une fois la continuelle et forte demande pour les représentations de cette bataille, même plus de cinquante ans après l’événement. Par exemple :

 

La bataille de Lépante. Par Andries van Eertvelt, 1640.

On ne peut que constater le changement de style de l’artiste. Ainsi que nous l’avons vu, les couleurs sont moins sombres, la mer moins agitée. Les navires sont cependant plus nombreux, les combats plus furieux. L’immense quantité de navires et l’intensité des combats représentés dans cette peinture sont sans précédent et révèlent un spectacle à la fois impressionnant et terrifiant. Ici encore Eertvelt a inclut dans son œuvre des navires battant pavillon hollandais. On pourrait également a priori s’étonner de la présence de grands navires – dotés d’une artillerie latérale contrairement à la galère qui porte son artillerie en chasse – ressemblant étrangement à des vaisseaux de ligne (en bas à droite notamment). En vérité, Eertvelt a probablement voulu représenter les galéasses vénitiennes – six sont présentes à Lépante – sorte de super-galères plus grandes, plus hautes et mieux armées car effectivement dotées d’une artillerie latérale.

Andries Van Eertvelt en 1630 environ. Gravure de Schelte à Bolswert.

 

 

 

Publicités

Deux Prix Nobel d’économie alertent sur les dangers du bitcoin

Alors que la devise numérique, après avoir atteint un pic à 11 000 dollars mercredi, accusait une baisse de 14,98% jeudi après-midi sous les 9 500 dollars, le français Jean Tirole et l’américain Joseph Stiglitz jugent la crypto-monnaie socialement inutile et nuisible.

Eric Piermont

À 24 heures d’écart, deux Prix Nobel d’économie mettent en garde contre le bitcoin et la folle hausse du cours de ces derniers jours. En milieu d’après-midi, la devise numérique en nette baisse valait 9 438,41 dollars (7 926 euros), en recul de 14,98% sur les dernières 24 heures après avoir dépassé pendant deux heures les 11 000 dollars mercredi en début de soirée.

Dans une tribune publiée jeudi par le Financial Times de Londres, le français Jean Tirole, économiste à l’École d’économie de Toulouse et Prix Nobel 2014, juge ainsi que le bitcoin est «un actif sans valeur intrinsèque»«sans réalité économique». Alors que la plupart des analystes s’accordent sur la nature totalement irrationnelle du mouvement actuel, Jean Tirole estime que «son prix pourrait carrément tomber à zéro si la confiance dans le système venait à disparaître».

L’économiste rappelle que l’histoire est jalonnée de bulles : celle des bulbes de tulipes aux Pays-Bas au XVIIsiècle, la bulle des mers du Sud un siècle plus tard qui explosa en Grande-Bretagne en 1720, les bulles immobilières, etc. Il estime ironiquement que le bitcoin pourrait devenir «le nouvel or», une matière première à laquelle la communauté qui gravite autour de la crypto-monnaie le compare souvent en y ajoutant le terme «numérique» mais pour ajouter qu’il ne mettra pas pour autant ses «économies» dedans et qu’il ne souhaite pas que les «banques régulées parient sur sa valeur».

Une allusion possible à l’information du Wall Street Journal selon laquelle la banque d’affaires new-yorkaise Goldman Sachs aurait décidé de lui consacrer une petite cellule afin de servir ses clients insititutionnels qui souhaiteraient en acheter. L’information n’a jamais été confirmée par la banque d’affaires, et son PDG, Lloyd Blankfein, a déclaré sur Bloomberg ce jeudi que «le bitcoin, ce n’est pas pour lui».

 

Pour Tirole, économiste d’obédience libérale, le bitcoin est peut-être «un rêve libertarien mais c’est un vraie migraine pour quiconque voit la politique publique comme un nécessaire complément à l’économie de marché». Jean Tirole note que le bitcoin est encore trop souvent utilisé pour l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent plutôt que pour des achats classiques. Il pose la question qui fâche justement les libertariens attachés à une forme de «neutralité» technique de la monnaie : comment les banques centrales pourront-elles mettre en place des politiques contracyliques dans un monde de crypto-monnaies privées ? Autrement dit, quid de l’avenir des politiques monétaires ?

La blockchain bienvenue, pas les crypto-monnaies

Jean Tirole précise que son «scepticisme» ne concerne pas la blockchain ou «chaîne de blocs», la technologie réputée infalsifiable sur laquelle repose le réseau pair-à-pair totalement décentralisé qu’est le bitcoin. Ce type de bases de données décentralisées est une «innovation bienvenue» dit-il, avec «des applications utiles» incluant des exécutions rapides de «contrats intelligents»comme le permet par exemple l’ether, une autre crypto-monnaie basée sur la blockchain Etherum. Mais les crypto-monnaies ne contribuent pas au «bien commun» dit-il, à l’image de la «folie» des ICO, ces levées de fonds en bitcoin et ether qui battent actuellement tous les records.

Ce mode de financement présenté comme le graal de la désintermédiation des acteurs traditionnels du secteur aurait atteint les trois milliards de dollars sur les dix premiers mois de 2017. Selon Jean Tirole, les ICO négligent les «fondamentaux» de la finance à savoir «l’utilisation d’intermédiaires fiables et bien capitalisés pour suivre les projets». L’économiste conclut que les avancées technologiques ne doivent servir à se déconnecter des fondamentaux économiques et que les gouvernements qui accordent leurs sympathies au bitcoin et aux ICO seraient bien inspirés de «protéger leurs citoyens et leurs institutions financières contre un phénomène risqué et socialement nuisible».

Le Japon vient par exemple de reconnaître les monnaies virtuelles comme des moyens de paiement légaux. Et Gibraltar annonce à partir de janvier l’installation sur son sol surtout virtuel on imagine «le premier marché de levées de fonds ICO régulé».

Stiglitz favorable à une interdiction

Autre Prix Nobel à mettre en garde contre la fièvre autour du bitcoin, l’américain Joseph Stiglitz estime lui que le bitcoin devrait être interdit. Sur l’antenne de la chaîne financière new yorkaise de Bloomberg, le Prix Nobel 2001 d’économie a estimé que «le bitcoin ne sert aucune fonction socialement utile» et ne réussit «qu’en raison de son potentiel de contournement, du déficit de surveillance».

Publicité

Et de prédire que «c’est une bulle qui va donner à beaucoup de monde beaucoup de moments très excitants tant qu’elle monte puis elle va redescendre. Il me semble que le bitcoin devrait être interdit», a-t-il conclu.

 

 

 

 

 

 

https://www.bloomberg.com/news/videos/2017-11-30/goldman-ceo-if-bitcoin-works-we-ll-get-to-it-video

Il y a un an:Un extraordinaire trésor en or était découvert en Grèce

 

Un trésor inestimable par la beauté  des pièces.
Un trésor inestimable par la beauté des pièces.

 

Un trésor de 51 pièces d’or (macédoniennes et un collier) cachées à l’intérieur d’une cavité dans la roche dans l’ancienne Corinthe. Les pièces de Philippe II proviennent de Pella et Amphipolis en Macédoine, tandis que celles d’Alexandre III (le Grand) d’Amphipolis, de Milet et de Tarse en Asie Mineure, de Salamine à Chypre et de Sidon en Phénicie. Le trésor a été caché quelque temps après 330 avant JC, lorsque Alexandre était en Asie et une garnison macédonienne grecque avait été stationnée à Corinthe pour protéger l’isthme.

Palestine:une petite preuve de falsification de l’histoire/a simple smal proof of historical falsification

 

Pièce de 10 mils de Palestine...de 1927.
Pièce de 10 mils de Palestine…de 1927.

 

(Français)

« Pour ceux qui veulent un simple preuve que la Palestine existait avant 1948, voici une pièce de 1927 d’une valeur de 10 Mils (cette monnaie ne est plus utilisé). À noter également que le mot« Palestine »est écrit en arabe et en hébreu indiquant non seulement un présence juive, mais une  éminente  coexistence ou  Juifs et Arabes  vivent côte à côte dans la paix. L’idée sioniste qu’ils ne peuvent pas coexister est absolument fausse. « -Mahmod  King


(English)

« For anyone who wants a simple proof that Palestine existed before 1948, here’s a coin from 1927 worth 10 Mils (this currency is no longer used). Also note that the word “Palestine” is written in both Arabic and Hebrew indicating not only a Jewish presence, but a prominent one. Jews and Arabs DID live side by side in peace. The Zionist idea that they cannot coexist is an absolute fallacy.” -Mahmod King

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :