Le corps de Jamal Khashoggi aurait été retrouvé dans la résidence du consul saoudien

Le corps de Jamal Khashoggi aurait été retrouvé dans un puits situé sur le territoire de la résidence du consul saoudien à Istanbul, selon le président du parti turc VATAN, Dogu Perinçek.

Le corps de Jamal Khashoggi a été retrouvé dans un puits situé sur le territoire de la résidence du consul saoudien à Istanbul, a déclaré mardi le président du parti turc VATAN, Dogu Perinçek. 

«Des sources fiables au sein du service de sécurité à Istanbul m’ont informé que des fragments du corps de Khashoggi avaient été découverts dans un puits situé dans le jardin de la résidence du consul d’Arabie saoudite», a-t-il précisé.

Peu après, le Président turc a commenté l’enquête sur la mort de Jamal Khashoggi.

La résidence du consul est située à quelques centaines de mètres du consulat saoudien où le journaliste a disparu le 2 octobre.

Images du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul
Khashoggi: une vidéo a enregistré un véhicule diplomatique saoudien abandonné à Istanbul

La semaine dernière, l’Arabie saoudite a fini par reconnaître la mort du journaliste, disparu début octobre au consulat saoudien à Istanbul. Riyad assure que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et dément avoir ordonné qu’il soit assassiné.

Plus tard, le ministère saoudien de l’Information a affirmé que les personnes qui avaient interrogé le journaliste au consulat avaient «tenté de dissimuler ce qui [était] arrivé». Il n’y a pour l’instant aucune confirmation officielle du lieu où se trouve le cadavre de M.Khashoggi.


MISE À JOUR DU 13 novembre 2018:

Des traces d’acide auraient été trouvées dans la résidence du consul saoudien à Istanbul

Des traces de substances toxiques ont été trouvées dans un puits situé sur le territoire de la résidence du consul général d’Arabie saoudite à Istanbul, où le journaliste Jamal Khashoggi aurait été tué, annonce la chaîne Al Jazeera, citant sa propre source au sein du bureau du procureur turc.

Les autorités saoudiennes ont utilisé des substances chimiques pour éliminer le journaliste Jamal Khashoggi, a annoncé Al Jazeera, citant une source issue du bureau du procureur turc. Selon cette dernière, des traces d’acide fluorhydrique et d’autres produits chimiques ont été découvertes dans un puits situé sur le territoire de la résidence du consul général saoudien, Mohammed al-Otaybi, à Istanbul.

«Dans la nuit du 16 au 17 octobre, les enquêteurs turcs travaillaient à l’intérieur de la résidence et voulaient avoir un accès complet au jardin et au puits, sans toutefois obtenir une autorisation […]. Cependant, ils ont pu rapidement prélever des échantillons pris avec une sonde en haut du puits. Ces échantillons ont été ensuite examinés. Ils prouvent la présence d’acide fluorhydrique et d’autres produits chimiques», a déclaré le correspondant de la chaîne, Andrew Simmons.

Riyad a récemment fini par reconnaître la mort du journaliste, disparu le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Les autorités saoudiennes assurent que Jamal Khashoggi a été tué lors d’une rixe et démentent avoir ordonné son assassinat. Selon Riyad, 18 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

Les enquêteurs n’ont toujours pas retrouvé le corps de Jamal Khashoggi, qui s’était exilé en 2017 aux États-Unis et publiait régulièrement dans le journal The Washington Post des tribunes critiques envers l’héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane al-Saoud.

La Turquie mène sa propre enquête sur ce meurtre. Le 31 octobre, le procureur général d’Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce meurtre.

Le président du parti turc VATAN, Dogu Perinçek, avait annoncé pour sa part que le corps de Jamal Khashoggi se trouvait dans un puits, situé sur le territoire de la résidence du consul saoudien à Istanbul.

 

 

 

Publicités

Une vidéo montre le «double corps» sortant du consulat saoudien portant les vêtements de Khashoggi après le meurtre

Le procureur général d’Istanbul convoque 28 autres membres du personnel du consulat d’Arabie saoudite…voici pourquoi:

Dans cette image réalisée à partir d’une vidéo, Jamal Khashoggi parle lors d’une interview en mars dans un lieu tenu secret. Dix-huit jours après la disparition de Khashoggi, l’Arabie saoudite a reconnu samedi matin qu’il était mort dans un « combat de poings » à l’intérieur du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Selon une vidéo de surveillance, un homme portant apparemment les vêtements de Jamal Khashoggi a quitté le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul après l’assassinat du journaliste, alors qu’un membre de l’entourage du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman aurait passé quatre fois au bureau du prince.

Les reportages de CNN et d’un journal turc pro-gouvernemental sont parvenus juste un jour avant le sommet du prince Mohammed sur l’investissement, qui doit débuter à Riyad, et le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis que les détails de l’assassinat de Khashoggi « seront révélés nus » . « 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, prononce un discours devant les partisans à Istanbul dimanche. Erdogan a annoncé qu’il annoncerait les détails de l’enquête turque sur la mort de Khashoggi mardi.

 

Cela ajoute encore une fois à la pression qui pèse sur l’Arabie saoudite pour le meurtre du chroniqueur du Washington Post et du résident permanent des États-Unis. L’affirmation samedi du royaume selon laquelle Khashoggi est mort dans un « combat de poings » a rencontré le scepticisme international et des accusations de dissimulation pour dispenser le prince héritier, âgé de 33 ans, de toute responsabilité directe.

 

Les médias turcs et des responsables affirment qu’une équipe saoudienne de 15 membres s’est rendue à Istanbul le 2 octobre, sachant que Khashoggi arriverait pour obtenir un document dont il avait besoin pour se marier. Une fois à l’intérieur de la mission diplomatique, les Saoudiens ont abordé Khashoggi, lui ont coupé les doigts et ont tué et démembré l’écrivain âgé de 59 ans.

CNN a diffusé lundi une séquence de surveillance montrant l’homme vêtu de la chemise, du veston et du pantalon de Khashoggi. Un responsable turc aurait qualifié cet homme de « double » et un membre de l’équipe saoudienne a été envoyé à Istanbul pour viser l’auteur. L’homme est vu dans les images sortant du consulat par la sortie arrière du consulat avec un complice, puis prenant un taxi pour se rendre à la célèbre mosquée Sultan Ahmed d’Istanbul, où il est entré dans une salle de bains publique, s’est déshabillé et est parti.

CBC News
Khashoggi ‘double body’
 REGARDER

00:00 00:26

Détails de la lectureDétails de la lecture


CBC Caffeine Player 14.2.0

La vidéo de surveillance montre un homme semblant porter les vêtements de Jamal Khashoggi quittant le consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul après le meurtre du journaliste le 2 octobre. 0:26

 

 

La chaîne de télévision publique TRT a également annoncé par la suite qu’un homme qui entrait dans le bâtiment du consulat avait été vu en train de quitter le bâtiment avec les vêtements de Khashoggi.

Dans les jours qui ont suivi la disparition de Khashoggi, des responsables saoudiens ont d’abord annoncé qu’il avait quitté le consulat, ce qui impliquait une préméditation de la part de l’équipe saoudienne.

« Après que les autorités turques et les médias eurent été autorisés à inspecter l’intégralité du bâtiment du consulat, les accusations portèrent à la prétention scandaleuse qu’il avait été assassiné au consulat, pendant les heures de bureau et avec des dizaines d’employés et de visiteurs dans l’immeuble », Le 8 octobre, l’ambassadeur saoudien auprès des Etats-Unis, le prince Khalid bin Salman, frère du prince héritier, a écrit: « Je ne sais pas qui se cache derrière ces affirmations, ni dans leurs intentions, et je m’en moque franchement. »

 

Appels au bureau du prince héritier

Le journal Yeni Safak a indiqué dans un article séparé que Maher Abdulaziz Mutreb, membre de l’entourage du prince Mohammed lors de voyages aux États-Unis, en France et en Espagne cette année, avait passé des appels du consulat. Selon le journal, les quatre appels ont été adressés à Bader al-Asaker, responsable du bureau du prince Mohammed. Un autre appel a été envoyé aux États-Unis.

Yeni Safak n’a cité aucune source d’information. Cependant, des journaux pro-gouvernementaux ont divulgué des informations sur le meurtre de Khashoggi, apparemment avec l’aide des forces de sécurité turques. Yeni Safak a annoncé la semaine dernière que des responsables saoudiens avaient coupé les doigts de Khashoggi, puis l’avaient décapité au consulat pendant que sa fiancée attendait à l’extérieur.

Une image réalisée à partir d’une caméra de surveillance montre un homme identifié par des responsables turcs comme Maher Abdulaziz Mutreb se dirigeant vers le consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul avant la disparition de Khashoggi le 2 octobre 2018. L’image a été publiée jeudi par le journal pro-gouvernemental turc Sabah. (Sabah via Associated Press)

Les responsables en Arabie saoudite n’ont pas répondu aux demandes répétées de commentaires de l’Associated Press ces derniers jours, y compris lundi. Jusqu’à présent, l’Arabie saoudite n’a pas reconnu ni expliqué la présence de Mutreb à Istanbul – ni qu’un expert en criminalistique et en autopsie était également présent pour l’arrivée de Khashoggi au consulat.

La semaine dernière, une photo divulguée apparemment tirée d’une séquence de surveillance montrait Mutreb au consulat, juste avant l’arrivée de Khashoggi. Le nom de Mutreb correspond également à celui d’un premier secrétaire qui a déjà été diplomate à l’ambassade saoudienne à Londres, selon une liste de 2007 établie par le ministère britannique des Affaires étrangères.

Appels de condoléances

Dans le même temps, les médias saoudiens ont annoncé que le prince Mohammed et le roi Salman avaient téléphoné au fils de Khashoggi, Salah, tôt lundi matin. Selon des déclarations de l’agence, le roi et le prince héritier ont exprimé leurs condoléances pour la mort de Khashoggi.

Un ami saoudien de Khashoggi, qui était en contact avec lui avant sa mort, a déclaré à l’Associated Press que Salah Khashoggi faisait l’objet d’une interdiction de voyager et qu’il était interdit de quitter le royaume depuis l’année dernière à la suite des critiques adressées par son père au gouvernement. L’ami a parlé sous condition d’anonymat par peur de répercussion. Les déclarations saoudiennes n’ont pas reconnu l’interdiction.

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman participe à la cérémonie d’ouverture du G20 au Hangzhou International Expo Center le 4 septembre 2016 à Hangzhou, en Chine. Bin Salman, aujourd’hui prince héritier, et son père, le roi Salman, ont appelé le fils de Khashoggi pour lui exprimer leurs condoléances pour le décès de son père, a annoncé le gouvernement saoudien. (Nicolas Asfouri / Getty Images)

Cinq employés turcs du consulat ont également témoigné lundi devant les procureurs, ont rapporté les médias turcs. Le procureur en chef d’Istanbul avait convoqué 28 autres fonctionnaires du consulat d’Arabie saoudite, y compris des citoyens turcs et des ressortissants étrangers, pour témoigner. Certains employés turcs auraient déclaré avoir reçu l’ordre de ne pas aller au travail à l’époque de la disparition de Khashoggi.

Les enquêteurs turcs ont également visité lundi un parking souterrain à Istanbul où les autorités avaient retrouvé un véhicule appartenant au consulat saoudien. Selon certaines informations, la voiture aurait été laissée là il y a deux semaines. Les enquêteurs qui enquêtent sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi la semaine dernière ont fouillé d’autres véhicules du consulat, ainsi que le bâtiment du consulat et la résidence du consul général.

 

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a déclaré dimanche à Fox News que le meurtre de Khashoggi était « une opération frauduleuse » et que « nous ne savons pas où se trouve le corps ».

« Les personnes qui ont agi de la sorte l’ont fait en dehors du cadre de leur autorité », a-t-il déclaré. « De toute évidence, une énorme erreur a été commise et ce qui a aggravé l’erreur est d’essayer de dissimuler. C’est inacceptable pour le gouvernement. »

Les critiques des législateurs américains

Cependant, des républicains et des démocrates au Congrès estiment que l’Arabie saoudite devrait être punie pour le meurtre de Khashoggi. Le président des États-Unis, Donald Trump, avait également évoqué la possibilité d’une sanction, mais a déclaré qu’il ne voulait pas mettre fin aux ventes d’armes proposées à l’Arabie saoudite, car cela nuirait aux fabricants américains.

Jared Kushner, conseiller à la Maison Blanche, a déclaré lundi à CNN qu’il avait exhorté le prince héritier de l’Arabie saoudite à faire preuve de transparence à propos du meurtre, et qu’il « le monde regarde » le récit de Riyadh sur la disparition du journaliste. Il n’a pas précisé quand ni par quels moyens il avait communiqué avec le prince Mohammed avec qui il entretenait une relation personnelle.

La Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont publié une déclaration commune condamnant le meurtre de Khashoggi, soulignant qu’il y avait un « besoin urgent de clarifier ce qui s’était passé ».

Dans un communiqué publié dimanche, les gouvernements ont déclaré que les attaques contre les journalistes étaient inacceptables et « préoccupent au plus haut point nos trois pays ». Selon eux, les « hypothèses » proposées jusqu’à présent dans l’enquête saoudienne doivent être étayées par des faits pour être considérées comme crédibles.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré dimanche à la presse à Berlin qu’elle était favorable à un gel des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite. Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a appelé lundi à une position commune européenne, dans la mesure où l’Allemagne « n’approuvera pas pour l’instant d’autres exportations d’armes parce que nous voulons savoir ce qui s’est passé ».

 

 

LIBYE: 36 CADAVRES D’HOMMES EXÉCUTÉS RETROUVÉS

Les corps de 36 personnes exécutées par balle ont été découverts près de Benghazi, dans l’est de la Libye, une région contrôlée par le maréchal controversé Khalifa Haftar, a indiqué dimanche un responsable des services de sécurité.

Cela rappelle les commandos de la mort de l’ancienne dictature Rivera en Argentine!

En effet, le responsable a indiqué que les corps retrouvés dans la région d’Al-Abyar, à 70 km à l’est de Benghazi, sont ceux de terroristes présumés, dont 19 de nationalités étrangères.

En outre, la mission de l’ONU en Libye a “condamné avec la plus grande fermeté le crime odieux qui a entraîné la mort d’au moins 36 personnes”, appelant à une enquête immédiate pour traduire les auteurs en justice.

D’autre part, le maréchal Haftar avait déjà annoncé l’ouverture d’une enquête pour identifier et arrêter les auteurs de ce “crime”, et déterminer si les victimes étaient emprisonnées par ses forces ou pas, selon le texte d’une décision publié par l’agence Lana, loyale aux autorités de l’est.

A Tripoli, le gouvernement d’union nationale (GNA) a condamné de son côté un “crime odieux et un acte horrible”, annonçant à son tour l’ouverture d’une enquête.

Par ailleurs, des membres de l’Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Haftar sont accusés d’implication dans des exécutions sommaires de terroristes en état d’arrestation, dans les combats qui ont opposé les deux camps entre 2014 et 2017.

La Libye est déchirée par des conflits entre milices et deux autorités se disputent le pouvoir dans le pays: d’un côté le GNA, reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, de l’autre une autorité qui exerce son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Haftar et de l’ANL.
L’ANL a réussi cet été à reprendre à des groupes terroristes la quasi-totalité de Benghazi, deuxième ville du pays, après trois ans de combats meurtriers.

AFP