Accueil

Le sarcophage géant coiffe désormais la centrale nucléaire de Tchernobyl — Enjeux énergies et environnement

Laisser un commentaire

explosion-reacteur-3-centrale-nucleaire-fukushima-japon

Au départ de l,explosion,on voit bien le champignon caractéristique.Les retombées seront énormes.C’était le réacteur 3 de la centrale de Fukushima …Est-ce que l’homme a appris quelque chose depuis Tchernobyl?

http://www.lemonde.fr/energies/article/2016/11/29/le-sarcophage-geant-coiffe-desormais-la-centrale-nucleaire-de-tchernobyl_5040157_1653054.html Tchernobyl dispose de son nouveau sarcophage. Trente ans après la plus importante catastrophe nucléaire mondiale, la société Novarka, une coentreprise des géants français du BTP Vinci et Bouygues, a définitivement installé, dimanche 27 novembre, la nouvelle enceinte de confinement de la centrale. Juste à temps pour la cérémonie d’inauguration organisée, mardi 29 novembre, en présence du […]

via Le sarcophage géant coiffe désormais la centrale nucléaire de Tchernobyl — Enjeux énergies et environnement

Troisième Guerre Mondiale :Arme nucléaire: Washington menace Pyongyang d’une « riposte massive »

Un commentaire

Les Etats-Unis ont menacé jeudi la Corée du Nord d’une « riposte massive » si Pyongyang avait recours à l’arme nucléaire, une nouvelle poussée de fièvre le jour d’un tir raté de missile balistique par le régime communiste.

La Corée du Nord, sous sanctions internationales depuis dix ans pour ses programmes nucléaire et de missiles, a tiré un missile Musudan –capable théoriquement d’atteindre des bases américaines jusque sur l’île de Guam– mais il a explosé vers 06H30 (22H00 GMT mercredi), selon les armées sud-coréenne et américaine.

Même s’il a échoué, le tir est survenu juste avant le troisième débat de la présidentielle américaine mercredi soir entre Hillary Clinton et Donald Trump, une manière de souligner le défi que représente la Corée du Nord pour le prochain occupant de la Maison-Blanche.

aajckxs

« Nous condamnons fermement l’essai de la nuit dernière », a protesté le ministre américain de la Défense Ashton Carter lors d’une conférence de presse à Washington avec son homologue sud-coréen Han Min-Koo.

Reprenant les termes d’un communiqué commun sur l’alliance « stratégique » Etats-Unis/Corée du Sud, publié mercredi avant le tir, le patron du Pentagone a promis que les Etats-Unis « mettron(t) en échec toute attaque contre l’Amérique ou (ses) alliés et répondron(t) de manière massive et efficace à tout recours à des armes nucléaires ».

A Paris, le Quai d’Orsay a aussi condamné « ces nouvelles provocations inacceptables qui violent la résolution 2270 du Conseil de sécurité de l’ONU (…) et constituent une menace pour la paix et la sécurité régionales et internationales ».

Il s’agit du second lancement raté en moins d’une semaine de ce missile Musudan, une arme de fabrication maison dévoilée il y a tout juste six ans. D’une portée théorique de 2.500 à 4.000 kilomètres, ce missile pourrait, dans la fourchette basse, atteindre la Corée du Sud ou le Japon, et dans sa fourchette haute, toucher l’île de Guam.

Nouvelles sanctions

Le Conseil de sécurité de l’ONU avait condamné le premier tir, survenu samedi, alors même qu’il débat de nouvelles sanctions contre Pyongyang en réaction à son cinquième essai nucléaire, mené le 9 septembre.

La présidente de la Corée du Sud Park Geun-Hye a accusé la Corée du Nord de « menacer » toute l’Asie et le ministère des Affaires étrangères a dénoncé « l’obsession maniaque » de Pyongyang avec les bombes nucléaires et les missiles.

Le missile Musudan a désormais été testé huit fois cette année, dont une seule avec succès. Pyongyang avait lancé en juin un Musudan qui avait parcouru 400 kilomètres avant de s’abîmer en mer du Japon (mer Orientale). Un tir salué à l’époque par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, y voyant la preuve que son pays pouvait frapper les bases militaires américaines sur « le théâtre d’opérations du Pacifique ».

Malgré les échecs du Musudan, des spécialistes estiment que le programme progresse à allure soutenue.

 

« S’ils continuent à ce rythme, le missile à portée intermédiaire Musudan pourrait être opérationnel (…) l’année prochaine, soit bien plus tôt que ce à quoi on s’attendait », écrivait récemment John Schilling, ingénieur en aérospatiale, sur le site internet 38 North de l’Institut américano-coréen de l’université Johns Hopkins.

Si le fait de multiplier les tirs expose la Corée du Nord au risque d’échecs successifs, cela lui permet aussi d’accumuler les enseignements, soulignait l’expert.

La Corée du Nord a été soumise à cinq séries de sanctions depuis son premier essai nucléaire de 2006.

Après son quatrième test en janvier, le Conseil de sécurité a adopté les sanctions les plus dures jamais infligées à Pyongyang, visant ses exportations de minéraux et renforçant les restrictions bancaires. Les discussions actuelles ciblent l’industrie nucléaire et balistique nord-coréenne, selon des diplomates au Conseil de sécurité.

Et, afin de protéger l’allié sud-coréen des menaces de Pyongyang, le secrétaire d’Etat John Kerry avait confirmé mercredi le déploiement imminent du système avancé antimissiles américain (Terminal High Altitude Area Defence, THAAD).

Devant son homologue sud-coréen Yun Byung-se, le chef de la diplomatie américaine avait aussi menacé la Corée du Nord de « sanctions plus dures » tout en l’exhortant à reprendre le processus de négociations à six qui est gelé (Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Etats-Unis, Russie, Japon).

Source:AFP

Alerte Fukushima:les radiations auraient faites plus de 14,000 victimes en Amérique du Nord

2 commentaires

PacificCurrents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je  me permets aujourd’hui ,de vous donner de nombreux liens  qui  vous permettront de contourner la censure médiatique qui nous touche partout en Occident.Comme vous le savez,le mensonge a beaucoup d’avenir en Amérique du Nord,si rien n’est fait pour abattre ce mur  érigé sur la fausseté.

En tant que Chercheur et Diseur de Vérités,je donne le maximum ,j’essai de faire de mon mieux.

Voici:

Deux études  scientifiques sérieuses affirment qu’il y aurait plus de   14.000 décès et de nombreuses  maladies ,en Amérique du Nord ,causés par la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon.

Entre autres ,une lettre  publique  du scientifique japonais  Yuri Hiranuma  qui a publié  une étude  sur hypothyroïdie congénitale : http://fukushimavoice-eng2.blogspot.jp/2014/04/a-letter-to-editor-regarding.html .Un important  journal japonais a rejeté la lettre  sans aucune  explication.Il faut savoir que toute information touchant Fukushima est censurée depuis l’année passée…surtout depuis la dernière élection ,au Japon .La même censure politique s’installe de plus en plus sournoisement aux États-Unis d’Amérique.Au Canada ,on est plus hypocrite encore,car on  coupe  les subvention,on détruit  la crédibilité des personnes …et on utilise ses « petits amis de la haute finance » pour faire congédier les gens qui cherchent à éveiller le peuple.

L’éditeur de journal qui a refusé la publication, est sur ​​la « Liste des prédateurs Publishers 2014 » Beall:http://scholarlyoa.com/2014/01/02/list-of-predatory-publishers-2014/

Les deux études scientifiques  les plus  critiquées sont:

Mangano J, J Sherman, Busby C. (2013). Changements dans les cas confirmés, il n’y a plus de limites hypothyroïdie congénitale en Californie en fonction de retombées environnementales de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Ouvrez Journal of Pediatrics. 3 (4).http://file.scirp.org/Html/16-1330260_40157.htm

Mangano J, J. Sherman (2011). Une augmentation de la mortalité inattendue aux Etats-Unis suite à l’arrivée du panache radioactif de Fukushima: y a-t-il une corrélation? Int J Santé Serv, 42 (1):. 47-64 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22403909

Les sources de données

En Californie,le  Ministère de la Santé :Programme Public  de dépistage sur les nouveaux nés:http://www.cdph.ca.gov/programs/NBS/Pages/default.aspx Téléphone: 510-412-1500

Centers for Disease Control and Prevention, MMWR Tableau III (mortalité)http://wonder.cdc.gov/mmwr/mmwrmort.asp

Merci à Alfred Korblein ( http://alfred-koerblein.de ), qui a guidé de nombreuses  analyses avec son expertise dans les statistiques présentées ici. Alfred est également l’auteur d’une lettre à l’éditeur publiée dans: Réponse  sur les  14 000 décès  sur la Côte Ouest américaine .

Voir l’étude de Mangano et Sherman : http://baywood.metapress.com/app/home/main.asp?referrer=default

Merci aussi à Mattias Lantz ( http://katalog.uu.se/simpleinfo/?id=N1-152 ) pour sa précieuse contribution et les analyses de ces études. Lantz a également publié de nombreuses analyses convaincantes des études magano & Sherman: http://nuclearpoweryesplease.org/blog/?s=lantz+mangano

les fonctionnaires gouvernementaux japonais se sont régalé avec du riz de Fukushima! (Mis à jour)

Laisser un commentaire

La propagande va loin, très très loin même avec les fonctionnaires du gouvernement au Japon qui se sont vu servir du riz qui aurait été cultivé à Fukushima pour bien montrer qu’il n’y a aucun danger! De l’inconscience à l’état pure comme vous le verrez à la suite de cette brève.

Il y a deux jours, soi-disant dans le but de montrer que les retombées radioactives de Fukushima ont été réduites, un événement a eu lieu à Tokyo pour démontrer la sécurité à consommer du riz cultivé dans les environs de la zone évacuée autour de la centrale nucléaire de Fukushima selon la source d’origine, NHK.

Et puisque les fonctionnaires de la préfecture de Fukushima ont déclaré: « aucunes matières radioactives n’ont été détectées dans le riz récolté », un énorme stock de 540 kg de riz non-radioactif serait servi dans un complexe de bureaux du gouvernement à Tokyo durant 9 jours à partir de lundi.

Nous avons également appris que le vice-ministre de l’environnement Shinji Inoue et le vice-ministre de l’environnement parlementaire Tomoko Ukishima ont goûté des boules de riz faites de la culture du riz du premier jour. Inoue a expliqué que le riz était bon surtout quand il pensait à l’effort qui devait être fourni dans la culture.

Un agriculteur de la ville de Kawamata a quand à lui dit qu’il continuera à cultiver le riz, maintenant qu’il sait qu’il est possible de cultiver un produit savoureux si les rizières sont correctement décontaminées.

Source: Zerohedge

 

Traduction: Les moutons enragés

Mais c’est le paradis des bisounours le Japon alors!!! Les fruits et légumes de la région autour de Tchernobyl ne sont toujours pas comestibles malgré les années et le fait qu’il s’agissait d’un réacteur à l’uranium, et le gouvernement nippon tente de faire croire à sa population que la catastrophe impliquant du mox, et donc du plutonium, n’a aucun impact sur le riz.

Mais si les fruits et légumes de la région le sont, comment se fait-il que le riz ne le soit pas? Mensonge génocidaire?

Trouvé sur lesbrindherbes.org

 

Bref, vous l’aurez compris, il n’y a en fait officiellement aucun véritable problème à Fukushima, le riz peut être mangé, bientôt, ils organiseront même des garden-party au coeur de la centrale pour les populations locales à ce rythme là. Mais pour l’heure, ils manquent de place pour stocker les déchets radioactifs (qui ne posent pas de problèmes bien sur), alors le gouvernement surendetté à plus de 250% achète des terrains pour stocker atomique à la place de Tepco:

L’Etat japonais prévoit un premier budget de 100 milliards de yens (700 millions d’euros) pour prendre en charge à la place de l’opérateur de la centrale accidentée de Fukushima la création d’un site de stockage à moyen terme des déchets issus de la décontamination de la région, indique mercredi 11 décembre l’Asahi Shimbun.

« Initialement, c’est Tokyo Electric Power [Tepco] qui devait payer, mais le gouvernement Abe a jugé que la décontamination n’avancerait pas si elle restait confiée à la compagnie », explique en « une » le quotidien. « Du coup, le gouvernement a décidé de prendre à sa charge l’achat du terrain et l’installation des équipements nécessaires », poursuit le journal.

Il s’agira essentiellement de stocker pour une durée d’environ trente ans la terre, les feuilles et herbes radioactives récupérées dans la région polluée par les rejets de la centrale accidentée. Une surface de 3 à 5 kilomètres carrés est jugée nécessaire pour y stocker 15 à 28 millions de mètres cubes de déchets.

Au total, la construction et l’exploitation de l’ensemble devrait coûter 1 000 milliards de yens (7 milliards d’euros) et commencer à fonctionner en 2015. Un premier montant de 100 milliards de yens pour l’achat du terrain va figurer dans le budget de l’année débutant en avril 2014 en cours de préparation, selon l’Asahi. Au cours l’exercice actuel, près de 15 milliards de yens avaient déjà été budgétés pour prospecter et sélectionner des sites potentiels en fonction des types de qualité des sols.

Article complet sur Le Monde

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :