Fukushima et le nouveau «fascisme» japonais (article et vidéo)

Le mot du jour  Fukushima et le nouveau fascisme japonais  entrée 01

Fukushima continue de cracher des radiations. Les quantités semblent être en hausse, de même que les impacts.

Le site a été infiltré par le crime organisé. Il y a des signes terribles de catastrophe écologique dans le Pacifique et d’impacts sur la santé humaine aux États-Unis

Mais au Japon, une nouvelle Loi sur les Secrets d’État fait qu’un tel discours devient passible de dix ans de prison.

Taro Yamamoto, un législateur japonais, dit que la loi « représente un coup d’Etat » conduisant à « la recréation d’un Etat fasciste. » Le puissant journal Asahi Shimbun la compare aux lois «conspirationnistes» adoptées par le Japon totalitaire dans le cadre des préparatifs de Pearl Harbor, et avertit qu’elle pourrait mettre fin aux reportages indépendants sur Fukushima.

Le Premier ministre Shinzo Abe a orienté le Japon dans une direction de plus en plus militariste. Les tensions ont augmenté avec la Chine. Les manifestations massives ont été abandonnées avec des discours de «trahison».

Mais c’est Fukushima qui pèse le plus lourdement sur la nation et sur le monde.

Tokyo Electric Power (Tepco) a commencé à ramener au niveau du sol les barres de combustible chaudes suspendues en l’air de l’unité IV fortement endommagée. Les premiers assemblages enlevés pourraient contenir des barres encore inutilisées. Les autres pourraient être extrêmement radioactifs.

Mais Tepco a mis le holà sur la couverture médiatique et s’est plaint des hélicoptères des journalistes qui filmaient le retrait des barres de combustible.

En vertu de la nouvelle loi sur les secrets d’État, le gouvernement pourrait interdire – et arrêter-tous les médias indépendants sous n’importe quel prétexte à Fukushima, jetant un voile d’obscurité sur une catastrophe qui nous menace tous.

De toute évidence, quelle que soit la solution de nettoyage possible, cela prendra plusieurs décennies. La ville de Fairfax, CA, a appelé à une reprise en main mondiale de Fukushima. Plus de 150 000 signataires ont demandé une telle intervention à l’ONU.

En tant que société privée, Tepco vise à arrondir les angles, à rogner sur les salaires et à transformer ce nettoyage en un centre privé de profit.

Elle en aura amplement l’occasion. La piscine de combustible à l’unité Quatre pose d’énormes dangers qui pourraient prendre des années pour en venir à bout. Il en est de même pour les piscines des unités Une, Deux et Trois. L’ensemble du site est parsemé de milliers de barres hautement radioactives et d’autres matériaux dont les retombées potentielles sont des milliers de fois supérieures à celles qui ont frappé Hiroshima en 1945.

Peu de temps après l’accident, Tepco a réduit la main-d’œuvre de Fukushima. Il en a depuis rétabli une partie, mais a réduit les salaires. Des entrepreneurs louches font la navette parmi des centaines d’ouvriers non qualifiés qui travaillent dans des conditions horribles. Reuters affirme que le site est comme une ruche, infiltré par le crime organisé , soulevant le spectre du vol de matières radioactives pour des bombes sales et plus.

Des milliers de tonnes d’eau radioactive stagne désormais dans les réservoirs qui fuient, construits par des ouvriers temporaires qui mettent en garde contre leur construction de mauvaise qualité . Ils sont sûrs que cela va s’effondrer avec un fort tremblement de terre.

Tepco dit que, de toute façon, il ne peut que vider l’excès d’eau dans le Pacifique. L’expert nucléaire Arjun Makhijani a préconisé que l’eau soit stockée dans des superpétroliers jusqu’à ce qu’elle puisse être traitée, mais la suggestion a été ignorée.

Des centaines de tonnes d’eau s’écoulent aussi quotidiennement des montagnes à travers le site contaminé pour se jeter dans le Pacifique. L’ingénieur nucléaire Arnie Gundersen a depuis longtemps demandé à Tepco de creuser une tranchée remplie avec des absorbants pour détourner ce flux. Mais il a été répondu que cela coûterait trop cher.

Maintenant Tepco veut installer un mur de glace. Mais sa construction prendrait au moins deux ans. On ne sait pas d’où proviendrait l’énergie pour maintenir la paroi gelée, ni même si cela fonctionnera.

Pendant ce temps, les radiations ont maintenant atteint des niveaux records, tant dans l’air que dans l’eau.

Les retombées ont déjà été détectées au large de la côte de l’Alaska . Elles vont circuler le long de la côte ouest du Canada et des États-Unis jusqu’au nord du Mexique à la fin de 2014. La disparition massive de bébés lions de mer, de sardines, de saumons, d’orques et autres animaux marins a été signalée, ainsi qu’une désintégration massive des étoiles de mer . Un marin a fait un documentaire sur une immense « zone morte » à 2000 miles de Fukushima. Les Impacts sur les humains ont déjà été documentés en Californie et ailleurs.

Sans intervention mondiale, les isotopes à vie longue de Fukushima vont continuer à se déverser dans la biosphère pour les décennies à venir.

La seule énergie désormais produite à Fukushima provient d’une énorme nouvelle éolienne récemment installée offshore.

Encore en plein dans un désastre qu’il ne peut pas gérer, le gouvernement japonais pousse toujours à rouvrir les 50 réacteurs en arrêt forcé depuis la fusion des réacteurs. Il veut éviter les retombées publiques au sein d’une population terrifiée, et sur les Jeux olympiques de 2020, prévues pour une région de Tokyo maintenant remplie de points chauds radioactifs. Au moins une des caméras sur site a cessé de fonctionner. Le gouvernement a aussi apparemment interrompu la surveillance des radiations par hélicoptère.

Il y a un an un professeur japonais avait été détenu 20 jours sans procès pour avoir dénoncé l’incinération en plein air des déchets radioactifs.

Maintenant le Premier ministre Abe peut faire bien pire. Le Times of India rapporte que la loi sur les secrets d’État est impopulaire, et que la cote de popularité de Abe a chuté au moment où cette loi est passée.

Mais la nouvelle loi peut faire de la démocratie japonaise une relique de son passé pré-Fukushima.

C’est la marque cancéreuse d’un régime nucléaire attaché à contrôler toutes les informations sur une catastrophe mondiale mortelle maintenant en progression constante.

Source: Harvey Wasserman

 

Publicités

Le Japon vient de lancer sa campagne de pêche à la baleine dans l’Antartique

En 2006,ce navire de pêche japonais vient de capturer une baleine.
En 2006,ce navire de pêche japonais vient de capturer une baleine.

Plutôt que de lutter contre la catastrophe de Fukushima, plutôt que d’utiliser les aides internationales pour son peuple, le Japon va massacrer des baleines pour rien…Enfin si, pour empoisonner ses enfants et sont peuple, car la viande de baleine, comme tous les pélagiques (surtout le thon), est contaminée par des métaux lourds dont le mercure…Viande distribuée dans les écoles d’ailleurs…
Vive l’idiocratie !

Soutenons la Sea Shepherd dans leur lute contre les baleiniers japanais :http://www.seashepherd.fr/

 

Deux navires baleiniers japonais et un navire de surveillance sont partis, samedi 7 décembre, de l’archipel nippon pour leur chasse annuelle dans l’Antarctique. Les trois bateaux ont quitté le port de Shimonoseki (sud-ouest du pays) pour target= »_blank »>rejoindred’autres navires afin de prendre jusqu’à 935 baleines de Minke de l’Antarctique et jusqu’à 50 rorquals communs d’ici au mois de mars, a expliqué l’agence de presse Kyodo.

L’Agence des pêches avait gardé secrète la date de départ de la flotte baleinière par mesure de précaution, craignant une obstruction par des groupes de militants contre la pêche à la baleine, dont Sea Shepherd. La campagne annuelle des baleiniers japonais est de fait souvent perturbée, parfois de façon violente, par les bateaux de cette ONG menée par l’« eco-warrior » Paul Watson. Ces batailles ont déjà  eues lieu dans le passé  et n’ont pas empêché les baleiniers de remplir leurs objectifs.

PRÉTEXTE SCIENTIFIQUE

Les prises de baleines pratiquées par le Japon sont dénoncées par les organisations écologiques et gouvernements étrangers. Bien que la Commission baleinière internationale (CBI) a instauré un moratoire international sur la chasse commerciale en 1986, le Japon bénéficie en effet de dérogations lui permettant de mener des chasses à la baleine dans le Pacifique Nord-Ouest et dans l’Antarctique officiellement dans un but de « recherche scientifique ».

Toutefois, la chair de cétacé finissant sur les étals des marchés au poisson, le prétexte scientifique est jugé mensonger par les opposants qui considèrent qu’il s’agit d’une pêche commerciale déguisée, donc attentatoire aux règles internationales. Au cours des quinze dernières années, environ 15 000 baleines ont ainsi été pêchées sans que la Commission baleinière internationale ne bronche.

La pêche japonaise est d’autant moins fondée que depuis plusieurs années la majorité des stocks de viande de baleine ne trouvent pas preneur au Japon, faute de  consommation  nationale suffisante.

Au Japon, la viande de baleine ne se vend plus

Baleines 001

Alors que leurs bateaux continuent de les chasser de manière impitoyable dans les eaux du Pacifique, les Japonais semblent avoir perdu l’appétit pour la viande de baleine. Selon l’Institut nippon de recherche sur les cétacés, une structure semi-publique qui supervise les missions de pêche, 908,8 sur les 1 211 tonnes de chair issues de la campagne du pays l’an dernier n’ont ainsi pas trouvé preneurs, soit presque 75 % des stocks.

L’organisme a pourtant ouvert treize ventes aux enchères, entre octobre et mars, pour écouler la marchandise congelée provenant des mammifères capturés dans les eaux du nord-ouest Pacifique, des baleines de Minke, rorquals de Bryde et rorquals boréal. Mais ce procédé s’est avéré être un échec, les grossistes et commerçants ayant boudé la chair de baleine, explique un rapport publié sur le site du Réseau japonais d’action pour les dauphins et baleines. Au point, que les coûts des expéditions n’ont même pas été couverts.

Pourquoi ? L’Institut nippon de recherche sur les cétacés blâme la réticence des commerçants qui souhaitent éviter les ennuis avec les associations de défense des animaux, comme la Sea Shepherd, qui, chaque année, mène d’intenses campagnes pour protéger ces espèces menacées et empêcher la flotte nippone de procéder à sa chasse. Ainsi, l’an dernier, les militants ont remporté une victoire importante lorsque la flotte baleinière en Antarctique est rentrée au port avec « seulement » 30 % des captures prévues, fixées à 900 baleines.

Selon les opposants à la chasse aux cétacés, le résultat de ces enchères ratées prouve surtout que les consommateurs japonais n’ont plus guère d’appétit pour la viande de baleine. Une enquête du Centre de recherche nippon, commandée par Greenpeace en 2006, révélait même que 95 % d’entre eux n’en avaient jamais mangé ou ne l’avaient pas fait depuis longtemps. La consommation de viande de baleine, importante après la seconde guerre mondiale, du fait de son apport en protéines, a fortement chuté ces dernières années.

L’an dernier, l’image de la chasse à la baleine a été encore davantage ternie par la révélation de l’usage de fonds destinés à la reconstruction de la côte après le tsunami – 2,3 milliards de yens soit 23 millions d’euros – , pour financer la campagne de pêche. L’agence des pêches avait rétorquée que l’utilisation de ces sommes était justifiée parce que l’une des villes détruites par le tsunami était un port baleinier.

Malgré tout, le Japon poursuit cette pêche, qu’il estime faire partie intégrante de sa culture voire de sa souveraineté. Bien que la Commission baleinière internationale (CBI) a instauré un moratoire international sur la chasse commerciale en 1986, le Japon bénéficie de dérogations lui permettant de mener des chasses dans le Pacifique nord-ouest et dans l’Antarctique, officiellement dans un but de « recherche scientifique ». En réalité, la viande de baleine termine bel et bien sur les étals. Au cours des quinze dernières années, environ 15 000 baleines ont ainsi été pêchées sans que la Commission ne bronche.

Sources: Le Monde,Audrey Garric,sources diverses