Nouvel Ordre Mondial:Un bref aperçu de la richesse juive

TOUT AU LONG DE L’HISTOIRE, le pouvoir et l’influence du Lobby juif sont légendaires. Ce pouvoir, à son tour, ne découle ni de la puissance politique, ni du soutien populaire, ni de la rectitude morale, ni de Dieu. C’est simplement le pouvoir de l’argent. Les riches ont toujours exercé une influence disproportionnée dans leurs sociétés, généralement au profit d’individus ou de leurs familles. Mais lorsqu’une minorité ethnique distincte travaille plus ou moins collectivement, avec une grande richesse derrière elle, cette minorité peut exercer un pouvoir totalement disproportionné.

Ce pouvoir est amplifié par le pouvoir juif dérivant de la propriété des médias à l’ère des médias, de leur position en tant que créateurs de contenu médiatique (ici, p. Lvi) et de leur influence sur la culture d’élite, en particulier dans le monde universitaire. [a]

Trop souvent, cependant, on lit des fulminations sur les «Juifs riches» sans connaître l’histoire et sans aucun fait ni détail derrière. Mon intention dans ce court essai est de fournir des données factuelles et de tirer des conclusions plausibles. La situation est, je pense, bien pire que beaucoup ne l’ont supposé.

Larry Silverstein est le plus bel exemple du fraudeur sioniste additionné d’une forte dose de conspirateur sans remord.
Après avoir acquis le World Trade Center,il fit doubler les assurances …juste 2 semaines avant le 9/11.

 

Un certain contexte

Comme d’habitude, un peu d’histoire est utile pour établir le contexte actuel (voir également Andrew Joyce, par exemple ici et ici). La première indication historique de la connexion entre les Juifs, l’argent et le pouvoir semble provenir de Cicéron, vers 59 avant JC. Son discours Pro Flacco offre la défense d’un propréteur romain en Asie du nom de L. V. Flaccus qui a été accusé de détournement de cargaisons juives d’or destinées à Jérusalem [b]. (Rappelons que Rome a conquis la Judée à peine quatre ans auparavant.) Cicéron commence par une déclaration révélatrice:

    Vous savez à quel point c’est une grande foule, comment ils collent les uns aux autres, à quel point ils sont influents dans les assemblées informelles. Je vais donc parler à voix basse pour que seuls les jurés puissent entendre; car ceux qui ne veulent pas qui les inciteraient contre moi et contre tout homme respectable.

Cicéron se moque clairement des Juifs, mais leur pouvoir doit être bien connu à ce moment-là, sinon sa moquerie serait inutile. Il procède à une défense enthousiaste, citant «l’acte de fermeté de Flacco pour défier la foule des Juifs» et leur «tentative de fixer leur haine sur lui».

Une deuxième allusion précoce à la richesse juive vient de l’empereur Claude dans son troisième édit de 41 après JC. Abordant les troubles civils à Alexandrie, Claudius distingue les Juifs, qui vivent «dans une ville qui n’est pas la leur». «Ils possèdent une abondance de toutes les bonnes choses» mais abusent de leur richesse en continuant de s’opposer aux autorités locales et en semant la discorde générale. Dans un sens, écrit Claudius, les Juifs pourraient être blâmés «d’avoir fomenté fléau général qui infeste le monde entier». [c]

Gaius Cornelius Tacitus…ou Tacite en français.

Puis en l’an 100 après JC, nous avons la critique bien connue de Tacite, dans ses Histoires. Au milieu d’une discussion sur «la race des hommes haineux envers les dieux» – il parle d’un peuple qui est «vil et abominable», ainsi que «dépravé» – il remarque que les Juifs de la diaspora, «les pires racailles de tous les peuples», ont travaillé sans relâche pour envoyer « tribut et contributions à Jérusalem, augmentant ainsi la richesse des Juifs« . Il est clair que cette richesse a été utilisée à des fins pernicieuses.

 

Cassius Dio

Vers l’an 220, Cassius Dio a écrit son histoire romaine dans laquelle il décrit les deuxième et troisième soulèvements juifs, respectivement en 115 et 132 après JC. De ce dernier événement, Dio explique que «Partout, les Juifs montraient des signes d’hostilité envers les Romains». Et ils ont évidemment pu utiliser leurs richesses pour soudoyer d’autres afin qu’ils leur viennent en aide: «ainsi, de nombreuses nations les rejoignaient par empressement à gagner de l’argent». Il est clair qu’il a fallu des richesses considérables pour payer «de nombreuses nations» pour les acheter afin de combattre à leurs côtés. Et il est évident que les Juifs ont réussi à en attirer une multitude d’autres: «la terre entière, pourrait-on presque dire, était en train de s’agiter».

Bien qu’ils perdraient dans ces soulèvements, les Juifs ont réussi à se regrouper et à réaffirmer leur pouvoir – un pouvoir devenu légendaire en 300 après JC [1]. C’est à cette époque que Justin l’historien a écrit son long traité Historiarum Philippicarum. Le livre 36 traite de l’origine ignoble du peuple juif et explique la croissance et la cohésion de cette tribu singulière. Leur théologie pragmatique a fusionné la religion avec la politique d’une manière qui s’est avérée très réussie; en conséquence, « il est presque incroyable de voir à quel point ils sont devenus puissants. » [d]

Puissant, en effet. Vers 420, le poète romain Rutilius Namatianus pouvait écrire, dans son De redito suo, sur la capacité des Juifs, malgré leur défaite formelle par les Romains, à continuer d’exercer une influence dominante: “Ce sont leurs propres conquérants qu’une race conquise maintient « 

Du moyen âge à nos jours

Après l’effondrement de Rome et pendant la montée précoce de l’Église, les Juifs ont continué à amasser des richesses et à exercer leur pouvoir. Nous le savons parce que, en tant que petite minorité, ils avaient toujours le pouvoir d’influencer les dirigeants dans toute l’Europe. Le fils de Charlemagne, Louis le Pieux (778–840), empereur du Saint-Empire romain germanique, prit en charge les Juifs, promulguant une charte de privilège pour eux. C’était une décision pragmatique parce que, comme l’explique Bacharach, les Juifs de l’époque étaient «militants, agressifs et puissants» [2].

Une grande partie de leur puissance et de leur richesse provenait de l’usure, qui s’est accélérée au début de la Renaissance. Au moment du quatrième concile de Latran de 1215, le pape Innocent III était prêt à promulguer des canons visant l’usure juive. «Plus les chrétiens sont empêchés de pratiquer l’usure, plus ils sont opprimés en la matière par la fourberie des juifs…» (Canon 67). N’étant pas soumis à des restrictions morales chrétiennes, les Juifs dominaient la finance et les prêts à intérêt, en profitant énormément. Cette situation a provoqué une réprimande de Thomas d’Aquin: «Il vaudrait mieux que la [royauté] oblige les Juifs à travailler pour gagner leur vie… que de leur permettre de vivre dans l’oisiveté et de s’enrichir par l’usure.» [3] C’était toujours un problème pour l’Église 300 ans plus tard, comme Martin Luther se sentait obligé de faire des commentaires critiques, qualifiant les Juifs de « bandits et voleurs » qui profitent « au moyen de leur maudite usure« . [4]

Le monde laïque a également pris note de la richesse et du pouvoir juifs démesurés. Dès 1798, le philosophe allemand Emmanuel Kant pouvait faire cette évaluation surprenante: «la richesse par habitant des Juifs… dépasse apparemment celle de toute autre nation à l’heure actuelle.» [5] En 1823, le poème de Lord Byron «L’âge de Bronze » remarqua le fait que « les juifs contrôlaient tous les États, toutes choses, tous les souverains». En effet: «C’est l’or, et non pas l’acier, qui élève l’arc de triomphe du conquérant.» En 1843, Bruno Bauer écrivait que «Le Juif… détermine le sort de tout l’Empire [autrichien] par sa puissance financière. Le juif… décide du destin de l’Europe. » [6] Et peut-être bien au-delà de l’Europe. Dans un essai de 1860, Ralph Waldo Emerson a remarqué la ténacité juive, provoquée par des années de persécution et de souffrance: «La souffrance qui est l’insigne du Juif, a fait de lui, de nos jours, le chef des dirigeants de la terre . » [7] En 1880, Laurent Oliphant pouvait écrire que les « opérations financières de la plus grande ampleur » sont l’apanage des Juifs. «En raison de l’importance financière, politique et commerciale que les Juifs ont atteint, ils sont devenus un allié indispensable dans tout conflit futur. » [8] Une décennie plus tard, Goldwin Smith a confirmé ce point de vue: «Le judaïsme est désormais [en 1894] la grande puissance financière de l’Europe, c’est-à-dire que le judaïsme est la plus grande puissance de toutes.» [9]

 

C’est à cette époque qu’un journaliste français nommé Edouard Drumont publie un grand livre relativement influent intitulé La France juive (1885). Ici, il a fait une déclaration choquante et franchement incroyable: « Les Juifs possèdent la moitié du capital dans le monde. » Commentant spécifiquement la France, il a noté que la richesse totale de cette nation était d’environ 150 milliards de francs, « dont les Juifs possèdent au moins 80 milliards » – soit un peu plus de la moitié [10]. On est déconcerté par de telles affirmations; «Impossible», dirions-nous. De toute évidence, Drumont s’était trompé. Ou peut-être pas.

Exemple des États-Unis

Prenons la situation actuelle aux États-Unis. 

Sur les 10 Américains les plus riches, cinq (50%) sont juifs: Mark Zuckerberg (72 G $), Larry Page (60 G $), Sergey Brin (59 G $), Larry Ellison (54 G $) et Michael Bloomberg (50 G $). La plupart de cet argent provient de l’industrie de haute technologie: Facebook (Zuckerberg), Oracle (Ellison) et Google (Page et Brin). [11]

Sur les 50 Américains les plus riches, au moins 27 (54%) sont juifs. [12] En plus des cinq ci-dessus, nous avons S. Adelson, S. Ballmer, M. Dell, L. Blavatnik, C. Icahn, D. Moskovitz, D. Bren, R. Murdoch (probablement en partie juive), J. Simons, L. Lauder, E. Schmidt, S. Cohen, C. Ergen, S. Schwarzman, R. Perelman, D. Newhouse, D. Tepper, G. Kaiser, M. Arison, J. Koum, S. Ross et C . Cook.

George Soros

Techniquement, cette liste devrait également inclure George Soros, dont la valeur nette était d’environ 26 milliards de dollars jusqu’à ce qu’il «fasse don» de 18 milliards de dollars à son propre organisme de bienfaisance début 2018. La richesse combinée de ces 27 personnes s’élève à environ 635 milliards de dollars. Remarque: Si les Juifs étaient proportionnellement représentés parmi les 50 premiers, il y aurait UN individu sur cette liste; au lieu de cela, il y en a 27.

Ou prenez une autre mesure de la richesse, le revenu du PDG. [13] 

Parmi les 10 PDG américains les mieux payés, quatre (40%) sont juifs: Leslie Moonves [14] (CBS), Nicholas Howley (TransDigm), Jeff Bewkes (Warner) et Stephen Kaufer (TripAdvisor). Parmi les 35 premiers, pas moins de 19 (54%) sont juifs; en plus des quatre ci-dessus il y a : D. Zaslav, S. Catz, A. Bousbib, R. Iger, M. Rothblatt, S. Wynn, M. Grossman, J. Sapan, B. Jellison, R. Kotick, J. Dimon , L. Fink, B. Roberts, L. Schleifer et S. Adelson.

Ainsi, qu’il s’agisse de l’actif total ou du revenu, les données montrent qu’en Amérique, les Juifs possèdent ou contrôlent en fait environ la moitié de la richesse – du moins parmi l’élite la plus riche. Ces gens sont les moteurs et les secoueurs de notre processus politique, et si la situation politique était perçue par les Juifs comme une crise, le montant d’argent qu’ils verseraient dans le processus politique pour le modifier à leur avantage est presque au-delà de toute compréhension.

 

Donald Trump ose avouer qu’il est le meilleur ami d’Israël.

Tirons une inférence plausible.

Si les Juifs contrôlent environ la moitié de toutes les richesses au sommet, il est raisonnable de déduire qu’ils peuvent détenir une part similaire dans toute la hiérarchie des richesses [15] – au moins parmi, disons, les 20% les plus riches des détenteurs de richesses, qui possèdent collectivement plus de 90% de la richesse des ménages aux États-Unis. En tout cas, ce qui suit est une tentative d’utiliser cette inférence pour estimer la richesse juive totale aux États-Unis.

Alors, combien d’argent cela représente? En 2018, le Wall Street Journal a rapporté que les actifs totaux de tous les ménages privés aux États-Unis atteignaient 100 billions (100 mille milliards soit 10**15) de dollars pour la première fois. [16] Si les Juifs américains en détiennent ou en contrôlent la moitié, cela équivaut à quelque 50 mille milliards de dollars.

Maintenant, cela demande un moment de réflexion. Si les chiffres de Drumont étaient choquants, celui-ci est absolument à couper le souffle. Pensez-y: les Juifs américains possèdent 50 billions de dollars – ou pour ces lecteurs aux prises avec des difficultés numériques, 50.000 milliards de dollars. Si les vrais chiffres sont proches de cela, effectuez cette expérience de pensée: Pensez au pouvoir que possède un homme avec un milliard de dollars; considérons maintenant l’équivalent de 50.000 de ces personnes, travaillant plus ou moins à l’unisson. C’est la puissance financière de la communauté juive américaine.

Prenons un exemple précis. Tom Steyer est typique d’un milliardaire juif intermédiaire, avec un actif net d’à peine 1,5 milliard de dollars. Mais il est exceptionnellement actif sur la scène politique, comme le savent tous ceux qui suivent la politique. Steyer est l’un des principaux donateurs des démocrates et mène la charge nationale pour destituer Trump. En 2018, il a été annoncé qu’il dépenserait 110 millions de dollars «pour redéfinir les démocrates» – à son goût, bien sûr. Cela a fait de lui «la plus grande source d’argent de campagne sur la gauche» et l’a mis sur la route «pour créer tout seul une structure de parti parallèle». Si un milliardaire mineur mais motivé peut le faire, pensez à ce que l’équivalent de 50.000 milliardaires peuvent faire.

Bien sûr, il n’y a pas autant de milliardaires américains. En fait, le nombre total (juifs et non-juifs combinés) a récemment été estimé par Forbes à seulement 585. Si l’analyse ci-dessus est à peu près correcte, environ 290 d’entre eux sont juifs. Leur richesse totale serait alors d’environ 1,5 billion (1,5 mille milliards) de dollars.

Nous pouvons pousser un peu plus loin. Selon la façon dont nous les définissons, il y a environ 6 millions de Juifs américains. CHACUN de ces 6 millions contrôlent donc, en moyenne, 8 millions de dollars, c’est-à-dire que, chaque homme, femme et enfant juifs contrôle 8 millions de dollars. Une famille type de quatre personnes détiendrait ainsi environ 32 millions de dollars. Ceci n’est pas la misère qu’on nous décrit dans les ghettos.

Et puis considérons le «1%» de  juif, qui représente environ 60.000 personnes. Si la même répartition approximative existe entre eux et parmi le grand public, alors ce 1% supérieur détient environ 35% de la richesse juive totale. Ainsi, les 60.000 premiers juifs détiendraient environ 18.000 milliards de dollars. Les 32.000 milliards de dollars restants seraient donc répartis entre les 99% autres juifs, soit 5.940.000 Juifs américains, ce qui rapporterait encore plus de 5 millions de dollars par personne, homme, femme ou enfant juifs. Ce n’est pas non plus la fameuse misère des ghettos dont la littérature goy nous abreuve.

Quelques questions troublantes

À ce stade, toute une série d’autres questions se posent: à part les personnes nommées, qui d’autre tire les ficelles de toute cette richesse? Comme je l’ai dit, les 27 premiers ne représentent qu’un peu plus d’un demi-billion de dollars (500 mille milliards). Les 290 Juifs les plus riches possèdent environ 1,5 billion (1,5 mille milliard) de dollars. Et les 60.000 premiers, environ 18 billions (18 mille milliards) de dollars. Qui sont ces gens? Mis à part la poignée au sommet, pouvons-nous même commencer à savoir qui sont les autres personnalités?

Et sous quelle forme est cette richesse? En espèces? Des stocks? Immobilier? Métaux précieux? (Les Juifs amassent-ils toujours de l’or?) Tout cela à la fois, sans aucun doute. Mais où est cet argent? Quels stocks? Quel immobilier? Étranger ou national?

Et puis les grandes questions: que peut-on faire, le cas échéant, à ce sujet? À première vue, il semble extrêmement injuste que, par exemple, 60.000 juifs américains détiennent environ 18 billions de dollars d’actifs. Surtout quand la moitié inférieure des Américains – environ 160 millions de personnes – possède un total combiné d’environ 0,3 billion de dollars. Et lorsque les 25% d’Américains les plus pauvres – environ 80 millions de personnes – ont une valeur nette négative, c’est-à-dire plus de dettes que d’actifs.

Ce n’est ni par hasard, ni par un accident et ce n’est pas non plus de la malchance.

Le système de distribution de la richesse en Amérique est conçu pour atteindre ce résultat, et les Juifs en tirent un avantage extrêmement disproportionné.

Que pourrait-on faire pour garantir une allocation plus juste de la richesse nationale?

Autrefois, vers 100 après JC, les autorités romaines ont institué un fiscus Judaicus, un «impôt juif», précisément pour compenser le surcoût imposé par les Juifs à la société. Oserions-nous suggérer de rétablir une telle chose? Quelques milliers de milliards de dollars pourraient aider à réparer les torts de la société moderne.

Irréaliste, dites-vous. Peut-être. Mais cela doit commencer quelque part. Quelqu’un doit évoquer ces possibilités sur papier, en public, afin d’entamer la conversation. Des choses plus étranges se sont produites dans le passé. Des choses plus étranges se produiront sûrement à l’avenir.

* * *

NOTES

[1] Voir Kevin MacDonald, Separation and Its Discontents (Chapter 3) La séparation et ses mécontents (chapitre 3) pour un compte rendu de la richesse et du pouvoir juifs au IVe siècle et en particulier la préoccupation des Juifs qui asservissent les non-Juifs.

[2] Première politique juive médiévale et Europe occidentale (1977), p. 104.

[3] De regimine judaeorum, 81-88.

[4] Sur les Juifs et leurs mensonges, p. 242.

[5] Anthropologie (1798/1978), p. 102.

[6] Cité dans Marx, «Sur la question juive», The Marx-Engels Reader, 1978, p. 49.

[7] “Fate”, dans Conduct of Life (1860).

[8] The Land of Gilead  (1880), p. 503.

[9] Essais sur les questions du jour (1894), p. 260.

[10] Dans Le juif dans le monde moderne (Mendes-Flohr et Reinharz, éd.), 2011, p. 315.

[11] Certains prétendent que l’homme célibataire le plus riche, Jeff Bezos d’Amazon (156 milliards de dollars), est entièrement ou partiellement juif, bien que cela ne semble pas étayé. Mais Amazon semble défendre régulièrement les intérêts juifs, comme dans sa censure des livres qui contestent le récit de l’Holocauste, et dans son blocus illégal de traductions alternatives de Mein Kampf. Et il a retenu les services du rédacteur en chef juif Martin Baron lorsqu’il a acheté le Washington Post.

[12] Données de Bloomberg Billionaires Index, consultées en août 2018.

[13] Selon le New York Times (25 mai 2018).

[14] Moonves a bien sûr été licencié depuis pour des plaintes de harcèlement sexuel contre lui.

[15] Il existe des preuves que le pourcentage juif diminue lorsque nous considérons le plus large réservoir de richesse. En 2009, Steve Sailer estimait que, sur les 400 Américains les plus riches, environ un tiers étaient juifs. Mais il s’agit d’une analyse vieille de 10 ans, et je n’ai connaissance d’aucune évaluation plus récente. En fait, la proportion de Juifs riches pourrait bien avoir augmenté depuis lors.

[16] https://www.wsj.com/articles/u-s-net-worth-surpasses-100-trillion-1528387386

***

Source : A Brief Look at Jewish Wealth

Par Thomas Dalton, PhD, auteur / éditeur de nombreux livres et articles relatifs aux intérêts blancs, au national-socialisme, à l’antijudaïsme et au révisionnisme de l’Holocauste. www.thomasdaltonphd.com..

—————————————–

 

 

 

 

Le message d’Emmanuel Macron aux juifs, que les médias n’ont pas diffusé

Le Ministre français de l’Economie Emmanuel Macron a rencontré les juifs français qui ont fait leur alya, durant son voyage de 3 jours en Israël, afin d’essayer de les convaincre de rentrer.

Emmanuel Macron,le banquier sioniste des Rotschild.

 

C’est en été 2004, lors de la visite en France du premier ministre israélien de l’époque, Ariel Sharon, que ce dernier recommandait aux juifs français de faire leur alya face à l’antisémitisme grandissant :

« Si je dois donner un conseil à nos frères en France, alors je leur dirai : venez en Israël le plus vite possible. Je le dis à tous les juifs du monde, mais là (en France), cela devient absolument indispensable, ils doivent partir. »

Ce sont presque 30.000 juifs français qui, depuis, ont immigré vers Israël.

 

Ces dernières années les chiffres ont considérablement augmenté. Selon les statistiques du Ministère de l’Immigration en Israël, ce sont 6 961 nouveaux israéliens en provenance de France qui ont été enregistrés. Le double de 2013 et plus que tous les autres pays du monde. La ville méditerranéenne de Netanya est même appelée la « Riviera israélienne » à cause des nouveaux venus de France.

C’est une perte amère pour la France, en particulier pour l’économie. La politique économique socialiste a provoqué une crise permanente et a mené à un chômage des jeunes à hauteur de 25%. Les juifs français qui ont quitté la France sont en revanche hautement qualifiés. 36% ont des diplômes universitaires, 17% sont des ingénieurs de recherche, qui seraient de la plus grande utilité pour la France, afin d’apporter dans un futur proche leur contribution à une reconstruction de l’économie.

Les appels du Ministre de l’Economie de la France, Emmanuel Macron, sonnaient presque désespérés, lorsqu’il s’adressait aux israéliens d’origine française, durant son séjour la semaine dernière en Israël, en particulier lorsqu’il visita le centre de hautes technologies, le Technion. A la question du ministre, leur demandant s’ils n’avaient pas envie de retourner en France, l’un deux répondit : « oui… pour les vacances ».

Durant une interview le ministre déclarait : « Un grand nombre de ces gens ont de l’énergie, de l’ardeur. Ils veulent créer des emplois, fonder des start ups et être innovants ici. Ces innovations, ils pourraient les réaliser en France. »

Un discours de Macron non révélé par la presse

Grumberg, un contributeur du très populaire blog politique Dreuz, a quitté sa patrie, la France, en 1990 avec comme but les USA, est retourné quelques temps en France et vit depuis 2005 entre Israël et les Etats Unis. Il révèle que Macron a tenu un autre discours devant des lycéens du lycée franco-israélien de Holon, deux jours avant son discours au Technion. Un discours non révélé par la presse, et dont il a reçu copie de l’enregistrement audio.

Dans ce discours, Macron confirmait aux jeunes juifs qu’ils ont pris la bonne décision et leur donnait un tas de bonnes raisons de ne pas retourner en France.

A Holon, Macron a souligné le manque de compétitivité des entreprises françaises, et les taux de profits peu élevés. Il rappelait que les contributions fiscales de 57% doivent être réduites, que l’économie doit être modernisée et que de cette situation actuelle, ce sont surtout les jeunes qui en souffrent.

La moindre des petites réformes est difficile à mettre en place, selon le ministre. La situation est totalement différente en Israël, où une meilleure culture existe :

«Ici, en Israël, l’ont peut observer les capacités de ceux qui prennent des risques et c’est de cela que l’économie française a besoin, de prendre plus de risques, comme vous le faites ici. »

« En France, nous avons ce paradoxe que, d’un côté, ceux qui ont échoués, sont stigmatisés en tant qu’entrepreneurs et d’un autre côté, ceux qui ont du succès sont considérés comme suspects. »

« C’est un pays bizarre, ou l’on a pas le droit à l’échec, mais ou l’on a pas non plus le droit d’avoir du succès. »

Pourquoi les jeunes israéliens voudraient-ils retourner dans un tel pays ?

Grumberg rappelle qu’en 2014, Hollande avait également, durant sa visite à la Silicon Valley, essayé de convaincre les français installés là bas de rentrer. Sans aucun résultat. Comme Macron, Hollande à l’époque parlait de projets pour baisser les impôts et promettait moins de bureaucratie. Mais les informaticiens et les entrepreneurs de start ups, selon Grumberg, ont préféré rester en Californie. « Et cela même, alors que, contrairement aux jeunes franco-israéliens, ils n’ont pas été de problème avec la violence antisémite. »

Pourtant, le Ministre de l’Intérieur français Cazeneuve fait de l’année 2015 une grande cause de combat contre l’antisémitisme – sauf que rien n’a été fait dans cette direction.

« Ce gouvernement a perdu toute crédibilité auprès des juifs. » Depuis le début du siècle, ce sont 16 juifs français qui furent assassinés par des musulmans sur le sol français.

Le nombre de violences antisémites a augmenté de janvier à mai 2015 de 84% et en comparaison avec 2013, l’augmentation est même de 161%. « L’immigration en provenance des pays africains amène la violence antisémite et anti israélienne. Et la vague se développe après chaque nouvelle arrivée de migrants ou de réfugiés », selon Grumberg.

Et l’Etat attise la haine : « Les français de religion juive ont un lien très fort avec Israël. Ils sont rongés par l’antisionisme radical des médias et des télévisions du service public. »

A quoi cela sert-il qu’un ministre essaye de convaincre sur de vagues espoirs, de réformer la politique économique ?

« La propagande d’Emmanuel Macron qui promet la réforme de l’économie et de la fiscalité, ainsi que de la bureaucratie pour séduire les juifs est vouée à l’échec, car il passe à côté du soucis principal des jeunes juifs : l’antisémitisme. » selon Grumberg.

Il y a onze ans, lorsque Ariel Sharon conseillait aux juifs de s’installer en Israël, cela a provoqué l’ire de l’establishment politique et médiatique en France. Ils lançaient que Sharon n’y connait rien et se mêle des affaires intérieures de la France.

En revanche, l’appel de Macron au nouveaux israéliens de retourner en France ne provoque aucun affolement, car personne ne craint que la France fasse revenir des citoyens israéliens.


HORS TEXTE

Le socialisme néolibéral si particulier de M. Macron

Emmanuel Macron semble ainsi adopter la politique économique préconisée par l’économiste libéral Jean-Marc Daniel.

Emmanuel Macron:le beau risque de la nouvelle vision des Rotschild.

Emmanuel Macron a lancé en novembre sa deuxième loi fourre-tout, intitulée « Nouvelles opportunités économiques », qui permettrait de déréglementer certains secteurs de l’économie française. Le ministre de l’Économie semble ainsi adopter la nouvelle politique économique de gauche préconisée par l’économiste libéral Jean-Marc Daniel dans un ouvrage de 2011, Le socialisme de l’excellence.

Dans l’introduction de son livre, Jean-Marc Daniel opère une distinction entre les premiers penseurs socialistes (Fourier, Saint-Simon) qui souhaitaient améliorer le sort des plus démunis, et ceux d’après 1848 qui veulent détruire la richesse au nom de la lutte contre la pauvreté. Emmanuel Macron marche dans les pas des premiers lorsqu’il paraphrase Paul Ricoeur dans l’émission Des paroles et des actes1 : « Être de gauche, c’est rendre l’homme capable ». Son but est d’améliorer la condition individuelle, mais sans recourir à une fiscalité punitive. Il déclare ainsi qu’être de gauche, « Ce n’est pas être un égalitaire jaloux »2.

D’après Jean-Marc Daniel, le principal clivage de notre société n’est pas la lutte des classes mais l’opposition entre rentes et talents. Emmanuel Macron refuse lui aussi le cadre d’analyse marxiste : « Je ne crois pas à la lutte des classes ». Au contraire, « être de gauche, […] c’est être davantage du côté du risque que de la rente »3. Ainsi seule la concurrence, renforcée par la fameuse loi Macron, permettra de réduire les inégalités et de « redonner plus de place aux jeunes et aux outsiders »4.

L’économiste et le ministre se rejoignent également sur l’obsolescence du statut de la fonction publique. Jean-Marc Daniel note avec malice qu’il a été supprimé en Suède, pays où la social-démocratie est pourtant forte. Cependant Emmanuel Macron a été désavoué par son propre camp lorsqu’il a déclaré en septembre que ce statut n’était plus adéquat.

Dans leur défense du « socialisme de l’excellence », Jean-Marc Daniel et Emmanuel Macron s’opposent d’abord à ce que le premier appelle le « socialisme de l’inflation » et le second « les dogmes des années 1980 »5, c’est à dire le keynésianisme. Tous deux refusent le recours trop facile à l’État, qui se traduirait par toujours plus de dépenses publiques, de dette et d’inflation.Donc l’esclavagisme financier!

Enfin, tous deux condamnent le quantitativisme simpliste et fustigent la réduction du temps de travail par la loi. Devant l’université d’été du MEDEF le 27 août dernier, le ministre de l’Économie a déclaré que « la gauche a cru que la France pouvait aller mieux en travaillant moins ». Jean-Marc Daniel l’approuve : un authentique social-démocrate ne devrait pas chercher à changer la vie à partir d’objectifs chiffrés comme les 35 heures, mais à promouvoir les talents.

 

Sources

NOTES

  1. France 2, 12 mars 2015
  2. Interview sur BFMTV mars 2015.
  3. Interview à Ouest-France, 1er septembre 2014.
  4. Interview à Paris Match, 27 février 2015.
  5. Interview à Paris Match, 27 février 2015.

 

Crime organisé:la mafia juive en France et le marché des drogues lourdes

 

Une photo rare dans les journeaux,en France : un juif sioniste mafieux en état d'arrestation.
Une photo rare dans les journeaux,en France : un juif sioniste mafieux en état d’arrestation.

Le 27 novembre 2010, après plusieurs semaines d’enquête, la police judiciaire parisienne a mis la main sur cent-dix kilos de cocaïne en provenance de Colombie (7 millions d’euros à la revente au détail). La drogue était stockée dans un luxueux appartement de Neuilly-sur-Seine en travaux. Sa propriétaire, absente, est une princesse saoudienne, qui a rapidement été mise hors de cause. Outre la drogue, les policiers ont également saisi près de 170 000 euros en liquide lors des différentes perquisitions qui ont eu lieu, ainsi que des vêtements et des objets de luxe.

Deux hommes et deux femmes ont été placés en garde à vue. L’un d’entre eux est de nationalité iranienne ; l’autre est de nationalité vénézuélienne, selon Libération. Le Figaro précise que quatre personnes ont été arrêtées : « un Vénézuélien, un Iranien et deux Français, dont une femme, compagne du chef de réseau, et un homme “bien inséré”, qui réside dans le XVIe arrondissement de Paris. Deux autres Français, mêlés à ce trafic, sont en fuite. »

En juillet 2010, les douaniers de Roissy avaient déjà saisi, dans un bagage non accompagné, 134 kilos de cocaïne dans un avion en provenance de Bogota. En juin, les douanes avaient réalisé la saisie de cocaïne la plus importante de leur histoire en découvrant 1,39 tonne de cocaïne sur un voilier, près des côtes de la Martinique.

Le 14 avril 2010 avait aussi eu lieu une grosse prise de drogue en Espagne : 814 kilos de cocaïne saisis dans un vrai faux camion du Paris-Dakar doté de 32 double-fonds. Le véhicule, couvert d’autocollants et de logos de grandes marques, avait été transformé pour faire croire à sa participation au Rallye Paris-Dakar comme camion ravitailleur, et avait suivi l’ensemble du parcours de la course. Il y avait même, à l’intérieur, des publicités qui étaient distribuées aux foules en liesse à chaque étape. La cocaïne avait été chargée au point de départ du Rallye, près de Buenos-Aires en Argentine, qui accueillait cet hiver le Paris-Dakar, et devait être acheminée à Ibiza, dans les Baléares, via le port de Bilbao.

Curieusement, la presse occidentale ne livre quasiment jamais les noms des trafiquants, sauf exception. Le magazine Times du 18 novembre 2009, par exemple, nous apprenait qu’un rabbin de Manchester, Baruch Chalomish, 54 ans, passait en procès pour trafic de cocaïne. La police avait retrouvé chez lui plus de 100 grammes de coke, une balance pour la peser, des billets roulés pour la sniffer, des cartes bancaires pour la mettre en ligne et 17 000 livres de cash. Le rabbin Chalomish, membre de la communauté juive orthodoxe de Manchester, distribuait aussi la drogue à des jeunes prostituées en échange de “faveurs sexuelles”. A son procès, il apparut avec sa barbe et son chapeau de fourrure. Dans le box des accusés, un interprète lui traduisait en hébreu les propos des magistrats.

La presse israélienne est moins vigilante, semble-t-il. Dans le Haaretz du 15 mai 2009, on apprend qu’un juif hassidique de la communauté de Satmar, en Israël, a été condamné au Japon à huit années de prison pour trafic d’ecstatsy. Il était le plus jeune de trois étudiants juifs arrêtés l’année précédente avec 90 000 pilules dans leurs valises. Les deux autres, Yoel Goldstein and Yaakov Yosef Grinwald, attendaient toujours leur procès. Tout trois avaient été arrêtés en avril 2008 à l’aéroport de Tokyo, dans un avion venant d’Amsterdam.

Le 3 juin 2009, selon Haaretz, deux Israéliens avaient été arrêtés par la police anglaise avec pas moins de douze tonnes et demi (12,5 tonnes) de marijuana(environ cinquante millions de dollars). Moshe Kedar, un homme de 81 ans, et son complice Mordechai Hersch, 67 ans, avaient été appréhendés après une filature.

En novembre 2008, un citoyen israélien d’une cinquantaine d’années était arrêté dans un appartement de Lima, au Pérou. Chez lui, les policiers avaient trouvé une demi-tonne de cocaïne. Son activité d’import-export de textile lui servait de couverture.

Le 4 septembre 2008, le tribunal correctionnel de Papeete avait condamné l’israélien Teiva Spector à dix ans d’emprisonnement pour un trafic de stupéfiants entre les Etats-Unis et Tahiti. L’homme avait aussi des passeports français et américain. Parmi les 18 autres prévenus, beaucoup étaient ressortis menottés et avaient été emmenés en prison, des mandats de dépôt ayant été prononcés à leur encontre. Ce réseau de trafiquants de drogues (ice et cocaïne) avait été baptisé par les médiats locaux, “Vahine connexion”, parce que Teiva Spector employait des femmes (“vahine”, en tahitien) pour faire transiter la drogue entre les Etats-Unis et Tahiti. Ces dernières, recrutées par son ex-concubine, condamnée à 8 ans d’emprisonnement, cachaient la drogue enroulée dans du film étirable entre deux culottes pour passer les frontières. Elles transportaient entre 300 et 500g d’ice ou de cocaïne et étaient rémunérées 8000 euros par passage. Ce vaste trafic, à l’échelle de Tahiti, se poursuivit de 2004 à 2006. C’est le contrôle douanier d’une des prévenues à l’aéroport international de Tahiti-Faa’a, en juillet 2006, qui avait fait tomber le réseau.

En février 2008, le rabbin hassidique Simcha Aschlag et son assistant, avaient été arrêtés à l’aéroport de Roissy. Ils transportaient dans leurs valises quelques 20 kilos de drogues. Le rabbin, petit fils de Yehuda Leiv Ha-Levi Ashlag, célèbre commentateur du Zohar, était assigné à résidence à Paris avec son complice. Mais au mois d’octobre, les représentants parisiens des avocats Yitzhak Osbicher et Moti Zivin parvinrent à obtenir du juge français leur libération provisoire afin qu’il puissent se rendre en Israël pour les fêtes, et ce, sans apporter aucune garantie de leur retour en France !

Nous ne prétendons pas que les malfrats juifs soient les seuls à faire du trafic international de drogue, mais enfin, certains signes permettent de supposer qu’ils sont en situation dominante. Le trafic d’ecstasy, en tout cas, est bel et bien un monopole de la mafia juive. Il suffit de voir les noms et les passeports de tous ceux qui ont été arrêtés, aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Belgique, en Hollande, en Afrique du Sud ou en Australie. S’ils s’étaient appelés Martin ou Pont l’Evêque, les coupables auraient eu le droit au journal de vingt heures, avec leurs tronches de blondinets en gros sur l’écran. S’ils s’étaient appelés Mohammed ou Aristide N’Goulou, la presse aurait discrètement cité leur nom avec quelques jours de retard. Mais quand les trafiquants internationaux s’appellent Shapiro, Lasry, Goldblum ou Rappaport, tous les journalistes du système la mettent en veilleuse.

Le fait est que les gros trafiquants de drogue internationaux sont des juifs ; les grands proxénètes internationaux sont des juifs ; les grands escrocs internationaux sont des juifs ; les grands négociants de matières premières sont des juifs, etc. Il  a fallu six livres de 400 pages à l’écrivain Hervé  Ryssen  pour tenter de faire le tour de la question. Et encore… Il s’est arrêté à mi-chemin !

SOURCES: HERVÉ RYSSEN

VOIR LES VIDÉOS:

 

 

 

 

Le fascisme sioniste en France

Manuel Valls ...fait la quenelle?
Manuel Valls …fait la quenelle?

 

Des juifs de France dénoncent la LICRA et les officines sionistes qui les mettent en danger

Sur Twitter, des juifs de France réagissent à la polémique de la quenelle montée de toute pièce par les officines sionistes :

Ce n’est pas seulement le climat de terreur imposé par ces officines de haine qui nous dérange. Cela fait des années que le sionisme tente d’imposer par la force son point de vue à l’ensemble de la communauté juive. Ce qui est plus grave aujourd’hui, c’est que ces officines ont adopté une stratégie d’escalade, depuis ces dernières semaines, et qui renvoie une image de plus en plus négative des juifs de France, communauté pacifique dans son ensemble, qui recherche la sérénité et autant que possible le minimum de publicité.

Pire, allant de concert avec un travail éhonté de la LICRA, qui a décidé d’antisémitiser un geste qui pourtant ne l’était pas depuis une décennie, favorise en un seul mois, un climat délétère et dangereux pour l’ensemble de la communauté. Ces officines projettent désormais d’aller plus loin encore dans une attitude fascisante et haineuse. Si rien n’est fait pour les arrêter dans la fabrication effective d’un climat antisémite, la tendance ne s’inversera plus.

Pourtant, ces officines ne sont en aucun cas représentatives des juifs de France. Elles sont de plus détestées du peuple français dans sa très grande majorité (même s’ils préfèrent se taire). Il est primordial et urgent que les juifs de France fassent clairement entendre, d’une manière ou d’une autre, qu’ils ne sont aucunement associables à des « sionistes fanatiques », qui imposent les intérêts du sionisme plus qu’ils ne défendent l’intérêt des juifs de France. Bien au contraire.

Une escalade de la menace sioniste en France est grave mais surtout extrêmement néfaste pour l’ensemble des juifs de France. La situation économique est catastrophique. S’il arrivait que la situation se détériore plus encore, comment voudriez-vous que les Français soient enclin par la suite à comprendre que tous les juifs ne sont pas des sionistes, alors qu’on n’entend (quasiment) qu’eux ? Tandis que les autres ne parviennent pas à se faire entendre, du fait de méthodes fascistes de la part des sionistes, dont l’attaque calomnieuse subie aujourd’hui n’est qu’une illustration parmi d’autres.

Nous invitons non seulement les juifs de France à se désolidariser du fascisme sioniste qui dénature l’image de la communauté ; et invitons tout juif à urgemment participer d’une manière ou d’une autre, à faire valoir qu’il ne les cautionnent nullement. Il faut également cesser le chantage à l’antisémitisme dès qu’une opinion contradictoire apparaît, risquant de galvauder totalement la notion. Et commencer à songer à « dés-antisémitiser » les gestes et les hommes qui en sont abusivement victimes.

Il faut cesser ce climat de répression de la pensée qui tend à semer de l’amertume dans le cœur de ceux, trop nombreux, qui la subissent (juifs compris).

Ceux qui au contraire, n’entendent pas nos prières et font le jeu du sionisme exacerbé, en le cautionnant par leur silence, ou pire en y apportant un concours quelconque, seront les grands responsables de l’amalgame néfaste entre deux notions, que seuls les sionistes veulent faire s’épouser de force : judaïsme et sionisme.

Nous inclinons chacun à agir afin de briser l’amalgame fabriqué par ces officines visant à faire déteindre l’image d’un sionisme fascisant et porteur de haine sur l’ensemble de la communauté juive, qui, a contrario, est demandeuse de paix et de sécurité.

lien : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Des-juifs-de-France-denoncent-la-LICRA-et-les-officines-sionistes-qui-les-mettent-en-danger-22505.html

Signer la pétition demandant la dissolution de la LICRA : 

https://www.change.org/fr/pétitions/pouvoirs-publics-dissoudre-la-licra-ligue-contre-le-racisme-et-l-antisémitisme