Hors des sentiers battus : La théorie du complot la plus impopulaire

Je ne veux vraiment pas contrarier qui que ce soit, et je sais que cette affirmation va être profondément douloureuse pour beaucoup, alors considérez-vous comme dûment prévenus, mais j’ai peur de devoir le dire…

Respirez profondément…

C’est parti…

Les Beatles faisaient partie “du club”.

Oui, j’ai bien peur que ce soit vrai. Ils n’étaient pas “quatre gars ordinaires de Liverpool”, John Lennon n’était pas un “héros de la classe ouvrière”, et le groupe et tous ses membres constitutifs étaient des agents de renseignement contrôlés par l’establishment : Des “agents de changement” utilisés pour introduire les changements culturels spectaculaires qui ont eu lieu dans les années 1960.

*Prend un hiatus pour se cacher derrière un canapé afin d’éviter tout déluge numérique de fruits pourris*.

Écoutez… Je n’aime pas ça plus que vous. J’ai grandi en adorant les Beatles (mon père avait des vinyles originaux des années 60, et l’un de mes premiers souvenirs est d’avoir dansé dans le salon sur “Twist ‘n’ Shout » – puis d’avoir hurlé d’horreur lorsque “A Taste of Honey » est passée après (je ne supporte toujours pas cette chanson…).

J’ai lu la biographie de Hunter Davies de manière obsessionnelle ; l’un de mes souvenirs d’adolescence les plus précieux est celui où moi et un ami Beatlemaniaque avons séché l’école pour la journée afin de prendre le train pour Liverpool et faire le Magical Mystery Tour (nous étions plus que ravis lorsque nous avons pu ensuite encaisser nos jetons de “boisson gratuite à la Caverne” sans être identifiés : Je me souviens même de ce que j’ai pris : un Malibu et un Coca Light. Parce que rien ne dit mieux culture rock liverpuldienne des années 1960 que des cocktails synthétiques trop sucrés à la noix de coco…).

Mais mis à part la nostalgie et les conseils d’adolescents… pour réitérer le même point que je fais chaque fois que j’évalue un héros culturel ou une star des médias : personne n’atteint un niveau de notoriété à moins que cela ne soit entièrement arrangé et sponsorisé par l’establishment (parce qu’ils possèdent les médias et ont créé la culture, mais nous y reviendrons plus tard).

Par conséquent, vous ne pouvez tout simplement pas atteindre le niveau de superstar mondiale que les Beatles ont atteint (notoirement, “plus célèbre que Jésus ») à moins d’avoir tous les bras de l’establishment derrière vous. Après tout, les Beatles n’étaient pas une sorte d’histoire à succès clandestine : ils étaient trop grand public, apparaissant dans toutes les émissions de télévision populaires et se retrouvant sans cesse dans tous les journaux, et cela s’est produit exceptionnellement vite et dans le monde entier – bien trop vite pour que ce soit “organique”. Gardez à l’esprit que la moitié du groupe était encore en âge d’aller à l’école au début des années 1960 – et pourtant, en février 1964, ils avaient obtenu un tube numéro un dans un pays dont ils n’étaient même pas originaires. Même les historiens classiques des Beatles admettent que leur histoire officielle ressemble à “un conte de fées ».

Comme il est notoirement difficile pour les artistes britanniques de “percer aux États-Unis” – sans parler de ceux qui ont à peine quitté l’uniforme scolaire – il est évident que cela ne s’est pas produit naturellement. Tout a été organisé dans les coulisses, et financé de manière exorbitante au plus haut niveau, afin de catalyser des changements sociaux incroyables comme nous n’en avions jamais vus auparavant (ou depuis), et c’est ce que nous allons explorer dans cet essai. Quels changements les Beatles ont apporté, pourquoi, et surtout, comment.

Si l’on considère les Beatles moins comme un groupe que comme une force culturelle capable de changer radicalement les attitudes, les comportements et les normes sociales dominantes (ce qui est l’objectif spécifique des “agents du changement”), nous pouvons constater qu’ils y sont parvenus avec succès : il suffit de comparer le monde d’avant les Beatles à celui d’après les Beatles – les grandes différences culturelles qui ont eu lieu entre 1960 et 1970. Pour citer une certaine cyber-encyclopédie : “aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux, les années 60 sont marquées par la contre-culture. On assiste à une révolution des normes sociales, notamment en matière d’habillement, de musique, de drogues, de tenue vestimentaire, de sexualité, de formalités, de droits civiques, de préceptes du devoir militaire et de scolarité ».

Comme le résume la citation ci-dessus, les années 1960 ont été marquées par une intense “libéralisation” de la société, avec un profond changement d’attitude à l’égard du trio titillant “sexe, drogue et rock ‘n’ roll”. L’histoire que l’on nous raconte est que ce changement s’est produit parce que le peuple, frustré d’être horriblement opprimé par des siècles de conservatisme austère, s’est soulevé et a changé la société pour le mieux.

Comme la plupart des histoires que l’on nous raconte sur notre histoire, ceci est complètement faux. Les gens ordinaires n’ont pas les outils, les ressources ou les capacités d’organisation nécessaires pour opérer des changements sociaux d’une telle ampleur en un temps aussi court. Ces changements se sont produits parce qu’ils ont été conçus et financés par l’élite, et qu’ils ont été induits comme “la nouvelle normalité” par leurs agents de changement stratégiquement placés. Aux États-Unis, la soi-disant contre-culture était entièrement contrôlée par la CIA, qui utilisait des agents de renseignement gérés – souvent des enfants de militaires de haut rang, comme Jim Morrison des Doors, fils de l’amiral Morrison – pour changer rapidement la culture.

Au Royaume-Uni, les Beatles ont fait l’objet d’un projet similaire de la part de l’armée et des services de renseignements. Une rumeur très répandue et crédible veut que le groupe n’ait écrit aucune de ses propres chansons et que celles-ci aient été, en fait, produites par des ingénieurs sociaux de haut niveau tels que Theodore Aldorno (un pianiste extrêmement talentueux qui avait initialement prévu de faire carrière comme compositeur), ayant des liens avec le Tavistock Institute et l’école de Francfort. En bref, des corps secrets et puissants d’intellectuels subversifs ont conspiré pour changer radicalement la culture avec une musique incroyablement accrocheuse, presque hypnotique, en utilisant de jolis garçons aux cheveux mous comme “façade” photogénique. Notez que le premier lien hypertexte de ce paragraphe se moque de cette théorie, sans fournir la moindre preuve qu’elle n’est pas vraie, ce qui est la méthode approuvée par la CIA pour étouffer les contestations du récit officiel, et la raison pour laquelle ils ont inventé le terme “théorie du complot ».

Cependant, en appliquant la moindre logique à la situation, nous pouvons voir que c’est presque certainement vrai – à l’époque de l’ascension fulgurante des Beatles vers une gloire insondable, ils étaient quatre adolescents impassibles sans aucune formation musicale formelle d’aucune sorte. Parmi tous les compositeurs professionnels brillants et accomplis du monde (comme, par exemple, Theodore Aldorno), est-il vraiment plausible que quatre jeunes amateurs aient pu s’entendre pour construire des mélodies impressionnantes, de niveau professionnel – encore et encore et encore – qui ont conquis le cœur du monde entier ?

Non, pas du tout.

Il serait étonnant de trouver ne serait-ce qu’un seul jeune au talent surnaturel dans une localité, sans parler de trois, quatre ou plus qui se connaissent. Il est donc beaucoup plus plausible qu’ils n’aient fait que suivre le modèle désormais établi depuis longtemps des “boys bands” : de jolis visages pour sourire aux caméras et faire bonne figure pour les fans, les vraies forces musicales écrivant les paroles et composant la musique dans les coulisses.

Dans le cadre d’une conspiration plus large, il s’agit d’une théorie assez “classique”, qui circule depuis des décennies et qui n’est pas vraiment controversée pour ceux qui savent que “le monde entier est une scène”. Mais cela ne représente pas toute l’étendue de ma conspiration : cela ne fait que préparer le terrain… Ce qui suit est, à ma connaissance, une “théorie du complot” entièrement originale, que j’ai élaborée tout seul, et je ne peux donc pas toujours “référencer” mes idées en reprenant les propos d’autres personnes. Ce que je peux faire, cependant, c’est extrapoler à partir de choses que nous savons, utiliser la logique et la raison, et arriver à une conclusion (euh, j’espère) convaincante…

Ma théorie est que les Beatles n’étaient pas “quatre gars ordinaires de Liverpool” qui ont grandi dans des foyers familiaux ordinaires, mais qu’ils étaient plutôt (à l’exception peut-être de George, mais nous y reviendrons plus tard) des résidents de la maison d’enfants Strawberry Field, sélectionnés dans leur enfance pour être sculptés par l’armée et les agences de renseignement afin de devenir plus tard des agents de changement stellaires célèbres. Les garçons auraient été placés dans des familles à un moment donné de leur enfance (comme c’est souvent le cas pour les enfants placés en famille d’accueil) afin de donner du crédit à leurs “histoires officielles”, mais ils seraient restés sous la direction et le contrôle étroits de leurs manipulateurs (et leurs “familles” étaient potentiellement ces manipulateurs – je veux dire, “Tante Mimi » ne sonne-t-il pas comme le nom d’une sorte d’espion du MI5 codé ?)

Je suis arrivé à cette conclusion parce que l’extraordinaire quantité d’influence sociale possédée par des personnes aussi célèbres que les Beatles, leur donnait un pouvoir énorme, et il n’y a tout simplement aucun moyen pour l’establishment obsédé par le contrôle de permettre à “quatre gars ordinaires de Liverpool” d’avoir ce genre de pouvoir, à moins que ledit establishment soit entièrement confiant qu’il reste complètement sous leur contrôle.

La seule façon d’assurer ce niveau de contrôle total est de former les futurs agents dès la petite enfance avec une programmation de type MK Ultra (et c’est quelque chose qui, comme on le sait, prolifère avec les enfants stars à Hollywood, et pour les mêmes raisons, l’actrice Roseanne Barr l’ayant confirmé : “MK Ultra règne en maître à Hollywood »). Si vous n’avez jamais entendu parler de MK Ultra, il ne s’agit pas d’une “théorie du complot”, mais d’un programme de modification du comportement et de gestion des perceptions (par exemple, un lavage de cerveau), aujourd’hui déclassé, utilisé par les agences de renseignement pour créer, en fait, des esclaves contrôlés par l’esprit grâce à la consommation de drogues et à des traumatismes. Ces esclaves peuvent ensuite être utilisés pour toute une série de rôles, dont celui de “stars”, c’est-à-dire de personnalités publiques très visibles qui influencent profondément le public.

MK Ultra n’a été porté à l’attention du public qu’en 1975, ce qui signifie qu’il a été largement utilisé au cours des décennies précédentes, à partir d’un travail qui a débuté dans les installations japonaises et les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, à peu près à l’époque de la naissance des Beatles.

MK Ultra était fondamental pour les subversifs sociaux machiavéliques qui cherchaient à changer le monde en profondeur, parce qu’ils ne pouvaient pas le faire seuls – ils avaient besoin d’agents de changement pour se produire sur la scène mondiale, qui avaient l’apparence et l’attitude requises. Un groupe de vieux hommes obèses (comme “l’élite” l’était et l’est généralement) ne va pas conquérir les cœurs et les esprits de la jeunesse mondiale : ce sont les jeunes hommes beaux et charmants qui le font.

Ainsi, si vous êtes un ingénieur social sournois qui cherche à créer et à gérer un agent de changement puissant, vous devez veiller à ce que cet agent soit sous votre contrôle étroit à tout moment – ce qui signifie qu’il reste un atout utile, plutôt que le dangereux handicap qu’il serait autrement. Si ces agents de changement n’étaient pas sous votre contrôle total à tout moment, ils pourraient devenir des voyous, s’écarter du script et utiliser leur incroyable influence pour effectuer des changements qui ne sont pas dans votre intérêt. C’est pourquoi les personnes à l’origine du contrôle mental de type MK Ultra – les “manipulateurs” – sont toujours très attentifs à cette possibilité.

Notez que la programmation MK Ultra peut commencer à échouer à mesure que les sujets vieillissent, en raison de changements neurologiques naturels dans le cerveau, et de nombreux agents MK Ultra sont sacrifiés à la trentaine pour cette raison précise. C’est peut-être pour cette raison que John Lennon, qui est mort quelques semaines seulement après son 40e anniversaire, a été tué. L’establishment n’a pas investi une fortune sans précédent pour le former dès sa naissance en tant qu’agent suprême du changement mondial, pour lui faire passer cinq ans à faire du baby-sitting et à cuire du pain, ce qu’il aurait fait après la naissance de son plus jeune enfant, Sean, en 1975, et s’« ils” – le mystérieux “ils” derrière tous les grands événements et phénomènes culturels – n’avaient pas réussi à le remettre sur les rails, ils l’auraient simplement fait tuer. “Ils » font cela tout le temps lorsqu’ils ne peuvent pas contrôler leurs agents, comme dans le cas de la princesse Diana (dont la mort a été jugée comme un “meurtre illégal » et non un accident).


…mais revenons aux Beatles…

Mais revenons aux débuts des Beatles… Si vous regardez attentivement, vous verrez que les orphelinats et l’industrie du placement familial ont été pendant plusieurs décennies des terrains de recrutement privilégiés pour diverses formes d’expérimentation gouvernementale, et ce pour des raisons évidentes : il n’y a pas de parents gênants pour s’opposer à l’inscription de leurs enfants dans de tels programmes. Dans le même ordre d’idées, nous savons également quel rôle central l’orphelinat Strawberry Field a joué dans la vie des premiers Beatles, les obligeant à écrire l’une de leurs chansons les plus populaires et les plus durables.

Mais pourquoi un orphelinat aurait-il une telle importance pour des garçons provenant ostensiblement de foyers familiaux aimants ?

Lorsque l’on se penche un peu plus sur le passé des Beatles (ou leur passé supposé), on découvre une quantité inhabituelle de traumatismes et d’instabilité : John et Paul ont perdu leur mère à un jeune âge ; John connaissait à peine ses parents et a grandi avec une “tante” (qui, selon les rapports officiels, a fait intervenir les services sociaux dans la famille) ; Paul avait peu de souvenirs de sa mère et avait – surtout pour l’époque – un père nettement plus âgé (40 ans à la naissance de son premier enfant, Paul). Ringo, quant à lui, était un enfant du divorce, à une époque où le divorce était rare et stigmatisé, et connaissait à peine son père, tout en passant une grande partie de son enfance à l’hôpital pour diverses maladies.

Le seul des quatre qui a prétendument eu une enfance normale, stable et sans drame, c’est George. C’est aussi celui qui a le plus dévié du scénario par la suite, et qui a connu une mort plutôt étrange – et significativement prématurée (il avait 58 ans). Officiellement attribuée à un cancer du poumon, la mort de Harrison est survenue peu de temps après ce qui semble être une tentative d’assassinat ratée, et Harrison lui-même avait exprimé à plusieurs reprises ses craintes d’être tué. S’il est vrai que George n’a pas été soumis au même niveau de lavage de cerveau traumatique de l’enfance que les autres (il est le seul à ne pas avoir perdu un parent par la mort ou le divorce), alors nous pouvons spéculer qu’il n’a peut-être pas été programmé aussi “efficacement” que les autres.

Une photo troublante des Beatles montrant un certain attachement au satanisme

 

Un thème intéressant que nous pouvons observer chez les trois autres Beatles est qu’aucun de leurs principaux fournisseurs de soins n’a consacré ses premières années d’âge adulte à élever des enfants, à une époque où cela était inhabituel. La tante de John, Mimi, et son mari n’ont pas eu d’enfants (par choix) et auraient eu la quarantaine quand ils se sont occupés de John. Le père de Paul n’est devenu parent qu’à l’âge de 40 ans et la mère de Ringo Starr n’a eu qu’un seul enfant – très inhabituel pour une femme de la classe ouvrière de l’époque – qui a passé une grande partie de son enfance loin de la maison familiale (prétendument à l’hôpital).

On peut donc se poser des questions intéressantes sur ce que ces personnes faisaient réellement dans leur vingtaine et leur trentaine. Bien sûr, la “backstory officielle” des Beatles a une explication, mais tous les bons espions ont des histoires de couverture. Est-il possible qu’ils travaillaient en fait pour l’État et les services de renseignements, se formant à leur rôle crucial de manipulateurs d’agents aussi importants par la suite ? N’oubliez pas que Liverpool est une ville portuaire, des lieux qui ont souvent des liens étroits et complexes avec les agences militaires et de renseignement. Le père de John et celui de Stuart Sutcliffe ont tous deux servi dans la marine, et le père de Sutcliffe serait devenu “fonctionnaire” – l’une des branches de la fonction publique étant l’agence de renseignement MI5.

Ainsi, ma théorie est que – à l’exception peut-être de George – les “histoires officielles” des Beatles ne sont pas entièrement vraies. John, Paul et Ringo étaient soit des orphelins, soit des enfants placés dans des familles d’accueil à Strawberry Field, qui ont probablement été placés dans des familles plus tard pour leur donner une légitimité en tant que “gars ordinaires de Liverpool”, mais qui étaient en fait des pupilles de l’État (il y a beaucoup d’allusions dans la littérature sur les Beatles que la mère de John Lennon était une prostituée, ce qui pourrait certainement être considéré comme une raison pour laquelle l’État l’a retiré de sa garde), qui avaient été programmés dès leur plus jeune âge, à l’aide de technologies militaires de contrôle mental “perfectionnées” pendant la Seconde Guerre mondiale, pour connaître plus tard un succès fulgurant.

 

 

 

Les longs séjours “à l’hôpital” de Ringo pendant son enfance pourraient très bien être un code pour (comme c’est souvent le cas dans ce genre d’affaires) aller dans des centres de programmation militaire. La mort des mères de John et Paul (les soignants auxquels ils étaient attachés) pourrait avoir été arrangée intentionnellement, en tant que sacrifice pour le lavage de cerveau traumatique de John et Paul (une partie essentielle des techniques de contrôle mental étant de sacrifier quelque chose que la victime aime). La mort de Stuart Sutcliffe pourrait aussi certainement entrer dans cette catégorie. Rien de tout cela n’est vraiment tiré par les cheveux une fois que vous avez étudié la véritable histoire de l’establishment et son utilisation bien documentée des techniques du style MK Ultra pour façonner et gérer les futurs puissants.

Mais pour moi, l’arme fatale a toujours été cette photo très célèbre de John Lennon enfant. Quelqu’un peut-il expliquer pourquoi il porte une casquette avec les lettres “SF”, si ce n’est qu’il était résident à Strawberry Field ? (Notez que l’emblème ne correspond à ceux d’aucune école qu’il aurait fréquentée, ni à ceux d’aucune école primaire de Liverpool).

 

Maintenant, jetons un coup d’œil à certaines des paroles de la chanson très rêveuse, presque hallucinogène (le LSD a joué un rôle clé dans les techniques MK Ultra), “Strawberry Fields Forever » :

Let me take you down / Laisse-moi t’emmener
‘Cause I’m going to strawberry fields / Parce que je vais à Strawberry fields
Nothing is real / Rien n’est réel
And nothing to get hung about / Et il n’y a pas de quoi s’énerver
Strawberry fields forever / Strawberry fields pour toujours

Living is easy with eyes closed / La vie est facile avec les yeux fermés
Misunderstanding all you see / Mal comprendre tout ce que tu vois
It’s getting hard to be someone but it all works out / C’est difficile d’être quelqu’un, mais tout s’arrange.
It doesn’t matter much to me / Ça n’a pas vraiment d’importance pour moi

“Rien n’est réel” – ? Hmm… Un théoricien de la conspiration pourrait dire que c’est plutôt révélateur – eh bien – d’une conspiration : une ruse pour tromper le public avec des acteurs et des agents de changement qui ne sont pas du tout ce qu’ils semblent être ?

“Il devient difficile d’être quelqu’un” = il devient difficile de continuer à jouer le rôle ?

“Misunderstanding all you see” = on vous vend une illusion, à vous, le public ?

Ce sont certainement des paroles très “intéressantes”…

Par la suite, beaucoup ont, bien sûr, fait grand cas de la relation improbable de Lennon avec Yoko Ono, une femme très étrange qui différait tellement de son type habituel. John Lennon aimait que ses petites amies ressemblent à Brigitte Bardot, à tel point qu’il encourageait sa première épouse Cynthia à modifier radicalement ses vêtements et ses cheveux pour ressembler davantage à la star française (et il a admis avoir exercé une pression similaire sur d’autres petites amies). Alors, pour un homme qui aurait pu avoir à peu près toutes les femmes qu’il voulait – probablement même Bardot elle-même – pourquoi a-t-il brusquement quitté sa femme ressemblant à Bardot pour une femme qui ne ressemblait en rien à son idéal physique ? Oui, le “grand amour”, bien sûr, peut-être : mais aussi peut-être (et probablement) autre chose.

Les circonstances de la première rencontre présumée de Lennon avec Ono sont extrêmement étranges et ses communications avec lui, hautement ésotériques (lui remettant un morceau de carte lisant “breathe” et ainsi de suite), et pour moi, cela crie “déclencheurs de programmation » et “handler”, c’est-à-dire quelqu’un qui gère les agents MK en déclenchant divers aspects de leur programmation avec certains mots – en effet, les agents MK Ultra ont des “mots de passe” pour les “activer”, tout comme les appareils technologiques. Il est intéressant de noter qu’Ono était originaire du Japon, le pays où MK Ultra aurait vu le jour, et qu’elle était issue d’une famille d’élite, son père étant un riche banquier et sa mère descendant de guerriers samouraïs.

Comme tout Beatlemaniaque vous le dira, dès que Yoko Ono est entrée en scène, ce fut le début de la fin pour les Beatles – a-t-elle donc été envoyée comme nouveau “gestionnaire” de Lennon, pour le faire entrer dans une nouvelle mission, une fois que son rôle d’agent de changement au sein des Beatles aurait produit les effets escomptés ? Au moment où les Beatles se sont séparés en 1970, la culture était méconnaissable par rapport à ce qu’elle était dix ans auparavant – mission accomplie, place à la suivante ?

Bien sûr, lorsqu’il s’agit de la séparation des Beatles, des doigts accusateurs ont été pointés sur Paul également, et je crois aussi, j’ai peur de le dire (je vous ai prévenus au début…) en la théorie “PID” – Paul is Dead – et que le Paul original a été écarté en 1966 parce qu’il sortait du script. Le Paul original était trop traditionnel et ne tenait pas à promouvoir le message de l’amour libre et de la drogue auprès des adolescents, alors ils se sont débarrassés de lui. Le Paul remplaçant était beaucoup plus hippie.

Comme je l’ai dit précédemment, si un agent MK a une programmation qui commence à échouer, il sera tué, car il est beaucoup trop dangereux si la programmation cesse de fonctionner efficacement, et je pense que c’est ce qui est arrivé à Paul (et peut-être plus tard, John aussi, et peut-être même George).

Il n’entre pas dans le cadre de cet essai d’exposer toutes les preuves de la théorie “PID”, mais je me suis plongé dans toutes les théories de PID il y a des années (c’était ma théorie de conspiration d’entrée !), et les preuves sont vraiment très convaincantes : par exemple, les médecins légistes italiens qui en avaient assez de lire les “théories de conspiration” selon lesquelles Paul avait été remplacé, se sont procuré des photos vérifiées de lui avant et après la date de sa mort présumée (novembre 1966) pour mesurer scientifiquement et prouver qu’il s’agissait de la même personne.

Ils ont publié leur choc et leur étonnement absolus lorsqu’ils ont découvert le contraire, à savoir qu’il ne s’agissait absolument pas de la même personne.

Il existe de nombreuses autres preuves corroborantes que vous pouvez creuser par vous-même (cette ressource est un bon point de départ), mais il suffit de dire que je suis convaincu, et si Paul a effectivement été tué (sacrifié car sa programmation était défaillante), alors cela donne encore plus de poids à ma théorie globale.

Si Paul était un homme ordinaire issu d’une famille ordinaire, alors sa mort et son remplacement par des agences de renseignement seraient impossibles à réaliser, car il est évident que sa famille le remarquerait et donnerait l’alerte. Mais si le “père” de Paul n’était pas vraiment un parent, mais un autre agent militaire – un gestionnaire – avec lequel Paul avait simplement été placé pour créer une histoire crédible – si son “père” et d’autres membres supposés de la famille étaient tous effectivement “dans le coup” – alors ce serait possible. Oui, je sais que tout cela semble un peu tiré par les cheveux, mais encore une fois, nous devons nous rappeler à quel point le pouvoir social des Beatles était grand. Ils étaient aussi célèbres que quiconque l’a été ou le sera jamais, et pour ce genre de pouvoir culturel colossal et sans précédent, on peut s’attendre à ce que des choses colossales et sans précédent se passent en coulisses pour le contrôler.

En effet, Hunter Davies, le biographe officiel des Beatles, a admis dans une édition ultérieure de son livre, qu’une grande partie de ce qui avait été rapporté dans le premier livre, n’était pas vrai. Ce livre avait été fortement édité (pour apaiser les familles, selon Davies, en faisant apparaître l’enfance des garçons comme plus heureuse qu’elle ne l’avait été) et donnait une impression très différente de la vie des Beatles (en particulier celle de John) par rapport à la réalité. Donc, de l’aveu même de Davies, il mentait et écrivait une fiction – mais à quel point mentait-il et quelle part de son livre était fabriquée ?

“Rien n’est réel”, vous vous souvenez ? Les Beatles vous le disent eux-mêmes (comme le “code » des gens haut placés dans le club l’exige) dans ce qui est l’un de leurs disques les plus célèbres, et celui qui donne le plus grand indice sur leurs véritables origines. Nous devons à nouveau nous demander pourquoi un orphelinat (parmi tous les endroits) aurait eu un impact aussi profond sur eux ?

John Lennon a déclaré dans une interview à Rolling Stone qu’il “ressentait une connexion avec les orphelins », ajoutant qu’« il y avait quelque chose qui n’allait pas chez moi, je pensais, parce que je semblais voir des choses que les autres ne voyaient pas ».

Que veut-il dire exactement par “voir” ? Et les orphelinats permettent-ils vraiment à des enfants du voisinage de venir au hasard et de s’associer étroitement à leurs protégés ? Comment se fait-il qu’il ait pu connaître ces orphelins suffisamment bien pour développer une “connexion” avec eux ? Il est évident, au vu de la profondeur de cet environnement, que John Lennon ne s’est pas contenté de jouer seul dans les jardins environnants.

L’histoire officielle est que, à l’époque, l’orphelinat n’accueillait que des filles. Il est admis qu’ils ont pris des garçons “plus tard”, il n’est donc pas impossible qu’ils aient fait une exception au préalable – surtout s’ils étaient généreusement encouragés par le gouvernement et les agences de renseignement à le faire. La situation des “demandeurs d’asile” nous montre maintenant qu’il est très facile pour les gouvernements centraux de passer outre les conseils locaux et de leur faire accepter des arrangements d’hébergement peu orthodoxes. Si le gouvernement peut forcer les conseils à accueillir des milliers d’hommes d’âge militaire contre leur gré, je suis sûr qu’il n’aura aucun problème à faire en sorte qu’un foyer pour enfants accueille quelques bébés.

Ce que nous devons toujours garder à l’esprit, c’est qu’en ce qui concerne la culture populaire d’après-guerre dans le monde occidental, il est vrai que “rien n’est réel”, qu’il y a des couches et des couches de mensonges et d’illusions, et que – si nous prenons ce qu’on nous dit pour argent comptant – nous allons effectivement “mal comprendre tout ce que nous voyons”, tout comme les paroles de Strawberry Field’s Forever nous le disent. Les agences de renseignement comme la CIA et le MI5, et les initiatives d’ingénierie sociale comme le Tavistock, ont conspiré pour créer un climat culturel complètement faux, et ce que nous considérons comme la “culture moderne” est une fraude – un mirage perpétué par les médias – à des fins d’ingénierie sociale et de contrôle des foules.

Si vous lisez cet article, il est probable que vous pouvez voir cela avec le Covid – que tout a été truqué par les médias pour manipuler les gens et changer le climat culturel. Si vous pouvez voir cela à propos d’un phénomène social, comprenez que ce genre de machinations ultra-manipulatrices n’a pas commencé seulement au cours des deux ou trois dernières années. Elles durent depuis bien plus longtemps que cela.

Si vous êtes nouveau dans ce milieu, vous serez peut-être tenté de vous moquer, “oh allez, tout n’est pas une théorie du complot”, et à cela je réponds, cela dépend de ce que vous voulez dire. Votre vie de tous les jours, votre famille et vos amis, votre travail, ne sont pas des conspirations. Mais tous les événements majeurs de la scène mondiale et les personnes qui attirent beaucoup l’attention des médias mondiaux, le sont presque toujours. Il s’agit de cascades stratégiques et d’opérations psychologiques de haut niveau visant à façonner vos perceptions, vos pensées et vos comportements afin de les adapter aux fins souhaitées par les classes dirigeantes.

Dans les années 1960, les classes dirigeantes avaient trois objectifs principaux (qui sont toujours les leurs) : 1) réduire la population ; 2) briser les familles ; 3) briser les communautés.

Les Beatles ont joué un rôle déterminant dans la création et la promotion d’une “culture de la jeunesse” qui n’existait pas vraiment auparavant (le mot “adolescent” n’a été largement utilisé que dans les années 1950). Cette nouvelle culture du sexe, de la drogue et du rock ‘n’ roll, si différente de tout ce qui avait existé auparavant, a joué un rôle clé dans l’aliénation des jeunes par rapport à la génération plus âgée, accélérant ainsi l’éclatement des familles et la fragmentation des communautés, et a contribué à la révolution sexuelle, qui a été essentielle pour réduire le taux de natalité.

En changeant l’attitude des gens à l’égard du sexe et en les convainquant de le considérer comme une activité principalement ou exclusivement récréative, plutôt que procréatrice, les gens ont commencé à avoir beaucoup moins de bébés. On pourrait penser que si l’on veut réduire le taux de natalité, encourager les gens à s’engager dans une activité plus potentiellement reproductive serait une approche complètement paradoxale, mais en fait, ce n’est pas le cas, car une fois que les gens considèrent le sexe comme une activité récréative plutôt que procréative, ils sont beaucoup plus susceptibles de s’engager volontairement dans la contraception et l’avortement, et amener les gens à faire ces choses eux-mêmes, plutôt que d’imposer ces mesures par la force (ce qui avait été essayé auparavant) est une stratégie beaucoup plus efficace pour limiter les naissances. Vous pouvez en savoir plus sur l’histoire et les objectifs réels de la révolution sexuelle, ainsi que sur les personnages profondément douteux qui en sont à l’origine (eugénistes ardents et racistes sympathisants des nazis, principalement) dans mon essai ici.

Pour résumer : après le rituel de sacrifice de masse qu’a été la Seconde Guerre mondiale, les mêmes personnes à l’origine de ce rituel ont tourné leur attention vers la décimation de la société et la réduction de la population par d’autres moyens. Il est plus facile de se débarrasser des gens en les empêchant de naître que de les tuer, d’où l’introduction dans les années 1960 de la pilule, de l’avortement légal et de la révolution sexuelle, dont la combinaison a fait chuter le taux de natalité. Mais pour que ces phénomènes se répandent, il fallait qu’ils soient promus de manière agressive par les agents du changement mondialement connus de l’époque.

L’invention de la “culture de la jeunesse”, telle que promue par les Beatles et d’autres grands noms de la culture populaire, a contribué à creuser un fossé durable entre les générations, ce qui a conduit à une atomisation et un isolement considérablement accrus, rendant les gens plus contrôlables. La première chose que font les abuseurs pour exercer un contrôle total est d’isoler une personne de ses anciennes communautés, et c’est aussi ce qu’ont fait les ingénieurs sociaux des années 60. Ces thèmes sont très bien explorés dans la série télévisée populaire “The Wonder Years », qui dépeint le conflit quasi permanent entre les parents et les adolescents des années 1960 : on nous fait croire que les choses ont “toujours été ainsi”, que les parents et les adolescents ont toujours été à couteaux tirés, mais ce n’est pas vrai, car la culture a rarement évolué aussi radicalement que dans les années 1960, créant ainsi autant de sujets de dispute.

Avant cela, les valeurs culturelles et les attentes des parents et des enfants étaient souvent plus ou moins les mêmes, et le sont toujours dans les cultures qui ne participent pas à la culture moderne, comme les tribus indigènes isolées. Si vous demandiez aux sociétés qui ne consomment pas du tout de médias grand public ou sociaux : “Vos adolescents se disputent-ils constamment avec leurs parents ?”, la réponse serait un non catégorique. Cette “guerre des générations” militante est un phénomène entièrement concocté, exclusif aux sociétés qui ont la télévision, la radio, les journaux, les magazines, etc.

L’idée qu’il est “naturel” que parents et enfants aient des croyances et des normes très différentes au point de se disputer constamment est une autre invention moderne. Des ingénieurs sociaux subversifs ont créé ce phénomène à travers les écoles, les universités, les médias et, surtout, la culture populaire (des jeunes), dans le but d’empêcher la culture traditionnelle d’être transmissible, ce qui conduirait inévitablement à son effondrement. C’est évident : si les parents ne peuvent pas transmettre leurs valeurs culturelles à leurs enfants, car ceux-ci sont trop absorbés par la culture moderne des jeunes, alors personne ne transmet la culture. La même chose se produit aujourd’hui, avec la génération Z “woke” qui est constamment en guerre contre ses parents de la génération X “bigote”.

Ces conflits artificiels existent parce que les créer est une stratégie plus efficace pour effondrer une culture que de l’envahir et de la bombarder, car la résistance est moindre. Les jeunes qui ont subi un lavage de cerveau pensent qu’ils détruisent leur culture par choix (parce qu’elle est ennuyeuse, arriérée, oppressive, transphobe, etc.), et les parents “dinosaures” qui tentent de défendre la culture meurent rapidement, de sorte qu’en quelques générations, les forces d’occupation hostiles ont gagné.

Souvenez-vous de ce que les maîtres veulent de vous : solitaire, isolé, atomisé, sans culture, sans famille, sans communauté – et plus de gens répondent à cette description aujourd’hui qu’à n’importe quel autre moment de l’histoire, et tout cela est le résultat direct des changements sociaux mis en place dans les années 1960 – par des agents de changement gérés par les militaires comme les Beatles.

Si vous ne me croyez toujours pas, considérez les paroles suivantes :

Imagine there’s no countries / Imagine qu’il n’y a pas de pays
It isn’t hard to do / Ce n’est pas difficile à faire
Nothing to kill or die for / Aucune raison de tuer ou de mourir
And no religion, too / Et pas de religion non plus

Imagine no possessions / Imaginez qu’il n’y a pas de possessions
I wonder if you can / Je me demande si vous pouvez
No need for greed or hunger / Pas besoin d’avidité ou de faim
A brotherhood of man / Une fraternité d’hommes

La question est de savoir si c’est un extrait de “Imagine » de John Lennon ou le dernier discours de Klaus Scwab au WEF.

Pas de pays ? (par exemple, un gouvernement mondial unique)

Pas de possessions ? (“Vous ne posséderez rien et serez heureux »)

Pas de besoin d’avidité ou de faim ? (Parce que l’avidité devient impossible une fois que la seule monnaie est constituée de CDBC contrôlés par le gouvernement et que la pâte d’insectes est très rassasiante ?)

Imagine » est un plan du Nouvel Ordre Mondial écrit par quelqu’un d’aussi “dans le club” que possible – celui qui l’a écrit a utilisé le super célèbre agent de changement Lennon pour le publier en 1971, nous expliquant la fin de la partie, maintenant que notre culture traditionnelle avait été subvertie avec succès dans les années 60. Je répète qu’il n’y a jamais eu de changement culturel aussi spectaculaire et complet que celui qui s’est produit au cours de cette seule décennie, et pour opérer ce genre de changements extraordinaires aussi rapidement, les ingénieurs sociaux avaient besoin d’un niveau de célébrité différent, d’un autre type d’idole et “d’influenceur” – il a donc fallu déployer des stratégies différentes pour les créer.

En fait, les Beatles n’étaient pas “réels” : ils étaient dès le départ des créations des services de renseignement militaire, préparés très tôt à changer la culture de façon permanente, et ils l’ont probablement fait avec plus de succès que n’importe quel autre agent de changement dans l’histoire.

Oui, je sais, tout le monde me déteste maintenant pour avoir sali des icônes et des idoles aussi irréprochables, et certains individus fatigués répondront inévitablement par “d’habitude, je daigne approuver ce que vous écrivez, mais vous êtes allé trop loin cette fois-ci” (j’ai déjà une réponse pour vous, alors mettez votre morceau préféré de contrôle mental hypnotisant de qualité militaire des Beatles et lisez-le…).

Plus sérieusement, je comprends parfaitement la force d’attraction de la mythologie des Beatles, dans la mesure où cette attraction est la raison principale (et, pour être honnête, probablement la seule raison) pour laquelle je suis allé à l’université à Liverpool. Pendant toute mon adolescence, j’ai été fasciné par les Beatles (j’avais un ami avec des frères aînés cool qui ont réussi à nous sevrer de Take That), pas tant pour leur musique que pour leur mythologie. J’étais donc ravi de vivre dans leur ville natale, et j’adorais me promener dans les rues mythiques de Merseyside (Mathew Street, Menlove Avenue, Forthlin Road), puis descendre sur les quais, regarder la mer, en imaginant avec nostalgie qu’il fut un temps où quatre garçons qui allaient changer le monde marchaient aussi dans ces rues… Donc je comprends vraiment, vraiment, à quel point la mythologie est fascinante et puissante.

Et c’est exactement le but. Tout comme les ingénieurs sociaux.

source : Miri AF

 

 

 

An Iota — Ricardo Sexton

‘Imagine’ – JL died. Popularity passes The world’s lyrics fizzes night into day The Word reside in His sincerity masses JC: — « My words will never pass away » So, under any circumstance or expense Trade your « sight » and do not confuse: – Having the right with being right ‘or’ Being educated with having intelligence Lobbyist […]

via An Iota — Ricardo Sexton

En souvenir du passage de John Lennon à Montréal,le 31 mai 1969

 

 

Ceci a été enregistré le 31 mai 1969, à un “Bed-In” que Lennon mis en scène dans la chambre 1472 de l’Hôtel Reine Elizabeth à Montréal. John et Yoko sont restés au lit pendant huit jours, à compter du 26 mai dans un effort pour promouvoir la paix dans le monde. Ils ont eu beaucoup d’attention des médias, ce qui est exactement ce qu’ils voulaient pour promouvoir leur cause.

Certaines des personnes dans la chambre d’hôtel qui chantaient sur ce étaient Tommy Smothers, Timothy Leary, Allen Ginsberg et Petula Clark. Smothers également joué de la guitare sur ce point. Avec son frère, Dick, Smothers avait une émission de télévision de 1.967 à 1.969 appelé Comedy Hour Les Smothers Brothers. Le spectacle a été annulé après Tommy se plaignait de CBS  qui voulait censurer leurs sketches politiques.

Ce fut d’abord le premier disque  produit par  Lennon  depuis sa rupture abec les  Beatles. Il a été crédité de la Plastic Ono Band, le nom Lennon a été  utilisé sur beaucoup de ses enregistrements.

(Source songfacts.com )

john-and-yoko

Voici les paroles de la chanson:

Two, one two three four
Ev’rybody’s talking about
Bagism, Shagism, Dragism, Madism, Ragism, Tagism
This-ism, that-ism, is-m, is-m, is-m.

 

All we are saying is give peace a chance
All we are saying is give peace a chance

C’mon
Ev’rybody’s talking about Ministers,
Sinisters, Banisters and canisters
Bishops and Fishops and Rabbis and Pop eyes,
And bye bye, bye byes.

All we are saying is give peace a chance
All we are saying is give peace a chance

Let me tell you now
Ev’rybody’s talking about
Revolution, evolution, masturbation,
Flagellation, regulation, integrations,
Meditations, United Nations,
Congratulations.

Ev’rybody’s talking about
John and Yoko, Timmy Leary, Rosemary,
Tommy Smothers, Bobby Dylan, Tommy Cooper,
Derek Taylor, Norman Mailer,
Alan Ginsberg, Hare Krishna,
Hare, Hare Krishna

Written by John Lennon, John Winston Lennon • Copyright © Sony/ATV Music Publishing LLC

 

 

 

 

 

 

 

Paroles de chansons : Imagine ,de John Lennon

Lennon

* À l’occasion je vous donnerai des paroles de musique qui nous ont profondément touché!

 

Téléchargez ici la sonnerie  de Imagine pour votre téléphone.
Imagine there’s no heaven
It’s easy if you try
No hell below us
Above us only sky
Imagine all the people
Living for today…

Imagine there’s no countries
It isn’t hard to do
Nothing to kill or die for
And no religion too
Imagine all the people
Living life in peace…

You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope someday you’ll join us
And the world will be as one

Imagine no possessions
I wonder if you can
No need for greed or hunger
A brotherhood of man
Imagine all the people
Sharing all the world…

You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope someday you’ll join us
And the world will live as one