L’araignée qui avait une queue

Des spécimens d’une espèce d’arachnide inconnue à ce jour, qui ressemble à une araignée dotée d’une queue couverte de poils, ont été découverts très bien conservés dans de l’ambre datant de 100 millions d’années.

 

Les bestioles décrites par une équipe internationale de paléontologues vivaient donc au Crétacé dans le territoire correspondant à l’actuel Myanmar.

Les quatre fossiles d’araignées primitives sont décrits dans la revue Nature Ecology & Evolution .

Dessin d’artiste représentant la Chimerachné Yingi

 

Ces spécimens sont plutôt petits. Leur corps mesure environ 2,5 millimètres, à l’exclusion de la queue, longue de 3 millimètres.

Ces arachnides ressemblent en tout point à une araignée, avec des crocs, des pédipalpes mâles (appendices), quatre pattes et des filières de soie à l’arrière. Fait étonnant, elles possèdent aussi de longs flagelles, ou queues, rappelant ceux des scorpions.

Aucune espèce actuelle d’araignée ne possède une telle queue, bien que certains cousins des araignées, les uropyges ( Uropygi ) par exemple, possèdent un flagelle anal.

Selon Paul Selden, de l’Institut de paléontologie et du Département de géologie de l’Université du Kansas, l’appendice de cette nouvelle espèce appelée Chimerarachne yingi lui permettait d’explorer son environnement.

Le fossile dans son enveloppe d’ambre.

Chimerarachne yingi serait entre les araignées modernes équipées de filières, mais sans queue, et les très vieilles Uraraneida (un ordre éteint d’arachnides, cousines des araignées) qui vivaient il y a entre 380 et 250 millions d’années et qui possédaient une queue, mais pas de filières.

La nouvelle espèce serait, selon Paul Selden, l’arachnide archaïque « la plus semblable aux araignées » et certains de ses descendants à queue pourraient être présents dans les forêts asiatiques.

Une conclusion que ne partage pas l’un de ses collègues de l’Université d’Harvard, Gonzalo Giridet. Selon lui, Chimerarachne yingi serait elle-même une Uraraneida , et serait disparue sans laisser de descendants.

 

 

Publicités

Vidéo:Le Weta , cet insecte zombie sait ressusciter après avoir été congelé

Le Weta est un insecte endémique en Nouvelle-Zélande, une sorte de sauterelle qui dont certaines espèces telles que le Weta géant peuvent atteindre jusqu’à 10 cm sans compter les papattes et les antennes, et sont à ce titre les plus grands insectes de la planète. Mais ce n’est pas leur seule particularité : ils font en effet parti des rares organismes à pouvoir ressusciter après une congélation prolongée !

 

Aujourd’hui on s’arrête sur un étonnant insecte, le Weta. Endémique en Nouvelle-Zélande, il a l’apparence d’une grosse sauterelle avec un énorme dard qui n’en est en réalité pas un. Vivant des une des rares régions de la planète longtemps dépourvue de mammifères, ils ont assumé leur rôle, avec un comportement similaire : plus actif la nuit que le jour, et se nourrissant de végétaux et d’insectes morts ou malades.

A cause de l’Homme qui a importé en Nouvelle-Zélande des rats, souris, hérissons, en plus de détruire son habitat, de nombreuses espèces de Weta sont aujourd’hui menacées. C’est pourtant l’un des plus anciens insectes de la planète. Et ce n’est pas sa seule particularité. Le Weta géant détient le record de taille pour un insecte, pouvant atteindre jusqu’à 10 cm de long sans compter les pattes et les antennes.

 

Le Weta sait comment survivre plusieurs mois à des températures inférieures à -10°C

Certaines espèces ont également un pouvoir de survie assez surprenant. C’est le cas du Mountain stone Weta (H. maori). Il peut en effet survivre plusieurs mois à des températures sous les -10 degrés. 85% de l’eau contenue dans l’insecte est alors congelée, ce qui est assez incroyable lorsque l’on sait les dégâts que la congélation cause normalement sur les cellules.

Si cet insecte y parvient, c’est grâce à son hémolymphe (son sang) qui contient des acides aminés cryoprotecteurs telles que la proline et un disaccharide (un sucre) nommé tréhalose. Des substances que l’insecte fabrique au cours de l’automne pour se préparer à l’hiver. La concentration de ces éléments diminue ensuite au printemps pour atteindre un minimum de concentration pendant l’été.

Peu d’organismes sont capables d’un tel exploit, à part les très abondants tardigrades. La BBC a capturé ces images magnifiques où on voit l’insecte ressusciter après sa décongélation :

 

 

 

Nouvelle mutation animale:un insecte évolue pour manger du maïs OGM empoisonné

Le chasseur devient le chassé : un insecte évolue pour manger du maïs OGM empoisonné

Au fil des années, un insecte nuisible a réussi à développer une résistance à la toxicité d’une certaine variété de maïs OGM.

insecte-evolue-pour-manger-du-mais-ogm-empoisonne002

Aujourd’hui, les champs sont à nouveau ravagés. Voici la preuve que la nature est capable d’évoluer pour survivre ! Bien que nous comprenons que cela puisse causer des problèmes vis-à-vis de la nourriture, nous sommes heureux de voir que la vie triomphe après tout.

Lorsque le maïs Bt a été conçu pour la première fois, il a été annoncé comme étant l’arme parfaite pour lutter contre le plus grand fléau dévoreur de maïs : la chrysomèle des racines du maïs.

En 1996, quand cette variété génétiquement modifiée a été plantée, les populations de ces insectes invasifs ont massivement diminué, ce qui a permis aux agriculteurs d’économiser des milliards de dollars.

Pourtant, les années passant, des chercheurs ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que la chrysomèle pouvait devenir résistante au maïs Bt. Les fermiers n’ont pas écouté ces avertissements et aujourd’hui, l’animal dévaste les cultures à nouveau.

Le maïs Bt représente 75 % de la production de maïs aux Etats-Unis. Très efficace il y a 15 ans, il est censé tuer les chrysomèles grâce à une protéine qui cible les intestins de l’animal. Cette substance nommée endotoxine Bt Delta détruit les parois intestinales de l’insecte et laisse ainsi un passage aux bactéries qui y vivent.

Elles se répandent alors dans tout le corps et causent une infection létale. Selon une étude publiée dans le magazine Proceedings of the National Academy of Sciences, certaines chrysomèles supportent très bien cette protéine.

un insecte très social.
un insecte très social.

L’étude explique que la résistance à la toxine a commencé à se développer car certaines plantes produisent de plus faibles quantités de poison. Les doses réduites continuaient à tuer une partie des insectes, mais les plus résistants ont survécu, se sont reproduits et ont enfanté des générations d’individus résistants également. Avec le temps, ne sont restées que les chrysomèles les plus fortes.

Cela n’aurait pas dû être un problème si sérieux car les agriculteurs ont pour obligation de conserver des zones appelées « refuges », dans lesquelles ils font pousser du maïs classique. Ces lieux sont essentiels car ils abritent des insectes toujours vulnérables aux toxines Bt.

Lorsque ces populations s’accouplent avec les individus immunisés, cela diminue la résistance de leur progéniture. Pourtant, de nombreux fermiers ont abandonné l’idée de créer des zones « refuges » du fait de leurs trop faibles revenus. Les compagnies qui achètent le maïs ne font pas évoluer les choses non plus.

Bien que les chrysomèles résistantes se retrouvent toujours en plus grand nombre, le maïs Bt va rester la norme, car il continue d’être efficace contre d’autres types d’insectes. 

Champ de maïs BT...une monstruosité qui nous vient de Monsanto.
Champ de maïs BT…une monstruosité qui nous vient de Monsanto.

Cela va obliger les agriculteurs à utiliser plus de pesticides, avec les conséquences sur l’écologie et notre organisme que nous connaissons. Enfin, le recours à l’utilisation d’insecticides augmente les coûts d’entretien des cultures, donc les prix du produit final.

Cette espèce d’insecte résistant aux maïs génétiquement modifiés nous prouve que nous ne réglerons pas les problèmes à coup de pesticides et autres produits chimiques.

L’homme a effectivement besoin de produire sa nourriture, mais nous devons maintenant trouver d’autres solutions plus subtiles pour y parvenir. Pensez-vous que nous arriverons un jour à mettre au point une agriculture en harmonie avec la nature ?

monsanto 001

 

SOURCES: The Verge