Météo extrême : des conséquences à travers le monde

Dans cette étude publiée le 24 juillet dernier dans la revue Nature, les chercheurs ont analysé les derniers 2000 ans du climat de notre planète. Ils ont utilisé des indicateurs comme les anneaux d’arbres, les carottes de glace, les sédiments des coraux ainsi que des technologies modernes.

Le premier constat présente plusieurs variations climatiques mais qui n’ont ni touché toute la planète en même temps, ni uniformément. L’étude a mis en évidence le petit âge glaciaire (1300 à 1850) qui a d’abord affecté la région Pacifique au XVe siècle, avant de se tourner vers l’Europe et les États-Unis quelques centaines d’années plus tard.

*Source : University of Bern *

La grande différence, c’est que les changements climatiques qu’on observe présentement sont globaaux. Depuis la Révolution industrielle, 98% du globe s’est réchauffé, indique Raphael Neukom, chercheur à l’Université de Bern en Suisse.

Il s’agit également du réchauffement le plus rapide en 2000 ans. Ce réchauffement est difficilement explicable par facteurs naturels et ses conséquences sont marquées à travers le globe.

 

Il est important de faire la distinction entre climat et météo. Cette dernière définit les conditions de l’atmosphère sur une courte période contrairement au climat qui s’étend sur une longue période. Lorsque nous parlons de changements climatiques, nous parlons de changements dans les moyennes météorologiques à long terme.

Les eaux se réchauffent, les glaciers fondent

D’après l’Organisation mondiale de la météorologie (OMM), la partie nordique de la planète est celle qui se réchauffe le plus rapidement. En Arctique, l’écart entre les températures hivernales et la moyenne de saison est de plus en plus marqué, ce qui permet aux glaciers de se détacher et de fondre. La température des océans aux pôles a aussi un rôle à jouer : une nouvelle étude publiée dans la revue Science constate qu’en plus de fondre en raison des températures atmosphériques élevées, les glaciers fondent sous la surface à cause des eaux plus chaudes.

 

Tout ceci aura comme effet de faire monter le niveau des eaux, inondant de nombreuses villes côtières. Cela contribue également à l’acidification des océans et menace des populations animales (dont l’ours polaire).

Les glaces éternelles des montagnes ont aussi perdu de leur caractère perpétuel. En effet, la canicule qui a touché l’Europe en 2003 a réduit le couvert de glace qui retient des pans de roches dans les Alpes. Ainsi, deux ans plus tard, le pallier Bonatti, d’une grosseur de 292 000 mètres carré, s’est effondré, changeant le décor à jamais.

Des températures à l’extrême

Les températures records enregistrées ces dernières décennies sont liées aux changements climatiques. Les canicules, comme celle que vient de vivre l’Europe, seront beaucoup plus fréquentes, sévères et longues d’ici la fin du siècle d’après le dernier rapport du GIEC, dévoilé à la fin de l’année 2018.

Des conséquences de ces épisodes chauds sont déjà observables. Dans la première région piscicole d’étang de France, le niveaux des eaux des 1100 étangs est à son plus bas (moins d’un mètre), limitant la quantité de poissons pêchés. Cet asséchement est aussi dû à des précipitations en-dessous des normales.

Au Canada, ce manque de pluie a déjà affecté les Prairies : en 2018, cette région a seulement reçu de 40 à 60 % de la pluie qui devrait tomber normalement en avril et en mai. Les récoltes ont été très difficiles et le manque de pâturage a affecté le bétail.

Mais attention ! Les vagues de froid et les changements climatiques ne sont pas incompatibles. D’après un article paru en 2017 dans la revue Nature Géoscience, malgré la tendance au réchauffement de la Terre, l’Amérique du Nord a connu des épisodes de froid plus intenses pendant les hivers et les printemps.

Ces évènements sont liés au réchauffement anormal de l’Arctique depuis 1990, permettant à l’air froid du nord de redescendre dans les régions méridionales.

Des précipitations extrêmes

Les évènements pluvieux extrêmes continueront de faire partie de la vie de plus en plus courante dans de nombreuses régions. D’après la NASA, la hausse des températures intensifiera le cycle de l’eau et augmentera l’évaporation. Cette hausse entraînerait davantage de tempêtes, mais contribuerait également à l’assèchement de certaines terres.

 

Là aussi, des conséquences considérables pour les agriculteurs sont à mentionner, eux qui devront s’adapter à ces nouvelles conditions climatiques. Par exemple, les orages violents avec épisodes de grêle pourraient survenir plus souvent. Ces boules de glace peuvent détruire des plantations entières, comme en 2016, alors que d’immenses grêlons de la taille de balles de baseball ont décimé des champs de maïs au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cet été-là, des agriculteurs du Saguenay, du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches et de la Montérégie ont dû recevoir l’aide du gouvernement pour compenser les pertes liées aux phénomènes météo violents.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Le plan d’Elon Musk pour sauver l’équipe thaïlandaise piégée sous une montagne

Depuis le 23 juin, une équipe de footballeurs et leur entraîneur sont coincés dans une grotte de Tham Luang, dans le nord de la Thaïlande. Elon Musk, qui est souvent cité sur Sciencepost parce qu’il est à la tête de SpaceX (société spécialisée dans l’astronautique et du vol spatial), a proposé une solution et a envoyé des ingénieurs sur place.

La situation est devenue dramatique lorsque les secours ont réalisé que l’oxygène dans la grotte se réduisait drastiquement. Un plongeur aguerri, ancien SEAL de la marine thaïlandaise, est décédé après avoir apporté de l’oxygène dans la grotte. Il a en effet perdu connaissance sur le chemin du retour suite à la chute des niveaux d’oxygène dans la chambre.

Rien que l’accès à cette grotte présente des risques majeurs pour les équipes de sauveteurs :

En plongée souterraine, (…) vous êtes dans un tunnel rempli d’eau, vous devez continuer ou retourner là où vous avez commencé. Quand vous êtes dans une caverne, vous faites face à des ténèbres comme vous n’en avez jamais connu auparavant, c’est l’obscurité totale“, avait déclaré l’un des plongeurs.

Enfin, les services météo ont annoncé un très fort risque de pluie ce week-end, l’eau dans la grotte va monter et pourrait noyer les enfants.

Les solutions que propose le patron de SpaceX

Le patron de SpaceX a fait connaître aujourd’hui sur Twitter son intention d’aider et de proposer une solution pour sauver les enfants bloqués.


TWITTER

James Yenbamroong@JamesWorldSpace

SpaceX team reached out to us today to help connect to Thai govt. Our team connected and provided some prep feedback to your team. For pumps, cave has narrowest 70cm cross section and about 5km to 13 guys. For vertical drill, it’s about 1/2 mile down and tricky

Elon Musk

@elonmusk

Maybe worth trying: insert a 1m diameter nylon tube (or shorter set of tubes for most difficult sections) through cave network & inflate with air like a bouncy castle. Should create an air tunnel underwater against cave roof & auto-conform to odd shapes like the 70cm hole.


Peut-être que cela vaut la peine d’essayer : insérer un tube en nylon de 1 m de diamètre (ou un ensemble de tubes plus courts pour les sections les plus difficiles) à travers le réseau de cavernes et le gonfler avec de l’air comme un château gonflable. Cela devrait créer un tunnel sous l’eau contre le toit de la grotte et s’adapter automatiquement à des formes particulières comme le trou de 70 cm.”

En plus de la solution du tuyau gonflable, Elon Musk a envoyé sur place des ingénieurs de SpaceX et d’une autre de ces entreprises : Boring Co. Cette entreprise est spécialisée dans la réalisation de tunnels. Elon Musk a déclaré être “heureux d’aider s’il y avait un moyen de le faire” sur Twitter.

L’une des autres pistes sur lesquelles doivent travailler les ingénieurs, c’est le pompage de l’eau qui bloque la sortie. Jusqu’ici, les résultats ont été infructueux. Elon Musk est rester évasif sur le sujet , car il ne sait “pas si le débit de la pompe est limité par l’énergie électrique ou si les pompes sont trop petites” et “Il y a probablement beaucoup de complexités qui sont difficiles à apprécier sans être là en personne“.

Sources : businessinsiderSciencepost

 

 

 

Compassion à deux vitesses : La Sierra Léone enterre ses 400 morts dans l’indifférence totale d’un monde extrêmement choqué par les 14 morts de Barcelone

La mort d’un humain est toujours apparue, ou a toujours résonné comme la sirène de la défaite cuisante des vivants qui n’ont pas réussi à sauver le « partant » de son fatal sort.

Pour cette raison, qu’il s’agisse des 14 morts victimes des attentats de Barcelone ou des plus de 400 morts victimes des inondations en Sierra Léone, la fibre émotionnelle de tout être humain doit être ébranlée, scandalisée !!!

 

 

De voir les Sierra Léonais « Ravagés par le chagrin et la colère après la disparition de leurs proches emportés par les coulées de boue et les inondations survenues à Freetown… participer à des inhumations collectives car de nombreux corps n’ont pas été identifiés », comme l’a souligné l’AFP, donne des envies de s’arracher le cœur de honte quand on observe le peu de cas que notre humanité a fait de cette situation, alors qu’excédé, le gouvernement de ce pays est allé jusqu’à lancer des appels à l’aide qui sont malheureusement tombés dans des oreilles assourdies quasiment à dessein, même en Afrique, mais qui ont curieusement recouvré leur fonctionnalité dès qu’il s’est agi de s’émouvoir des victimes d’attentats en Espagne.

Comme pour dire qu’on ne prête (son attention) qu’aux riches !

Mea-culpa !

 

 

source: http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-30806.html