Découvrez Marguerite Yourcenar à travers ces interviews

Éminemment humaniste, l’écrivaine et poète Marguerite Yourcenar (1903– 1987) fut la première femme élue au sein de l’Académie française. Nous vous proposons de découvrir un extrait de l’essai Les Yeux Ouverts, un ensemble d’interviews de l’auteure réalisées par Matthieu Galey, paru en 1980 aux éditions Le Centurion.

Marguerite Yourcenar
Marguerite Yourcenar

« Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.

Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.

On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir.

On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts.

On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays.
En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés.

On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs.

Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »

Vidéo:Albert Camus ,l’humaniste désenchanté

 

Albert Camus, né en 1913, grandit en Algérie où il fait ses débuts littéraire et devient journaliste. Installé à Paris pendant l’occupation, il intègre la résistance, devient rédacteur du journal « Combat » et publie ses premiers ouvrages. Après la Libération, son roman « La Peste » le consacre mondialement, mais ses critiques du totalitarisme lui valent l’opprobe de la gauche. A partir de 1954, l’humaniste désenchanté, déchiré par la Guerre d’Algérie, se voit reproché son rejet du nationalisme algérien. Trois ans plus tard, il obtient le prix Nobel de Littérature. Le 4 janvier 1960, agé de 47 ans, il trouve la mort dans un accident de la route.

Albert Jacquard ,le grand généticien et humaniste est mort hier

albert-jacquard

Quelle surprise je viens d’avoir en faisant la lecture des nouvelles ,tout à l’heure:Albert Jacquard est décédé hier.

Petite biographie:

Le généticien et militant de gauche Albert Jacquard est décédé mercredi 11 septembre à son domicile parisien (VIe arrondissement) à l’âge de 87 ans, selon son fils. Ce polytechnicien, né le 23 décembre 1925, qui était président d’honneur de l’association Droit au logement (DAL), a été emporté par une forme de leucémie, a-t-il précisé.

Parcours

Issu d’une famille de la bonne société lyonnaise, Albert Jacquard est reçu à Polytechnique 20 ans plus tard et entre en 1951 à la Seita (société nationale qui fabrique tabac et allumettes) pour y travailler à la mise en place d’un des premiers systèmes informatiques. Après un bref passage au ministère de la Santé publique, il rejoint l’Institut national d’études démographiques (Ined) en 1962. Mais il approche de la quarantaine et « s’aperçoit qu’on n’est pas éternel et qu’on ne veut pas gâcher sa vie à des choses dérisoires ». Albert Jacquard part donc étudier la génétique des populations dans la prestigieuse université américaine de Stanford, puis revient à l’Ined et passe deux doctorats en génétique et biologie humaine dans la foulée. Parallèlement à l’enseignement et son travail d’expert à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), il n’aura alors de cesse de démonter les arguments prétendument scientifiques des théories racistes et sera même témoin en 1987 au procès du nazi Klaus Barbie pour crimes contre l’humanité. Ses premiers livres, comme « Eloge de la différence: la génétique et l’homme » (1978) rencontrent un grand succès qui ne se démentira pas, même quand il dérivera vers la philosophie, la vulgarisation scientifique ou l’humanisme anti-libéral. Son engagement le Pr Jacquard n’aime pas le libéralisme et il sera d’ailleurs candidat aux législatives à Paris en 1986 sur une liste soutenue par divers mouvements de la gauche alternative, puis en 1999 sur la liste écologiste conduite par Daniel Cohn-Bendit (en 84e position). Dans les années 1990, Albert Jacquard va mettre sa verve médiatique au service d’une autre cause: les mal-logés et les sans-papiers. Occupation d’un immeuble rue du Dragon en 1994, de l’Eglise Saint-Bernard en 1996… son visage de vieux faune grec devient vite aussi familier que celui de l’Abbé Pierre, Mgr Gaillot ou Emmanuelle Béart, ses compagnons de lutte. L’âge aidant, le président d’honneur du DAL s’était fait plus discret tout en continuant à soutenir les démunis et à pousser des coups de gueule, comme dans sa chronique quotidienne sur France Culture de 2001 à 2010.

EN TERMINANT

Qu’il est été un homme de gauche,cela n’enlève pas à l’homme qu’il fut toute sa valeur.C’est un homme noble qui se battait pour de nobles causes.

J’estime que son combat continue,même après sa mort .Aussi,je  continuerai à m’inspirer de ses idées.

Quand j’écoute ses vidéos  ou quand je le lis,je me sens plus humain ,plus ouvert et plus  empreint de compassion envers mes semblables.

Aussi ,en mémoire d’un grand homme,Albert Jacquart,voici  donc un article publié le 7 octobre 2009:

La conscience du danger sauvera l’humanité

Il a beau avoir dépassé les 80 ans, l’intellectuel français Albert Jacquard n’en continue pas moins de porter son appel pour une société plus juste et plus durable, seule façon d’éviter rien de moins que la fin de l’aventure humaine. Le Devoir l’a rencontré, alors qu’il est de passage au Québec.

Le message d’Albert Jacquard est sans équivoque: ou bien l’humanité se détourne de la course à la croissance économique éternelle et cesse de considérer les ressources de la planète comme infinies, ou bien elle devra faire face à son propre naufrage dans un avenir pas si lointain.

Et la profonde récession qui a frappé le monde devrait selon lui servir de première étape de réflexion sur les moyens d’éviter le pire.

L’intellectuel français refuse d’ailleurs de qualifier les déboires mondiaux de la dernière année de « crise ». « Ce qu’on traverse, ce n’est pas une crise, c’est une mutation. Une crise, ça se termine, comme on parle tout le temps de la « sortie de crise ». Mais pour moi, il n’y a pas de sortie de crise dans une aventure humaine avec des conséquences aussi graves. Il y a des mutations, c’est-à-dire qu’il y a des opportunités de développer des idées nouvelles, notamment dans le secteur économique. »

Car il y a urgence de repenser notre relation avec ce qu’il qualifie de dogme de la « croissance » vue comme unique façon de se sortir du marasme et de progresser. « Si la croissance signifie la croissance de la consommation, c’est une supercherie qui ne peut pas durer, a-t-il expliqué au cours d’une rencontre avec Le Devoir. Ceux qui prêchent la croissance de la consommation, dans les pays où les besoins vitaux sont déjà plus que satisfaits, sont plus néfastes que les dealers répandant leurs drogues. »

La meilleure façon d’évoquer le problème serait de poser la question de la disponibilité des richesses de la Terre, dilapidées sans véritable retenue, surtout depuis le début de l’ère industrielle. C’est le cas, par exemple, des stocks de poissons du globe qui devraient être épuisés d’ici à peine quelques décennies, selon le Programme des Nations unies pour l’environnement. Or des milliards de personnes en dépendent en grande partie pour leur alimentation quotidienne. Que faire alors? « On sait qu’on ne quittera pas la Terre pour aller coloniser une autre planète. La question qu’on devrait se poser, pour l’ensemble des ressources, c’est comment on les répartit. »

Ce n’est certainement pas le cas à l’heure actuelle. « La façon dont les économistes négligent trop souvent de tenir compte de la finitude de la Terre est significative du comportement de l’humanité envers elle, note justement Albert Jacquard dans son plus récent livre, Le compte à rebours a-t-il commencé?. Dans de nombreux domaines, la cote d’alerte a été dépassée, notamment dans l’utilisation des ressources non renouvelables, ce qui est le cas des sources d’énergie, gaz, charbon et pétrole par exemple. Un arrêt le plus rapide possible de la destruction en cours s’impose avec comme objectif de retarder ou même d’éviter leur épuisement. »

Générations à venir

La chose est d’autant plus essentielle que le polytechnicien et généticien de 83 ans insiste sur le fait que les richesses qui ont pris des millions d’années pour se constituer appartiennent aussi « aux générations à naître ». Si l’idée peut sembler relever du lieu commun, sa mise en application exigerait rien de moins que l’instauration d’une structure de « gouvernance mondiale », selon M. Jacquard. « On ne peut imaginer que six milliards de personnes pourront s’en sortir sans organiser les pouvoirs et sans mettre en place une démocratie planétaire. Ou bien ce n’est pas possible, alors c’est foutu, ou bien c’est possible et il faut essayer. »

Vaste programme, surtout lorsqu’on observe la complexité parfois kafkaïenne des grandes structures comme l’ONU ou alors les négociations sur les accords de Kyoto. « Il y a un véritable choix de société, affirme M. Jacquard. Est-ce qu’on admet qu’une vie d’homme doit se résumer à la lutte contre les autres, ce qu’on appelle le libéralisme? Ou alors, au cours d’une vie, on peut essayer de réaliser certains idéaux », comme l’amélioration de la santé de tous, la préservation des ressources ou la protection de l’environnement?

Et cette volonté de concevoir une société à la fois « plus juste et plus durable », détournée de la « croissance à tout prix », doit être ancrée dans le système éducatif. « Les événements de l’été 2008 semblent avoir fait progresser de plusieurs étapes le compte à rebours qui conduit à la catastrophe économique, note ainsi l’auteur dans son dernier ouvrage. Heureusement, la conscience du danger, elle aussi, a progressé. Elle peut nous aider à éviter le pire. L’aboutissement et la lucidité dépendent du système éducatif. »

À condition, bien sûr, qu’il ne soit pas instrumentalisé pour servir d’outil de formation de la main-d’oeuvre « compétitif » sur un « marché » du savoir. « L’école est au service de ceux qui s’adressent à elle pour qu’elle les aide à devenir eux-mêmes, non au service de la société. Elle n’est pas chargée de lui fournir des humains prêts à l’emploi dont elle a besoin. » Il dénonce d’ailleurs la tendance à introduire de plus en plus la notion de « compétition » dans le vocabulaire relatif à l’éducation. « Pour moi, c’est un vrai scandale. L’objectif n’est pas de donner les moyens de lutter contre les autres, mais plutôt d’aller à la rencontre des autres. Par conséquent, il faut un système éducatif qui ne tient pas compte des palmarès. »

Malgré l’ampleur de la tâche à laquelle Albert Jacquard souhaite voir l’humanité s’attaquer, il refuse les étiquettes de « catastrophiste » ou d’« utopiste ». « Même si elles sont pour certains très révolutionnaires, ces idées-là s’installent, au nom d’une réalité », croit-il. À preuve, ses conférences attirent beaucoup de gens de divers horizons. « Je n’ai pas de solution, tient-il cependant à préciser. Mon objectif, ce n’est pas de construire la société de demain, c’est de montrer qu’elle ne doit pas ressembler à celle d’aujourd’hui. Parce que, est-ce que oui ou non le danger est là? Oui, le danger est là et c’est un danger énorme puisque ça pourrait être la fin de l’humanité. »

…………………………………………………………………………….

DES CITATIONS À RETENIR:

  • ou l’humanité se détourne de la course à la croissance économique éternelle ou bien elle devra faire face à son propre naufrage
  • il y a urgence de repenser notre relation avec le dogme de la « croissance »
  • « On ne peut imaginer que six milliards de personnes pourront s’en sortir sans organiser les pouvoirs et sans mettre en place une démocratie planétaire. »

Repose en paix « Grand Homme » ,ton combat continue!