Corée du Sud : quand des robots recrutent des hommes !

Dans le pays du matin calme, plusieurs entreprises confient la tâche du recrutement de personnel à des robots. Il s’agit d’intelligences artificielles qui analysent des milliers de CV afin de trouver les meilleurs candidats.

 

Futuristic helper. Low angle of serious middle-aged businessman sitting at table in office while big robot is passing him important documents

 

En janvier 2018, le géant sud-coréen des processeurs SK Hynix avait déjà utilisé une I.A pour passer au crible les lettres de motivation des candidats, même si la société a affirmé qu’un recruteur humain avait pris les décisions finales après des entretiens individuels. Une technique assez similaire a été utilisée en ce mois de mars 2018 chez le conglomérat Lotte, qui a lancé une campagne de recrutement pour 800 candidats. L’I.A a passé en revue les lettres et CV des potentiels futurs employés et a fait passer des entretiens totalement dépourvus de recruteur humain !

 

Comme l’explique le quotidien sud-coréen JoongAng Daily, une nouvelle technique d’embauche menée par ordinateur a été présentée par la start-up Midas IT. En pratique, le candidat se trouve face à un écran, répond à des questions et effectue de petits tests alors que le robot analyse les réponses, le ton de voix du candidat ainsi que ses expressions faciales.

Selon Midas IT, il s’agit d’un système de recrutement par I.A à même de définir quel type de poste convient à tel ou tel employé. Par le biais de cette méthode, près de 10.000 personnes auraient été embauchées l’an dernier. Ainsi, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que ce genre de système fleurisse hors des frontières sud-coréennes. La multinationale anglo-néerlandaise Unilever utilise désormais une I.A pour boucler la première étape de ses recrutements.

Les entreprises voient dans ce genre de système une façon d’économiser du temps et de l’argent. En effet, une I.A est capable d’analyser des milliers de CV et de lettres de motivation en quelques heures. Midas IT estime également que la méthode contribue à plus de diversité dans les entreprises en réduisant les discriminations à l’embauche.

En revanche, le journal JoongAng Daily n’a pas manqué d’évoquer le fait qu’en Corée du Sud, une partie des milliers de candidats ayant été obligés de parler à un ordinateur disent avoir ressenti un malaise et qualifient l’expérience de pénible.

Sources : ZDnet – RFI

 

 

 

Publicités

Des photos émouvantes de la race humaine partie 1

 

Un père pauvre et démuni ,mais fier de lui ,à côté de son fils qui vient de recevoir son diplôme.
Un père pauvre et démuni ,mais fier de lui ,à côté de son fils qui vient de recevoir son diplôme.

 

Jeunes soldats birmans dans l'attente d'être envoyés au front contre des terroristes.
Jeunes soldats birmans dans l’attente d’être envoyés au front contre des terroristes.

 

 

 

 

Cette jeune fille yézidie (chrétienne du nord de la Syrie) protège sa famille des attaques terroristes de l'État Islamique,au moyen d'un fusil AK-47.
Cette jeune fille yézidie (chrétienne du nord de la Syrie) protège sa famille des attaques terroristes de l’État Islamique,au moyen d’un fusil AK-47.

 

Cette très jeune fille palestinienne,équipée d'une mitraillette Kalachnikov,vient de rallier le Jihad islamique (Daesh).
Cette très jeune fille palestinienne,équipée d’une mitraillette Kalachnikov,vient de rallier le Jihad islamique (Daesh).

 

Un jeune garçon aide sa mère à se nourrir au moyen de baguettes.Sa mère qui a perdu ses deux bras malheureusement.
Un jeune garçon aide sa mère à se nourrir au moyen de baguettes.Sa mère qui a perdu ses deux bras malheureusement.

 

Ashol Pan,une jeune chasseuse de 13 ans...à l'aigle,vient d'atteindre le sommet de la Mongolie avec son fidèle compagnon.
Ashol Pan,une jeune chasseuse de 13 ans…à l’aigle,vient d’atteindre le sommet de la Mongolie avec son fidèle compagnon.

 

Fille éthiopienne de la tribue Hamer .
Fille éthiopienne de la tribu Hamer .

 

Un enfant-soldat âgé de seulement 7 ans ,fume une cigarette d'un air menaçant.Membre de la Syrian Free Army ,soutenue par les États-Unis d'Amérique,cet enfant a du subir un lavage de cerveau.
Un enfant-soldat âgé de seulement 7 ans ,fume une cigarette d’un air menaçant.Membre de la Syrian Free Army ,soutenue par les États-Unis d’Amérique,cet enfant a du subir un lavage de cerveau.

 

Cette jeune femme de 18 ans ,recouverte de peintures de guerre,vient de terminer son entrainement militaire avec TSAHAL,l'armée sioniste d'Israel.
Cette jeune femme de 18 ans ,recouverte de peintures de guerre,vient de terminer son entrainement militaire avec TSAHAL,l’armée sioniste d’Israel.

 

 

Une jeune fille malgache se déplace au milieu des baobabs,uniquement vêtue d'un mince tissu.
Une jeune fille malgache se déplace au milieu des baobabs,uniquement vêtue d’un mince tissu.

 

 

Un fermier très âgé ,versé depuis sa naissance dans la production du riz ,au Vietnam.
Un fermier très âgé ,versé depuis sa naissance dans la production du riz ,au Vietnam.

 

 

 

Le visage crasseux d'un jeune mineur chinois ,dans une mine de charbon.Regardez ses mains qui ressemblent à celles d'un vieil homme.
Le visage crasseux d’un jeune mineur chinois ,dans une mine de charbon.Regardez ses mains qui ressemblent à celles d’un vieil homme.

 

 

 

Garçon de la tribue nomade Suri de l'Éthiopie,avec ses peintures traditionnelles et son costume d'attraits.
Garçon de la tribue nomade Suri de l’Éthiopie,avec ses peintures traditionnelles et son costume d’attraits.

 

 

 

Un enfant essaie de tirer son père alcoolique vers sa maison,au nord du Canada.
Un enfant essaie de tirer son père alcoolique vers sa maison,au nord du Canada.

 

 

Une famille sibérienne savoure un repas traditionnel ,dans la toundra.
Une famille sibérienne savoure un repas traditionnel ,dans la toundra.

 

 

Cet adolescent syrien a risqué sa vie pour sauver sa petite sœur dans les décombres de leur maison,après une attaque d'un groupe terroriste.
Cet adolescent syrien a risqué sa vie pour sauver sa petite sœur dans les décombres de leur maison,après une attaque d’un groupe terroriste.

 

 

Ce coupe de femmes lesbiennes a attendu toute leur vie pour pouvoir enfin se marier en Iowa récemment.
Ce coupe de femmes lesbiennes a attendu toute leur vie pour pouvoir enfin se marier en Iowa récemment.

 

 

 

Des gens accourent dans cet autobus en Malaisie,afin de secourir cette femme qui a tenté de s'enlever la vie en se taillant les poignets.
Des gens accourent dans cet autobus en Malaisie,afin de secourir cette femme qui a tenté de s’enlever la vie en se taillant les poignets.

 

 

 

Cette jeune fille a survécue 11 jours seule dans la forêt sibérienne,menacée par une multitude de dangers.
Cette jeune fille a survécue 11 jours seule dans la forêt sibérienne,menacée par une multitude de dangers.

 

 

 

 

 

Photo d'une fillette de 3 ans et de sa mère après une attaque à l'acide par leur père /époux...
Photo d’une fillette de 3 ans et de sa mère après une attaque à l’acide par leur père /époux…

 

 

 

Un groupe d'itinérants sont délogés du centre-ville de Montréal lors d'un froid intense durant l'hivers 2014-2015.
Un groupe d’itinérants sont délogés du centre-ville de Montréal lors d’un froid intense durant l’hivers 2014-2015.

 

 

 

 

Toujours à Montréal,au Québec,un jeune itinérant se réchauffe avec son chien.
Toujours à Montréal,au Québec,un jeune itinérant se réchauffe avec son chien.

 

 

À Dubai,le choc des cultures entre  ces femmes est bien réel.
À Dubai,le choc des cultures entre ces femmes est bien réel.

 

 

 

Des distributeurs de nourriture gratuite pour les pauvres et les sans-travail ,toujours à Dubai.
Des distributeurs de nourriture gratuite pour les pauvres et les sans-travail ,toujours à Dubai.

 

 

 

De riches  locataires jouent une partie de tennis au sommet d'un gratte-ciel de Dubai.
De riches locataires jouent une partie de tennis au sommet d’un gratte-ciel de Dubai.

 

Un café Starbucks,au centreville de Dubai.
Un café Starbucks,au centreville de Dubai.

 

 

Un citoyen aisé de Dubai fait faire une marche de santé à son animal de compagnie ,dans le désert.
Un citoyen aisé de Dubai fait faire une marche de santé à son animal de compagnie ,dans le désert.

 

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La charte de l’Impérialisme

 

Photo d'esclave africain. Cette photo  du siècle passé proviendrait du Congo Belge.
Photo d’esclave africain.
Cette photo du siècle passé proviendrait du Congo Belge.

 

LA CHARTE DE L’IMPERIALISME :

ORIGINE:

La présente « charte » a été élaborée à Washington pendant la « traite négrière », ensuite discrètement négociée à la « conférence de Berlin en 1885 » pendant que les puissances Occidentales se partageaient l’Afrique ; renégocié secrètement à Yalta au moment du partage du monde en deux blocs après la deuxième guerre mondiale et pendant la création de la « Société des Nations », l’ancêtre de l’« ONU ».

TEXTE:


I. DISPOSITION GÉNÉRALE

Article 1° :
De la Devise : – Devise de l’impérialisme : Gouverner le monde et contrôler les richesses de la planète ; Notre politique est de diviser pour mieux régner, dominer, exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d’elles les plus puissantes du monde.

Article 2° :
Aucun pays du tiers-monde ne constitue un Etat souverain et indépendant.

Article 3° :
Tout pouvoir dans les pays du tiers-monde émane de nous, qui l’exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe du tiers-monde ne peut s’en attribuer l’exercice.

Article 4° :
Tous les pays du tiers-monde sont divisibles et leurs frontières déplaçable selon notre volonté. Le respect de l’intégrité territoriale n’existe pas pour le tiers-monde.

Article 5° :
Tous les dictateurs doivent mettre leurs fortunes dans nos banques pour la sécurité de nos intérêts. Cette fortune servira des dons et crédits accordés par nous comme assistance et aide au développement aux pays du tiers-monde.

II. DU RÉGIME POLITIQUE

Article 6° :
Tout pouvoir et gouvernement établi par nous est légal, légitime et démocratique. Mais tout autre pouvoir ou gouvernement qui n’émane pas de nous est illégal, illégitime et dictatorial, quelle que soit sa forme et sa légitimité.

Article 7° :
Tout pouvoir qui oppose la moindre résistance à nos injonctions perd par le fait même sa légalité, sa légitimité et sa crédibilité. Il doit disparaître.

III. DES TRAITES ET DES ACCORDS

Article 8° :
On ne négocie pas les accords et les contrats avec les pays du tiers-monde, on leur impose ce qu’on veut et ils subissent notre volonté.

Article 9° :
Tout accord conclu avec un autre pays ou une négociation sans notre aval est nulle et de nul effet.

IV. DES DROITS FONDAMENTAUX

Article 10° :
Là où il ya nos intérêt, les pays du tiers-monde n’ont pas de droit, dans les pays du sud, nos intérêts passent avant la loi et le droit international.

Article 11° :
La liberté d’expression, la liberté d’associations et les droit de l’homme n’ont de sens que dans le pays où les dirigeants s’opposent à notre volonté.

Article 12° :
Les peuples du tiers-monde n’ont pas d’opinion ni de droit, ils subissent notre loi et notre droit.

Article 13° :
Les pays du tiers-monde n’ont ni culture ni civilisation sans se référer à la civilisation Occidentale.

Article 14° :
On ne parle pas de génocide, de massacre ni des « crimes de guerre » ou des « crimes contre l’humanité » dans les pays où nos intérêt sont garantis. Même si le nombre des victimes est très important.

V. DES FINANCES PUBLIQUES

Article 15° :
Dans les pays du tiers-monde, nul n’a le droit de mettre dans leurs banques un plafond d’argent fixé par nous. Lorsque la fortune dépasse le plafond, on la dépose dans l’une de nos banques pour que les bénéfices retournent sous forme des prêts ou d’aide économique au développement en espèce ou en nature.

Article 16° :
N’auront droit à l’aide précitée, les pays dont les dirigeants font preuve d’une soumission totale à nous, nos marionnettes et nos valets.

Article 17° :
Notre aide doit-être accompagnée des recommandations fortes de nature à empêcher et briser toute action de développement des pays du tiers-monde.

VI. DES TRAITES MILITAIRES

Article 18° :
Nos armées doivent être toujours plus fortes et plus puissantes que les armées des pays du tiers-monde. La limitation et l’interdiction d’arme des destructions massive ne nous concerne pas, mais les autres.

Article 19° :
Nos armées doivent s’entraider et s’unir dans la guerre contre l’armée d’un pays faible pour afficher notre suprématie et se faire craindre par les pays du tiers-monde.

Article 20° :
Toute intervention militaire a pour objectif de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

Article 21° :
Toute opération d’évacuation des ressortissants des pays Occidentaux cache notre mission réelle, celle de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

VII. ACCORDS INTERNATIONAUX

Article 22° :
L’ONU est notre instrument, nous devons l’utiliser contre nos ennemis et les pays du tiers-monde pour protéger nos intérêts.

Article 23° :
Notre objectif est de déstabiliser et détruire les régimes qui nous sont hostiles et installer nos marionnettes sous la protection de nos militaires sous la couverture des mandats des forces de l’« ONU ».

Article 24° :
Les résolutions de l’« ONU » sont des textes qui nous donnent le droit et les moyens de frapper, de tuer et de détruire les pays dont les dirigeants et les peuples qui refusent de se soumettre à nos injonctions sous la couverture des résolutions du Conseil de Sécurité de l’« ONU ».

Article 25° :
Notre devoir est de maintenir l’Afrique et d’autres pays du monde dans le sous-développement, la misère, la division, les guerres, le chaos pour bien les dominer, les exploiter et les piller a travers les « Missions » des « Nations-Unies ».

Article 26° :
Notre règle d’or est la liquidation physique des leaders et dirigeants nationalistes du tiers-monde.

Article 27° :
Les lois, les résolutions, les cours et tribunaux des « Nations-Unies » sont nos instruments de pression contre les dirigeants et les leaders des pays qui défendent les intérêts de leurs peuples.

Article 28° :
Les dirigeants des puissances Occidentales ne peuvent être poursuivis, arrêter ni incarcérer par les cours et tribunaux de l’« ONU », même s’ils commettent des « crimes de guerre », de « génocide » ou des « crimes contre l’humanité ».*

 

*Traducteur inconnu et anonyme.Provenance du texte:Belgique.

 

 

 

Ré-écrire l’histoire: les quatres grands dieux Tiki d’Hawaï

ku1
Ku – Ancien Dieu de la Guerre Tiki

Les quatre grands  Dieux Tiki représentaient les Forces hawaïennes de la Nature personnifiée!

Ku – Ancien dieu de la Guerre  Tiki
Dans la mythologie hawaïenne Ku est l’un des quatre grands dieux avec les anciens dieux tiki, Kanaloa, Kane, et Lono. Il était l’époux de la déesse Hina , suggérant un dualisme complémentaire que le mot ku dans la langue hawaïenne signifie « debout » tandis qu’un sens de «hina» est «tombé en panne. »

Ku est adorée sous de nombreux noms, y compris Ku-ka-ili-Moku, le « Seizer de terre» (une plume-dieu, le gardien de Kamehameha). Rituels compris les sacrifices humains, qui ne faisait pas partie du culte des autres dieux. Ku, Kane, et Lono causé la lumière de briller, sur le monde. Ils sont des dieux incréé qui ont existé de toute éternité (Tregear 1891:540).

Lono – Ancien Tiki Dieu de la fertilité et de la paix
Dans la mythologie hawaïenne, Lono est un taux de fécondité et de la musique dieu qui est descendu sur Terre à bord d’un arc de se marier Laka. Dans les traditions agricoles et de plantation, Lono a été identifié avec la pluie et la nourriture des plantes. Il était l’un des quatre dieux (avec Ku, Kane, et son frère jumeau kanaloa) qui existaient avant la création du monde. Lono était également le dieu de la paix. En son honneur, la grande fête annuelle de la Makahiki a eu lieu. Au cours de cette période (d’Octobre à Février), tout travail inutile et la guerre était Kapu (tabou). C’est aussi la saison des impôts, olympique comme les jeux et lorsque les chefs regroupé leurs forces (et les campagnes organisées ironiquement).

Lono et la mort du capitaine Cook
Certains Hawaïens croyaient que le capitaine James Cook était le dieu Lono,de retour, et même ce fait a peut-être finalement contribué à la mort du capitaine Cook (voir James Cook – troisième voyage (1776-1779)). Cependant, il n’est pas certain que Capitaine  Cook a été pris pour le dieu Lono ou l’un des personnages historiques ou légendaires qui ont également été désignés comme Lono-i-ka-Makahiki. Selon Beckwith, il y avait en effet une tradition qu’une telle manifestation humaine du dieu [Lono] avaient effectivement apparu, jeux établis et peut-être la taxation annuelle, et est ensuite parti à « Kahiki», promettant de revenir « par la mer sur des pirogues» Auwa’alalua « , selon la note de prose. « Un homme espagnol de la guerre» traduit la reine, se rappelant une tradition de l’arrivée d’un galion espagnol battu sur son cours dans les premiers jours de l’exploration du Pacifique, « une très grande pirogue double » est rendu plus littérale de Mme Pukui, de «Au [hau] Wa’a-l [o] a-lua. La méduse bleue navigué que nous appelons Hawaïens « portugais homme de guerre» proprement parler, peut-être la moitié en dérision, comme «Auwa’alalua. La mère a honoré le fils de Keawe, peut-être né propitiously pendant la période de la Makahiki, en lui donnant le nom de Lono-i-ka-Makahiki, voir peut-être chez l’enfant un symbole de retour promis du tiki dieu. « (Beckwith 1951).

Kane-antique Tiki Dieu de la Lumière et de la Vie
Dans la mythologie hawaïenne, Kane Milohai est le père des dieux tiki Ka-Moho-ali’i, Pelé (qu’il a exilé à Hawaii), Kapo, Namaka et Hi’iaka par Haumea. Il a créé le ciel, la terre et le ciel supérieur et a Kumu-Honua le jardin. Il possédait un petit coquillage qui, lorsqu’il est placé sur les vagues de l’océan, se transforme en un immense voilier. L’utilisateur du bateau n’avait simplement qu’à  indiquer sa destination et le bateau  l’emmene là-bas. Dans les traditions agricoles et de plantations, Kane a été identifié avec le soleil.

Le mot Kane seul signifie «homme». Comme une force créatrice, Kane était le père céleste de tous les hommes. Comme il était le père de tous les êtres vivants, il était un symbole de la vie dans la nature.

Dans de nombreux chants et les légendes de l’ancienne Hawaii, Kane est jumelé avec le dieu kanaloa, et est considéré comme l’une des quatre grandes divinités hawaïennes avec kanaloa, Ku et Lono.

Autrement connu comme Kane, Kane-Hekili (« Tonnerre » ou « rupture de l’éclair dans le ciel»), Kane Hoalani.

Kanaloa – Ancien Tiki Dieu de la mer
Kanaloa est l’un des quatre grands dieux de la mythologie hawaïenne, avec Kane, Ku et Lono. Il s’agit de la forme locale d’une divinité polynésienne généralement relié à la mer. Divinités à peu près équivalents sont connus comme Tangaroa en Nouvelle-Zélande, Tagaloa à Samoa, et Ta’aroa à Tahiti.

Dans les traditions de l’ancienne Hawaii, kanaloa est symbolisé par le calmar, et est généralement associée à Kane dans les légendes et les chants où ils sont dépeints comme des pouvoirs complémentaires (Beckwith 1970:62-65). Par exemple: Kane a été appelée lors de la construction d’un canot, kanaloa pendant la navigation de celui-ci; Kane régi la bordure nord de l’écliptique, kanaloa le sud, les points Kanaloa à ressorts cachés, et Kane tape ensuite pour  les sortir. De cette façon, ils représentent une dualité divine des forces sauvages et apprivoiser comme celles observées (par Georges Dumézil, et al.) En indo-européen dieu principal-paires comme Odin-Tyr et Mitra-Varuna, et comme le très populaire yin-yang du taoïsme chinois.

Les interprétations sur  kanaloa le voient comme un dieu du mal qui s’opposent à la bonne Kane (une lecture qui défie leurs invocations jumelés et les dévots partagés dans l’ancienne Hawaii) est probablement le résultat d’efforts des missionnaires européens afin  de refondre les quatre divinités majeures d’Hawaii à l’image de la Trinité chrétienne ainsi que sur Satan.

 

The 4 Great Gods Tiki
Les 4 Grands Dieux Tiki

Dieux mineurs et légendes Tiki

Kauhuhu – Le Dieu de requin de Molokai
Kauhuhu vit dans une grotte sur le flanc d’une falaise haute de l’océan qui est protégée par deux dragons hawaïens antiques. Il arrive à sa caverne en prenant la  huitième vague d’une série de vagues géantes. Il dévorait tout homme qui l’a vu et ses dragons tuent  quiconque est entré dans sa grotte. Une fois cependant il a trouvé un homme dans sa cave et rapidement jetés sur lui et l’avait  fait entrer  à mi-chemin dans sa bouche quand il a eu pitié de lui. L’homme, Kamalo, a pu expliquer assez rapidement que ses fils avaient été assassinés pendant la lecture d’un puissant chefs tiki ,aux tambours. Le chef, Kapu, était très puissant et tout le monde le craignait donc Kamalo a dû chercher Kauhuhu, le dieu-requin.

Le dieu-requin avait chargé Kamalo de retourner dans son village, dans la vallée Mapulehu et de préparer un sanctuaire avec de nombreux animaux sacrés et entouré de sacrés tapa blancs et de  kapu personnel. Puis il devait attendre l’arrivée du dieu-requin. Un nuage géant pouvait flotter contre le vent au-dessus de l’île de Lanai. Il  croîssait  en taille et couvrait  les montagnes au-dessus de  Mapulehu Valley. De là, un arc en ciel apparaît et Kamalo savait que  le requin Dieu était  arrivé.

Kamalo est rentré chez lui et a pris soin des dieux requins du  vieux prêtre (Kahuna) qui avait fabriqué  une falaise, il a ensuite placé les états-majors kapu dans un grand anneau sur la falaise, l’escrime chez les animaux sacrés. Kamalo appelle tous ceux qui sont proches de lui pour vivre ensemble dans l’enceinte. Puis il attendit en surveillant  Lanai.

Des Mois passèrent avant  que le nuage est apparaisse, il a voyagé contre le vent et s’immobilise au-dessus des montagnes qui surplombait la vallée Mapulehu. Un arc en ciel est apparu et le vent a commencé à ramasser  de la vigueur. Les Imposants nuages ​​sombres bientôt explosèrent  à l’intérieur et une grande tempête a commencé à faire rage. La foudre a éclaté dans  le ciel et les pluies torrentielles se  répandirent  dans des quantités que  l’île n’avait jamais connu. L’eau a dévalé les montagnes dans la vallée… dans une crue éclair. Le torrent s’est précipité de la montagne avec une telle force,entrainant  tout ce qui précède, il balayait tout . La seule région qui n’a pas été dévasté était le sanctuaire avec les états-majors de  kapu où Kamalo et ses disciples regardaient dans la crainte. La tempête a ravagé les terres et les eaux a inondé la vallée, lavant  tout avant de le ranger. Kupa, sa maison, tous ses disciples et leurs biens ont été emportés dans la mer où les requins Kauhuhu attendaient de  livrer la vengeance finale de Kamalo. Les eaux de la baie furent bientôt colorés en rouge avec le sang des Kupa et ses partisans.

Après cette journée de la baie était connu comme Aikanaka, qui signifie «mangeur d’hommes», et tout le monde a appris un grand respect pour la puissance de nuages ​​sur les sommets au-dessus de leur village. Tout le monde qui a entendu l’histoire a aussi appris beaucoup de respect pour la puissance de la Shark Dieu, Kauhuhu.

Kaupe –  l’homme-chien cannibale
Dans l’ancien Hawaii, il y avait une classe de personnes appelées Olohe qui étaient glabre et souvent spécialisées dans la lutte et la rupture de l’os. Malheureusement, ils ont été également connus pour être des cannibales et des voleurs. Leur chef était Kaupe et il avait le pouvoir de se transformer en un chien géant. Il a utilisé ces pouvoirs pour traquer et tuer les hommes jusqu’à sa mort. Maintenant, il chasse les Hawaïens comme un chien fantôme.

Nightmarchers
Dans la légende hawaïenne, « Nightmarchers » (huaka’i po ou « Ranks esprit», «oi’o) sont les fantômes des anciens guerriers hawaïennes. Certaines nuits, on dit qu’ils sortent  de leurs lieux de sépulture au mois de  mars, les armes à la main, les batailles passées ou à d’autres lieux sacrés. Toute personne vivant près de leur chemin peut entendre chanter et marcher, et doit aller à l’intérieur pour éviter tout préavis. Ils peuvent apparaître au cours de la journée si vous venez pour escorter un parent mourant au monde des esprits. Quiconque cherche à ou vu par les marcheurs mourra si au moins un parent est à l’intérieur des rangs des Nightmarchers, certaines personnes soutiennent que si vous mentez à plat ventre sur le sol, ils ne vous voient pas. D’autres disent que cela ne fonctionne que si vous êtes nu. D’autres encore disent que vous devriez être nu, se coucher face et feindre le sommeil. Placer les feuilles de ti (Cordyline sp.) Autour de sa maison est dit pour éloigner tous les mauvais esprits, et entraînera la huaka’i po pour éviter la zone. Un autre être venu des esprits vous protégera.

 

A Tiki God in 1905
Un Dieu Tiki en  1905

Nanaue – L’homme requin
Une fois, un roi des requins remarqua une belle princesse sur une plage hawaïenne. Il s’approcha d’elle sous la forme d’un grand chef humain et ils sont tombés amoureux. Ils se sont mariés et elle est tombée enceinte. Cependant, dans la nuit avant qu’elle ne donne naissance à son fils, Nanaue, le roi des requins est parti. Il a averti qu’elle de jamais laisser l’enfant manger de la viande et le remit à l’eau.
Quand le garçon est né la princesse remarqua une fente sur son dos, elle le garda couvert et le cacha du village. Comme il a grandi cette fente est devenue une grande bouche de requin sur son dos qu’il a gardé couvert de tous. Quand le garçon a grandi pour être un homme qu’elle ne pouvait pas manger avec lui à cause d’un tabou strict envers les femmes et les hommes mangent ensemble. Un jour, le garçon mangeait de la viande et développé un goût vorace pour elle. Dès lors, il suivrait les gens à la plage quand ils sont allés nager, il serait alors se tourner vers la forme d’un requin géant et les mangeait comme ils  revenaient  au rivage. Cependant, après que  beaucoup soient  morts, le village est devenu méfiant et a déchiré la chemise de Nanaue off révélant la grande bouche de requin sur son dos.

Après beaucoup de luttes et de morsures vicieuses  de la bouche de l’homme-requin,celui-ci  revint dans le village.Les villageois le  ligotèrent . Le grand chef a alors ordonné qu’un grand four sera construit et tout le monde a creusé un trou et placé des pierres en elle. Ils ont ensuite tenté de mettre en panne le Man Shark dans le four, mais il s’est ensuite transformé en forme de requin, claquer les cordes qui le liaient. Nanaue floppé, cassé les gens et finalement dévalé une colline dans une rivière qui coulait de la Waipio chutes. Les guerriers de la vallée ont couru le long de la côté de la rivière, en jetant des lances et des pierres sur le requin géant, mais aucun n’a osé entrer et avant qu’ils puissent obtenir leurs filets Nanaue nagé dans la mer.

Nanaue a  nagé loin de la vallée Waipio et n’a pas été aperçu de nouveau jusqu’à ce qu’il refait surface à Maui ont été qu’ils n’avaient pas encore entendu parler de l’homme requin. Il a résidé près de Hana et a épousé leur chef, de belles femmes. Là, il a secrètement nourri les habitants de Maui jusqu’à ce qu’il devienne négligent et a été vu changer de forme et d’attaquer une victime. Les villageois ont alors lancé des canots et chassaient Nanaue hors de leurs eaux.

Nanaue plus tard refait surface à Maui où il s’installe près de Hana. Malheureusement, il n’avait pas perdu son goût pour la chair humaine, et il a commencé à se nourrir de villageois innocents. Un jour, il est devenu négligent cependant et a été repéré changer en forme de requin à poursuivre un nageur. Les guerriers de Maui ensuite déjeuné leurs canots et l’ont poursuivi à la place! En utilisant des lances et des filets qu’ils tentaient de capturer et de tuer l’homme requin, mais il a glissé loin dans le vaste océan.

Une fois de plus l’homme requin  put renaître sur une île hawaïenne. Cette fois, c’était Molokai où il a commencé une nouvelle vie. Les nageurs ont commencé à disparaître de nouveau bien et la suspicion a été soulevée. Le réseau de Kahuna Hawaiian avait à cette époque, passer le mot sur le Shark Man et kahunas de Molokai dangereux mis tout le monde en alerte.

A modern design of the Tiki spirit
Un dessin moderne représentant  l’Esprit Tiki

 

 

Les pêcheurs, qui étaient un élément essentiel de l’effort pour trouver l’homme de requin, a constaté un glissement de l’homme dans l’eau, puis un requin géant dans la mer. Ils ont prudemment inclinés leurs bateaux vers lui  et alors jeté leurs filets. L’homme requin était empêtré, mais qu’il allait bientôt sortir, mais les guerriers de Molokai étaient prêts et ont lancé leur canot et rejoint la lutte. La grande forme de requin de Nanaue a été poignardé avec des lances et a inscrit plusieurs fois. Kahunas scandé et utilisé la totalité de leur magie pour saper le requin de sa grande force. La lutte terrible taché la mer rouge, mais la puissance de Molokai sur les  pêcheurs, les guerriers et les  kahunas s’est avéré être trop pour Nanaue. Il a finalement été traîné vers le rivage où il a été battu avec des bâtons de guerre, tailladé avec des armes tranchantes comme des  dents de requins  et poignardé avec des lances. Enfin, la forme du grand requin revenue à celle d’un homme avec une bouche de requin sur son dos, et  des saignements de dizaines de blessures dans le surf teinté  d’un rouge profond.

 

Le grand chef de Molokai alors ordonné le corps de Nanaue à  être haché et les morceaux jetés dans un four. Les villageois étaient heureux de rendre service et telle fut la fin de la Nanaue. Bientôt la nouvelle  au sujet de sa mort se répandit comme la fumée du four, et tous les Hawaïens respiraient  mieux de  savoir que  l’homme requin avait été vaincu. (Pour une version plus voir hawaïen Mythologie)
Lua-o-Milu – Land of the Dead
Dans la mythologie hawaïenne, Lua-o-Milu est la terre des morts, gouverné par Milu. Âmes mortes entrent Lua-o-Milu par un sentier appelé Mahiki. Les esprits des morts peuvent regarder ce que font les vivants et les transformer en pierre par les regardant.
(Voir voir hawaïen Mythologie pour plus d’informations)

Autres dieux  hawaïens  anciens Tiki
Dans un récit de la création célèbre, le demi-dieu Maui pêché dans les îles d’Hawaï de la mer après une petite erreur qu’il a faite lors d’un voyage de pêche. De Haleakala, Maui pris au piège du soleil dans une autre histoire, le forçant à ralentir donc il y avait des périodes égales de l’obscurité et de lumière chaque jour. Pele est une autre divinité célèbre, le feu (en plus d’une façon) fille de Kane qui a amené la mer à Hawaii et provoque des coulées de lave.

Ancien Traîneau à Lava hawaïenne
Traîneau de lave d’Hawaï (Hawaii: Holua he’e, « montagne surfing») est un sport traditionnel des autochtones hawaïens. Semblable à la vague surf, he’e Holua implique l’utilisation d’un 12 pieds long et étroit, 6 pouces traîneau en bois large (papaholua) fabriqué à partir de bois indigène comme Kau’ila ou Ohia. Le traîneau est utilisé debout, couchée ou à genoux, pour descendre les cours artificielles de pierre de lave, atteignant souvent des vitesses de 50 mph ou plus. Dans le passé, la luge de lave hawaïen a été considéré à la fois un sport et un rituel religieux pour honorer les dieux.

 

Même dans les traditions   fricaines ,on retrouve  cette légende de l'homme-requin,comme celui-ci provenant du Dahomey.
Même dans les traditions fricaines ,on retrouve cette légende de l’homme-requin,comme celui-ci provenant du Dahomey.

Faire entrer en soi l’énergie de l’Ère Nouvelle

spiritndiens6g

 

L’énergie positive du cosmos est partout,autour de nous.

Voici des techniques pour aller la chercher.

TECHNIQUE

Assis ou allonger dans une position confortable,doigts et paumes tournés vers le haut,les yeux fermés,concentrez  votre attention sur l’oeil spirituel à la racine du nez entre les sourcils.

Détendez-vous,ressentez le calme en vous .Inspirez et expirez profondément au moins six fois.Imaginez-vous sous une pluie de lumière.

Commencez à répéter lentement le mot « amour » une seule fois à chacune de vos expirations.Sans trop d’effort,votre attention reste fixée,sur l’oeil spirituel en ralentissant le rythme d’inspiration et d’expiration.

(À répéter 2 fois,2 à trois fois par jour)

« Je suis englobé par  cette lumière dorée qui m’éblouit.

Je suis guidé par le maître intérieur.

Je suis maître de moi-même en toutes circonstances.

Je suis conscient dans l’état présent.

Je suis calme,positif et heureux.

Je suis sagesse,charité,liberté.

Je suis smour.

Ainsi-soit-il. »

VOUS ÊTES MAÎTRE DE VOTRE DESTINÉE

Vous  êtes toujours l’effet de la cause que vous avez créée consciemment ou inconsciemment.Les seules limites sont celles que vous vous imposez par vos pensées négatives.Ne laissez ni personne,ni les circonstances détruire vos rêves.

Pratiquez cet exercice fidèlement en portant votre attention sur un seul point,l’oeil spirituel.Il vous permet un contact constant avec l’énergie créatrice positive qui élève votre niveau de conscience.

Le mot « amour » est rempli de vibrations positives qui vous apportent calme,joie de vivre et force de volonté.

L’énergie de l’Ère Nouvelle ,c’est  l’énergie du cosmos renouvelée vers les Humains de la Terre et toutes les formes de Vie par l’Amour de Dieu  ,ses Messagers de Lumière et nos Frères de l’Espace.

La vie est une infinité d’instants présents: vivez-les donc positivement en harmonie avec votre environnement.

En entrant dans la Philosophie et les Pratiques de l’Ère Nouvelle,vous vous donnerez les outils pour résoudre les problèmes qui vous entourent et réaliser les objectifs tant rêvés.

LA PENSÉE EST LA CRÉATION!

Le passé,le présent et l’avenir de notre société humaine

REGARD SUR LE PASSE

C’est en prenant exemple sur le passé, qu’on peut construire l’avenir…

Le Néolithique  :  Les chasseurs, nomades et cueilleurs  sont devenus des pasteurs, ils construisirent des villages et acquirent la notion de propriété. Avec la notion de propriété, est née la notion de force : « défense du territoire ». Conquérir, prendre et garder…

A l’époque Taureau, les gens devinrent propriétaires et guerriers. Comme ils passaient leur temps à combattre, ils ne travaillaient plus. Donc ils prirent des esclaves qui faisaient le travail. Il faut rappeler, que les Indiens d’Amérique, n’avaient pas le sens de la propriété. Ils disaient : « la Terre est notre mère, elle nous nourrit, et on ne coupe pas sa mère en morceaux.»  A cette époque, tout appartenait à tout le monde… Quand les blancs sont allés là-bas, avec leur mentalité, ils ont demandé : «C’est à qui ces terres?»    Les indigènes répondirent : «A personne». Les blancs dirent «Ah bon !?, alors c’est à nous…!». Et vous connaissez la suite… On a introduit chez eux la misère, qu’ils ne connaissaient pas.

Dans la suite de l’évolution, on a introduit le cheval, le boeuf et vers 1875, la machine à vapeur, le télégraphe etc. Depuis, la croissance est telle qu’on devient de plus en plus puissant. Mais que fait-on de constructif de cette puissance au niveau humain, social, écologique, planétaire ?  On n’a pas encore compris grand-chose dans l’art de maîtriser nos pouvoirs…

Au point de vue culturel :

Les gens ont quitté les campagnes pour aller vers les villes. Les paysans travaillèrent dans les usines. Ils ont eu droit à l’enseignement, pour apprendre à lire et à écrire. Juste l’école moyenne. Très vite, il y eut trop d’ouvriers et trop d’étudiants. On a donc augmenté la scolarité, car il vaut mieux des jeunes à l’école, plutôt qu’à la rue. Bien vite il y eut trop d’étudiants. Dans les universités, on rend la sélection beaucoup plus sévère. Ils ont augmenté la quantité de matière à étudier (pas pour donner une meilleure formation, mais pour réguler la sélection).  L’agriculture à fortement diminué, on détruit les stocks pour maintenir les prix et on donne une subvention aux agriculteurs pour qu’ils vivent décemment.

L’organisation du temps de travail :

Au siècle dernier, une journée de travail durait 12 ou 13 heures, une semaine de huit jours comptait 85 à 90 heures..  A présent la journée est de huit heures et la semaine de 40 heures. Certaines sociétés, accordent les 6 heures journées. Ensuite on a proposé le ¼ temps, le mi-temps… L’évolution de notre époque n’offre aucune autre alternative que de devoir diminuer le temps de travail. Cet état de choses provoque la panique.  Pendant des siècles, le travail était la raison d’être des individus. Ils assimilaient leur personnalité à leurs activités et leur salaire de fin de mois était source d’orgueil et de sécurité.  

Travailler = exister, paraître, permet de se situer par rapport aux autres et d’être en compétition permanente avec son environnement dans un sentiment  horrible « de  loi du plus fort » qui signifie « cannibalisme bien appliqué » Le plus fort mange le plus faible et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un… Comme dit la célèbre phrase : « …Et si il n’en reste qu’un, je serais celui-là ! »

On a tellement focalisé sur le « travail » en tant qu’instrument essentiel de vie, que dans notre mentalité, tout homme qui ne travaille pas est considéré comme un fainéant, un profiteur, un incapable, un parasite de société, un mauvais citoyen ou comme quelqu’un ayant des troubles psychologiques… Le travail est devenu essentiel à l’individu d’au point de vue social, psychique et physique.

L’homme est le seul animal qui ne trouve pas tout ce qu’il a besoin dans son environnement naturel. L’homme ment sur ses droits naturels : « La loi du plus fort », « vaincre pour vivre etc… »  Avec cette règle on n’arrive nulle part.  Les hommes se mangent entre eux, pas les loups !  Lorsqu’on veut démolir un autre homme, pour ne pas avoir mauvaise conscience, on se convainc d’abord qu’il ne vaut pas la peine de vivre, et on crée un sous-homme, c.à.d.  que cet homme là, a le droit d’être détruit, car il n’est pas vraiment un homme. Le racisme, le Nazisme c’est çà ! sauf que les nazis étaient racistes même dans la même couleur de peau. Pendant longtemps, on a provoqué l’asservissement du plus grand nombre pour la liberté de quelques-uns privilégiés.

Il y a une grave erreur dans l’idée de productivité :

On se dit : « Plus on produit, plus il y a du travail… » C’est faux ! C’est l’inverse qui se passe… La technologie moderne, la robotique et l’informatique produisent beaucoup, tout en rapportant beaucoup plus. Ce qui devrait permettre aux hommes d’avoir plus de temps libre et même d’être payés à ne rien faire (chômage, allocations, etc.) Certaines sociétés  gardent des travailleurs payés à ne rien faire…pour maintenir l’illusion ! En fait, la société a de moins en moins besoin du travail de l’homme pour pourvoir à ses besoins. Cela signifie donc positivement, qu’on est en train de se libérer de la servitude du travail, comme à l’époque du paradis terrestre, avant la sanction de Dieu  «  Tu travailleras à la sueur de ton front… » Cette punition est sur le point d’être levée… Hélas, les hommes manifestent en rue pour la maintenir…On est au départ de l’âge d’or, mais, évidemment, il y a encore beaucoup de problèmes à régler dans notre société.

Aujourd’hui, on arrive à des conclusions absurdes de ce genre :

– Puisqu’on a de moins en moins de salariés     – Qu’il y a trop de chômeurs ! 

– Puisque le pouvoir d’achat diminue !              – Trop de minimexés

– Que l’état a moins d’argent !                          – Que l’économie ralentit !

– Que les commerces vont mal !                        – Qu’il y a surpopulation !

– Qu’il y a trop d’étrangers…  

– Qu’il y a trop de pensionnés (diminution des pensions = moins de consommateurs…)

– On ne va plus pouvoir nourrir tout le monde !!!  Donc les étrangers, à la porte…!

C’est une blague !  On produit tellement que chaque année, on doit détruire les surplus pour maintenir les prix. Les grandes surfaces détruisent, jour après jour des quantités énormes de nourriture encore bonnes à la consommation… Il y a un gaspillage monumental pour maintenir les prix !   Il y a largement de quoi nourrir tout le monde !! 

Le capitalisme = produire plus qu’on investit.  

Cette idée est incorrecte. Elle va contre le principe de conservation. Pour procéder de la sorte, il faut tricher. Soit on ne paye pas quelqu’un, soit on vend du vent. On va vendre quelque chose plus cher que sa valeur réelle = profit, donc obligation permanente de tricher. On va fabriquer des objets de moins bonne qualité, pour accélérer le rendement. Donc produire plus et casser plus pour produire plus…

Il faut trouver des esclaves qui travaillent très bon marché. Donc on prend de la main-d’oeuvre étrangère et nous, nous n’avons plus de travail…Là,  on est piégés, car  les industries produisent en quantité des produits que plus personne ne peut acheter, car : moins  de travail =  moins d’argent = moins d’ achats. Comme cet état de choses  se produit a peu près dans tous les pays, l’exportation n’est guère plus rentable.  On tourne en rond… 

Exemple de système spéculatif : 

On va acheter du café torréfié ou non, à très bas prix en Colombie. Ce café reste sur place, mais les spéculateurs se trouvent à Londres. Ils vendent ce café, pour cela ils vont faire  courir des bruits, du style : “La récolte a été mauvaise, trop de pluies, risque d’y avoir pénurie de café etc…” pour faire flamber les prix. Ce même café sera ainsi racheté et revendu plusieurs fois avec chaque fois un bénéfice. En Colombie, les gens sont dans la misère… Cette technique, boursière, se pratique avec tout, de la même façon !  

Autre exemple :

Une usine d’une valeur productive de six millions, est intéressante pour les articles qu’elle produit. Certains manipulateurs font « courir un bruit surfait » à propos de cette usine. Les actions prennent de la valeur. En Bourse, il y a achat/revente, encore achat/revente toujours avec bénéfice… L’usine n’a pas grandi d’un pouce, elle n’a pas changé, elle est restée identique… Le dernier acheteur « pigeonné » vient demander des comptes, on crée un Crash et certains ont tout perdu… Ils sont ruinés et en arrivent parfois au suicide ! Et on continue ce système cannibale…    On perd sa vie à vouloir la gagner !  

Que faire alors de nos surproductions ?  

On crée la publicité, qui va créer le besoin… Donc au lieu de construire des choses qui servent aux besoins des humains, on va manipuler les humains pour que leurs besoins correspondent aux choses construites !  Bref : tout l’art consiste à faire acheter des choses inutiles tout en faisant croire que c’est indispensable à nos besoins ! 

En fait qu’est-ce que l’argent : 

L’argent n’est rien d’autre qu’un carburant.  On se trompe sur la notion de l’argent. L’argent devrait être une valeur d’échange réelle ! Ors au lieu d’être une valeur concrète, elle est spéculative !  Il faut démystifier l’argent : on ne peut plus associer l’argent au travail. 

Au départ : l’argent était un moyen de troc, puis une monnaie marchande, puis des blocs d’or échangés…Ensuite , des pièces furent frappées d’une figure. Les souverains frappaient leur monnaie à leurs effigies ou à leurs armes(blasons.)  De là est venue la confusion entre le pouvoir et l’argent et nous n’en sommes plus sortit… 

A la révolution française, on a commencé à manquer d’or. Les Lombards, les Templiers et les Juifs, créèrent le billet à ordre. 

Par souci de sécurité, les gens laissèrent leur or à la garde des banques et les banquiers se rendirent vite compte que la hauteur de ces stocks ne diminuait jamais. Ils eurent donc l’idée vicieuse  de commencer à prêter aux gens… Ils créèrent un billet à ordre fictif soit un bon pour valoir correspondant à l’or stocké. Bien vite, on a crée plus de billets à ordre qu’il n’y avait d’or stocké… 

Exemple : Un lingot d’or = photo du lingot pour circuler = donner la photo du lingot pour récupérer ce lingot. Un jour un petit malin à dit : « puisque j’ai la photo, je fais des photocopies… 

Le phénomène du chômage : 

Donc le travail à temps plein n’est plus vraiment possible. Le travail à temps partiel, n’offre pas vraiment les mêmes avantages. Si on diminue les heures de travail, en diminuant le salaire, on peut utiliser notre temps libre pour faire autre chose…

Le pouvoir d’achat et le sentiment de sécurité diminue. On ne compte plus le nombre de faillites… et en cas de faillite, les impôts ne sont pas payés, la sécurité sociale n’est pas payée, donc qui va devoir  rembourser, Tout le monde…

Donc pour résumer : de moins en moins de gens travaillent et le peu de gens qui travaillent encore doivent payer de plus en plus d’impôts…

Dans toute l’histoire de l’humanité, on a connu de grandes périodes de chômage. En général, on a réglé le problème par des guerres. On détruit tout, on reconstruit et il y a du travail pour  les survivants.  On connaît la définition de la guerre : « La guerre est faite par ceux qui ne savent pas pourquoi ils l’a font, organisées par ceux qui ne l’a font pas, mais qui savent très bien pourquoi… » 

La guerre 40/45 a supprimé le nombre de personnes équivalent au nombre de chômeurs d’avant la guerre.  Quelles sont les grandes puissances économiques pour le moment : les perdants de la dernière guerre : l’Allemagne et le Japon ! 

L’histoire a prouvé que ce n’était pas vraiment une solution. Il faut trouver autre chose. C’est stupide de démolir constamment ce qu’on a mis du temps et de l’énergie à bâtir . On est occupé à refaire les mêmes erreurs, et on prépare la troisième guerre mondiale…

Le Golfe : Il y a trop de pétrole, on en  consomme trop peu d’où,  chute des prix…

Tant que les Irakiens et les Iraniens se tapent dessus, cela arrange bien l ’économie mondiale, car grâce a cela, la production de pétrole n’est pas excédentaire. En plus, comme il y a trop de pétroliers, on en coule quelques-uns . Comme c’est remboursé par les assurances (c.à.d. nous)  Cela arrange beaucoup de monde. 

Les grandes puissances fournissent les armes et nous aussi…et Israël aussi, fournit des armes aux deux côtés… 

A présent, où en sont les salaires des travailleurs ? : 

On retire du salaire brut, 50 % de charges et d’impôts qui servent à payer : les chômeurs, les politiciens, les pensions, les emplois « crées ». 

Les robots c’est chouette, mais ils ne paient pas de taxes. Le patron s’y retrouve, mais il n’y a plus de redistribution d’impôts… Dès lors, l’état doit compenser par des prélèvements de toutes sortes : allocations compensatoires… 

Ce système n’est pas viable, car il ne restera plus assez de travailleurs pour payer tout cela. Donc, la dette publique augmente. 

A partir de quel moment avons-nous perdu notre liberté ?  

A partir de l’instauration du système bancaire actuel. Très pratique, très ingénieux…pour qui ? Les Banques possèdent chacun d’entre nous. 

Les Banques financent les guerres : Comment les chefs d’Etats pourraient-ils se fournir en armement sinon ?  A chaque grande guerre, les hommes se sont fait tuer par des armes financées parfois par leur propre patrie… A qui profitent les guerres ? 

Les Banques prêtent : Aux pays en difficultés. Ces pays surendettés ne font plus ce qu’ils veulent. Ils doivent céder en contre partie, un droit sur leurs produits miniers, sur leurs richesses agricoles etc. 

Les crédits : Les cartes de crédits : La tentation permanente ! La fuite en avant dans le brouillard !  Ils sont fait pour prolonger l’illusion… Tout en maintenant les gens dans une prison psychique, morale … C’est un cercle vicieux !

Nous sommes tous endettés et vivons dans l’angoisse de ne plus savoir rembourser et de perdre le peu qu’on a acquis à crédit. Les Banques prêtent à des taux d’usurier et on passe sa vie à payer. Les intérêts plus les frais de toutes sortes additionnés mensuellement font qu’on arrive plus à rembourser. Après des années, on a déjà restitué trois ou quatre fois la somme empruntée…

Toute cette lutte pour pouvoir financer nos ambitions, nous préoccupe tellement qu’on ne réfléchit plus… On ne sait plus comment sortir de l’engrenage. Nos signes extérieurs de richesses, nos désirs de paraître, d’avoir la même chose que le voisin, nous le payons très cher !

     Nous sommes prisonniers du système et croulons sous son poids. 

Ceux qui ne veulent pas adhérer au système sont rapidement éliminés, d’une façon comme un autre. En Amérique, quelques grands présidents ont voulu changer les choses… Ils ont tous été assassinés.  A chaque fois qu’un « président », où un « chef »  n’adhère plus tout-à-fait aux exigences des pouvoirs occultes, on le « casse », par des scandales ou par des meurtres. (Lincoln, les Kennedi etc.) Même chez nous, si un ministre voulait faire stopper le système « des taux d’usures » et d’autres pratiques bancaires, il risquerait certainement de gros problèmes. Il ne serait pas étonnant qu’on le mêlerait à un scandale bidon pour le neutraliser. 

Un ami m’a dit il y a 15 ans, « tu vas voir,  on aura tellement peur de posséder de l’argent liquide à cause de l’insécurité, qu’on aura tous des cartes magnétiques pour effectuer les paiements ». (C’est fait) « Ensuite, on sera tellement embarrassés de toutes ces cartes, qu’on finira par avoir un implant avec un code barre sur l’avant-bras. Il n’y aura plus qu’à passer devant un scanner et on saura tout de nous… Tous ces codes seront repris dans l’ordinateur central  appelé «  LA  BETE » dans la Bible. »   (Nous n’avons pas de code barre en implant, mais nous sommes déjà des numéros dans la bête…) 

Pour faire partie de la société il faudra être immatriculé. Celui qui ne le sera pas, où qui en guise de punition serait banni, n’aura plus d’identité, ne pourra plus faire de commerce, bref n’existera plus…

FICTION  ??

Nos seuls bien les plus précieux, ce sont nos vies, et notre libre-arbitre. c.à.d.vivre libre de choisir ce qu’on veut et ce qu’on veut pas ! 

Le fonctionnement financier : 

La monnaie Bancaire : 

Ex : Un commerçant dépose sa recette du jour à la banque. En échange, il reçoit un reçu. Le banquier lui dit : « Puisque vous avez un compte chez nous, au lieu de prendre l’argent, prenez des chèques »  

Les chèques = une promesse de payer. Très rapidement apparurent les chèques sans provisions, puis les chèques volés. Certains se sont fait rembourser des sommes qui n’existaient pas. Les chèques posèrent beaucoup de problèmes… On tente de les supprimer.  

Puisque les gens ne se promènent plus avec de l’argent en poche mais avec des promesses de payer, les banques proposent donc de continuer à prêter, et elles allongent leurs crédits. On nous prête des sommes fabuleuses sur des valeurs qui ne sont pratiquement plus stockées. Si demain, tout le monde allait rechercher son argent à la banque, ce serait la panique, car il y a bien longtemps que l’argent n’y est plus.

Ce système continue à fonctionner contre toute logique. Si le système fonctionne avec des dettes énormes et le l’argent fictif, c’est que l’argent n’a pas du tout la valeur magique qu’on lui prête. On lui prête en plus une valeur morale

Il faut démystifier l’argent, absolument… Pour éviter de nouveau une société de riches et de pauvres.

La plus grande charge karmique de l’occident, c’est d’avoir prêché la charité et de ne l’avoir jamais pratiquée. 

LE TEMPS  DE  VIVRE  

Sources : Des loisirs, pour quoi faire ? J.Mousseau

Conf. L.D’Alès et E.DORION 

Et si, il venait un temps où il ne faudra plus attendre la retraite pour profiter de son temps libre pour quelques années à peine ?  

Beaucoup de pessimiste, traditionaliste, diront : « ce n’est pas possible…Les gens ne feront rien de bon de leur temps libre…Les jeunes vont paresser ou pire encore… » 

Essayons d’être optimiste et examinons le programme :

  • Le travail était considéré comme une aliénation et les loisirs comme une libération. On deviendra libre…

Si on regardait dans le dictionnaire Larousse la définition des mots : 

TRAVAIL : du latin trepalium = instrument de torture !

CHOMAGE : du latin Caumare = se reposer pendant la chaleur…On va travailler moins : tant mieux, on va pouvoir s’occuper de nous et des autres. Donner plus de valeur à l’individu « on se vend, on vend son savoir faire. 

  • On aura une structure communautaire échangiste, une société planétaire valorisant l’individu. 

Nouvelles idées Verseau :  

On va démystifier l’argent en le remplaçant par une monnaie distributive :

Une monnaie non-thésorisable

– Chacun aura droit à un compte personnel géré à vie. Tous auront intérêt à la production sociale en solidarité. Au plus chacun apportera dans la corbeille, au plus tout le monde sera prospère. Le travail ne sera plus lié au salaire mais aux services rendus. Ce sera comme une relation parents/enfants, des échanges gratuits. Dans ce système, le revenu serait l’usufruit d’un héritage à vie. 

Les machines fabriqueront pour qu’il y ait assez pour tout le monde. Si un produit fabriqué n’est pas acheté, on arrêtera de le fabriquer, car il est inutile.

On n’aura plus aucun intérêt à faire la guerre, car tout le monde sera content. 

Les robots et les machines produiront ce qu’on a besoin, l’informatique peut tout gérer.

On créera une interdépendance, première version de l’amour car le mot “je t’aime” signifie : “tu couvres mes besoins”. 

– Vous ne saurez pas acheter plus de biens qu’il n’y en a de disponible et vous n’aurez pas intérêt à acheter plus de biens que vous saurez consommer.

– Vous ne saurez pas manger plus que le volume de votre estomac. Cela ne servira à rien d’avoir 3 où 4 a maisons, car vous ne saurez plus les revendre. Pourquoi les gens achèteraient-ils une maison puisqu’ils y auraient droit par leur naissance. 

– On ne volera plus : car par sa naissance, on aura tout, et que faire de plus puisqu’on ne pourra pas le revendre.  Cette monnaie ne sera plus fournie par une banque, donc on ne prendra plus d’intérêts dessus. cet investissement sera fourni par toute la société. 

Le droit à la vie pour tous les hommes. 

On va s’ennuyer pensez-vous ?  Imaginez vos journées : 

Comment passer à une société sédentaire ? : 

L’existence des loisirs jouera un rôle fondamental dans notre quotidien et notre futur. 

Que faire de tout ce temps de liberté : 

Ceux qui sont habités par certaines passions, sauront vite comment utiliser leurs journées. Les autres, trouveront une quantité de possibilités : 

– Voyager, sans compter ni le temps, ni l’argent…

– Bientôt des mini-trips intergalactiques. (la fiction deviendrait réalité)

– Grâce aux systèmes de déplacements de plus en plus rapides, on pourra être à Nice sur la plage au matin, et chez nous le soir…

– Suivre des cours de musique, de chant, de peinture, de théâtre,

– Tout apprendre, dans tous les domaines, pour nous rendre utile dans tous les           secteurs.

– Echanger sa voiture contre une autre…

– Echanger sa maison de ville contre une à la campagne chaque fois qu’on a  envie de changement…

– S’entraider les uns les autres…

– Rendre verdoyants et productifs les déserts de la planète, ainsi il y aura de la place et de la nourriture assez pour tout le monde…

– Entourer les enfants d’amour et d’attentions…

– Entourer les personnes âgées qui ne seront plus confinées dans des mouroirs…

– Chacun pourra apporter ses qualités, sa personnalité, ses connaissances aux profits des autres. 

– Aller écouter et admirer ce que les autres font : Concerts, etc.

– Lire, écrire, photographier…

– Pratiquer plusieurs sports, pour le plaisir et plus pour les gains mirobolants…

Avec les montagnes à gravir, les mers à sonder, les grottes à explorer, les musées à visiter, les cieux à observer,  pensez-vous vraiment qu’il n’y à rien à faire de notre temps…? 

Terminé le stress, les maladies nerveuses, les jalousies… 

Ce n’est pas utopique ! 

Si nous remontons dans l’histoire, certains dit « primitifs » vivaient a peu de chose près comme cela, (mais sans notre fabuleuse technologie pour les servir), et ils étaient pourtant heureux… 

A l’époque Taureau, les gens devinrent propriétaires et guerriers. Comme ils passaient leur temps à combattre, ils ne travaillaient plus. Donc ils prirent des esclaves qui faisaient le travail. Il faut rappeler, que les Indiens d’Amérique, n’avaient pas le sens de la propriété. Ils disaient : « la Terre est notre mère, elle nous nourrit, et on ne coupe pas sa mère en morceaux.»  A cette époque, tout appartenait à tout le monde… Quand les blancs sont allés là-bas, avec leur mentalité, ils ont demandé : «C’est à qui ces terres?»    Les indigènes répondirent : «A personne». Les blancs dirent «Ah bon !?, alors c’est à nous…!». Et vous connaissez la suite… On a introduit chez eux la misère, qu’ils ne connaissaient pas.

Dans la suite de l’évolution, on a introduit le cheval, le boeuf et vers 1875, la machine à vapeur, le télégraphe etc. Depuis, la croissance est telle qu’on devient de plus en plus puissant. Mais que fait-on de constructif de cette puissance au niveau humain, social, écologique, planétaire ?  On n’a pas encore compris grand-chose dans l’art de maîtriser nos pouvoirs…

Au point de vue culturel :

Les gens ont quitté les campagnes pour aller vers les villes. Les paysans travaillèrent dans les usines. Ils ont eu droit à l’enseignement, pour apprendre à lire et à écrire. Juste l’école moyenne. Très vite, il y eut trop d’ouvriers et trop d’étudiants. On a donc augmenté la scolarité, car il vaut mieux des jeunes à l’école, plutôt qu’à la rue. Bien vite il y eut trop d’étudiants. Dans les universités, on rend la sélection beaucoup plus sévère. Ils ont augmenté la quantité de matière à étudier (pas pour donner une meilleure formation, mais pour réguler la sélection).  L’agriculture à fortement diminué, on détruit les stocks pour maintenir les prix et on donne une subvention aux agriculteurs pour qu’ils vivent décemment.

L’organisation du temps de travail :

Au siècle dernier, une journée de travail durait 12 ou 13 heures, une semaine de huit jours comptait 85 à 90 heures..  A présent la journée est de huit heures et la semaine de 40 heures. Certaines sociétés, accordent les 6 heures journées. Ensuite on a proposé le ¼ temps, le mi-temps… L’évolution de notre époque n’offre aucune autre alternative que de devoir diminuer le temps de travail. Cet état de choses provoque la panique.  Pendant des siècles, le travail était la raison d’être des individus. Ils assimilaient leur personnalité à leurs activités et leur salaire de fin de mois était source d’orgueil et de sécurité.  

Travailler = exister, paraître, permet de se situer par rapport aux autres et d’être en compétition permanente avec son environnement dans un sentiment  horrible « de  loi du plus fort » qui signifie « cannibalisme bien appliqué » Le plus fort mange le plus faible et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un… Comme dit la célèbre phrase : « …Et si il n’en reste qu’un, je serais celui-là ! »

On a tellement focalisé sur le « travail » en tant qu’instrument essentiel de vie, que dans notre mentalité, tout homme qui ne travaille pas est considéré comme un fainéant, un profiteur, un incapable, un parasite de société, un mauvais citoyen ou comme quelqu’un ayant des troubles psychologiques… Le travail est devenu essentiel à l’individu d’au point de vue social, psychique et physique.

L’homme est le seul animal qui ne trouve pas tout ce qu’il a besoin dans son environnement naturel. L’homme ment sur ses droits naturels : « La loi du plus fort », « vaincre pour vivre etc… »  Avec cette règle on n’arrive nulle part.  Les hommes se mangent entre eux, pas les loups !  Lorsqu’on veut démolir un autre homme, pour ne pas avoir mauvaise conscience, on se convainc d’abord qu’il ne vaut pas la peine de vivre, et on crée un sous-homme, c.à.d.  que cet homme là, a le droit d’être détruit, car il n’est pas vraiment un homme. Le racisme, le Nazisme c’est çà ! sauf que les nazis étaient racistes même dans la même couleur de peau. Pendant longtemps, on a provoqué l’asservissement du plus grand nombre pour la liberté de quelques-uns privilégiés.

Il y a une grave erreur dans l’idée de productivité :

On se dit : « Plus on produit, plus il y a du travail… » C’est faux ! C’est l’inverse qui se passe… La technologie moderne, la robotique et l’informatique produisent beaucoup, tout en rapportant beaucoup plus. Ce qui devrait permettre aux hommes d’avoir plus de temps libre et même d’être payés à ne rien faire (chômage, allocations, etc.) Certaines sociétés  gardent des travailleurs payés à ne rien faire…pour maintenir l’illusion ! En fait, la société a de moins en moins besoin du travail de l’homme pour pourvoir à ses besoins. Cela signifie donc positivement, qu’on est en train de se libérer de la servitude du travail, comme à l’époque du paradis terrestre, avant la sanction de Dieu  «  Tu travailleras à la sueur de ton front… » Cette punition est sur le point d’être levée… Hélas, les hommes manifestent en rue pour la maintenir…On est au départ de l’âge d’or, mais, évidemment, il y a encore beaucoup de problèmes à régler dans notre société.

Aujourd’hui, on arrive à des conclusions absurdes de ce genre :

– Puisqu’on a de moins en moins de salariés     – Qu’il y a trop de chômeurs ! 

– Puisque le pouvoir d’achat diminue !              – Trop de minimexés

– Que l’état a moins d’argent !                          – Que l’économie ralentit !

– Que les commerces vont mal !                        – Qu’il y a surpopulation !

– Qu’il y a trop d’étrangers…  

– Qu’il y a trop de pensionnés (diminution des pensions = moins de consommateurs…)

– On ne va plus pouvoir nourrir tout le monde !!!  Donc les étrangers, à la porte…!

C’est une blague !  On produit tellement que chaque année, on doit détruire les surplus pour maintenir les prix. Les grandes surfaces détruisent, jour après jour des quantités énormes de nourriture encore bonnes à la consommation… Il y a un gaspillage monumental pour maintenir les prix !   Il y a largement de quoi nourrir tout le monde !! 

Le capitalisme = produire plus qu’on investit.  

Cette idée est incorrecte. Elle va contre le principe de conservation. Pour procéder de la sorte, il faut tricher. Soit on ne paye pas quelqu’un, soit on vend du vent. On va vendre quelque chose plus cher que sa valeur réelle = profit, donc obligation permanente de tricher. On va fabriquer des objets de moins bonne qualité, pour accélérer le rendement. Donc produire plus et casser plus pour produire plus…

Il faut trouver des esclaves qui travaillent très bon marché. Donc on prend de la main-d’oeuvre étrangère et nous, nous n’avons plus de travail…Là,  on est piégés, car  les industries produisent en quantité des produits que plus personne ne peut acheter, car : moins  de travail =  moins d’argent = moins d’ achats. Comme cet état de choses  se produit a peu près dans tous les pays, l’exportation n’est guère plus rentable.  On tourne en rond… 

Exemple de système spéculatif : 

On va acheter du café torréfié ou non, à très bas prix en Colombie. Ce café reste sur place, mais les spéculateurs se trouvent à Londres. Ils vendent ce café, pour cela ils vont faire  courir des bruits, du style : “La récolte a été mauvaise, trop de pluies, risque d’y avoir pénurie de café etc…” pour faire flamber les prix. Ce même café sera ainsi racheté et revendu plusieurs fois avec chaque fois un bénéfice. En Colombie, les gens sont dans la misère… Cette technique, boursière, se pratique avec tout, de la même façon !  

Autre exemple :

Une usine d’une valeur productive de six millions, est intéressante pour les articles qu’elle produit. Certains manipulateurs font « courir un bruit surfait » à propos de cette usine. Les actions prennent de la valeur. En Bourse, il y a achat/revente, encore achat/revente toujours avec bénéfice… L’usine n’a pas grandi d’un pouce, elle n’a pas changé, elle est restée identique… Le dernier acheteur « pigeonné » vient demander des comptes, on crée un Crash et certains ont tout perdu… Ils sont ruinés et en arrivent parfois au suicide ! Et on continue ce système cannibale…    On perd sa vie à vouloir la gagner !  

Que faire alors de nos surproductions ?  

On crée la publicité, qui va créer le besoin… Donc au lieu de construire des choses qui servent aux besoins des humains, on va manipuler les humains pour que leurs besoins correspondent aux choses construites !  Bref : tout l’art consiste à faire acheter des choses inutiles tout en faisant croire que c’est indispensable à nos besoins ! 

En fait qu’est-ce que l’argent : 

L’argent n’est rien d’autre qu’un carburant.  On se trompe sur la notion de l’argent. L’argent devrait être une valeur d’échange réelle ! Ors au lieu d’être une valeur concrète, elle est spéculative !  Il faut démystifier l’argent : on ne peut plus associer l’argent au travail. 

Au départ : l’argent était un moyen de troc, puis une monnaie marchande, puis des blocs d’or échangés…Ensuite , des pièces furent frappées d’une figure. Les souverains frappaient leur monnaie à leurs effigies ou à leurs armes(blasons.)  De là est venue la confusion entre le pouvoir et l’argent et nous n’en sommes plus sortit… 

A la révolution française, on a commencé à manquer d’or. Les Lombards, les Templiers et les Juifs, créèrent le billet à ordre. 

Par souci de sécurité, les gens laissèrent leur or à la garde des banques et les banquiers se rendirent vite compte que la hauteur de ces stocks ne diminuait jamais. Ils eurent donc l’idée vicieuse  de commencer à prêter aux gens… Ils créèrent un billet à ordre fictif soit un bon pour valoir correspondant à l’or stocké. Bien vite, on a crée plus de billets à ordre qu’il n’y avait d’or stocké… 

Exemple : Un lingot d’or = photo du lingot pour circuler = donner la photo du lingot pour récupérer ce lingot. Un jour un petit malin à dit : « puisque j’ai la photo, je fais des photocopies… 

Le phénomène du chômage : 

Donc le travail à temps plein n’est plus vraiment possible. Le travail à temps partiel, n’offre pas vraiment les mêmes avantages. Si on diminue les heures de travail, en diminuant le salaire, on peut utiliser notre temps libre pour faire autre chose…

Le pouvoir d’achat et le sentiment de sécurité diminue. On ne compte plus le nombre de faillites… et en cas de faillite, les impôts ne sont pas payés, la sécurité sociale n’est pas payée, donc qui va devoir  rembourser, Tout le monde…

Donc pour résumer : de moins en moins de gens travaillent et le peu de gens qui travaillent encore doivent payer de plus en plus d’impôts…

Dans toute l’histoire de l’humanité, on a connu de grandes périodes de chômage. En général, on a réglé le problème par des guerres. On détruit tout, on reconstruit et il y a du travail pour  les survivants.  On connaît la définition de la guerre : « La guerre est faite par ceux qui ne savent pas pourquoi ils l’a font, organisées par ceux qui ne l’a font pas, mais qui savent très bien pourquoi… » 

La guerre 40/45 a supprimé le nombre de personnes équivalent au nombre de chômeurs d’avant la guerre.  Quelles sont les grandes puissances économiques pour le moment : les perdants de la dernière guerre : l’Allemagne et le Japon ! 

L’histoire a prouvé que ce n’était pas vraiment une solution. Il faut trouver autre chose. C’est stupide de démolir constamment ce qu’on a mis du temps et de l’énergie à bâtir . On est occupé à refaire les mêmes erreurs, et on prépare la troisième guerre mondiale…

Le Golfe : Il y a trop de pétrole, on en  consomme trop peu d’où,  chute des prix…

Tant que les Irakiens et les Iraniens se tapent dessus, cela arrange bien l ’économie mondiale, car grâce a cela, la production de pétrole n’est pas excédentaire. En plus, comme il y a trop de pétroliers, on en coule quelques-uns . Comme c’est remboursé par les assurances (c.à.d. nous)  Cela arrange beaucoup de monde. 

Les grandes puissances fournissent les armes et nous aussi…et Israël aussi, fournit des armes aux deux côtés… 

A présent, où en sont les salaires des travailleurs ? : 

On retire du salaire brut, 50 % de charges et d’impôts qui servent à payer : les chômeurs, les politiciens, les pensions, les emplois « crées ». 

Les robots c’est chouette, mais ils ne paient pas de taxes. Le patron s’y retrouve, mais il n’y a plus de redistribution d’impôts… Dès lors, l’état doit compenser par des prélèvements de toutes sortes : allocations compensatoires… 

Ce système n’est pas viable, car il ne restera plus assez de travailleurs pour payer tout cela. Donc, la dette publique augmente. 

A partir de quel moment avons-nous perdu notre liberté ?  

A partir de l’instauration du système bancaire actuel. Très pratique, très ingénieux…pour qui ? Les Banques possèdent chacun d’entre nous. 

Les Banques financent les guerres : Comment les chefs d’Etats pourraient-ils se fournir en armement sinon ?  A chaque grande guerre, les hommes se sont fait tuer par des armes financées parfois par leur propre patrie… A qui profitent les guerres ? 

Les Banques prêtent : Aux pays en difficultés. Ces pays surendettés ne font plus ce qu’ils veulent. Ils doivent céder en contre partie, un droit sur leurs produits miniers, sur leurs richesses agricoles etc. 

Les crédits : Les cartes de crédits : La tentation permanente ! La fuite en avant dans le brouillard !  Ils sont fait pour prolonger l’illusion… Tout en maintenant les gens dans une prison psychique, morale … C’est un cercle vicieux !

Nous sommes tous endettés et vivons dans l’angoisse de ne plus savoir rembourser et de perdre le peu qu’on a acquis à crédit. Les Banques prêtent à des taux d’usurier et on passe sa vie à payer. Les intérêts plus les frais de toutes sortes additionnés mensuellement font qu’on arrive plus à rembourser. Après des années, on a déjà restitué trois ou quatre fois la somme empruntée…

Toute cette lutte pour pouvoir financer nos ambitions, nous préoccupe tellement qu’on ne réfléchit plus… On ne sait plus comment sortir de l’engrenage. Nos signes extérieurs de richesses, nos désirs de paraître, d’avoir la même chose que le voisin, nous le payons très cher !

     Nous sommes prisonniers du système et croulons sous son poids. 

Ceux qui ne veulent pas adhérer au système sont rapidement éliminés, d’une façon comme un autre. En Amérique, quelques grands présidents ont voulu changer les choses… Ils ont tous été assassinés.  A chaque fois qu’un « président », où un « chef »  n’adhère plus tout-à-fait aux exigences des pouvoirs occultes, on le « casse », par des scandales ou par des meurtres. (Lincoln, les Kennedi etc.) Même chez nous, si un ministre voulait faire stopper le système « des taux d’usures » et d’autres pratiques bancaires, il risquerait certainement de gros problèmes. Il ne serait pas étonnant qu’on le mêlerait à un scandale bidon pour le neutraliser. 

Un ami m’a dit il y a 15 ans, « tu vas voir,  on aura tellement peur de posséder de l’argent liquide à cause de l’insécurité, qu’on aura tous des cartes magnétiques pour effectuer les paiements ». (C’est fait) « Ensuite, on sera tellement embarrassés de toutes ces cartes, qu’on finira par avoir un implant avec un code barre sur l’avant-bras. Il n’y aura plus qu’à passer devant un scanner et on saura tout de nous… Tous ces codes seront repris dans l’ordinateur central  appelé «  LA  BETE » dans la Bible. »   (Nous n’avons pas de code barre en implant, mais nous sommes déjà des numéros dans la bête…) 

Pour faire partie de la société il faudra être immatriculé. Celui qui ne le sera pas, où qui en guise de punition serait banni, n’aura plus d’identité, ne pourra plus faire de commerce, bref n’existera plus…

FICTION  ??

Nos seuls bien les plus précieux, ce sont nos vies, et notre libre-arbitre. c.à.d.vivre libre de choisir ce qu’on veut et ce qu’on veut pas ! 

Le fonctionnement financier : 

La monnaie Bancaire : 

Ex : Un commerçant dépose sa recette du jour à la banque. En échange, il reçoit un reçu. Le banquier lui dit : « Puisque vous avez un compte chez nous, au lieu de prendre l’argent, prenez des chèques »  

Les chèques = une promesse de payer. Très rapidement apparurent les chèques sans provisions, puis les chèques volés. Certains se sont fait rembourser des sommes qui n’existaient pas. Les chèques posèrent beaucoup de problèmes… On tente de les supprimer.  

Puisque les gens ne se promènent plus avec de l’argent en poche mais avec des promesses de payer, les banques proposent donc de continuer à prêter, et elles allongent leurs crédits. On nous prête des sommes fabuleuses sur des valeurs qui ne sont pratiquement plus stockées. Si demain, tout le monde allait rechercher son argent à la banque, ce serait la panique, car il y a bien longtemps que l’argent n’y est plus.

Ce système continue à fonctionner contre toute logique. Si le système fonctionne avec des dettes énormes et le l’argent fictif, c’est que l’argent n’a pas du tout la valeur magique qu’on lui prête. On lui prête en plus une valeur morale

Il faut démystifier l’argent, absolument… Pour éviter de nouveau une société de riches et de pauvres.

La plus grande charge karmique de l’occident, c’est d’avoir prêché la charité et de ne l’avoir jamais pratiquée. 

LE TEMPS  DE  VIVRE  

Sources : Des loisirs, pour quoi faire ? J.Mousseau

Et si, il venait un temps où il ne faudra plus attendre la retraite pour profiter de son temps libre pour quelques années à peine ?  

Beaucoup de pessimiste, traditionaliste, diront : « ce n’est pas possible…Les gens ne feront rien de bon de leur temps libre…Les jeunes vont paresser ou pire encore… » 

Essayons d’être optimiste et examinons le programme :

  • Le travail était considéré comme une aliénation et les loisirs comme une libération. On deviendra libre…

Si on regardait dans le dictionnaire Larousse la définition des mots : 

TRAVAIL : du latin trepalium = instrument de torture !

CHOMAGE : du latin Caumare = se reposer pendant la chaleur…On va travailler moins : tant mieux, on va pouvoir s’occuper de nous et des autres. Donner plus de valeur à l’individu « on se vend, on vend son savoir faire. 

  • On aura une structure communautaire échangiste, une société planétaire valorisant l’individu. 

Nouvelles idées Verseau :  

On va démystifier l’argent en le remplaçant par une monnaie distributive :

Une monnaie non-thésorisable

– Chacun aura droit à un compte personnel géré à vie. Tous auront intérêt à la production sociale en solidarité. Au plus chacun apportera dans la corbeille, au plus tout le monde sera prospère. Le travail ne sera plus lié au salaire mais aux services rendus. Ce sera comme une relation parents/enfants, des échanges gratuits. Dans ce système, le revenu serait l’usufruit d’un héritage à vie. 

Les machines fabriqueront pour qu’il y ait assez pour tout le monde. Si un produit fabriqué n’est pas acheté, on arrêtera de le fabriquer, car il est inutile.

On n’aura plus aucun intérêt à faire la guerre, car tout le monde sera content. 

Les robots et les machines produiront ce qu’on a besoin, l’informatique peut tout gérer.

On créera une interdépendance, première version de l’amour car le mot “je t’aime” signifie : “tu couvres mes besoins”. 

– Vous ne saurez pas acheter plus de biens qu’il n’y en a de disponible et vous n’aurez pas intérêt à acheter plus de biens que vous saurez consommer.

– Vous ne saurez pas manger plus que le volume de votre estomac. Cela ne servira à rien d’avoir 3 où 4 a maisons, car vous ne saurez plus les revendre. Pourquoi les gens achèteraient-ils une maison puisqu’ils y auraient droit par leur naissance. 

– On ne volera plus : car par sa naissance, on aura tout, et que faire de plus puisqu’on ne pourra pas le revendre.  Cette monnaie ne sera plus fournie par une banque, donc on ne prendra plus d’intérêts dessus. cet investissement sera fourni par toute la société. 

Le droit à la vie pour tous les hommes. 

On va s’ennuyer pensez-vous ?  Imaginez vos journées : 

Comment passer à une société sédentaire ? : 

L’existence des loisirs jouera un rôle fondamental dans notre quotidien et notre futur. 

Que faire de tout ce temps de liberté : 

Ceux qui sont habités par certaines passions, sauront vite comment utiliser leurs journées. Les autres, trouveront une quantité de possibilités : 

– Voyager, sans compter ni le temps, ni l’argent…

– Bientôt des mini-trips intergalactiques. (la fiction deviendrait réalité)

– Grâce aux systèmes de déplacements de plus en plus rapides, on pourra être à Nice sur la plage au matin, et chez nous le soir…

– Suivre des cours de musique, de chant, de peinture, de théâtre,

– Tout apprendre, dans tous les domaines, pour nous rendre utile dans tous les           secteurs.

– Echanger sa voiture contre une autre…

– Echanger sa maison de ville contre une à la campagne chaque fois qu’on a  envie de changement…

– S’entraider les uns les autres…

– Rendre verdoyants et productifs les déserts de la planète, ainsi il y aura de la place et de la nourriture assez pour tout le monde…

– Entourer les enfants d’amour et d’attentions…

– Entourer les personnes âgées qui ne seront plus confinées dans des mouroirs…

– Chacun pourra apporter ses qualités, sa personnalité, ses connaissances aux profits des autres. 

– Aller écouter et admirer ce que les autres font : Concerts, etc.

– Lire, écrire, photographier…

– Pratiquer plusieurs sports, pour le plaisir et plus pour les gains mirobolants…

Avec les montagnes à gravir, les mers à sonder, les grottes à explorer, les musées à visiter, les cieux à observer,  pensez-vous vraiment qu’il n’y à rien à faire de notre temps…? 

Terminé le stress, les maladies nerveuses, les jalousies… 

Ce n’est pas utopique ! 

Si nous remontons dans l’histoire, certains dit « primitifs » vivaient a peu de chose près comme cela, (mais sans notre fabuleuse technologie pour les servir), et ils étaient pourtant heureux…