Préhistoire:L’Homme de Néandertal aurait été poussé au cannibalisme… à cause du changement climatique

Le passé de nos ancêtres n’était visiblement pas tout rose : d’après une récente étude, l’Homme de Néandertal aurait été poussé au cannibalisme… A cause d’un changement brutal du climat.

C’est une découverte qui fait froid dans le dos. Dans le Sud-Est de la France, des ossements ayant appartenu à Néandertal ont été découverts dans les années 1990, plus précisément sur le site préhistorique de la Baume Moula-Guercy. Ils viennent d’être réétudiés par une équipe de chercheurs du CNRS, et leurs trouvailles lèvent le voile sur un pan bien sombre de l’histoire de nos ancêtres.

Selon les archéologues, ces ossements ont appartenu à deux adultes, deux adolescents et deux enfants ayant vécu il y a 120.000 à 130.000 ans. Et ils montrent des signes clairs de la faim et des traces de brutalité. Pourquoi ? D’après les experts, parce que Néandertal a dû s’adonner au cannibalisme.

Gestes funéraires ou canibalisme?

« Le changement climatique de la période glacière à la dernière ère interglaciaire a été très violent« , confirme le paléontologue Emmanuel Desclaux, chercheur au CNRS. « Je ne parle pas en terme d’échelle géologique, mais à l’échelle humaine. En l’espace de quelques générations, le paysage a totalement changé« .

Les sites connus de colonisation de l’homme de néandertal en Europe.

S’adapter à un changement climatique trop rapide 

Comme le décrivent les scientifiques, en seulement quelques années, notre planète s’est réchauffée et le niveau de la mer s’est élevé. Résultat : les plantes et les animauxse sont modifiés. Les communautés de chasseurs-cueilleurs qui s’étaient parfaitement adaptées aux froids extrêmes pendant des dizaines de milliers d’années, n’étaient plus en terrain conquis.

Divers ossements de néandertal.

« Des marques de découpe sont réparties sur 50% des restes humains, et ce sur l’ensemble du squelette, du crâne à la mâchoire inférieure jusqu’aux métacarpes et aux phalanges« , indiquent les scientifiques. « Aucun des membres retrouvés n’était en relation anatomique avec les autres, ce qui indique que les corps ont été complètement démembrés« .

Dessin d’artiste cherchant à reproduire une femme de néandertal.

Si cette théorie reste à l’état d’hypothèse, elle reste néanmoins probable au vu de ce que l’on sait déjà concernant Néandertal. « Le cannibalisme mis au jour sur le site de la Baume Moula-Guercy n’est pas une marque de bestialité ni de sous-humanité« , expliquent les scientifiques. Selon eux, il aurait probablement s’agit d’un épisode isolé d’endo-cannibalisme, « en réponse au stressnutritionnel dû aux changements environnementaux rapides et radicaux« .


Le changement climatique pourrait avoir aidé Homo sapiens à remplacer Néandertal en Europe

 

Selon une récente étude, l’Homme de Néandertal aurait notamment été victime du changement climatique. Un temps subitement froid et sec aurait eu raison de cet ancêtre alors qu’Homo sapiens serait parvenu à s’imposer en faisant preuve d’adaptation. 

Il y a 40.000 ans, notre cousin Néandertal, dominait en Europe et en Asie avant de s’éteindre. Et ce, quelques milliers d’années seulement avant l’arrivée en Europe de notre espèce, Homo sapiens. Mais comment et pourquoi l’Homme de Néandertal a-t-il disparu ? Le débat divise les scientifiques depuis des siècles.

Certains évoquent une épidémie, d’autres placent la faute sur Homo sapiens… Une récente étude publiée dans la revue Proceeding of the National Academy of Sciences et menée par l’Université de Cologne, en Allemagne, vient aujourd’hui compléter la liste des théories : Néandertal pourrait avoir été victime du changement climatique.

Une meilleure capacité d’adaptation 

En étudiant différentes grottes en Roumanie et en analysant de précédentes données écologiques, archéologiques et climatiques, le Dr. Michael Staubwasser et son équipe ont mis en évidence deux périodes où le climat s’est révélé particulièrement froid et sec : l’une ayant commencé il y a 44.000 ans pour durer 1.000 ans, et une autre ayant commencé il y a 40.800 ans pour durer 600 ans.

Les scientifiques ont ainsi pu constater que l’apparition de ces périodes aux conditions sèches et froides semble coïncider avec le début de la disparition d’artefacts néandertaliens. Et dans le même temps, avec les premiers signes de l’apparition d’Homo Sapiens en France et dans la vallée du Danube.

Selon les chercheurs, le changement climatique aurait remplacé les forêts par des prairies parsemées d’arbustes. Un nouvel environnement auquel Homo Sapiens se serait mieux adapté que Néandertal qui lui, aurait disparu avant que le premier ne s’implante à son tour en Europe.

« Comme il a été souligné dans des études passées, notre espèce n’a pas surpassé Néandertal en faisant preuve de plus d’intelligence. Nous avons simplement survécu« , insiste Rick Potts, paléontologue au Musée d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution. Selon cette nouvelle étude, il n’existerait donc aucun lien de cause à effet entre l’arrivée de l’homme moderne et la disparition de Néandertal.

Des interrogations qui demeurent 

A ce stade toutefois, de nombreuses interrogations demeurent comme l’ont souligné les scientifiques : « Nous n’arrivons pas à déterminer si Néandertal a migré après le changement climatique ou bien si l’espèce s’est directement éteinte« , précise le Dr. Michael Staubwasser.

Image associée

Ce n’est pas la première fois que la théorie du changement climatique est explorée et elle peine encore à convaincre tout le monde. Katerina Harvati, une spécialiste de l’Université de Tuebingen en Allemagne non impliquée dans l’étude, a précisé que l’apport de nouvelles données climatiques était utile mais elle a également relevé que le doute demeure quant aux périodes exactes de disparition de Néandertal et d’émergence d’Homo sapiens.

D’autres recherches devront donc être conduites pour percer ce mystère. Si cette nouvelle étude ne répond pas à toutes les questions, elle apporte cependant un « regard rafraîchissant » pour Rick Potts et permet « d’échafauder de nombreuses théories sur les raisons de la disparition de Néandertal« .

Image associée

 

 

 

 

Publicités

L’origine de l’humanité et la fraude de l’enseignement universitaire

musee

 
 En hommage à Robert Charroux,dont son livre « Histoire inconnue des hommes depuis cent milles ans »,m’a servi de livre de chevet pendant de nombreuses années!

[Voici les MENSONGES que l’on continuent à enseigner aujourd’hui dans des universités en Europe, en Afrique et partout dans le monde.]
 
*Traduit de la langue arabe.

Nous sommes ici sur la page web du musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, plus précisément dans la salle du Prince Rainier III SVP, on dit bien MUSEE D’ANTROPOLOGIE PREHISTORIQUE SVP !!!!!!. Ils disent ceci ces mythomanes. Source:http://www.map-mc.com/

« L’homme moderne ou « Homme de Cro-Magnon » qui arrivé en Europe occidentale il y a 40 000 ans est porteur de nouvelles technologies (lames en silex, armatures de sagaie, outils en os) caractérisant l’Aurignacien, première culture du Paléolithique supérieur. Celle-ci sera remplacée 15 000 ans plus tard par la culture gravettienne encore plus spécialisée dans la chasse des grands mammifères. Ces périodes du Paléolithique supérieur vont être marquées par une très forte dégradation climatique qui va aboutir à ce que les paléoclimatologues nomment « maximum glaciaire ou pléniglaciaire » autour de – 20 000 ans. Plusieurs grottes de notre environnement proche présentent des restes d’occupations, continues ou ponctuelles, de ces chasseurs-cueilleurs paléolithiques. Des éléments nouveaux apparaissent avec des inhumations intentionnelles (sépultures de la grotte des Enfants), des éléments de parures réalisés avec des coquillages ou de l’ivoire et des statuettes féminines en stéatite (talc). Ces comportements sont révélateurs des changements mentaux et cognitifs de ces hommes modernes. La fin de la glaciation et le début d’un nouvel interglaciaire tempéré à partir de – 15 000 ans vont amener l’humanité à franchir une nouvelle étape, l’homme prédateur ou chasseur-cueilleur devient un agriculteur-pasteur dans un processus de néolithisation qui est apparu en différents points de la planète autour de 8 000 ans avant notre ère. A la fin du Néolithique, les sociétés se hiérarchisent et des fortifications sont aménagées en place des villages, un nouvel artisan apparaît : le métallurgiste qui va fabriquer des armes et des parures. Ces objets ont d’ailleurs été gravés sur les dalles rocheuses autour du Mont Bego il y a près de 4 000 ans, au tout début de l’âge du Bronze. A partir de 600 av. J.-C. des colonies grecques vont se développer le long de la côte, entre Rhône et Ligurie, Massalia (Marseille) devenant une des implantations les plus importantes du monde grec. Enfin de -150 à + 100, la conquête romaine conduit à la pacification du pourtour méditerranéen.

Ces gens font abstraction à -150.000 ans d’histoire de l’homme. Ils oublient qu’avant l’homme Cro-Magnon a apparu que à -20.000 ans après l’homme de Grimaldie responsable de la civilisation des aurignaciens qui a apparu il y a -40000. Et que cet  homme considéré comme un des premiers  homo sapiens sapiens est un homme qui a migré du sud vers le nord. Ils oublient aussi que les archéologues ont daté le premier homo sapiens sapiens à 150 000 ans avant, en Afrique. Donc nous assistons ici à ce que l’on appelle le racisme scientifique et archéologique. Et ils osent ouvrir leur bouches en se co-proclamant spécialiste de la préhistoire. 

Ils attribuent de force l’arrive des Grimaldiens au Cro-Magnon pour semer la confusion chez les jeunes etudiants.

 
Merci à mes supporteurs africains pour les informations de bases.