Il manque un échelon dans la classification des cyclones

Cyclone Haiyan

 

 

Faut-il changer la classification des cyclones tropicaux ? Avec des vents soutenus à 315 kilomètres par heure (km/h) et des rafales mesurées à près de 380 km/h, le super-typhon Haiyan qui a frappé les côtes philippines, vendredi 8 novembre, a été le plus puissant cyclone tropical à toucher terre de l’histoire récente. Au point que, sur des listes de diffusions professionnelles, certains climatologues suggèrent l’ajout d’un sixième échelon à l’échelle de Saffir-Simpson, qui permet de classerles cyclones tropicaux en fonction de leur potentiel destructeur.

L’argument est simple. L’échelle de Saffir-Simpson est indexée sur la vitesse du vent, une augmentation d’une trentaine de km/h faisant passer un cyclone à la catégorie supérieure. Or le sommet de l’échelle – la catégorie 5 – est atteint àpartir de vents soutenus mesurés à 252 km/h. Haiyan pulvérise ce seuil de plus de soixante kilomètres par heure : n’est-il pas légitime d’ajouter un sixième échelon ?

La question revient de plus en plus fréquemment. Après le passage de l’ouragan Sandy, fin octobre 2012, sur la côte est américaine, l’ancien vice-président américain Al Gore avait déjà suggéré qu’il fallait une sixième catégorie de cyclones. « Beaucoup de météorologues tropicaux pensent que l’échelle de Saffir-Simpson est obsolète et qu’elle devrait être remplacée, confie Kerry Emanuel, professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’une des figures de la recherche sur les cyclones tropicaux. Mais je pense pour ma part que toute échelle peut être trompeuse. Le problème est qu’aucun chiffre simple ne peutrendre la nature particulière de la menace présentée par un cyclone. Pour certains, la destruction peut être surtout provoquée par le vent, par la marée de tempête pour un autre, par les inondations pour un autre encore. »

 

Guyan,au centre du pays.
Guyan,au centre du pays.

UNE NOUVELLE COULEUR SUR LES CARTES DE TEMPÉRATURES 

Pour les avocats de la catégorie 6, la décision serait comparable à celle, prise par le Bureau météorologique australien en janvier, consistant à ajouter une nouvelle couleur – le violet – sur les cartes de températures pour rendre compte des dernières mesures à plus de 50 ºC. Cette nouvelle convention avait aussi valeur d’avertissement : avec le réchauffement en cours, de tels records sont voués à s’installer.

 

L’ajout d’un sixième niveau à l’échelle officielle procéderait de la même mise en garde. A ceci près que la question des liens entre réchauffement et fréquence ou intensité des cyclones tropicaux est délicate. Y aura-t-il à l’avenir plus de cyclones tropicaux très puissants ? Le lien semble logique : ces derniers ne se forment que lorsque les eaux de surface des océans excèdent 26 ºC. Or avec le réchauffement en cours, l’augmentation de la température des océans est certaine. Et c’est précisément parce que les eaux du Pacifique nord étaient particulièrement chaudes que la puissance de Haiyan a été hors du commun.

Cependant, dans son dernier rapport, rendu en septembre, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime qu’il n’y a guère plus d’une chance sur deux pour que ce soit le cas. Il juge aussi que les incertitudes de mesure et le manque de recul sont trop importants pour pouvoir attribuer au changement climatique la tendance de l’histoire récente… Une estimation que M. Emanuel juge « trop conservatrice », de même que de nombreux spécialistes qui s’attendent sans trop de doutes à une recrudescence des cyclones de catégories 4 et 5 dans le siècle en cours.

 

Si la question des liens entre réchauffement et cyclones est toujours en relatif suspens, d’autres effets du changement climatique renforceront leur potentiel destructeur sans l’ombre d’un doute. L’arrivée d’un cyclone sur les côtes s’accompagne toujours d’une « onde de tempête » – ou « marée de tempête » – qui voit la mer s’élever en raison des basses pressions qui règnent au cœur du système cyclonique.

Or ces brusques marées – plus de quatre mètres dans le cas de l’ouragan Sandy – sont aggravées par l’élévation du niveau des mers, une des conséquences majeures du réchauffement. Aux Philippines, Haiyan a, par endroits, fait entrer la mer de plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres, causant des dommages considérables. Depuis 1960, selon le réseau Global Sea Level Observing System, la mer s’est déjà élevée de plus de 20 cm le long de l’archipel philippin, fragilisant encore ses côtes face à ce type de phénomène.

 

La ville de Tacloban,complètement détruite par Haiyan.
La ville de Tacloban,complètement détruite par Haiyan.

 

Publicités

Les Philippines: un pays dévasté et détruit par Haiyan et le pillage

Death Toll Rises in Philippines Following Impact Of Super TyphoonUne rupture presque complète de la loi et l’ordre dans la ville de Tacloban, le typhon Haiyan a causé des dommages dévastateurs après qu’il eut   frappé les Philippines ce vendredi,8 novembre 2013 , est considéré comme un signe inquiétant de ce qui pourrait bientôt suivre dans d’autres régions.

Le nombre total de morts à partir de ce qui est considéré  avoir été la tempête la plus violente  à jamais avoir touché terre  devrait ainsi s’élever au-dessus des 10.000  victimes ,il s’agit du  nombre estimé  de morts  dans une seule île.

Trois jours après qu’ Haiyan  a semé la mort en se faisant une  énorme fauchée du centre des Philippines, on  est toujours sans nouvelles de dizaines de milliers de personnes vivant sur ​​les îles qui ont subi de plein fouet la fureur du typhon.

Death Toll Rises in Philippines Following Impact Of Super Typhoon

Mais à Tacloban et la province environnante de l’île de Leyte, où les responsables locaux estiment que les pertes donneront jusqu’à 10.000 morts, les convois d’aide sont perquisitionné et des commerces dépouillés de tout ce qui reste sur ​​leurs tablettes ,par les survivants affamés.

«Certaines personnes perdent leurs esprits par  la faim ou par  la perte de leurs familles», a déclaré Andrew Pomeda, un enseignant, à Tacloban.

Comme les habitants descendent dans les rues avec des armes à feu, il y a des spéculations,des rumeurs  que le président Benigno Aquino  va devoir  déclarer la loi martiale.

Un convoi de la Croix-Rouge philippine a déjà été attaqué, les auteurs ont été  qualifiés de «gangsters» par le président de l’organisation, Richard Gordon.

Mais dans les trois jours que Haiyan s’est déchaîné avec des  vagues  (tel un tsunami ) qui ont dépassé 17 pieds, noyant beaucoup de ceux qui ont été pris dans leurs courants , ainsi que des vents si forts qu’ils ont fait sauter des navires  loin à l’ intérieur des terres, donc très peu d’aide  a atteint Tacloban …et c’est pourquoi  les habitants ont abandonné leur retenue normale .

«Les gens sont sales, ont faim et soif« , a déclaré Emma Bermejo, propriétaire d’une pâtisserie. « En  quelques jours de plus, et ils commencent à s’entre-tuer. » Celle-ci se décrit comme choqué, de voir comment les résidents sans-abri de Tacloban  se sont mis à agir  comme s’ils n’étaient plus humains. «Les gens se promènent dans les rues comme des zombies en quête de nourriture», a déclaré Jenny Chu, un étudiant.

Death Toll Rises in Philippines Following Impact Of Super Typhoon

M. Aquino a déclaré que son gouvernement avait déployé 300 soldats et policiers dans  la ville et a promis qu’il y en aurait  plus qui  étaient envoyé  pour leur prêter main-forte. « Une colonne de véhicules blindés  sera déployée  à Tacloban afin de  montrer la détermination du gouvernement et d’arrêter ce pillage», a-t-il dit. Pourtant, avec près de 500.000 personnes déplacées par Haiyan et  plus de 4,3 Millions directement touchés par elle, il y a bien peu de rapports  reçus sur  ce qui se passe dans les zones côtières les plus reculées des îles les plus touchées par la tempête.

Il est particulièrement préoccupé par Samar, l’île à l’est de Tacloban le typhon  a touché terre ,en premier,sur la ville de Guiuan.

La télévision ,à partir de reportages aériens, a montré des  rues aplaties et des routes jonchées d’arbres et de débris, ce qui fait craindre que ceux de ses 40.000 habitants qui n’ont pas fuient,n’ont   peut-être pas survécu.

Au moins 300 personnes  sont déjà déclarés morts sur l’île de Samar, avec 2.000 disparus, mais une grande partie de l’île reste complètement coupée du monde extérieur sans pouvoir  électrique et de moyens  de communication.

Plusieurs appels désespérés à l’aide livrés au cours des quelques radios en  fonctionnement n’ont augmenté que la crainte de ce qui les attend quand  arriveront les équipes de secours sur place.

Plus à l’ouest, le groupe des îles Visayas n’ont pas été épargnées par  la fureur de Haiyan soit, avec des parties de l’île de Panay et le nord de Cebu durement touchée. Kendra Clegg, membre de la première  équipe  de lutte aux catastrophes  des Nations Unies et de l’équipe d’évaluation à  arriver sur Panay, a déclaré au Daily Telegraph: « La situation en matière de logement est désastreuse. Toutes les maisons en bois ont été détruites et les gens dorment dehors, ou dans les quelques écoles qui ont encore des toits « .

Comme tous ceux qui étaient dans le chemin de Haiyan, les gens de Panay sont encore abasourdis par ce qu’ils ont vu. «Ils sont sous le choc de ce qui s’est passé, les personnes âgées en particulier« , a déclaré Mme Clegg.

« Rien ne vous prépare vraiment à voir des communautés entières écrasées», a déclaré Mme Clegg. «C’est très décevant. » L’ampleur de la catastrophe est telle que, jusqu’ici, les militaires n’ont pas été en mesure d’atteindre de nombreuses régions côtières, y compris par hélicoptère, Mme Clegg confirmée.

PHILIPPINES-WEATHER-TYPHOON

« L’ampleur des dégâts à travers les Philippines a fait qu’il est très difficile d’obtenir à tous les domaines et l’accent a été mis  jusqu’ici sur Tacloban. Nous sommes très inquiets pour les communautés côtières où il n’y a pas eu contact « .

Un groupe de chasseurs de tornades américains qui ont voyagé à Tacloban avant l’arrivée du typhon a fourni des descriptions détaillées de ses conséquences dévastatrices.

Josh Morgerman, un membre du groupe iCyclone des chasseurs de  tempêtes, avec ses collègues David Reynolds et Mark Thomas, est monté face  aux vents violents avant d’être  sauvé  sur un avion militaire.

China Typhoon

Bien que les communications étaient en baisse dans la plupart de la ville, M. Morgerman, qui écrit sur Twitter sous le nom de HurricaneJosh, a réussi à accéder aux médias sociaux après que le groupe a atteint une zone de  sécurité.

Il a décrit comment son équipe,a aidé des  personnes blessées  à pouvoir sortir de leur hôtel,au moyen de  matelas ,lorsque l’immeuble a été inondé par l’eau.

M. Morgerman,  sur Twitter, a déclaré: « Tacloban toute la  ville est dévastée. La ville est un paysage horrible des bâtiments brisés et des arbres défoliés, avec des pillages et des corps non réclamés en décomposition à l’air libre.

2013-11-07T000620Z_157175060_GM1E9B70MH701_RTRMADP_3_PHILIPPINES-TYPHOON-HAIYAN

 » Le typhon s’est déplacé rapidement et ça n’a pas duré longtemps , seulement quelques heures, mais il a frappé la ville avec une férocité absolument terrifiante . Au plus fort de la tempête, le vent est passé en un cri, comme des fenêtres explosé et que notre hôtel solide,en  béton,au centre-ville a tremblé sous la puissance  de l’impact des débris  qui ont soufflé sur les murs et que les enfants sont devenus hystériques , une onde de tempête énorme a balayé l’ensemble du centre-ville  » a écrit  M. Reynolds, qui a filmé l’impact immédiat de la tempête  . Un vent et des  dommages extrêmes , c’est une situation extrêmement désespérée là. Nous nous attendions à quelque chose de grave , mais il est difficile de visualiser les cadavres dans la rue ,voir  brûler des  quartiers entiers  de la ville, voir les gens en état de choc ,juste  avant l’événement . « 

M. Aquino face à la critique croissante  face à  la réponse lente de son gouvernement à réagir à la  tempête , en dépit d’avertissements plusieurs  jours à l’avance. Après avoir volé dans l’aéroport de Tacloban pour de brèves rencontres avec des responsables gouvernementaux locaux , hier, il a été réprimandé par les résidents . L’un d’eux , Magina Fernandez , en colère lui a dit que l’aide n’était pas arrivé assez rapidement .

«Nous devons faire passer le mot , car le gouvernement philippin ne peut pas tout faire ça tout seul », dit-elle.  » Obtenir de l’aide internationale à venir maintenant . C’est pire que l’enfer . « 

Le président a exprimé sa frustration face au rythme de l’assistance . Mais cela n’a pas suffi à apaiser la colère du maire de Tacloban , Alfred Romualdez , qui est venu près de perdre sa femme dans la tempête. M. Romualdez déclaré qu’il était « tout à fait possible  » que 10.000 résidents del sa ville seule  soient  morts.

PHILIPPINES-WEATHER-TYPHOONDeath Toll Rises in Philippines Following Impact Of Super Typhoon

Death Toll Rises in Philippines Following Impact Of Super Typhoon

(Sources : multiples : Reuter, ABC, NP)