Troisième Guerre Mondiale en formation:Une première vague de 50 missiles et de roquettes s’abat sur Tel-Aviv

En riposte aux frappes aux missiles israéliennes qui ont coûté la vie à l’un des hauts commandants du Jihad islamique de la Palestine, Tel-Aviv a été pris pour cible. La branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, les brigade Qods a affirmé dans un communiqué avoir frappé Tel-Aviv, Yafa et les colonies israéliennes limitrophes de Gaza. Selon des sources israéliennes citées par l’agence de presse palestinienne Shahab, les sirènes d’alertes continuent à retentir dans la capitale israélienne Tel-Aviv et les écoles sont toutes fermées. Al-Jazeera confirme la frappe contre Tel-Aviv ainsi que la fermeture des écoles dans cette ville et dans quelques autres villes. Le sud et le cente d’Israël sont donc en état d’alerte. 

Missiles 12 novembre 2019

 

Tel-Aviv et sa banlieue sont en état d’alerte maximal. Baha Abou Atta, l’un des hauts commandants des brigades Qods, branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, a été tué en martyr ce mardi matin dans le quartier d’al-Shojaia de Gaza dans un raid israélien qui a également coûté la vie à son épouse.
DEBKAfile, site proche du renseignement de l’armée israélienne, affirme que c’est Benjamin Netanyahu en personne qui en a donné l’ordre
Par crainte d’une riposte d’envergure de la Résistance, le porte-parole de l’armée israélienne s’est précipité ce mardi matin pour affirmer que « Atta a été une bombe à retardement » mais que son assassinat « ne signifiait pas le retour de la politique des assassinats ciblés ».  Quoi qu’il en soit, le mouvement du Jihad islamique de la Palestine a promis une terrible riposte à cet assassinat qui s’est combiné à une nouvelle attaque du régime israélien contre la capitale syrienne Damas.
Vers 4 heures (heure locale), la banlieue ouest de la capitale et plus précisément Dariya a été prise pour cible de plusieurs missiles israéliens qui ont déclenché la réponse de la DCA syrienne. Dans son communiqué, le Jihad islamique affirme que son autre commandant, Akram al-Ajouri, visé par cette frappe, l’a échappé alors que son fils, Moaz, membre du bureau politique du mouvement y a péri. SANA confirme de son côté cette information tout en affirmant que la fille du commandant Ajouri et 10 autres personnes avaient été blessées au cours de l’attaque au triple missiles contre la localité de Dariya, à l’ouest de Damas. Un des trois missiles a été intercepté par la DCA syrienne tandis que deux autres ont explosé. A Damas, Israël a donc raté son coup. Le ministère israélien des A.E. revendique par ailleurs très clairement son attaque et Netanyahu reconnait qu’elle a été proposée par le commandant en chef des forces armées et le chef de Shin Beth au terme d’un accord  » conclu au cabinet sécuritaire et signé par le PM lui-même ».
Sans son communiqué, le Jihad islamique dit ne pas connaitre de « limite » pour la riposte qu’il a à infliger au régime israélien.
Le ministre syrien de l’Intérieur sur les lieux de l’attaque, le 12 novembre à Damas/Fars News

 

 

Les funérailles du commandant Abou Atta à Gaza, 12 novembre 2019/ Fars News

 

 

La capitale syrienne et sa banlieue n’avaient  pas été pris pour cible des frappes sionistes depuis fin août. Cette attaque ouvre ainsi un nouveau cycle de violence puisque le régime israélien, empêtré dans une crise interne sans précédent, a besoin d’un échappatoire, constatent des analystes. En Israël, le député de la Liste arabe unifiée, Ofer Kassif a déclaré sur Twitter que “pour sauver sa peau, Netanyahu revient à ce qu’il sait bien faire: tuer, détruire et inciter à la guerre.”
Selon les sources israéliennes, dans la région du centre d’Israël, l’armée sioniste interdit tout rassemblement de plus de 300 personnes, tandis que le cabinet de sécurité israélien se réunit à la Kyria (quartier général de l’armée) à Tel Aviv ce matin. Les points de passages avec Gaza sont fermés jusqu’à nouvel ordre.  Plus de 26 roquettes et missiles ont été tirées depuis Gaza contre Israël tôt mardi matin sans que Dôme de fer puissent en intercepter grande chose. Des maisons à Sderot ont été ciblés alors que les médias sionistes maintiennent un black out total sur le nombre des blessés. L’alerte au missile a retenti à plusieurs reprises mardi matin à Ashdod, Ashkelon, dans la région du Gush Dan (centre) et dans les localités frontalières de la bande de Gaza.
Un dernier communiqué du ministère israélien des A.E. affirme que quelque un million d’israéliens se trouvent en ce moment même dans des abris antimissiles.

 


EN COMPLÉMENT:Pourquoi le commandant en chef du CentCom s’est rendu en Israël ?

 

Les Su-57 russes déployés à Hmeimim. (ImageSat International)

 

SU-57 en vol.
La guerre a été depuis toujours l’ultime recours pour Israël : alors que l’entité sioniste s’empêtre dans l’une des crises politiques les plus graves de toute son histoire, il vient d’ouvrir le front de combat à la fois en Syrie et à Gaza, histoire de faire croire qu’il est capable de « frapper » l’ennemi à la fois sur plusieurs fronts et que l’axe de la Résistance aussi étendu qu’il soit, ne pourrait l’en empêcher.
Mais en Israël tout le monde n’est pas du même avis que le clan Netanyahu. Commentant la double frappe d’Israël ce mardi matin contre Gaza et Damas, frappes où ont péri deux commandants du Jihad islamique de la Palestine, Abou Atta et Moaz al-Ajouri, le député sioniste Ofer Kassif affirmait ce matin sur Twitter que “pour sauver sa peau, Netanyahu revient à ce qu’il sait bien faire: tuer, détruire et inciter à la guerre.
C’est sans doute vrai, mais ce qui est encore plus vrai, c’est que le régime israélien n’aurait pas décidé d’ouvrir un double front de combat contre l’axe de la Résistance, de son propre chef et sans coordination préalable avec les États-Unis.   
Samedi, le général Kenneth F. McKenzie est arrivé pour sa première visite en Israël depuis qu’il est à la tête du commandement central de l’armée US. La visite de McKenzie est la deuxième visite d’un commandant du CentCom en Israël depuis mars dernier.
Les États-Unis se sont abstenus de révéler la  raison du déplacement de McKenzie dans les territoires occupés de la Palestine, mais ils ont laissé croire qu’il s’agissait de débattre d’un possible départ des troupes américaines de Syrie, ce qui, au regard des évolutions sur le terrain et du redéploiement des militaires américains autour des champs pétroliers du nord-est et de l’est syrien, n’est en fin de compte que du leurre.
Presque simultanément au général McKenzie, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Riyabkov, se trouvait à Tel-Aviv où, selon les sources israéliennes, il aurait aussi débattu de la Syrie mais plus largement de l’Iran. Le haut diplomate russe a une nouvelle fois réitéré que la position russe s’opposait diamétralement à celle des États-Unis et d’Israël sur la question de l’Iran en particulier et de la Résistance en général. Et M Riyabkov ne croyait pas si bien dire.
Au moment où il s’entretenait avec les Israéliens, des avions furtifs américains F-35 s’étaient mis à se déployer près de la base aérienne de Hmeimim. 
Le site spécialisé russe Avia.pro affirme dans son édition de samedi que
 « des hangars d’aéronefs sont en train d’être érigés d’urgence en Israël, le plus probablement dans le but de garer la cinquième génération du F-35i. La superficie totale des hangars en construction est de 252.000 mètres carrés. Le département américain de la Défense est chargé de l’exécuter. Si cette information est vraie, ce sera un jeu dangereux que Washington vient de commencer, non pas contre le seul Iran, mais bien au-delà contre les forces armées russes, largement déployés dans des bases en Syrie, à Tartous, mais aussi et surtout à Lattaquié« .
Riabkov n’a donc pas été dupe quand les Israéliens se sont mis comme toujours à se lamenter de l’Iran et de l’axe de la Résistance pour expliquer leur bellicisme qui se dirige cette fois aussi contre la Russie. Il s’agit en effet d’un ultime effort pour inverser la donne stratégique au Moyen-Orient qui est en nette défaveur du camp atlantiste, Israël étant dans ce nouveau cas de figure, à la première ligne.
Les signes de tensions Israël/Russie se sont d’ailleurs multipliés ces derniers temps: de l’échec du système anti-missile sioniste Fronde de David littéralement mis au pas par un Touchka russe lors des exercices de la marine russe non loin des côtes israéliennes avec en toile de fond des tirs de missiles en direction de ces mêmes côtes, Israël aurait dû bien recevoir le message. Mais il n’en a pas été ainsi. Le message de la Résistance émis le lundi 11 novembre par le secrétaire général du Hezbollah n’a pas non plus été reçu comme il faut par Tel-Aviv. 
Hassan Nasrallah a conseillé au régime israélien de prendre au sérieux une nouvelle puissance balistique qui a émergé des ruines de la guerre US/Israël/Arabie au Yémen à savoir Ansarallah.  
« Sur le plan régional, je voudrais parler du Yémen, de la position historique lancée par le leader d’Ansarallah, Abdel Malek al-Houthi, au sujet du conflit avec l’ennemi israélien. Cet ennemi s’est longuement attardé sur sa déclaration faite il y a deux jours. Il a dit: « Si vous attaquez le Yémen, nous riposterons de toutes nos forces ». Cette position est prise par le leader d’un front qui a développé ses potentiels militaires et qui possède des drones et des missiles sophistiqués. Nous parlons donc d’un dirigeant dont la parole est crédible. Les peuples et les mouvements de notre nation doivent être fiers de cette position, surtout que le Yémen se situe dans une région stratégique. L’ennemi doit comprendre cette position stratégique. Il doit comprendre que de nouvelles forces militaires s’ajoutent au front de combat dans une région où l’ennemi ne cesse de comploter la formation d’un nouveau Moyen-Orient « , a déclaré Nasrallah. 
Il est vrai qu’Israël a bien ouvert les portes de l’enfer et pour la première fois, il risque sa peau pour avoir agi sur l’ordre du Pentagone. Outre la riposte de la Résistance, la Russie prépare elle aussi sa réponse aux actes de guerre de plus en plus hostiles d’Israël contre la Russie. Après tout, Moscou avait bien interdit au régime israélien de frapper Damas, ce qu’a fait ce mardi (12 novembre 2019) matin Israël en prenant pour cible Dariya. Les forces navales de l’armée israélienne ont localisé le sous-marin à environ huit milles marins (15 kilomètres), alors que les eaux territoriales israéliennes s’étendent à 12 milles marins (22 kilomètres) 
Source : Presstv

 

 

 

 

 

Publicités

L’armée israélienne reconnaît les compétences du sniper de Gaza

Selon le renseignement militaire d’Israël, « les deux cas de fusillades qui visaient les militaires israéliens dans la bande de Gaza ont été, tous les deux, effectués par un même sniper palestinien ».

Le sniper de Gaza, nouveau cauchemar d’Israël.

« Ledit sniper est extrêmement professionnel et il a bien appris à utiliser son arme dans toutes les conditions imaginables. C’est pourquoi il peut cibler les militaires israéliens, en les tuant ou en leur infligeant des blessures sérieuses », a annoncé le renseignement militaire d’Israël cité par le site web israélien Walla.

Le sniper palestinien a récemment abattu un officier israélien et en a blessé grièvement un autre dans la bande de Gaza.

Le militaire blessé, commandant adjoint de la brigade de l’artillerie du régime israélien, se trouve dans un état grave.

Suite à ces deux événements, l’armée israélienne a ordonné à ses militaires de ne plus quitter leurs patrouilles ou leurs blindés de crainte qu’ils ne soient pris pour cible par les snipers de la Résistance.  

Une arme « iranienne » a tué Aviv Levy
Le ministère israélien des Affaires militaires affirme que le soldat israélien abattu vendredi par les snipers de la Résistance à Gaza l’a été par un fusil de précision de conception iranienne.

 

 

Le renseignement militaire d’Israël voit dans ces événements la signature du Hamas, bien qu’il croie que ce dernier n’y ait pas donné son feu vert.

« Le Hamas est au courant de ces événements. Il en est donc responsable », a-t-on appris de la même source.

Le site web israélien Walla a souligné que le fusil utilisé par le sniper palestinien a très probablement été transféré via les tunnels frontaliers en provenance de l’Égypte.

Le site web ne fait pourtant pas allusion au type et à la portée dudit fusil. 

 

 

 

 

Révélations de Snowden : comment les USA aident Israël et recrutent les djihadistes de l’EIIL

 

 

 

 

Edward Snowden
Edward Snowden

Glenn Greenwald l’avait dit : « Snowden fera d’autres révélations importantes à propos d’Israël.  » Et c’est ce qui s’est passé. Le journaliste britannique qui a déclenché le scandale des écoutes illégales mises en place par la National Security Agency (l’affaire dénommée le ‘Datagate’) revient à la charge sur son site The Intercept. Les tout derniers documents top-secret examinés par Greenwald parmi les quelque 1,7 million de fichiers fournis par l’ex-agent de la CIA [et fondateur du site Wikileaks] Edward Snowden, éclairent d’un jour nouveau l’agression israélienne contre les Palestiniens de Gaza, une nouvelle fois d’actualité. Ils mettent notamment en évidence l’implication directe des USA et de leurs principaux alliés. Au cours des dix dernières années – selon ces documents – la NSA a fortement augmenté son soutien, financier, en armes et en informations, à son homologue israélienne, l’unité 8.200 (aussi appelée ‘ISNU Sigint’).

La coopération entre les deux agences a débuté en 1968 et a formé la base des relations étroites qui existent actuellement entre les autres agences de renseignement israéliennes et celles américaines, comme la CIA, le Mossad et la division des opérations spéciales.

ADVERTISEMENT

Des services secrets alliés dans le but de tenir sous contrôle plusieurs objectifs et aussi « les pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, du golfe Persique, du Sud-Est asiatique et les Républiques islamiques de l’ex-Union soviétique.  » Dans de nombreux cas, la NSA et l’ISNU ont collaboré avec les agences de renseignement britanniques et canadiennes, le GCHQ et le CSEC. On découvre aussi l’aide de certains pays arabes comme la monarchie jordanienne, et le rôle des forces de sécurité de l’ANP dans la fourniture de services d’espionnage essentiels pour identifier et frapper des « objectifs palestiniens. » The Intercept montre également un reçu de paiement daté du 15 avril 2004.

Les agressions répétées contre la population de Gaza – explique Greenwald – ne seraient pas possibles sans le soutien des USA, toujours prompts à satisfaire les requêtes belliqueuses d’Israël, comme cela s’est produit avec les 225 millions de dollars additionnels approuvés pour financer le système de missiles israélien. Une attitude qui tranche avec le présumé rôle de médiateur affiché ostensiblement par les États-Unis dans le conflit israélo-palestinien. Des faits qui affaiblissent d’autant les paroles prononcées par Barack Obama, comme si le président US n’était qu’un simple spectateur face au massacre des enfants de Gaza («  C’est effrayant de voir ce qui se passe là-bas. »)

The Intercept fait observer qu’Obama parle de [la tragédie de] Gaza comme s’il s’agissait d’une calamité naturelle, d’un événement incontrôlable auquel le gouvernement des USA assiste impuissant. D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au « Califat » a initialement été constitué en Égypte pour combattre le gouvernement de Bashar al-Assad. Il a reçu des armes de la part du renseignement US et de celui du Royaume-Uni, et des financements de l’Arabie Saoudite et de la monarchie du Qatar.

Abu Bakr Al-Baghdadi a été prisonnier à Guantanamo de 2004 à 2009. Au cours de cette période, la CIA et le Mossad l’auraient recruté pour fonder un groupe en mesure d’attirer des djihadistes de différents pays vers un endroit précis, et ainsi les tenir loin d’Israël. Pour Snowden, «  la seule solution pour protéger l’État juif est de lui créer un ennemi à ses frontières, mais en le dirigeant contre les états islamiques qui s’opposent à sa présence. » Une opération secrète dénommée « Nid de frelons  ».

L’étroite collaboration entre les services de renseignement de Washington et ceux de Tel-Aviv n’a pourtant pas empêché l’espionnage réciproque entre les deux grands alliés. C’est ainsi – comme le révèle le journal allemand Der Spiegel – que les services secrets israéliens ont intercepté les conversations du secrétaire d’État américain John Kerry avec les médiateurs arabes et l’Autorité palestinienne, pour avoir les réponses toutes prêtes lors de l’ultime tentative de négociations avec les Palestiniens.

Sources: Agora Vox.fr ,Der Spiegel,

La guerre criminelle d’Israël place Gaza dans une crise humanitaire

Une offensive aérienne et terrestre israélienne  d’un mois sur la bande de Gaza a laissé les gens, à travers le territoire palestinien sous blocus, dans un état désespéré ,en manque  des besoins  nécessaires  de la vie, rapporte Press TV.

Des Palestiniens inspectent des bâtiments  détruits dans une partie de al-Tufah ,un quartier de la ville de Gaza le 6 Août 2014.
Des Palestiniens inspectent des bâtiments détruits dans une partie de al-Tufah ,un quartier de la ville de Gaza le 6 Août 2014.

 

 

 

Depuis qu’Israël a retiré ses troupes du territoire assiégé, le monde a commencé à réaliser l’ampleur des dégâts causés à l’enclave déjà appauvrie.

Un correspondant de Press TV a déclaré dans un rapport, mercredi 06 août 2014, que le champ  de  dévastation et de misère dans la bande de Gaza est massif.

De nombreux blessés sont abandonné à eux-mêmes,dans le besoin de traitement et les résidents n’ont pas de maisons pour se loger.

Le régime de Tel-Aviv a également attaqué les hôpitaux dans son offensive militaire de grande envergure et pilonné les centres médicaux qui sont dans le besoin désespéré de médicaments et de matériel.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a fortement dénoncé les forces israéliennes pour laisser une trace massive de destruction dans des sites civils à travers la bande de Gaza. 

Le président du CICR Peter Maurer a dit que  la destruction laissé par les forces du régime de Tel-Aviv est sans précédent.

L’offensive israélienne dans la bande de Gaza est également estimée avoir laissé au  territoire palestinien, au moins 4,6 milliards de dollars en dommages. Les sources du ministère de l’économie palestiniennes disent que le chiffre ne comprend que les dommages directs à l’économie de Gaza.

Le développement viendra comme un cessez-le feu de 72 heures dans la bande de Gaza qui en  est à sa deuxième journée. Le cessez-le feu est une pause dans un conflit de quatre semaines qui a fait au moins 1.900 morts palestiniens, dont 430 enfants.

Responsable du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré conflit avec Israël a jusqu’ici apporté la victoire aux groupes de la résistance palestinienne.

Survivre serait devenu une victoire pour le Hamas?

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a récemment adopté une résolution appelant à une enquête indépendante sur les crimes de guerre d’Israël à Gaza.

Sources :Press.tv et diverses agences.