La Gigantesque Arnaque du COVID 19:De nouvelles notes de service révèlent un accord secret entre les États-Unis et le Royaume-Uni pour dissimuler les effets secondaires du vaccin COVID

« Pourquoi sommes-nous enfermés dans un accord secret pour garder secrètes les informations sur les événements indésirables dans le contexte des vaccins ? », a demandé Fitton.

 

Le président de Judicial Watch, Tom Fitton, a déclaré que des documents récents obtenus par le groupe de surveillance montrent que les États-Unis étaient impliqués dans un accord secret avec le Royaume-Uni pour garder secrètes les informations sur les effets secondaires du vaccin COVID-19.

« Ils ont parlé de réactions anaphylactiques et d’événements indésirables dans le contexte du vaccin », a déclaré Fitton dans l’émission télévisée de mercredi Just the News, No Noise. « Ils ont échangé des informations avec leurs homologues britanniques. »

Ugur Sahin, PDG de la société allemande BioNTech – qui s’est associée à Pfizer pour développer un vaccin contre le COVID-19 en moins d’un an – affirme que le virus pourrait encore provoquer des épidémies dans dix ans, selon Yahoo News.

Judicial Watch a publié la semaine dernière un communiqué de presse faisant référence aux 57 pages de documents expurgés.

« Judicial Watch a annoncé aujourd’hui avoir reçu 57 pages de documents fortement expurgés du département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) montrant que deux jours seulement avant l’approbation par la FDA du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech, une discussion entre les États-Unis et Les autorités sanitaires britanniques sur le vaccin COVID et « l’anaphylaxie », les régulateurs soulignant leur « accord mutuel de confidentialité » », a lu le communiqué de presse.

Fitton a déclaré que les informations révélées étaient pour le moins troublantes.

« Pourquoi concluons-nous un accord secret pour garder secrètes les informations sur les événements indésirables liés aux vaccins », a-t-il demandé. « Je trouve juste ça dérangeant. Les documents parlent d’eux-mêmes.

Fitton a ajouté que ce n’était pas la première fois que quelque chose comme ça se produisait.

« Ce n’est pas la première fois que nous voyons quelque chose comme ça », a-t-il déclaré. « Lorsque COVID a fait surface pour la première fois, nous avons découvert des documents montrant qu’il y avait un accord avec les Chinois dans lequel ils dictaient les conditions de non-divulgation et un accord en échange de notre capacité à y aller. Et il semble que nous voulions examiner les informations dont ils disposaient sur le virus à l’époque. Apparemment, ils n’étaient pas très enthousiastes à l’idée de nous le dire. »

SOURCE: DE NOUVELLES NOTES DE SERVICE DÉVOILENT UN ACCORD SECRET ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET LA GRANDE-BRETAGNE POUR CACHER LES ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES DU VACCIN COVID


EN COMPLÉMENTAIRE

Des coïncidences accidentelles en suivant la route de l’argent sur Pfizer

N’oublions pas les 2 laboratoires « top secret » de Wuhan,gracieuseté du gouvernement français!

« Le laboratoire biologique chinois de Wuhan appartient à GlaxoSmithKline, qui possède (accidentellement) Pfizer ! »* (celui qui fabrique le vaccin contre le virus qui a (accidentellement) commencé au laboratoire biologique de Wuhan et qui a été (accidentellement) financé par Dr Fauci, qui fait (accidentellement) la promotion du vaccin ! �
*« GlaxoSmithKline est (accidentellement) géré par la division financière de Black Rock, qui gère (par accident) les finances de l’Open Foundation Company (Fondation Soros), qui gère (par accident) la société française AXA ! »*
Soros possède (par accident) la société allemande Winterthur, qui a (par accident) construit un laboratoire chinois à Wuhan et a été rachetée par l’Allemand Allianz, qui (par coïncidence) a comme actionnaire Vanguard, qui (par coïncidence) est actionnaire de Black Rock, qui (par coïncidence) contrôle les banques centrales et gère environ un tiers du capital d’investissement mondial. « Black Rock » est également (par coïncidence) un actionnaire majeur de MICROSOFT, détenu par Bill Gates, qui (par coïncidence) est actionnaire de Pfizer (qui – rappelez-vous ? vend un vaccin miracle) et (par coïncidence) est maintenant le premier sponsor de l’OMS !
Vous comprenez maintenant comment une chauve-souris morte vendue sur un marché humide en Chine a infecté TOUTE LA PLANÈTE !« »
Maintenant, vous savez, transmettez-le jusqu’à ce que le monde entier le sache…

La Vérité  sort par de petits trous!

…a qui profite le crime!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:Les laboratoires américains n’ont pas trouvé de Covid-19 dans 1.500 tests positifs analysés

Le CDC poursuivi pour fraude massive : des tests dans 7 universités de TOUTES les personnes examinées ont montré qu’elles n’avaient pas de Covid, mais seulement la grippe A ou B – Statistiques de l’UE : « Corona » a pratiquement disparu, même en cas de mortalité.

Un scientifique clinicien et immunologiste-virologue d’un laboratoire du sud de la Californie affirme que lui et ses collègues de 7 universités poursuivent le CDC pour fraude massive. La raison : pas un seul des 1.500 échantillons de personnes testées « positives » n’a pu trouver le Covid-19. Il a été découvert que TOUTES les personnes étaient simplement atteintes de la grippe A et, dans une moindre mesure, de la grippe B. Ceci est cohérent avec les découvertes précédentes d’autres scientifiques, dont nous avons fait état à plusieurs reprises. Dr Derek Knauss : « Lorsque mon équipe de laboratoire et moi avons soumis les 1.500 échantillons de Covid-19 supposés positifs aux postulats de Koch et les avons placés sous un SEM (microscope électronique), nous n’avons trouvé AUCUN Covid dans les 1.500 échantillons. Nous avons constaté que les 1.500 échantillons étaient principalement de la grippe A et de la grippe B, mais aucun cas de Covid. Nous n’avons pas utilisé le test PCR des taureaux***.

Dans 7 universités, pas une seule fois le COVID détecté

«Lorsque nous avons envoyé le reste des échantillons à Stanford, Cornell et quelques laboratoires de l’Université de Californie, ils sont arrivés au même résultat: PAS de COVID. Ils ont trouvé la grippe A et B. Ensuite, nous avons tous demandé au CDC des échantillons viables de Covid. Le CDC a dit qu’ils ne pouvaient pas les donner, car ils n’avaient pas ces échantillons. «Nous sommes donc arrivés à la dure conclusion de toutes nos recherches et travaux de laboratoire que Covid-19 était imaginaire et fictif. La grippe ne s’appelait que « Covid », et la plupart des 225.000 décès étaient dus à des comorbidités telles que les maladies cardiaques, le cancer, le diabète, l’emphysème pulmonaire, etc. Ils ont attrapé la grippe qui a encore affaibli leur système immunitaire, et ils sont morts. »

« Ce virus est fictif »

«Je dois encore trouver un échantillon viable avec Covid-19 avec lequel travailler. Nous qui avons effectué le test de laboratoire avec ces 1.500 échantillons dans les 7 universités poursuivons maintenant le CDC pour fraude au Covid-19. Le CDC ne nous a toujours pas envoyé d’échantillon viable, isolé et purifié de Covid-19. S’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas, alors je dis qu’il n’y a pas de Covid-19. C’est fictif. «Les quatre articles de recherche décrivant les extraits du génome du virus Covid-19 n’ont jamais réussi à isoler et à purifier les échantillons. Les quatre articles ne décrivent que de petits morceaux d’ARN qui ne font que 37 à 40 paires de bases. Ce n’est PAS un VIRUS. Un génome viral compte normalement entre 30 000 et 40 000 paires de bases. «Maintenant que Covid-19 est censé être si mauvais partout, comment se fait-il qu’aucun laboratoire au monde n’ait complètement isolé et purifié ce virus? C’est parce qu’ils n’ont jamais vraiment trouvé le virus. Tout ce qu’ils ont découvert, ce sont de petits morceaux d’ARN qui n’ont de toute façon pas été identifiés comme étant le virus. Nous n’avons donc affaire qu’à une autre souche de grippe, comme chaque année. Le Covid-19 n’existe pas et est fictif .’ «Je crois que la Chine et les mondialistes ont mis en place ce canular Covid (la grippe déguisée en nouveau virus) pour établir une tyrannie mondiale et un État policier de contrôle totalitaire. Cette intrigue comprenait (également) une fraude électorale massive pour renverser Trump.

Le CDC lui-même admet n’avoir aucun virus identifiable

Profondément dissimulé dans un document officiel sur le Covid-19, le CDC admettait avec regret dès l’été 2020 qu’il n’avait pas de virus mesurable : ‘Comme aucun objet viral isolé quantifié (= mesuré) du 2019-nCoV n’est disponible à l’heure actuelle… ‘ (page 39 du ‘CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel’ (13 juillet) En d’autres termes, le CDC, en tant que l’une des principales autorités médicales au monde, ne pouvait pas , et ne peut toujours pas , démontrer un virus. À propos du test PCR à cette fin scientifiquement totalement démystifié, mais toujours abusé sans vergogne, le CDC a écrit sous la rubrique « limites » : « La détection de l’ARN viral ne peut pas démontrer la présence d’un virus infectieux, ni que le 2019-nCoV est l’agent causal. des symptômes cliniques. » Et en plus: « Ce test ne peut pas exclure d’autres maladies causées par d’autres pathogènes bactériens ou viraux. » En d’autres termes, nous ne pouvons pas prouver que les personnes qui tombent malades et sont hospitalisées, et meurent très occasionnellement, ont été rendues malades par un nouveau coronavirus appelé SARS-CoV-2, et nous ne pouvons pas non plus prouver qu’il les a amenées à développer une nouvelle maladie appelée « Covid19 ». Il pourrait tout aussi bien s’agir d’un virus différent et d’une maladie différente. (Et puisque tous les symptômes, y compris les pneumonies sévères, correspondent parfaitement à ce que la grippe peut provoquer historiquement chez les personnes vulnérables… « si ça ressemble à un canard et marche comme un canard, c’est un canard ».

Récompense de 1.800.000 $ pour avoir démontré le coronavirus

L’année dernière, l’équipe allemande de Samuel Eckert et le Isolate Truth Fund ont promis une récompense d’au moins 265.000 $ pour tout scientifique qui peut fournir une preuve irréfutable que le virus SARS-CoV-2 a été isolé et existe donc. Ils ont également souligné qu’aucun laboratoire au monde n’a encore été en mesure d’isoler ce virus corona. Ce montant est passé à 1.800.000 $ . Oui, les scientifiques des systèmes prétendent qu’ils l’ont fait, mais cet « isolement » ne consiste qu’en un échantillon du corps humain, qui est une « soupe » pleine de différents types de cellules, de restes de virus, de bactéries, etc. À l’aide de produits chimiques (toxiques), on recherche ensuite des particules (résiduelles) qui peuvent indiquer un virus qui a existé ou peut encore exister, après quoi cela est désigné comme «preuve».

L’équipe canadienne n’a également reçu aucune preuve malgré 40 demandes de loi sur l’accès public

Fin décembre 2020, il y avait une initiative similaire à celle en Allemagne. Une équipe autour de la journaliste d’investigation canadienne Christine Massey a soumis pas moins de 40 demandes de loi sur l’accès public aux autorités médicales du monde entier avec la simple demande de preuve que le virus SARS-CoV-2 a été isolé et que son existence peut donc être objectivement prouvée. Aucune des agences et autorités auxquelles nous avons écrit n’a été en mesure de fournir cette preuve.

« Impossible de démontrer que le SRAS-CoV-2 provoque une maladie appelée Covid-19 »

Le Dr Tom Cowan, le Dr Andrew Kaufman et Sally Fallon Morell ont récemment publié une déclaration sur « la controverse persistante sur la question de savoir si le virus SARS-CoV-2 est isolé ou purifié. Mais sur la base de la définition officielle d’ »isolement » d’Oxford (« le fait ou la condition d’être isolé ou isolé, une séparation d’avec d’autres choses ou personnes, debout seul »), le bon sens, les lois de la logique et les règles de la science dictent que toute personne impartiale doit arriver à la conclusion que le virus SARS-CoV-2 n’a jamais été isolé ou purifié. En conséquence, aucune confirmation de l’existence du virus ne peut être donnée. «Les implications logiques et scientifiques de ce fait sont que la structure et la composition de quelque chose dont l’existence ne peut être prouvée ne peuvent pas être connues, y compris la présence, la structure et la fonction d’un pic hypothétique ou d’autres protéines. La séquence génétique de quelque chose qui n’a jamais été trouvé ne peut pas être connue, ni les « variantes » (mutations) de quelque chose dont l’existence n’a pas été démontrée. Il est donc impossible de démontrer que le SRAS-CoV-2 provoque une maladie appelée Covid-19.’

Un test PCR combiné pour corona et grippe « parce qu’il n’y a pratiquement aucune différence »

Sans surprise, la plus grande société de biotechnologie au monde, la chinoise BGI, a récemment lancé un nouveau test PCR qui peut tester simultanément la grippe A, B et corona. Outre le fait avéré, reconnu par divers procès, qu’un test PCR ne peut pas prouver l’infection par quelque virus que ce soit, l’explication de BGI selon laquelle les deux maladies sont si difficiles à distinguer l’une de l’autre et qu’ils n’ont donc fait qu’un seul test, en dit plus que suffisant . Peut-être qu’il n’y a aucune différence, « Covid » n’est qu’un autre nom pour les virus de la grippe « vieux familiers », et c’est juste une autre astuce marketing intelligente ?

[videopress wQ6vi5ij]

La plupart des gens ont été trompés par la propagande de la peur

Avec la propagande mondiale de la peur contrôlée par le gouvernement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, par les médias de masse, la plupart des gens en sont venus à croire qu’il existe en effet un virus potentiellement mortel qui rend les gens malades beaucoup plus rapidement et plus gravement que la grippe saisonnière. Cependant, même ce dernier n’est manifestement pas le cas. La grippe A est depuis des années la principale cause de décès par pneumonie dans le monde développé. Mais envoyez des personnes désignées comme des patients atteints de Covid sévères dans quelques unités de soins intensifs, mettez constamment des caméras dessus, dites à quelques médecins qu’ils ne doivent discuter que des pires cas, et vous avez votre « pandémie télévisée ». L’argument « nous le faisons parce que sinon les soins seront surchargés » a été sapé par les gouvernements eux-mêmes il y a quelque temps, en rejetant les offres de lits ou de personnel de soins intensifs supplémentaires, car « ce n’est pas nécessaire ». (Était-ce peut-être la première et la seule fois où la vérité était dite ?)

Chiffres officiels : rien d’inquiétant (mais ça ne revient jamais à la normale)

Maintenant que les chiffres officiels montrent également qu’après la saison normale de la grippe traditionnelle, tout va bien, et selon les statistiques de l’UE (EuroMOMO), il y a même une baisse significative de la mortalité, la société – s’il s’agissait vraiment d’un virus et de la santé publique – devrait revenir immédiatement à la normale pour commencer à réparer les énormes dégâts causés par les politiques gouvernementales. Cependant, comme vous le savez, cela ne se fera jamais, et c’est parce que ce canular pandémique soigneusement planifié poursuit un programme idéologique, le « Grand Reset », qui vise à démolir en grande partie la société et l’économie de l’Occident, puis à soumettre à une dictature technocratique communiste mondiale des vaccins climatiques, dans laquelle toutes nos libertés, droits civils et droits à l’autodétermination seront supprimés une fois pour toutes. C’était du moins leur plan.

[videopress 6T9pSdah]


EN COMPLÉMENTAIRE

 

Mais où est ce satané virus ? Personne ne l’a vu ou isolé !

L’appel à l’autorité est une erreur logique. Pourtant, au cours de cette longue simulation Covid-19 de l’autoritarisme mondial, on nous dit encore et encore de faire confiance au CDC, qui s’est trompé tout au long du chemin. La clé d’une république saine est de remettre continuellement en question l’autorité. Et la question la plus importante à poser à cette autorité autocratique est la suivante : le virus Sars-CoV-2 a-t-il déjà été vraiment isolé ? Et si oui, montrez-nous la preuve.

Les Centers for Disease Control (CDC) des États-Unis à Atlanta ont confirmé par écrit qu’ils n’avaient aucun échantillon réel, isolé et purifié du virus SARS-CoV-2 et ne pouvaient fournir aucun enregistrement sur ce virus, qui aurait causé COVID-19.
Au cours des derniers mois, des demandes de Freedom of Information Act (FOIA) ont été adressées aux Centers for Disease Control (CDC) pour demander des preuves que le CDC a isolé ou purifié le virus SARS-CoV-2.
Le 7 juin 2021, le CDC a confirmé (à nouveau) par écrit qu’il n’avait aucun dossier montrant qu’il avait déjà isolé ou purifié le virus qui serait à l’origine de la maladie appelée COVID-19.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces demandes écrites ont été faites par Mme Christine Massey au directeur général du CDC/ATSDR FOIA, M. Robert Andoh, pour localiser et fournir TOUS les enregistrements, recherches et/ou résultats pour TOUT isolement et purification « virale » (par quiconque, n’importe où, n’importe quand dans le Monde) à partir d’un échantillon de patient, par macération, filtration et/ou l’utilisation d’une ultracentrifugeuse . . . ce qu’on appelle le « Gold Standard » pour isoler et identifier un micro-organisme pathologique ou nana organisme.
Le « Gold Standard » pour l’isolement et l’identification des microbes sont appelés postulats de Koch et Rivers, qui ont été établis il y a de nombreuses années pour isoler les postulats de bactéries (Koch) ou de virus (Rivers).
Voici une comparaison côte à côte des postulats de Koch et des postulats de Rivers :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Statement On Virus Isolation (SOVI)

Isolation: The action of isolating; the fact or condition of being isolated or standing alone; separation from other things or persons; solitariness.

– Oxford English Dictionary

La controverse sur la question de savoir si le virus du SRAS-CoV-2 a déjà été isolé ou purifié se poursuit. Cependant, en utilisant la définition ci-dessus, le bon sens, les lois de la logique et les préceptes de la science, toute personne impartiale doit arriver à la conclusion que le virus SARS-CoV-2 n’a jamais été isolé ou purifié. En conséquence, aucune confirmation de l’existence du virus ne peut être trouvée. Les conséquences logiques, de bon sens et scientifiques de ce fait sont :

  • la structure et la composition de quelque chose dont l’existence n’a pas été démontrée ne peuvent pas être connues, y compris la présence, la structure et la fonction de tout spike hypothétique ou d’autres protéines ;
  • la séquence génétique de quelque chose qui n’a jamais été trouvée ne peut pas être connue ;
  • les « variantes » de quelque chose dont l’existence n’a pas été démontrée ne peuvent pas être connues ;
  • il est impossible de démontrer que le SARS-CoV-2 provoque une maladie appelée Covid-19.

En termes aussi concis que possible, voici la bonne façon d’isoler, de caractériser et de démontrer un nouveau virus. Tout d’abord, on prélève des échantillons (sang, crachats, sécrétions) de nombreuses personnes (par exemple 500) présentant des symptômes suffisamment uniques et spécifiques pour caractériser une maladie. Sans mélanger ces échantillons avec AUCUN tissu ou produit contenant également du matériel génétique, le virologue macère, filtre et ultra-centrifuge, c’est-à-dire purifie l’échantillon. Cette technique de virologie courante, utilisée depuis des décennies pour isoler les bactériophages1 et les virus dits géants dans chaque laboratoire de virologie, permet ensuite au virologue de démontrer en microscopie électronique des milliers de particules de taille et de forme identiques. Ces particules sont le virus isolé et purifié.

L’uniformité de ces particules identiques est ensuite vérifiée par des techniques physiques et/ou microscopiques. Une fois la pureté déterminée, les particules peuvent être davantage caractérisées. Cela comprendrait l’examen de la structure, de la morphologie et de la composition chimique des particules. Ensuite, leur constitution génétique se caractérise par l’extraction du matériel génétique directement des particules purifiées et l’utilisation de techniques de séquençage génétique, telles que le séquençage de Sanger, qui existent également depuis des décennies. Ensuite, on fait une analyse pour confirmer que ces particules uniformes sont d’origine exogène (extérieure) conformément au concept de virus, et non les produits de dégradation normaux des tissus morts et mourants.2 (En mai 2020, nous savons que les virologues ont aucun moyen de déterminer si les particules qu’ils voient sont des virus ou simplement des produits de décomposition normaux de tissus morts et mourants.)3

Si nous sommes arrivés jusqu’ici, nous avons complètement isolé, caractérisé et séquencé génétiquement une particule virale exogène. Cependant, nous devons encore montrer qu’il est causalement lié à une maladie. Ceci est réalisé en exposant un groupe de sujets sains (des animaux sont généralement utilisés) à ce virus isolé et purifié de la manière dont la maladie est supposée se transmettre. Si les animaux tombent malades avec la même maladie, comme le confirment les résultats cliniques et d’autopsie, on a maintenant montré que le virus provoque en fait une maladie. Cela démontre l’infectiosité et la transmission d’un agent infectieux.

Aucune de ces étapes n’a même été tentée avec le virus SARS-CoV-2, et toutes ces étapes n’ont pas été non plus réalisées avec succès pour un virus dit pathogène. Notre recherche indique qu’aucune étude montrant ces étapes n’existe dans la littérature médicale.

Au lieu de cela, depuis 1954, les virologues ont prélevé des échantillons non purifiés sur un nombre relativement restreint de personnes, souvent moins de dix, atteintes d’une maladie similaire. Ils traitent ensuite cet échantillon de manière minimale et inoculent cet échantillon non purifié sur une culture tissulaire contenant généralement quatre à six autres types de matériel – qui contiennent tous un matériel génétique identique à ce qu’on appelle un « virus ». La culture tissulaire est affamée et empoisonnée et se désintègre naturellement en de nombreux types de particules, dont certaines contiennent du matériel génétique. Contre tout bon sens, logique, utilisation de la langue anglaise et intégrité scientifique, ce processus est appelé « isolement du virus ». Ce breuvage contenant des fragments de matériel génétique provenant de nombreuses sources est ensuite soumis à une analyse génétique, qui crée ensuite dans un processus de simulation informatique la séquence présumée du virus présumé, un soi-disant génome in silico. A aucun moment un virus réel n’est confirmé par microscopie électronique. A aucun moment un génome n’est extrait et séquencé d’un virus réel. C’est de la fraude scientifique.

L’observation que l’échantillon non purifié – inoculé sur une culture tissulaire avec des antibiotiques toxiques, du tissu fœtal bovin, du liquide amniotique et d’autres tissus – détruit le tissu rénal sur lequel il est inoculé est donnée comme preuve de l’existence et de la pathogénicité du virus. C’est de la fraude scientifique.

À partir de maintenant, lorsque quelqu’un vous remet un article suggérant que le virus SARS-CoV-2 a été isolé, veuillez consulter les sections méthodes. Si les chercheurs ont utilisé des cellules Vero ou toute autre méthode de culture, vous savez que leur processus n’était pas l’isolement. Vous entendrez les excuses suivantes pour lesquelles l’isolement réel n’est pas fait :

  1. Il n’y avait pas assez de particules virales trouvées dans les échantillons de patients pour être analysées.
  2. Les virus sont des parasites intracellulaires ; ils ne peuvent pas être trouvés en dehors de la cellule de cette manière.

Si le numéro 1 est vrai et que nous ne pouvons pas trouver le virus dans les crachats des personnes malades, alors sur quelles preuves pensons-nous que le virus est dangereux ou même mortel ? Si le numéro 2 est correct, alors comment le virus se transmet-il d’une personne à l’autre ? On nous dit qu’il sort de la cellule pour infecter les autres. Alors pourquoi n’est-il pas possible de le trouver?

Enfin, remettre en question ces techniques et conclusions de virologie n’est pas un problème de distraction ou de division. Faire la lumière sur cette vérité est essentiel pour arrêter cette terrible fraude à laquelle l’humanité est confrontée. Car, comme nous le savons maintenant, si le virus n’a jamais été isolé, séquencé ou montré comme provoquant une maladie, si le virus est imaginaire, alors pourquoi portons-nous des masques, prenons-nous des distances sociales et mettons-nous le monde entier en prison ?

Enfin, si les virus pathogènes n’existent pas, alors qu’est-ce qui se passe dans ces dispositifs injectables appelés à tort « vaccins », et à quoi servent-ils ? Cette question scientifique est la plus urgente et la plus pertinente de notre époque.

1 Isolement, caractérisation et analyse des bactériophages du lac halo-alcalin Elmenteita, KenyaJuliah Khayeli Akhwale et al, PLOS One, publié le 25 avril 2019. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal. pone.0215734 — consulté le 15/02/21

2 « Vésicules extracellulaires dérivées de cellules apoptotiques : un lien essentiel entre la mort et la régénération », Maojiao Li1 et al, Frontiers in Cell and Developmental Biology, 2 octobre 2020. https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fcell. 2020.573511/complet — consulté le 15/02/21

3 « Le rôle des vésicules extracellulaires en tant qu’alliés des virus du VIH, du VHC et du SRAS », Flavia Giannessi, et al, Virus, 2020 mai

Source : Has the Sars-CoV-2 Virus Ever Really Been Isolated?


VENEZ VISITER NOTRE BOUTIQUE ENB LIGNE QUI ASSUME NOTRE EXISTENCE FINANCIÈRE ACTUELLE:

Sur ce lien:VintageparMichel

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19: Le plus grand Nuremberg de tous les temps se prépare…vidéo et article

Aujourd’hui, c’est un deuxième tribunal de Nuremberg qui se prépare, avec la mise en place d’une « Class Action » sous l’égide de milliers d’avocats mondiaux derrière l’avocat américano-allemand Reiner Fuellmich qui poursuit les responsables du scandale du Covid-19 instrumentalisé par le Forum de Davos. À ce sujet, il est utile de rappeler que Reiner Fuellmich est l’avocat qui a réussi à condamner le géant de l’automobile Volkswagen dans l’affaire des pots catalytiques trafiqués. Et c’est ce même avocat qui a réussi à condamner la Deutsche Bank comme entreprise criminelle.

http://

Selon Reiner Fuellmich, toutes les fraudes des entreprises allemandes sont dérisoires comparées aux dommages que la crise du Covid-19 a causés et continue de causer. Cette crise du Covid-19 doit être rebaptisée « Scandale du Covid-19 » et tous les responsables doivent être poursuivis pour dommages civils pour cause de manipulations et de protocoles de tests falsifiés. C’est pourquoi, un réseau international d’avocats d’affaires plaidera la plus grande affaire de délits civils de tous les temps, le scandale de la fraude Covid-19 qui s’est entretemps transformé en plus grand crime contre l’humanité jamais commis. Une commission d’enquête Covid-19 a été ouverte à l’initiative d’un collectif d’avocats allemands dans le but de faire un recours collectif au niveau international en utilisant le droit anglo-saxon.

Voici la traduction résumée de la dernière communication du Dr Fuellmich du 15/02/2021

« Les auditions d’une centaine de scientifiques, médecins, économistes, juristes de renommée internationale qui ont été menées par la commission d’enquête berlinoise sur l’affaire Covid-19 depuis le 10/07/2020, ont entre-temps montré avec une probabilité proche de la certitude que le scandale du Covid-19 n’était à aucun moment une affaire de santé. Il s’agissait plutôt de bétonner le pouvoir – illégitime, car obtenu par des méthodes criminelles – de la « clique de Davos » corrompue, en transférant la richesse des populations aux membres de la clique de Davos, en détruisant, entre autres, les petites et moyennes entreprises en particulier. Des plateformes comme Amazon, Google, Uber, etc. pourraient ainsi s’approprier leurs parts de marché et leurs richesses ».

État d’avancement de l’enquête du Comité Covid-19 :
  • a. Le Covid-19 comme tactique de diversion par les « élites » corporatistes et politiques dans le but de déplacer les parts de marché et la richesse des petites et moyennes entreprises vers des plateformes mondiales telles qu’Amazon, Google, Uber, etc.
  • b. Contribution de la taxe sur l’audiovisuel en vue de la reconstruction d’un nouveau paysage médiatique qui offre une véritable information indépendante
  • c. Sécurisation des structures agricoles régionales
  • d. Sécurisation d’une monnaie régionale pour éviter qu’une nouvelle monnaie ne vienne « d’en haut » pour être allouée en cas de bonne conduite
  • e. Considérations psychologiques de la situation : comment en est-on arrivé là ?

Recours en annulation de l’approbation d’une vaccination, déposé contre la Commission européenne, procès à New York du statut des tests PCR, procès allemands, procès canadiens, procès australiens, procès autrichiens, procès à la Cour de Justice Internationale et à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.


VIDÉO IMPORTANTE SÉCURISÉE SUR NOTRE SITE

[videopress RCReM194]


« Nous avons constaté ce qui a été confirmé à maintes reprises : la dangerosité du virus est à peu près la même que celle de la grippe saisonnière, indépendamment qu’il s’agisse d’un nouveau virus (entièrement ou partiellement fabriqué) ou que nous ayons simplement affaire à une grippe rebaptisée « pandémie Covid-19 ». En attendant, les tests PCR de Drosten ne sont même pas capables de nous dire quoi que ce soit sur les infections contagieuses. Pour aggraver les choses, les dommages sanitaires et économiques causés par les mesures anticovid ont été si dévastateurs qu’il faut parler d’un niveau de destruction historiquement unique ».

« Le fait qu’il n’ait jamais été question de santé est particulièrement évident, sinon que les injections de substances génétiquement expérimentales déguisées en « vaccination » causent maintenant de graves dommages, y compris des conséquences fatales, à une échelle de masse. La population mondiale a servi de cobaye à ces injections expérimentales de gènes à la fois progressivement et extrêmement rapidement. Afin de plonger la population dans la panique, des mesures de confinement dangereuses et nocives (même selon l’OMS) de port du masque obligatoire, inutile et dangereux, et de distanciation sociale, inutile et contre-productive, ont été introduites. La population était ainsi « prête » pour les injections ».

« En attendant, de plus en plus de personnes, et pas seulement des avocats – à juste titre – exigent, outre l’arrêt immédiat de ces mesures meurtrières, un contrôle juridictionnel par un tribunal international véritablement indépendant, sur le modèle des procès de Nuremberg. Un exemple de demande de ce type et un extrait émouvant d’une allocution du médecin anglais Dr Vernon Coleman peut être trouvé dans le lien suivant : https://youtu.be/T3DNV7v5i74.

En outre, une interview d’un lanceur d’alerte d’une maison de retraite berlinoise, témoigne que sur 31 personnes vaccinées là-bas, dont certaines par la force, en présence de soldats de la Bundeswehr, et dont le test était négatif avant la vaccination, 8 sont maintenant décédées et 11 sont sujettes à de graves effets secondaires ».1

Réunion extraordinaire du Comité Covid de Berlin mercredi 17/02/2021

« Dans ce contexte, une réunion extraordinaire du Comité Covid de Berlin aura lieu le mercredi 17/02/2021 en direct et avec de nombreux invités qui y participeront via Zoom.

À partir de 14 heures, l’état des lieux sera résumé. En outre, il sera question de la manière dont les contributions de la taxe sur la redevance audiovisuelle peuvent être conservées et utilisées pour la reconstruction d’un nouveau paysage médiatique qui serve réellement la liberté d’expression, et comment les contributions déjà versées pour la propagande insensée des 11 derniers mois peuvent être récupérées par le biais d’une mise en demeure.

Il y aura des contributions et des discussions sur la manière dont l’approvisionnement alimentaire peut être assuré, en particulier en renforçant l’agriculture régionale ; mais aussi en créant des monnaies régionales, si nécessaire avec le retour de l’UE à la CEE, sur la manière dont on peut s’assurer que la politique de la « clique de Davos », basée sur l’impression de monnaie à partir de rien, peut être arrêtée et qu’un retour à des monnaies stables peut être réalisé.

Mais surtout, des experts nous expliqueront comment il a pu arriver que nous nous retrouvions dans cette situation de chantage inimaginable il y a encore un an.

Dans la deuxième partie de la session, qui débutera à 19 h, des personnalités de renommée mondiale et de haut niveau commenteront l’état des litiges juridiques internationaux en cours, y compris les différentes actions collectives, comme résumé ci-dessus. Mais il sera également question de la manière dont les principaux responsables, en particulier politiques, des crimes contre l’humanité commis ici peuvent et doivent être tenus pour responsables en droit civil et pénal dans le cadre d’une nouvelle Cour internationale de justice qui sera créée conformément aux directives des procès de Nuremberg avec une distribution internationale ».

Le lien vers la session spéciale du Comité Covid annoncée ici sera disponible le 17/02/2021 via le site web du Comité.2

Commentaire :

Pour bien comprendre ce qui est en train de se jouer avec ce nouveau tribunal de Nuremberg pour juger la plus grande affaire de délits civils de tous les temps, c’est en tirant sur le fil du mensonge du Dr Drosten pour avoir faussé le protocole des tests PCR pour le compte de la clique de Davos, que tout va venir avec : les commanditaires de l’oligarchie financière, Klaus Schwab, le grand architecte de cette gigantesque prise d’otages, les politiques à la tête de l’UE, bras armé de l’exécution des directives de Drosten et de l’OMS qui ont amené tous les gouvernements occidentaux à prendre hier les décisions ravageuses de confinement, de couvre-feu, de port du masque obligatoire et de distanciation sociale et aujourd’hui de vaccins mortifères pour les plus âgés d’entre nous.

« Ce sont ces vérités qui feront tomber les masques des responsables des crimes commis. Aux politiciens qui ont eu foi dans ces personnages corrompus », dit le Dr Fuellmich, « Les faits présentés ici sont la bouée de sauvetage susceptible de les aider à rectifier le tir et à entamer le débat scientifique tant attendu du public, afin d’éviter de couler en même temps que ces charlatans criminels ».

Ensuite, à la lumière de cette dernière communication du Dr Fuellmich, deux propositions de la réunion extraordinaire du Comité Covid de Berlin retiennent l’attention :

  • Tout d’abord la manière dont l’approvisionnement alimentaire peut être assuré, ce qui apparaît quelque peu surréaliste eu égard à la situation d’aujourd’hui. Si l’on se réfère au planning du Forum de Davos de Klaus Schwab, il n’en est rien. Celui-ci a bel et bien prévu une rupture de la chaîne alimentaire dès la fin du second semestre 2021.3
  • Ensuite, la création de monnaies régionales. Là, il est clair que le Comité Covid de Berlin anticipe déjà le krach boursier mondial qui s’annonce et dont l’oligarchie financière du Forum de Davos à la manœuvre compte bien profiter pour mettre en place la monnaie numérique européenne dans l’attente d’une monnaie mondiale pour créer un crédit social à la chinoise dont deviendra dépendante la classe moyenne de tous les peuples ruinés par la fermeture de leurs commerces, PMI-PME, industries culturelles et touristiques, équipements sportifs, etc.

Rien que ces deux aspects de la prise d’otage 2.0 dont le monde occidental est victime depuis bientôt un an devraient en toute logique être suffisamment motivants pour nous faire comprendre définitivement que nous sommes face à un « populicide » qui ne demande qu’à nous broyer si nous restons inertes, les bras ballants sans rien faire.

C’est pourquoi il convient à chacun d’entre nous de tout mettre en œuvre dès maintenant afin que cette coalition juridique internationale puisse être opérationnelle le plus tôt possible. Pour ce faire, que toutes celles et tous ceux d’entre nous qui souhaitent rejoindre l’action collective des avocats français pour participer à cette reconquête de nos libertés se mettent déjà en contact d’ici le 21 février avec l’action collective4. Notre survie est à ce prix ainsi que l’avenir de nos enfants.

Source : https://nouveau-monde.ca/fr/

  1. 2020news.de/whistleblower-aus-berliner-altenheim-das-schreckliche-sterben-nach-der-impfung/
  2. corona-committee.com
  3. nouveau-monde.ca/fr/la-quatrieme-phase-de-schwab/
  4. francesoir.fr/opinions-entretiens/interview-me-virginie-de-araujo-recchia-avocate-au-barreau- de-paris

EN COMPLÉMENTAIRE

Israël : Le vaccin Pfizer a tué 40 fois plus de personnes que le Covid et 260 fois plus chez les jeunes !

Posted: 18 Feb 2021 10:07 AM PST

Alors là les Amis, c’est une BOMBE !
D’après des études, dans le pays le plus vacciné, Israël, uniquement avec le Pfizer, montrent que ce vaccin a tué 40 fois plus de personnes que le Covid lui-même ! et 260 fois chez les plus jeunes

 

!! https://t.co/s7sOLTeZGh pic.twitter.com/8L9m9TtRku

— SILVANO (@silvano_trotta) February 16, 2021

Covid 19 : l’histoire sans fin

En lisant la presse nationale et régionale on constate que cette « épidémie » de Covid 19 est due à un virus intelligent, qui mute sans cesse et défie les lois de la médecine et le savoir des épidémiologistes.
Son pouvoir mutagène a complètement déboussolé le ministère de la santé qui avoue être totalement dépassé.
Ce « smart » virus est un mutant digne de figurer dans les films de super héros de Marvel. Son histoire ressemble à un film hollywoodien adapté d’un roman de Stephen King, auteur à succés de livres fantastiques.
Pour illustrer nos propos, le Covid est utilisé dans une histoire similaire au film « Un jour sans fin ». Phil Connors, un cynique et misanthrope présentateur météo chargé de couvrir le traditionnel jour de la marmotte à Punxsutawney, petite ville de Pennsylvanie, se retrouve bloqué dans une boucle temporelle le forçant à revivre indéfiniment cette journée du 2 février.

  • « Un nouveau variant, le quatrième, a été découvert par des chercheurs de l’université d’Edimbourg, en Ecosse. Il s’agirait d’une version du virus assez semblable aux variants sud-africain et brésilien, plus résistante par conséquent aux vaccins développés à l’heure actuelle. Des cas seraient notamment apparus en France. De quoi inquiéter les autorités. »
    Dépêche du Midi

Pour remettre l’église au centre du village, il faut préciser que le langage des médecins journalistes et de la presse en général utilisent mal les terminologies pour qualifier les étapes de dépistage, d’infection et de contagion.

  • 1 les gens qui sont testés sont positifs ou négatif au virus et non au Covid 19.
  • 2 être positif ne signifie pas être atteint de la maladie qui s’appelle Covid 19, mais posséder en soi le virus qui est dépourvue de la glycoprotéine spike qui permet de rendre possible l’infection d’une cellule. On parle alors de cas asymptomatiques qui ne peuvent pas transmettre le virus a qui que ce soit puisqu’ils ne sont pas infectieux ni contagieux, ils sont dépourvus de signes cliniques comme la fièvre, la toux et la fatigue avec perte de goût et d’odorat. On est porteur sain.
  • 3 Si le cas est positif avec les signes cliniques de la maladie, on parle d’atteinte du Covid 19.

Au lieu de valoriser le vaccin qui est inefficace, il serait temps d’utiliser les traitements proposés par le Dr  Raoult avec Hydroxychloroquine et l’ivermectine qui soigne avec succés l’Inde, une des populations les plus dense au monde qui n’a ni confiné ni vacciné.
Ces vieux médicaments agissent principalement sur la glycoprotéine Spike qui une fois séparée du virus, rend la personne saine et non contagieuse, et n’impose pas de fermer une économie à la dérive.


OPÉRATION LAVAGE DE CERVEAU POUR ENFANTS

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SUPPORTEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT ET EN PARTAGEANT VINTAGE par MICHEL

Vintage par Michel

 

 

 

LA Gigantesque Arnaque de la COVID-19:Ancienne de la CIA, Prophète (comme Gates) de la pandémie, équipière de Biden. Espionnage militaire, AI, Big Tech etc…

Pour la énième fois au cours de notre dossier WuhanGates axé sur le virus SRAS-CoV-2 construit en laboratoire américano-chinois dans le cadre d’un accord entre la Chine et les États-Unis, comme le prétend le virologue français Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et ancien chef de service de l’Université Jiao Tong de Shanghai, des indices inquiétants émergent sur le rôle des membres du Parti démocrate américain dans une pandémie, « planifiée depuis des décennies par Anthony Fauci et Bill Gates », selon l’avocat Robert F. Kennedy, neveu du président assassiné JFK.

 

L’été dernier, en effet, la dame blanche de la sécurité nationale de Barack Obama, experte en missions militaires avec des drones mais surtout en armes biologiques, a rejoint l’équipe de Joe Biden qui devra révolutionner le renseignement américain si le candidat démocrate réussit à remporter la course à la Maison Blanche contre le président sortant Donald Trump. Elle est soutenue par une partie des républicains et surtout par les Américains favorables au Deep State contre lequel Trump se bat depuis son investiture (comme l’avoue sans vergogne un ancien directeur de la CIA sur l’affaire UkraineGate ).

Il s’agit de l’avocate Avril Haines, qui a grandi à « pouponnière » judiciaire Démocrate, puis elle est devenue première directrice adjointe de la C.I.A. (2013-2015), puis elle faut élevée au poste de conseillère nationale adjointe à la sécurité nationale à la Maison Blanche (2015-2017). Elle travaille en coulisses pour Biden, malgré sa cooptation par certaines frondes des progressistes pour des positions contradictoires sur les questions brûlantes à Washington relatives à la torture pratiquée contre les prisonniers de guerre et à la persécution des immigrés d’Amérique latine, mais surtout pour sa proximité embarrassante avec des personnalités faisant autorité dans le propre entourage de Trump.

Ces contradictions, cependant, n’apparaissent telles qu’aux yeux myopes de ceux qui ne sont pas des experts en géopolitique. Ceux qui connaissent bien le rôle du soi-disant État international profond, le potentat occulte des politiciens franc-maçons vétérans, des hommes d’affaires louches en grande partie juifs, des fonctionnaires et militaires des services secrets, savent très bien que ces contradictions sont transversales dans le  système politique bipolaire démocrates-républicains, comme le confirme le fait que George Bush jr. a déjà fait son soutien à Biden , de même qu’une partie du même GOP (Grand Old Party)….

 

Mme Haines est donc la nouvelle Matha Hari dans un costume parfait pour représenter le lien entre Biden et le Deep State (ou NWO, Nouvel Ordre Mondial) justement en vertu de sa longue expérience dans les domaines militaire, d’espionnage et académique.

Ce n’est pas un hasard si elle a donc été choisie par le prestigieux Johns Hopkins Center for Health Security de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health à Baltimore (Maryland), également sa ville natale, comme protagoniste du célèbre exercice Event 201 qui s’est tenu mi-octobre 2019 à New York pour simuler une pandémie de coronavirus à une époque terriblement suspecte.

Ce sommet , qui a été également capable de prédire le retard dans l’arrivée des vaccins, il a apporté son support utile dans le traitement d’un antiviral comme cela s’est passé avec le Remdesivir (définitivement approuvé ces derniers jours par la Food & Drug Administration comme thérapie efficace contre Covid-19) , a été financé par la Fondation Bill & Melinda Gates,  deux célèbres milliardaires également connus pour leur rôle fondamental comme donateurs des Démocrates et notamment de l’ancien président Barack Obama dont l’actuel candidat Biden était adjoint.

LES PROPHÉTIES DE HAINES ET BIDEN SUR LA PANDÉMIE

Obama a invité dimanche 25 octobre les électeurs à soutenir le candidat démocrate Biden, partageant un tweet que son ancien vice-président a publié le 25 octobre 2019, dans lequel il avait averti que le président Trump n’était pas prêt à faire face à une pandémie.

The Hill l’a rapporté avec le tweet complet: «Nous ne sommes pas préparés à une pandémie. Trump a inversé les progrès que le président Obama et moi avons faits pour renforcer la sécurité sanitaire mondiale. Nous avons besoin d’un leadership qui bénéficie de la confiance du public, qui se concentre sur les menaces réelles et qui mobilise le monde pour arrêter les épidémies avant qu’elles n’atteignent nos côtes ».

Le commentaire de Biden a été inspiré par un article publié la veille par le Washington Post, qui faisait état du rapport Global Health Security Index, « la première évaluation complète des capacités sanitaires mondiales« , qui indiquait que 195 pays dans le monde n’étaient pas préparés à faire face à un «Événement biologique catastrophique de taille mondiale».

« L’index, a écrit le Washington Post, est » un projet de la Nuclear Threat Initiative (NTI), une organisation à but non lucratif basée à Washington, et du  Johns Hopkins Center for Health Security « – cite le blog italien Piccole Note republié par le journal milanais Il Giornale – La Nuclear Threat Initiative a été fondée par le sénateur démocrate Sam Nunn et le fondateur de CNN Ted Turner; du Johns Hopkins Center dont nous avons traité dans les notes précédentes concernant certains exercices militaires anti-pandémie qui ont eu lieu en 2019 aux États-Unis d’Amérique, avant l’émergence du Covid-19 « .

 

Cependant, l’histoire manque d’un lien fondamental: celui de l’avocate démocrate Avril Haines qui est responsable du secteur des bio-armes au conseil d’administration de la NTI . En 2013, lorsque la Haines est devenue directrice adjointe de la CIA, l’administration Obama a mis en service le Richiard Lugar Center, l’un des laboratoires biologiques les plus avancés et les plus secrets du Pentagone, coordonné par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA), près de Tbilissi, en Géorgie . et la CIA elle-même, où la multinationale pharmaceutique Gilead (producteur du miraculeux Remdesivir) fait des tests cliniques qui se sont avérés mortels pour 72 cobayes humains en quelques mois.

Au point d’amener la Russie à lancer des accusations d’expériences bactériologiques militaires qui n’ont jamais été sujettes à des enquêtes, et également pour le rôle influent de Gilead Donald Henry Rumsfeld, secrétaire du département de la Défense durant deux termes.

Le projet géorgien, lancé après la Révolution des roses financée ouvertement par Soros, est né de la visite de feu le sénateur républicain Lugar, président de la Commission du désarmement dans les pays de l’ex-Union soviétique, accompagné de son collègue démocrate Obama qui a réalisé le projet une fois arrivé à la Maison Blanche.

En 2014, Obama a décrété un moratoire pour bloquer le financement de la recherche sur les armes biologiques et vaccinales à double usage en raison de la pratique très dangereuse du Function Gain, le processus GOF qui permet de valoriser en laboratoire un agent pathogène, comme cela se serait produit pour le virus du SRAS. Cov-2 infecté par le VIH, selon le bio-ingénieur Pierre Bicage, ancien consultant de l’OTAN Pierre Bricage.

Pour la énième curieuse coïncidence, six expériences sur le virus du SRAS (souche 2003 isolée de chauves-souris au Wuhan Institute of Virlogy) menées entre les USA et la Chine dans le cadre du projet PREDICT-2 ont obtenu une dérogation au moratoire grâce à un financement de l’USAID, une agence gouvernementale outil de la CIA, Gates Foundation et EcoHealthAlliance de New York.

Cette dernière est une initiative de promotion de la recherche sur les vaccins qui voit comme partenaires les deux universités américaines Columbia et John Hopkins, avec lesquelles l’ex-directrice adjointe de la CIA, Avril Haines collabore, mais aussi la big pharma Johnson & Johnson et une université d’Arabie saoudite, nation finançant le projet mondial de vaccination lancé par Obama en 2014 avec le Global Health Security Agenda (GHSA), mais aussi pays partenaire de GlaxoSmithKleine (GSK), administré par un directeur de Microsoft Corporation, fondé par Gates grâce aux investissements de Warren Buffet, fondateur de la Nuclear Threat Initiative susmentionnée.

GSK est le géant des vaccins qui a profité du « projet pilote » mené par le Parti démocrate en Italie avec le Décret Lorenzin, qui a rendu obligatoire 10 vaccins pour les enfants d’âge scolaire, après la visite de George Soros, donateur des Dems américains et investisseur à Gilead, à l’ancien Premier ministre Paolo Gentiloni (nommé par la suite commissaire européen aux affaires économiques).

Il ne faut pas oublier que les premières expériences sur le virus du SRAS infecté par le VIH de 2003 ont débuté en 2004 dans le laboratoire de biosécurité de Wuhan (puis Bsl 2 aujourd’hui Bsl 4) grâce au financement du projet Episars de la Commission européenne présidé par Romano Prodi, futur premier ministre du Parti Démocrate Italien ; où, des années auparavant, sa préface à un livre de George Soros lui-même avait suscité la controverse.

Selon l’ancien directeur britannique du contre-espionnage MI6, Richard Dearlove, le visur du SRAS-Cov-2 se serait échappé – ou aurait été délibérément libéré – de la Chine . Une thèse également soutenue par le lanceur d’alerte Li-Meng Yan, le virologue chinois qui a fui aux États-Unis d’Amérique et placé sous protection par le FBI pour avoir dénoncé la construction du pathogène de la pandémie actuelle dans l’Insistute de virologie de Wuhan.

 

Pour le nier, jusqu’à présent, seule une étude de l’Université John Hopkins elle-même a tenté, impliquée pour de multiples connexions avec la pandémie annoncée par l’ancienne directrice adjointe de la CIA, Avril Haines en 2018, lors de la conférence de Camdem dans laquelle elle évoquait également un nouvel «ordre mondial » comme seule solution pour contrer ces menaces d’épidémies de Coronavirus.

Pour lutter contre l’infection par Covid-19, GSK, en collaboration avec AstraZeneca en Italie et avec Sanofi en Europe, met le vaccin déjà acheté par l’Union européenne, malgré certains événements inattendus survenus lors des essais cliniques d’AstraZeneca et Johnson & Johnson.

POLÉMIQUE DÉMOCRATE CONTRE HAINES
Fin juin, la campagne de Biden a annoncé que Haines, une avocate qui a occupé le poste de directrice adjointe de la CIA de 2013 à 2015, dirigera les aspects de politique étrangère et de sécurité nationale d’une potentielle équipe de transition de Biden.

Selon Daily Beast : “Pour les militants, les experts en sécurité, les assistants du Congrès qui sont plus à gauche que les libéraux – ainsi que les principaux militants des droits de l’homme et au moins un ancien sénateur – la promotion de Haines est inquiétante ou inacceptable. Elle a approuvé un « comité de responsabilité » qui a épargné les représailles contre le personnel de la CIA qui a espionné les enquêteurs du Sénat sur la torture, et elle a fait partie de l’équipe qui a rédigé leur rapport historique  . Haines a soutenu Gina Haspel en tant que directrice de la CIA, directement impliquée dans les tortures de la CIA, une décision qui reste sévèrement condamnée parmi les militants progressistes. Jusqu’à la fin du mois de juin, elle a conseillère à la société de données préférée de Trump, Palantir, issue de la CIA. »

« C’est un signal assez inquiétant de ce qui va arriver » dans une administration Biden, a déclaré un membre du personnel du Sénat qui s’occupe des questions de sécurité nationale.

« «Faire vanter la directrice adjointe de la CIA pour son bilan en matière de promotion des droits de l’homme et de respect de la primauté du droit, je ne pense pas que cela puisse être adéquatement mis en balance non seulement avec son bilan, mais aussi avec ses choix délibérés de plaidoyer.»

Pour les disciples de l’administration Obama qui sont plus libéraux que ceux de gauche, l’aversion envers Haines est stupéfiante. Haines était peut-être la principale voix au sein de l’administration pour restreindre la campagne de drones. Elle était “une voix de retenue sur toutes les questions de lutte contre le terrorisme « , a déclaré Harold Koh, l’ancien conseiller juridique du Département d’Etat.

 

 

Former CIA Deputy Director Avril Haines, now on candidate Joseph Biden’s intelligence team

L’ancienne directrice adjointe de la CIA Avril Haines, maintenant dans l’équipe de renseignement du candidat Joseph Biden «En plus de son travail passé sur la sécurité nationale et de sa présence impressionnante dans le monde des think tanks de Washington DC, Haines s’est décrite comme une ancienne consultante pour la société d’exploration de données controversée PalantirLa page de sa biographie au Brookings Institute, où elle est répertoriée comme chercheuse senior non résidente, elle s’est vantée de cette affiliation jusqu’à au moins la semaine dernière, lorsqu’elle a soudainement disparu sur la page, a écrit The Intercept.

«La nature du travail de conseil que Haines a effectué pour Palantir n’est pas claire. Au moment de mettre sous presse, les demandes de commentaires à son endroit, la campagne Biden, Palantir et Brookings n’ont pas reçu de réponse ».

« Cofondé, Pantir, supporter de Trump, extrémiste droite et milliardaire de la technologie, l’entreprise a bénéficié d’un certain nombre de contrats gouvernementaux, a été accusé d’avoir contribué aux programmes de détention illégale d’immigrés par l’administration Trump, et d’avoir aidé l’administration Trump à construire un état de surveillance généralisée – rapporte The Intercept – « Les systèmes informatiques de Palantir ont donné à l’administration Trump la capacité de procéder à des déportations massives qui ont déchiré et terrorisé nos communautés d’immigrants » , a déclaré Yasmine Taeb, conseillère politique principale pour Demand Progress, un groupe qui soutient des causes allant des droits de l’homme à la transparence. »

Cependant, le propriétaire de l’entreprise, Peter Thiel, s’est récemment distancé de Trump en affirmant qu’il ne financerait plus sa campagne de réélection, en parfaite harmonie avec les autres membres républicains du Deep State.

DOSSIER SUR L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE POUR LA DÉFENSE

Haines ne fait pas partie du cercle intime de la politique étrangère de Biden, comme l’ancien secrétaire d’État adjoint, Tony Blinken; l’ancien responsable politique du Pentagone, Brian McKeon; Jake Sullivan, vice-président du conseiller à la sécurité nationale de Biden; et Carlyn Reichel, rédactrice de discours sur la politique étrangère de son vice-président.

DailyBeast a souligné, cependant, omettant de détecter le rôle joué par Haines dans un segment stratégique de la Big Tech, en particulier dans le domaine militaire: l’intelligence artificielle. L’ancienne directrice adjointe de la CIA fait en effet partie de WestExec Advisors, un groupe de réflexion de la zone démocrate qui regroupe d’importantes personnalités de la sécurité nationale telles que les deux fondateurs, Blinken lui-même et Michèle Flournoy, ancienne sous-secrétaire à la Défense pour la politique avec Obama de 2009 à 2012.

Après avoir annoncé en juin son intention de suspendre son activité pour WestExec Advisors pendant la campagne électorale de Biden, Haines a en réalité maintenu des liens forts qui se sont concrétisés avec la publication d’un dossier sur l’IA, développé en collaboration avec Flournoy, qui semble indiquer au Pentagone les stratégies à poursuivre si le candidat démocrate réussit à être élu à la Maison Blanche.

Le dossier réalisé par Avril Haines sur l’IA pour WestExec Advisors

«Ce moment se déroule dans le contexte d’une révolution technologique qui exacerbe les défis auxquels nous sommes confrontés tout en offrant des solutions potentielles, fournissant des percées dans le climat, la médecine, les communications, les transports, le renseignement et bien d’autres domaines. Beaucoup de ces découvertes se feront grâce à l’exploitation de l’intelligence artificielle (IA) et des technologies associées, principalement le machine learning (ML) .

 Ces progrès façonneront probablement l’équilibre économique et militaire des pouvoirs entre les nations et l’avenir du travail, de la richesse et des inégalités en leur sein. » écrivent les deux auteurs dans l’introduction de l’étude intitulée« Bâtir la confiance par des tests. Adaptation des Tests/évaluation du DOD, de Validation et Vérification (TEVV) d’Entreprise pour les systèmes d’apprentissage automatique, y compris les systèmes d’apprentissage en profondeur ».

Un exemple concret d’utilisation de l’IA est venu ces dernières semaines du forum de l’agence de presse italienne Ansa en relation avec une méthode innovante de diagnostic vocal de Covid-19. Né d’une idée du professeur Giovanni Saggio, professeur au Département de génie électronique de l’Université de Tor Vergata, VoiceWise est aujourd’hui le protagoniste de l’entreprise d’un essai clinique pour diagnostiquer et surveiller l’infection au coronavirus activée à la polyclinique de Tor Vergata de Rome, le Parc Technologique de Latina et la Polyclinique de la Fondation San Matteo de Pavie.

Le système implique l’utilisation d’appareils tels que les smartphones et les tablettes fournis à l’appui du projet par le fabricant chinois Huawei, qui sont utilisés « pour leur capacité à enregistrer correctement l’audio et parce qu’il n’était pas possible d’isoler les patients d’un microphone et d’un enregistreur qui nous utilisons habituellement », explique le professeur Saggio. Les appareils sont livrés à des patients volontaires (et anonymes) de Covid-19 pour enregistrer « leur voix, leur toux et tout ce dont l’algorithme a besoin pour identifier la maladie« .

Évidemment cela peut fonctionner si les algorithmes sont interprétés correctement mais tout comme dans le cas du tampon PCR controversé, dont nous avons mis en évidence les limites du diagnostic liées à d’innombrables variables capables de créer des « faux positifs ». Par conséquent, une erreur possible dans le réglage de l’IA ou pire encore sa «manipulation» peut être en mesure d’altérer les résultats beaucoup plus que les analyses médicales traditionnelles.

CONNEXIONS ET COMMERCE BIG TECH EN EUROPE

Joseph R. Biden Jr. a critiqué Big Tech, réprimandant Facebook pour avoir mal géré la désinformation et disant que les entreprises Internet devraient perdre la protection juridique centrale. Mais sa campagne a discrètement accueilli des personnes qui ont travaillé avec ou pour les géants de la Silicon Valley dans son personnel et ses groupes politiques, soulevant des inquiétudes parmi les critiques de l’industrie quant au fait que les entreprises tentent de coopter une administration potentielle de Biden. Ainsi a commencé un article écrit par David McCabe et Kenneth P. Vogel dans le New York Times en août.

«L’un des plus proches collaborateurs de M. Biden a rejoint la campagne d’Apple, tandis que d’autres ont occupé des postes de direction dans des entreprises qui ont fait du consulting pour de grandes entreprises technologiques. Et un groupe de près de 700 bénévoles conseillant la campagne, l’Innovation Policy Committee, comprend au moins huit personnes qui travaillent pour Facebook, Amazon, Google et Apple, selon des documents examinés par le New York Times. D’autres membres du comité ont des liens étroits avec des entreprises, notamment des économistes et des avocats qui les ont conseillés ainsi que des responsables de think tanks qu’ils ont financés. »

Voici ensuite le nom de la dame blanche de 007: «Avril Haines, ancienne responsable du renseignement et de la sécurité nationale d’Obama qui aide à diriger l’équipe de transition de Biden, était consultante pour la société d’exploration de données Palantir et WestExec Advisors, une société représentant une grande entreprise technologique qui n’a pas été identifiée. Note le NYT.

Le NYT a encore écrit: «Un co-fondateur de WestExec et un officiel du département d’État d’Obama, Antony J. Blinken, dirige l’opération de politique étrangère de la campagne Biden. WestExec s’est associé à la philanthropie lancée par Eric Schmidt, l’ancien président de Google, et à l’unité d’incubation interne de Google, Jigsaw. Mais M. Blinken et Mme Haines n’ont pas participé à ce travail, selon la campagne de Biden, selon laquelle les deux conseillers ont quitté WestExec ce mois-ci. « 

Le dossier sur les stratégies d’intelligence artificielle au sein du ministère de la Défense, signé par Haines en octobre pour WestExec, niait clairement ces distances. Du programme de l’ancienne directrice adjointe de la CIA, cependant, d’autres éléments émergent qui projettent ses relations dans le domaine financier des États-Unis vers l’Europe et l’Italie.

De par son très long cursus, il semble être membre du conseil d’administration de la Fondation Vodafone mais aussi membre du comité consultatif international de Tikeau Investment Management.

Tikehau Capital est un gestionnaire d’actifs européen indépendant qui gère un actif de 25,4 milliards d’euros au 31 mars 2020 (+ 13,7% en glissement annuel depuis 2019, mais en légère baisse par rapport aux 25,8 milliards de fin 2019, voir plus article de BeBeez), dont: 8,3 milliards investis en dette privée; 9,5 milliards en immobilier, 2,1 milliards en private equity et 3,5 milliards en stratégies de marchés de capitaux (voir le communiqué de presse ici). La société a également annoncé qu’elle versera aux actionnaires un dividende de 0,50 € par action, soit le double de ce qu’elle a payé l’année dernière.

L’Italie est le deuxième marché le plus important pour Tikehau après le marché français. En particulier, sur le front de la dette privée, Tikehau a financé, par exemple, le spécialiste des logiciels pour le secteur de la santé Dedalus, le cabinet de conseil aux entreprises Bip, le laboratoire pharmaceutique Neopharmed Gentili. En mai dernier, Tikehau Capital a renforcé le bureau italien avec trois nouvelles entrées: parmi lesquelles un ancien directeur adjoint de Rothschild & Co et un autre directeur arrivant de Goldman Sachs Asset Management.

Personne ne veut remettre en question le bon travail de ce fonds d’investissement international. Mais les intrigues entre l’ancien directeur adjoint de la CIA Avril Haines mettent en évidence un champ de mines de conflits d’intérêts allant de l’Intelligence à la Big Tech, en passant par les armes biologiques et l’Intelligence Artificielle dans le domaine militaire , et en atteignant jusqu’à un des groupes financiers paneuropéens les plus influents.

Un mélange explosif pour un avocat d’âge moyen qui a prédit la pandémie de coronavirus, a participé à des exercices financés par Gates , est entré dans le personnel de Biden après avoir invoqué publiquement le nouvel ordre mondial: c’est-à-dire le visage éhonté et maintenant partiellement identifiable du Deep État, dans lequel le rôle de Big Pharma est de plus en plus crucial, tout comme dans le lobby des armes .

Source : Former CIA, Pandemic’s Prophet as Gates, in Biden’s Team. To manage Military Intel, AI, Big Tech and Trading in EU


EN COMPLÉMENTAIRE

Tunisie – La moitié des tunisiens pensent que la Covid est un complot international

Selon un sondage d’opinion effectué parle journal Al Chourouk, 49.1% des tunisiens pensent que derrière la propagation de la Covid, il y a une sombre histoire de complot international.

Dans ce sens, plus de 60% des tunisiens pensent que la Tunisie n’est pas souveraine de ses décisions dans la gestion de cette épidémie et qu’elle est tributaire des politiques dessinées par d’autres nations.

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID 19:La séquence d’amorce du test PCR du coronavirus de l’OMS se trouve dans l’ADN de chaque humain !!

 

 

Encore une preuve de la grosse arnaque du siècle. C’est suffisamment important pour que je veuille la sortir immédiatement. Mes recherches sur la base de données NCBI pour les séquences nucléotidiques ont conduit à une découverte étonnante. L’une des séquences d’amorces de l’OMS dans le test PCR pour le SRAS-CoV-2 se trouve dans tout ADN humain!
Autrement dit, tout être humain testé avec PCR est positif, donc faussement contaminé !! Ensuite, c’est à la tête du testeur et du testé qu’on décidera du résultat officiel. 

 

La séquence «CTCCCTTTGTTGTGTTGT» est une séquence d’amorces de 18 caractères trouvée dans le document de protocole de test PCR du coronavirus de l’OMS. Les séquences d’amorces sont celles qui sont amplifiées par le processus de PCR afin d’être détectées et désignées comme un résultat de test «positif». Il se trouve que cette même séquence de 18 caractères, verbatim, se trouve également sur le chromosome 8 de l’Homo sapiens! Pour autant que je sache, cela signifie que les kits de test de l’OMS devraient trouver un résultat positif chez tous les humains. Quelqu’un peut-il expliquer cela autrement?
Je ne peux vraiment pas surestimer la signification de cette découverte. Au minimum, cela devrait avoir un impact notable sur les résultats des tests.
Peut-être que le Dr Mayer peut vérifier, ou confirmer / infirmer cela?

 

Le chromosome 8 d’Homo sapiens, ensemble primaire GRCh38.p12
ID séquence: NC_000008.11 Longueur: 145138636

Plage 1: 63648346 à 63648363 est «CTCCCTTTGTTGTGTTGT»

Mise à jour: Après quelques efforts, j’ai enfin découvert un moyen d’afficher la preuve (au-delà de mes captures d’écran) que le chromosome humain 8 a exactement la même séquence de 18 caractères. Veuillez essayer le lien ci-dessous. La séquence est affichée au bas de la page.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/nucleotide/NC_000008.11?report=genbank&log$=nuclalign&from=63648346&to=63648363

 

Preuve sensationnelle : les paires de bases d’ARN COVID sont identiques à l’ADN humain du chromosome 8

[videopress niyD4rLb]


EN COMPLÉMENTAIRE POUR MIEUX COMPRENDRE

Le microbiologiste Eric St-Germain explique le masque aux néophytes

[videopress GsobB4ho]