Comment Rockefeller a fondé Big Pharma et a fait la guerre aux remèdes naturels

 

La médecine occidentale a quelques bons points, et est excellente en cas d’urgence, mais il est grand temps que les gens réalisent que la médecine traditionnelle d’aujourd’hui (médecine occidentale ou allopathie), est axée sur les drogues, les narcotiques, les radiations, la chirurgie et les médicaments qui sont à la base une création de Rockefeller.

 

 

Tout a commencé avec John D. Rockefeller (1839 – 1937) qui était un magnat du pétrole, un baron voleur, le premier milliardaire des États-Unis et un monopoliste de naissance.

Au tournant du XXe siècle, il contrôlait 90% de toutes les raffineries de pétrole des États-Unis par l’intermédiaire de sa compagnie pétrolière, Standard Oil, qui fut plus tard démembrée pour devenir Chevron, Exxon, Mobil, etc.

Rapports des affaires mondiales : Dans le même temps, vers 1900, les scientifiques ont découvert les « pétrochimiques » et la capacité de créer toutes sortes de produits chimiques à partir du pétrole. Par exemple, le premier plastique – appelé bakélite – a été fabriqué à partir de pétrole en 1907. Les scientifiques découvraient diverses vitamines et ont deviné que de nombreux médicaments pouvaient être fabriqués à partir de pétrole.

Ce fut une formidable opportunité pour Rockefeller qui a vu la capacité de monopoliser les industries pétrolière, chimique et médicale en même temps !

La meilleure chose à propos de la pétrochimie était que tout pouvait être breveté et vendu pour des profits élevés.

Mais il y avait un problème avec le plan de Rockefeller pour l’industrie médicale : les médecines naturelles/à base de plantes étaient très populaires en Amérique à cette époque. Près de la moitié des médecins et des facultés de médecine des États-Unis pratiquaient la médecine holistique, en utilisant les connaissances de l’Europe et des Amérindiens.

Rockefeller, le monopoliste, a dû trouver un moyen de se débarrasser de sa plus grande compétition. Il a donc utilisé la stratégie classique de «problème-réaction-solution». C’est-à-dire, créer un problème et effrayer les gens, puis offrir une solution (pré-planifiée).

Il est allé voir son pote Andrew Carnegie – un autre ploutocrate qui a fait son argent en monopolisant la sidérurgie – qui a conçu un plan. De la prestigieuse Fondation Carnegie, ils ont envoyé un homme nommé Abraham Flexner pour voyager à travers le pays et faire un rapport sur l’état des collèges médicaux et des hôpitaux du pays.

Cela a conduit au rapport Flexner, qui a donné naissance à la médecine moderne telle que nous la connaissons.

Inutile de dire que le rapport a parlé de la nécessité de réorganiser et de centraliser nos institutions médicales. Sur la base de ce rapport, plus de la moitié de tous les collèges médicaux ont été bientôt fermés.

L’homéopathie et les médecines naturelles ont été moquées, diabolisée et les médecins ont même été emprisonnés.

Pour aider à la transition et changer l’esprit d’autres médecins et scientifiques, Rockefeller a donné plus de 100 millions de dollars aux collèges et hôpitaux et a fondé un groupe de façade philanthropique appelé «General Education Board» (GEB). C’est l’approche classique de la carotte et du bâton.

En très peu de temps, les facultés de médecine ont été rationalisées et homogénéisées. Tous les étudiants apprenaient la même chose, et la médecine consistait à utiliser des médicaments brevetés.

Les scientifiques ont reçu d’énormes subventions pour étudier comment les plantes guérissaient les maladies, mais leur but était d’identifier d’abord les produits chimiques dans la plante, puis de recréer un produit chimique similaire – mais pas identique – dans le laboratoire qui pourrait être breveté.

Une pilule pour un malade devint le mantra de la médecine moderne.

Donc, maintenant, 100 ans plus tard, nous produisons des médecins qui ne connaissent rien aux bienfaits de la nutrition ou des herbes ou à des pratiques holistiques. Nous avons une société entière qui est asservie aux entreprises pour son bien-être.

L’Amérique consacre 15% de son PIB aux soins de santé, ce qui devrait être vraiment appelé «soins aux malades». Elle ne se concentre pas sur la guérison, mais seulement sur les symptômes, créant ainsi des clients réguliers. Il n’y a pas de remède contre le cancer, le diabète, l’autisme, l’asthme ou même la grippe.

Pourquoi y aurait-il de vrais remèdes ? C’est un système fondé par des oligarques et des ploutocrates, pas par des médecins.

En ce qui concerne le cancer, oh oui, l’American Cancer Society a été fondée par nul autre que Rockefeller en 1913.

En octobre, mois de la sensibilisation au cancer du sein, il est triste de voir des gens subir un lavage de cerveau au sujet de la chimiothérapie, de la radiothérapie et de la chirurgie. Voici dans l’image ci-dessous, une citation de John D. Rockefeller qui résume sa vision du Nouvel Ordre Mondial pour l’Amérique …

Je ne veux pas d’une nation de penseurs. Je veux une nation de travailleurs.

 

Rockefeller Center

 

Durant le krash de 1929,John D. Rockefeller fait son apparition à Wall Street!

 

./Dans la moitié supérieure de la page de couverture du journal Brooklyn Daily Eagle, le titre de la bannière est « Wall St. In Panic As Stocks Crash », décrivant la chute brutale de la valeur des actions sur ce qui est devenu Black, le jeudi 24 octobre 1929. La bourse Le crash est souvent considéré comme le point de départ de la Grande Dépression de 1929 – 1941. D’autres titres relatent une tentative d’assassinat du prince héritier italien Umberto (1904 – 1983) (à gauche) et un scandale de financement de campagne concernant un industriel américain, puis sénateur, Joseph R. Grundy. (1863 – 1961) (à droite).
 

 

Source : http://yournewswire.com/rockefeller-big-pharma-natural-cures/

 

 

 

Publicités

Alerte économique: préparez-vous à une « destruction massive » de richesses

Réjouissez-vous car ce monde tire à sa fin!...,mais méfiez-vous!
Réjouissez-vous car ce monde tire à sa fin!…,mais méfiez-vous!

Prenez des mesures immédiates pour protéger votre richesse,vos avoirs. . . EN CE MOMENT MÊME!

C’est exactement ce que beaucoup d’économistes réputés, des milliardaires connus  et des auteurs ont noté :ils vous disent ce que vous devriez faire(on parle  d’experts comme Marc Faber, Peter Schiff, Donald Trump et Robert Wiedemer. Selon eux, nous sommes à la veille d’une nouvelle récession, et celle-ci sera bien pire que ce que nous avons connue au cours de la dernière crise financière.

Marc Faber, l’économiste suisse noté et investisseur, a fait part de ses inquiétudes pour l’économie américaine à plusieurs reprises au cours de ses  dernières apparitions dans les médias, en déclarant: «Je pense que quelque part sur la ligne, nous aurons une destruction massive de richesses. Je dirais que les personnes bien-fondées  peuvent perdre jusqu’à 50 pour cent de leurs richesses totales « .

Lorsqu’on lui a demandé quelle sorte de  désastre financier  pourrait survenir et sa certitude  sur un événement de récession mondiale, l’économiste célèbre pour ses prédictions sinistres a rapidement donné une réponse. . . : »100 pour cent certain. »

Faber souligne que cette sombre perspective découle directement des décisions politiques de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, et l’impression en continu de nouveaux fonds, dénommé «assouplissement quantitatif» dans les médias.

Le pessimisme de Faber est compensée par l’économiste très respecté et investisseur Peter Schiff, le PDG d’Euro Pacific Capital.  Schiff  fait la remarque que le marché lors de l’effondrement du stock que nous avons connu en 2008 « n’était pas le vrai crash. L’accident réel est à venir.  »

Schiff ne s’arrête pas là. Le plus inquiétant est sa conviction que la vie quotidienne deviendra  dramatique pour les citoyens américains.

«Si nous continuons à faire cette politique de relance économique  de plus en plus, la vie va juste empirer pour l’Américain moyen. Notre niveau de vie va baisser. . . Les gens qui attendent de la sécurité sociale ne pourront pas obtenir tout cet argent nécessaire. Les gens qui attendent leurs  pensions de l’État ne pourront pas obtenir tout leur argent. . . Nous ne pouvons ,même actuellement , tout simplement pas nous  permettre de les payer.  »

Tout aussi critique envers le gouvernement américain  actuel et  de son économie  est le  magnat de l’immobilier et entrepreneur Donald Trump, qui prévient que les Etats-Unis pourraient bientôt devenir une Espagne  à plus  grande échelle ou une espèce de  Grèce gigantesque , en équilibre au bord de la ruine financière.

Trump n’a pas hésité à souligner la dépendance malsaine de l’Amérique  face à la Chine « communiste ». «Quand vous n’êtes pas riche, vous devez sortir et emprunter de l’argent. Nous empruntons trop des Chinois et d’autres  nations ».

C’est cette énorme dette qui inquiète le plus Trump.

«Nous allons atteindre  une dette qui fera  jusqu’à 16 milliards de dollars très bientôt, et ça va être beaucoup plus élevée que celle de 2008 , avant de se terminer, » Trump  a dit, en se référant au président Barack Obama. « Quand vous avez  atteint une dette sur une plage  entre   les 21 $ – $ 22 trillions , vous parlez d’une baisse de cotation de  crédit (downgrade), peu importe comment vous le coupez. »

Dans une récente apparition, Trump est allé aussi loin que de dire que le dollar est « sur le chemin  de  l’enfer. »

Où Trump, Faber et Schiff voient  une augmentation de la dette, la chute du dollar, et un marché boursier qui  va  plonger, le conseiller en placement et auteur Robert Wiedemer voit une destruction économique beaucoup plus répandue.

Dans une récente interview pour parler de son best-seller  (selon le New York Times ) , »Aftershock, », Wiedemer dit: «Les données sont claires, le chômage  à plus de 50 pour cent, une baisse de 90 pour cent des actions sur le marché, et   cent pour cent d’inflation annuelle  … à partir de 2013. »

Avant de rejeter les allégations de  Wiedemer comme impossibles ou irréalistes, considérez ceci: En 2006, Wiedemer et une équipe d’économistes ont prédit avec précision l’effondrement du marché immobilier américain, les marchés boursiers et les dépenses de consommation qui ont  failli faire couler les Etats-Unis. Ils ont publié leurs travaux  sur  la bulle de l’économie  en Amérique,à cette époque.

Dans un dernier interview (voir ci-dessous)

http://w3.newsmax.com/a/aftershockb/video47a.cfm?promo_code=13EF5-1#ooid=BwNzhxYToyN2xGBgKabjTCK0t7u_sQmI

Lorsqu’ interrogé  sur les dernières données de Wiedemer, l’auteur apocalyptique  a affiché  des graphiques choquants  afin d’étayer ses allégations, puis a terminé sa dispute avec: «Vous voyez, la médecine deviendra le poison. »

L’interview est devenu un » wake-up call »  pour ceux et celles ,non  préparés à  reconnaître une effroyable vérité  : le «sauvetage» financier  du pays mis au point à Washington a lamentablement échoué.

La faute en revient carrément sur ceux dont le travail était d’éviter la situation exacte  ou nous nous trouvons, y compris Bernanke et l’ancien président de la Fed, Alan Greenspan, chargé de la prévention  des effondrements financiers et de maintenir l’économie de la nation américaine  forte ,grâce à des politiques monétaires et de crédit adéquates.

Images choquantes: Voir le tableau étrange qui expose l’ «impensable»  dans le vidéo.

À un moment donné, Wiedemer le rappelle même à Bernanke, en disant que son «argent tombé  du ciel conduira  l’Amérique sur le chemin de l’enfer. »

Mais ce n’est pas seulement les sombres prédictions qui sont à l’origine de cette  sensation dans l’interview vidéo de Wiedemer. Au contraire, c’est son plan global pour la survie économique qui est vraiment  en train de retenir  l’attention mondiale.

L’entrevue propose des solutions ,étape par étape, très  réalistes que l’Américain moyen qui travaille dur peut  facilement  comprendre et retenir afin de suivre le cour des événements.

La vidéo a été initialement projetée pour une audience privée,relativement petite. Mais l’énorme quantité de commentaires des téléspectateurs qui pensaient que l’entrevue devrait être largement diffusée , est venue changer la donne  avec des conséquences telles que divers réseaux en ligne fermée à plusieurs reprises et  diverses sociétés affiliées ont refusé d’héberger le contenu ,le jugeant « dangereux ».

Bernanke et Greenspan n’aurait certainement pas pu  soutenir Wiedemer publiquement, et il est vite devenu  évident  que les médias capitalistes  traditionnels  ont fermé la diffusion à grande échelle apparemment.

«Les gens étaient assis ,à l’écoute  et en prenant  contact avec les informations ,  ils nous suppliaient de rendre le contenu  de l’entrevue public  afin qu’ils  (les  citoyens américains) puissent facilement le partager», a déclaré  pour Newsmax,le  financier et éditeur Aaron DeHoog. « Mais malheureusement, il a été  gardé secret. »

«Notre préoccupation réelle, »,a ajouté DeHoog , « c’est l’ impact, même si la moitié seulement des prédictions de Wiedemer devient  réalité.

«C’est une pensée effrayante pour sûr. Mais nous voulons que l’Américain moyen  puisse  se préparer, et c’est pourquoi nous allons continuer à promouvoir  cette vidéo sur autant de points que possible. Nous voulons que le mot  puisse se propager « .

Note  importante : Pour une durée limitée, Newsmax montre l’interview de Wiedemer et la fourniture de téléspectateurs avec des exemplaires du nouveau livre de Aftershock, mis à jour, y compris la fin, un chapitre inédit. Allez sur le lien qui suit  pour le voir maintenant.

(Contenu anglophone: http://w3.newsmax.com/a/aftershockb/video47.cfm?promo_code=13EF5-1