Courte opinion du jour:L’ ÉTHIQUE Où est passée l ‘ ÉTHIQUE ???

Sujet existentiel d’ une extrême gravité.
Force est de constater que comme le bon sens, l’ éthique s’ en enfuie à tire d’ aile loin des effluves de ce marécage putride.

Les AUTOPROCLAMÉS  » penseurs et philosophes  » de pacotille sont étrangement silencieux sur un sujet dont ils ne mesurent pas la profondeur, et dont ils ne soupçonnent même pas l’ existence.
Leur lâcheté n’ a d’ égal que leur mercantilisme, et leur haine de ce qui est beau, de ce qui est bon, de ce qui est amour et générosité.

Dans tous les cas de figure, toucher à l’ essence de la vie est l’ essence même du CRIME !
Des OGM aux Guidestones en passant par l’ AVORTEMENT on assiste au même CRIME contre L’ HUMANITÉ !

Qui leur a accordé le droit de s’ approprier ce qui relève du VIVANT ?
A quel titre se permettent ils de MODIFIER des séquences de la vie ???
Quel fou les a autorisé à BREVETER et à s’ APPROPRIER des organismes vivants, tels que les VIRUS ou les SEMENCES ?
Qui les a AUTORISÉ à en faire du commerce ?

La vie c’ est l’ ŒUVRE de Dieu dont est issue l’ Humanité !!!
Ce n’ est pas celle des marchands du temple !!!

C’est toute la différence entre eux et nous.
Nous, nous respectons la vie, nous vénérons le sacré, nous adorons les enfants.
Eux brûlent des cathédrales, Eux tuent les enfants dans le ventre de leur mère et altèrent l’ ADN Humain !
Ils enfoncent leurs crocs venimeux au plus profond de la source de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

«Dragons»:des questions sur l’affaire Néron

Caroline Néron…à l’époque de jours meilleurs

 

 

 

L’importante restructuration annoncée dans les magasins des bijoux Caroline Néron a suscité des questions sur le processus de sélection de l’émission «Dans l’oeil du dragon», dans laquelle de riches gens d’affaires s’engagent à investir dans des entreprises en démarrage.

Les problèmes financiers de Caroline Néron ont provoqué un coup de tonnerre dans le domaine québécois du divertissement, certains se demandant comment elle avait fait pour se qualifier comme dragonne à la populaire émission de téléréalité présentée à Radio-Canada.

François Lambert, qui a déjà participé à l’émission, déplore que le diffuseur public ne demande pas à ses vedettes de démontrer qu’ils ont du temps et des liquidités à offrir à leurs partenaires potentiels.

En entrevue, M. Lambert a affirmé que personnellement, il ne s’était jamais fait demander ses chiffres.

D’autres choix de dragons ont suscité la controverse. Gilbert Rozon, le fondateur de Juste pour rire, a fait l’objet de plusieurs allégations de nature sexuelle et est accusé de viol. Pour sa part, Martin-Luc Archambault a quitté l’émission en septembre alors qu’une enquête du commissaire canadien à la vie privée révélait que son entreprise avait enfreint plusieurs articles de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques.

François Lambert a cofondé l’entreprise Aheeva Technology, un système pour des centres d’appels disponible dans 75 pays. Il dit aussi avoir des investissements dans dix entreprises.

Selon lui, il n’y aurait fallu que peu de recherches pour disqualifier MM. Rozon et Archambault. Et il prétend que d’autres gens qui l’entouraient à l’émission n’avaient pas non plus sa place.

Il croit que le diffuseur public devrait chercher des candidats qui ont de l’argent et qui ont déjà vendu une entreprise.

«En réalité, nous faisons de l’argent avec une entreprise quand on la vend», a-t-il expliqué.

«Je venais juste de vendre mon entreprise quand ils m’ont demandé d’être à l’émission… Je n’étais pas un imposteur, j’avais ma place là. Tu deviens un dragon quand tu as fini ton entreprise et que tu as le temps de t’investir et d’appliquer cette recette du succès à d’autres.»

Radio-Canada se défend

Marc Pichette, le porte-parole de Radio-Canada, a assuré que le diffuseur et les producteurs «menaient une évaluation de base de l’application, selon les informations données de bonne foi par le dragon potentiel.»

Il a rappelé qu’en 2016, lorsque M. Rozon était une personnalité louangée à l’international, qui avait été choisi par la Ville de Montréal comme commissaire pour le 375e anniversaire de la métropole, qui s’est tenu en 2017.

Selon le quotidien «La Presse», qui a contacté huit des entrepreneurs avec qui Mme Néron s’était entendue lors de la dernière saison, la femme d’affaires n’a pas versé un sou à leur entreprise.

En entrevue avec le réseau TVA, jeudi, Mme Néron a annoncé qu’elle fermerait neuf des quatorze boutiques dans la province et qu’elle mettrait à pied 64 de ses 152 employés.

L’entreprise a grossi trop vite

Michel Nadeau, qui dirige l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques, la marque de l’ancienne chanteuse et comédienne était populaire au Québec et celle-ci était l’une des seules à se tailler une place dans le marché des bijoux.

«C’était l’une des rares entreprises dans l’industrie des bijoux, de l’artisanat, qui a réussi à imposer une marque — elle a réussi, a-t-il déclaré en entrevue. Elle est encore très, très présente à la télévision et la radio», a-t-il souligné.

Le problème est selon lui que son entreprise a grossi trop rapidement, avec l’ajout de plusieurs boutiques dans des centres commerciaux où l’espace est dispendieux.

M. Lambert, qui n’a pas été invité dans la prochaine saison de l’émission, estime que l’histoire de Mme Néron devrait servir de leçon à tous les entrepreneurs «qui s’éparpillent tellement et qui font tout, à part gérer leur propre entreprise.»