L’État Islamique frappe encore:Les djihadistes de l’Etat islamique tuent les chefs d’une île camerounaise pour leur avoir refusé le ravitaillement

Des djihadistes de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap)/

 

Mardi soir, les djihadistes de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) sont arrivés en hors-bord sur l’île de Bulgaram, une localité camerounaise du lac Tchad, depuis leur enclave du côté nigérian de la frontière, et ont commis des exécutions ciblées, ont annoncé des sources sécuritaires nigérianes.

“Ils sont arrivés à 18H30 (18H30 GMT) pendant que les gens se préparaient pour les prières du soir, et ils ont abattu 14 chefs de la communauté”, a précisé une source. Certaines victimes ont été assassinés dans leur maison tandis que d’autres ont été tuées dans la mosquée où elles étaient venues prier, a détaillé une autre source.

L’attaque est survenue après que cette localité, importante pour la logistique de l’Etat islamique, ait banni l’approvisionnement en vivres des terroristes à destination de zones sous leur contrôle de l’autre côté du lac, en territoire nigérian.

Quelques jours auparavant, les chefs locaux avaient invoqué le Coran lors d’une réunion, et lancé une malédiction contre tout habitant qui ravitaillerait les djihadistes, une décision interprétée par les islamistes comme une trahison.

Plusieurs frappes aériennes nigérianes la semaine dernière ont touché des bastions de l’Iswap, faisant plusieurs dizaines de morts, dont des chefs militaires d’importance, selon des sources locales et militaires.

Source: AFP


EN COMPLÉMENTAIRE

La région du Sahel en Afrique de l’Ouest est devenue la dernière zone de combats djihadistes, après que le groupe d’État islamique (IS) a révélé qu’il combattait des groupes affiliés à Al-Qaïda au Mali et au Burkina Faso.

L’IS a fait cette révélation le 7 mai dans un rapport détaillé de son hebdomadaire Al-Naba.

L’organisation a accusé la filiale d’Al-Qaïda au Sahel, le Jamaat Nusrat al-Islam wal-Muslimin (JNIM), d’avoir commencé le combat et d’avoir mobilisé des forces importantes pour attaquer les positions de l’IS dans les deux pays.

Le scénario est familier. L’IS et les affiliés d’Al-Qaïda ont déjà pris d’assaut d’autres points chauds du djihadisme, comme le Yémen, la Somalie et la Syrie, en se disputant les zones d’influence, les recrues et les ressources.

L’article de l’IS contredit les rapports du début de l’année qui suggéraient que les deux groupes collaboraient dans la région.

Les combats internes pourraient avoir un impact sur les opérations djihadistes contre les troupes locales et étrangères dans le Sahel, où les deux groupes ont considérablement intensifié leurs attaques depuis l’année dernière.

Que dénonce l’État islamique ?

Dans son rapport, IS a dénoncé les récentes attaques d’Al-Qaïda contre des militants d’IS au Mali et au Burkina Faso, où les deux groupes sont actifs.

Le JNIM, sur ordre de ses dirigeants Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, a rassemblé des forces importantes pour cibler les l’État islamique à plusieurs reprises dans les deux pays depuis avril.

Il s’est également plaint que le JNIM bloquait l’approvisionnement en carburant de ses militants et détenait des locaux soupçonnés de le soutenir.

Cette action du JNIM, a déclaré l’IS, coïncide avec une intensification des opérations contre ses combattants par les troupes régionales africaines et françaises dans le Sahel.

Le JNIM selon l’État islamique, a utilisé ces conditions comme une opportunité pour cibler ses troupes à ce moment précis.

Il a affirmé que les événements étaient le seul obstacle auquel est confronté le JNIM aujourd’hui, puisque ce dernier a accepté de tenir des discussions avec le gouvernement du Mali et a prétendument fait la paix avec toutes les forces pro et anti-gouvernementales et les tribus du nord du Mali, y compris les milices d’autodéfense Dogon « païennes ».

L’IS a précédemment cherché à utiliser la volonté du JNIM d’ouvrir le dialogue avec les autorités maliennes comme un moyen de saper les références djihadistes du groupe Al-Qaida.

Pourquoi maintenant ?

On ne sait pas très bien pourquoi l’IS et le JNIM n’ont pas discuté publiquement des affrontements jusqu’à ce dernier rapport de l’IS, d’autant plus que, selon l’IS, les combats sont intenses depuis le 17 avril.

La révélation de l’IS, cependant, fait suite à une déclaration non vérifiée attribuée au JNIM et partagée en ligne le 5 mai par des témoignages djihadistes non officiels, dans lesquels le groupe Al-Qaida a fermement rejeté une prétendue proposition de cessez-le-feu de l’IS.

Si la déclaration est authentique, elle peut expliquer pourquoi l’État islamique a décidé de rendre publique l’histoire maintenant.

La prétendue déclaration du JNIM est venue en réponse à un message audio non vérifié partagé en ligne en avril et attribué à un commandant malien de l’IS identifié comme Abdel Hakim al-Sahraoui.

Le prétendu message de l’IS proposait une trêve si le JNIM acceptait de payer le prix du sang des combattants de l’IS tués et de libérer les prisonniers de l’IS.

Aucun des deux groupes n’a officiellement fait référence aux messages non vérifiés qui leur ont été attribués.

L’Etat Islamique a récemment publié un « documentaire » qui condamne Al-Qaïda comme « apostat » et comme « vendu »

Les derniers combats au Sahel coïncident également avec le renforcement de la rhétorique du SI contre la branche d’Al-Qaïda au Yémen, AQAP. Les deux groupes se battent depuis juillet 2018.

Au Mali comme au Yémen, le SI accuse ses rivaux d’Al-Qaïda de collaborer secrètement avec des forces et des milices « laïques » ou liées au gouvernement pour combattre le SI.

L’IS est également engagé dans la lutte contre les Talibans en Afghanistan. L’IS a utilisé les pourparlers de paix des talibans avec les États-Unis et la volonté du JNIM de parler au gouvernement du Mali comme arguments clés pour saper ces groupes, dans l’espoir de gagner la confiance de leurs membres les plus intransigeants.

Les djihadistes ont considérablement intensifié leurs attaques dans les pays du Sahel depuis l’année dernière, suscitant de nouvelles alliances régionales et internationales et des campagnes militaires pour tenter de faire face à cette menace croissante.

Le JNIM est certainement devenu l’une des deux branches les plus meurtrières d’Al-Qaïda, avec Al-Shabab en Somalie.

Entre-temps, l’IS du Sahel – qui s’appelle officiellement « Province de l’Afrique de l’Ouest » mais qui est largement connu sous le nom d’État islamique du Grand Sahara (ISGS) – a rapidement pris pied dans les pays du Sahel malgré le fait qu’il n’y ait eu des activités révélatrices qu’en mars de l’année dernière.

Le groupe a revendiqué un certain nombre d’attaques qui ont fait de nombreux morts dans les armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso.

Les derniers combats djihadistes internes pourraient distraire les deux groupes et affecter leur capacité à continuer à planifier et à organiser des attaques contre les armées locales et leurs bailleurs de fonds étrangers.

Le rapport du SI a brossé un tableau des graves affrontements entre le SI et le JNIM impliquant des attaques mortelles et un grand nombre de combattants. Il suggère également que le SI est numériquement désavantagé par rapport au JNIM.

Les combats internes peuvent également nuire à la réputation de djihadiste des deux groupes et à leur capacité de gagner des recrues dans la région.

Il est plus difficile de convaincre les habitants de la région de se joindre à un combat contre leurs camarades djihadistes plutôt que contre le gouvernement ou des troupes étrangères.

Les djihadistes eux-mêmes attribuent souvent l’affaiblissement des efforts djihadistes en Syrie aux combats internes entre les différents groupes.

C’est peut-être une autre raison pour laquelle l’IS et le JNIM n’ont pas parlé publiquement des combats jusqu’à présent.


 

L’Etat Islamique a révélé les affrontements avec le JNIM par le biais de son journal hebdomadaire al-Naba

 

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La Russie déclare que les USA volent pour $30 Millions de pétrole par mois à la Syrie

«Un champion supposé de l’État de droit, les États-Unis ne respectent pas leurs propres sanctions contre la Syrie par la contrebande brut des champs pétrolifères de Damas qu’ils ont occupé par la force des armes » a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

Chaque mois, les États-Unis volent du brut et le vendent en contrebande  pour une valeur de 30 Millions $, selon Zakharova. Le carburant provient de champs dans la partie nord-est du pays, où les États-Unis maintiennent une présence militaire après avoir ramené ses troupes de la frontière syro-turque.

 

« Une nation qui se répète ad nauseam qu’elle colle aux valeurs démocratiques et à la primauté du droit dans les relations internationales, vole du pétrole … sous le prétexte de combattre l’EI » a ajouté la fonctionnaire.

Mais voilà : la coalition internationale a déclaré en Mars 2019 que l’EI avait été complètement détruit.

Le récit des Américains ne tient pasTrump qui s’élève tout le temps contre les « Fake News » s’avère lui aussi, un super menteur.

Les champs pétroliers dans le gouvernorat ez-Zor Deir, à l’est de l’Euphrate, qui ont été capturés par les milices kurdes soutenues par les USA . Washington ne fait aucun secret du fait qu’il maintient une présence militaire illégale dans la région de Damas afin de refuser l’accès aux ressources naturelles que le gouvernement syrien a le droit de posséder en vertu du droit international.

Carte du pétrole en Syrie.

 

Les revenus générés par la vente du pétrole volé finissent dans la poche des amis de Trump

Source : Strategika51

Washington a des raisons bien précises de garder la main ou de maintenir des Bradley et des forces militaires dans les zones pétrolières syriennes. Ces raisons n’ont absolument rien à voir avec une quelconque résurgence de Daech et son éventuel contrôle sur les sites de production de CONOCO mais sont plus en relation avec des intérêts privés.
Les revenus générés par la vente de pétrole syrien au marché noir par les éléments de Daech ou des chefs de guerre kurdes, ont atterri sur des comptes bancaires privés dont certains sont enregistrés aux États-Unis et d’autres au Royaume-Uni, aux Îles Caïman et au Luxembourg. La liste de ses comptes privés incluent des « philanthropes » autoproclamés de l’humanité, d’anciens responsables de la CIA (qui se plaignent constamment de la faiblesse de leurs revenus), des banquiers et des personnes ayant de multiples nationalités dont le rôle, la fonction ou les intérêts dans les guerres de l’Empire restent à déterminer.
Certains analystes savaient depuis un certain temps que des individus et des particuliers occupant un certain niveau de responsabilité au sein de l’appareil bureaucratique du Gouvernement fédéral américain ainsi que des hommes d’affaires « transnationaux » figuraient parmi les bénéficiaires directs de la vente au marché noir du pétrole syrien par les rebelles ou Daech à la Turquie, Israël, aux Pays-Bas et à d’autres parties.
L’exploitation illégale des gisements syrien rapporte 30 millions de dollars US mensuellement à ces indus bénéficiaires en violation des sanctions américaines.
Cependant, ce n’est point le pétrole qui intéresse au plus haut niveau les belligérants de la guerre au Levant mais le gaz dont des gisements prometteurs ont été découverts entre 2014 et 2017. Ces gisements s’étendent du désert de la province syrienne de Deir Ezzor jusqu’en Irak et la présence militaire étrangère focalisée sur cet axe répondait à l’impératif d’empêcher les syriens et les russes de mettre la main sur des ressources énergétiques dont l’exploitation est susceptible de couvrir les frais de reconstruction de la Syrie et les dépenses militaires russes au Moyen-Orient.

 

ATTENTION EDITORS – VISUAL COVERAGE OF SCENES OF INJURY OR DEATH A civil defence member carries the body of a dead child at a site hit by airstrike in the rebel-controlled area of Maaret al-Numan town in Idlib province, Syria, June 12, 2016. REUTERS/Khalil Ashawi

 

Le président russe Vladimir Poutine et son homoloque,le président syrien Bachar al Assad.

 

 

 

CONSTRUCTION D’UNE MOSQUÉE EN RUSSIE : RÉPONSE DE POUTINE AU ROI D’ARABIE SAOUDITE

Le 30 novembre 2018,la rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane n’est pas passée inaperçue au sommet du G20 à Buenos Aires, en Argentine. Les images de leur poignée de main ont fait le tour de la planète.

Mohammed ben Salmane faisait une première grande apparition sur la scène internationale depuis le scandale entourant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Accusé ou soupçonné d’avoir commandité l’assassinat, «MBS» a aussi vu sa réputation entachée par le rôle que joue l’Arabie saoudite dans l’interminable et sanglant conflit yéménite.

Or, loin de se trouver ostracisé en Argentine, ou d’être traité en «paria» comme le prédisaient certains experts, le prince héritier a été au contraire très entouré.

Une vidéo le montre avec le président russe Vladimir Poutine, lui aussi critiqué, cette fois pour avoir remis le feu aux poudres du conflit ukrainien.

Image associée
Même Macron y était!

Mais ce qui frappe le plus,c’est l’édifiant dialogue qui suit. Ce que j’en ai  pensé est simple : Lorsque de tels propos seront tenus par des autorités politiques qualifiées, au sujet des prétentions de l’Islam au Québec, nous serons largement tirés d’affaire, au moins s’agissant des problèmes et tragédies que nous subissons du fait de l’immigration musulmane massive que nous pouvons facilement sentir à Montréal et dans plusieurs villes,depuis quelques années.

 Vladímir Vladímirovich Poutine Président de la Russie, a reçu à Moscou la visite du roi d’Arabie Séoudite. Avant de partir, le roi Salmane lui a dit qu’il voulait acheter un grand terrain et construire, bien sûr avec de l’argent entièrement arabe, une grande mosquée dans la capitale russe. « Aucun problème », a répondu Poutine, « mais à une condition : que vous autorisiez que soit construite également, dans votre capitale arabe, une grande église orthodoxe ».  

« Cela ne peut pas être », dit le roi arabe. « Pourquoi ? » a demandé Poutine.   

« Parce que votre religion n’est pas la vraie et nous ne laissons pas tromper le peuple. 

– Je pense la même chose de votre religion et, cependant, je vous permettrais de construire votre temple s’il y a réciprocité. Par conséquent, nous avons là épuisé ce sujet.» 

Mais Poutine ne s’arrête pas là. Dans un discours devant le Parlement russe, se référant à des tensions avec les minorités ethniques, il dit : « En Russie vivez en tant que que Russes ! Toute minorité, d’où qu’elle vienne, qui veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler russe et respecter les lois russes. S’ils préfèrent la Charia et vivre une vie de musulmans, nous leur conseillons d’aller des lieux où ce soit la loi de l’État. La Russie n’a pas besoin des minorités musulmanes ; ces minorités ont besoin de la Russie et nous ne leurs garantissons pas de privilèges spéciaux pas plus que nous n’essaierons de changer nos lois, en les adaptant à leurs souhaits. Les traditions et coutumes russes ne sont pas compatibles avec le manque de culture et les formes primitives de la Charia et l’Islam. » 


EN COMPLÉMENT:

En 2015,Vladimir Poutine inaugurait la plus grande mosquée d’Europe à Moscou

 

La plus grande mosquée d’Europe se trouve à Moscou. Le président russe Vladimir Poutine a inauguré ce mercredi la Grande mosquée de Moscou, vaste de 19 000 m² et qui peut accueillir 10 000 personnes. L’islam est la deuxième religion en Russie, avec quelque 20 millions de fidèles, après l’église orthodoxe qui jouit toujours d’une grande influence spirituelle et politique. « La Russie est un pays multiconfessionnel dans lequel, et je tiens à le souligner, l’islam est une des religions traditionnelles », a expliqué Vladimir Poutine dans son discours inaugural. « Cette mosquée sera une source pour propager les idées humanistes et les vraies valeurs de l’islam », a-t-il ajouté, contrairement à l’organisation État islamique (EI) qui selon lui « dénature l’islam ».

 

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas assistait à l’inauguration, ainsi que le président turc Recep Tayyip Erdogan, avec qui Poutine s’est ensuite entretenu à huis-clos, pour évoquer tant l’EI que le projet de gazoduc Turkish Stream.

Installée près du centre-ville de la capitale russe, la Grande Mosquée de Moscou a été construite en lieu et place d’une veille mosquée, datant de 1904. 170 millions de dollars ont été réunis pour la bâtir, dont plusieurs dizaines de millions par un oligarque du Daguestan, selon le premier vice-président du Conseil des muftis de Russie, Rouchan Abbiassov, cité par l’agence de presse russe Interfax.