Alerte Sérieuse Troisième Guerre Mondiale:L’Institut Weizman d’Israël fabrique des armes batériologiques et chimiques pour l’État Islamique

Faisant face à d’énormes difficultés depuis le commencement des frappes aériennes russes en Syrie le 30 septembre 2015, des groupes d’assaut relevant de Daech et des autres groupes de la rébellion en Syrie et en Irak utilisent désormais des gaz de combat mais également des bactéries pathogènes dont celle du Vibrio Cholerae.

drapeaux israel-nazi

L’usage d’armes chimiques dans la région n’est pas nouveau. Le 16 mars 1988, en pleine guerre Irak-Iran,  l’aviation irakienne avait utilisé des gaz de combat livrés avec l’aide de Washington contre des rebelles kurdes à Halabja. Si à l’époque, ce bombardement chimique avait provoqué un véritable tollé international, grandement exploité par les médias, il n’en est tout autrement aujourd’hui: Daech ( État Islamique en arabe) et la rébellion dite « modérée » utilisent ouvertement du gaz sarin, de l’Ypérite (gaz moutarde) et des germes sans la moindre condamnation de ce que l’on appelle la communauté internationale.

En Irak, Daech procède systématiquement à la contamination de points d’eau et de barrages hydrauliques avec des agents pathogènes génétiquement modifiés ou particulièrement résistants aux traitements conventionnels.

Une épidémie de Choléra fait actuellement rage au Nord de l’Irak mais également en Syrie et la Sud de la Turquie. La situation est loin d’être maîtrisée et des observateurs avisés n’écartent plus la survenue d’une épidémie régionale.Étrangement,il y a 100 ans maintenant ,la grippe espagnole avait commencée dans des circonstances similaires.

Des officiels irakiens tentent d’alerter le monde sur la gravité de la situation mais leurs appels sont pour l’instant confinés. Aucun média international et encore moins ceux des puissances atlantistes et arabes soutenant les forces radicales au Moyen-Orient n’évoque ce nouvel aspect-fort inquiétant, de la guerre en cours.

La Russie a promis de livrer plus de 1000 tenues de protection NBC (Nuclear, Biological, Chemical) à l’armée irakienne dans le cadre d’Accords bilatéraux mais les besoins des militaires irakiens en la matière risquent d’augmenter très rapidement si Daech continue à se procurer des armes bactériologiques et chimiques auprès de tierces parties dont l’objectif et de faire perdurer le chaos dans la région.

Institut  Weizmann en Israel

Des centaines d’unités de protection NBC sont actuellement livrés par la Russie à quelques régiments de l’armée syrienne dont ceux de la Garde Républicaine.

A Homs, une province du centre de la Syrie où l’armée syrienne, soutenue par l’aviation russe, tente de contrôler afin de désenclaver le littoral méditérranéen et reprendre les voix de communications entre le Sud et le Nord de la Syrie, des groupes d’assaut appartenant à Daech mais également au Front Ennosra et d’autres groupes « modérés » utilisent de plus en plus de gaz de combat pour stopper l’avancée des troupes syriennes et les milices de la défense populaire.

Au moins trois unités de l’infanterie mécanisée syrienne ont rapporté avoir été confrontées à des gaz de combat durant la seule semaine écoulée. Signe qui ne trompe pas, quelques unités du Hezbollah engagées dans des combats sur l’axe Homs-Alep commencent à s’équiper de tenues de protection NBC.

Officiellement, Damas ne dispose plus d’un arsenal chimique. Ce dernier, démantelé en 2014 suite à des menaces de guerre totale de la part des Etats-Unis, a longtemps été considéré comme la principale arme de dissuasion stratégique asymétrique face au très imposant arsenal thermonucléaire et bactériologique d’Israël avec lequel la Syrie est techiquement en guerre depuis des décennies.

 

En Iran, les officiels iraniens demeurent grandement préoccupés par la survenue subite d’une épidémie,notamment dans les provinces occidentales et l’industrie pharmaceutique iranienne, grandement perturbée par les sanctions internationales imposées par Washington à cause du programme nucléaire iranien, concentre depuis quelque temps une grande partie de ses efforts sur les traitements anti-infectieux.

Ce qui demeure étrange est le silence des médias à ce sujet. C’est à peine si on évoque l’épidémie du Choléra sévissant en Irak septentrional menaçant de déborder sur tous les pays de la région. Par contre pas un traître mot sur l’usage par les rebelles syriens et irakiens, « modérés » inclus,  d’armes chimiques dans des combats contre les armées régulières.

Il semble évident que  Daech et ses sponsors n’hésiteraient aucunement à utiliser des armes de destruction massive contre des zones densément peuplées pour jeter l’effroi et stopper les contre-offensives du camp adverse en cours. Des opérations spéciales menées par l’armée russe auraient entre autres visé un centre d’entraînement de la rébellion « modérée » où on tentait de produire des bombes « sales » (radio-actives) à partir de composants de contrebande en provenance de pays du voisinage.

La guerre au Moyen-Orient risque encore de perdurer. Si la stratégie russe s’avère rationnelle et intrinsèquement cohérente, l’entêtement irrationnel des pays soutenant la rébellion et par dessus tout le jusqu’au boutisme de pays comme l’Arabie Saoudite, Israël, le Qatar et la Turquie laissent entrevoir un intérêt marqué moins par l’extension du domaine du conflit mais son aggravation. Jusqu’à quel niveau? Tout l’art des états-majors à Moscou ou à Washington sera de savoir le  maintenir en deçà d’un certain seuil limite. Un exercice que certains analystes assimilent à une sorte de convergence sur un statu quo. Mais que l’on s’y trompe pas un instant: la moindre faille sera exploitée par les deux protagonistes pour achever une victoire, même à la Pyrrhus…

EN CONCLUSION

Le déclenchement  d’une grande pandémie entrerait parfaitement dans les vœux du Plan Illuminati de Dépopulation.Le problème est défini totalement par le rôle de téléspectateur  qu’occupe le citoyen occidental moyen:après 8 heures de travail abrutissantes,le citoyen moyen s’assoie devant sa télévision et écoute les  nouvelles choisies pour lui,par les médias  contrôlés par le système politique.Il est donc  en situation de lavage de cerveau.Pour reprendre en main son sens critique,ce même « citoyen moyen  »   doit  fermer sa télévision et apprendre à réfléchir.

 

 

 

Virus Ebola: l’Afrique australe en alerte maximale

Tout devient hors contrôle.Le Secrétariat de la SADC a annoncé mardi à Gaborone que 15 ministres de la Santé de la région sont prêts à convoquer une réunion d'urgence mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, dans un effort pour faire face à la menace d'une épidémie d'Ebola.
Tout devient hors contrôle.

Le Secrétariat de la SADC a annoncé mardi à Gaborone que 15 ministres de la Santé de la région sont prêts à convoquer une réunion d’urgence mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, dans un effort pour faire face à la menace d’une épidémie d’Ebola.

 

 

 

Quinze pays de la région de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) sont en état d’alerte face à la menace du virus Ebola et ont tenu une réunion d’urgence alors que l’épidémie est en train de devenir endémique en Afrique de l’ouest.

Le Secrétariat de la SADC a annoncé mardi à Gaborone que 15 ministres de la Santé de la région sont prêts à convoquer une réunion d’urgence mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, dans un effort pour faire face à la menace d’une épidémie d’Ebola.

Quelques cas d’Ebola ont été enregistrés dans la nation ouest- africaine de Guinée en mars de cette année. Les cas, qui sont en train de se propager plus rapidement que les efforts mis en place, ont touché quelques pays voisins.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une épidémie du virus est soupçonnée d’avoir infectée 1 440 personnes et d’ avoir fait plus de 826 morts.

Avec la pire épidémie de l’histoire menaçant de se propager dans la région d’Afrique australe, les ministres de la Santé du bloc régional devraient assister mercredi à une réunion extraordinaire d’un jour sur la maladie à virus Ebola.

« Suite à l’apparition de la maladie à virus Ebola, le Secrétariat de la SADC va convoquer une réunion d’urgence d’un jour pour les ministres de la Santé des 15 Etats membres de la SADC et leurs partenaires à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 6 août 2014 », a annoncé le Secrétariat de la SADC dans un communiqué.

Selon le communiqué, la réunion réunira tous les ministres de la Santé de la SADC, de hauts responsables, des officiers de l’OMS et d’autres partenaires techniques.

« L’objectif principal de la réunion est de rassembler les ministres de la Santé et des intervenants clés pour construire un consensus sur l’action stratégique appropriée visant à prévenir l’introduction ou la propagation du virus Ebola dans la région de la SADC », a indiqué le communiqué.

La SADC a déclaré que la réunion d’urgence fournira également un forum pour les responsables de la région de partager leurs expériences techniques sur la maladie, afin de permettre à la région de rester vigilante et d’avoir une compréhension commune en ce qui concerne la maîtrise de la maladie en cas d’épidémie, et de se mettre d’accord sur une stratégie de réponse opérationnelle accélérée.

Sources: Cameroon Voice

 

 

 

 

 

apocalypse épidémiologique ». Dans quels buts ?

grippe aviaire

 

Depuis la « grande terreur » du H1N1 qui avait relativement bien pris avec la complicité des grandes institutions internationales comme l’OMS, le sujet de la grippe aviaire revient de manière récurrente, mais avec de moins en moins de force.

Si la machine à faire peur avait été enrayée, c’est qu’il était désormais admis par tout le monde que la grippe aviaire, même dans sa forme la plus virulente, le H5N1, ne se transmet qu’au contact des oiseaux infectés. Vers la fin des années 90, cette forme avait causé, dit-on, environ 300 morts dans le monde. L’épidémie, qui concernait plutôt les volailles qui périrent par millions, ne s’appliquait pas tout à fait à l’homme, malgré le branle-bas de combat qui eut lieu alors. Le branle-bas de combat prit encore plus d’ampleur avec le H1N1 au nom d’un nouveau principe en vogue, le principe de précaution, qui sera également utilisé pour la Sécurité des Etats-Unis sous le nom de guerres préventives.

Il semble qu’un élément nouveau permette de relancer les peurs et les craintes. The Independent annonce « des expériences pourraient provoquer une pandémie mortelle de grippe aviaire, alertent les scientifiques ». «Un super-virus de la grippe aviaire créé en labo » titre Paris-Match.

Pourquoi ce nouvel arrivant serait-il plus dangereux que ses cousins ? Les scientifiques alerteurs, des chercheurs des universités de Harvard et de Yale aux États-Unis, avancent deux raisons. La première est liée à leur crainte que le virus s’échappe du laboratoire où il a été créé. Dans un pays où il existe des milliers de centres de recherche dont une bonne partie travaille pour l’industrie militaire pour produire en permanence des tas de petites bestioles plus nuisibles les unes que les autres, et effectuant des manipulations biochimiques et biologiques de toute sorte, cette soudaine inquiétude peut prêter à sourire.

La deuxième raison de la dangerosité du virus tiendrait dans le fait qu’il pourrait « peut-être » se transmettre d’une personne à l’autre. En effet, ce virus, créé dans le but de mieux comprendre ses caractéristiques pour mieux lutter contre sa virulence, a été le résultat de modification qui lui permettent d’être transmis entre les furets, modèle de transmission le plus proche, disent-ils, de la transmission interhumaine.

Pourquoi pas ? Car après tout, toute manipulation biologique comporte des inconnues qui peuvent s’avérer dangereuses pour l’homme. Les chercheurs américains restent donc dans leur rôle de scientifiques consciencieux, même quand l’un de ces scientifiques, Mr Marc Lipsitch, évoque dans Harvard Magazine la notion un peu suspecte d’immunité. « Une des raisons qui rend le H5N1 si mortel est que la plupart des gens n’ont pas une immunité contre lui », dit –il. Suspecte parce que, qui dit immunisation dit vaccins ; et qui dit vaccins…

Un élément à tenir en compte dans le domaine de la recherche aux Etats-Unis, particulièrement la recherche médicale, c’est son mode de financement, assuré par de grands groupes de sponsors regroupés souvent sous forme de lobbies. Comme pour étayer les soupçons mentionnés ci-dessus, les différents rapports de M. Lipsitch ont provoqué, en 2012, d’intenses débats entre les instances gouvernementales et les scientifiques derrière lesquels plane l’ombre des sponsors, qui n’entreront directement en lice que plus tard, après la validation de la partie scientifique. La controverse avait été suscitée par le fait que le conseil consultatif de la US National Science pour la Biosécurité avait bloqué la publication des rapports de M. Lipsitch, considérant que l’information, en elle-même, avait un caractère militaire et touchait aux armes biologiques.

Si nous disposons de cette information aujourd’hui, c’est que les lobbies ont fini par gagner, mais il est clair que, derrière tout ça, il n’y a pas que la Santé Publique en jeu, si jamais elle avait été concernée de quelque manière que ce soit.

SourceRéseau International

Alerte pandémie:le virus d’Ebola en Afrique a atteint des proportions épidémiques

Le virus d'Ebola  ,agrandi au microscope.
Le virus d’Ebola ,agrandi au microscope.

Les images sont horribles – un virus qui se propage par le sang, les selles, la sueur même, et provoque des saignements abondants et la nécrose (mort des tissus du corps). 90% de ceux qui deviennent infectées meurent – et maintenant une épidémie est de sévir dans la région de la Guinée en Afrique infecter près de 100 personnes à ce jour.

C’est la première fois qu’un tel virus a été identifié en Guinée. Cette souche particulière du virus, initialement contractée par contact avec les excréments de rongeurs contaminés et est ensuite réparti entre les humains par les fluides corporels, tels que la sueur, la salive et le sang. Les autorités disent que le virus, qui a atteint des proportions épidémiques, se propage rapidement et infecter le personnel médical premier qui entrave le confinement de l’épidémie virale. L’épidémie est en cours dans la région sud-est de la Guinée pendant environ 30 jours. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a envoyé une équipe et 30 tonnes de fournitures médicales dans le but de ralentir l’épidémie.

D’abord découvert dans la République démocratique du Congo en 1976, il n’existe aucun traitement ou vaccins connus pour Ebola.

 

Guinée:le virus d’Ebola fait 63 morts

Einsatzuebung: Lebensgefaehrliche Infektion

 

 

CONAKRY, Guinée – Le bilan de l’épidémie d’Ebola qui frappe la Guinée s’établit maintenant à 63 morts.

Un porte-parole du ministère guinée de la Santé, le docteur Sakoba Keita, a confirmé mercredi la mort de trois autres personnes.

Des travailleurs humanitaires internationaux ont ouvert des centres de quarantaine, dans le sud du pays, pour isoler les patients atteints de cette fièvre hémorragique hautement contagieuse et mortelle.

On ne dispose ni de vaccin, ni de traitement spécifique pour lutter contre le virus d’Ebola. Ses premiers symptômes — une forte fièvre, une faiblesse et des maux de tête — peuvent ressembler au paludisme, une maladie beaucoup plus courante en Afrique de l’Ouest.

Une fois les hémorragies débutées, les victimes peuvent commencer à vomir du sang ou à saigner du nez et des gencives.

L’épidémie guinéenne est la première à survenir en Afrique de l’Ouest en 20 ans.

 

Les fièvres hémorragiques à Ebola sévissent dans des régions très localisées d’Afrique équatoriale, notamment en bordure des forêts. Le mode de transmission est à ce jour inconnu, et ce, depuis la toute première épidémie entre le 1er et le 5 septembre 1976, au Zaïre. 318 personnes contractèrent le virus et 280 en moururent. Le virus Ebola porte le nom d’une rivière près de la ville de Yambuku, (région de l’Équateur), où ce virus fut isolé lors de cette épidémie. Les vecteurs du virus Ebola sont pour l’instant inconnus. On ne connaît ni l’origine exacte, ni d’où ce virus pourrait provenir, mais on suspecte cependant un hôte animal (singe, rat, reptile, araignée, chauve-souris ?). Les études menées en suisse laissent penser qu’il pourrait s’agir de rongeurs. Ebola a contaminé environ 1850 personnes, et 1200 en sont mortes en un peu plus de 30 ans, dans divers pays africains: Côte d’Ivoire, Congo, Gabon…

 

Les fièvres hémorragiques à Ebola sévissent dans des régions très localisées d’Afrique équatoriale, notamment en bordure des forêts. Le mode de transmission est à ce jour inconnu, et ce, depuis la toute première épidémie entre le 1er et le 5 septembre 1976, au Zaïre. 318 personnes contractèrent le virus et 280 en moururent. Le virus Ebola porte le nom d’une rivière près de la ville de Yambuku, (région de l’Équateur), où ce virus fut isolé lors de cette épidémie. Les vecteurs du virus Ebola sont pour l’instant inconnus. On ne connaît ni l’origine exacte, ni d’où ce virus pourrait provenir, mais on suspecte cependant un hôte animal (singe, rat, reptile, araignée, chauve-souris ?). Les études menées en suisse laissent penser qu’il pourrait s’agir de rongeurs.
Ebola a contaminé environ 1850 personnes, et 1200 en sont mortes en un peu plus de 30 ans, dans divers pays africains: Côte d’Ivoire, Congo, Gabon…

 

…………………………………………………………………………………

RECHERCHES SUR  LE  VIRUS EBOLA

La carte de la propagation .
La carte de la propagation .

Ebola est l’un des virus les plus dangereux au monde. ( Facilité de transmission, mortalité élevée, symptômes pénibles… ) Et même si ce virus est le plus souvent inactif, il peut frapper à n’importe quel moment, puisque son hôte naturel est toujours inconnu.
Le virus s’attaque aux cellules qui tapissent la paroi intérieure des vaisseaux sanguins et bloque sa coagulation. On sait que, un seul organisme vivant sur la planète qui, quand il se trouve une place où rester, y demeure et s’y développe jusqu’à ce que l’endroit ne soit plus habitable est un organisme qui se nomme virus.
Pour l’instant, nous nous sommes contentés de faire une recherche sur un virus qui a fait des ravages dans certains pays d’Afrique. Ce virus mortel se nomme Ébola et nous vous le présenterons sur plusieurs points: la naissance du virus et ces premiers impacts, la propagation et ces conséquences, comment s’en protéger, et les exemples d’un virus présent.

A cause de la rapidité de son action, le virus ne s’est jamais beaucoup répandu au-delà de sa zone d’apparition originale. Lors de l’épidémie en 1995 dans la région de Kikwit (à l’ouest du Congo), une infirmière a été contaminée pour avoir simplement fermé les yeux de sa collègue qui venait de mourir.
Le virus Ebola se propage par les contacts physiques(salive, sang) et provoque des douleurs comme la fièvre et de violentes hémorragies (85% des personnes infectées meurent.) Ce virus provoque des épidémies terrifiantes, il affecte les animaux et se transmet à l’Homme par le biet des chasseurs qui rapportent les viandes contaminées dans les villages. Généralement, le virus d’Ebola se caractérise souvent par une brusque montée de fièvre, avec faiblesse, douleurs musculaires et maux de gorge. Viennent ensuite des vomissements, des diarrhées et des hémorragies internes et externes. Le malade présente aussi rapidement un amaigrissement important. Une publication de 1976 évoquait des « visages de fantôme ».
Au bout de la deuxième semaine de contamination se décide l’avenir de la personne touchée : soit il y a amélioration et guérison clinique ( pour des raisons encore inconnues ), soit la maladie dégénère jusqu’à la mort.

 

Recherche d'un réservoir de virus ebola au Gabon.
Recherche d’un réservoir de virus ebola au Gabon.

 

Exemple de virus présent

Le Monde, 20 février 2003.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé, hier, qu’une épidémie de fièvre Ebola avait éclaté en République du Congo et a dépêché sur place une équipe chargée d’aider les autorités locales à contenir la maladie. Celle-ci se caractérise par de fortes hémorragies auxquelles succombent entre 50 et 90 % des victimes. Au moins 67 personnes sont déjà mortes dans le département de la Cuvette Ouest (Nord-Ouest), à la frontière avec le Gabon. Il s’agit de la deuxième épidémie de fièvre Ebola dans cette région en un peu plus d’un an.

Le Monde, 15 Septembre 07.
Une épidémie de fièvre hémoragique du au virus Ebola sévit depuis 4 mois au Kasaï-Occidental, province située au sud de la République démocratique du Congo. Les autorités sanitaires locales ont signalé au total la mort de 166 malades sur 372 cas signalés.

Selon les sources paru dans l’édition Le monde du 10/02/10.
Une fille de 55ans, vivant à Ndongo ( village à l’épicentre de l’épidémie) n’a eu aucun contact avec un animal mort ou un malade, mais elle a été chargée de la toilette mortuaire d’une petite fille de 4ans, victime de la fièvre. Son père a acheté des chauves-souris sur le marché et elles a été contaminée par la grippe. Même les chauves-souris sont porteuses de la grippe.

 

ebolacarte11

 

CONCLUSION

On a donc vu ce qu’était le virus Ebola et ces risques et qu‘il n’existe aucun vaccin contre celui-ci. Mais avec le temps les autorités des pays concernés en savent suffisamment pour fournir une meilleure prévention et éviter que les épidémies se propagent. Cependant, les régions affectées sont souvent celles qui possèdent une pauvreté profonde, de l’instabilité politique et de nombreuses guerres civiles, ce qui nuit grandement à l’application de mesures systématiques et efficaces. De plus, le virus, dont une nouvelle variété a été identifiée en Ouganda en 2007, continue d’évoluer.

En 2014,la nouvelle réapparition du virus montre une augmentation rapide de la propagation et du pourcentage des mortalités qui atteignent maintenant  90% des cas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources: LiveScience, Wikipedia, CNN,Le Monde,

L’hécatombe dans le monde financier continue : l’économiste en chef de Russel Investments retrouvé mort

La série des suicides continue.
Avec Mike Dueker,la série des suicides continue.Il a été à l’emploi de la Federal Reserve Bank…de St-Louis.

Le suicide apparent d’un économiste en chef est le dernier en date d’une série de morts étranges dans le monde financier depuis une semaine. L’économiste en chef Mike Dueker de Russell Investments a été retrouvé mort dans un suicide apparent aux Etats-Unis, le dernier d’une série de décès prématurés chez les financiers et chefs d’entreprise dans le monde depuis la semaine dernière.
 

Selon la police, il semble que Dueker ait pris sa propre vie en sautant d’une rampe près du Tacoma Narrows Bridgeà Tacoma, Washington, a rapporté l’AP vendredi.

Selon Bloomberg, Dueker, 50 ans, avait été porté disparu depuis le 29 janvier et ses amis et des officiers de polices étaient partis à sa recherche.

Dueker a travaillé pour Russell, basée à Seattle, pendant cinq ans et a élaboré un indice du cycle économique qui prévoit les performances économiques. Il était auparavant vice-président adjoint et économiste de de la Réserve fédérale de St. Louis.

Il a publié des dizaines d’articles de recherche au cours des deux dernières décennies, un grand nombre sur la politique monétaire, selon le site Web de la Fed de St. Louis, qui le classe parmi les 5% des économistes en rapport au nombre de travaux publiés. Son œuvre la plus citée était un article de 1997 intitulé « Renforcer le cas pour la courbe de rendement comme prédicateur de la récession aux États-Unis », publié par la banque de réserve alors qu’il était un chercheur là bas.

 

« Nous étions profondément attristés d’apprendre sa mort aujourd’hui, » a déclaré un porte parole de la compagnie à Bloomberg. « Il a fait de bonnes contributions qui ont aidé nos clients et plusieurs de ses associés. »
 

Ce suicide aux Etats-Unis suit une série de morts parmi les financiers et chefs d’entreprises depuis plus d’une semaine.

 

Le dimanche 26 Janvier: la police de Londres a trouvé William Broeksmit, un ancien cadre supérieur de 58 ans à la Deutsche Bank AG, mort à son domicile d’après un suicide apparent.

 

Le lundi 27 Janvier: Le directeur de Tata Motors, Karl Slym, est mort après être tombé d’une chambre d’hôtel à Bangkok dans ce que la police a appelé un suicide potentiel.

Slym, 51 ans, a assisté à une réunion du conseil d’administration de l’unité thaïlandaise de Tata Motors dans la capitale thaïlandaise et logeait avec sa femme dans une chambre au 22ème étage de l’hôtel Shangri-La. Le personnel de l’hôtel a retrouvé son corps dimanche au quatrième étage.

 

Le mardi 28 Janvier: un employé de 39 ans à la JP Morgan est mort d’une chute du toit du siège européen de JP Morgan à Londres.

L’homme, Gabriel Magee, était vice-président du département de la technologie de la banque d’investissement, a déclaré une source à WSJ.

 

La semaine dernière, un directeur de la communication du Royaume-Uni à Swiss Re AG est mort. La cause du décès n’a pas été rendue publique.

Le Wall Street Journal a rapporté cette semaine que les décès parmi les financiers ont secoué Londres et soulevé plus de préoccupations au sujet des niveaux de stress des banquiers.

Il note qu’en Août dernier, le chef des finances de Zurich Insurance Group AG s’est suicidé et a laissé une note blâmant le président de l’entreprise d’avoir créé un environnement de travail insupportable.
 

En Août, un stagiaire de 21 ans de Bank of America est mort après avoir passé des nuits blanches consécutives de travail au bureau londonien de la banque.

Les banques de Wall Street, y compris Bank of America, Goldman Sachs, JP Morgan, Credit Suisse, ont par la suite dit à leurs banquiers juniors de prendre plus de temps libre.

Le même scénario du  Jeudi Noir de Wall Street en 1929 semble se reproduire,mais de façon plus hypocrite!

Source: 
Fr.sott.net