La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’Allemagne a trouvé son Edward Snowden

Le 22 septembre, Langemann Medien publiait sur sa chaîne YouTube un entretien – visionné à ce jour près de 500 000 fois – avec un jeune mathématicien et expert-informaticien dont on se souviendra peut-être comme l’Edward Snowden allemand. Nous l’appellerons “Eduard Schneeten” (pour des raisons évidentes, il souhaite rester anonyme).

Assisté de l’analyste politique Thomas Röper (Anti-Spiegel.deApolut.net), Eduard Schneeten a passé au crible depuis six mois plusieurs millions de documents grâce à des logiciels spécialisés. Cela a permis de mettre à jour le modus operandi des pilotes de la manœuvre dite: « anti-anticovid », de démontrer qu’il s’agit d’un réseau tissé très étroit et chargé d’une mission précise : obliger par tous les moyens la population mondiale à se soumettre au dictat d’intérêts privés sous prétexte de “santé publique ».

Ces réseaux sont désormais parfaitement identifiés grâce aux deux analystes.

Le vidéo de Langemann Medien présente en langue anglaise un premier document (169 pages) d’une série à paraître d’ici deux mois environ sous forme de livre, la présentation actuelle sous forme de tableaux Excel et graphiques étant de consultation peu aisée par des non-spécialistes.

L’analyse se divise ainsi :

– Les 20 à 30 figures-clefs qui poursuivent tranquillement leur œuvre à l’ombre des figures notoires telles Gates ou Schwab ;

– Les flux financiers internationaux et leur montant (colossal) ;

– Les ONG (dont le rôle notamment dans le financement est fondamental), les universités et entreprises-clef par lesquelles transitent les fonds.

Ces flux ont été chiffrés par Schneeten et Röper. L’attention des analystes a été attirée – pour ne donner qu’un exemple – par un petit pavillon insignifiant de banlieue aux États-Unis, utilisé comme “boîte postale” par plusieurs ONG disposant de dizaines de millions de dollars.

– Le mode opératoire de prise de contrôle des gouvernements et institutions occidentaux.

Tous les documents consultés sont dans le domaine public et les logiciels utilisés, quoique coûteux et donc habituellement achetés par des gouvernements ou services secrets, sont également disponibles à l’achat par Monsieur Tout-le-monde. Ainsi, on ne peut reprocher ni acte d’espionnage, ni indiscrétion, ni illégalité à Thomas Röper et Eduard Schneeten. Les ouï-dire ou signalements d’initiés ont été rigoureusement écartés. Toutes de source originale, les données n’ont pas été retouchées.

Faut-il s’étonner qu’aucun journal, émission ou publication en ligne occidental bénéficiant des largesses financières de Gates – la BBC, Le Monde et al. – n’a souhaité entreprendre de près ou de loin des recherches telles que celles de Schneeten et Röper ?

Schneeten et Röper, qui ne se connaissaient pas jusqu’à il y a six mois, constatent en s’appuyant sur des données factuelles que la manœuvre dite anticovid est en préparation depuis au moins 2017, moment où l’on observe soudainement des flux de fonds empruntant des sillons bien définis et où les contacts au sein des réseaux identifiés se multiplient et se resserrent. De même, la majorité des ONG impliquées dans la manœuvre ont été fondées en 2017.

Le projet, dans sa manifestation actuelle, semble germer en 2016, quoique Heidi Larson, l’une des figures-clefs identifiées, épouse du Baron Peter Piot, avait dès 2010 fondé le Vaccine Confidence Project, aux côtés de GlaxoSmithKline, Johnson&Johnson, la Commission européenne, etc. Désormais Facebook, Chatham House, l’OMS, ou encore le Robert-Koch Institut et l’Hôpital de la Charité de Christian Drosten en sont partenaires, entre autres.

Le Dr Larson, professeur d’anthropologie et de “science des risques et des décisions” (sic) au London School of Hygiene and Tropical Medecine, se spécialise dans la “gestion des rumeurs (sic) et des risques depuis les essais cliniques jusqu’à la mise sur marché, et l’instillation de la confiance dans les populations” (sic).

Un aspect à souligner : à aucun moment Röper et Schneeten ne spéculent sur les origines du virus ou sur les objectifs plus ou moins occultes de ces réseaux. Ils se cantonnent à leur propre domaine d’expertise et au factuel, considérant d’ailleurs que l’on eût pu déclencher la même campagne hystérique au sujet de n’importe quelle maladie ex. “Grippe espagnole 2.0”, avec les mêmes conséquences.

Un exemple du pouvoir de ces réseaux : le 3 août 2021, une lettre ouverte au président Biden a été publiée, intimant à ce dernier des ordres et notamment, celui de convoquer un “Sommet global de la vaccination” avec comme objectif d’injecter 70% de la population mondiale avant le mois de septembre 2022. Le 22 septembre, soit six semaines plus tard, sans convoquer le Congrès ni consulter l’électorat (alors que c’est le contribuable qui finance), Biden obtempéra et annonça un partenariat UE-États-Unis pour une “offensive globale de vaccination”. Les signataires de la lettre ouverte y figurent comme représentant différentes ONG, or tous ont des conflits d’intérêts majeurs dans le privé, par exemple Scott Gottlieb, membre du Conseil d’Administration de Pfizer.

Au centre de la toile étudiée par Schneeten et Röper se trouve l’époux du Professeur Larson, le baron Peter Piot, originaire de Belgique et nommé directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medecine en 2010. Senior Fellow de la Fondation Gates depuis 2009, il se présente comme universitaire désintéressé. En réalité, la London School of Hygiene and Tropical Medicine a en 20 ans reçu par 143 fois des “dons” de Bill Gates pour un montant total d’au moins $US 185 millions, auxquels il faut ajouter les $US 170 millions reçus du Wellcome Trust. Peter Piot est conseiller de la Commission européenne en matière de Covid (Advisory Panel on Covid-19), conseiller personnel en matière de Covid-19 de sa présidente Ursula Von Der Leyen, membre de l’Academie des sciences allemande Leopoldina, membre de CEPI, membre de Conseil de Novartis, membre de l’Académie française de médecine.

Pour saisir la structure du réseau, commencez par éplucher le rapport Netzwerkanalyse Corona Komplex, en langue anglaise, qui représente le premier volet des travaux de Schneeten et Röper. Ces derniers font œuvre de salut public. Il ne reste qu’à espérer que le public s’y intéressera de près puisqu’il y va de notre survie. 

Le Québec a dépensé près de 133,5 millions de dollars publicitaires en prévention de la COVID..
Manipulations médiatiques et programmations psychologiques.
#CONTROLE
#PROPAGANDE
#MENSONGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source: FranceSoir.

Remarquez que s’il y avait une terrible pandémie mondiale, on aurait pas le temps de se critiquer er de se menacer sur les médias  … on irait ramasser des corps un peu partout!

 


EN COMPLÉMENTAIRE

Evo Morales: “Je suis convaincu que cette pandémie fait partie d’une guerre biologique”

Le seul leader socialiste qui a eu le courage de le dire tout haut avec Loukashenko, rappelle que  les prêts du FMI sont les outils que la classe dirigeante utilise pour imposer les mesures autoritaires synchronisées à travers le monde (comme Loukachenko l’a révélé), et que la Bolivie a remboursé son prêt.

On assiste avec la complicité de la gauche à l’érosion de la démocratie libérale et à la mise en place d’une classe impériale qui cherche à régner dans une technocratie corporatiste de biosécurité.

L’ancien président bolivien a estimé que “pour le capitalisme, les pauvres sont inutiles pour l’État” et a blâmé le “Nouvel ordre mondial” pour avoir imposé COVID-19 et ses vaccins tueurs.

Lors d’une conférence de presse, l’ancien président bolivien a déclaré :

 « Avec la pandémie à laquelle nous sommes confrontés, je suis convaincu que cela fait partie d’une guerre biologique. Qu’exporte le capitalisme, des armes nucléaires, des armes biologiques ? Cela doit faire il y a 5 ou 6 ans que le FMI a affirmé que la politique du Nouvel Ordre Mondial indiquait qu’une planification de réduction de la population inutile était importante », a-t-il déclaré.

 « Je suis un défenseur non seulement des droits collectifs, mais des personnes les plus humbles. Pour le capitalisme, les pauvres sont inutiles pour l’Etat et cette pandémie tue d’abord les personnes qui en sont les moins riches et les personnes handicapées. Je suis convaincu que cette pandémie fait partie d’une guerre biologique », a- t-il déclaré.

L’ancien président bolivien a indiqué que, selon son expérience, la “nationalisation” et la “redistribution des richesses” étaient importantes pour sa gestion économique au sein de son gouvernement.

« La meilleure façon de changer la partie politique dans notre expérience est l’Assemblée constituante, la refondation de nos républiques depuis 200 ans ; et dans la partie économique la nationalisation qui est si importante ; et dans la partie sociale la redistribution des richesses » a-t-il déclaré lors d’une conférence devant la Fédération nationale des travailleurs de l’éducation du Pérou (Fenatep), un syndicat fondé par Pedro Castillo.

Le syndicat fondé par Castillo Terrones a invité l’ancien président bolivien à intervenir au forum “Le rôle des organisations populaires dans les changements politiques, économiques et sociaux en Amérique latine”.

Source: https://gestion.pe/ 

 

Conclusion personnelle

L’argent trône la politique. Les responsables des Etats sous la domination des puissances financières mondiales, pour qui les pauvres n’ont plus de place sur cette planète. La démocratie n’est plus qu’une vilaine farce.


POUR ACHETER DES CADEAUX,VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE ,ACHETEZ UN ITEM ET PARTICIPEZ  À NOTRE SURVIE:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

Snowden et le contrôle électronique du parc humain Par Nicolas Bonnal

Snowden et le contrôle électronique du parc humain L’expression parc humain vient de l’incertain Sloterdjik, néo-penseur allemand des nullissimes nineties, aujourd’hui bien oublié. Elle me paraît pourtant bonne. Pour savoir comment nous avons été domestiqués par le marché et par l’étatisme moderne, on relira les classiques que je n’ai cessé d’étudier ici-même : Debord, Mattelart, Marx, […]

via Snowden et le contrôle électronique du parc humain Par Nicolas Bonnal — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

L’ex-agent de la NSA, Edward Snowden, révèle que le chef de l’EI travaille pour les USA et Israël

Snowden ajoute que la CIA américaine et l’Intelligence Service britanique ont collaboré avec le MOSSAD israélien pour créer une organisation terroriste capable d’attirer tous les extrémistes du monde entier en un seul et même endroit, suivant en cela une stratégie nommée « Nid de frelons ».

La stratégie du « nid de frelons » vise à amener toutes les principales menaces en un seul endroit dans le but de les contrôler et, le plus souvent, d’en profiter pour déstabiliser les pays arabes. Les documents de la NSA que possède Edward Snowden révèlent que le calife de l’État islamique (Daech) a reçu une intense formation militaire auprès du MOSSAD israélien.

En plus de sa formation militaire, Al Baghdadi a étudié la communication et divers trucs pour parler en public de façon à attirer les « terroristes » de tous les coins du monde.

VIA : onsaitcequonveutquonsache

 

Edward Snowden juge alarmante la décision de Trump de congédier le directeur du FBI

Edward Snowden affirme que la décision prise par le président américain Donald Trump de congédier le directeur du FBI est alarmante.

Edward Snowden en conférence ,le 9 mai 2017.

M. Snowden, un ex-employé de l’Agence de sécurité nationale (NSA) aux États-Unis en exil en Russie après avoir révélé la surveillance à large échelle effectuée par l’agence, a pris la parole en visioconférence pour trois universités au Manitoba et en Alberta, mardi soir,le 9 mai 2017.

Il a fait valoir que le congédiement par M. Trump du directeur du FBI James Comey, annoncé mardi, est inquiétant, étant donné que M. Comey était responsable d’enquêtes sur l’administration Trump.

Selon M. Snowden, ce geste est une autre illustration du mépris pour les contrôles démocratiques exercés à l’endroit des personnes en situation de pouvoir.

L’ex-employé de la NSA s’est surtout attardé dans son discours de 40 minutes à la surveillance du gouvernement, et a affirmé que la technologie surpasse la capacité des institutions démocratiques à freiner les violations de la vie privée.

M. Snowden avait quitté son emploi en 2013, et révélé l’ampleur de l’espionnage de la NSA sur les communications et les activités en ligne de millions de personnes.

Edward Snowden : Poutine va peut-être en faire cadeau à Donald Trump

Edward Snowden serait en ce moment au coeur de discussions bilatérales entre la Russie tenue d’une main de fer par Vladimir Poutine et les Etats-Unis sous la nouvelle administration de Donald Trump. L’objet des négociations tournerait autour du rapatriement du lanceur d’alerte sur le territoire des Etats-Unis. Selon son visa, le transfuge de la NSA a néanmoins le droit de rester sur le territoire russe jusqu’en 2019. 

edward-snowden-poutine-cadeau-donald-trump

Donald Trump veut rapprocher son pays de la Russie en développant des relations « d’égal à égal ». C’est ce qu’a annoncé le nouveau locataire de la Maison Blanche au cours de sa campagne, et son élection amorce donc en soit un réchauffement des relations diplomatiques entre la Russie de Poutine et les Etats-Unis. Dans le cadre de ces relations nouvelles, NBC offre quelques révélations sur ce qui se passe en coulisses.

Une des sources anonymes de la chaîne américaine, parmi les haut fonctionnaires de l’administration, explique que des des discussions sont en cours pour extrader Edward Snowden vers les Etats-Unis. Un geste décrit comme « un cadeau » de Poutine à Donald Trump pour son élection. Ce qui attendrait Edward Snowden aux Etats-Unis est pourtant incertain puisque le lanceur d’alerte a été qualifié par Donald Trump de « traitre » devant « être exécuté ».

Ce qu’il affirme par exemple dans ce tweet d’avril 2014 :

« Snowden est un espion qui a causé un grand dommage aux Etats-Unis. Un espion comme à l’époque, lorsque notre pays était respecté et fort, serait exécuté. » (Donald Trump)

Edward Snowden, face au risque d’extradition vers les USA, préfère voir le verre à moitié plein

Outre ces informations la Maison Blanche et le Kremlin n’ont pour l’heure rien annoncé d’officiel. Selon la « Team Snowden » représentée par l’avocat d’Edward Snowden Ben Wizner « nous n’avons pas reçu de tels signaux et n’avons pas de nouveaux motifs d’inquiétude ». Snowden a rapidement réagi sur twitter en soulignant que le fait que Poutine puisse l’extrader prouve qu’il n’est pas son espion.

« Enfin: une preuve irréfutable que je n’ai jamais coopéré avec l’intelligence Russe. Aucun pays ne vend ses espions, puisque les autre pourraient craindre qu’ils sont les prochains ».

En ce qui concerne la situation actuelle, Edward Snowden a bénéficié d’une extension de son visa de réfugié politique jusqu’en 2019.

obama-et-poutine
Barack Hussein Obama et Vladimir Poutine…Va-t-il vendre Snowden à Trump?

Selon Edward Snowden,les extraterrestres cryptent leurs communications

 

Edward Snowden 001

 

Depuis l’apparition d’Edward Snowden et la révolution WikiLeaks, tous les passionnés d’OVNIs, en particulier ceux convaincus que les gouvernements cachent des secrets concernant une éventuelle présence extraterrestre sur Terre, scrutent avec avidité les informations confidentielles divulguées par le lanceur d’alerte. Jusqu’à présent leurs espoirs ont été déçus. Plusieurs fois interrogés sur cette question, Edward Snowden et Julian Assange assurent qu’aucun document confidentiel attestant de la visite d’aliens n’est passé entre leurs mains. 

Toutefois, ce manque de preuves n’empêche pas Snowden d’avoir une opinion intéressante sur le sujet. Jeudi dernier, l’ancien analyste de la NSA était l’invité surprise jeudi dernier de l’émission scientifique StarTalk présentée par l’astrophysicien Neil deGrasse Tyson. 

Il est intervenu en duplex de Russie, où il est actuellement réfugié, par le biais d’un dispositif intrigant : un écran fixé sur un support robotisé que Snowden pouvait déplacer à distance… 

Edward Snowden: « Les communications extraterrestres sont sans-doute cryptées par défaut »

Dans ce cadre futuriste, l’entretien a moins porté sur les aspects politiques de son action que sur les techniques au coeur du travail de renseignement, le cryptage et le décryptage des données. C’est donc assez naturellement que l’interview s’est orientée vers le cas de figure le plus délicat: la communication entre des êtres humains et une civilisation extraterrestre en l’absence totale de références.

A cela s’ajoute une difficulté supplémentaire, selon Edward Snowden, «si une civilisation s’efforce d’en écouter une autre, ou si nous-même tentons de capter les communications d’une civilisation extraterrestre, il n’y a qu’une très brève période de temps dans le développement de ces sociétés au cours de laquelle leurs informations sont transmises par des technologies primitives et non protégées. Donc, toutes les communications que nous pouvons capter (NDR: en dehors de ce cours laps de temps) et tout ce que d’éventuels extraterrestres peuvent écouter de nous est crypté par défaut.

Si bien que ce que nous sommes en mesure d’entendre, l’équivalent d’une émission de télé ou d’une conversation téléphonique alien, est indiscernable du rayonnement cosmologique fossile», le bruit de fond électromagnétique né du Big Bang qui continue de parcourir l’espace infini. 

L’intéressant commentaire d’Edward Snowden relève d’un certain anthropocentrisme puisque qu’il suppose que la sécurisation et le cryptage des données constituent une préoccupation universelle. D’où peut-être la nécessité d’un CosmicLeaks…

Selon Edward Snowden, les pratiques de chiffrement pourraient nous empêcher d’établir une communication avec des extra-terrestres.

Lorsque l’ancien analyste de la NSA Edward Snowden a levé le voile sur les pratiques de surveillance massive des diverses agences de renseignement à travers le monde, la communauté high-tech s’est davantage intéressée aux outils de chiffrement pour les communications, qu’il s’agisse de l’email, de la messagerie instantanée ou des échanges téléphoniques.

Dans une interview recueille par Neil deGrasse Tyson pour son podcast Star Talk, Edward Snowden explique ainsi : « Si vous regardez les communications chiffrées – et si elles sont bien chiffrées – il n’y a pas vraiment moyen de dire qu’il s’agit de données sécurisées. ». Ainsi selon l’homme, lorsque le message est protégé de manière efficace, on ne peut le distinguer d’une chaîne de caractère aléatoire et immédiatement en reconnaître sa nature.

Edward Snowden affirme alors que les civilisations (humaines ou extra-terrestres) devenant plus avancées, elles migreront depuis des communications ouvertes vers des échanges chiffrés. Cela compliquera donc la recherche de signaux extra-terrestres, tant pour les aliens que pour nous.

Et contact

Pour M. Snowden les choses sont claires : le chiffrement constitue une avancée majeure dans toutes les civilisations. Et d’affirmer à propos des extra-terrestres : « il n’y a qu’une courte période dans le développement de leurs sociétés durant laquelle toutes leurs communications seront envoyées de la manière la plus primitive et via les moyens les moins sécurisés ».

En suivant ce raisonnement, l’humain ne sera donc pas en mesure de distinguer un message chiffré envoyé par un extra-terrestre d’une micro-onde cosmique.

Reste que les petits hommes verts n’ont peut-être pas forcément envie qu’on intercepte leurs communications intergalactiques…

Et contact 002

 

Souces: Paris Match

 

 

Edward Snowden : «Pendant que vous lisez ceci, le gouvernement en prend note»

Il y a exactement deux ans, trois journalistes travaillaient avec fébrilité dans une chambre d’hôtel de Hongkong, attendant de voir comment le monde réagirait face à la révélation que l’Agence nationale de la sécurité (NSA) enregistrait des informations relatives à presque chaque appel téléphonique aux Etats-Unis. Les jours qui ont suivi, ces journalistes et d’autres ont diffusé des documents révélant que les gouvernements de pays démocratiques effectuaient un suivi des activités privées de citoyens ordinaires qui n’avaient rien à se reprocher.

 

Au bout d’à peine quelques jours, le gouvernement américain a réagi en portant plainte contre eux en vertu de lois sur l’espionnage datant de la Première Guerre mondiale. Des avocats ont indiqué aux journalistes qu’ils risquaient d’être arrêtés ou cités à comparaître s’ils retournaient aux Etats-Unis. Des politiciens se sont hâtés de condamner notre initiative, la qualifiant d’antiaméricaine, affirmant même qu’il s’agissait de trahison.

En privé, il y a eu des moments où j’ai craint que nous n’ayons mis nos confortables existences en danger pour rien – et que le public réagirait avec indifférence ou ferait preuve de cynisme face aux révélations. Je n’ai jamais été aussi heureux d’avoir eu tort.

Deux ans plus tard, la différence est profonde. En l’espace d’un mois, le programme intrusif de suivi des appels de la NSA a été déclaré illégal par les tribunaux et désavoué par le Congrès. Après qu’une enquête de la Maison Blanche a déterminé que ce programme n’avait pas permis d’empêcher une seule attaque terroriste, même le Président, qui avait plus tôt défendu son bien-fondé et critiqué la révélation de son existence, a fini par ordonner qu’on y mette un terme.

Voilà le pouvoir d’un public informé. La fin de la surveillance de masse des appels téléphoniques privés en vertu de l’US Patriot Act, une victoire historique pour les droits de chaque citoyen, n’est que la dernière conséquence en date d’une prise de conscience mondiale. Depuis 2013, des institutions à travers l’Europe ont déclaré des lois et des opérations similaires illégales et imposé de nouvelles restrictions à ce type d’activités à 

 

l’avenir. Les Nations unies ont déclaré que la surveillance de masse constituait sans ambiguïté une violation des droits humains. En Amérique latine, les efforts de citoyens brésiliens ont mené à l’adoption du Marco Civil, la première Déclaration des droits de l’Internet au monde. Reconnaissant le rôle essentiel que joue un public informé dans la correction des dérives gouvernementales, le Conseil de l’Europe a préconisé l’adoption de nouvelles lois empêchant la persécution des lanceurs d’alerte.

Au-delà du droit, les progrès ont été encore plus rapides. Des experts travaillent inlassablement afin de revoir la sécurité des dispositifs qui nous entourent, ainsi que le langage d’Internet lui-même. Des failles secrètes dans des infrastructures essentielles, qui avaient été exploitées par des gouvernements afin de faciliter la surveillance de masse, ont été détectées et corrigées. Des mesures de protection technique de base telles que le chiffrage – un temps considéré comme ésotérique et superflu – sont désormais activées par défaut dans les produits d’entreprises pionnières comme Apple, ce qui garantit que même si votre téléphone est volé, votre vie privée reste privée. De telles évolutions structurelles sur le plan technologique peuvent permettre un accès à une protection de base du droit à la vie privée au-delà des frontières, défendant ainsi les citoyens ordinaires contre l’adoption arbitraire de lois ne respectant pas la vie privée, comme celles actuellement mises en œuvre en Russie.

Si nous revenons de loin, le droit à la vie privée – socle des libertés inscrites dans la Déclaration des droits américaine – reste menacé par d’autres programmes et autorités. Certains des services en ligne les plus populaires au monde sont devenus les partenaires des programmes de surveillance de masse de la NSA, et des gouvernements du monde entier font pression sur des entreprises technologiques afin qu’elles travaillent contre leurs clients plutôt que pour eux. Des milliards de données de géolocalisation et de communications continuent à être interceptées en vertu d’autres pouvoirs, sans considération pour la culpabilité ou l’innocence des personnes concernées.

Nous avons appris que notre gouvernement affaiblit intentionnellement la sécurité fondamentale d’Internet, par le biais de «portes dérobées» qui transforment la vie privée en livre ouvert. L’interception et la surveillance des métadonnées révélant les liens personnels et centres d’intérêt d’internautes ordinaires restent d’une ampleur sans précédent : pendant que vous lisez ceci, le gouvernement en prend note.

En dehors des Etats-Unis, les chefs des services secrets en Australie, au Canada et en France ont exploité des tragédies récentes afin d’essayer d’obtenir de nouveaux pouvoirs intrusifs, malgré des preuves éclatantes que ceux-ci n’auraient pas permis d’empêcher ces attaques. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a récemment posé la question rhétorique suivante : «Voulons-nous autoriser un moyen de communication entre les gens que nous [l’Etat, ndlr] ne pouvons pas lire ?» Il a vite trouvé sa réponse, proclamant que, «depuis trop longtemps, notre société se montre tolérante et passive, disant aux citoyens : tant que vous respecterez la loi, nous vous laisserons tranquilles». Lors du passage à l’an 2000, rares sont ceux qui auraient imaginé que les citoyens de pays démocratiques et développés seraient bientôt obligés de défendre la notion de société ouverte contre leurs propres dirigeants.

Pourtant, les rapports de forces commencent à changer. Nous assistons à l’émergence d’une génération post-terreur, qui rejette une vision du monde définie par une tragédie particulière. Pour la première fois depuis les attaques du 11 Septembre, nous discernons les contours d’une politique qui tourne le dos à la réaction et à la peur pour embrasser la résilience et la raison. Chaque fois que la justice nous donne raison, que la législation est modifiée, nous démontrons que les faits sont plus convaincants que la peur. Et, en tant que société, nous redécouvrons que la valeur d’un droit ne se mesure pas à ce qu’il cache, mais à ce qu’il protège.

Il est intéressant de noter qu’ au même moment où les gouvernements et les grandes entreprises s’autorisent toutes les indiscrétions sur nos vies personnelles, les Européens s’apprêtent à valider la chasse ouverte aux journalistes trop curieux et aux lanceurs d’alerte comme Snowden.

Elise Lucet de Cash Investigation lance une importante pétition sur le sujet : 

www.change.org/p/ne-laissons-pas-les-entreprises-dicter-l-info-stop-directive-secret-des-affaires-tradesecrets

 

 

 

Commémoration du Jour Jimmy Guieu des Chercheurs et Diseurs de Vérité

JG3-CCCC

 

Nous venons de créer un événement sur Facebook,mais ce sera une réelle commémoration  non seulement de l’homme,de l’écrivain et du penseur que fut Jimmy Guieu ,mais le Jour Jimmy Guieu deviendra pour tous ,le Jour en Hommage des Chercheurs et des Diseurs de Vérité .
Rappelons mon mot d’ordre: La Liberté implique la Vérité!
…car comment pourrions-nous affirmer que nous sommes des Hommes et des Femmes  libres,si nous  vivons dans le mensonge,dans un paradigme fabriqué par une matrice qui nous garde en esclavage.
Faire la lumière sur  la Vérité,c’est combattre le Nouvel Ordre Mondial.
Le Premier Jour Jimmy Guieu du 2 janvier 2015,15 longues années après la mort de celui que tous appelaient le « Maître »,ce jour deviendra aussi le Jour 1 du début de la Révolution  des Peuples  contre le Nouvel Ordre Mondial.

Voici donc le texte de notre événement sur Facebook et nous  vous invitons  à diffuser cet événement partout autour de vous,dans vos contact,etc.
Le len Facebook se trouve à la fin du texte…Merci de  prendre le temps de me lire:
Désireux d’aller de l’avant avec notre projet de Commémoration du 15 ième Anniversaire de la mort de Jimmy Guieu,l’homme qui nous a éveillé aux « mondes Étranges,aux Mystères et à l’Inconnu »,nous n’attendrons pas après les gouvernements pour agir:nous allons célébrer le 2 janvier 2015,le premier Jour Jimmy Guieu des Chercheurs et Diseurs de Vérité.
Cette commémoration va au-delà de l’homme lui-même et s’étend à tous les hommes et les femmes qui à travers l’histoire,ont osé défier les préjugés,l’autorité obscurantiste des gouvernements et la menace des sociétés secrètes pour proposer une alternative aux mensonges officiels.En cela,nous pensons aux Eric von Daniken,aux Aimé Michel,aux Jimmy Edwards,aux Robert Charroux,aux Zecharia Sitchin, et à tout récemment ,Edward Snowden.
Le Peuple des Humains de la Terre est redevable envers ces hommes ,pour l’état d’éveil qu’ils ont provoqué.
Nous pensons,Nous qui participerons à l’événement ,que si un jour, nous réussissons à abolir le pouvoir de l’argent,le contrôle des populations mondiales par le meurtre et l’empoisonnement,la fabrication des guerres par les banquiers à la solde du crime organisé et la tyrannie du néolibéralisme qui menace l’écologie de toute la planète au nom du Nouvel Ordre Mondial ,nous devrons cette victoire à ces grands penseurs qui ont su écrire les mots qui nous ont réveillés.

COMMÉMORATION
Nous proposons qu’en se réveillant,le 2 janvier 2015,chacun d’entre nous gardera 2 minutes de silence en fermant les yeux afin de réfléchir au sens de notre vie,afin de la remettre en question.
Nous devons réfléchir avant d’agir sur notre futur,car si nous ne changeons pas nos gestes,nous serons ,nous les humains de la Terre,responsables de la pire extinction de l’histoire de cette planète.
Je propose aussi que chacun prenne le temps d’écrire un petit message,ajouter une photo,même une citation d’un Diseur de Vérité …adressée à l’Humanité ,toute entière!

RASSEMBLEMENT

Dans ma communauté de Repentigny,au Québec,j’organiserai un rassemblement en hommage à Jimmy Guieu et de tous les Chercheurs et Diseurs de Vérité.
Je prendrai la parole et chacun pourra dire son mot sur Jimmy Guieu,l’homme …et l’avenir de toutes les formes de vie,sur Terre.
Je vous invite ,à travers toute la francophonie,à organiser votre petite commémoration,votre humble rassemblement qui créera une chaîne de pensée positive pour la recherche de la Vérité et de la Liberté sur notre planète.

SUGGESTIONS

C’est avec plaisir que je recevrai vos suggestions !

Michel Duchaine

Voici le lien de notre événement sur Facebook: Célébration du Jour Jimmy Guieu des Chercheurs et Diseurs de Vérité

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :