Dans son dernier enregistrement publié,Julian Assange révèle la plus grande menace pour l’humanité

Avant de se séparer de presque tous ses moyens de communication avec le monde extérieur en mars 2018, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui reste à l’ambassade équatorienne à Londres, a fait part de son point de vue sur les menaces pesant sur l’humanité face au développement de l’IA et à la protection des données.

Julian Assange en interview devant sa porte!

L’un des dénonciateurs les plus célèbres au monde, Julian Assange, recherché depuis près de dix ans par les États-Unis pour avoir divulgué des documents classifiés via son site WikiLeaks sur la guerre en Irak, a prédit un scénario sombre, « très instable à propos de la civilisation technologique ». ne dure pas longtemps »à cause de la concurrence très rapide dans le monde connecté.

«Il peut produire des intelligences artificielles très robustes pouvant être couplées à des états. Vous pouvez voir cela aux États-Unis et en Chine… ces deux forces vont prendre tout le marché. Et la concurrence rapide entre eux avec le soutien et l’appui des États derrière eux, l’exacerbation de la concurrence commerciale par la concurrence géopolitique vont conduire à un désir incontrôlable de croissance de la capacité de l’intelligence artificielle, conduisant à un conflit ou une stultification très grave. C’est notre plus grande menace », a-t-il déclaré dans la vidéo, enregistrée avant sa panne totale d’électricité et publiée par les organisateurs du World Ethical Data Forum à Barcelone.

Selon le fondateur de WikiLeaks, « cette compétition géopolitique exploitée par les plus grandes sociétés d’intelligence artificielle » est sur le point « de relancer un processus que l’homme ne peut plus contrôler ».

«Les institutions [humaines] sont bâties sur la concurrence. Leur taille, leur taille, leur domination sur le marché, etc., tirent parti de tous les avantages qu’elles obtiennent et continueront d’accroître la concurrence. Tout ce qu’ils produisent contient cet ADN. C’est là que nous nous dirigeons et c’est notre grave menace pour les êtres humains en général et pour toutes les entreprises. Peut-être que la réponse à cette menace est que les gens comprennent la sécurité informatique, la sécurité informatique offensive », a déclaré Assange lors de l’interview.

La capacité naissante des grandes entités et des entreprises privées à poursuivre la collecte de données de masse sur les personnes, associée à l’application de l’intelligence artificielle (IA), a également joué un rôle important. Avec Google et Baidu et Tencent et Amazon et Facebook, «la collecte de connaissances sur l’humanité de manière ouverte, lorsque nous communiquons entre nous», ce modèle classique, appelé «capitalisme de surveillance», a changé.

«C’est un changement économique vraiment très important et grave. Ce qui consiste à prendre le modèle de capitalisme de surveillance et à le transformer en un modèle qui n’a pas encore de nom, un «modèle d’IA». Ce qui consiste à utiliser ce vaste réservoir pour former des intelligences artificielles de différents types. Cela remplacerait non seulement les secteurs intermédiaires (la plupart des choses que vous ferez sur Internet est dans un sens une intermédiation plus efficace), mais également le secteur des transports ou créerait de nouveaux secteurs », a déclaré Assange.

Il a également mis en garde contre la vulnérabilité croissante des données personnelles, qui sont de plus en plus souvent ciblées et volées par des criminels. De plus, les gens doivent négocier leurs relations avec toutes les grandes puissances du monde dès leur plus jeune âge. Seulement « très peu de personnes techniquement capables sont capables de vivre séparément », ce qui « sent un peu le totalitarisme », estime Assange.

«Cette génération en train de naître maintenant… est la dernière génération libre. Vous êtes né et immédiatement ou dans un délai d’un an, vous êtes connu dans le monde entier. Votre identité, sous une forme ou une autre – parce que vos parents idiots collent votre nom et vos photos sur Facebook ou à la suite de demandes d’assurance ou de passeports – est connue de toutes les grandes puissances mondiales. C’est une situation très différente de ce qu’elle était auparavant », a-t-il déclaré dans la vidéo.

 

 

 

 

Un papyrus du 4 ième siècle parle de la femme de Jésus Christ

Un fragment de papyrus daté du IVe siècle écrit sur cela  dans l’ancienne langue copte, contient une phrase: « Jésus leur dit, ma femme … ». Cette découverte  vient de rouvrir le débat quant à savoir si Jésus était marié, comme certains premiers chrétiens  le croyaient.

Photo du fragment.
Photo du fragment.

 

Le fragment de papyrus disparu est plus petit qu’une carte de visite, avec huit lignes d’un côté, à l’ encre noire lisibles sous une loupe.Juste au- dessous de la ligne de Jésus ayant une épouse. Ci – dessous , il est une seconde clause provocatrice qui dit censément: «Elle sera en mesure d’être mon disciple. » Les mots sur le fragment de couleur miel sont les premiers à montrer Jésus se référant à une femme, selon Karen King, professeur de théologie à Divinity School de Harvard à Cambridge, Massachusetts, qui a publié plusieurs ouvrages sur les nouvelles découvertes de l’ Evangile et est la première femme à occuper la plus ancienne chaise professorale de la nation:the Hollis professor of divinity. Karen King a présenté sa conclusion mardi au Congrès international d’études coptes à Rome.L’écriture à l’ encre noire est dans la langue des chrétiens égyptiens, sur un fragment d’environ 1,5 par 3 pouces (4 par 8 centimètres). »Une des choses que nous  savons ,c’est  très rarement dans la littérature ancienne que les hommes discutaient de leur  état matrimonial,  » que Karen King a déclaré dans une conférence téléphonique avec les journalistes. « Le silence dans l’ état civil est normal. » Elle a dit dans une déclaration que la première revendication que Jésus n’a pas épousé une femme est de 200 AD .Les premiers chrétiens ne sont pas toujours d’accord sur lle principe  si ils doivent se marier ou rester  célibataires.

Karen King
Karen King

Le fragment ne prouve pas que Jésus était marié ou que s’il l’était qu’il était  marié à Marie Madeleine, selon le projet de document. Seules les femmes ont été identifiées en termes de relations familiales, comme la sœur, la mère, ou la femme de quelqu’un, selon King . La question de savoir si Jésus marié est venu plus tard , quand les gens voulaient l’utiliser comme modèle pour leur vie, dit – elle.

 

Karen King examinant le papyrus dans son vitage de sécurité.
Karen King examinant le papyrus dans son vitage de sécurité.

La provenance du fragment de papyrus est un mystère, et son propriétaire a demandé à rester anonyme. Jusqu’à mardi,20 septembre 2016, Karen King avait montré le fragment à un petit cercle d’experts en papyrologie et en  linguistique copte , qui ont conclu qu’il est très probablement vrai. Mais elle et ses collaborateurs disent qu’ils sont avides de consulter plus de chercheurs afin de  peser le pour et le contre et peut – être bousculer leurs conclusions.

 

jesus-wife-mentioned-on-fourth-century-papyrus-fragment-3

 

Nous sommes peut-être,sans sauter aux conclusion,devant le seul document connu qui affirme l’existence du Christ et le fait qu’il avait une femme:Marie Madeleine.

Mais ce document est du quatrième siècle!

 

 

 

Antoine Deltour, l’homme qui a fait trembler le Luxembourg

Début 2015, la bombe médiatico-politique «LuxLeaks» éclatait au visage de Bruxelles et de Jean-Claude Juncker. L’affaire a révélé de nombreux schémas d’optimisation fiscale concernant de grandes entreprises enregistrées au Luxembourg.

antoine-deltour-001

C’est un destin qui bascule sur un instant, une décision. Leur visage est familier et, eux, sont devenus des sources d’informations de premier ordre. Chacun à son échelle, leur vie est devenue un combat. De Bradley Manning, qui avait confié à WikiLeaks de nombreux documents militaires classés secret défense autour des actions de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan, à Edward Snowden, en passant par Denis Robert, Julian Assange, Irène Frachon, Stéphanie Gibaud… tous ont été, et sont encore aujourd’hui, habités par des convictions communes. Ils ne se considèrent pas comme des «chevaliers blancs» des temps modernes: ces hommes et femmes ont juste voulu faire «bouger les choses», trembler les lignes, en appuyant sur un bouton, en copiant un document ou en les confiant à un journaliste. Ils ont aujourd’hui un nom. Ils sont lanceurs d’alerte. Lui, a décidé de faire tomber un système. Il s’appelle Antoine Deltour et sera jugé dans les prochains mois.

Jean-Claude Juncker, en première ligne

Décembre 2014, Bruxelles. Depuis un peu plus d’un mois, l’ex-premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, vient de prendre ses fonctions de président de la Commission européenne. Fini les affaires du Grand-duché, le Parlement européen vient d’offrir à l’homme un poste en accord avec ses ambitions, lui qui rêve depuis le début de sa carrière politique d’avoir «un œil global sur le monde de la finance». Pourtant, quelques semaines après avoir enfilé son nouveau costume, le Luxembourgeois se retrouve fauché par une vague médiatique sans précédent. L’affaire «LuxLeaks», qui revèle alors de manière très précise l’organisation de l’exil fiscal de plus de 300 entreprises avec le consentement de l’administration luxembourgeoise des impôts. La presse internationale accuse Jean-Claude Juncker d’être «responsable des politiques d’évitement fiscal».

Derrière l’affaire «LuxLeaks», il y a un homme: Antoine Deltour, un ancien employé du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers (PwC). En octobre 2010, – l’auditeur d’entreprises n’est alors âgé que de 28 ans – il découvre un ensemble de documents liés aux «tax rulings», des accords fiscaux entre le Luxembourg et de grandes multinationales permettant à ces dernières de minimiser leurs impôts à l’aide de filiales. Dès lors, il a voulu quitter PwC, où il était entré en 2008 en tant que stagiaire, puis employé. «Je cherchais à ce moment-là à récupérer des documents de formation pour me renseigner avant de partir. C’est des choses qui se font souvent. Après, il faut savoir que dans ce genre de cabinet, le turnover est fréquent, c’est une sorte de mastère spécialisé où on accumule beaucoup d’expériences en très peu de temps», détaille Antoine Deltour. C’est le genre d’endroit où tout se sait mais rien ne se dit. La culture du travail y est omniprésente, les questions politiques passées sous silence, «une sorte de tabou». «Je n’avais pas d’attente réelle, ni précise, nous explique aujourd’hui Antoine Deltour. Mon objectif était simplement de partager mes questionnements sur la problématique des «tax rulings». Je me suis documenté, les documents ont été vérifiés.»

 

«Dans quelle merde tu t’es foutu?»

Antoine Deltour part, avec dans son sac, «ces schémas incroyables» détaillant les «tax rulings, une pratique sur laquelle on plaisantait parfois entre nous au travail». Quelques mois plus tard, au détour d’un commentaire lâché sur le web, il est alorsrepéré par le journaliste Édouard Perrin, de Cash Investigation. L’enquêteur se rend «rapidement compte qu’il a devant lui une masse d’informations importantes. Confier ces documents à un journaliste était une décision délicate, mais Cash avait déjà une bonne réputation.»

L’enquête sera diffusée en mai 2012, Antoine Deltour y collabore épisodiquement sans que son nom soit cité. Il devient alors l’homme à faire tomber dans les locaux de PwC qui, au terme d’une enquête interne, trouvera rapidement l’idendité de la source. Le mois suivant, les enquêteurs luxembourgeois partent à sa recherche. Deux ans plus tard, il sera alors placé en garde à vue et est inculpé le 12 décembre 2014: «quand tu rentres ensuite chez toi, que tu n’as plus ton matériel informatique, que

 

tu es seul, tu te demandes dans quelle merde tu t’es foutu».

«Oui, le contenu m’a échappé. Le traitement médiatique a été très efficace mais m’a semblé injuste. Pourquoi 300 sociétés ont été pointées du doigt alors que les pratiques mises en causes sont systèmiques? Après, de mon côté, je n’ai eu aucun contact avec l’ICIJ, le consortium des journalistes qui a sorti l’affaire. L’idendité de la personne qui a transmis les documents est toujours secrète. C’est le secret des sources», raconte Antoine Deltour. Il affirme dans le même temps ne pas «être un héros» et rejette «la figure médiatique parfois décrite du lanceur d’alerte comme quelqu’un d’isolé et courageux. Oui on l’est, mais on n’est pas seul, je sais qu’aujourd’hui des milliers de personnes sont les témoins silencieux de pratiques qui devraient être portées à l’attention du public». Depuis son inculpation par la justice luxembourgeoise, Antoine Deltour est dans l’attente. Il a été reçu par la commission spéciale TAXE au Parlement européen, s’est vu décerné le Prix du citoyen européen 2015 pour son action et s’avoue heureux d’avoir fait bouger les choses à Bruxelles.

Récemment, le procureur luxembourgeois a retenu cinq chefs d’inculpation contre lui. Un Conseil du tribunal doit les valider avant un procès, «pas avant 2016». Il demande maintenant des solutions. Antoine Deltour: «Au cours de différents colloques, on essaye maintenant de sensibiliser les citoyens. Il faut élargir la définition du lanceur d’alerte, le but d’une alerte est de faire bouger les lignes et on a besoin d’une certaine protection. Pourquoi pas une autorité indépendante qui rassemblerait les alertes et ferait le tri?». Le combat d’une vie, la loi «Sapin 2» anti-corruption, doit donner dans les prochains mois une meilleure protection aux lanceurs d’alerte. Pour le moment, Antoine Deltour attend, quelque part en France, où il a retrouvé un poste dans l’administration publique. Loin de Luxembourg.

Le Luxembourg est un paradis fiscal très prisé par les québécois corrompus et les canadiens du même accabit.
Le Luxembourg est un paradis fiscal très prisé par les québécois corrompus et les canadiens du même accabit.