Réalisme fantastique:Une anthropologue britannique a créé l’humain parfait

L’humain parfait aurait de longues oreilles, une poche comme les kangourous et une peau reptilienne

 

Une anthropologue britannique a récemment présenté dans une émission de télévision un mannequin représentant selon elle l’humain idéal que l’évolution pourrait engendrer. Il s’agirait d’un humain « biologiquement parfait » selon la créatrice.

 

Récemment, il a été  évoqué par des scientifiques que  les possibles évolutions humaines dans le futur concernant la perte (et le gain) de certains membres, la taille du corps et du crâne ou encore en ce qui concerne l’obésité ainsi que l’intelligence.


EN COMPLÉMENT

Quelles seront les évolutions humaines dans le futur ?

Si nous avons plutôt bien cerné comment l’homme a évolué avant nous, déterminer la façon dont celui-ci poursuit son évolution est un exercice plus compliqué. À quoi pourrait-on s’attendre dans le futur ?

 

Depuis l’antiquité on étudie l’humain!
Déjà de grands intervenants avaient agi pour améliorer la race humaine…en général!

À quoi ressembleront les êtres humains dans des milliers d’années ? Auront-ils des propriétés physiques différentes tels que de nouveaux membres ou une peau d’une autre couleur ? En réalité, nous n’en savons strictement rien. Ce qui ne fait aucun doute, c’est que l’être humain poursuit son évolution – et cela est le cas de puis les australopithèques d’il y a 3,5 millions d’années.

Notre ancêtre était plus petit, moins élancé et sa boîte crânienne plus réduite. D’ailleurs, ses capacités cognitives étaient largement en dessous des nôtres, en tout cas en termes de QI. Faudrait-il pour autant se baser là-dessus pour imaginer de futurs humains avec un crâne trois fois plus volumineux ? Le fait est que la logique de l’évolution n’est pas calquée sur une éventuelle continuité associée aux différents ancêtres de l’humain. En réalité, celle-ci est plutôt due au hasard des mutations génétiques, ainsi qu’à la nature de l’environnement dans lequel nous vivons.

Quoi qu’il en soit, les Homo sapiens gagnent en taille au fil des générations, comme l’indique par exemple une étude menée en France et relayée par Doctissimo. Un gain de 11 cm en moyenne a été observé chez les hommes – et 8 cm chez les femmes – durant les cent dernières années. L’humain grossit également : entre 1975 et 2014, le pourcentage d’hommes obèses a triplé et doublé chez les femmes.

Il faut tout de même savoir qu’une limite biologique a été définie en ce qui concerne notre taille, à savoir 2,20 m. Au-delà, la solidité et la stabilité de notre corps seraient mises à mal. En réalité, la stature moyenne va augmenter, mais pas indéfiniment. Quant à l’obésité qui est aujourd’hui une véritable épidémie, celle-ci est liée à nos comportements alimentaires et pourrait être inversée.

Si depuis toujours, notre intelligence n’a cessé de gagner des points de QI, la tendance semble aujourd’hui  être en berne. Selon plusieurs études, nos enfants sont moins intelligents que nous, et leurs enfants le seront encore moins, une nouvelle fois en termes de QI. Des chercheurs norvégiens indiquent que cela pourrait venir de notre environnement culturel.

Revenons à des considérations physiques. Le crâne a tendance à se réduire chez l’Homo sapiens sapiens, et non l’inverse. En effet, le crâne de l’Homo sapiens mesurait 360 cm3 de plus que le nôtre. Et puis, que penser des accouchements avec une tête qui deviendrait de plus en plus grosse ?

Enfin, s’il existe de nombreuses spéculations sur de nouveaux membres qui pourraient apparaître chez l’homme, différentes théories existent sur ceux qui pourraient disparaître : l’appendice, le coccyx ou encore le petit orteil !

Source


 

Soldats d'élite iraniens
Quel sort sera réservé aux soldats d’élite de toutes les nations?

 

 

 

 

Alice Roberts est une anthropologue et anatomiste enseignant à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni). En revanche, celle-ci est davantage connue du public pour avoir présenté de nombreux documentaires scientifiques sur les chaînes d’outre-Manche que sont la BBC et Channel 4.

Justement, c’est sur BBC 4 que l’intéressée a présenté il y a peu son « humain parfait » à partir de l’image de son propre corps, dans une émission baptisée Can Science Make Me Perfect ? dont un extrait est visible en fin d’article. Il faut savoir que l’émission est à l’origine du projet, puisque c’est cette dernière qui a contacté Alice Roberts pour la mettre au défi de réaliser cette œuvre.

Par ailleurs, le mannequin a été façonné en collaboration avec le spécialiste de l’anatomie humaine Scott Eaton ainsi qu’une petite armée de maquettistes et de spécialistes en effets spéciaux. Celui-ci possède de longues oreilles, des jambes inspirées de celle des émeus et des pieds comportant trois gros doigts de pieds. Il faut surtout noter la présence d’une poche ventrale comme celle que possèdent les kangourous.

Alice Roberts a déclaré que l’humain issu d’une parfaite évolution aurait une peau reptilienne permettant de bloquer les ultraviolets, un cœur avec davantage d’artères, des yeux sans cils et des oreilles capables de mieux entendre. Et vous, qu’en pensez-vous ?

EN CONCLUSION

Le Nouvel Ordre Mondial est-il en train de nous exposer son projet de remplacement de la race humaine…par l’intermédiaire de ses savants « lèche-bottes » rationalistes?

 

Publicités

Les dossiers de Michel Duchaine:Le « mur du son » de la lumière vient d’être filmé

Une équipe de chercheur a observé le « mur du son » de la lumière grâce à une caméra ultra-rapide qu’ils ont développé, capable d’atteindre 100 milliards d’images par seconde. Si les images du phénomène dont déjà en soit impressionnantes, c’est bien la caméra qui est en fait l’accomplissement le plus extraordinaire de cette équipe.

mur-du-son-lumiere-filme-premiere-fois

 

2017 c’est l’année où nous devenons capables de filmer la lumière au ralenti. Une prouesse attente grâce à une caméra incroyablement rapide puisqu’elle est capable de filmer avec une résolution toutefois assez faible à 100 milliards d’images par secondes. Ici les scientifiques ont voulu observer une sorte cône de Mach créé artificiellement en laboratoire.

f3-medium

La lumière peut en effet se déplacer à 299.492.458 mètres par seconde dans le vide. Rien ne peut d’ailleurs aller plus vite. Mais lorsque justement celle-ci traverse un milieu différent, on trouve des photons qui se déplacent à des vitesses légèrement inférieures. De loin, on observe une diffusion lumineuse plus ou moins prononcée à notre échelle de temps.

f1-medium

Ils mettent au point une caméra capable de capturer 100 milliards d’images par seconde

 

f4-medium

Mais si l’on pouvait voir le déplacement de la lumière, on pourrait observer des sortes de trainées semblables à celles d’un cône de Mach, qui se forme de part et d’autres d’un avion qui franchit le mur du son. Pour leur expérience ils ont donc créé une sorte de tunnel sur une surface provocant la diffusion de la lumière et observé le résultat.

 

Comment ? grâce à une caméra qui est en fait le véritable clou du spectacle. Celle-ci est en effet capable de prendre une vidéo en temps réel du déplacement de la lumière. Et c’est la première du genre : auparavant il fallait réaliser une même expérience plusieurs fois, pour réussir à véritablement observer la propagation de la lumière. Pouvant être montée en une sorte de vidéo en stop motion.

f2-medium

Là on voit vraiment une courte impulsion laser avancer avec son « cône de Mach ». Et en une seule prise. Pour arriver à cet exploit technologique, ils ont en fait utilisé dans leur caméra un système sophistiqué et très complexe d’acquisition composé de plusieurs capteurs. L’image est ensuite reconstituée : un capteur unique serait en effet incapable de réaliser une telle prouesse, puisqu’on ne peut pas aller plus vite que la lumière pour l’observer !

Sources: Science Advances