Le dossier Porter-Couillard et une pétition importante pour l’extradition d’Arthur Porter au Québec

L’EFFROYABLE DOSSIER ARTHUR PORTER-PHILIPPE COUILLARD

*Voici le lien pour signer la pétition en ligne.Nous pensons que ,après avoir osé lire cet article,vous serez nombreux à vouloir la signer…Aussi n’hésitez pas à partager  cet article et la pétition:

(LIEN VERS LA PÉTITION POUR L’EXTRADITION D’ARTHUR PORTER AU QUÉBEC)

Arthur Porter bbb

Le 10 novembre 2012,le Dr Arthur Porter qui siégeait en tant que président du CSARS (Comité de surveillance des Activités de Renseignement et de Sécurité …du Canada) démissionnait de cet organisme important  pour le Canada.

LES LIENS DANGEREUX AVEC PHILIPPE COUILLARD:UNE MENACE À LA SÉCURITÉ NATIONALE

Embarrassé par la démission récente de son président Dr Arthur Porter, l’organisme chargé de la surveillance des espions canadiens voit maintenant un autre de ses membres placé sur la sellette: l’opposition s’inquiète des liens de Philippe Couillard, ex-ministre de la Santé du Québec, avec l’Arabie saoudite.

Choisi par le gouvernement Harper, le Dr Couillard a été nommé en 2010 au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), l’organisme qui surveille, au nom du Parlement, les activités du Service canadien de renseignement de sécurité.
Les membres ont accès aux dossiers top secret des services de renseignement et contre-espionnage. Des informations qui peuvent concerner les alliés tout comme les ennemis du Canada.

La biographie du Dr Couillard sur le site du CSARS a toujours indiqué qu’il est également conseiller du prince Abdullah bin Abdulaziz Al-Rabeeah, ministre de la Santé du royaume d’Arabie saoudite. Cette fonction n’a pas fait beaucoup de vagues, jusqu’à maintenant.

Mais la démission du président du CSARS,Arthur Porter ,en novembre 2012 a ravivé l’intérêt des partis de l’opposition. Arthur Porter a démissionné après que le National Post eut révélé ses liens d’affaires avec un lobbyiste international établi à Montréal qui aurait servi d’intermédiaire entre la Russie et des pays en développement. Des observateurs parlaient d’un risque de conflit d’intérêts.

Couillard Porter

L’affaire a suscité un intérêt nouveau envers Philippe Couillard et ses propres liens avec une puissance étrangère.

C’est tout à fait inacceptable. Il est payé par l’Arabie saoudite. Je trouve dangereux qu’il siège encore au CSARS. Il n’a pas à travailler pour un autre pays en étant à un poste aussi sensible», s’offusque alors  la députée Maria Mourani, porte-parole du Bloc québécois en matière de sécurité publique.

Celle-ci croit que le premier ministre doit obliger Philippe Couillard à choisir entre ses deux postes. «Si son choix, c’est l’Arabie saoudite, qu’il démissionne», dit-elle.

Donc comme nous le voyons,dès cette époque ,l’espion canado-saoudien Philippe Couillard ,nageait entre deux eaux et patrouillait entre deux mondes très différents.

«Avant de le condamner, il faut l’entendre. Mais c’est clair qu’il y a une apparence de conflit d’intérêts, ce qui, souvent, est aussi grave qu’un conflit d’intérêts. Le gouvernement doit demander des comptes à M. Couillard», ajoute le député néo-démocrate Sylvain Chicoine.

Le bureau du premier ministre a défendu le Dr Couillard hier. «Il a été déterminé pendant les vérifications de sécurité que le fait d’occuper cette position n’est pas un conflit d’intérêts», a déclaré à La Presse Andrew MacDougall, porte-parole de Stephen Harper.

«En raison des événements récents, le ministre de la Sécurité publique va revoir le processus de sélection des membres du CSARS», a-t-il toutefois ajouté en référence à la démission de M. Porter.

Joint par La Presse, Philippe Couillard a expliqué son rôle auprès du prince. «Ce n’est pas comme si j’occupais un emploi pour le gouvernement d’Arabie Saoudite, ce qui serait un problème, je suis d’accord. Je suis dans un comité consultatif, qui se réunit une fois ou deux par année, et qui se concentre exclusivement sur des questions de santé», dit-il.

Les ONG internationales font souvent état de tortures, de châtiments corporels et de non-respect des droits des femmes dans le royaume ultrareligieux. Mais Philippe Couillard se fait philosophe lorsqu’on l’interroge sur les valeurs du gouvernement saoudien.

«C’est un contexte culturel différent du nôtre. Est-ce que la meilleure approche est le retrait ou le contact et le partage des connaissances?», demande-t-il le 23 novembre 2011. 

………………………………………………………………………………..

LES RELATIONS ENTRE ARTHUR PORTER ET PHILIPPE COUILLARD : 2004 à 2012

Pendant que Pierre et moi combattions la corruption, tu faisais des affaires avec Arthur Porter!   Raymond Bachand
Pendant que Pierre et moi combattions la corruption, tu faisais des affaires avec Arthur Porter!
Raymond Bachand

Le samedi 26 janvier 2013, durant la course à la direction du Parti Libéral du Québec, 45 minutes après le début du débat en anglais, à l’Université Concordia, Raymond Bachand dégaine. Philippe Couillard vient d’affirmer que la commission Charbonneau aurait dû être mise sur pied plus rapidement. L’ancien ministre des Finances lance: «Pendant que Pierre et moi combattions la corruption, tu faisais des affaires avec Arthur Porter»! ( 01 )

Dans l’auditorium, des murmures et quelques huées se font entendre. Les conseillers de Couillard s’envoient des textos, dans lesquels dominent les jurons. Sur scène, Philippe Couillard encaisse. «Je ne vais pas utiliser une basse tactique comme tu viens de le faire. Je peux faire de la culpabilité par association, moi aussi», dit-il avec calme. Il regarde Raymond Bachand et fait une pause de trois secondes qui paraît une éternité. «Mais je ne vais pas le faire. C’est ridicule et non productif.»

Sur les réseaux sociaux, les amateurs de politique s’enflamment. Des sympathisants de la Coalition Avenir Québec CAQ et du Parti Québécois PQ s’en donnent à cœur joie, convaincus d’avoir trouvé la faille dans l’armure du meneur. Des journalistes avancent que les adversaires du Parti Libéral du Québec PLQ ont certainement isolé ce passage pour le ressortir en campagne électorale…

Après le débat, Philippe Couillard offre aux journalistes l’une de ces réponses dont il a le secret, plus proches de la philosophie que de la politique: «On fait des choix dans la vie. J’essaie que dans mon cœur ne viennent jamais la haine et la rancune.»

Raymond  Bachand et Philippe Couillard, des rictus qui parlent d'amertume politique
Raymond Bachand et Philippe Couillard, des rictus qui parlent d’amertume politique

Raymond Bachand explique qu’il a été «piqué» par Philippe Couillard sur le bilan du gouvernement Charest en matière de corruption et qu’il a lancé son attaque instinctivement. «J’ai des émotions», dit-il aux médias.

Dans le camp Couillard, on ne croit pas à la thèse de l’improvisation. Dans les jours suivants, Raymond Bachand poursuit l’offensive dans les quotidiens et à la radio, ce qui confirme la stratégie délibérée. À La Presse, il en rajoute: «Vous ne vous associez pas à quelqu’un pour partir une compagnie si vous ne le connaissez pas.»

L’équipe Couillard comprend rapidement pourquoi son adversaire fonce. Les assemblées locales qui choisiront les délégués en vue du congrès doivent commencer dans moins de 10 jours, le 4 février. «Si Bachand n’ébranle pas les militants maintenant, qu’il ne les force pas à reconsidérer leur choix, c’est terminé pour lui», explique Philippe Dubuisson.

Philippe Couillard est sur la défensive. Il explique qu’Arthur Porter a été nommé par le conseil d’administration du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) en 2004 — et non par lui ou son gouvernement. Il ajoute que le contrat de construction du nouveau CUSM, accordé à SNC-Lavalin (et pour lequel l’Unité permanente anticorruption a lancé un mandat d’arrêt contre Arthur Porter et quatre autres personnes soupçonnées d’avoir touché des pots-de-vin de 22,5 millions de dollars), l’a été en 2010, «deux ans après mon départ de la politique!» ( 04 )

Regardons la présentation des événements que nous fait Philippe Couillard

Il est vrai que le Dr. Arthur Porter a été nommé à la tête du Centre universitaire de santé McGill en avril 2004. Sauf que ce projet était sur la table du ministre de la santé que fut Philippe Couillard depuis son élection le 14 avril 2003 et il a quitté le Parti Libéral du Québec le 25 juin 2008.

Donc sans avoir nommé lui-même le Dr. Porter, il cautionna le choix du conseil d’administration de McGill. Il n’était pas sans le connaître ou avoir fait quelques vérification sur l’homme et son histoire, puisqu’en 2005 il fit nommer Arthur Porter président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS).

Quant au CUSM, le ministre a été réélu en 2007 et garda la main haute sur le projet. Devrait-on croire que le passage de Porter parmi les gestionnaires de la santé au Québec était un inconnu pour le ministre de la Santé.

Il était le dirigeant d’un des deux plus gros hôpitaux du Québec et il est très probable que ce sont ces circonstances qui ont fait que les deux hommes se sont trouvés des affinités. Ils ont eu 4 ans pour faire connaissance et même allez à la pêche ensemble.

Lors d'un voyage de pêche au Nouveau-Brunswick en 2006, Philippe Couillard (3e de la gauche) pose entre autres aux côtés de l'ancien patron du CUSM Arthur Porter (5e à partir de la gauche) et de l'avocat Marc Dorion (1er à gauche).
Lors d’un voyage de pêche au Nouveau-Brunswick en 2006, Philippe Couillard (3e de la gauche) pose entre autres aux côtés de l’ancien patron du CUSM Arthur Porter (5e à partir de la gauche) et de l’avocat Marc Dorion (1er à gauche).(5)

En privé, Couillard semble plus blessé que fâché par les attaques durant la course à la direction du Parti Libéral du Québec. «Raymond (Bachand) et Pierre (Moreau) me connaissent, ils savent que je n’ai rien à me reprocher, mais ils le font quand même.» L’ancien ministre déplore ce qu’il juge comme une «réécriture de l’histoire».

«À l’époque, on ne savait rien de tout ça sur Porter. Il était un héros dans la communauté anglophone. Une rue a même été nommée en son honneur devant le CUSM!»

Arrestation du Dr. Arthur Porter
au Panama

N’empêche, sa relation avec le controversé personnage attire l’attention, notamment parce que les deux hommes ont créé un cabinet de consultants en juin 2010 — Porter, Couillard et associés —, qui visait à réaliser des mandats sur la scène internationale.

«Ça semblait un bon mix, un ancien ministre qui connaît les rouages du système et un administrateur d’hôpital. On aurait pu conseiller d’autres gouvernements», explique Philippe Couillard.

Cette société restera une coquille vide, puisque l’ancien ministre acceptera de travailler plutôt pour les consultants Secor en 2011 (la firme de Marcel Côté, candidat à la mairie de Montréal en 2013). Elle sera dissoute le 4 octobre 2012, le lendemain de l’entrée de Couillard dans la course au leadership.

Philippe Couillard décrit Porter comme une «bonne connaissance», qu’il voyait dans des activités sociales. «Quelqu’un avec un certain leadership, avec qui c’était agréable de parler», dit-il. Dans une entrevue à La Presse début mars 2013, Arthur Porter s’en désolera, décrivant Philippe Couillard comme un «ami inconditionnel».

Dans une vidéo qui refera surface à une semaine du congrès du Parti Libéral du Québec, on entend l’ancien ministre, en 2011, lors d’un colloque à l’Université McGill, décrire Porter comme un «excellent ami».

Plus le piège se referme sur les suspects du scandale de corruption du CUSM, plus le nom d’Arthur Porter devient lourd à porter pour ses anciennes fréquentations, notamment pour les acteurs du milieu de la santé qui ont eu le malheur de se retrouver avec lui dans un voyage de pêche alors que son projet du mégahôpital était en pleine gestation.

ARTHUR PORTER DE SA PRISON À PANAMA  PARLE DE SON AMI INTIME

Suite à de nombreuses demandes d’entrevues, voici une courte discussion entre le Dr. Arthur Porter et son biographe, Jeff Todd, à partir de la prison La Joya au Panama. L’échange porte sur les élections provinciale qui se déroule présentement au Québec (jour de l’élection 7 avril 2014). Les mémoires d’Arthur Porter seront publiés au Canada, aux États-Unis et aux Bahamas au début de septembre 2014.

Deux grands amis:Porter et Couillard...
Deux grands amis:Porter et Couillard…

Cette image ne l’oubliez jamais. C’est un comportement pratiqué par tous les politiciens qui sont conseillés par des agents de propagande ou agents de communication. Sur une scène pendant que les gens applaudissent et que la personne ne sait plus quoi faire, on lui conseille de faire comme si elle connaissait bien une personne dans l’audience. Personne ne sait à qui ça s’adresse mais à la télévision, la personne semble se rapprocher du public. Retenez ces deux photos et portez attention à Obama, Harper ou autres bouffons manipulés volontairement par des agents de relations publiques ou, selon leur nouvelle appellation, les communicants.

 COUILLARD À LA SÉCURITÉ DU CANADA  : UNE NOMINATION PROPOSÉ PAR ARTHUR PORTER

Dans son édition du 18 novembre 2011, le National Post s’intéresse au double-emploi de l’ancien ministre québécois Philippe Couillard d’abord comme membre du comité fédéral responsable de superviser les activités d’espionnage du SCRS, puis comme conseiller du gouvernement de l’Arabie saoudite.

L’article de Kathryn Blaze Carlson intitulé Watching the spywatchers (Surveiller ceux qui surveillent les espions) ( 02 ) mentionne que le Dr. Couillard a joint le Comité canadien de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) le 24 juin 2010 et qu’il développa ses contacts en Arabie saoudite lorsqu’il y fonda un service de neurochirurgie en 1992.

(Le CSARS) exerce de l’extérieur, au nom du Parlement et du public canadien, une surveillance sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Superviseur des activités d’espionnage au Canada et consultant en santé pour l’Arabie Saoudite…et/ou vice versa…pourquoi pas?

L’article sur ce qu’un ancien responsable du SCRS, David B Harris, qualifie de relation « complètement inappropriée » de Philippe Couillard avec l’Arabie saoudite est publié quelques jours seulement après que le président du CSARS, Arthur Porter, ait démissionné en raison de relations d’affaire douteuses avec un consultant de Montréal et de ses liens privilégiés avec le président du Sierra Leone.

Le Dr. Couillard considère son travail au service de l’Arabie saoudite comme une partie « importante » de sa vie professionnelle. Il est payé par le gouvernement saoudien pour rencontrer au moins une fois par année dix autres consultants et le ministre de la Santé du pays pour discuter de possibles réformes.

Dans l’article du National Post, l’auteure rappelle que Philippe Couillard et les autres membres du comité de surveillance du SCRS ont accès à des informations hautement confidentielles. C’est pourquoi des analystes œuvrant dans le milieu du renseignement soutiennent que les enjeux sont si élevés que la seule apparence d’irrégularité (ou la possibilité accrue qu’elle survienne) est intolérable.

Le Dr. Couillard refuse de commenter sur les blessures prescrites par la charia. La journaliste du Post contacta le Dr. Couillard pour lui demander de commenter au sujet de l’implication alléguée du ministère de la Santé d’Arabie saoudite pour lequel il travaille. L’histoire du Post ne dit pas si le Dr. Couillard, qui est un neurologue réputé, pourrait être consulté par les autorités saoudiennes

Philippe Couillard estime peu probable qu’Arthur Porter, son ami et associé d’affaires, l’ait fait nommer en 2010 au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS).

Or, l’arrivée de Philippe Couillard à cet organisme – qui est censé être neutre, représentatif politiquement et ne compter que de trois à cinq membres au  maximum – n’aurait rien du hasard, selon plusieurs interlocuteurs du milieu de la sécurité nationale. ( 03 )

 COUILLARD ET PORTER : DES NOMINATIONS CROISÉS

1984: Création du SCRS et du CSARS;

29 avril 2003 au 25 juin 2008 – Ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec dans le cabinet de James John (Jean) Charest

2004 : Le conseil d’administration du centre de santé universitaire de McGill nomme Dr Arthur Porter à la tête du CSUM;

2005: Arthur Porter est nommé par le ministre Philippe Couillard président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS);

 18août 2008 : Couillard devient partenaire du Fonds d’investissement PCP (Persistence Capital Partners);

3 septembre 2008: Arthur Porter est nommé membre du CSARS;

28 mai 2009: Philippe Couillard est nommé au CA de la société minière Canadian Royalties. Arthur Porter est nommé au C.A. de la société minière Canadian Royalties;

21 juin 2010: Philippe Couillard nommé membre du Conseil privé de la Reine;

22 juin 2010: Philippe Couillard et Arthur Porter fondent Porter, Couillard et associés;

23 juin 2010: Arthur Porter est nommé président du CSARS. Philippe Couillard est nommé membre du CSARS;

Le Premier ministre Stephen Harper annonce des nominations
au comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité
.

Une mauvaise fréquentation...
Une mauvaise fréquentation…

Communiqué de presse par le bureau du premier ministre du Canada: Ottawa (Ontario) 23 juin 2010 – Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé aujourd’hui la nomination de l’honorable Dr Arthur Thomas Porter, président, et de l’honorable Carol Skelton et de l’honorable Dr Philippe Couillard, à titre de membres du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS).

Le Dr Porter, de Montréal, au Québec, est président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) et directeur général et chef de la direction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), à Montréal. Il a été nommé membre du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité le 3 septembre 2008.

Madame Skelton, de Harris, Saskatchewan, a été ministre du Revenu national.

Le docteur Couillard, de St-Félicien, Québec, est associé à Persistence Capital Partners. Il est également administrateur d’Amorfix Life Sciences.

Conformément à la Loi sur le Service canadien du renseignement de sécurité, le docteur Couillard a été nommé au Conseil privé de la Reine pour le Canada.

Établi en 1984, le CSARS assure l’examen externe des activités du Service canadien du renseignement de sécurité. Il examine aussi les plaintes déposées par les particuliers ainsi que les rapports des ministres portant sur les cotes de sécurité et la sécurité nationale du Canada.

Ces nominations entrent en vigueur le 24 juin 2010.

10 novembre 2011: Arthur Porter démissionne du CSARS;

1er octobre 2012: Philippe Couillard démissionne du CSARS;

4 octobre 2012: Dissolution de la firme Porter, Couillard et associés.

Sur la photo,ils sont tous honorables devant les armoiries du Canada.
Sur la photo,ils sont tous honorables devant les armoiries du Canada.

VIDÉO SUR L’ARRESTATION D’ARTHUR PORTER:

NOTES ET RÉFÉRENCES SUR L’ARTICLE

1- À  propos de Arthur Porter.

2-L’article de Kathryn Blaze Carlson intitulé Watching the spywatchers (Surveiller ceux qui surveillent les espions).

3-Pour en savoir plus sur la nomination de Philippe Couillard au CSAR – Sur Cyberpresse, le 15 mars 2013

 4-À propos du président Pierre Duhaime dirigeant de SNC/Lavalin au moment où le contrat du CUSM a été donné – Sur MétéoPolitique

 5-Pour en savoir plus sur la partie de pêche cliquez ici – Sur Cyberpresse, le 14 mars 2013


TEXTE DE LA PÉTITION DEMANDANT L’EXTRADITION D’ARTHUR PORTER AU QUÉBEC

L’ancien patron de  l’hôpital McGill ,Arthur Porter,a été  souvent cité à l’enquête de la commission  Charbonneau , au Québec ,sur la façon dont  il aurait détourné de nombreuses sommes d’argent  sur le contrat menant  la création d’un super-hôpital de Montréal.

Il s’agit d’un contrat portant sur une somme de $1,3 milliards de dollars attribué de façon très controversé à la firme SNC-Lavalin dont nous connaissons aujourd’hui,les méthodes peu honn`tes pour s’attribuer ce contrat mirobolant.

Le contrat lucratif, finalisé en 2010, fait l’objet d’une fraude présumée de $ 22,500,000 impliquant Porter et sept autres personnes, y compris les anciens dirigeants de SNC-Lavalin.

Les ex-dirigeants de SNC-Lavalin sont accusés d’avoir  distribué de l’argent à l’ancien responsable de l’hôpital McGill,Arthur Porter et Yanai Elbaz en échange du contrat, que le géant de l’ingénierie de Montréal a  obtenu,grâce à cet acte de corruption.

ATTENDU QUE  tant que  Arthur Porter ne sera pas remis entre les mains de la Justice au Québec,il sera pratiquement impossible de faire lunière sur la Vérité entourant  les faits dans ce vol important de deniers publics,

ATTENDU QUE la sécurité  et la santé d’Arthur Porter sont menacé par son incarcération à la prison de Panama ou il se trouve présentement,

ATTENDU QUE des présomptions  très fortes pèsent sur le fait que son arrestation  soit une manigance du crime organisé afin de lui faire éviter une comparution en cours de Justice ,au Québec,ou il pourrait incriminer de nombreuses personnes s’il pourrait parler librement sur les faits ,

ATTENDU QUE Arthur Porter aurait à témoigner de liens politiques et d’affaires avec de nombreuses personnalités politiques,économiques et autres au Canada et au Québec qui permettrait de récupérer  de nombreuses sommes d’argent au nom des citoyens et citoyennes du Québec tout en permettant d’assainir et de comprendre les liens entre le crime organisé et la gérance de l’État,

ATTENDU QUE Arthur Porter a eu la responsabilité de gérer le CSARS (Comité de Surveillance des Activités de Renseignement de Sécurité)(1) ce qui en fait un homme fort renseigner sur les activités d’espionnage  et de renseignement au Québec et au Canada ,nous estimons que son témoigage est indispensable  à la Commission Charbonneau ,ne serait-ce que pour réaffirmer notre droit à l’information et nettoyer l’honneur de notre pays dans ce genre d’activités,

ATTENDU QUE des accusations de détournements  importants de sommes d’argent circulent dans les médias,concernant une importante clinique ,au Sierra Leone,en Afrique et la fabrication d’une arme bactériologique dont la base serait le virus d’Ebola,nous,les signataires de cette pétion,estimons que toute la vérité doit être entendue aussi,sur cette autre affaire et que le gouvernement du Sierra Leone  devrait aussi être prévenu de nos démarches d’extradition,sur le prévenu Arthur Porter,

ATTENDU QUE tous les citoyens sont égaux devant la loi,NOUS,les personnes ayant signé cette pétition ,réclamons l’extradition d’Arthur Porter  vers le Québec afin que Justice soit faite.Nous,les signaires de cette pétition demandons aux gouvernement du Canada et du Québec de faire diligence afin d’éviter que la vie  de ce précieux témoin d’activités criminelles soit davantage menacée en le réclamant immédiatement des autorités  de Panama.

Le résultat de cette pétition sera remis à un député de l’Assemblée Nationale du  Québec…si quelqu’un veut bien  s’en  occuper dans cette Assemblée peu crédible.

Bien à vous,

Michel Duchaine ,citoyen du Québec,

Chercheur et Diseur de Vérité


NOTES

1-Le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS ou Comité) a été constitué en 1984 à titre d’organisme indépendant qui, d’une part, surveille de l’extérieur les opérations du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS ou Service) et, de l’autre, rend des comptes au Parlement du Canada sur son rendement.

Publicités

Arthur Porter est mon meilleur ami

Couillard Porter

 

Les Québécois ont payé le «juste prix» pour le CUSM, soutient Yves Bolduc …

Cachez ce stationnement que je ne saurais voir !

Chaque fois que je passe dans ce coin-là, sur la 720 Ouest, devant l’imposant nouvel hôpital anglophone de Montréal (CUSM), je me pose la question (j’en suis même un peu gossant, demandez à mes amis!): comment, à notre époque, peut-on construire un stationnement étagé aussi haut, aussi visible, aussi moche, comme une espèce de rappel absurde aux horreurs urbanistiques des années 70 et 80 si présentes dans tant de villes nord-américaines?

Eh bien, il semble que je m’indigne pour rien :
selon les conclusions des enquêteurs de la commission Charbonneau, cette masse de béton ajourée de huit étages est un… stationnement souterrain ! Avec autant d’imagination, on pourrait même finir par se convaincre que l’autoroute Ville-Marie, c’est les Champs-Élysées ou que le mât du Stade olympique est un pittoresque phare sur le Saint-Laurent.

Sont forts, tout de même, les anciens dirigeants du CUSM. S’ils ont été capables de faire passer un bloc de huit étages pour un ouvrage souterrain, pas étonnant qu’ils aient été aussi capables d’en passer une p’tite vite au gouvernement. Une p’tite vite qui aurait permis au consortium dirigé par SNC-Lavalin d’obtenir ce contrat en aspergeant quelque 22,5 millions de dollars de pots-de-vin.

Il y aura, vraisemblablement, un jour des condamnations dans cette sordide histoire de corruption au CUSM (huit personnes, dont l’ancien directeur du CUSM, Arthur Porter, et l’ancien PDG de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, sont accusés de fraudes, complot, abus de confiance, notamment), mais en attendant, il n’est pas très difficile de désigner les dindons de cette triste farce. Eh oui, c’est nous (encore une fois!), contribuables québécois, entubés, s’il faut en croire la version des enquêteurs de la commission Charbonneau, par une bande de profiteurs sous l’oeil éteint de notre gouvernement.

Certains s’étonneront peut-être de voir la commission Charbonneau s’intéresser de si près à cette histoire, d’autant que des procédures criminelles sont en cours dans cette affaire. Le titre même de la CEIC – Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction – et la firme impliquée dans un des contrats publics majeurs des dernières années – SNC-Lavalin, géant de cette industrie – devaient toutefois mener naturellement les enquêteurs de la juge Charbonneau le long de la 720. L’octroi et la gestion des contrats publics, ce n’est pas la magouille impliquant les partis politiques ou le gouvernement. L’incurie, aussi, comme on le constate encore une fois, coûte cher aux contribuables.

Cette histoire, pour le Québec, est une vraie honte. Recruter à l’étranger des «spécialistes» pour mieux se faire plumer, ça fait vraiment république bananière de classe mondiale! On n’a pas seulement ouvert la porte du poulailler aux renards, on leur a déroulé le tapis rouge pour les y conduire!

Il faut se rappeler que le gouvernement Charest poussait très fort pour instaurer au Québec le modèle controversé des PPP (partenariat public-privé) et que le CUSM devait être un des fers de lance de cette approche. À l’époque, le gouvernement Charest n’y voyait que des avantages. Les risques, disait-il, pesaient sur les entreprises privées qui ne respecteraient pas leur contrat avec le gouvernement.

La réalité, c’est que les contribuables québécois doivent éponger, encore une fois, les dépassements de coûts, les magouilles avec, en prime, le sentiment honteux de s’être fait avoir et une horreur architecturale de plus dans le paysage montréalais.

Il ne serait pas étonnant par ailleurs que le consortium rival de SNC-Lavalin, dirigé par le géant espagnol OHL, qui a été apparemment écarté par des tractations illégales, réclame compensation, ce qui serait parfaitement normal.

Quelle que soit la suite judiciaire de l’affaire, le CUSM avance et son inauguration est prévue pour 2015. On prévoit déjà une grande fête, une parade, etc.

Philippe Couillard, qui sera nécessairement de la fête, doit espérer très fort qu’on ne parle plus trop de son ancien ami et associé Arthur Porter au moment de couper le ruban.

Rien n’est moins sûr. Ça s’incruste, des taches pareilles.

Vincent Marissal

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201405/17/01-4767556-cachez-ce-stationnement-que-je-ne-saurais-voir.php Afficher la suite

 

Québec ,gérance du crime organisé: Pierre Lortie ,conseiller de Couillard et architecte du plan d’affaires du CUSM

Pierre Lortie
Pierre Lortie

 

Un des inspirateurs du programme économique de l’espion canado-saoudien qui nous sert de  premier ministre,pour le compte d’intérêts occultes (lire:le crime organisé) , Philippe Couillard, a été l’architecte de la proposition financière du stationnement du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) qui a permis à SNC-Lavalin de remporter le lucratif contrat,en fraudant et en trompant l’éthique professionnelle.

Pierre Lortie est conseiller principal, section affaires chez Dentons, un cabinet d’avocats formé notamment de l’ancien bureau Fraser Milner Casgrain. 

Comme on peut le lire dans ses notes biographiques publiées sur le site internet de Dentons, M. Lortie a été actif dans le processus en mode partenariat public-privé (PPP) du CUSM.

Lors de la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ), en 2013, il a fait partie du groupe de proches conseillers de Philippe Couillard en matière d’économie et de développement. Il a participé à l’élaboration de la plate-forme économique, a confirmé le bureau du premier ministre.

 

En août dernier, il s’est investi une nouvelle fois auprès du PLQ. Il a travaillé au contenu économique à débattre lors du Forum des idées pour le Québec. M. Lortie a également recruté les conférenciers; lui-même a pris la parole. Une nouvelle édition de l’événement aura lieu l’automne prochain, dans une formule réduite. 

Le PLQ a aussi confirmé qu’encore une fois, Pierre Lortie «donne un coup de main» à titre de bénévole pour la tenue du forum.Un chum,c’est un chum!

Formule gagnante pour SNC-Lavalin…une compagnie libérale

Le nom de Pierre Lortie est ressorti à plusieurs reprises à la commission Charbonneau depuis une semaine,mais ça ne dérange plus personne ,au Québec ,une colonie néolibérale dont trop de citoyens sont en état de léthargie avancée.

À tour de rôle, des enquêteurs de la Commission et de la Sûreté du Québec ont expliqué l’importance du travail de M. Lortie pour trouver une solution respectant le plafond budgétaire de 1,3 milliard pour la construction du CUSM.

Selon Éric Desaulniers, enquêteur de la Commission, «la proposition, elle est réalisée par Pierre Lortie». Puis, mardi dernier, Jean-Frédérick Gagnon, de la SQ, a affirmé que M. Lortie a été embauché par le CUSM «pour faire ce qu’on appelle une stratégie d’ingénierie financière en sortant le financement du stationnement du projet général soumis par les deux soumissionnaires».Des mots différents pour dire qu’on va tricher sur le dos de la seule compagnie concurrente.

Le lendemain, c’était au tour du responsable du dossier du CUSM à l’Agence des partenariats public-privé (PPP), Gabriel Soudry, de mentionner que M. Lortie avait été l’architecte de la proposition concernant le financement du stationnement du superhôpital anglophone.

Montage financier

Concrètement, Pierre Lortie a conseillé d’extraire du montage financier du PPP le paiement du stationnement. Du coup, SNC-Lavalin a utilisé les économies de 25 millions que la manoeuvre permettait pour bonifier sa soumission. 

Ce faisant, SNC-Lavalin devançait son concurrent, le consortium espagnol mené par OHL. Le hic, c’est qu’à aucun moment OHL n’a été prévenu de ces changements.N’est-ce pas qu’en matière d’escroquerie que le « Modèle capitaliste québécois » sait faire.

La proposition de M. Lortie a contraint le gouvernement à verser une somme supplémentaire pour la construction du stationnement, à l’extérieur du cadre des PPP, ont révélé les enquêteurs de la commission Charbonneau.

Cette somme s’élèverait à 245 millions (266 millions avec les intérêts), a appris La Presse. Le nombre de places aurait été augmenté.

Plusieurs journalistes  ont  tenté de joindre Pierre Lortie. Sa secrétaire a indiqué qu’il ne souhaitait pas se prononcer sur le dossier du CUSM. Au bureau du pseudo- premier ministre, on a également refusé de commenter l’implication de M. Lortie à la fois au CUSM et au PLQ corrompu.

Un ami libéral

Pierre Lortie a une longue feuille de route professionnelle. Ingénieur de formation (il n’est plus inscrit à l’ordre professionnel depuis l’année dernière), il a dirigé la Bourse de Montréal. Il s’est retrouvé par la suite à la présidence de Provigo, puis chez Bombardier.

Dans la foulée du nouveau credo du gouvernement de Jean Charest en faveur des PPP, l’ancienne présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, a fait appel aux services de M. Lortie, un ami personnel, qui a alors occupé le poste de conseiller auprès de deux instances gouvernementales.

Mme Jérôme-Forget vantait alors les compétences de Pierre Lortie. «Les gens sont renversés de voir son talent et son habileté à pousser les dossiers», avait-elle dit.

Devenu consultant au cabinet d’avocats Fraser Milner Casgrain, M. Lortie a travaillé de près au bureau du directeur exécutif responsable du dossier du CUSM, du CHUM et de son Centre de recherche. Il a également dirigé la préparation des plans d’affaires des centres hospitaliers universitaires pour l’Agence des PPP.

Congédié

Le vérificateur général du Québec a décrié les plans d’affaires qui ne permettaient pas de «conclure avec rigueur que ce mode [PPP] offre une réelle valeur ajoutée pour les fonds investis».

En 2009, le PDG de l’Agence des PPP, Normand Bergeron, a congédié Pierre Lortie qui empochait 12 000 $ par semaine (14 heures/jour, 5 jours/semaine). M. Bergeron a raconté cette semaine, devant la commission Charbonneau, que M. Lortie lui coûtait cher, compte tenu qu’il ignorait la justification de son contrat. 

«Vous savez pas comment ça se fait qu’il en est venu à avoir ce contrat-là?», lui a demandé le procureur de la Commission. «Absolument pas, il était là quand je suis arrivé», a indiqué M. Bergeron. L’expert en PPP du CUSM, St. Clair Armitage, a immédiatement recruté M. Lortie.

Un mandat d’arrestation a été émis récemment contre M. Armitage concernant la fraude présumée de 22,5 millions grâce à laquelle la firme SNC-Lavalin aurait été favorisée.

Un certain Arthur Porter doit rire  comme un fou du Québec.