Pourquoi l’histoire de l’Holocauste a-t-elle été inventée ?

 

Le génocide des Juifs européens par l’Allemagne nationale-socialiste est considéré par beaucoup comme l’événement le mieux documenté de l’histoire humaine. Des dizaines de milliers de livres, de magazines et d’articles de journaux ont été écrits et de nombreux procès criminels ont été menés pour documenter l’extermination massive des Juifs d’Europe. Les crimes de l’Allemagne contre les Juifs sont considérés comme étant si maléfiques que le terme « Holocauste » a été inventé pour décrire le prétendu génocide des Juifs d’Europe. On m’a posé des questions : « Pourquoi a-t-on inventé l’histoire de l’Holocauste ? A qui profite cette falsification de l’histoire ? » Cet article répondra à ces questions.
John Wear 

Justification de la guerre contre l’Allemagne

La Seconde Guerre mondiale a été de loin la guerre la plus sanglante et la plus destructrice de l’histoire humaine. Beaucoup de gens se demandaient si tous les morts et les destructions causés par la guerre avaient été nécessaires.

Le soi-disant Holocauste a été utilisé par les Alliés pour diaboliser l’Allemagne et prouver que leur effort de guerre était nécessaire pour vaincre une nation aussi mauvaise.

Avec la libération d’Ohrdruf, de Buchenwald et de Dachau par l’armée américaine et la libération de Bergen-Belsen par les troupes britanniques, de grands groupes d’observateurs occidentaux ont affronté pour la première fois les horreurs des camps allemands. Le U.S. Army Signal Corps a filmé et photographié pour la postérité les scènes horribles d’immenses piles de cadavres et de détenus émaciés et malades qui ont survécu. D’éminents journalistes et politiciens sont venus en Allemagne pour voir par eux-mêmes les témoignages poignants dans les camps. Les scènes horribles des camps allemands ont été utilisées par les Alliés pour justifier leur participation à la guerre[1].

Entrée principale du camp d’Auschwitz-Birkenau

L’historien juif Robert Jan van Pelt écrit[2] :

« Pour les Alliés, la découverte des camps s’est révélée une justification finale de leur effort de guerre. En 1940, Churchill avait proclamé qu’une victoire nazie apporterait « un nouvel âge des ténèbres rendu plus sinistre par la science pervertie ». La libération des camps prouve que Churchill n’a pas exagéré le danger. Et même si Auschwitz avait été libéré par les Russes, les Anglais et les Américains entendirent beaucoup d’histoires sur ce camp. »

Création d’Israël

L’histoire de l’Holocauste a également été utilisée pour justifier la création de l’État d’Israël. Simon Wiesenthal écrit :[3]

« La création d’Israël était la seule réaction possible et la seule correcte à Auschwitz. Il devait y avoir un pays dans le monde où les Juifs sont les propriétaires terriens au lieu d’invités tolérés, un lieu de refuge au sens le plus vrai du terme, même pour les Juifs qui vivent dans d’autres pays. »

David Ben-Gourion a déclaré au début de la Seconde Guerre mondiale que la guerre devrait prendre fin en donnant aux sionistes leur propre État. Après la guerre, Ben Gourion et d’autres dirigeants israéliens ont déclaré que l’Holocauste avait prouvé une fois de plus que la seule solution au problème juif était un État indépendant en Israël. David Ben-Gourion a de nouveau mentionné pendant le procès d’Adolf Eichmann que l’Holocauste a eu lieu parce que les Juifs ne vivaient pas dans leur propre pays [4].


HORS TEXTE IMPORTANT

Il y a plus de  100 ans, la “Déclaration Balfour”

 

Le 2 novembre 1917, ce texte signé par le chef de la diplomatie britannique Arthur Balfour affirme que “le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif”. Alors que la Première Guerre mondiale entre dans sa dernière année, Londres cherche à renforcer ses positions et à obtenir le soutien du mouvement sioniste qui se développe au sein des communautés juives d’Europe et d’Amérique.

Sionisme politique

Fin août 1897, un peu plus d’un an après la parution de son livre “l’Etat des juifs”, le journaliste et écrivain Theodor Herzl réunit à Bâle, en Suisse, le premier congrès sioniste, composé de quelque 200 délégués venus pour la plupart d’Europe orientale et notamment de Russie. “Le sionisme aspire à créer, pour le peuple juif, un foyer en Palestine garanti par le droit public”, proclame le congrès.

Celui-ci veut notamment encourager “la colonisation de la Palestine par des agriculteurs, ouvriers et artisans juifs”, renforcer le “sentiment national juif” et obtenir des différents gouvernements “le consentement nécessaire à la réalisation de l’aspiration du sionisme”.

L’antisémitisme et les pogroms en Europe ont accéléré l’arrivée des juifs en Palestine: ils sont 47.000 en 1895, contre 24.000 en 1882. Du côté arabe, après des protestations de notables de Jérusalem, les premières organisations politiques sont créées en 1911 à Haïfa et à Jaffa pour lutter contre le sionisme.

Des intérêts britanniques

Fin 1915, France et Grande-Bretagne discutent d’un partage des provinces arabes de l’Empire ottoman. Mais parallèlement, des émissaires britanniques négocient avec Hussein, chérif de La Mecque, lui faisant miroiter l’indépendance arabe. En 1916, le Britannique sir Mark Sykes et le Français François Georges-Picot prévoient de placer la Palestine sous administration internationale dans le cadre d’un futur partage entre leurs pays des provinces arabes de l’Empire ottoman.

Mais le Royaume-Uni ne se résout pas à cette internationalisation, même s’il se voit attribuer le contrôle direct des ports d’Haïfa et de Saint-Jean d’Acre. Il cherche à canaliser à son profit les aspirations sionistes et considère que la reconnaissance d’un “foyer national juif” pourrait servir à assurer ses intérêts au Proche-Orient. De son côté, le mouvement sioniste engage des négociations avec le gouvernement britannique. Il est aidé par la nomination fin 1916 d’Arthur Balfour, sympathisant de la cause juive, au Foreign Office.

Une phrase, 67 mots

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour adresse à Lord Walter Rothschild, haut représentant de la communauté juive britannique, une lettre dactylographiée approuvée par le cabinet, qu’il lui demande de porter à la connaissance de la Fédération sioniste :

Traduction du texte:

“Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ou aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays”.

Cette simple phrase de 67 mots constitue une grande victoire pour Chaïm Weizmann, chef des sionistes de Grande-Bretagne et futur premier président israélien, qui n’avait pas ménagé ses efforts en ce sens. Au Proche-Orient, les Arabes n’ont pas été consultés sur cette déclaration, ni même informés. Pourtant, les juifs ne représentent en 1917 que 7% de la population de la Palestine. Les premières manifestations contre la déclaration Balfour se déroulent en février 1920 à Jérusalem, Jaffa et Haïfa.

Naissance de l’Etat d’Israël

En avril 1920, la conférence de San Remo confie à Londres un mandat sur la Palestine. Selon le texte de ce mandat, approuvé définitivement en 1922 par la Société des Nations, la Grande-Bretagne “assumera la responsabilité d’instaurer dans le pays une situation politique, administrative et économique de nature à assurer l’établissement du foyer national pour le peuple juif”. C’est un immense succès pour les sionistes.

De 1936 à 1939, Londres se heurte à la grande révolte arabe. Avec la montée du nazisme et après le génocide juif durant la Seconde Guerre mondiale, l’immigration juive en Palestine prend une considérable ampleur. Des groupes clandestins sionistes armés accentuent la pression.

En novembre 1947, l’ONU adopte un plan de partage de la Palestine en deux Etats, un juif et un arabe, Jérusalem étant placé sous contrôle international. Le 14 mai 1948, David Ben Gourion proclame la création de l’Etat d’Israël aussitôt après la fin du mandat britannique sur la Palestine.

 

 

 

 



L’historien israélien Tom Segev explique pourquoi l’histoire de l’Holocauste est si importante pour Israël :[5].

« Israël se distingue des autres pays par la nécessité de justifier – au reste du monde et à lui-même – son droit même d’exister. La plupart des pays n’ont pas besoin de telles justifications idéologiques. Mais Israël oui, parce que la plupart de ses voisins arabes ne l’ont pas reconnu et parce que la plupart des Juifs du monde préfèrent vivre dans d’autres pays. Tant que ces facteurs resteront vrais, le sionisme sera sur la défensive. Pour justifier l’État d’Israël, l’Holocauste n’est comparable qu’à la promesse divine contenue dans la Bible : Il semble être la preuve définitive de l’argument sioniste selon lequel les Juifs ne peuvent vivre en sécurité et avec des droits égaux que dans leur propre pays et qu’ils doivent donc avoir un Etat autonome et souverain, assez fort pour défendre son existence. »

Tom Segev écrit en outre :[6].

« La diabolisation du nazisme et sa mythologisation, en général, étaient également nécessaires puisque l’Holocauste a servi de justification principale à la création et à l’existence de l’État d’Israël. »

Justification de la violence israélienne

Il y a eu au moins 33 massacres de villages palestiniens pendant la « guerre d’indépendance » d’Israël. Les forces sionistes étaient plus importantes et mieux équipées que leurs opposants, et à la fin de la guerre, plus de 750.000 Palestiniens avaient été expulsés sans pitié de leurs foyers [7] Comme l’écrit Tom Segev :[8].

« Israël est né de la terreur, de la guerre et de la révolution, et sa création a exigé une certaine dose de fanatisme et de cruauté. »

Des villes entières et des centaines de villages en Palestine ont été vidés de leur population palestinienne et repeuplés de nouveaux immigrants juifs. Les immigrants juifs étaient au nombre de 100.000 en avril 1949, la plupart d’entre eux ayant survécu à l’Holocauste. Les Palestiniens ont perdu tout ce qu’ils avaient et sont devenus des réfugiés démunis, tandis que les immigrants juifs en Israël ont volé les biens des Palestiniens et confisqué tout ce dont ils avaient besoin [9].

L’histoire de l’Holocauste a été utilisée à plusieurs reprises pour justifier l’agression d’Israël contre ses voisins. Le Premier ministre israélien Menachem Begin justifiait la démolition d’une prétendue installation nucléaire irakienne en juin 1981 par les mots :[10].

« Nous devons protéger notre nation, dont un million et demi d’enfants ont été tués par les Nazis dans les chambres à gaz. »

Avant l’invasion du Liban par Israël en juin 1982, Begin a dit à son cabinet :[11].

« Vous savez ce que j’ai fait et ce que nous avons tous fait pour prévenir la guerre et la perte de vies humaines. Mais tel est notre destin en Israël. Il n’y a pas d’autre moyen que de se battre avec abnégation. Croyez-moi, l’alternative est Treblinka, et nous avons décidé qu’il n’y aurait plus de Treblinkas. »

Quelques semaines après l’invasion du Liban par Israël, Begin a déclaré qu’après l’Holocauste, la communauté internationale avait perdu son droit d’exiger qu’Israël réponde de ses actes. Il a commencé par déclarer à la Knesset : « Nul ne peut prêcher la moralité à notre peuple, où que ce soit dans le monde. » Une déclaration similaire a été incluse dans la résolution adoptée par le cabinet de Begin après les massacres dans les camps de réfugiés palestiniens à la périphérie de Beyrouth [12].

Vers la fin des années 1980, il n’y avait guère un jour où l’histoire de l’Holocauste n’était pas mentionnée dans l’un des journaux israéliens. Cette exposition constante a encouragé de nombreux soldats israéliens à planifier des moyens d’exterminer les Arabes. Selon Ehud Praver, officier de l’éducation israélienne, « trop de soldats en déduisaient que l’Holocauste justifiait toutes sortes d’actions honteuses »[13].

La culpabilité allemande

Le soi-disant Holocauste a également été utilisé de manière efficace pour inciter le peuple allemand à la culpabilité. Comme l’écrit l’historien britannique Ian Kershaw :[14]

« Des décennies n’effaceraient pas complètement le sentiment simple mais convaincant : « J’ai honte d’être allemand ». »

Friedrich Grimm, une autorité allemande renommée en matière de droit international, s’est vu montrer des échantillons de nouveaux dépliants imprimés peu après la guerre en allemand pour être distribués par les Alliés dans toute l’Allemagne. Décrivant les crimes de guerre allemands, les dépliants constituaient la première étape du programme de rééducation conçu pour l’Allemagne. Grimm suggéra à un officier allié que depuis la fin de la guerre, il était temps d’arrêter cette diffamation. L’officier allié répondit :[15].

« Pourquoi ? Non, on ne fait que commencer. Nous continuerons cette campagne d’atrocités, nous l’augmenterons jusqu’à ce que plus personne ne veuille entendre parler des Allemands, jusqu’à ce que toute sympathie qu’il y a pour vous dans d’autres pays soit complètement détruite, et que les Allemands eux-mêmes deviennent si confus qu’ils ne savent plus ce qu’ils font ! »

La campagne alliée visant à culpabiliser les Allemands au sujet de ce qu’on appelle l’Holocauste a été couronnée de succès. La culpabilité allemande est si puissante qu’elle a amené le gouvernement allemand à faire d’énormes réparations et à présenter d’humbles excuses aux Alliés. Des millions d’expulsés allemands ont payé des réparations aux survivants des camps de concentration allemands même si on leur a volé leurs terres et leurs biens personnels.

James Bacque écrit à propos du sentiment de culpabilité des Allemands :[16].

« La culpabilité imprègne l’Allemagne comme une religion. C’est la « République de Canossa » , pénitente de douleur devant ses juges. La culpabilité est si forte qu’elle a amené la République de Canossa à nier à maintes reprises toute intention de reconquérir la souveraineté sur ses terres orientales, bien qu’il soit un principe bien établi des Nations Unies qu’aucun gouvernement n’ait le droit de renoncer aux revendications des individus sur leurs biens. Elle ne peut pas non plus entraver leur droit au retour dans leur ancienne patrie. »

Crimes alliés contre les Allemands

L’histoire de l’Holocauste a également été utilisée pour couvrir et ignorer les crimes des Alliés contre les Allemands après la Seconde Guerre mondiale. Les morts allemandes après la guerre peuvent être divisées en trois groupes de personnes. Le premier groupe est celui des prisonniers de guerre allemands en Europe et en Union soviétique. Le deuxième groupe est celui des expulsés allemands, et le troisième groupe est celui des Allemands résidant déjà en Allemagne. Bien que personne ne saura jamais exactement combien d’Allemands sont morts entre 1945 et 1950, il est certain que les décès dépassent de loin les estimations traditionnelles. La grande majorité de ces morts ont été causées par les politiques meurtrières imposées par les Alliés contre l’Allemagne après la guerre.

Plus de 70% de la population d’Israel provient des juifs Khazares…et non de palestine.

On estime à 1,5 million le nombre de morts allemands dans les camps de prisonniers de guerre alliés. Cela comprend plus de 517.000 morts de prisonniers de guerre en Union soviétique, 100.000 en Yougoslavie, en Pologne et dans d’autres pays, et le reste dans les camps américains et français. Les Allemands qui moururent dans ces camps de prisonniers de guerre alliés souffrirent inlassablement d’exposition, de maladie et de famine lente. Cette atrocité alliée bien documentée est encore ignorée ou niée par la plupart des historiens d’aujourd’hui.

Il est probable qu’au moins 2,1 millions d’expulsés allemands sont morts dans ce qui était censé être un transfert « ordonné et humain ». L’estimation de 2,1 millions de morts d’expulsés allemands est reconnue comme étant valable par la plupart des historiens traditionnels. Les autorités ont estimé que le nombre de décès de personnes expulsées par les Allemands était beaucoup plus élevé[17].

On estime que 5,7 millions d’Allemands résidant déjà en Allemagne sont morts de faim à cause des politiques mises en œuvre par les Alliés après la guerre. James Bacque explique en détail comment ce total de 5,7 millions de décès est calculé :

La population de toute l’Allemagne occupée en octobre 1946 était de 65 millions d’habitants, d’après le recensement préparé par l’ACC. D’après les archives des quatre principaux Alliés, les prisonniers de retour qui ont été ajoutés à la population entre octobre 1946 et septembre 1950 étaient au nombre de 2.600.000 (chiffres arrondis). Les naissances, selon l’organisme statistique officiel allemand, Statistisches Bundesamt, a ajouté 4.176.430 nouveaux arrivants en Allemagne. Le nombre de personnes expulsées s’élevait à 6.000.000. Ainsi, la population totale en 1950, avant pertes, aurait été de 77.776.430 habitants, selon les Alliés eux-mêmes. Selon l’Annuaire de l’ONU et le gouvernement allemand, le nombre de décès officiellement enregistrés entre 1946 et 1950 était de 3.235.539. Selon le gouvernement allemand, l’émigration était d’environ 600.000 personnes. Ainsi, la population trouvée aurait dû être de 73.940.891 personnes. Mais le recensement de 1950 effectué par le gouvernement allemand sous la supervision des Alliés n’en a trouvé que 68.230.796. Il manquait 5.710.095 personnes, selon les chiffres officiels alliés (arrondis à 5.700.000) [18].

La somme de 1,5 million de prisonniers de guerre allemands, 2,1 millions d’expulsés allemands et 5,7 millions de résidents allemands correspond à l’estimation minimale de 9,3 millions d’Allemands qui sont morts inutilement après la guerre. C’est beaucoup plus d’Allemands que de morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Des millions d’Allemands moururent lentement de faim pendant que les Alliés retenaient la nourriture disponible. La majorité de ces Allemands morts après la guerre étaient des femmes, des enfants et des hommes très âgés. Leurs morts n’ont jamais été honnêtement rapportées par les Alliés, le gouvernement allemand ou la plupart des historiens. Au lieu de cela, tout ce que l’on commémore, c’est le prétendu génocide des Juifs d’Europe.

Culpabilité et apathie des alliés

Les Alliés ont également été déclarés coupables de ne pas faire davantage pour prévenir ce qu’on appelle l’Holocauste. L’historienne juive Deborah Lipstadt écrit :[19].

« Une véritable antipathie à l’égard des Juifs a certainement affecté la réaction des Alliés. Bien que personne parmi les Alliés ou dans la presse ne voulait voir des Juifs tués, pratiquement personne n’était prêt à préconiser que des mesures soient prises pour tenter d’arrêter le carnage. De nombreux responsables alliés en position de pouvoir à Londres et à Washington en avaient assez d’entendre parler des Juifs et étaient encore plus fatigués qu’on leur demande de faire quelque chose à leur sujet, même si des mesures auraient pu être prises ».

Elie Wiesel écrit à propos de l’échec des Alliés à sauver les Juifs d’Europe :[20].

« On dirait presque que diplomates et hommes d’État ont passé plus de temps à inventer des raisons de ne pas sauver les Juifs qu’à essayer de trouver un moyen de les sauver. »

Les présidents américains Jimmy Carter, Ronald Reagan et George H. W. Bush ont tous déclaré que les États-Unis ne manqueront jamais d’agir pour mettre fin à quelque chose d’aussi mauvais que le génocide des juifs européens. Lors de l’inauguration du Musée commémoratif de l’Holocauste à Washington, le président Bill Clinton s’est exprimé dans le même sens [21].

« Pour ceux d’entre nous qui représentons aujourd’hui les nations de l’Occident, nous devons vivre éternellement avec cette connaissance : Même si notre conscience fragmentaire des crimes s’est transformée en faits incontestables, trop peu a été fait. »

Michael Goldberg dit à propos du Musée commémoratif de l’Holocauste aux États-Unis :[22].

« Le musée est un sombre rappel que malgré tous ses prétendus idéaux, l’Amérique a néanmoins tourné le dos aux Juifs fuyant Hitler… Par conséquent, le rappel par le musée de ce qui est arrivé aux Juifs dans le passé peut pousser les Américains et leurs décideurs politiques nationaux à Washington à soutenir Israël dans le présent, de peur que dans l’avenir, le même sort soit à nouveau réservé aux Juifs et que le même échec moral attend les Américains une fois encore ».

Le président Barack Obama a affirmé à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de Dachau :[23] «…nous jurons avec ferveur que de telles atrocités ne se reproduiront plus jamais » et « l’Histoire ne se répétera pas ».

Bien sûr, le président Obama a oublié de dire à son auditoire que la plupart des détenus de Dachau sont morts de causes naturelles. Obama a également oublié de mentionner que la plus grande atrocité qui s’est produite à Dachau a été le massacre de 520 gardes allemands par les troupes américaines le jour où Dachau a été libérée[24].

Réparations aux Juifs

La culpabilité allemande pour ce que l’on appelle l’Holocauste a donné lieu à des réparations massives aux survivants de l’Holocauste et à l’État d’Israël. Les réparations allemandes aux Juifs ont été discutées dès le début de la Seconde Guerre mondiale. Tom Segev écrit :[25]

« L’idée [de réparations] semble avoir été dans l’air depuis le début de la guerre, apparemment déclenchée par les réparations punitives imposées à l’Allemagne à la fin de la Première Guerre mondiale. Ben-Gourion a reçu un mémorandum à ce sujet dès 1940. Berl Katznelson en a parlé publiquement vers la fin de l’année. En décembre 1942, il existait déjà à Tel-Aviv une organisation privée appelée Justicia qui proposait d’aider les victimes nazies à rédiger des demandes d’indemnisation. »

La haine envers les Allemands en Israël était intense après la guerre. Beaucoup prônaient une loi spéciale interdisant aux Israéliens tout contact social avec les citoyens allemands. Cependant, comme la plupart des Israéliens estimaient que les Allemands leur devaient des réparations massives pour le prétendu Holocauste, l’Allemagne et Israël ont commencé à négocier des réparations le 20 mars 1952. L’accord de Luxembourg, conclu six mois plus tard, engageait le gouvernement allemand à verser des réparations massives aux survivants de l’Holocauste [26].

Nahum Goldmann a déclaré dans une interview de 1976 que l’Accord de Luxembourg « constituait une innovation extraordinaire en matière de droits internationaux ». Goldmann se vantait aussi d’avoir obtenu 10 à 14 fois plus du gouvernement de Bonn qu’il ne l’avait prévu au départ [27].

Des millions de Juifs ont finalement reçu une compensation personnelle pour leurs douleurs et leurs souffrances pendant ce qu’on a appelé l’Holocauste. En 1998, le gouvernement fédéral allemand avait versé à Israël et aux victimes du Troisième Reich des réparations d’environ 61,8 milliards de dollars. En outre, les Allemands avaient versé plusieurs milliards de dollars supplémentaires en fonds privés et autres fonds publics aux travailleurs forcés du temps de guerre [28].

Les réparations allemandes à Israël et aux Juifs se poursuivent jusqu’à ce jour [29].

Solidarité juive

L’histoire de l’Holocauste est décrite par de nombreux dirigeants juifs comme un événement particulièrement mauvais. Un exemple de ce point de vue a été exprimé par Abraham H. Foxman alors qu’il était directeur national de la Ligue antidiffamation du B’nai B’rith :[30].

« L’Holocauste est quelque chose de différent. C’est un événement singulier. Il ne s’agit pas simplement d’un exemple de génocide, mais d’une tentative presque réussie sur la vie des enfants choisis par Dieu et, par conséquent, sur Dieu Lui-même. C’est un événement qui est l’antithèse de la Création telle qu’elle est décrite dans la Bible ; et comme son contraire direct, qui est revécu chaque semaine avec le sabbat et chaque année avec la Torah, il faut s’en rappeler de génération en génération. »

Michael Goldberg confirme que l’histoire de l’Holocauste est devenue une religion pour de nombreux Juifs :[31].

« De même que l’Holocauste est devenu l’histoire maîtresse de nombreux juifs contemporains, de même son observance perpétuelle est devenue leur pratique juive primordiale, la vénération et leur religion. Et comme toute église organisée, ce culte de l’Holocauste a ses propres principes de foi, de rites et de sanctuaires. »

Les Israéliens sont obsédés par l’histoire et l’héritage de l’Holocauste. Une étude réalisée en 1992 auprès d’étudiants israéliens a révélé que près de 80 % des personnes interrogées s’identifiaient à l’affirmation « Nous sommes tous des survivants de l’Holocauste ». Le soi-disant Holocauste est devenu un moyen pour les Juifs séculiers de se sentir liés à leur héritage juif [32].

L’Holocauste, dont on se souvient rituellement en célébrant le jour du souvenir de l’Holocauste, est un moyen majeur de créer une solidarité entre les Juifs. Alors que certaines communautés juives connaissent des conflits entre juifs orthodoxes, conservateurs et réformistes, elles mettent de côté leurs différences et s’unissent pour se souvenir de ce qu’on appelle l’Holocauste. Toute vérité dans le slogan du judaïsme « Les Juifs ne font qu’un » se manifeste rituellement le jour du souvenir de l’Holocauste [33].

Conclusion

Le prétendu génocide des Juifs européens a été utilisé pour justifier l’effort de guerre des Alliés, pour établir l’Etat d’Israël, pour justifier la violence israélienne contre les Palestiniens et contre tous ses voisins arabes, pour inciter les Allemands et les nations alliées à la culpabilité, pour couvrir et ignorer les crimes alliés contre les Allemands, pour permettre aux Juifs de recevoir une réparation massive de l’Allemagne et pour instaurer la solidarité dans la communauté juive. L’importance extrême de l’histoire de l’Holocauste dans la promotion des intérêts sionistes/juifs garantit que cette falsification de l’histoire continuera à l’avenir.

Notes

[1] Van Pelt, Robert Jan, The Case for Auschwitz: Evidence from the Irving Trial, Bloomington, IN: Indiana University Press, 2002, p. 165.

[2] Ibid.

[3] Wiesenthal, Simon, Justice Not Vengeance: New York: Grove Weidenfeld, 1989, p. 224.

[4] Segev, Tom, The Seventh Million: The Israelis and the Holocaust, New York: Hill and Wang, pp. 82, 185, 330.

[5] Ibid., p. 514.

[6] Ibid., p. 480.

[7] Weir, Alison, Against Our Better Judgement: The Hidden History of How the U.S. was Used to Create Israel, 2014, p. 58.

[8] Segev, Tom, op. cit. (note 4), p. 63.

[9] Ibid., pp. 161f.

[10] Ibid., p. 399.

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Ibid., pp. 407, 412.

[14] Kershaw, Ian, Hitler 1936-45: Nemesis, New York: W. W. Norton & Company, 2000, p. 840.

[15] Tedor, Richard, Hitler’s Revolution, Chicago: 2013, p. 263; the German original can be found in Grimm, Friedrich W., Politische Justiz, die Krankheit unserer Zeit, Scheur, Bonn1953, S. 146-148; also in idem, Mit offenem Visier, Leoni: 1961, pp. 248f.

[16] Bacque, James, Crimes and Mercies: The Fate of German Civilians under Allied Occupation, 1944-1950, 2nd edition, Vancouver, British Columbia: Talonbooks, 2007, pp. 175-176.

[17] Ibid., p. 124.

[18] Bacque, James, Crimes and Mercies: The Fate of German Civilians under Allied Occupation, 1944-1950, 2nd edition, Vancouver, British Columbia: Talonbooks, 2007, pp. 115-116.

[19] Lipstadt, Deborah E., Beyond Belief: The American Press & the Coming of the Holocaust 1933-1945, New York: The Free Press, 1986, p. 277.

[20] Wyman, David S., The Abandonment of the Jews: America and the Holocaust, 1941-1945, New York: The New Press, 2007, p. x.

[21] Ibid., pp. 342f.

[22] Goldberg, Michael, Why Should Jews Survive?: Looking Past the Holocaust Toward a Jewish Future, Oxford: Oxford University Press, 1995, p. 55

[23] http://www.jpost.com/Diaspora/Obama-vow … amp-400570.

[24] Buechner, Howard A., Dachau: The Hour of the Avenger, Metairie, LA: Thunderbird Press, Inc., 1986, pp. 5, 29, 96-97.

[25] Segev, Tom, op. cit. (note 4), p. 104.

[26] Ibid., pp. 190f., 227, 233.

[27] “West Germany’s Holocaust Payoff to Israel and World Jewry,” The Journal of Historical Review, Vol. 8, No. 2, Summer 1988, p. 245.

[28] “Germany Has Paid Out More Than $61.8 Billion in Third Reich Reparations,” The Journal of Historical Review, Vol. 17, No. 6, November/December 1998, p. 19; for a more recent figure see https://de.wikipedia.org/wiki/Deutsche_ … itik#Summe, listing a total of 73.422 billion Euros (some 100 billion dollars) as of the end of 2015.

[29] See http://www.nytimes.com/2012/11/18/world … ctims.html and http://www.jpost.com/Diaspora/Germany-t … ors-374596.

[30] ADL on the Frontline, January 1994, p. 2.

[31] Goldberg, Michael, op. cit. (note 22), p. 41.

[32] Segev, Tom, op. cit. (note 4), pp. 513, 515f.

[33] Goldberg, Michael, op. cit. (note 22), p. 50.

Par John Wear

Source : Why the Holocaust Story Was Invented

John Wear 

 


EN COMPLÉMENT

LA PROPAGANDE CONTINUE D’UN JOURNAL SIONISTE EN LIGNE…EN LIGNE

 

Voici donc ce qu’a écrit un journal pro-sioniste en ligne,tout récemment.Il faut noter que ces personnes sont rendu avec un esprit créatif et très inventeur.Leur stratégie consiste  à nous rendre émotif:

 

Les baraquements d’Auschwitz I

Il y a soixante quinze-ans, les armées soviétiques libéraient le camp de concentration d’Auschwitz. Par rapport à sa capacité initiale, l’endroit était presque désert: seuls quelques milliers de prisonniers assistèrent à l’entrée des soldats de l’Armée rouge. Les autres, ceux qui avaient survécu à la politique d’extermination du régime nazi –plus d’un million d’individus perdirent la vie à Auschwitz– avaient été évacués les semaines précédentes. Tenant à peine debout, affamés à en perdre la raison, vêtus de presque rien, par un froid glacial, ils regagnaient l’Allemagne par processions entières, participant à ces sinistres marches de la mort qui seraient pour un grand nombre d’entre eux leur dernier voyage.

Il n’y eut aucune explosion de joie au moment de la libération du camp d’Auschwitz. D’une certaine manière, les habitants des lieux n’étaient plus au monde. Ils naviguaient entre la vie et la mort, ombres parmi les ombres, squelettes à l’allure de fantômes revenus de tout, des hommes et de leur barbarie, de Dieu et de son silence, de la vie et de son absence, de tout ce carnaval de la mort inscrit au plus profond de leurs corps. Dans les jours qui suivraient leur libération, un grand nombre s’en irait rejoindre les tombes silencieuses et jamais creusées de leurs compagnons de déportation, ces sépultures évanouies dans l’immensité des cieux qu’on dit éternels.

Pareille scène se déroulerait quelques semaines plus tard à Bergen-Belsen, à Dachau, à Buchenwald quand les armées alliées libéreraient les camps de concentration situés sur les territoires allemands et autrichiens. Alors le monde apprendrait quel sort avait été réservé aux populations juives, tziganes, polonaises… La mort industrielle, la mort par millions, la mort expéditive, la mort sous son jour le plus blafard, les trains, les camps, les douches, les chambres à gaz, les fours crématoires, les cadavres rendus à l’état de poussière, le grand carnage de l’humanité sauvagement assassinée.

Ce qui frappe quand on écrit sur cette période de l’histoire, lorsqu’on tente de l’appréhender dans toute sa démesure, outre l’impossibilité du langage à retracer l’insondable douleur des victimes, c’est l’extraordinaire vitesse à laquelle les événements se sont déroulés. De l’accession au pouvoir d’Hitler à sa chute, douze années se seront écoulées, un temps misérablement court qui aura pourtant permis à l’un des peuples les plus éclairés du continent européen, les plus avancés, les plus cultivés, de commettre des massacres dont l’ampleur et l’intensité nous laissent encore aujourd’hui sans voix.

C’est bien cela qui nous terrifie dans le meurtre nazi. Sa proximité géographique et sa connivence avec l’essence même de notre être. Si un holocauste a pu se produire au cœur même de l’Europe, dans les circonstances que l’on connaît, un holocauste orchestré par des individus comme vous et –les Allemands n’étaient pas des extraterrestres–, c’est donc qu’il peut se produire à nouveau. Les forces de la tyrannie une fois lâchées, elles procèdent de leur propre logique et deviennent incontrôlables; en deux, trois mouvements, ce qu’on pensait acquis et inaltérable s’effondre dans le crépuscule d’une civilisation détruite de l’intérieur et bientôt la démocratie gît au beau milieu d’un chaos dont nul ne connaît la profondeur exacte.

Ce qui revient à dire qu’en toutes circonstances, il ne faut jamais baisser la garde. Se montrer tout le temps d’une vigilance extrême. Ne jamais accepter ce qui peut nous apparaître comme des lâchetés individuelles ou collectives, des comportements en tout point contraires à notre sens de la morale et de l’éthique. Ne jamais se taire. Ne jamais se résigner. Ne jamais détourner le regard. Ne jamais se voiler la face. Ne jamais échanger contre son confort personnel des reculades dont demain il nous faudra payer le prix fort. Ne jamais se sentir à l’abri. Ne jamais se croire arrivé. Ne jamais céder à l’air du temps. Ne jamais prendre les choses pour acquises.

Ne jamais admettre qu’on puisse s’en prendre à un être humain au prétexte qu’il serait différent de nous. Ne jamais tolèrer les mises en accusation obsolètes et la prolifération des fantasmes, tous porteurs de la peste. Ne jamais écouter les populistes qui cherchent à diviser pour mieux régner. Ne jamais se laisser guider ou submerger par la peur qui rend nos cœurs sourds et nos âmes aveugles. Ne jamais s’habituer au racisme, à l’antisémitisme, à la discrimination sous toutes ses formes. Ne jamais reculer ne serait-ce d’un centimètre.

Jamais. Jamais. Jamais.


 

 

 

 

Publicités

La Conspiration nazi:Le mystère des jumeaux de Joseph Mengele

Des jumeaux...ou jumelles
Des jumeaux…ou jumelles.

 

Un médecin nazi  nommé Josef Mengele  est très connu  par les historiens . Il a  été surnommé « l’Ange de la mort, parce que pendant la deuxième La Seconde Guerre mondiale, il a servi en tant que médecin dans le camp  de travail    ( ou de concentration ,si vous préférez) polonais d’Auschwitz Birkenau, où beaucoup de gens auraient  servi de cobayes pour   des expériences  scientifiques particulières. Selon certaines personnes , les expériences ont continué après la guerre. Est-ce  réel?

 

 

Une ville brésilienne fort mystérieuse
Probablement peu de gens de gens ordinaires n’auraient jamais entendu parler de la ville brésilienne de Candido Godói, près de la frontière avec l’Argentine, si elle n’avait pas attiré les scientifiques et le public pendant de nombreuses décennies. Pourquoi? Bien que la ville ne dispose que d’environ 7,000 habitants seulement , mais le nombre de naissances de jumeaux (ou de jumelles)  est très  supérieur  à la moyenne mondiale. Dans le cas d’une moyenne mondiale de 80 naissances double, mais ici ,dans cette ville, ce sont les un  cinquième des  naissances qui donnent des jumeaux. En outre, non seulement des jumeaux, mais les traits aryens dominent : blonds, aux yeux bleus. Tous les enfants sont en effet les descendants d’immigrés allemands qui sont arrivés en 1918, mais le mystère réside principalement dans le fait que les jumeaux blonds naissent depuis  plusieurs décennies.Selon l’historien et journaliste argentin Jorg Camarasa :il ne  peut y avoir qu’une seule possibilité: Josef Mengele, qui avait  continué ses expériences biologiques , même vingt ans après la guerre. Y aurait-il des preuves?

 

Joseph Mengele,surnommé "L'Ange de la Mort" par la propagande alliée.
Josef  Mengele,surnommé « L’Ange de la Mort » par la propagande alliée.

 

L’Ange de la mort au Brésil
Casamara  écrivit ses recherches   afin d’établir  la vérité sur les jumeaux de Mengele, et il a constaté que le principal objectif des expériences de Mengele était principalement…sa recherche sur les  jumeaux . Et c’est  pour cette raison précise , que si Hitler a voulu étendre  au maximum  la  masse démographique de la race aryenne,il  fallait que soient multipliés  ces gens de race autant que possible,pour étendre la suprématie . Toutefois,tout cela ne pourrait jamais se  réaliser si après neuf mois de grossesse ,un femme aryenne accouche non pas de un ,mais au moins deux enfants en santé.

Les expériences avec des jumeaux indigènes auraient  commencé à se faire  bien avant  l’arrivée en Amérique du Sud,mais surtout avec  les premières prisonnières juives et tsiganes, à Auschwitz. En approchant de la fin de la guerre, cependant, il est revenu sur ces tentatives expérimentales arrêtées. En Avril 1945,il a  donc  réussi à fuir  l’Armée rouge, mais il a été capturé par les Alliés, puis  miraculeusement relâché ,…car aucune preuve  n’avait été retenue contre lui  qui n’avait  pas laissé entendre que c’était un membre de la SS (influence possible de l’Opération Paperclip et hypocrisie américaine). En 1949, il est arrivé en Argentine, mais en 1959 a été averti  (par qui?) qu’il venait d’être découvert par un  chasseur de nazis, alors il a fui au Paraguay, puis au Brésil. Et de là, au début de ses  60  ans ,selon certains témoignages,  on lui suggéra et l’aida à  visiter la ville de Candido Godói. 

Parmi  les  nombreux émigrants allemands  qui arrivaient en Amérique du Sud, plusieurs ont été encouragé (par qui?) à s’établir avec le fameux Dr Mengele…dans cette ville.En arrivant dans cette ville brésilienne au climat exceptionnel,beaucoup de réfugiés allemands voulaient y rester plus longtemps , surtout avec un leader qui en plus était un médecin illustre,comme Josef Mengele, inscrit  sous un faux nom comme un médecin et vétérinaire,ce qui était doublement rare dans cette région. 

Quelque temps après,il   a commencé à donner  aux femmes locales,une  combinaison miraculeuse de médicaments et d’hormones, en  les convainquant  qu’il s’agissait  d’une première mondiale et que le traitement était…gratuit. Et toujours  selon Camarasa, juste après la visite de Mengele,on  commence soudainement  à Candido Godói ,à  voir naître  beaucoup plus de jumeaux et de jumelles. 

Du  pour et du contre 

Jorge Casamara, dans son livre fétiche: « L’ ange de la mort en Amérique du Sud » , dit avoir  interrogé toutes  les personnes âgées de la ville de Candido Godoi, et celles-ci ont toutes confirmées  qu’il  était  vraiment  un grand médecin… avec une mystérieuse drogue.

 

Sources: Jorge Casamara,L’Ange de la Mort en Amérique du Sud