Astronomie:Le tout premier plan rapproché d’un trou noir

 

Voici la fameuse photo

 

Vous regardez la toute nouvelle image d’un trou noir en gros plan. Cette image du trou noir M87 au centre de la Vierge Une galaxie est le résultat d’un effort international de deux ans visant à agrandir la singularité. Cela révèle. pour la première fois, les contours de l’ horizon des événements d’un trou noir , le point au-delà duquel aucune lumière ni aucune matière ne s’échappe.

M87 se trouve à 53 millions d’années lumière, au centre d’une galaxie lointaine, entourée de nuages ​​de poussière, de gaz et d’autres matières, de sorte qu’aucun télescope à lumière visible ne puisse voir le trou noir àtravers toute cette crasse. Ce n’est pas le trou noir le plus proche, ni même le trou noir supermassif le plus proche. Mais c’est tellement énorme que c’est l’un des deux plus gros qui apparaissent dans le ciel de la Terre. (L’autre est le Sagittaire A * au centre de la Voie lactée.) Pour réaliser cette image, les astronomes ont mis en réseau des radiotélescopes dans le monde entier pour agrandir M87 à une résolution sans précédent. Ils ont appelé le réseau combiné le télescope Event Horizon.

Ce nom est approprié car cette image n’est pas le trou noir lui-même. Les trous noirs n’émettent aucun rayonnement, ou du moins sont loin d’être suffisamment détectés à l’aide des télescopes existants. Mais à leurs bords, juste avant que la gravité de la singularité ne devienne trop intense pour que même la lumière s’échappe, les trous noirs accélèrent la matière à des vitesses extrêmes. Cette question, juste avant de tomber au-delà de l’horizon, se frotte contre elle-même à grande vitesse, générant de l’énergie et rayonnant. Les ondes radio détectées par le télescope Event Horizon faisaient partie de ce processus.

« Cette image forme désormais un lien clair entre les trous noirs supermassifs et les galaxies lumineuses », a déclaré Sheperd Doeleman, astrophysicien de Harvard et directeur du télescope Event Horizon.

Cela confirme que les grandes galaxies comme Virgo A (et la Voie Lactée) sont maintenues ensemble par des trous noirs supermassifs, a déclaré Doeleman.

Les astronomes savaient que les trous noirs étaient entourés de matière incandescente. Mais cette image répond toujours à une question clé sur les trous noirs et sur la structure de notre univers. Nous savons maintenant avec certitude que la théorie de la relativité d’Einstein est valable, même au bord d’un trou noir, où certains chercheurs soupçonnaient qu’elle s’effondrerait. La forme de l’horizon des événements visibles dans l’image est un cercle, comme prédit par la 

relativité. Elle confirme donc que la relativité règne encore, même dans l’un des environnements les plus extrêmes de l’univers.

C’est une bonne et une mauvaise nouvelle pour la physique. C’est une bonne nouvelle, car cela signifie que les chercheurs n’ont pas à réécrire leurs manuels. Mais il reste une question clé en suspens: la relativité générale (qui gouverne de très grandes choses, comme les étoiles et la gravité) va jusqu’au bord d’un trou noir. La mécanique quantique (qui décrit de très petites choses) est incompatible avec la relativité générale à plusieurs égards. Mais rien dans cette image ne répond encore aux questions sur la façon dont les deux se croisent. Si la relativité générale s’était effondrée à cet endroit extrême, les scientifiques auraient peut-être trouvé des réponses unificatrices.

Les données continueront probablement d’arriver du réseau de télescopes, qui observe également le trou noir supermassif beaucoup plus proche (mais plus petit) au centre de la Voie lactée. Et les scientifiques continueront à comprendre les données déjà collectées par le télescope Event Horizons. Mais pour l’instant, profitez simplement de ce premier aperçu du bord d’une région totalement inconnaissable de l’espace.

 

 

 

 

 

Publicités

Décès de Stephen Hawking : quelle était sa vision de la mort? (et des Aliens…) par Olivier de Sedona

Décès de Stephen Hawking : quelle était sa vision de la mort? (et des Aliens...)

Stephen William Hawking vient de quitter ce monde à l’age de 76 ans à son domicile de Cambridge. Il meurt ainsi durant la journée de pi (jour qui célèbre la constante mathématique) et le jour anniversaire de la naissance d’Albert Einstein.

Né le 8 janvier 1942 à Oxford, Hawking était un physicien théoricien et cosmologiste britannique.

Professeur de mathématiques à l’université de Cambridge de 1980 à 2009, il était connu pour ses contributions dans les domaines de la cosmologie et de la gravité quantique, en particulier dans le cadre des trous noirs. Son succès est également lié à ses ouvrages de vulgarisation scientifique dans lesquels il parle de ses propres théories, comme le best-seller « Une brève histoire du temps » (titre original : A Brief History of Time), qui est resté sur la liste des records des best-sellers du Sunday Times pendant 237 semaines consécutives. Hawking souffrait d’une forme rare, de début précoce et d’évolution lente, de sclérose latérale amyotrophique. Sa maladie avait progressé au fil des ans et l’a laissé presque complètement paralysé.

Lors d’une interview à la BBC en 2014, au sujet de l’intelligence artificielle, Hawking déclara : « Les formes d’intelligences que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine. Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés. »

Vie Extraterrestre:

En juillet 2015, Stephen Hawking apporta son soutien aux Breakthrough Initiatives qui est un programme de recherche de vie extraterrestre financé par Iouri Milner et soutenu par certains scientifiques. D’ailleurs concernant la vie extraterrestres, malgré sa contradiction qu’il avait pour cette initiative de recherche, Hawking ne cachait pas depuis des années qu’il était absolument contre l’idée d’entrer en communication avec une civilisation Aliens avancée, craignant que
le scénario d’Independence Day devienne bien réalité, ou plus exactement que le débarquement d’extraterrestres ait le même effet sur l’humanité que l’arrivée des Européens sur les Indiens d’Amérique. Le scientifique suggérait que la planète Gliese 832c pourrait abriter une espèce inconnue et disait la chose suivante : «Un jour, nous pourrions recevoir un signal d’une planète comme celle-ci [Gliese 832c], mais nous devrions nous méfier d’y répondre. Une rencontre avec une civilisation avancée pourrait être comme celle des Amérindiens avec Colomb et vraiment mal terminer», avait souligné Hawking, dans son nouveau documentaire « Stephen Hawking’s Favorite Places » (Les lieux préférés de Stephen Hawking).

Le 15 août 2017, les équipes du projet scientifique Breakthrough Listen de Stephen Hawking ont détecté des signes provenant d’une galaxie (très) lointaine.

Décès de Stephen Hawking : quelle était sa vision de la mort? (et des Aliens...)

En juillet 2016, dans le journal The Guardian, Hawking expliquait que pour espérer survivre aux importants défis à venir — le réchauffement climatique, la production alimentaire, la surpopulation, etc. — il fallait résister à l’individualisme et l’isolationnisme qui nourrissent les mouvements politiques : « Nous allons devoir nous adapter, repenser, recentrer et modifier certaines de nos hypothèses fondamentales sur ce que nous entendons par la richesse, les biens, par les miens, par les vôtres. Comme les enfants, nous allons devoir apprendre à partager. Si nous échouons, alors les forces qui ont contribué au Brexit, la progression de l’isolationnisme, pas seulement au Royaume-Uni mais partout dans le monde, qui naît du manque de partage, d’une définition biaisée de la richesse et de l’incapacité de la partager plus équitablement, à la fois dans les États mais aussi entre eux, se renforceront. Si cela arrivait, je ne serais pas optimiste pour le futur de notre espèce » Le 14 novembre 2016, Stephen Hawking invité à un débat organisé par l’Oxford Union Society y estimait que l’Homme risque de ne pas survivre plus de 1 000 ans sur Terre et il invita à considérer le voyage dans l’espace comme l’une des solutions de survie de l’humanité.

Ses théorie sur les trous noirs:

Stephen Hawking a présentait en 2004 une nouvelle théorie sur les trous noirs qui va à l’encontre de son ancienne théorie. Classiquement, on peut montrer que l’information qui passe par l’horizon d’un trou noir est perdue pour notre univers. Ce fait est connu sous le nom de « théorème de calvitie ». Le problème avec ce théorème est qu’il implique que le trou noir émet les mêmes radiations quel que soit ce qui y rentre. Ainsi, si un état pur quantique est jeté dans un trou noir, un état mélangé en ressortira. Ceci va à l’encontre des règles de la mécanique quantique et est connu sous le nom de paradoxe de l’information perdue des trous noirs.

Hawking avait auparavant spéculé que la singularité au centre du trou noir pouvait former un pont vers un « bébé univers » dans lequel l’information perdue pouvait passer ; de telles théories sont très populaires dans la science-fiction. Mais d’après la nouvelle idée de Hawking, présentée à la 17e Conférence internationale sur la relativité générale et la gravitation, le 21 juillet 2004 à Dublin, les trous noirs finissent par transmettre, de manière désordonnée, l’information de toute la matière qu’ils avalent. En juillet 2005, l’annonce de Hawking avait donné lieu à une publication dans la revue Physical Review et largement débattue dans la communauté scientifique.

En 2014 Stephen Hawking déclare à la revue Nature, après sa conférence à l’Institut Kavli pour la physique théorique à Santa Barbara en Californie :

« Il n’y a pas de trou noir… le concept de trou noir est incompatible avec la physique quantique. »

« On ne peut rendre compte parfaitement de ces astres curieux tant que nous n’avons pas élaboré une théorie de la gravité unifiée, capable de concilier les lois de la physique quantique des échelles subatomiques avec la relativité générale qui rend compte de l’astronomie. »

Actuellement, deux théories sont en confrontation : la théorie des cordes et celle des boucles.

La vie après la mort:

« Je vois le cerveau comme un ordinateur qui cessera de fonctionner quand ses composants tomberont en panne. Il n’y a pas de paradis ou de vie après la mort pour les ordinateurs cassés; c’est un conte de fées pour les gens qui ont peur du noir », affirmait-il au Guardian il y a sept ans.

Le quotidien lui avait aussi demandé ce pour quoi il voulait être retenu: « J’espère que l’on se souviendra de mon travail sur les trous noirs et l’origine de l’univers. Mais, par-dessus tout, j’aimerais que mes enfants et petits-enfants se souviennent de moi comme de leur père et grand-père. »

Bien que nous devons admettre qu’il était un homme très brillant dont on entendra parler de lui encore longtemps, personnellement je n’ai absolument jamais partagé son avis quant à la vie extraterrestre et encore moins sa vision de la mort. Cependant et maintenant qu’il est de l’autre coté pour constater qu’une forme de vie continue je lui souhaite vraiment de reposer en paix après avoir résisté à sa longue maladie.

Un article remarquable d’Olivier de Sedona que vous pourrez voir sur son site UFO Conscience

Fantastique découverte d’une planète extrasolaire géante

La conception d'un artiste d'une jeune planète sur une orbite lointaine autour de son étoile hôte. La star recèle encore un disque de débris, de vieux matériaux,des  vestiges de la formation des étoiles et des planètes, de l'intérieur de l'orbite de cette planète.
La conception d’un artiste d’une jeune planète sur une orbite lointaine autour de son étoile hôte. La star recèle encore un disque de débris, de vieux matériaux,des vestiges de la formation des étoiles et des planètes, de l’intérieur de l’orbite de cette planète.

Un énorme planète étrangère – qui est 11 fois plus massive que Jupiter – a été découverte  dans l’orbite la plus éloignée jamais  encore découverte  autour d’une étoile  parente  isolée.

L’ exoplanète  découverte , appelée HD 106906 b, éclipse tout organisme planétaire dans le système solaire, et autour de son étoile à une distance qui est  de 650 fois la  distance  moyenne entre la Terre et le soleil . L’existence d’une telle planète massive et en orbite lointaine soulève de nouvelles questions sur la façon dont ces mondes bizarres sont formés, selon les chercheurs.

«Ce système est particulièrement fascinant parce qu’aucun modèle soit venant d’une  planète ou de  la formation des étoiles explique pleinement ce que nous voyons, » révèle l’étude  de la  chercheuse   Vanessa Bailey, une  étudiante diplômée de cinquième année à l’Université de l’Arizona,au département  d’astronomie.

C'est une image de la découverte de la planète HD 106906 b à la lumière infrarouge thermique. La planète est plus de 20 fois plus loin de son étoile que Neptune est du soleil.
C’est une image de la découverte de la planète HD 106906 b à la lumière infrarouge thermique. La planète est plus de 20 fois plus loin de son étoile que Neptune est du soleil.

Dans les théories les plus communément admises sur  la formation des planètes, on pense que les planètes qui orbitent près de leur étoile mère, comme la Terre, ont  commencé comme de petits corps de type astéroïdes qui se sont  agglutinées dans le disque primordial de gaz et de poussière autour de l’étoile,alors  en plein essor . Pourtant, ce processus fonctionne trop lentement pour expliquer comment les planètes géantes se forment loin de leur étoile , explique le chercheur.

D’autres hypothèses ont suggéré que les planètes géantes lointaines peuvent se former de la même façon à mini-systèmes d’étoiles binaires, dit Bailey.

« Un système d’étoile binaire peut être formé lorsque deux masses adjacentes de matériel provenant  de l’effondrement de gaz ,se forment plus ou moins indépendamment pour ensuite former des étoiles, et ces étoiles sont suffisamment proches les unes des autres pour exercer une attraction attraction mutuelle et les réunir dans une orbite », a-t-elle expliqué.

Dans le système HD 106906, l’étoile et de la planète  se sont effondrés de façon indépendante, mais les matériaux qui se sont  agglomérées pour former la planète étaient insuffisants pour se développer assez grand pour s’enflammer et amorcer   la vie d’ une nouvelle étoile, dit Bailey.

Mais, il y a encore des problèmes avec ce scénario. D’une part, la différence entre les masses des deux étoiles dans un système binaire est typiquement  ne dépassant pas plus d’un rapport de 10 à 1.

«Dans notre cas, le rapport de la masse est supérieure à 100 pour 1», a déclaré Bailey. « Ce rapport de masses  extrêmes n’est pas prévu dans les  théories de formation des étoiles binaires – tout comme la théorie de la formation des planètes prédit que nous ne pouvons pas former des planètes si loin de l’étoile hôte. »

Les chercheurs sont également désireux d’étudier la nouvelle planète, parce qu’il y a  des surplus de matériel provenant de la période   quand la planète et son  étoile se sont  formées  qui  peuvent encore être détectés.

« Des systèmes comme celui-ci, où nous avons plus d’informations sur l’environnement dans lequel la planète réside, ont le potentiel pour nous aider à démêler les divers modèles de formation d’étoiles semblables », a déclaré Bailey. « Les futures observations du mouvement orbital de la planète et les débris du disque de l’étoile primaire peuvent aider à répondre à cette question. »

La planète HD 106906 b est seulement 13 millions d’années, et est toujours allumé à partir de la chaleur résiduelle de sa formation « , ont déclaré les chercheurs. Par comparaison, Terre s’est formée il ya 4,5 milliards d’années, ce qui en fait à peu près 350 fois plus que l’exoplanète retrouvée .

La planète a été trouvé à l’aide d’une caméra infrarouge thermique monté sur le télescope Magellan dans le désert d’Atacama au Chili. Les chercheurs ont utilisé   le télescope spatial Hubble pour confirmer leur découverte.

L’étude, qui a été accepté pour publication dans un prochain numéro de The Astrophysical Journal Letters, pourrait conduire à une meilleure compréhension des exoplanètes de lointaines orbites.

«Chaque nouvelle planète détectée directement pousse notre compréhension de comment et où les planètes peuvent se former», révèle l’étude du  co-investigateur Tiffany Meshkat, un étudiant diplômé de Leiden aux Pays-Bas Observatoiry,qui l’ a révélé  dans un communiqué. « Des découvertes  comme celle de HD 106906 b nous fournissent une compréhension plus profonde de la diversité des autres systèmes planétaires. »