La Gigantesque Arnaque du COVID -19:C’EST LA 5G QUI TUE LE PLUS ET NON LE CORONAVIRUS

David Bruno s’est rendu en Suisse où des antennes relais 5G émettent déjà.

La nocivité des ondes 5G n’est plus une Théorie conspirationniste.

Le site de David Bruno: https://www.ondes-expertise.com/qui-suis-je/

 


 

 

La 5G est le véritable tueur silencieux, pas le « Corona Virus » !!!

De fait, le confinement de la population mondiale a bien été décrété pour l’épandage de la 5G qui tue.

La preuve:


EN COMPLÉMENTAIRE

Il est urgent d’arrêter le déploiement de la 5G

Il est urgent d’arrêter le déploiement de la 5G ·

 Des organisations de tous pays adressent leur opposition au déploiement de la 5G à leurs gouvernements respectifs.

L’appel international www.5gspaceappeal.org signé par 172 395 personnes et organisations de 204 nations et territoires, en date du 6 novembre 2019, est adressé aujourd’hui aux gouvernements fédéral et régionaux de Belgique.
Partout dans le monde, cette semaine, les 204 nations et territoires adresseront l’appel à leurs gouvernements respectifs.

Le déploiement sur terre et dans l’espace de la 5G, 5e génération des normes de la téléphonie mobile, est en cours ou se prépare dans de nombreux pays. Des dizaines de satellites de télécommunication 5G ont déjà été lancés par des sociétés étasuniennes.

Cette nouvelle réalité entraînera un changement environnemental sans précédent à l’échelle planétaire. Pour la mise en ouvre de l’internet des objets (IdO), l’industrie prévoit l’installation de millions d’antennes 5G, une tous les 50 à 150 mètres en milieu urbain [1], et la mise en orbite de plusieurs dizaines de milliers de satellites. Les prévisions font état de 20 milliards d’objets connectés (émetteurs) en 2020, 30 milliards en 2022 et bien plus par la suite [2] : jusqu’à un million d’objets au kilomètre carré pourraient communiquer.

Malgré un déni généralisé, nous disposons de preuves scientifiques suffisantes indiquant que les champs électromagnétiques (CEM) de radiofréquences [3] (RF) utilisées par les techniques de communication sans fil déjà déployées, sont nuisibles aux êtres vivants. Plus de 1 500 études scientifiques évaluées par des pairs [4] rassemblent des données cliniques probantes tout comme des preuves expérimentales de dommages à l’ADN, aux cellules et aux organes d’une grande variété de végétaux et d’animaux. Des données épidémiologiques viennent étayer la thèse selon laquelle l’origine de beaucoup de maladies de la civilisation moderne, comme le cancer et la maladie d’Alzheimer, peut être expliquée, au moins en partie, par la pollution électromagnétique.

Si les plans de l’industrie des télécommunications pour la 5G se concrétisent, aucun être vivant ne pourra se soustraire à une exposition permanente à des radiations RF artificielles dont la toxicité est déjà avérée. Les conséquences probables de la prolifération des satellites 5G font craindre le pire : dégradation de la santé humaine et des écosystèmes à l’échelle planétaire, perturbation de l’ionosphère et de la magnétosphère entraînant un changement des propriétés électromagnétiques de la Terre, destruction de la couche d’ozone et augmentation de l’effet de serre suite à la combustion des carburants des fusées porteuses de satellites.

Les caractéristiques techniques de la 5G diffèrent fortement de celles des technologies existantes et font peser sur les êtres vivants des risques sanitaires potentiellement supérieurs à ceux induits par les générations antérieures (2G, 3G et 4G), sans parler de la puissance concentrée des faisceaux 5G qui pourrait donner lieu à des expositions locales et instantanées bien supérieures aux expositions actuelles. À ce jour, aucune évaluation des impacts sanitaires et environnementaux de la 5G n’a été réalisée. Son déploiement relève d’une expérimentation à grande échelle sur les êtres vivants. Par ailleurs, dans une situation climatique et sociale où l’urgence serait d’agir ensemble pour assurer l’avenir de l’humanité, une fuite en avant technologique avec des projets comme celui de la 5G est la pire des voies à prendre.

Nous demandons donc aux gouvernements fédéral et régionaux de Belgique l’arrêt du déploiement de la 5G sur son territoire. Étant donné les études scientifiques existantes et les dizaines d’appels émis par le corps médical et les spécialistes de la question[v], le principe de précaution doit primer. D’autre part, le code de Nuremberg interdit les expérimentations sur des humains non consentants.

Nous demandons également à nos gouvernements d’intervenir à l’UE, au Conseil de l’Europe et à l’ONU pour l’interdiction mondiale des satellites 5G et, à tout le moins, de leurs émissions au-dessus du continent européen et des eaux internationales limitrophes.

Des mesures immédiates doivent être prises pour protéger tous les êtres vivants, conformément aux impératifs éthiques et aux conventions internationales :

– Arrêter le déploiement de la 5G sur la Terre et dans l’espace afin de protéger les êtres humains, plus particulièrement les foetus, les enfants, les adolescents et les femmes enceintes, ainsi que les autres êtres vivants.

– Respecter la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) et la résolution 1815 du Conseil de l’Europe sur les CEM en informant les citoyens, notamment les enseignants et les médecins, à propos des risques sanitaires des rayonnements émis par les technologies sans fil, ainsi que la façon dont ils peuvent réduire leur exposition.

– Privilégier et mettre en ouvre des réseaux de télécommunications câblés à la place du sans-fil. Favoriser l’usage des solutions filaires partout où cela est techniquement possible, en particulier dans les habitations, les lieux de travail et les lieux où séjournent des enfants, des femmes enceintes et des personnes vulnérables (crèches, garderies, écoles, hôpitaux.).

– Constituer immédiatement – en dehors de toute participation de l’industrie – des groupes internationaux de scientifiques indépendants, exempts de conflits d’intérêts et spécialistes des CEM et de leur impact sanitaire et environnemental ; ils établiront de nouvelles normes internationales de sécurité applicables aux CEM artificiels qui prennent en compte les effets biologiques de l’exposition sur tous les êtres vivants et pas uniquement les effets thermiques sur les êtres humains.

– Constituer immédiatement – en dehors de toute participation de l’industrie – des groupes internationaux de scientifiques ayant une expertise dans le domaine des CEM, de la santé, de la biologie et de la physique atmosphérique. Ils élaboreront un cadre réglementaire exhaustif garantissant que l’espace extra-atmosphérique est sûr pour les êtres humains et non humains en tenant compte des CEM artificiels, des gaz et de la suie noire éjectés par les moteurs des fusées ainsi que des débris spatiaux résultant de cette activité. Ils prendront la mesure des impacts sur la couche d’ozone, le réchauffement climatique, l’atmosphère et la vie sur la Terre. La technologie spatiale tout autant que la technologie terrestre doit être viable pour les adultes, les enfants, les animaux et les végétaux.

Notes de la complémentaire

[1Une antenne tous les 150 mètres par réseau (opérateur) pour la 5G en ondes millimétriques.

[3Les radiofréquences (RF) sont les ondes ou champs électromagnétiques (CEM) couvrant les fréquences de 20 kHz à 300 GHz utilisées dans les télécommunications sans fil. Les micro-ondes constituent le sous-ensemble des ondes RF qui va de 300 MHz à 300 GHz.

[4Quelques-uns des appels :

  • Un des premiers d’entre eux est l’appel de Freiburg de 2002 signé par plus de 1000 médecins demandant notamment la «réduction massive des valeurs limites, des puissances d’émission et des charges en ondes radio», un appel renouvelé en 2012 (www.freiburger-appell-2012.info).
  • Au 15 octobre 2019, 252 spécialistes des CEM de 43 pays avaient signé un appel adressé à l’ONU, l’OMS et l’UE. Ces scientifiques, qui tous ont publié des travaux de recherche évalués par des pairs sur les effets biologiques et sanitaires des CEM non ionisants et constituent la majorité des experts du domaine, réclament des limites d’exposition plus strictes et demandent que les impacts biologiques potentiels des technologies de télécommunication 4G et 5G sur les plantes, les animaux et les humains soient réexaminés (www.emfscientist.org).
  • Dans un appel adressé à l’UE le 13 septembre 2017, des scientifiques et médecins recommandent un moratoire sur le déploiement de la 5G jusqu’à ce que les risques pour la santé humaine et l’environnement aient été pleinement étudiés par des scientifiques indépendants de l’industrie. Au 17 septembre 2019, il y avait 253 signataires (www.5gappeal.eu).
  • L’appel des professionnels de la santé belges (2019) : https://www.hippocrates-electrosmog-appeal.be.

AUTRE COMPLÉMENTAIRE

La 5G est installée dans notre dos sans consultation des élus locaux

Profitant de la pandémie liée au coronavirus, selon la classique stratégie du choc, et par ordonnance N°6 publiée au J.O. ce 26 mars, le gouvernement  vient de donner tout pouvoir aux opérateurs pour installer les antennes relais.
(Coronavirus, téléphonie mobile et ordonnances – communiqué de presse Alerte Phone Gate – CRIIREM – Robin des Toits)

Tous pouvoirs aux opérateurs

Prétextant sans raison réellement motivée (INSEE : diminution de 35% de l’activité économique en mars), de la pandémie liée au coronavirus Covid-19, et par l’ordonnance n° 2020-320 du 25 mars 2020, publiée ce 26 mars, le gouvernement vient  de donner tout pouvoir aux opérateurs pour installer de nouvelles antennes relais : suspension de l’obligation de transmission d’un dossier au maire ou au président d’intercommunalitédécision d’implantation sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences,dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions (permis de construire ou déclaration de travaux) par les services  d’urbanisme des communes.

La lecture du rapport et de l’ordonnance précités nous amène donc à nous poser de  graves questions.

Nous comprenons la nécessité de garantir la continuité des services et des réseaux de communications électroniques pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire déclaré mais à condition que la construction, l’installation, l’aménagement ou la modification d’une installation radioélectrique dans ce cadre soient limités aux cas de stricte nécessité.

Et la santé publique ?

Nous sommes par contre obligés de marquer notre désaccord quant aux questions relatives à la santé des populations impactées. En effet, la construction, l’installation, l’aménagement ou la modification d’une installation radioélectrique effectués dans le cadre juridique de l’ordonnance sont tenus à une procédure de régularisation ultérieure mais ne nécessitent aucune autorisation préalable. Nous considérons en conséquence que, sous couvert de l’urgence sanitaire, il est fait clairement peu de cas de cet enjeu de santé publique.

Par cette ordonnance, le gouvernement porte le coup de grâce à la loi 2015-136 du 9 février 2015 dite loi Abeille, “relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques”.

Nos expériences jusqu’à un passé récent ont montré qu’il était quasiment impossible de faire retirer une antenne-relais installée. Nous ne croyons donc pas à l’affirmation du caractère temporaire de celles-ci.   

Nous attendons du gouvernement qu’il s’explique clairement sur les liens entre une telle ordonnance et ses volontés récentes et répétées quant au déploiement de la 4G+ et de la 5G. Le gouvernement chinois ne vient-il pas dans le même temps, selon l’agence de presse Reuters, d’annoncer, pour lutter contre le Covid-19, une accélération du déploiement d’antennes-relais 5G pour atteindre les 600 000 à la fin de l’année 2020.

Notre gouvernement, et encore moins le ministre de la Santé, ne peuvent ignorer ni les effets sanitaires des ondes des radiofréquences, ni la tromperie généralisée des industriels ayant conduit au scandale du “Phonegate”, ni le rapport de l’ANSES du 8/07/2016  incitant à réduire l’exposition des enfants aux champs électromagnétiques, ni le classement de l’OMS des ondes comme potentiellement cancérigènes, encore moins la publication de Santé Publique France sur l’augmentation des tumeurs cérébrales et du rôle joué par les ondes dans leur étiologie.
  Nos associations signataires qui militent depuis 20 ans pour faire reconnaître cet enjeu de santé publique considèrent donc que le gouvernement, dans ce domaine, bafoue gravement, une fois encore, toutes les règles du principe de précaution et affirment clairement sa lourde responsabilité quant aux effets sanitaires directs qui résulteront de ces dispositions, et tout particulièrement concernant la survie des personnes Electro Hyper Sensibles.  

Nous vous invitons à signer la pétition « STOP À LA 5G »

Les premières associations signataires :
Alerte Phonegate, Robin des toits, Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Electro Magnétiques (CRIIREM

Si nous ne sommes pas entendu et nous le serons pas, une autre alternative existe : Çà brûle bien !

Ordonnance n° 2020-320 alinéa 6 publiée ce 26 mars :

Le ministre de l’économie et des finances et le secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique, ont présenté une ordonnance :

– l’ordonnance relative à l’adaptation des délais et des procédures applicables à l’implantation ou la modification d’une installation de communications électroniques afin d’assurer le fonctionnement des services et des réseaux de communications électroniques.
Dans un contexte de mise sous tension des réseaux de communications électroniques résultant d’un accroissement massif des usages numériques du fait de la mise en œuvre des mesures de confinement de la population, l’ordonnance introduit, pour la durée de l’état d’urgence sanitaire, des adaptations des procédures applicables pour garantir la continuité du fonctionnement des services et de ces réseaux. Quatre procédures administratives préalables en vue de l’implantation ou de la modification d’une installation de communications électroniques sont ainsi aménagées :
– suspension de l’obligation de transmission d’un dossier d’information au maire ou au président d’intercommunalité en vue de l’exploitation ou de la modification d’une installation radioélectrique ;
– possibilité pour l’exploitant d’une station radioélectrique de prendre une décision d’implantation sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences ;
– réduction du délai d’instruction des demandes de permissions de voirie relatives aux installations de communications électroniques implantées à titre temporaire et dans le cadre d’interventions urgentes ;
– dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions, installations et aménagements nécessaires à la continuité des réseaux et services de communications électroniques ayant un caractère temporaire.

Vingt-cinq ordonnances prises en application de la loi d’urgence n° 2020-290 du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid-19 ont été présentées en conseil des ministres.
Texte des ordonnances sur le site du gouvernement : Faire face à l’épidémie de coronavirus

 

 

 

https://ieb.be/Il-est-urgent-d-arreter-le-deploiement-de-la-5G

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19: L’HISTOIRE de la grippe… UNE HISTOIRE IMPORTANTE POUR EN PARLER AUTOUR DE VOUS

Je recommande aux lecteurs d’utiliser les détails historiques non controversés suivants comme un instrument (plutôt gentil et discret) qui pourrait réveiller ceux qui dorment encore.

 

Le mot « influenza » «grippe» est originaire d’Italie. Le premier enregistrement de cette maladie étrange et inexplicable s’est produit vers l’année 1580. Alors que le phénomène se reproduisait, des observateurs perspicaces ont reconnu qu’il avait tendance à «apparaître» simultanément à plusieurs endroits, parfois sur plusieurs continents. Afin d’expliquer ce fait cognitivement dissonant, les «scientifiques» italiens ont examiné les enregistrements des taches solaires et ont remarqué que les épidémies semblaient toujours coïncider avec des pics d’activité des taches solaires.

 

Ils ont compris que lorsque la surface du soleil (ou CORONA) était la plus active, il y avait des éjections massives du soleil qui se manifestaient comme des manifestations spectaculaires des aurores boréales dans les climats nordiques et qu’il y avait également des effets magnétiques (ou «ondes magnétiques») du soleil qui  frappent la terre avec une intensité inhabituelle à ces moments là.

Ainsi le mot « INFLUENZA est devenu le nom de cette maladie. »Influenza » étant l’abréviation de « Influenza delle stelle« … INFLUENCE DES ÉTOILES.

Ainsi, au début des années 1600, les scientifiques européens avaient découvert que la cause de la maladie désormais connue sous le nom de «influenza» était l’effet d’ondes magnétiques inhabituelles affectant le corps humain.

Ce récit sur la «flu» a été accepté tout au long des années 1700 et 1800. Il y a eu de multiples références aux maladies provoquées par la prolifération des communications télégraphiques et l’installation de réseaux électriques CA (Courant alternatif) dans les villes américaines. Certains des effets signalés étaient très graves pour les personnes atteintes: apathie, perte d’énergie, dépression, maux de tête et bien plus.

Le récit de causalité «électrique / magnétique» a continué comme modèle pour expliquer les symptômes de la «grippe» jusque vers 1920 et la catastrophe mondiale de 1918/19 qui était «la grippe espagnole».

LA GRIPPE ESPAGNOLE

Encore une fois, cette maladie s’est propagée si rapidement que les scientifiques n’ont pas pu expliquer le taux de contagion par transfert de particules entre humains, mais c’est la DEUXIÈME VAGUE de la grippe espagnole qui a tué des dizaines de millions de personnes à travers le monde.

Le Chirurgien Général américain a ordonné une série d’enquêtes sur la nature de cette contagion désastreuse. Une telle série d’expériences a été menée en utilisant 100 volontaires sains de l’US Navy en les mettant en contact étroit et contrôlé avec des patients souffrant de la maladie. Un certain nombre de tests ont été effectués à plusieurs reprises. Du sang a été extrait des malades et injecté aux volontaires. Les patients ont craché dans des plateaux et les personnes non infectées ont bu leurs expectorations. Les patients ont éternué et toussé tandis que les volontaires, nez à nez, ont inhalé les gouttelettes éjectées aussi profondément que possible.

Les médecins ont découvert, à la stupéfaction de beaucoup, qu’AUCUN DES BÉNÉVOLES N’A ÉTÉ MALADE.

Cette «grippe» NE POURRAIT PAS ÊTRE TRANSFÉRÉE D’UNE PERSONNE À UNE AUTRE.

CETTE GRIPPE N’ÉTAIT PAS CONTAGIEUSE.

De nombreux scientifiques et penseurs de l’époque, comme Rudolf Steiner, ont déclaré que la « contagion » apparente était le résultat d’une exposition simultanée aux nouvelles ONDES RADIO   (fréquences électromagnétiques) qui étaient diffusées pour la première fois dans presque le monde entier. .

Étant donné que 50 millions de personnes sont mortes, l’électricité COMME CAUSE POTENTIELLE DE DÉCÈS n’était pas une idée que nos dirigeants financiers/politiques pouvaient faire croire au grand public. Cette prise de conscience a été exclue du domaine public et le faux récit du «virus» a été inventé pour expliquer «la grippe».

Si le public avait été autorisé à penser que les installations électriques et le rayonnement de celles-ci pouvaient les tuer, alors tout le XXe siècle n’aurait pas pu se produire. Tous les plans de développement, d’industrialisation et de bénéfices des entreprises dépendaient de l’électricité. L’establishment avait besoin d’une autre histoire.

Les dirigeants l’ont compris.

Le récit du «virus» reflète exactement le récit du «nouveau Champs ÉlectroMagnétiques (CEM) » comme cause de la grippe.

Un virus continue de muter. Nos corps s’adaptent à l’ancienne fréquence virus / CEM et nous sommes alors OK jusqu’à ce qu’une nouvelle mutation / nouvelle fréquence arrive.

Les gens doivent savoir que:

1) Comme l’affirme la Nouvelle Médecine Allemande (NMA) depuis les années 1980, aucun virus n’a jamais été isolé ou purifié à partir de tissus humains … bien qu’il soit facile de le faire avec des virus trouvés sur des algues, par exemple. NMA dit que le «modèle viral» de la maladie est un non-sens fictif. Après avoir lu deux des publications de la NMA sur ce sujet, il est impossible d’être en désaccord.

2) Les maladies «électriques» (comme la grippe) semblent affecter très gravement certaines personnes et d’autres à peine.

Pendant la grippe espagnole, il a été constaté que les pires symptômes se manifestaient chez les jeunes en bonne santé âgés de 20 à 35 ans environ. Ils ne mouraient souvent pas, mais ils souffraient le plus. J’ai remarqué ce même phénomène lors de la récente période de la grippe COVID. Les jeunes adultes ont eu le pire des symtômes. Ce sont eux qui ont perdu leur sens du goût et de l’odorat, par exemple, et ont été alités à cause d’une forte fièvre. À tel point que, au début des années 1920, un médecin écrit un article de journal se demandant publiquement si ses conseils aux patients de « se maintenir en bonne santé » pourraient être de mauvais conseils étant donné que la santé vous rend plus vulnérable aux souffrances extrêmes de cette maladie.

3) Le fait que certains n’étaient pas vulnérables à la grippe (est-ce que quelqu’un a remarqué au cours de la soi-disant pandémie de cette année qu’une personne dans une famille pourrait être durement touchée par la maladie alors qu’un frère ou un parent dans la même maison ne l’a pas attrapée du tout?) … Cela a permis aux puissants, utilisant Sigmund Freud comme porte-parole, de déclarer que, parce que seuls certains étaient touchés, alors toutes les allégations de « maladies électriques » ont des causes purement psychologiques. Ce sont des maladies de l’imagination, hypnotiquement auto-induites … elles n’ont aucun fondement dans la réalité physique.

…. Et nous sommes ici aujourd’hui, agissant collectivement comme si la proximité de notre voisin pouvait nous mettre en péril mortel.

Il n’y a pas de débat sur le bon sens de cette approche (même si une telle contagion était une réalité, cette stratégie pour faire face à la maladie est stupide). Il n’y a aucun débat autorisé concernant une éventuelle causalité des CEM à la récente pandémie.

… même si de nombreux experts, dont Barry Trower, ont clairement décrit les terribles dangers de la construction du nouveau système autour de nous au moment où nous parlons.

… même si nous savons que les fréquences et intensités diffusées par les nouveaux mâts sont contrôlées par ordinateur et que nous pouvons être zappés par les fréquences ou intensités choisies que nos dirigeants choisissent d’utiliser. Les compagnies de téléphone ont achevé leurs recherches sur les effets des signaux diffusés mais elles refusent de partager les données qu’elles ont glanées des expériences.

La mention même des mâts de téléphonie mobile de nouvelle génération (4G – 5G) est interdite dans le domaine public. Jusqu’à ce que cette question vitale soit débattue librement et équitablement, nous devons nous réserver le droit de croire que l’on nous ment sur tout, que le véritable danger pour notre bonne santé, l’arme qui est utilisée pour nous conduire vers les directions désirées, vise des formations sélectionnées et des intensités de diffusion à partir des nouveaux émetteurs de téléphonie mobile qui ont récemment été érigés au-dessus d’un trottoir très près de votre maison.

Chaque nouvelle fréquence équivaut à un nouveau virus, qui sera étranger à notre corps et notre corps s’adaptera à une nouvelle fréquence de manière normale … et en tombant malade de la « grippe ».

Le connerie COVID-19 est une opération financière.

Nos dirigeants poursuivent un programme et ils ne s’arrêteront pas maintenant.

Quelque chose de terrible va arriver. La maladie récente a provoqué l’hypoxie légère de nombreuses victimes (l’hémoglobine de leur corps n’a pas pu absorber complètement l’oxygène qu’elles ont inhalé). La deuxième vague sera bien pire que la première. La première était une pratique (un « exercice en direct » comme l’appelait Pompeo). Maladie, guerre, effondrement financier, famine … tout est possible … mais quoi qu’il arrive, attendez-vous à ce que ce soit très mauvais.

… nous allons bientôt endurer les heures les plus sombres avant une nouvelle et merveilleuse aube. Nous avons avalé collectivement de nombreux tonneaux de mensonges sataniques toxiques.

Cependant, nous devons être de bon cœur car bientôt nous connaîtrons la vérité et cette vérité libérera le monde entier.

* P.S. Le livre le plus important écrit ce siècle, jusqu’à présent, est sûrement « The Invisible Rainbow » d’Arthur Firstenberg dont la plupart des informations dans l’article ci-dessus ont été tirées [Voir ci-dessous].

Source : THE STORY OF INFLUENZA. AN IMPORTANT TALE TO TELL YOUR FRIENDS


EN COMPLÉMENTAIRE

VOICI DES VIDÉOS SUR LE SUJET:

 

 

 

 

 

 

 

———————————————–

L’arc-en-ciel invisible – Une histoire de l’électricité et de la Vie par Arthur Firstenberg

Voici une lecture pour les récalcitrants qui croient encore que seuls les effets thermiques peuvent nuire à la santé. Il s’agit d’un livre écrit par Arthur Firstenberg qui nous plonge dans l’histoire de l’électricité et de la Vie depuis le 18ème siècle. Ce livre nous dévoile que les scientifiques connaissent les effets biologiques depuis plus de deux siècles! L’ingénieur Sosthène Berger a réalisé un résumé en français fort utile de ce livre de 508 pages dont une bibliographie de 134 pages.

Titre d’origine en anglais: The Invisible Rainbow – A History of Electricity and Life)

Télécharger le résumé (en français) en format pdf

Quiconque s’intéresse aux effets de l’électricité, y compris celle des phénomènes météorologiques, sur la biologie humaine se passionnera pour ce livre. Avec ses 135 pages de références, c’est probablement l’ouvrage grand public le plus complet mais aussi le plus original publié à ce jour sur les effets des champs électromagnétiques (CEM).

Firstenberg est un scientifique et un journaliste à l’avant-garde d’un mouvement mondial pour déboulonner le tabou entourant ce sujet. De 1978 à 1982, ce diplômé en mathématiques de l’Université Cornell a fréquenté l’Irvine School of Medicine (Université de la Californie). C’est là qu’une surdose de rayons X a anéanti sa carrière médicale. Depuis 30 ans, il est chercheur, consultant et conférencier sur les effets des CEM sur la santé et l’environnement, ainsi que praticien de plusieurs arts de la guérison.

 » L’histoire de l’invention et de l’utilisation de l’électricité a souvent été présentée, mais jamais du point de vue environnemental. La présomption de sécurité et la conviction que l’électricité n’a rien à voir avec la vie sont maintenant si profondément ancrées dans le psychisme humain que de nouvelles recherches et des témoignages de ceux qui sont blessés par les CEM ne suffisent pas à changer le cours que la société a mis en place, » explique la quatrième de couverture de son livre. Deux mondes de plus en plus isolés – l’un habité par la majorité, qui embrassent les nouvelles technologies sans fil sans remise en question, et l’autre habité par une minorité croissante qui lutte pour la survie dans un environnement pollué par l’électricité – ne parlent même plus la même langue. Dans The Invisible Rainbow, Arthur Firstenberg relie ces deux mondes. Dans une histoire rigoureusement scientifique mais facile à lire, il fournit une réponse surprenante à la question suivante : comment l’électricité peut-elle être soudainement nuisible aujourd’hui quand elle était sûre pendant des siècles? »

Son ouvrage est des plus instructifs.
On y apprend notamment :

  • que les biométéorologues savent que 30 % de la population est sensible aux changements dans l’électricité climatique et que cette sensibilité est documentée depuis 5.000 ans;
  • que les aiguilles de l’acupuncteur conduiraient l’électricité atmosphérique pour stimuler les méridiens;
  • que les effets secondaires de l’électrothérapie (confusion, étourdissements, maux de tête, nausée, faiblesse, fatigue, palpitations cardiaques, saignements de nez, etc.) sont attestés depuis le 18esiècle;
  • qu’à force de s’exposer à répétition à l’électricité statique, Benjamin Franklin avait développé une douloureuse électrohypersensibilité;
  • que le diagnostic de l’anxiété est apparu en 1866 alors que les fils de télégraphe faisaient le tour du globe, queles premières épidémies d’influenza sont survenues en 1889 après l’invention du courant alternatif qui transforma le statut du diabète, des cardiopathies et du cancer de maladie rare à courante;
  • que chez certaines personnes les tremblements de terre causent les mêmes symptômes associés à l’électrification, rapportait le physicien britannique William Stukeley en 1749; 
  • que 12 % des gens peuvent entendre les faibles courants électriques, affirmait l’otologiste Auguste Morel en 1892;
  • que 80 % des patients électrosensibles du médecin Gad Sulman, directeur de l’unité de bioclimatologie du centre médical de l’Université Hadassah, à Jérusalem, prédisaient les changements de météo de 12 à 48 heures à l’avance, car les ions atmosphériques modifient la production cérébrale de sérotonine, neurotransmetteur responsable de l’humeur. « Nous causons une grave injustice aux patients électrosensibles en les traitant comme des patients psychiatriques », écrivait-il en 1980 dans son livreThe Effects of Air Ionization, Electric Fields, Atmospherics and Other Electric Phenomena on Man and Animal(Charles C. Thomas, Springfield, III, 1980, 400 p.);
  • que la neurasthénie (faiblesse nerveuse), nommée en 1869 par le neurologue George Miller Beard qui collabora avec Edison dans sa découverte de l’électricité de haute fréquence, fut rebaptisée « névrose d’angoisse » par Sigmund Freud en 1895; or les Russes ont rejeté cette redéfénition :la neurasthénie, encore un des diagnostics les plus répandus en Asie, est due à une toxicité chimique et électromagnétique chronique. Elle a atteint des proportions épidémiques depuis l’électrification survenue dans les années 1880 et ce déséquilibre nerveux est un des premiers symptômes de la « maladie des micro-ondes » découverte par les Russes en 1930;
  • qu’un cellulaire, qui peut à la longue notamment provoquer des acouphènes, dépose 360 joules d’énergie dans un cerveau par heure d’exposition, comparativement à 150 joules pour la pile électrique avec laquelle Volta provoquait une sensation auditive en la rattachant à une oreille avec des électrodes;
  • que les animaux et les plantes sont aussi sensibles que nous aux CEMet que de très faibles courants électriques altèrent leur croissance et leur fonctionnement.

Pour en savoir davantage, lire l’historique de l’électrohypersensibilité publiée par Firstenberg sur son site cellphonetaskforce.org. Il y raconte que dans les années 1950, plusieurs cliniques furent ouvertes dans les pays du pacte de Varsovie pour traiter les cas de maladie des micro-ondes qui happa des milliers de travailleurs exposés à des micro-ondes.

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19:La corrélation directe entre les réseaux 5G et les épidémies de «coronavirus»

Nous avions abordé la corrélation entre les cas de coronavirus et la présence de réseaux 5G. Ainsi, dans SYNDROME DU CORONAVIRUS: C’est beaucoup plus compliqué que ce qu’on dit, nous avions décrit COVID-19 comme étant le nouveau nom du   Syndrome d’hypertoxicité COVID-5G. 

Et dans PANDÉMIE CORONAVIRUS: un complot criminel international de proportions épiques, nous avons vu que le CORONAVIRUS, les CHEMTRAILS, les VACCINS, et la 5G sont des  schémas prémédités et organisés de dépopulation.  

La Pandémie de coronavirus est une MISE EN SCÈNE destinée à couvrir la crise de santé publique causée par le déploiement intensif de la 5G . 

Voici enfin une étude sérieuse qui démontre la relation très claire entre les épidémies de «coronavirus» et la présence de réseaux 5G. 

 

La pandémie de COVID-19 et ses effets au début de 2020 ont surpris les scientifiques et les politiciens. Si une étude visant à comprendre le phénomène et pouvant par conséquent aider à clarifier les causes de la pandémie est réalisée, elle doit être promue et / ou prise en considération.

Il est à noter que, au moins en Espagne, les médias n’ont pas couvert les études scientifiques sur le sujet de la 5G, ni posé de questions au gouvernement à ce sujet dans les conférences de presse quotidiennes qu’il mène pour rendre compte de l’état de la situation. L’équipe de scientifiques conseillant le gouvernement espagnol n’a pas non plus soulevé cette question.

Il est de bon sens que la capacité de démontrer cette corrélation serait des données très importantes pour contribuer à la compréhension et à la solution du problème.

Objectif

Évaluer s’il existe une corrélation entre les cas de coronavirus et la présence de réseaux 5G. Sans entrer pour le moment dans des approches de cause à effet ultérieures en cas de résultats positifs. Étant donné qu’il existe un échantillon statistique suffisamment grand, il est possible que les résultats obtenus aient un haut niveau de fiabilité.

matériel et méthodes

L’étude a bénéficié du matériel statistique officiel publié quotidiennement, qui est un outil de base et précieux. Il convient de noter que dans ces publications, la méthodologie utilisée pour compter les cas d’infections à coronavirus ne fournit généralement pas de données réelles. En Espagne et dans de nombreux autres pays, il n’a pas été calculé car il n’y a pas suffisamment de tests pour de telles analyses. Cependant, cela ne modifie pas les résultats de cette étude car elle est basée sur la méthode d’infection comparative plutôt qu’absolue. Par conséquent, afin d’éviter les erreurs statistiques, nous comparerons la valeur de densité des cas confirmés de coronavirus (exprimée en nombre de cas pour 1000 habitants) au lieu des valeurs absolues. Étant donné que le critère de comptage utilisé par les autorités sanitaires dans le même État ou la même ville est le même, la comparaison des valeurs publiées pour différentes villes ou régions sera également fiable pour les statistiques. Les comparaisons entre différents pays de cas confirmés, à l’exclusion des cas asymptomatiques, seront également fiables. L’exception possible d’un pays non transparent qui pourrait manipuler la publication de ses données échappe au contrôle de cette étude.

La méthode utilisée a été de comparer l’incidence (nombre de cas pour 1000 habitants) entre pays avec et sans technologie 5G. Entre régions d’un même pays avec et sans technologie 5G. Entre villes du même état avec et sans technologie 5G. Entre différents quartiers d’une même ville avec la carte du réseau 5G de cette ville. Comparaison d’États avec des frontières communes avec et sans technologie 5G. Comparer le cas d’un État inclus dans un autre, comme c’est le cas de Saint-Marin.

– Les données de chaque carte ont été prises le même jour. Résultats graphiques et données publiés ci-dessous:

1  Graphique des 9 pays avec le plus d’infections dans le monde.

2 Graphique et taux d’infection des 5 pays avec la plus forte incidence en Europe.

3  Graphique et taux d’infection de 4 pays voisins à la même latitude: Portugal, Espagne, Italie, Grèce.

4   Saint-Marin: comparaison des taux d’infection avec l’Italie et la Croatie.

5   Italie: graphique d’incidence et réseau 5G.

6   Espagne: tableau de couverture 5G et taux d’infection.

7   Barcelone: ​​graphiques avec couverture 5G et taux d’infection.

8   Madrid: graphiques de couverture 5G et taux d’infection.

9   New York: carte d’incidence des coronavirus et réseau 5G.

10 «Effet frontière» entre le Mexique et les États-Unis.

11 Canada, États-Unis et Mexique: graphique des réseaux 5G et des taux d’infection.

12   Afrique: carte réseau 5G.

13   Golfe Persique: réseau 5G et bases militaires américaines.

14   Graphique et taux d’infection de la Chine et des pays voisins.

  1. CARTE DES 9 PAYS AYANT LE PLUS D’INFECTIONS DANS LE MONDE

 

2. GRAPHIQUE ET TAUX D’INFECTION DES 5 PAYS AVEC LA PLUS FORTE INCIDENCE EN EUROPE

 

3. TABLEAU ET TAUX D’INFECTION DE 4 PAYS VOISINS À LA MÊME LATITUDE: PORTUGAL, ESPAGNE, ITALIE, GRÈCE

4. SAN MARINO: COMPARAISON DES TAUX D’INFECTION AVEC L’ITALIE ET ​​LA CROATIE

«Pourquoi Saint-Marin? Parce que la nature autonome de l’État et ses relativement peu de restrictions sur l’utilisation des radiofréquences en font l’endroit idéal pour tester les derniers développements en matière de connectivité des télécommunications.

« Telecom Italia a l’intention de doubler le nombre de ses sites mobiles dans le pays et installera en outre un réseau de petites cellules dans le centre de Saint-Marin. » https://www.fircroft.com/blogs/s an-marino-set-to-become-the- first-5g-country-72001910124

5. ITALIE: Couverture 5G et taux d’infection

 

  1. ESPAGNE: Couverture 5G et taux d’infection

Les données pour les villes avec 5G devraient être liées au nombre d’infections dans ces villes. Les données par ville n’étant pas disponibles, la comparaison a été faite avec les données des régions autonomes. Cela entraîne une dilution des données des capitales avec celles de leur région.

C’est pourquoi la comparaison dans les régions autonomes avec une ou deux provinces est plus significative: Estrémadure, Murcie, Madrid, Navarre, La Rioja, les îles Baléares, les Asturies ou les îles Canaries. Aussi en  Euskadi puisque les trois capitales ont la 5G.

7. BARCELONE: Couverture 5G taux d’infection

 

 

8. MADRID: Couverture 5G taux d’infection

 

9. NEW YORK: Couverture 5G et taux d’infection

10. EFFET FRONTIÈRE entre le Mexique et les USA
The average for the 4 US states is 0.242, which is over 2,000% more than Mexico.
The average for the US is 0.814 or 7.000% more than Mexico.
11. CANADA, USA ET MEXIQUE:  Réseaux 5G et TAUX d’infection
12. AFRIQUE: Couverture 5G et taux d’infection
13. GOLFE : Réseau 5G et bases américaines
14. CHINE et PAYS VOISINS: Couverture 5G et taux d’infection

 

Résultats et discussion

Pour savoir si le résultat obtenu est ou non celui d’un phénomène aléatoire, une analyse statistique des résultats d’une expérience doit être effectuée pour calculer la probabilité de survenance de l’événement. Le calcul de probabilité est obtenu en divisant le nombre de cas favorables par le nombre de cas possibles. Si le résultat montre qu’il ne s’agit pas d’un phénomène aléatoire, il montre une raison causale suffisante pour analyser les causes.

Pour éliminer toute erreur à la hausse, nous opterons toujours pour l’option numérique la plus conservatrice.

Calculons donc la probabilité de trois des exemples analysés ci-dessus.

(a) Probabilité que les 9 pays les plus contagieux de la planète soient des pays avec des réseaux 5G.

Il y a 194 pays sur la planète. Au 6 mars 2020, selon la GSMA, 24 pays disposaient de la technologie 5G.

Pr = 24/194 x 23/193 x 22/192 (neuf fois au total) = 0,1237 x 0,1191 x 0,1145 x 0,1099 x 0,1052 x 0,1005 x 0,0957 x 0,0909 x 0,0860 = = 1,47 x 10 (haut -9).

La probabilité est de 1 sur 680.000.000.

Si l’on inclut le Japon, qui a également la 5G et des taux d’infection similaires à ceux de la Corée du Sud… la probabilité est de 1 sur 8.500.000.000.

(b) Probabilité que les 5 pays les plus contagieux d’Europe disposent de réseaux 5G.

Il y a 49 pays en Europe, parmi lesquels il est actuellement difficile de savoir s’ils déploient actuellement la 5G, car il y en a 5 qui ont déclaré un moratoire, et beaucoup d’autres n’ont pas de réseaux opérationnels bien que les entreprises publient comme si elles étaient déjà opérationnelles lorsqu’elles ont signé des accords. Nous allons le calculer à la baisse, comme une option prudente, nous supposerons qu’environ 15 pays ont des systèmes 5G opérationnels.

Pr = 15/49 x 14/48 x 13/47 x 12/46 x 11/45 = 0,00157.

La probabilité est de 1 sur 637.

(c) Le cas de Saint-Marin est très significatif. Il est situé sur le territoire italien, avec une culture, une économie et un niveau social similaires, mais présente des taux d’infection beaucoup plus élevés. La seule différence est le temps d’exposition de ses citoyens au rayonnement 5G, car il a été le premier État au monde à mettre en œuvre une telle technologie le 4 septembre 2018, alors qu’en Italie c’était le 5 juin 2019. Cela ouvre la porte au débat sur l’influence probable de la 5G sur l’augmentation des taux d’infection.

Pr = 1/194 x 1/194.

La probabilité est de 1 sur 37636.

Ces chiffres sont suffisamment éloquents pour rendre inutile le calcul des autres cas.

Les résultats pour la ville de Barcelone (pp. 7-8) indiquent que les facteurs sociologiques n’ont pas une influence significative sur les taux d’infection, mais si nous voyons une relation claire avec la carte de couverture 5G, qui a ajouté à la couverture 4G, nous donne une corrélation entre la couverture mobile et la proportion de cas de coronavirus. Si davantage de données étaient disponibles, cette étude devrait être étendue à d’autres villes.

Résultats

  1. Les résultats obtenus démontrent une relation claire et étroite entre le taux d’infections au coronavirus et l’emplacement de l’antenne 5G.
  2. Cette étude n’analyse pas les effets bénéfiques ou nocifs sur les humains du rayonnement électromagnétique 5G. Cependant, cela indique une cause à effet possible dans la pandémie actuelle.
  3. Un «effet frontière» est significatif, original et unique à cette pandémie: il présente des différences marquées entre les états contigus avec et sans installation 5G. il est particulièrement significatif que les pays limitrophes de la Chine aient des taux d’infection très faibles. On peut également comparer entre le Mexique et les USA ou entre le Portugal et l’Espagne, etc.
  4. Le cas de Saint-Marin est particulièrement significatif. Il a été le premier État au monde à installer la 5G et, par conséquent, l’État dont les citoyens ont été exposés aux rayonnements 5G le plus longtemps et, de manière suspecte, le premier État au monde en nombre d’infectés. La probabilité que cela se produise est de 1 sur 37636.
  5. Dans les villes étudiées, Madrid, Barcelone et New York, cette corrélation est également observée. Dans l’étude de la ville de Barcelone (pp. 7-8), on constate que le facteur socio-économique joue un rôle important.
  6. Il est très significatif que sur le continent africain, avec des ressources sanitaires limitées mais sans 5G, le taux d’infection soit très faible, à l’exception de certaines antennes en Afrique du Sud, qui présente également les taux d’infection les plus élevés d’Afrique.
  7. Les taux d’infection sont dilués. Les taux de certaines régions sont influencés par les villes avec 5G, mais les taux d’infection de ces villes sont dilués dans ceux de la région à laquelle ils appartiennent. Il est donc plus important, comme dans le cas de l’Espagne, de comparer les régions autonomes mono provinciales, que parmi celles qui sont formées par 3 ou plus de provinces. Ainsi, nous constatons que certaines régions avec 5G comme la Rioja, Madrid et la Navarre, ont des taux entre 4 et 8 fois plus élevés que d’autres sans 5G. Il en va de même dans d’autres villes du monde où le réseau 5G ne couvre pas tout le territoire de l’État ou de la région.
  8. Ces données et résultats ont la qualité d’être pris «in vivo», et non pas sur la base d’études prospectives ou de laboratoire. Jamais auparavant nous n’avions autant d’informations épidémiologiques sur une maladie chez l’homme pour pouvoir produire des études scientifiques.Un moyen de répondre à la question de cause à effet serait de déconnecter les réseaux 5G, au moins à titre préventif, et de voir les résultats de l’évolution des cas de coronavirus. Il en serait de même pour étudier le taux d’infection dans un État qui a déclaré un moratoire 5G après le début de la pandémie et étudier si les statistiques changent. Compte tenu des preuves présentées ici, les données et les conclusions de cette étude doivent être prises en considération de toute urgence. Compte tenu de la gravité actuelle de la pandémie, les médias et les autorités politiques et sanitaires ont la responsabilité de prendre des mesures urgentes. Le fait de ne pas agir face aux conclusions de cette étude pourrait être considéré à tout le moins et très probablement comme de la négligence.

Bartomeu Payeras i Cifre, 14 avril 2020

2 Note du traducteur: il existe une contradiction entre le dernier paragraphe de la section intitulée «Résultats et discussion» et le paragraphe 5 de la section intitulée «Constatations». Dans l’un, il est indiqué que «les facteurs sociologiques n’ont pas une influence significative sur les taux d’infection», et dans l’autre, ils le sont.

Par Bartomeu Payeras i Cifre 

biologiste spécialisé en microbiologie travaillant à l’Université de Barcelone qui a publié plusieurs articles de recherche. Il a travaillé et recherché des bactéries et des virus de la variole dans les laboratoires pharmaceutiques Hubber de Barcelone. Il a créé et travaillé au Département de microbiologie marine du Laboratoire océanographique de Palma de Majorque. Analyse clinique au Centre d’Analisis Clinicos à Palma. Génie génétique: échange épisodique entre Paracolobacter et Citrobacter C-3 avec un bactériophage. Biogramme, méthode d’évaluation de l’activité de la vitamine B12. Étude de la contamination bactérienne marine dans le port de Maon. Professeur de mathématiques, physique, chimie et biologie à l’IEM. Découvreur du code Dali avec lequel il a crypté ses cadeaux dans ses tableaux.

___

SOURCE : http://www.radiationdangers.com/5g-street-lights/study-shows-direct-correlation-between-5g-networks-and-coronavirus-outbreaks/


EN COMPLÉMENT

Pendant ce temps,la Résistance s’organise au Québec contre  le Nouvel Ordre Mondial

Une antenne 5 G incendiée au Québec

Depuis le 1 er mai 2020,plusieurs antennes de 5 G …ou associées aux 5G ont été incendiées au Québec,montant en cela que de plus en plus de gens se réveillent et comprennent malgré le grand travail de désinformation et de lavage de cerveaux organisé par les médias et en particulier…le Journal de Montréal  qui parle de gestes criminels liés aux « complotistes ».

Le Journal de Montréal (ou le journal des mensonges) penche clairement en faveur des thèses du système néolibéral actuel et des médecins mondialistes entourant le gouvernement Legault et  le gouvernement fédéraliste de Justin Trudeau.

Toute  théorie différente de leur évangile est rejeté comme faisant partie de la « théorie du complot »,comme les preuves  fournies ici sur  la diffusion de la COVID-19 par les antennes d’émission de 5 G.

La lutte pour la liberté et la vérité  de la nation québécoise ainsi que toutes les autres nations  de notre  belle planète bleue  ne fait que commencer…et il n’y aura pas  de cadeau!

Bien entendu,les Chercheurs et Diseurs de Vérité sont coupable du crime d’opinion…en attendant le crime de pensée négative contraire!

Nous avons dépassés l’univers des Chroniques de Riddick pour entrer dans celui de Judge Dred ou la justice est juge et partie…police et bourreau!

Selon les informations colportées par le Journal de Montréal, les deux tours en question n’auraient aucun lien avec la technologie 5G. Elles distribueraient plutôt le réseau 4G LTE dans le secteur.
On nous prend vraiment pour des imbéciles,Nous le Peuple…car l’information circule vite en 2020.Vous avez ,ici,un bel exemple de ce que je viens de décrire dans le monde de Judge Dred.