Les cannibales dans l’histoire humaine:les Aztèques

Les Aztèques  pratiquaient une anthropophagie de masse d’une effrayante férocité.

Non seulement les prêtres aztèques prenaient un vif plaisir à sacrifier leurs victimes en se montrant le plus cruel possible, mais ils jouissaient carrément en les dévorant. Et toute la population suivait. À croire parfois que leurs immolations n’étaient qu’un prétexte pour se régaler de chair humaine. Oui, malgré leur haut degré de civilisation, les Aztèques furent les pires cannibales au monde. Chaque année, leurs victimes se chiffraient par dizaines de milliers. En effet, chaque fête, et Dieu sait si elles étaient nombreuses chez les Aztèques, était le prétexte pour chacun de sacrifier ses esclaves les plus dodus. Chaque propriétaire apportait son bétail humain aux prêtres.

 

Il leur arrachait le cœur

 

Le missionnaire franciscain Bernardino de Sahagún séjourna chez les Aztèques presque 60 ans à partir de 1529. Réalisant un extraordinaire travail d’ethnologue, il coucha toutes ses observations dans un manuscrit. Notamment celles ayant trait au cannibalisme. Ses descriptions étaient tellement épouvantables que le roi d’Espagne en interdit la publication.

Sahagún raconte, par exemple, comment les esclaves étaient traînés par les cheveux jusqu’à la pierre sacrificielle du temple : « On les y couchait sur le dos et, là, cinq individus les prenaient, deux par les jambes, deux par les bras et un à la tête. Le prêtre qui devait les sacrifier se présentait alors ; il les frappait sur la poitrine, des deux mains, avec une pierre d’obsidienne et, introduisant une main par l’ouverture qu’il venait de faire, il leur arrachait le cœur pour l’offrir immédiatement au soleil et le jeter ensuite dans un grand cuvier. Il prenait aussitôt du sang et le mettait dans une petite tasse qu’il donnait au maître de la victime, et celle-ci était jetée en bas par les degrés du temple (les marches, NDLR). Là, le corps était reçu par des vieillards qui l’emportaient dans leur chapelle, où il était mis en morceaux et distribué pour être donné en nourriture. Mais, avant de dépecer les captifs, on les écorchait, et certains individus se vêtaient de leurs peaux pour aller ensuite, dans ce costume, s’escarmoucher avec d’autres jeunes gens en simulant la petite guerre. »

Un enfant de lait se gavant comme une oie!

Un succulent « enfant de lait »

Tout en se déclarant outrageusement choqué, le brave missionnaire franciscain détaille également la façon dont les sacrifiés sont cuits et dégustés. « On allait généralement le manger dans la maison de celui qui avait réduit le défunt en captivité. On faisait cuire cette chair avec du maïs et l’on en donnait un morceau à chacun, dans une petite écuelle, avec un peu de bouillon et de maïs. Après avoir mangé, on s’enivrait. » Pour se procurer les dizaines de milliers d’esclaves nécessaires, les Aztèques guerroyaient sans cesse contre leurs ennemis. Chaque prisonnier devenait aussitôt l’esclave de son vainqueur. Mais il y avait également d’autres sources d’approvisionnement : les criminels et les pauvres. Pire, celui qui n’avait plus rien pour vivre pouvait se vendre comme esclave. De nombreux parents pauvres vendaient leurs enfants aux plus riches. À la table des rois, des princes et des riches seigneurs, il n’était pas rare de voir servi un succulent « enfant de lait ».

On dirait ici une recette de préparation d’un enfant de lait.

Des abattoirs de bétail humain

Autre témoignage, celui du conquistador Bernal Díaz del Castillo, qui participa à la conquête du Mexique au côté d’Hernán Cortés. Dans son ouvrage de souvenir L’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle Espagne, il raconte que les temples possédaient de très nombreuses et énormes marmites, toujours prêtes à cuire les membres des victimes. À ses yeux, le véritable but des offrandes faites aux idoles était d’ordre culinaire. À croire que la véritable fonction des temples n’était que d’être des abattoirs de bétail humain. Diaz del Castillo raconte qu’après le prélèvement du cœur destiné aux idoles, les cadavres fumants étaient balancés sur les degrés du temple où ils roulaient jusqu’au pied de prêtres de second rang qui les dépeçaient sur-le-champ. Les membres étaient remis au propriétaire de la victime tandis que le reste allait alimenter les bêtes féroces de la ménagerie royale. Lors des sacrifices de masse, la viande non consommée immédiatement était découpée en lanières mises à sécher au soleil. Puis celles-ci étaient déposées dans de grandes jarres avec du sel et du piment.

Une prostituée pour lui rendre l’appétit

Codex Borgia page 7

Avant d’être sacrifiés, les esclaves étaient soigneusement engraissés. Durant plusieurs semaines, ils étaient mis en cage comme de vulgaires porcs pour être gavés de nourriture. Et quand le futur « repas » déprimait au point de refuser de manger, toute la maison se réunissait autour de la cage pour le distraire et lui présenter des mets succulents. Souvent même, on lui fournissait une prostituée dans l’espoir de lui rendre l’appétit de vivre et de manger. Pour autant, les Aztèques avaient bon cœur. Certainement davantage que les esclavagistes occidentaux. En effet, ils traitaient leurs esclaves comme des membres de leur famille. Au point de ne pas le consommer s’ils le tuaient. Pour rien au monde ils n’auraient dégusté cette chair qu’ils considéraient comme la leur. Ils se bornaient à offrir les meilleurs morceaux à leurs amis et parents. Ils prenaient leur revanche en se régalant des esclaves de leurs voisins. À noter encore que les Aztèques étaient probablement les seuls à pratiquer un esclavagisme non héréditaire. Les enfants de leurs esclaves naissaient libres…au moins  cela!

 

 

 

C’était hier:29 août 1533. Le jour où le conquistador Pizarro fait exécuter l’Inca Atahualpa

 

Nous sommes le 29 août 1533, deux heures après le coucher du soleil, l’empereur inca Atahualpa est tiré de sa prison de Cajarmaca pour être brûlé sur un bûcher. Depuis sa condamnation, les prêtres espagnols tentent de lui arracher sa conversion, mais il résiste obstinément. Il n’est pas question pour lui d’abandonner son dieu Soleil pour un gringalet qui s’est laissé crucifier comme un agneau. Il avance difficilement, les jambes et les bras entravés par des chaînes. 

Le 29 août 1533, l’empereur inca Atahualpa prisonnier de Pizarro accepte finit par accepter le baptême. Le voilà catholique malgré lui. Gloria ! Aux anges, Nadine Morano lui envoie un baiser. L’Inca n’aura l’occasion d’en profiter car à peine baptisé, le voilà garrotté à mort par les Espagnols.

À vrai dire, la conversion n’a pas été aussi rapide que prévue. Durant des jours et des jours, les conquistador ont tanné leur prisonnier qui ne voulait pas en entendre parler. Même lorsqu’il s’est entendu, le matin même, condamné à périr sur le bûcher. Non et non, il ne veut pas adorer ce grand dadais qui s’est laissé crucifier comme un agneau… Toute la journée, il campe sur ses positions… Deux heures après le coucher du soleil, on vient chercher Atahualpa pour le conduire sur le lieu de son supplice, la place de Cajamarca. Il avance difficilement, les jambes et les bras entravés par des chaînes. Le frère dominicain Vicente de Valverde le suit comme une ombre en ne cessant de le tanner afin qu’il embrasse la vraie foi. Celle de Jésus le rédempteur. Tu parles, Charles, si l’Inca est sensible au baratin du religieux. … Mais frère Valverde ne se laisse pas démonter. Il insiste, soûle l’Inca avec des citations de la Bible.

Spanish missionary Vicente de Valverde (d. 1541) of the Pizarro expedition to Cajamarca holds up a cross as he preaches Christianity to Incan emperor Atahualpa (d. 1533), Cajamarca, Peru, November 16, 1532. When Atahualpa rejected Valverde’s message, Pizarro massacred Atahualpa’s men, ransomed Atahualpa for gold, and sentenced him to death unless he converted to Christianity. Atahualpa relented and was baptized by Father Valverde but was later executed by Pizarro, which marked the end of the Inca Empire and led to Pizarro’s conquest of Peru. Illustration from early 1890s.

L’autre l’envoie au diable jusqu’au moment où il comprend qu’on s’apprête à le brûler vif. Bon Dieu, il aurait préféré finir entre les mains de l’état islamique… L’Inca comprend enfin que son corps sera réduit en cendres, ce qui empêchera son âme d’aller dans l’au-delà selon sa croyance. Cette perspective lui est insupportable. Du coup, Atahualpa se met à écouter Valverde qui lui promet qu’en cas de conversion il ne sera plus brûlé, mais garrotté. Pizarro confirme le deal. Aussi sec, Atahualpa accepte le baptême. Jamais conversion ne fut aussi rapidement expédiée. L’Inca reçoit le nom de Jean de Atahualpa. Il peut maintenant mourir en paix. C’est donc en chrétien qu’il est miséricordieusement étranglé dans sa cellule. 

Des milliers d’hommes harnachés d’or

Pour comprendre comment l’Inca à la tête d’un empire est tombé entre les mains d’une minuscule bande d’aventuriers, il faut remonter à janvier 1531. Pour sa troisième expédition en Amérique, Pizarro se lance à la conquête de l’Empire inca. Il est accompagné par ses trois frères, Hernando, Gonzalo et Juan, et par un lointain parent moine, Valverde. Il peut compter sur une armée – le mot commando serait plus juste – de cent quatre-vingts hommes et trente-sept chevaux… L’immense chance de Pizarro, c’est de débarquer en pleine guerre fratricide entre Atahualpa et son demi-frère Huascar, après la mort de leur père l’Inca Huayna Capac, deux ans plus tôt. Le conquistador parvient jusqu’à la cité de Cajamarca vers laquelle Atahualpa et son armée de plusieurs dizaines de milliers d’hommes se dirigent, à la fois curieux et décidés à éliminer ces envahisseurs. Une formalité, pense l’Inca.

Comprenant qu’un affrontement lui serait fatal, Pizarro conçoit un piège grossier, mais efficace. Le samedi 16 novembre 1532, il envoie des émissaires pour inviter Atahualpa à partager une paella entre amis sur la place de Cajamarca. Entre amis, c’est-à-dire non armés. Dans l’esprit du conquistador, le « non armé » ne s’applique qu’aux Indiens. Lui planque ses hommes armés jusqu’aux dents dans les bâtiments entourant la place où doit se dérouler le festin. Valverde bénit les combattants qui entonnent des chants religieux. C’est émouvant.

Capture d’Atahualpa.

Ayant imprudemment accepté l’invitation, Atahualpa prend la route de Cajamarca suivi de quelques milliers d’hommes chamarrés, ornés d’or et de plumes. À six cents mètres de la cité, l’Inca ordonne à son armée de faire halte pour la nuit. Consternation de Pizarro qui voit son plan remis en cause. Alors, il s’empresse de promettre à son hôte une fête du tonnerre de Dieu avec tequila à volonté et l’ange Nabilla pour l’inciter à reprendre la route. Comment résister ? Au coucher du soleil, entouré de milliers de serviteurs et de guerriers désarmés qui chantent, l’Inca arrive sur la place vide de Cajamarca. Étonné, il cherche du regard les étrangers, quand il voit s’avancer vers lui un petit bonhomme en robe. Il pense reconnaître Jean Paul Gaultier en kilt, mais non, il s’agit du père Valverde qui tient un bréviaire d’une main et une croix de l’autre. Aidé par un interprète, il explique à Atahualpa que, sur l’ordre de son chef, il doit lui exposer la doctrine de la vraie foi, celle qui a conduit les Espagnols à venir jusqu’ici. Pas moyen d’y échapper. Atahualpa doit se taper la création de l’homme, puis sa chute, la rédemption par la mort de Jésus, la résurrection et tout le tintouin. C’est interminable. L’estomac de l’Inca crie famine. Enfin, le petit homme achève sa péroraison en expliquant que l’empereur espagnol, le plus grand monarque sur terre, a reçu mandat du pape pour vaincre et convertir les indigènes du Nouveau Monde et que son chef Francisco Pizarro est chargé de cette mission. Bref, il supplie l’Inca d’abjurer ses erreurs, d’embrasser la foi chrétienne et de se soumettre à l’empereur d’Espagne.

Extermination

Devant tant d’impudence, le regard d’Atahualpa lance des flammes. Il répond : « Je ne serai le vassal de personne. Je suis plus grand que tous les autres princes sur terre. Votre empereur est peut-être grand, je lui concède alors le privilège d’être mon frère. Mais ce pape dont vous me parlez doit être fou pour distribuer des pays qui ne lui appartiennent pas. […] Votre propre Dieu, comme vous dites, a été tué par les hommes qu’il a créés. Mon Dieu est toujours vivant dans les cieux et regarde ses enfants. » L’Inca saisit alors le bréviaire de Valverde, en tourne quelques pages avant de le jeter avec véhémence au sol en s’exclamant : « Dites à vos camarades qu’ils doivent me rendre compte de leurs faits et gestes sur ma terre. Je ne partirai pas d’ici tant qu’ils ne m’auront pas rendu satisfaction de tout le mal qu’ils ont commis. »

Scandalisé par une telle ingratitude, le moine ramasse son bréviaire avant de retourner auprès de Pizarro à qui il dit : « Ne voyez-vous pas que nous gaspillons notre souffle en parlant avec ce chien rempli de morgue ? » Le conquistador donne alors le signal de l’attaque. Ses hommes cuirassés jaillissent des maisons, semant la terreur avec leurs armes à feu. Les chevaux ont été équipés de grelots pour ajouter à l’effroi des Indiens qui n’en avaient jamais vu jusqu’ici. Désarmés, ils sont livrés à l’ire guerrière des conquistadors. Les morts s’abattent par centaines. Des ruisseaux de sang s’écoulent dans les rues. Autour d’Atahualpa, les nobles Incas tentent de faire rempart avec leur corps. Pris de court, le roi assiste à l’extermination de ses hommes sans bien comprendre la situation. La nuit commence à tomber. Las de la boucherie, les Espagnols veulent y mettre fin en tuant Atahualpa, mais Pizarro s’interpose, ce qui lui vaut d’être blessé à la main, l’unique blessure reçue ce jour-là par un Espagnol ! L’Inca est fait prisonnier. Aussitôt, toute résistance indienne s’évapore. Cette nuit-là, à peine plus d’une centaine d’Espagnols ont massacré entre quatre et cinq mille Indiens.

Mais une promesse est une promesse. Quelques heures plus tard, Pizarro offre un banquet à son ennemi qu’il fait asseoir à ses côtés. Lequel, un peu perdu, ne trouve à dire que : « C’est la fortune de la guerre. » Et de manifester son admiration devant la ruse des Espagnols. Après quelques semaines d’emprisonnement, Atahualpa craint que son frère Huascar ne profite de sa triste situation pour s’emparer du pouvoir. Aussi, il supplie son geôlier de lui accorder la liberté et lui promet en échange de remplir d’or une pièce jusqu’à trois mètres de hauteur. Les Espagnols pensent que l’Inca est devenu fou : une telle quantité d’or est impossible à rassembler. Sauf Pizarro, qui, lui, croit l’Inca, qui d’ailleurs en rajoute en s’engageant également à remplir une pièce plus petite de deux fois son volume en argent. Méticuleux, Pizarro fait enregistrer l’accord par un notaire. Son prisonnier a deux mois pour faire collecter l’or sous forme de bijoux, de vaisselle, d’objets de culte, de plaques décoratives…

1 550 milliards d’euros

Au fil des jours, de tout le pays arrivent des convois d’or. Peu à peu, la pièce se remplit. Quant au moine Valverde, il ne rend pas les armes, persistant à vouloir convertir l’Inca. Comment le dieu d’Atahualpa pourrait-il être le vrai dieu, puisqu’il l’a laissé tomber dans la main de ses ennemis ? Piètre argumentation qui fait rigoler le principal intéressé. En fait, celui-ci a une préoccupation bien plus importante que celle de la religion : son frère ! Il promet à Pizarro de lui donner encore plus d’or que prévu s’il consent à le libérer immédiatement. Mais l’Espagnol n’est pas idiot. Au contraire même, son esprit machiavélique envisage de faire venir auprès de lui ce fameux Huascar pour voir s’il ne pourrait pas constituer un allié plus solide qu’Atahualpa. Pressentant le coup fourré, l’Inca donne l’ordre, depuis sa prison, d’assassiner son frère, lequel est aussitôt noyé.

Pendant ce temps, l’or continue d’affluer à Cajamarca, mais plus lentement que prévu. L’empire est vaste et les routes escarpées. Les Espagnols s’impatientent. Certains réclament un partage immédiat pour rentrer en Espagne. Mais la majorité des conquistadors préféreraient marcher sur la capitale, Cuzco, où ils pensent découvrir encore plus d’or. Pizarro, lui aussi, commence à trouver le temps long, il veut s’emparer de la capitale inca, sans laquelle il ne peut devenir maître de l’empire. Finalement, le partage est décidé : chaque homme aura sa part, mais pour qu’il n’y ait pas d’embrouille, on décide de fondre tous les objets en lingots identiques. La valeur de la rançon dépasse certainement 1 550 milliards d’euros actuels. C’est le plus gros butin de tous les temps tombé entre les mains d’une minuscule bande d’aventuriers. Un cinquième est mis de côté pour l’empereur d’Espagne, le reste est réparti selon un savant calcul entre Pizarro et ses hommes.

Condamné à être brûlé vif

Rien n’empêche plus, désormais, de marcher sur Cuzco, sinon le prisonnier Atahualpa. Qu’en faire ? Le libérer ? Pas question. Il risquerait de vite reprendre les armes. Le garder prisonnier ? Voilà qui immobiliserait une bonne partie des forces espagnoles. S’en débarrasser définitivement ? Il faut trouver un motif. Justement, des rumeurs alarmantes parlent du rassemblement de milliers d’Indiens sur le pied de guerre. Voilà le prétexte attendu : les conquistadors accusent Atahualpa de manigancer une insurrection. Il faut l’exécuter sur-le-champ. Mais Pizarro préfère y mettre les formes. Il organise un procès avec des juges, un procureur, et même un avocat pour l’accusé qui doit répondre de douze chefs d’inculpation. Du grand n’importe quoi : usurpation de la couronne, assassinat de l’héritier officiel Huascar, détournement des revenus du pays, idolâtrie, adultère en raison de ses nombreuses femmes, incitation à une insurrection. Et d’avoir violé la bonne, non ?… Jacques Vergès accourt pour prendre sa défense… Le verdict est sans surprise : Atahualpa est jugé coupable de tout et condamné à être brûlé vif sur la place principale de Cajamarca. Ainsi disparaît le dernier Inca, entraînant une civilisation de trois siècles dans sa tombe. Quant au moine Valverde, quelques années plus tard, il est capturé par des Indiens d’Équateur, qui, pour le punir de sa rapacité, lui versent de l’or fondu dans la bouche. Les ingrats…

 

 

 

 

 

Réchauffement climatique:Spectaculaire rupture d’une arche de glace en Patagonie

Fonte glacier Patagonie 003

 

La fragile arche de glace qui s’était formée ces derniers jours à une extrémité du glacier argentin du Perito Moreno, dans la Cordillère des Andes, s’est brusquement effondrée jeudi, un spectacle saisissant observé la dernière fois en 2012.

Depuis mercredi, des milliers de touristes étaient massés devant le glacier de Patagonie, un des principaux sites touristiques de l’Argentine, à l’affût de la rupture du pont de glace reliant une rive du Lago argentino et le glacier.

Ce phénomène naturel, qui n’est pas lié au changement climatique, s’était produit pour la dernière fois en 2012. Une rivière coulant sous le glacier entame les parois de glace et dessine parfois des formes particulières. Des arches se sont formées tous les quatre ans depuis 2004.

Fonte glacier Patagonie 002

En 2012, la rupture était survenue de nuit et n’avait pas pu être filmée. De 1998 à 2004, 16 années se sont écoulées sans que le phénomène ne se produise.

Jeudi, des chaînes de télévision, des photographes, des scientifiques et des touristes étaient postés face au glacier pour saisir l’instant clé.

Tous les jours, des blocs de glace se détachent bruyamment des falaises de 50 mètres de haut du Perito Moreno et tombent dans le lac du Parc national des glaciers.

« C’est un spectacle unique. Chaque rupture est différente et imprévisible, elle peut intervenir en février/mars, ou en juillet », souligne Matilde Oviedo, porte-parole du parc national.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le Perito Moreno est situé dans la province de Santa Cruz, dans le sud de la Patagonie argentine.

Alors que la plupart des glaciers de la Cordillère des Andes se réduisent à cause du réchauffement de la planète, le glacier du Perito Moreno avance. Sa superficie est d’environ 250 km2 et il dévale sur 30 km les pentes de la Cordillère.

 

Fonte glacier Patagonie001

 

`A Suivre!

Sources: AFP

 

 

Création d’un Nouvel Ordre Mondial proposé lors du G77+Chine

Evo Morales ,président de la république de Bolivie ,et Nicolas Maduro,président du Vénézuela
Evo Morales ,président de la république de Bolivie ,et Nicolas Maduro,président du Vénézuela.

 

 AFP

Santa Cruz (Bolivie) – Le sommet du G-77 + Chine s’est ouvert samedi à Santa Cruz, en Bolivie, sous le thème «de la création d’un nouvel ordre mondial», visant à renforcer la structure institutionnelle d’un groupe hétérogène et promouvoir le développement économique à travers la coopération Sud-Sud.

Cette rencontre marque le 50e anniversaire de la création du G77, une organisation créée par 77 pays en 1964 à Genève et qui compte désormais 133 Etats membres, soit les deux tiers des pays et des votes au sein de l’Assemblée générale des Nations unies.

L’ouverture officielle du sommet, dans la soirée, a été précédée d’un rassemblement de milliers de personnes dans un stade de Santa Cruz, dont des syndicalistes, des représentants des communautés indigènes mais aussi des groupes folkloriques.

A la tribune, aux côtés du président bolivien Evo Morales, le gratin de la gauche radicale d’Amérique latine a appelé à l’union et fustigé «un retour conservateur à niveau régional qui veut en finir avec les gouvernements progressistes et patriotes», selon les mots du président de l’Equateur Rafael Correa.

Le président cubain, Raul Castro, a appelé pour sa part les pays participant au Sommet à défendre le Venezuela. «En défendant le Venezuela, nous défendons la Bolivie et toute notre Amérique», a déclaré le président Castro.

«Les oligarques qui n’ont pu venir à bout du président Hugo Chavez pensent que le moment est venu de renverser le président (vénézuelien Nicolas) Maduro et la révolution bolivarienne (…) Défendons notre unité», a-t-il lancé.

«Nous faisons face à une conspiration qui prétend diviser notre patrie, qui prétend la plonger dans la violence, qui prétend justifier une intervention internationale, dans le seul but de s’approprier les plus grandes réserves mondiales de pétrole», a assuré Nicolas Maduro, appelant «à un nouvel ordre économique mondial».

Evo Morales a quant à lui mis en garde les Etats-Unis. «Si Monsieur (Barack) Obama continue d’agresser le peuple du Venezuela, face à la provocation et l’agression, le Venezuela et l’Amérique latine deviendront un second Vietnam pour les Etats-Unis», a-t-il dit.

‘nos drapeaux ne feront qu’un’

Dans la matinée, le président Morales a reçu le représentant de Pékin, le vice-président du Comité permanent de l’Assemblée populaire de Chine, Chen Zhu, qui a mis à la disposition de la Bolivie un crédit de 80 millions de dollars pour la modernisation de la compagnie aérienne bolivienne BOA et l’acquisition de quatre avions.

Pour sa part, le premier vice-président iranien Eshagh Jahangiri a offert une ligne de crédit de 200 millions de dollars destinés à la médecine, l’industrie pharmaceutique et l’agriculture.

Dernier président à fouler le sol bolivien, le président uruguayen, José Mujica, a déclaré à son arrivée : «un jour, nos drapeaux ne feront qu’un», évoquant «la Grande Patrie», le rêve longtemps caressé de l’union latino-américaine.

Une déclaration finale devrait être ratifiée à l’issue de la rencontre dimanche, portant essentiellement selon les organisateurs sur les objectifs du Millénaire de l’ONU, recouvrant notamment la réduction de l’extrême pauvreté et de la mortalité infantile, l’accès à l’éducation, l’égalité des sexes, et la mise en oeuvre du développement durable.

Ce sommet international, le premier dans le pays, a été d’ores et déjà qualifié d’«historique» par le président Morales. Selon lui, le succès de ce sommet «donnera du prestige à l’ensemble de l’Amérique latine».

 

Source: 20Min.fr

La Conspiration nazi:Hitler serait mort à 95 ans en Amérique du Sud et il avait une femme Brésilienne Noire

Photo présumée d'Adolph Hitler et de sa femme noire brésilienne.
Photo présumée d’Adolph Hitler et de sa femme noire brésilienne.

 

La parution d’un nouveau bouquin relance le débat. L’auteure, Simoni Renee Guerreiro Dias affirme que le fondateur du nazisme ne se serait pas suicidé dans son bunker comme le raconte l’Histoire mais qu’il aurait organisé sa fuite en Amérique du Sud où il serait décédé à l’âge de 95 ans.

Adolf Hitler aurait-il réussi à fuir en Amérique du Sud où il y aurait passé la fin de ses jours? C’est ce qu’affirme Simoni Renee Guerreiro. Cette doctorante brésilienne pense connaître la vérité sur la fin de la vie du dictateur allemand. Selon elle, après avoir fui l’Allemagne, Hitler se serait rendu en Argentine et puis au Paraguay avant de s’installer au Brésil, protégé par des alliés séjournant au Vatican, peut-on lire ce matin dans le DailyMail.

Une photo pose question

Simoni explique que dans la ville de Nossa Senhora do Livramento, un homme surnommé par les locaux comme « le vieux Allemand » se faisait officiellement appeler Adolf Leipzig(2). Selon elle, il aurait choisi le nom de « Leipzig » parce qu’il s’agissait du lieu de naissance de Bach, son compositeur préféré. Pour ne pas éveiller les soupçons sur ses visions politiques, l’homme s’affichait avec une petite amie noire, appelée Cutinga. Un cliché du couple existe et il est de très mauvaise qualité. Selon Simoni, la ressemblance de cet homme avec Adolf Hitler est sans équivoque.

Une religieuse priée de garder le silence

La jeune femme a également recueilli le témoignage troublant d’une religieuse polonaise qui visitait des malades au début des années 80 dans un hôpital de la région. Pénétrant dans une chambre, la femme aurait reconnu Adolf Hitler. Elle aurait rapporté cela à sa supérieure qui lui aurait demandé de garder le silence car il s’agissait là d’ordres venant du Vatican.

Simoni a retrouvé l’endroit où Adolf Leipzig a été enterré et compte prélever des échantillons d’ADN pour prouver scientifiquement qu’Hitler n’est pas mort dans son bunker.(1)

Source : RTL, Daily mail

………………………………………………………………………….

NOTES PERSONNELLES

(1)L’auteur fait fausse route concernant la recherche d’ADN,car le Führer a été incinéré immédiatement après son décès.

(2)J’ai retrouvé aussi ce pseudonyme.

Michel Duchaine ,en attente de publication des faits réels.

 

 

La Conspiration nazi:Le mystère des jumeaux de Joseph Mengele

Des jumeaux...ou jumelles
Des jumeaux…ou jumelles.

 

Un médecin nazi  nommé Josef Mengele  est très connu  par les historiens . Il a  été surnommé « l’Ange de la mort, parce que pendant la deuxième La Seconde Guerre mondiale, il a servi en tant que médecin dans le camp  de travail    ( ou de concentration ,si vous préférez) polonais d’Auschwitz Birkenau, où beaucoup de gens auraient  servi de cobayes pour   des expériences  scientifiques particulières. Selon certaines personnes , les expériences ont continué après la guerre. Est-ce  réel?

 

 

Une ville brésilienne fort mystérieuse
Probablement peu de gens de gens ordinaires n’auraient jamais entendu parler de la ville brésilienne de Candido Godói, près de la frontière avec l’Argentine, si elle n’avait pas attiré les scientifiques et le public pendant de nombreuses décennies. Pourquoi? Bien que la ville ne dispose que d’environ 7,000 habitants seulement , mais le nombre de naissances de jumeaux (ou de jumelles)  est très  supérieur  à la moyenne mondiale. Dans le cas d’une moyenne mondiale de 80 naissances double, mais ici ,dans cette ville, ce sont les un  cinquième des  naissances qui donnent des jumeaux. En outre, non seulement des jumeaux, mais les traits aryens dominent : blonds, aux yeux bleus. Tous les enfants sont en effet les descendants d’immigrés allemands qui sont arrivés en 1918, mais le mystère réside principalement dans le fait que les jumeaux blonds naissent depuis  plusieurs décennies.Selon l’historien et journaliste argentin Jorg Camarasa :il ne  peut y avoir qu’une seule possibilité: Josef Mengele, qui avait  continué ses expériences biologiques , même vingt ans après la guerre. Y aurait-il des preuves?

 

Joseph Mengele,surnommé "L'Ange de la Mort" par la propagande alliée.
Josef  Mengele,surnommé « L’Ange de la Mort » par la propagande alliée.

 

L’Ange de la mort au Brésil
Casamara  écrivit ses recherches   afin d’établir  la vérité sur les jumeaux de Mengele, et il a constaté que le principal objectif des expériences de Mengele était principalement…sa recherche sur les  jumeaux . Et c’est  pour cette raison précise , que si Hitler a voulu étendre  au maximum  la  masse démographique de la race aryenne,il  fallait que soient multipliés  ces gens de race autant que possible,pour étendre la suprématie . Toutefois,tout cela ne pourrait jamais se  réaliser si après neuf mois de grossesse ,un femme aryenne accouche non pas de un ,mais au moins deux enfants en santé.

Les expériences avec des jumeaux indigènes auraient  commencé à se faire  bien avant  l’arrivée en Amérique du Sud,mais surtout avec  les premières prisonnières juives et tsiganes, à Auschwitz. En approchant de la fin de la guerre, cependant, il est revenu sur ces tentatives expérimentales arrêtées. En Avril 1945,il a  donc  réussi à fuir  l’Armée rouge, mais il a été capturé par les Alliés, puis  miraculeusement relâché ,…car aucune preuve  n’avait été retenue contre lui  qui n’avait  pas laissé entendre que c’était un membre de la SS (influence possible de l’Opération Paperclip et hypocrisie américaine). En 1949, il est arrivé en Argentine, mais en 1959 a été averti  (par qui?) qu’il venait d’être découvert par un  chasseur de nazis, alors il a fui au Paraguay, puis au Brésil. Et de là, au début de ses  60  ans ,selon certains témoignages,  on lui suggéra et l’aida à  visiter la ville de Candido Godói. 

Parmi  les  nombreux émigrants allemands  qui arrivaient en Amérique du Sud, plusieurs ont été encouragé (par qui?) à s’établir avec le fameux Dr Mengele…dans cette ville.En arrivant dans cette ville brésilienne au climat exceptionnel,beaucoup de réfugiés allemands voulaient y rester plus longtemps , surtout avec un leader qui en plus était un médecin illustre,comme Josef Mengele, inscrit  sous un faux nom comme un médecin et vétérinaire,ce qui était doublement rare dans cette région. 

Quelque temps après,il   a commencé à donner  aux femmes locales,une  combinaison miraculeuse de médicaments et d’hormones, en  les convainquant  qu’il s’agissait  d’une première mondiale et que le traitement était…gratuit. Et toujours  selon Camarasa, juste après la visite de Mengele,on  commence soudainement  à Candido Godói ,à  voir naître  beaucoup plus de jumeaux et de jumelles. 

Du  pour et du contre 

Jorge Casamara, dans son livre fétiche: « L’ ange de la mort en Amérique du Sud » , dit avoir  interrogé toutes  les personnes âgées de la ville de Candido Godoi, et celles-ci ont toutes confirmées  qu’il  était  vraiment  un grand médecin… avec une mystérieuse drogue.

 

Sources: Jorge Casamara,L’Ange de la Mort en Amérique du Sud

 

Découverte extraordinaire d’un dépôt d’or massif sur Google Earth

Un dépôt d'or très massif
Un dépôt d’or très massif

Une des meilleures images  transmises de Google Earth par mon ami Wayne Wells.Il  croit qu’il s’agit d’un dépôt en or massif ,très massif d’environ 200 mètres de long sur 60 mètres de large sur le flanc d’une falaise en Amérique du Sud.

Vous  vous demanderez surement pourquoi ce gisement d’or massif n’a pas été découvert avant.
Il  suppose que beaucoup d’avions auraient survolé cette région dans le passé.
Ils l’ont vu surement en le survolant  dans les   airs.Bien sur, ils n’auraient pas pu le voir  si il   était  enterré.
Il  croit que durant  les deux dernières années, ce « cliffface »,ce filon magnifique , a été touché par de fortes pluies  qui ont  lavé la saleté et  révéler ce gisement d’or massif juste sous la surface.
Découverte  surprenante et remarquable.

Ajoutons que vérifier des lieux sur Google Earth,est le passe-temps favori de mon ami Wayne!

 

Importante éruption du volcan San Miguel au Salvador

Voici des photos provenant de l’éruption du volcan San Miguel ,en République de San Salvador depuis ce matin.

 

Il y a plus de vingt volcans dans ce pays,mais seulement 2 sont très actifs.

 

Vue sur le volcan crachant des cendres et Chaparrastique fumée à San Miguel, à 140 km à l'est de San Salvador, El Salvador, le 29 Décembre 2013. Le système de défense civile nationale du Salvador a déclaré l'alerte jaune et évacuations préventives dans les zones entourant le volcan. AFP PHOTO / Roberto Acevedo (Photo credit should lire Roberto Acevedo
Vue sur le volcan crachant des cendres et Chaparrastique fumée à San Miguel, à 140 km à l’est de San Salvador, El Salvador, le 29 Décembre 2013. Le système de défense civile nationale du Salvador a déclaré l’alerte jaune et des évacuations préventives dans les zones entourant le volcan. AFP PHOTO / Roberto Acevedo (Photo credit should lire Roberto Acevedo

 

The Chaparrastique volcano spews ash at the municipality of San Miguel

 

Volcan San Miguel 003

 

Une photo aérienne du cratère du volcan San Miguel ,quelques jours avant l'éruption.
Une photo aérienne du cratère du volcan San Miguel ,quelques jours avant l’éruption.

 

Vue de quelques kilomètres du San Miguel.
Vue de quelques kilomètres du San Miguel.

 

Une fumée opaque envahissait les voies de circulation.
Une fumée opaque envahissait les voies de circulation.

 

 

 

 

Photo aérienne du San Miguel ,il y a quelques semaines.
Photo aérienne du San Miguel ,il y a quelques semaines.

 

Timbre ancien représentant le fameux volcan.
Timbre ancien représentant le fameux volcan.

 

En dessous de l'avion:le volcan San Miguel.La philatélie représente ce fameux volcan depuis plus de cent ans.
En dessous de l’avion:le volcan San Miguel.La philatélie représente ce fameux volcan depuis plus de cent ans.

 

 

De nombreux  pitons volcaniques naissant sont visibles sur le territoire de la République de El Salvador.
De nombreux pitons volcaniques naissant sont visibles sur le territoire de la République de El Salvador.

 

 

Le gouvernement mexicain cache les liens entre les mayas et des extraterrestres

Pour ceux qui avaient encore des doutes en ce qui concerne le contact extraterrestre avec nos anciennes civilisations, cette fois ne pouvait pas être plus clair! Le gouvernement mexicain a frappé un grand coup dans l’histoire cachée de l’humanité. Dans la section d’archéologie oublié le pays dévoiler publiquement une série de pièces Mayas y avons découvert environ 80 ans par une équipe de l’Institut national de Anthropoly et d’histoire (INAH) sur le site de Calakmul, au Mexique.

Ces pièces exceptionnelles ont été présenté l’année dernière et feront l’objet d’un documentaire qui sera publié cette année  et sera produit par Raul Julia-Levy et réalisé par Juan Carlos Rulfo, le gagnant du festival de Sundance 2006, avec son film « dans le fosse. « Ce documentaire  aura  le nom provisoire de  » Révélations des Mayas 2012 et au-delà « .

 

 

 

 

Des Êtres Intelligents,des extraterrestres ont visité la Terre dans l’antiquité ,même depuis  la préhistoire et ont pris contact avec les humains. Les partisans de ces informations  suggèrent que ce contact a influencé le développement des cultures humaines, les technologies et les religions. Une variante commune de l’idée est que les divinités de la plupart, sinon tous, les religions sont en fait des extraterrestres, et leurs technologies de pointe ont été mal comprises  par les hommes primitifs comme preuve de leur statut divin.

 

 

mexico ufo maya

 

En Septembre 2011 , le cinéaste Juan Carlos Rulfo a annoncé qu’il produit les documentaires Mayas 2012 et au-delà , en raison d’être libéré en 2012 , juste à temps pour la fin du calendrier maya . 

Cité maya de Calakmul , Campeche

Calakmul ( qui précise également Kalakmul , ainsi que d’autres variantes moins fréquentes ) est le nom moderne de l’une des villes les plus anciennes et les plus puissantes découvertes dans les basses terres mayas . Il est situé sur la 180 000 km 2 de la réserve de biosphère de Calakmul dans l’état mexicain de Campeche , dans la jungle de la région de Grand bassin de Petén , dans le centre de la péninsule du Yucatán , à 35 km au nord de la frontière ofGuatemala . Dans l’Antiquité, le coeur de la ville était connue sous le nom de Ox Te ‘ tuun 3 .

Cette puissante cité maya a été habité pendant plus d’un millénaire avant d’être avalé par la jungle après son abandon . À son apogée, Calakmul administré un grand domaine marqué par l’intégration généralisée de son glyphe emblème , qui est caractérisé par le signe de la tête de serpent qui se lisait Kaan . Calakmul était le siège de ce qu’on a appelé le Royaume du Serpent . Le Royaume du Serpent a statué comme Tikal , pendant la plus grande partie de la période classique . On estime que Calakmul elle-même avait une population de 50.000 personnes et localités contrôlées situées à une distance maximale de 150 km 2 .

Calakmul2

 

 

Il ya 6750 structures anciennes identifiées à Calakmul , dont la plus importante est la grande pyramide site.Structure 2 est de plus de 45 mètres de haut , ce qui en fait l’une des plus haute pyramide de la civilisation maya . Quatre tombes se trouvent dans les nombreux temples ou pyramides de Mésoamérique pyramid.Like , la pyramide de Calakmul a augmenté sur la base du temple existant pour atteindre sa taille actuelle . La zone du monument central de l’architecture maya est d’environ 2 km 2 et l’ensemble du site couverte essentiellement un logement résidentiel dense , est d’environ 20 km 2 .

Redécouvert par exploration aérienne par le biologiste Cyrus Longworth Lundell de la société d’exploitation du Mexique Chicle le 29 Décembre 1931, son existence a été signalée à Sylvanus Morley de l’Institut Carnegie à Chichen Itza en Mars 1932. Selon Lundell , qui a nommé le site « , » ca  » en Maya signifie  » deux « , » lak »signifie« à côté »et« multi »désigne une colline artificielle ou pyramide , donc ‘ Calakmul » est la «ville des deux pyramides adjacentes «  » .

Maya contact étranger , par Raul Julia Levy sera publié 2014.

 

 

La cité de Tikal.
La cité de Tikal.

L’histoire de la civilisation maya classique a été dominée par la rivalité entre les alliances opposées  de Calakmul et  de Tikal (sur notre photo).

 

Sources …en espagnol: http://beforeitsnews.com/r2/?url=http://www.arcturius.org/chroniques/?p=17484

 

 

Antropomorfi_chiamati_-Astronauti-_-_Zurla_R_1_-_Nadro