Nouvel Ordre Mondial versus Les Triades Chinoises:Les USA ont introduit le COVID-19 en Chine à l’occasion des « Jeux Militaires » de Wuhan

Voici deux versions d’une théorie qui risquent de nous embrouiler l’esprit:

Première version (en prenant le texte à pied levé…sans réfléchir,ni faire de recherches):

En octobre 2019, les États-Unis ont amené 172 (en réalité 369) « athlètes » militaires à Wuhan pour les Jeux militaires mondiaux. Bien qu’ils aient la « plus grande armée au monde », les États-Unis se sont classés 35e derrière des pays comme l’Iran, la Tunisie, la Finlande ou la Slovénie. Il n’y a pas de vidéo ou de photos de l’équipe américaine, aucun dossier n’a été conservé, une équipe énorme mais une performance minable et pitoyable pour « les meilleurs militaires » du monde.

 

L’équipe américaine a si mal réussi qu’elle a été qualifiée de «soldats à la sauce soja» par les Chinois. En fait, la plupart des supposés « athlètes soldats » n’ont participé à aucun événement et sont restés près du marché de gros de poissons de Wuhan, dans lequel la maladie serait apparue quelques jours seulement après que les soldats des États-Unis aient quitté la région.

Le Pentagone a envoyé 17 équipes avec plus de 280 athlètes et autres membres du personnel aux Jeux mondiaux militaires à Wuhan, en Chine, en octobre 2019.

L’équipe américaine est rentrée chez elle le 28 octobre 2019. Dans les 2 semaines suivantes, les premiers cas de COVID-19 sont apparus à Wuhan. Les Chinois n’ont pas pu trouver le «patient zéro» et pensent qu’il faisait partie de l’équipe américaine. Ils ont également des sources qui disent que les États-Unis avaient volontairement menti sur « la grippe » qui, selon Trump, a tué des milliers de personnes. Cette grippe a été transportée en Chine par l’équipe militaire américaine, une grippe qui était en réalité le COVID-19, développé dans une installation militaire de guerre biologique dans l’État de Washington, désormais le «Ground Zero» aux États-Unis pour COVID 19.

Les Chinois affirment, quelque chose de censuré aux États-Unis, que l’attitude inattentive et les résultats disproportionnellement faibles à la moyenne des athlètes américains dans les jeux militaires, indiquent qu’ils devaient être là pour d’autres fins que sportives, et qu’ils pourraient être des agents de la guerre biologique, et que leur lieu de résidence pendant leur séjour à Wuhan était proche du marché de gros de fruits de mer, où le premier groupe connu de cas infectés s’est produit.

L’armée américaine pourrait avoir introduit la nouvelle maladie des coronavirus (COVID-19) à Wuhan, en Chine, la ville où le virus a été détecté pour la première fois dans le pays, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.


Deuxième version:la propagande communiste des Triades Chinoises

 

Une  accusation  venant directement  des responsables de la propagande communiste  chinoise

La Chine propose une nouvelle théorie sur les origines du coronavirus : il s’agit d’une maladie américaine qui aurait pu être introduite par des membres de l’armée américaine qui se sont rendus à Wuhan en octobre 2019.

Il n’y a pas la moindre preuve pour étayer cela, mais la notion a reçu l’approbation officielle du ministère chinois des Affaires étrangères, dont le porte-parole a accusé les responsables américains de ne pas avoir dit clairement ce qu’ils savent de la maladie .

La diffusion intentionnelle d’une théorie du complot infondée – qui a circulé vendredi,13 mars 2020, sur Internet étroitement contrôlé par la Chine – a ponctué une spirale descendante dans les relations entre les deux pays, alimentée par les instincts les plus bas des responsables des deux côtés.

L’insinuation est venue dans une série de messages sur Twitter par Zhao Lijian, un porte-parole du ministère qui a fait bon usage de la plate-forme, qui est bloquée en Chine, pour pousser une stratégie diplomatique nouvellement agressive et belliciste. Il est très probablement destiné à détourner l’attention des propres faux pas de la Chine au cours des premières semaines de l’épidémie en semant la confusion ou, au moins, l’incertitude au pays et à l’étranger.


Découvrez qui est Zhao Lijian

Xi Jinping (à gauche) a nommé Zhao Lijian (photo de droite) à la tête de l’un de ses plus importants ministères politique,l’an passé.
Zhao Lijian est un politicien chinois et l’actuel directeur adjoint du Département de l’information du ministère des Affaires étrangères. Il est le 31e porte-parole depuis que le poste a été créé au ministère en 1983.  Il a rejoint le Service extérieur en 1996 et a servi principalement en Asie. Il est surtout connu pour ses accès de colère sur Twitter , un réseau social  qui est bloqué aux citoyens ordinaires en Chine.
Zhao est né à Hebei , le 10 novembre 1972. Il a rejoint le Département des affaires asiatiques en 1996. Il a obtenu une maîtrise en politique publique du Korea Development Institute en 2005. En 2009, il est devenu secrétaire de l’ ambassade de Chine à Washington , DC . En 2013, il a été rappelé au département d’origine. En 2015, il a été conseiller et ministre conseiller de l’ambassade de Chine au Pakistan. Il est directeur adjoint du Département de l’information du ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine depuis août 2019 

 


UNE GUERRE FROIDE ENTRE TRIADES CHINOISES ET ILLUMINATI AMÉRICAINS?

 

Zhao a tweeté : «Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis? Combien de personnes sont infectées? Quels sont les noms des hôpitaux? Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent! Rendez vos données publiques! Les États-Unis nous doivent une explication! ».

 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a exigé des autorités américaines qu’elles révèlent ce qu’elles cachent sur les origines de Covid-19, allant jusqu’à suggérer que le coronavirus aurait pu être introduit en Chine par l’armée américaine.

Pointant vers une vidéo du directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), Robert Redfield admettant apparemment que les États-Unis ont eu plusieurs morts du Covid-19 avant de pouvoir le tester, Zhao a appelé le chien de garde américain à se nettoyer dans un tweet publié jeudi.

 


Communications sur Twitter

Lijian Zhao 赵立坚  @zlj517

 

2/2 CDC was caught on the spot. When did patient zero begin in US? How many people are infected? What are the names of the hospitals? It might be US army who brought the epidemic to Wuhan. Be transparent! Make public your data! US owe us an explanation!

Traduction

2/2 CDC a été pris la main dans le sac. Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis? Combien de personnes sont infectées? Quels sont les noms des hôpitaux? Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent! Rendez vos données publiques! Les États-Unis nous doivent une explication! pic.twitter.com/vYNZRFPWo3

 

— Lijian Zhao 赵立坚 (@zlj517) March 12, 2020


« Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan« , a suggéré Zhao, appelant le CDC – et les États-Unis en général – à « être transparents » et à partager ce qu’ils savent sur où et quand « Patient Zero » a été diagnostiqué pour la première fois.

Août 2019: les laboratoires de recherche sur les risques biologiques de l’armée américaine fermés pour échec des contrôles de sécurité.

Le laboratoire qui se trouve dans l’État de Washington où ils ont la plus forte incidence de COVID-19.

Oct 2019: Jeux mondiaux militaires à Wuhan.


Déc 2019: Premier cas COVID-19 à Wuhan 

 

dans un laboratoire de l’armée américaine  sur des problèmes de sécurité

Aout 2019:Des problèmes d’élimination des matières dangereuses ont conduit le gouvernement à suspendre la recherche au principal centre de biodéfense militaire.

Denise Braun s’est préparée à démontrer le travail de laboratoire lors d’une tournée des médias à l’Institut de recherche médicale de l’armée sur les maladies infectieuses à Fort Detrick, MD, en 2011.

Les préoccupations en matière de sécurité dans un laboratoire militaire de germes de premier plan ont conduit le gouvernement américain à suspendre la recherche impliquant des microbes dangereux comme le virus Ebola.

« La recherche est actuellement en suspens », a déclaré vendredi le 13 mars 2020,dans un communiqué une sommité  de l’Institut de recherche médicale des États-Unis sur les maladies infectieuses à Fort Detrick, dans le Maryland. La fermeture devrait durer des mois, a déclaré Caree Vander Linden, une porte-parole, dans une interview.

Le communiqué indique que les Centers for Disease Control and Prevention ont décidé d’émettre un « ordre de cesser et de s’abstenir » le mois dernier pour interrompre la recherche à Fort Detrick parce que le centre ne disposait pas de « systèmes suffisants en place pour décontaminer les eaux usées » de ses laboratoires de haute sécurité. .

Mais il n’y a eu aucune menace pour la santé publique, aucune blessure pour les employés et aucune fuite de matières dangereuses à l’extérieur du laboratoire, a déclaré Mme Vander Linden.

 

Dans la déclaration, le CDC a cité des «raisons de sécurité nationale» comme justification pour ne pas divulguer d’informations sur sa décision.

                                             ((TROUBLANT!!!))

L’institut est un centre de biodéfense qui étudie les germes et les toxines qui pourraient être utilisés pour menacer la santé militaire ou publique, et enquête également sur les épidémies. Il réalise des projets de recherche pour les agences gouvernementales, les universités et les sociétés pharmaceutiques, qui paient pour le travail. Elle compte environ 900 employés.

L’arrêt affecte une partie importante des recherches qui y sont normalement menées, a déclaré Mme Vander Linden.

La recherche suspendue implique certaines toxines, ainsi que des germes appelés agents sélectifs , dont le gouvernement a déterminé qu’ils «pourraient constituer une menace grave pour la santé publique, animale ou végétale ou pour les produits animaux ou végétaux». Il existe 67 agents et toxines sélectionnés ; les exemples incluent les organismes qui causent Ebola, la variole, l’anthrax et la peste, et le poison ricine.

En théorie, les terroristes pourraient utiliser des agents sélectionnés comme armes, de sorte que le gouvernement exige que toute organisation qui veut les manipuler passe une vérification des antécédents, s’enregistre, suit les procédures de sûreté et de sécurité et subisse des inspections dans le cadre d’un programme géré par le CDC et les États-Unis. Département de l’agriculture. En 2017, 263 laboratoires – gouvernementaux, universitaires, commerciaux ou privés – s’étaient inscrits au programme.

L’institut de Fort Detrick faisait partie du programme des agents sélectionnés jusqu’à ce que son inscription soit suspendue le mois dernier, après que le CDC lui ait ordonné de cesser de mener la recherche.

L’ arrêt a été signalé pour la première fois vendredi par le Frederick News-Post.

Les problèmes remontent à mai 2018, lorsque des tempêtes ont inondé et ruiné une usine de stérilisation à la vapeur vieille de plusieurs décennies que l’institut utilisait pour traiter les eaux usées de ses laboratoires, a déclaré Mme Vander Linden. Les dégâts ont interrompu la recherche pendant des mois, jusqu’à ce que l’institut développe un nouveau système de décontamination utilisant des produits chimiques.

Le nouveau système a nécessité des modifications de certaines procédures dans les laboratoires. Lors d’une inspection en juin, le CDC a constaté que les nouvelles procédures n’étaient pas suivies de manière cohérente. Les inspecteurs ont également constaté des problèmes mécaniques avec le système de décontamination chimique, ainsi que des fuites, a déclaré Mme Vander Linden, bien qu’elle ait ajouté que les fuites se trouvaient dans le laboratoire et non dans le monde extérieur.

« Une combinaison de choses » a conduit à l’ordonnance de cesser et de s’abstenir et à la perte de l’enregistrement, a-t-elle déclaré.

Le Dr Richard H. Ebright, biologiste moléculaire et expert en armes biologiques à l’Université Rutgers, a déclaré dans un e-mail que des problèmes avec le nouveau processus de décontamination chimique de l’institut pourraient signifier qu’il devrait revenir à un système à base de chaleur « qui, si cela nécessite la construction d’une nouvelle usine de stérilisation à la vapeur, ce qui pourrait entraîner de très longs retards et des coûts très élevés. »

Bien que de nombreux projets soient en suspens, Mme Vander Linden a déclaré que les scientifiques et les autres employés continuent de travailler, mais pas sur des agents sélectionnés. Elle a dit que beaucoup étaient inquiets de ne pas pouvoir respecter les délais de leurs projets.

 

Des erreurs ont été commises dans d’autres laboratoires gouvernementaux, notamment ceux des Centers for Disease Control et des National Institutes of Health. Et en 2009, la recherche à l’institut de Fort Detrick a été suspendue car elle stockait des agents pathogènes non répertoriés dans sa base de données. L’institut de l’armée a également employé Bruce E. Ivins, un microbiologiste qui était l’un des principaux suspects – mais qui n’a jamais été inculpé – dans les envois à l’anthrax en 2001 qui ont tué cinq personnes. Le Dr Ivins est décédé en 2008 , apparemment par suicide.

((TRÈS TROUBLANT!!!))

 

*Je  vous encourage  à lire cet article  jusqu’à la fin ou vous trouverez des détails très troublants…qui relient cette affaire aux événements « false flag » du 11 septembre 2001.

 



— Twain (@twainus) March 12, 2020

Dans la vidéo, Redfield a reconnu que certains cas de coronavirus avaient été mal classés comme grippe car les médecins n’avaient pas de test précis pour la nouvelle épidémie à l’époque. Il n’a pas précisé quand ces cas mal diagnostiqués sont apparus pour la première fois – disant seulement que «certains cas ont été diagnostiqués de cette façon».

Le directeur du CDC admet ouvertement que certains décès #covid ont été diagnostiqués à tort comme grippe aux États-Unis. La question est de savoir quand sont ces décès. Cela confirme les affirmations des scientifiques japonais selon lesquelles le virus était originaire des États-Unis mais était dissimulé. #COVID19 #Corona pic.twitter.com/AwdXAKz6Ao

— Taro (@taro_taylor) March 12, 2020

En l’absence de détails sur les patients ou de chronologie des décès, la spéculation a tourbillonné. La «théorie» de Zhao s’est concentrée en particulier sur la délégation militaire qui s’est rendue à Wuhan en octobre pour les Jeux mondiaux militaires, des semaines avant que la ville ne confirme l’épidémie en décembre. La délégation faisait partie du groupe de 300 membres d’athlètes américains participant à l’événement multisports organisé tous les quatre ans.

Le ministre de l’Intérieur #Bahrain a accusé l’Iran de répandre #COVID19 et la guerre biologique. Je lui réponds que les #USAavec leur 5ème flotte régissant Bahreïn est le principal facteur derrière la guerre biologique #BiologicalWarfare et même la dissimulation initiale de la diffusion du #CoronavirusOutbreak en Amérique.

pic.twitter.com/f7TqbqFoOA

— H.amirabdollahian (@Amirabdolahian) March 12, 2020

Zhao n’est pas la seule personnalité politique de haut niveau à avoir émis des soupçons sur le calendrier des Jeux de guerre et l’introduction du coronavirus à Wuhan. L’ancien Premier ministre malaisien Matthias Chang a proposé des spéculations similaires en janvier, se concentrant sur l’événement comme point de départ de ce qu’il a qualifié de guerre biologique menée par les États-Unis contre la Chine.

Nous cherchons toujours d’où provient le virus. Et les chances sont grandes que le virus ait été introduit en Chine par l’équipe de l’armée américaine qui s’est rendue à Wuhan en octobre. Quoi qu’il en soit, aucun humain ne mérite COVID-19. Le monde devrait lutter ensemble contre la maladie. Pas le temps de blâmer.

— Chris Jiang (@crs_1222) February 27, 2020

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare que ce qui est maintenant la pandémie de Covid-19 a été signalé pour la première fois comme une épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019. La recherche de l’origine de la maladie mortelle s’est poursuivie, des versions contradictoires accusant le marché alimentaire de Wuhan et les chauves-souris – une délicatesse culinaire locale – y ont été vendus en particulier, tandis que d’autres hommes d’opinion pourraient avoir attrapé le virus des pangolins, un mammifère écailleux en voie de disparition.

Des théories moins orthodoxes suggèrent une intention malveillante, le chef des élites des gardiens de la révolution iraniens affirmant avec sensation la semaine dernière que Covid-19 pourrait être «le produit d’une attaque biologique de l’Amérique qui s’est d’abord propagée à la Chine, puis à l’Iran et au reste du monde . « 

Jusqu’à présent, le problème avec toutes ces théories, accusant à la fois les animaux et les humains, est qu’aucune preuve directe de causalité n’a été établie, tandis que l’identité du «patient zéro» de la Chine reste également peu claire. Et ce n’est pas le cas de la Chine seule: dans l’État de Washington – qui a apparemment identifié et isolé avec succès son premier voyageur infecté, avec des dizaines de contacts identifiés et surveillés – le virus a commencé à se propager de toute façon. Même Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple, a déclaré à un moment donné que lui et sa femme étaient peut-être le « patient zéro » des États-Unis après avoir développé une mauvaise toux à leur retour de Chine. Depuis, il est apparu que le diagnostic de sa femme était «une infection des sinus».

Source : Breaking/Exclusive: US Brought COVID19 to China with Fake Army Team for Military Games, Evidence  


Découvrez la ville de Wuhan d’ou est parti le coronavirus

 


EN COMPLÉMENT (Le mot pour rire)

La seule façon d’éviter le coronavirus: Rester à la maison 24h / 24 et 7j / 7 en regardant les infos sur le coronavirus

À la suite de nouvelles études montrant que la meilleure façon d’éviter le coronavirus est de rester à la maison en regardant la couverture non-stop par TOUTES les chaînes tv du coronavirus (dont des variantes comme le Coran-à-virus, Corona-vît-russe, etc.) le gouvernement des États-Unis et les sociétés qui en sont propriétaires ont mis en place un nouveau plan pour limiter la propagation de la terrible maladie.

Hier, le Center for Disease Control (CDC) et le Center for Media Control (CMC) nouvellement fusionnés ont annoncé qu’à partir de la semaine prochaine, tous les médias grand public fusionneront en une seule méga-société, le Coronavirus News Network (CvNN). Une fois que le CvNN commencera à diffuser à 12 h 01 lundi prochain, le public américain devra rester à la maison et regarder la couverture  continue et d’urgence des coronavirus jusqu’à la fin de l’urgence ou jusqu’à ce qu’il meure de faim, selon la première éventualité.

«Ne touchez pas ce cadran. N’essayez pas de regarder d’autres chaînes, en particulier les médias alternatifs. Ne quittez pas votre maison. Toutes ces activités apparemment inoffensives se sont avérées propagatrices de  coronavirus », a expliqué le directeur du CDC-CMC, le Dr Ignatius “Splatz” Sneezlestein. «La seule activité sûre consiste à regarder des têtes parlantes surpayées discuter du coronavirus à l’écran écran. Si vous faites autre chose, vous mettez votre vie et celle de milliers d’autres en danger. « 

Le CDC-CMC cite des preuves que le coronavirus n’est pas apparu d’abord de la morve aspirée de la narine d’une chauve-souris flottant dans un bol de soupe de chauve-souris, ni d’un laboratoire de lutte contre les germes, mais il a plutôt émergé spontanément en raison de l’absence totale de couverture médiatique des coronavirus prévalant dans le temps. « Pensez-y: Immédiatement avant l’émergence du coronavirus, il n’y avait aucune couverture médiatique du coronavirus !! », a expliqué le Dr Sneezlestein. «Ce vide complet et absolu de la couverture médiatique des coronavirus peut avoir créé des conditions presque miraculeusement parfaites pour que l’organisme Covid-19 apparaisse ex nihilo et commence à se reproduire furieusement.» Il a ensuite cité des études montrant que les personnes qui ingèrent moins de 12 heures de couverture quotidienne tv contre les coronavirus courent un risque extrême de contact avec la maladie.

Bien que tous les experts en santé réputés soutiennent unanimement l’initiative CvNN du CDC-CMC «tous les coronavirus tout le temps», les opinions varient selon que les grands écrans ou les petits écrans offrent le traitement préventif le plus efficace. Les défenseurs du grand écran disent que des images gigantesques de têtes parlantes surpayées discutant du coronavirus, en particulier lorsque le volume du son est élevé, peuvent terrifier et décourager le virus et le faire disparaître, voire se suicider. Les partisans des petits écrans soutiennent qu’il est extrêmement important de continuer à regarder la couverture même lorsque vous allez à la salle de bain. Si vous constatez qu’il est impossible de transporter votre téléviseur grand écran dans la salle de bain avec vous chaque fois que vous ressentez le besoin de vider votre vessie ou vos intestins,   il est alors préférable de le regarder sur un téléphone ou un ordinateur portable.

Après l’annonce du CDC-CMC, les actions des médias grand public se sont redressées pour la première fois depuis l’invention d’Internet.

Source : The Only Way to Avoid Coronavirus: Stay Home 24/7 Watching Coronavirus News ; Par Kevin Barrett  (Dissociated Press)


INFORMATIONS TRÈS TROUBLANTES SUR UN PASSÉ RÉCENT QUE LE GOUVERNEMENT US NE VEUT PAS QUE VOUS  APPRENEZ

 

Le suicide d’un scientifique lié à une enquête sur l’anthrax

 

Tout commence ici:Un technicien en 2001 au centre de recherche sur la biodéfense à Fort Detrick, Md., A ouvert une lettre au sénateur Patrick J. Leahy soupçonné de contenir du charbon. Des lettres avec l’anthrax ont tué cinq personnes.

WASHINGTON ,2 aout 2008 (informations diffusées de manière discrète dans des  journeaux secondaires)

Après quatre ans à poursuivre un ancien scientifique de l’Armée sur une fausse piste coûteuse, les agents du FBI enquêtant sur les lettres mortelles de l’anthrax de 2001 ont finalement mis à zéro l’année dernière un autre suspect: un autre scientifique de l’Armée du même centre de recherche sur la biodéfense à Fort Detrick à Frederick, Md.

Au cours des 18 derniers mois, alors même que le gouvernement luttait contre une action en justice intentée par le premier scientifique, Steven J. Hatfill, les enquêteurs ont monté un dossier contre le second, Bruce E. Ivins, un microbiologiste très respecté qui avait travaillé pendant de nombreuses années à concevoir un meilleur vaccin contre le charbon.

Dr Bruce E. Ivins specialiste de l’anthrax

Le week-end dernier, après avoir appris que les procureurs fédéraux s’apprêtaient à l’inculper pour meurtre, le Dr Ivins, un père de deux enfants de 62 ans, a pris une surdose de Tylenol avec de la codéine. Il est décédé mardi dans un hôpital de Frederick, laissant derrière lui une famille endeuillée et des doutes quant à la résolution définitive du mystère de l’anthrax.

Le suicide apparent du Dr Ivins, un volontaire de la Croix-Rouge et un jongleur amateur  qui avait remporté la plus haute distinction civile du Département de la Défense en 2003, a constitué un tournant dramatique dans l’une des plus grandes enquêtes criminelles de l’histoire du pays. L’attaque, le seul acte majeur de bioterrorisme sur le sol américain, est survenue au lendemain de l’agitation des attentats du 11 septembre. Il a tué cinq personnes, rendu malade 17 autres et déclenché une vague de panique.

Dans les premiers jours qui ont suivi l’attaque par lettre, en septembre et octobre 2001, le Dr Ivins a rejoint environ 90 de ses collègues de l’Army Medical Research Institute of Infectious Diseases dans un laboratoire 24h / 24 pour tester des milliers d’échantillons de poudre suspecte. pour voir s’ils étaient anthrax. Plus tard, en avril 2002, il a été examiné dans le cadre d’une enquête de l’armée sur une fuite de spores d’anthrax potentiellement mortelles à l’extérieur d’un laboratoire fermé à Fort Detrick. Il a admis plus tard qu’il avait découvert la fuite mais ne l’a pas signalée.

Il n’était pas clair si l’accent mis sur le Dr Ivins avait résolu le cas des lettres charbonneuses. Un responsable fédéral de l’application des lois a déclaré que le Dr Ivins avait été considéré comme un suspect sérieux et que des agents étaient sur le point d’être arrêtés, et un avocat familier avec l’enquête a déclaré qu’il pensait que les procureurs avaient prévu d’accuser uniquement le Dr Ivins. Le lien entre le suicide du Dr Ivins et l’enquête fédérale a été signalé pour la première fois vendredi dans le Los Angeles Times.

Mais le Bureau fédéral d’investigation a refusé vendredi de rendre public son dossier contre le Dr Ivins, notant que les preuves étaient sous scellés judiciaires dans le cadre d’une enquête du grand jury. Les fonctionnaires ont dit qu’ils informaient les victimes des lettres de l’anthrax ?? ceux qui ont récupéré, ainsi que les membres de la famille de ceux qui sont morts ?? et il faudrait s’adresser aux tribunaux pour obtenir des preuves scellées avant de pouvoir même les résumer pour le public.

Un avocat qui représentait le Dr Ivins depuis mai 2007, Paul F. Kemp, a insisté sur le fait que le Dr Ivins était innocent et avait été conduit au suicide par de faux soupçons.

« Pendant six ans, le Dr Ivins a pleinement coopéré à cette enquête, aidant le gouvernement de toutes les manières qui lui étaient demandées », a déclaré M. Kemp dans une déclaration écrite, qualifiant le microbiologiste de « scientifique de renommée mondiale et hautement décoré qui a servi son pays depuis plus de 33 ans avec le Département de l’armée. « 

« Nous affirmons son innocence dans ces tueries et nous l’aurions établi au procès », a déclaré M. Kemp. « La pression incessante des accusations et des insinuations fait des ravages de différentes manières sur différentes personnes, comme cela a déjà été vu dans cette enquête. »

M. Kemp faisait clairement référence au cas du Dr Hatfill, qui a fait l’objet d’une attention intensive du FBI et des médias dans l’affaire à partir de la mi-2002 et a reçu un règlement de 4,6 millions de dollars du gouvernement en juin pour régler un procès accusant le Le FBI et le ministère de la Justice ont détruit sa carrière et sa vie personnelle avec des fuites.

Quelle que soit la cause de son suicide, le Dr Ivins s’était comporté bizarrement dans les semaines précédant sa mort. Il a été brièvement hospitalisé pour dépression et, selon une plainte déposée auprès de la police, a menacé de tuer un travailleur social qui l’avait traité en thérapie de groupe, entre autres, dans des diatribes faisant référence à son attente qu’il serait inculpé de cinq chefs de meurtres capitaux.

La maison de Bruce E. Ivins vendredi à Frederick, Md. Le Dr Ivins était un microbiologiste très respecté qui avait travaillé pendant de nombreuses années pour concevoir un meilleur vaccin contre le charbon.

« C’est hors de caractère », a déclaré Norman M. Covert, un ancien porte-parole et historien du centre de biodéfense de l’armée qui a servi avec le Dr Ivins au sein d’un comité de protection des animaux. « Mais si le FBI s’appuyait vraiment sur lui, quelle énorme charge pesait sur lui. »

Un porte-parole de la police de Frederick, le lieutenant Clark Pennington, a déclaré qu’il ne pouvait pas dire si le Dr Ivins avait laissé une note de suicide parce que l’enquête sur l’anthrax restait ouverte.

 

Les enquêteurs de l’énorme enquête se sont rendus dans de nombreux pays et à la fin de 2006, ils avaient mené 9 100 entretiens, envoyé 6 000 assignations à comparaître devant le grand jury et effectué 67 perquisitions, a indiqué le FBI. Mais l’objectif principal s’est progressivement rétréci: d’abord aux laboratoires des maladies infectieuses de l’armée, apparemment liés aux lettres par analyse génétique, puis au Dr Hatfill, un médecin devenu consultant en bioterrorisme, et enfin au Dr Ivins, qui a travaillé dans le même bâtiment que le Dr Hatfill et vivait à deux pâtés de maisons de lui à l’extérieur des portes de Fort Detrick.

Les spores de l’Anthrax vus au microscope.

Deux puzzles ont hanté les enquêteurs depuis le début: le motif de l’agresseur et ses compétences. Parce que les notes de certaines des lettres envoyées aux médias et à deux sénateurs incluaient une rhétorique islamiste radicale, les enquêteurs pensaient initialement que les lettres auraient pu être envoyées par Al-Qaïda.

Mais le FBI a rapidement opté pour un profil différent: un scientifique ou technicien américain mécontent, peut-être un spécialiste de la biodéfense, qui voulait sonner l’alarme sur la menace du bioterrorisme. Cette théorie expliquait les coutures scellées des lettres et l’utilisation du mot anthrax dans les notes, un avertissement qui permettait un traitement antibiotique ?? pas à attendre d’une attaque de Qaïda destinée principalement à tuer.

Une jeune victime des spores de l’anthrax.

Cette théorie d’un initié de la biodéfense a placé de nombreux scientifiques à l’institut des maladies infectieuses et d’autres laboratoires sous surveillance, même s’ils ont aidé le FBI à analyser la poudre d’anthrax dans les lettres.

Un grande question demeure sans réponse:qui a donné l’ordre dans l’entourage immédiat de George W Bush…ou derrière les rideaux cachant ce gouvernement invisible?

« Le FBI serait négligent de ne pas nous regarder, en particulier ceux d’entre nous qui ont travaillé avec l’anthrax », a déclaré John W. Ezzell, un chercheur sur l’anthrax qui a embauché le Dr Ivins à l’institut et le connaissait bien. «Nous avons tous été soumis à des tests de détection de mensonges. Nous avons tous été interviewés. »

M. Ezzell a qualifié le Dr Ivins «d’intense travailleur, mais d’un gars populaire». Lorsqu’on lui a demandé s’il savait que le Dr Ivins était devenu un suspect plus sérieux, M. Ezzell a refusé de commenter.

La méthode très simple d’attaque à l’anthrax:déposer directement la poudre blanche dans une enveloppe…ainsi en l’ouvrant on en vient directement en contact.

L’autre casse-tête impliquait les compétences nécessaires pour produire la poudre aérosol de haute qualité contenue dans les lettres adressées aux sénateurs, Tom Daschle, démocrate du Dakota du Sud, et Patrick J. Leahy, démocrate du Vermont.

Des scientifiques familiarisés avec la guerre des germes ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que le Dr Ivins, bien qu’un expert en vaccins ayant un accès facile aux formes les plus dangereuses de la maladie du charbon, avait les compétences nécessaires pour transformer l’agent pathogène en poudre inhalable.

« Je ne pense pas qu’un spécialiste des vaccins pourrait le faire », a déclaré le Dr Alan P. Zelicoff, un médecin qui a aidé l’enquête du FBI lorsqu’il travaillait aux laboratoires nationaux Sandia à Albuquerque.

« Il s’agit de la physique des aérosols, pas de la biologie », a ajouté le Dr Zelicoff. «Il y a très peu de gens qui ont leurs pieds dans les deux camps.»

M. Ezzell a déclaré que le Dr Ivins avait travaillé sur de nombreux projets impliquant des spores d’anthrax et la toxine qu’elles produisent, y compris des expériences dans lesquelles des animaux ont été exposés à l’anthrax pour tester des vaccins. Mais il a dit que les expériences, à sa connaissance, impliquaient des  spores d’anthrax dans un liquide et non sous la forme de poudre sèche utilisée dans les attaques de lettres.

De leur propre aveu, le FBI et le Service d’inspection postale possédaient peu d’expertise en armes biologiques en 2001, lorsqu’ils ont pour la première fois libéré des centaines d’agents de l’enquête. Depuis lors, au moins 19 laboratoires gouvernementaux et universitaires ont travaillé sur l’enquête, en utilisant des indices comme les empreintes génétiques de l’anthrax et les isotopes radioactifs dans l’eau utilisés pour le faire pousser, pour tenter de le retracer jusqu’à une source.

La source, selon plusieurs responsables, était l’institut des maladies infectieuses, où la piste ne conduisait qu’à une poignée de flacons dans un seul laboratoire.

Mais les preuves scientifiques, dont certaines ont été trouvées à l’aide de nouvelles méthodes, peuvent désormais ne jamais être testées dans un procès pénal, ce qui laisse des questions sur leur force impérieuse.

«J’exhorte le bureau à publier ses preuves s’il déclare le cas résolu et clos», a déclaré le Dr Claire Fraser-Liggett, ancienne directrice de l’Institut de recherche génomique, où le génome de l’anthrax a été décodé.

Sur Capitol Hill, où la contamination par l’anthrax en 2001 a conduit à l’évacuation de nombreux bureaux, plusieurs membres du Congrès ont exprimé leur scepticisme quant aux informations selon lesquelles la chasse au tueur d’anthrax pourrait être terminée.

Le représentant Rush Holt, un démocrate dont le district comprend la boîte aux lettres de Princeton, NJ, où les enquêteurs pensent que les lettres ont été postées, a déclaré que le FBI devrait fournir un briefing complet.

« Ce que nous apprenons », a déclaré M. Holt, « ne changera pas le fait qu’il s’agit d’une enquête mal gérée qui a duré six ans et a déjà entraîné une série d’embarras et de tragédie personnelle. »


INFORMATION EN RAPPEL:L’ATTAQUE « FALSE FLAG » À L’ANTHRAX

Il a été rapporté ce matin du 2 octobre 2001 que le courrier du Pentagone avait reçu au moins deux colis contenant le poison mortel ricin.
Rappellons- nous les attaques à l’anthrax de 2001

 

Immédiatement après les attaques à l’anthrax en 2001, les néoconservateurs de Bush ont fait pression sur le directeur du FBI , Robert Mueller, pour prouver que la mystérieuse attaque était l’œuvre d’Al-Qaïda, un fantasme comparable aux armes de destruction massive de Saddam. Cette histoire – l’essence de fausses nouvelles – a laissé de côté quelque chose d’important: il faut un équipement complexe pour préparer des spores d’anthrax pour l’armement et il était très improbable, voire impossible, qu’Oussama ben Laden et al-Qaïda produisent la substance dans une grotte afghane isolée. 

Bush et Cheney ont tous deux fait cette affirmation et le Wall Street Journal a publié un article liant l’attaque à Oussama ben Laden et à l’Irak. Des informations par ABC News ont suivi après que feu John McCain ait insisté sur le fait que l’attaque à l’anthrax était l’œuvre de l’Irak. McCain, célébré comme un véritable héros américain après sa mort, était de mèche avec les néoconservateurs de Bush pour déclencher une guerre en Irak. 

L’attaque au charbon a coïncidé avec une autre fausse propagande absurde et a contribué à promouvoir le plan d’envahissement de l’Irak. Il a également contribué à l’adoption du Patriot Act, grâce au procureur général de l’époque, John Ashcroft, qui a harangué le comité judiciaire de la Chambre.

L’attaque à l’anthrax a été exploitée de la manière standard problème-réaction-solution. Après l’attaque et l’hyperactivité des médias, les États-Unis ont recommencé à investir de l’argent dans la recherche sur la guerre biologique. Le gouvernement a accordé à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses 1,5 milliard de dollars en 2003 et le Congrès a adopté le projet Bioshield Act, qui a fourni 5,6 milliards de dollars sur dix ans pour l’achat de nouveaux vaccins et médicaments, procurant ainsi aux sociétés pharmaceutiques transnationales un afflux bienvenu d’argent des contribuables. 

Combien de temps avant qu’un cadre revitalisé de néoconservateurs replié au sein de l’administration Trump ne blâme cette attaque contre l’Iran ou la Russie? Le Royaume-Uni a donné l’exemple en accusant la Russie des empoisonnements de Skripal «Novichok», une accusation transparente et totalement dénuée de fondement qui a été adoptée par les États-Unis et leurs médias d’entreprise perroquets. 

 


EN CONCLUSION

Un grande question demeure sans réponse:qui a donné l’ordre dans l’entourage immédiat de George W Bush…ou derrière les rideaux cachant ce gouvernement invisible?

 

Les Georgia Guidestones nous avaient annoncé et averti du plan de dépeuplemnent!