L’État Islamique frappe encore:Les djihadistes de l’Etat islamique tuent les chefs d’une île camerounaise pour leur avoir refusé le ravitaillement

Des djihadistes de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap)/

 

Mardi soir, les djihadistes de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) sont arrivés en hors-bord sur l’île de Bulgaram, une localité camerounaise du lac Tchad, depuis leur enclave du côté nigérian de la frontière, et ont commis des exécutions ciblées, ont annoncé des sources sécuritaires nigérianes.

“Ils sont arrivés à 18H30 (18H30 GMT) pendant que les gens se préparaient pour les prières du soir, et ils ont abattu 14 chefs de la communauté”, a précisé une source. Certaines victimes ont été assassinés dans leur maison tandis que d’autres ont été tuées dans la mosquée où elles étaient venues prier, a détaillé une autre source.

L’attaque est survenue après que cette localité, importante pour la logistique de l’Etat islamique, ait banni l’approvisionnement en vivres des terroristes à destination de zones sous leur contrôle de l’autre côté du lac, en territoire nigérian.

Quelques jours auparavant, les chefs locaux avaient invoqué le Coran lors d’une réunion, et lancé une malédiction contre tout habitant qui ravitaillerait les djihadistes, une décision interprétée par les islamistes comme une trahison.

Plusieurs frappes aériennes nigérianes la semaine dernière ont touché des bastions de l’Iswap, faisant plusieurs dizaines de morts, dont des chefs militaires d’importance, selon des sources locales et militaires.

Source: AFP


EN COMPLÉMENTAIRE

La région du Sahel en Afrique de l’Ouest est devenue la dernière zone de combats djihadistes, après que le groupe d’État islamique (IS) a révélé qu’il combattait des groupes affiliés à Al-Qaïda au Mali et au Burkina Faso.

L’IS a fait cette révélation le 7 mai dans un rapport détaillé de son hebdomadaire Al-Naba.

L’organisation a accusé la filiale d’Al-Qaïda au Sahel, le Jamaat Nusrat al-Islam wal-Muslimin (JNIM), d’avoir commencé le combat et d’avoir mobilisé des forces importantes pour attaquer les positions de l’IS dans les deux pays.

Le scénario est familier. L’IS et les affiliés d’Al-Qaïda ont déjà pris d’assaut d’autres points chauds du djihadisme, comme le Yémen, la Somalie et la Syrie, en se disputant les zones d’influence, les recrues et les ressources.

L’article de l’IS contredit les rapports du début de l’année qui suggéraient que les deux groupes collaboraient dans la région.

Les combats internes pourraient avoir un impact sur les opérations djihadistes contre les troupes locales et étrangères dans le Sahel, où les deux groupes ont considérablement intensifié leurs attaques depuis l’année dernière.

Que dénonce l’État islamique ?

Dans son rapport, IS a dénoncé les récentes attaques d’Al-Qaïda contre des militants d’IS au Mali et au Burkina Faso, où les deux groupes sont actifs.

Le JNIM, sur ordre de ses dirigeants Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, a rassemblé des forces importantes pour cibler les l’État islamique à plusieurs reprises dans les deux pays depuis avril.

Il s’est également plaint que le JNIM bloquait l’approvisionnement en carburant de ses militants et détenait des locaux soupçonnés de le soutenir.

Cette action du JNIM, a déclaré l’IS, coïncide avec une intensification des opérations contre ses combattants par les troupes régionales africaines et françaises dans le Sahel.

Le JNIM selon l’État islamique, a utilisé ces conditions comme une opportunité pour cibler ses troupes à ce moment précis.

Il a affirmé que les événements étaient le seul obstacle auquel est confronté le JNIM aujourd’hui, puisque ce dernier a accepté de tenir des discussions avec le gouvernement du Mali et a prétendument fait la paix avec toutes les forces pro et anti-gouvernementales et les tribus du nord du Mali, y compris les milices d’autodéfense Dogon « païennes ».

L’IS a précédemment cherché à utiliser la volonté du JNIM d’ouvrir le dialogue avec les autorités maliennes comme un moyen de saper les références djihadistes du groupe Al-Qaida.

Pourquoi maintenant ?

On ne sait pas très bien pourquoi l’IS et le JNIM n’ont pas discuté publiquement des affrontements jusqu’à ce dernier rapport de l’IS, d’autant plus que, selon l’IS, les combats sont intenses depuis le 17 avril.

La révélation de l’IS, cependant, fait suite à une déclaration non vérifiée attribuée au JNIM et partagée en ligne le 5 mai par des témoignages djihadistes non officiels, dans lesquels le groupe Al-Qaida a fermement rejeté une prétendue proposition de cessez-le-feu de l’IS.

Si la déclaration est authentique, elle peut expliquer pourquoi l’État islamique a décidé de rendre publique l’histoire maintenant.

La prétendue déclaration du JNIM est venue en réponse à un message audio non vérifié partagé en ligne en avril et attribué à un commandant malien de l’IS identifié comme Abdel Hakim al-Sahraoui.

Le prétendu message de l’IS proposait une trêve si le JNIM acceptait de payer le prix du sang des combattants de l’IS tués et de libérer les prisonniers de l’IS.

Aucun des deux groupes n’a officiellement fait référence aux messages non vérifiés qui leur ont été attribués.

L’Etat Islamique a récemment publié un « documentaire » qui condamne Al-Qaïda comme « apostat » et comme « vendu »

Les derniers combats au Sahel coïncident également avec le renforcement de la rhétorique du SI contre la branche d’Al-Qaïda au Yémen, AQAP. Les deux groupes se battent depuis juillet 2018.

Au Mali comme au Yémen, le SI accuse ses rivaux d’Al-Qaïda de collaborer secrètement avec des forces et des milices « laïques » ou liées au gouvernement pour combattre le SI.

L’IS est également engagé dans la lutte contre les Talibans en Afghanistan. L’IS a utilisé les pourparlers de paix des talibans avec les États-Unis et la volonté du JNIM de parler au gouvernement du Mali comme arguments clés pour saper ces groupes, dans l’espoir de gagner la confiance de leurs membres les plus intransigeants.

Les djihadistes ont considérablement intensifié leurs attaques dans les pays du Sahel depuis l’année dernière, suscitant de nouvelles alliances régionales et internationales et des campagnes militaires pour tenter de faire face à cette menace croissante.

Le JNIM est certainement devenu l’une des deux branches les plus meurtrières d’Al-Qaïda, avec Al-Shabab en Somalie.

Entre-temps, l’IS du Sahel – qui s’appelle officiellement « Province de l’Afrique de l’Ouest » mais qui est largement connu sous le nom d’État islamique du Grand Sahara (ISGS) – a rapidement pris pied dans les pays du Sahel malgré le fait qu’il n’y ait eu des activités révélatrices qu’en mars de l’année dernière.

Le groupe a revendiqué un certain nombre d’attaques qui ont fait de nombreux morts dans les armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso.

Les derniers combats djihadistes internes pourraient distraire les deux groupes et affecter leur capacité à continuer à planifier et à organiser des attaques contre les armées locales et leurs bailleurs de fonds étrangers.

Le rapport du SI a brossé un tableau des graves affrontements entre le SI et le JNIM impliquant des attaques mortelles et un grand nombre de combattants. Il suggère également que le SI est numériquement désavantagé par rapport au JNIM.

Les combats internes peuvent également nuire à la réputation de djihadiste des deux groupes et à leur capacité de gagner des recrues dans la région.

Il est plus difficile de convaincre les habitants de la région de se joindre à un combat contre leurs camarades djihadistes plutôt que contre le gouvernement ou des troupes étrangères.

Les djihadistes eux-mêmes attribuent souvent l’affaiblissement des efforts djihadistes en Syrie aux combats internes entre les différents groupes.

C’est peut-être une autre raison pour laquelle l’IS et le JNIM n’ont pas parlé publiquement des combats jusqu’à présent.


 

L’Etat Islamique a révélé les affrontements avec le JNIM par le biais de son journal hebdomadaire al-Naba

 

 

 

 

 

 

 

Description de la micro-bombe nucléaire larguée par les drones israéliens sur Beyrouth

 

VT avait encore raison. Nous avons estimé la profondeur du cratère à Beyrouth sur la base d’une mini-explosion nucléaire à 40 à 45 pieds. Le Washington Post rapporte que l’estimation officielle a été révisée à 45 pieds de 150.

  • Les avions israéliens étaient au-dessus
  • Le faux nitrate d’ammonium non explosif peut avoir existé
  • Des vidéos de missiles ont été diffusées et maintenant bloquées sur le net

 

VT: Le 2 novembre 2019, VT a rapporté qu’Israël avait développé une arme micro-nucléaire (micro-nuke). Sur une photographie divulguée d’Israël, une bombe nucléaire de moins d’une kilotonne est dévoilée. Ces armes, de la taille d’une canette de bière, sont capables d’explosions nucléaires d’environ 10 kilotonnes sans rayonnement résiduel, avec de très petits éclairs de combustion de carburant et peu de signes révélateurs d’explosion.

Dans une étrange tournure du destin, avec des vidéos de missiles, des avions au-dessus et tant de controverses sur de fausses explosions d’engrais, nous devons nous demander si les génies de Tel-Aviv, presque tous des prix Nobel, ont réussi quelque chose d’incroyable?

Les premières vidéos, démenties par qui-vous-savez, montraient des oiseaux volant dans le ciel de Beyrouth juste avant l’explosion. Un oiseau a choisi de suivre une route directe, plongeant vers la partie la plus chaude du feu et pondant un œuf cylindrique qui s’est fissuré avec ce qui semble maintenant être une omelette de 6 kilotonnes.

D’après un rapport secret de l’AIEA:

“Les années écoulées et des projets top-secrets ont été lancés en Amérique et en Israël pour remplacer l’ancien SADM (Special Atomic Demolition Munition Munition spéciale de démolition atomique ) avec son poids lourd et son excès de radioactivité, aboutissant au développement et aux essais réussis à Dimona en 1981 du « nouveau »micro-dispositif nucléaire. En utilisant la physique nucléaire avancée, les scientifiques ont trouvé un moyen de faire exploser la nouvelle bombe «petite valise» sans utiliser de réflecteur à l’uranium 238, et ont affiné davantage le Plutonium 239 dans son noyau à 99,78%.

Ces mesures ont abouti à une arme considérablement plus petite et plus légère que le SADM, qui avait également un autre énorme avantage. La nouvelle micro-bombe  nucléaire de Dimona était la toute première arme critique pouvant être utilisée en mode «furtif». Fini le réflecteur sale d’Uranium 238, et bienvenue à la pureté du plus petit noyau de Plutonium 239.

Le plutonium émet uniquement un rayonnement alpha, qui est à toutes fins pratiques «invisible» pour un compteur Geiger standard. En contraste direct avec ses cousins ​​plus mortels bêta et gamma, l’alpha ne peut parcourir que quelques mètres et est incapable de pénétrer la peau humaine. Rappelez-vous que cette micro-nuke (micro-bombe nucléaire) est une arme minuscule en termes de masse critique, avec son nombre limité de particules réparties sur une très large zone.

Vous devrez être à moins de cinq pieds pour détecter une seule particule. Bien que les particules alpha ne puissent pas pénétrer dans la peau, un tel rayonnement est extrêmement dangereux s’il est inhalé car le plutonium est la substance la plus toxique (qu’on connaît) pour l’homme. Si vous respiriez une bouchée immédiatement après l’explosion, vous seriez mort en moins d’une heure, peut-être en quelques minutes. ”

Courte vidéo préservée sur Twitter ici (soyez attentif et vous le verrez passer juste avant l’explosion):

 


Des drones israéliens larguent des mini-bombes nucléaires

2 novembre 2019
VT a des informations selon lesquelles Israël arme ses drones avec de petites armes nucléaires tactiques. La photo ci-dessus est un test d’une arme nucléaire à faible rendement testée en Israël. La photo est tirée d’une vidéo israélienne divulguée relative à leur programme secret d’armes nucléaires, des armes qui ont été utilisées en Syrie pour soutenir les terroristes islamiste dont l’Etat islamique ISIS.
Les armes elles-mêmes sont une réalisation technologique réalisée grâce à l’espionnage du programme d’armes nucléaires américain par l’infiltration de la direction du Département américain de l’énergie par ses 3 derniers chefs, qui, selon nos sources, travaillaient tous comme espions israéliens.

 

 

 

 

Des drones israéliens larguent des mini-bombes nucléaires

2 novembre 2019
VT a des informations selon lesquelles Israël arme ses drones avec de petites armes nucléaires tactiques. La photo ci-dessus est un test d’une arme nucléaire à faible rendement testée en Israël. La photo est tirée d’une vidéo israélienne divulguée relative à leur programme secret d’armes nucléaires, des armes qui ont été utilisées en Syrie pour soutenir les terroristes islamiste dont l’Etat islamique ISIS.
Les armes elles-mêmes sont une réalisation technologique réalisée grâce à l’espionnage du programme d’armes nucléaires américain par l’infiltration de la direction du Département américain de l’énergie par ses 3 derniers chefs, qui, selon nos sources, travaillaient tous comme espions israéliens.

 

L’histoire secrète des Micro-Nukes

Nous avons reçu des tonnes de données issues de diverses enquêtes, dont une grande partie «bouleverse le monde». Cela provient de plusieurs sources, mais toutes ne trouvent pas les mêmes réponses. Ce que nous avons noté, c’est que l’enquête initiale sur le 11/9, la vraie, était un «préliminaire», donné à la Maison Blanche, aux dirigeants du Congrès, au Pentagone et aux principaux juges. Lorsque le travail de suivi était effectué, il était stocké et non publié ou présenté. Ils voulaient enterrer le «11 septembre nucléaire» aussi profondément que possible.

Aujourd’hui, nous réécrivons l’histoire.

Nous avons établi et prouvé une physique solide qui a survécu à tous les défis, nous avons également établi la large présence du terrorisme d’État nucléaire, en grande partie centré autour d’Israël. Nous nous rapprochons également d’une explication plus «multinationale» des actions d’Israël, car nous les voyons coopérer avec d’autres, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, dans la technologie des armes. Il y a longtemps, il a été établi que ces trois pays injectaient non seulement de la technologie, mais du matériel nucléaire en Israël.

Nous avons montré exactement qui et comment cela a été fait d’une manière dont personne d’autre ne l’a fait. À cette fin, cette série, publiée sous mon nom avec quelques articles sous Veterans Today, devrait être revue par des universitaires et des scientifiques, des experts en sécurité qui prennent vraiment leur travail au sérieux. Nous avons rendu très facile l’obtention de matériel qui n’est nulle part ailleurs. L’enracinement autour de VT semble être difficile pour certains.

Nous ne sommes pas dans le secteur de l’édition de livres et nous ne vendons pas non plus d’huile de serpent. J’ai déjà été informé par des «hauts dirigeants» que nous avons changé le monde et que le terrorisme nucléaire n’est plus si attrayant maintenant qu’il n’est plus secret. À cette fin, je tiens à remercier ceux qui sont horriblement offensés par la vérité et les dommages que nous avons causés à leurs campagnes de mensonges et de dissimulation. Ils ont fait avancer la cause en reconnaissant qui sont nos vrais ennemis bien plus qu’ils ne le savent.)

«Peu de temps après, les scientifiques se sont rendu compte qu’en créant la minuscule « arme principale » de la bombe à hydrogène, ils avaient également créé une micro-arme nucléaire relativement légère qui pouvait être portée par un seul soldat pour diverses utilisations contre des cibles de grande valeur, notamment des centrales hydroélectriques et des ponts.

Moins de deux ans plus tard, le premier de la série SADM [Special Atomic Demolition Munition] présenté en haut de cette page a été mis en service opérationnel. Le SADM «standard» qui a évolué aurait finalement un noyau de Plutonium 239 enfermé dans une mince couche d’uranium 238 non fissile connu sous le nom de «réflecteur à neutrons».

Brûlures éclair au plutonium et au napalm – mais pouvez-vous dire lesquelles sont lesquelles? Lorsque le SADM d’équivalence de 10 tonnes TNT est devenu critique, il a évidemment créé beaucoup moins de rayonnement que l’énorme et mal nommé «Little Boy» à Hiroshima, mais a quand même produit des niveaux dangereusement élevés de rayonnement résiduel. La majeure partie de cela provenait du réflecteur Uranium 238 très «sale» de SADM, qui, avec son noyau en Plutonium 239, a explosé en millions de particules au point de criticité.

Ce même matériau non fissile à l’uranium 238 provoque encore de graves maladies aujourd’hui, après avoir été tiré par des chars et des avions américains sous la forme d’obus ou d’ogives de missiles sous-critiques à l’uranium appauvri. Demandez à n’importe qui dans le sud de l’Irak et au Kosovo à quel point ce truc peut vous rendre malade.

——————

Toutes ces munitions contiennent de l’uranioum 237.

 

Mardi,4 aout 2020, 18h07, Beyrouth, Liban :une explosion titanesque secoue tout l’est de la Méditerranée

Depuis mardi,4 août 2020, à 18h07,de nombreuses théories se sont emparées du web.Plusieurs bloggers de longue date y allant de leurs commentaires et de leurs théories parfois  vraiment difficiles à croire.

Voici donc,une recherche personnelle  que je vous livre afin  de cerner la vérité.


TOUT D’ABORD : LES VIDÉOS

 

 

 


PUIS ENSUITE VIENNENT LES THÉORIES

LA THÉORIE DE L’ATTAQUE TERRORISTE D’ISRAEL

Immédiatement après l’explosion,le président américain,Donald Trump et le gouvernement libanais ont réagit  ainsi:

 

Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais confirment.
Mardi 18h07, Beyrouth, Liban. Après une première explosion dans le port de la ville, une longue colonne de fumée obscurcit le ciel de la capitale libanaise. Dans les tours alentour, sur mer, dans les rues de la ville, les objectifs des caméras de téléphone se braquent vers le lieu de la déflagration. À cet instant précis, une seconde explosion fait trembler la ville entière et est ressentie à plus de 200 km à la ronde. Une flamme immense, puis un souffle de gaz et un champignon de fumée se forme instantanément, avant qu’une épaisse fumée rouge et un nuage de poussière recouvrent les quartiers du centre de la cité portuaire millénaire.

Les vidéos de cette tragédie font rapidement le tour de la planète. En moins de temps qu’il faut pour le dire, on cherche un responsable sur les réseaux sociaux. Dès les premiers instants, le « champignon de fumée » qui est apparue sur les écrans du monde entier, permet à certains d’accréditer la thèse d’une bombe nucléaire lancée sur Beyrouth par des drones israéliens.

On dénombre plus d’une centaine de morts (143 aujourd’hui et plus de 70 disparus), 4000 blessés. La plupart des hôpitaux et des hôtels sont hors service.

 

Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais confirment (mise à jour en continu)

Trump confirme qu’il s’agissait d’un attentat à la bombe, pas d’un accident et qu’il est immédiatement flagellé par la presse pro-israélienne … à commencer par le Daily BeastPar  Gordon Duff, rédacteur en chef  – 5 août 2020 

#Breaking #Syrie Le président Assad ordonne que toutes les frontières et tous les ports du pays soient ouverts au #Liban, ordonne à des caravanes d’ambulances de se rendre à #Beirut et à un ferry blessé vers les hôpitaux de #Damas, et lance un pont aérien de fournitures médicales et alimentaires entre les deux villes

 

 

Missile israélien Delilah transportant un missile nucléaire de 6 kilotonnes (6000 tonnes équivalent TNT) (photo non retouchée via VT Damas) Tineye dit que c’est une image unique et n’apparaît nulle part sur le Web. Cependant, nous sommes toujours méfiants lorsque quelque chose semble «trop beau pour être vrai».

 

 

« La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu. »

Il s’agit de la signature de rayonnement de l’explosion reçue d’une source en Italie, soumise à VT par l’Agence internationale de l’énergie atomique (ONU)

Preuve d’un événement de fission nucléaire en Méditerranée orientale

 

Trump confirme l’attaque (nucléaire non mentionnée) et est soudainement devenu un «ennemi d’Israël»

VT : Un général de l’armée libanaise rapporte qu’Israël a largué une arme nucléaire tactique sur le port de Beyrouth aujourd’hui. Il rapporte que cela a été fait pour faire tomber le régime politique actuel et se révolter contre le Hezbollah.

Leur déni, presque identique à celui d’Israël, conforte cette hypothèse.

Alors que les mensonges commencent, rien dans cette explosion, le nuage de champignons ou la force de l’explosion n’est un feu d’artifice, qui était le premier mensonge, puis un engrais au nitrate d’ammonium, disent-ils sous 3k tonnes, qui a été stocké pendant des années pour être utilisé sur les terrains de golf du Liban. , quand ils décident de les construire. Non, rien d’aujourd’hui n’est drôle.

Nous ajoutons également que plus tôt dans la journée, la déclaration de Netanyahu qui, selon nous, est qu’Israël s’attribue le mérite de l’attaque. Beyrouth est toujours une bombe endommagée par Israël à partir de 2006. Comment vous prenez les déclarations de Netanyahu telles que décrites dans le Times of Israel aujourd’hui, est une question de foi, de confiance ou de conjecture.

L’arme faisait 6 kilotonnes. Le rapport maintenant:

«En obtenant des rapports de Beyrouth, une bombe nucléaire tactique miniature a été utilisée pour attaquer le port, des experts nucléaires et des chercheurs ont signalé au hasard les particules ayant réagi dans la boule de feu.

Les terroristes impliqués dans la guerre urbaine au Moyen-Orient n’ont pas accès à ces armes tactiques très avancées. S’ils l’ont maintenant, alors quelqu’un les équipe pour des gains politiques. Attendons les déclarations officielles du Liban. J’espère que nos amis de Beyrouth sont en sécurité.

Selon ma dernière source d’informations de Beyrouth. Il va y avoir une dissimulation du gouvernement. L’histoire du «Nitrate dans les conteneurs» va être déclarée comme la cause initiale de la deuxième explosion massive qui a causé les dégâts majeurs. Cela deviendra le récit officiel des Grands Médias Menteurs.

 

ISRAËL A-T-IL FAIT CELA?

Une énorme catastrophe, une enquête en cours, à première vue, a été causée par la négligence totale, la corruption et l’incompétence de l’État libanais, mais je fais partie de ceux qui ont souligné que les ennemis auraient pu exploiter cette négligence et cette corruption de l’État pour déclencher cette catastrophe par le sabotage. Quelques raisons simples à cela, notamment:

a) cette catastrophe sert complètement les efforts actuels américano-israéliens pour faire pression sur le Liban pour qu’il se plie à leurs demandes

b) le site de l’explosion, le port de Beyrouth, était le transit par lequel 50 à 80% des besoins en matières premières et en commerce du Liban ont été satisfaits

c) les explosions ont également frappé les réserves de blé stockées là-bas, aggravant encore la situation économique désastreuse et l’inflation

d) Il y a quelques jours, des responsables israéliens ont averti la Résistance que s’ils frappaient des cibles de l’armée israélienne (une réponse aux récents crimes israéliens par la Résistance était imminente), l’infrastructure du Liban serait ciblée

e) il y a un an exactement l’ambassadeur d’Israël à l’ONU a déclaré au Conseil de sécurité que le port de Beyrouth était devenu le «port du Hezbollah». L’ambassadeur libanais a déclaré qu’il s’agissait d’une menace directe pour les civils et la sécurité du Liban

f) last but not least, les 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium (qui ont explosé) y auraient été stockées il y a 6 ans, et elles ont été décrites comme une bombe à retardement compte tenu de la manière irresponsable dont elles ont été stockées. Est-ce vraiment une coïncidence que cette bombe à retardement se déclenche aujourd’hui, au pire moment possible pour le Liban (le pays tombe à tous les niveaux, coronavirus, siège américain à son apogée, etc.)?

Ainsi, alors que les premiers rapports ont déclaré que cette catastrophe avait été causée par la négligence totale, la corruption et le manque de responsabilité des institutions de l’État libanais, une enquête officielle est actuellement en cours et la Résistance mènera certainement sa propre enquête, car il n’y avait pas de pire possible. il est temps que ce désastre se produise au Liban qu’aujourd’hui. Le sabotage par l’ennemi doit rester une possibilité forte, même s’il s’avère en fait difficile.

Qui sont les amis du Liban ?

La Syrie et l’Iran ont immédiatement promis une aide au Liban. Un hôpital d’urgence iranien est actuellement en route pour Beyrouth et devrait ouvrir plus tard dans la journée. La Syrie a dépêché des équipes médicales et reçoit des patients des hôpitaux débordés de Beyrouth.

L’explosion a frappé Beyrouth à un moment où le pays est sous sanctions américaines et alors que sa monnaie s’effondre avec une inflation atteignant 90% par mois après l’explosion de la bulle d’un schéma de Ponzi [cavalerie financière] géré par sa banque centrale. Les personnes qui ne possèdent pas de devises étrangères ne pourront pas remplacer leurs fenêtres brisées. Le pays tout entier se désintègre.

Nous espérons que l’aide étrangère des États arabes et d’autres États parviendra à présent et contribuera à atténuer les souffrances de nos amis libanais.


LA THÉORIE DES MATIÈRES DANGEREUSES ENTREPOSÉES DEPUIS TROP LONGTEMPS

Explosions à Beyrouth : un responsable des douanes aurait signalé le danger

Le port de Beyrouth a été complètement détruit par l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium.

La possible négligence des responsables de l’entreposage de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth est au cœur de l’enquête sur l’explosion meurtrière qui a ravagé une partie de la ville mardi.

Selon les premières informations disponibles, cette grande quantité de matière hautement explosive était entreposée dans le port depuis qu’elle avait été confisquée en 2014.

Une source officielle informée des premiers résultats de l’enquête sur les causes de la catastrophe a déclaré que l’explosion était le résultat de négligences, et que ce point avait été examiné à plusieurs reprises par différentes commissions et par la justice sans que «rien ne soit fait» pour ordonner l’évacuation de ces matières extrêmement dangereuses.

Le procureur général Ghassan Oueidat a ordonné aux services de sécurité de collecter tous les documents pertinents, notamment les listes des personnes chargées de l’entretien, de l’entreposage et de la protection du hangar, de même que les communications qu’elles ont échangées.

Un chef des douanes avait apparemment adressé des avertissements à un juge en 2017, dans une lettre qui circule en ligne, mais dont l’authenticité n’a pas été confirmée.

Il y expliquait qu’il avait signalé à plusieurs reprises, au fil des ans, que l’énorme stock de nitrate d’ammonium entreposé dans le port représentait un danger. Le chef des douanes y allait d’une mise en garde en garde au sujet des «dangers» qui menaçaient «la sécurité des employés» du port si les matériaux restaient là où ils étaient.

L’auteur précisait que cinq lettres similaires avaient été envoyées au cours des trois années précédentes.

Il proposait que le matériel soit exporté ou vendu à une société libanaise spécialisée dans les explosifs, et indiquait espérer obtenir des instructions des autorités judiciaires.

On ignore si l’auteur de la lettre a reçu une réponse.

Des responsables assignés à résidence

Pour sa part, le gouvernement a annoncé que plusieurs responsables du port ont été assignés à résidence.

La ministre des Déplacés, Ghada Chreim Ata, a précisé que tous les responsables de l’entreposage et de la sécurité au port depuis 2014 ont été assignés à résidence.

Les explosions survenues près du port ont brisé les vitres de nombreux immeubles et magasins à des kilomètres à la ronde.

 

 

Dans la foulée, le ministre de l’Intérieur libanais a indiqué que «le Liban n’avait pas besoin d’une enquête internationale» sur cette explosion.

Une position que réfute Amnistie internationale, en faveur d’une enquête indépendante et internationale. Par voie de communiqué, mercredi, l’organisation pour la défense des droits de la personne dit considérer «qu’une enquête internationale, exempte de toute interférence politique nationale potentielle, est nécessaire pour garantir vérité, justice et réparations aux victimes».

«Peu importe ce qui peut avoir provoqué cette explosion, notamment la possibilité qu’il s’agisse d’une grande quantité de nitrate d’ammonium stockée de manière dangereuse, Amnistie internationale appelle à l’instauration rapide d’un mécanisme international afin d’enquêter sur ce qu’il s’est passé», a déclaré Julie Verhaar, secrétaire générale par intérim d’Amnistie internationale.

Le président libanais, Michel Aoun, a indiqué que les autorités étaient déterminées à trouver les causes de cette tragédie le plus rapidement possible et à en juger les responsables.

Parallèlement à l’enquête judiciaire, le gouvernement a mis en place une commission d’enquête administrative de cinq membres, présidée par le premier ministre Hassan Diab, qui aura pour mandat d’expliquer les circonstances qui ont conduit à l’explosion.

Un motocycliste passe devant des ruines, à Beyrouth.

Un rapport sera remis dans les cinq jours aux autorités compétentes pour qu’elles décident des sanctions à imposer.

Selon le ministère de la Santé, l’explosion survenue au port de Beyrouth mardi a tué 135 personnes et en a blessé environ 5000 autres.

Pour sa part, le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud, a déclaré à Al HadathTV que les pertes financières liées aux dégâts pourraient atteindre de 10 à 15 milliards de dollars américains.

…ET J’AI RETRACÉ LE FAMEUX CAPITAINE À L’ORIGINE DU DRAME

Les premières images émergent d’un capitaine Russe dont la cargaison de nitrate d’ammonium a explosé dans le port de Beyrouth

 

La cargaison de 2750 tonnes de l’homme d’affaires né à Khabarovsk Igor Grechushkin a été arrêtée au Liban en 2013.

Igor Grechushkin résiderait toujours à Limassol, Chypre avec sa femme.

Le père russe de l’un d’eux, qui vivrait actuellement à Limassol, à Chypre, a été accusé par l’équipage de son navire d’avoir abandonné à la fois les personnes et la cargaison. 

Le navire appelé Rhosus allait sous pavillon de la Moldavie de Batoumi en Géorgie jusqu’au Mozambique. Il a été arrêté en octobre 2013 par les autorités libanaises après s’être arrêté à Beyrouth en raison d’un dysfonctionnement à bord. 

La cargaison a été vérifiée et retenue après que les autorités portuaires ont déclaré qu’elle «  manquait des documents et des conditions nécessaires au transport  ».

L’équipage – huit hommes ukrainiens et deux hommes russes – a été contraint de rester à bord du navire tandis que le propriétaire Grechushkin s’est déclaré en faillite et a «abandonné le navire». 

Les autorités libanaises ont accepté de laisser six marins sur dix quitter le pays, d’autres sont restés bloqués sur le navire pendant près d’un an. 

Ukrainian sailors beg for help in Beirut
Quatre membres de l’équipage photographiés dans le port de Beyrouth et plus tard à l’automne 2014 alors qu’ils retournaient en Ukraine.

Le propriétaire du navire Igor Grechushkin a effectivement abandonné le navire et l’équipage restant.

«Il ne nous fournit pas d’argent, il nous a complètement privés de tout moyen de communication.

«  Il nous a dit qu’il avait fait faillite et bien que je ne le crois pas, le plus important est qu’il a renoncé à la fois aux personnes et à la cargaison  », a écrit le capitaine Boris Prokoshev en juin 2014 dans un appel désespéré aux organisations internationales. , diplomates, autorités ukrainiennes et autorités du port de Beyrouth pour les libérer. 

Igor Grechushkin résiderait toujours à Chypre avec sa femme. 

Leur fils Artyom de 20 ans étudie l’informatique en Ecosse, c’est entendu. 

Il n’y a eu jusqu’à présent aucun commentaire de la part d’Igor Grechushkin ou des membres de sa famille.

 


MISE À JOUR DU 9 AOUT 2020

CONFIRMATION. C’est Israël qui a bombardé Beyrouth

J’ai longuement attendu avant de terminer cet article,car mon réseau fonctionne bien et on vient de m’envoyer les liens  çi-dessous:

 

Le premier Premier ministre israélien a ordonné la destruction d’un entrepôt d’armes du Hezbollah à Beyrouth au moyen d’une arme nouvelle. Celle-ci étant mal connue a provoqué des dégâts considérables dans la ville tuant plus de 100 personnes, en blessant 5 000 et détruisant de nombreux immeubles. Cette fois, il sera difficile à Benjamin Netanyahu de nier.
Nous espérons que les liens pertinents concernant cette atrocité seront fournis par nos nombreux lecteurs du monde entier.
 Placez-les simplement dans la section Commentaires avec vos propres réflexions. Des commentaires négatifs, niant l’implication israélienne, seront également publiés s’ils sont poliment exprimés et fournissent des informations utiles.

 

LINKS

Breaking: Israel bombed Beirut? See this report from Richard Silverstein,
writing in Tikun Olam
Silverstein report | Video from worldstar shows a bomb-shaped object slamming into building before the mushroom cloud.
Sound of warplanes, then object hits
| Filtered Video shows “Missile” then explosion | Breathtaking: Case Closed, Infrared video reveals details of [Israeli] nuclear missile (6 missile videos/3 of them new)
Israel Hits Beirut – Veterans Today
Israel “not behind Beirut blast, sources” say
Israeli aircraft strikes Syrian military targets– BBC
Former Israeli Member of the Knesset Moshe Feiglin hails Beirut explosion as a “gift” from God . “Today is Tu B’Av, a day of joy, and a true and huge thank you to all the heroes who organized this celebration
| July 31: Israeli defense minister threatens to bomb Lebanon infrastructure.

None of this is even hinted at in the mainstream media.

Two other sources of recommended reading:

—  Israel is in shock, in a sickening show of hypocrisy
By Gideon Levy
— Devastating Beirut Explosion: An Accident or Something More Sinister?
By Stephen Lendman

Un ancien membre du parlement israélien a les explosions mortelles de port de mardi à Beyrouth de « cadeau » de Dieu dans un message partagé sur Facebook. Le chef du parti d’extrême droite israélien Zehut, Moshe Feiglin, a ensuite semblé supprimer le post Facebook avant jeudi après-midi. Feiglin l’a initialement partagé mercredi. « Aujourd’hui, c’est Tu B’Av, un jour de joie, et un véritable et immense merci à Dieu et à tous les génies et héros vraiment (!) Qui ont organisé pour nous cette merveilleuse célébration en l’honneur du jour de l’amour« , a écrit Feiglin sur Facebook, selon Middle East Monitor. Tu B’Av est une fête juive similaire à la Saint-Valentin. [1]. « Pour marquer les vacances de Tu B’Av, nous avons un fantastique feu d’artifice depuis le port de Beyrouth« , aurait-il déclaré ailleurs dans le post. Il a également suggéré que les explosions n’avaient pas été causées par un accident industriel et aurait déclaré plus tard à une station de radio locale qu’Israël « devrait être fier » s’il était d’une manière ou d’une autre responsable.

Cela nous rappelle les Israéliens dansants devant le WTC en flammes après l’attaque israélienne du 11/9 avec une arme similaire (nuke), et la joie d’officiels israéliens et de religieux juifs après l’incendie de Notre Dame. [2]


NOTES COMPLÉMENTAIRES

1-Pourim, La fête juive qui célèbre joyeusement le massacre massif des Perses

Certains juifs qui, de nos jours, célèbrent Pourim, peuvent n’y voir que la célébration du désamorçage du complot d’Haman par Esther. Ils peuvent ne pas considérer cette fête comme la célébration du massacre de 75.000 personnes (l’équivalent de 7,5 millions de personnes d’aujourd’hui suite à un petit bombardement nucléaire sur l’Iran), même si le Livre d’Esther, qu’ils lisent durant les cérémonies religieuses propres à cette fête, dit très clairement quel en est le motif essentiel. Certains juifs, qui célèbrent aujourd’hui Pourim, peuvent voir dans le Livre d’Esther une histoire ancienne, voire même mythique, qui n’a rien à voir avec des événements actuels, mais l’obsession des juifs à vouloir entraîner les États-Unis et l’Occident à détruire l’Iran prouve le contraire..

Ces juifs sionistes se servent de la fête de Pourim pour appeler à la guerre, aux massacres voire au génocide contre des peuples, de nos jours, qu’ils qualifient d’ennemis des juifs. Dans certains cas, ils pratiquent même des massacres de non-juifs, à Pourim.

Ainsi, lors du Pourim 1994, Baruch Goldstein, un adepte (né aux Etats-Unis) de Meir Kahane, devenu colon en Palestine occupée en 1967, massacra vingt-neuf Arabes palestiniens et en blessa plus de cent, dans une mosquée d’Hébron. Les juifs sionistes de droite continuent à honorer Goldstein et son massacre de Pourim.

Certains juifs sionistes pensent à l’attaque et à l’invasion de l’Irak (nommées « Choc et Terreur » [Shock-and-awe]) par les « États-Unis », et ils y voient l’exécution des ennemis des juifs, et donc quelque chose qui doit être fêté. (Cf., à ce lien, un exemple de cette vision des choses :

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/2125)

En 2007, le Conseil de Relations publiques de la communauté juive du Grand Boston (Jewish Community Relations Council of Greater Boston – JCRC) a demandé à tous les rabbins de l’Etat du Massachusetts de prononcer des sermons de Pourim prenant pour thème la soi-disant « menace » iranienne (l’Iran étant la Perse actuelle), et diabolisant le Président iranien. Mais je peux encore trouver des annonces d’autres associations juives aux États-Unis d’ « Amérique » durant les deux années passées, de manifestations de Pourim dirigées contre l’Iran, durant lesquelles ils ont explicitement comparé le Président iranien à l’Haman de la Perse antique, appelant ainsi implicitement à une guerre contre l’Iran et au massacre des Iraniens.

(A titre d’illustration, voir :  http://chaitimeblog.wordpress.com/2006/03/09/a-modern-haman-irans-ahmadinejad/ )

La vérité, c’est que les juifs constituent un groupe social privilégié. Les juifs ne sont absolument pas une minorité opprimée. Mais les sionistes et les impérialistes se servent de la fiction selon laquelle les juifs seraient menacés en tant que groupe pour justifier l’occupation et la domination suprématiste juive de toute la Palestine, ainsi que pour (tenter de justifier des guerres contre d’autres pays (le Liban, l’Irak, la Syrie, etc.) autour de la Palestine.

La colonie sioniste en Palestine est édifiée sur une terre volée. Les Palestiniens veulent la justice et vivre en paix dans leur propre pays. Le régime colonial suprématiste juif dispose d’armes nucléaires et de milliards de dollars d’aide en provenance des Etats-Unis d’ « Amérique ». …Leurs fêtes de Pourim doivent être boycottées, car leurs célébrations joyeuses ont de fortes chances de tourner à l’appel à la guerre et à la célébration de massacres de non-juifs.

Traditionnellement, lors des repas festifs de Pourim, sont servis des plats représentant différentes parties du corps d’Haman supplicié. Ainsi, les Hamantashen sont des gâteaux qui représentent ses oreilles (voir http://judaism.about.com/od/purim/a/purimfood.htm). Quant au Kreplach, il représente la chair d’Haman, hachée. C’est une incitation au cannibalisme que nous avons relaté dans [1]

(voir http://judaism.about.com/library/2_cuisine/recipes_holidays/blpurimkreplach.htm )

Pour les juifs sionistes impérialistes contemporains, ces pâtisseries peuvent représenter des débris humains de musulmans démonisés en tant qu’Haman des temps modernes. D’autres traits, propres aux festivités de Pourim, sont les chaussons (blintze) au fromage et les crécelles. Si vous allez à n’importe quelle fête (même si elle n’est pas appelée clairement fête de Pourim) ces prochains jours, surveillez afin de voir si ces éléments traditionnels de Pourim n’ont pas été subrepticement insérés dans la fête. Les juifs sionistes adorent, en effet, impliquer des goyim dans la célébration de leurs fêtes commémoratrices de massacres à grande échelle. C’est là, en quelque sorte, une aimable « private joke » pour les psychopathes suprématistes juifs, c’est une démonstration psychologique de leur prétendue supériorité.

Vous pourrez lire (en anglais) un bref article du militant anti-guerre Tom Mysiewics, publié par Mediamonitors.net en 2003, à l’adresse suivante :

http://www.mediamonitors.net/tommysiewicz4.html

Récemment (il y a tout juste un an), un ex-Israélien antisioniste, Gilad Atzmon, a écrit un article intitulé « De la Reine Esther à l’Aipac », dans lequel il dénonce Pourim sous un autre angle, arguant du fait que la leçon de Pourim consiste en ce que les juifs devraient jouer les Esther des temps modernes et infiltrer les institutions non-juives, afin d’utiliser la fomentation fallacieuse de la peur pour promouvoir les intérêts juifs.

(voir http://www.gilad.co.uk/html%20files/purim.html (je reproduis cet article, traduit par moi-même, après ce texte, ndt)

Si vous aviez fait le projet d’assister à une fête de Pourim, je vous suggère de rester chez vous et de lire ces articles, au lieu d’aller y assister. Si vous y allez, je vous en prie, soyez conscients de ce qui se passe, dans ces fêtes, et prenez la parole, protestez contre le vol, par les sionistes, de la Palestine, et contre les guerres d’agression sionistes-impérialistes contre l’Iran, le Liban, le Soudan, l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, etc !…

Source : https://www.alterinfo.net/Joyeux-massacre-de-Pourim–La-fete-juive-de-Pourim-est-la-celebration-d-un-massacre-massif-de-Perses_a17975.html

Commentaire

La morale de cette histoire est très claire : si les juifs veulent survivre, ils ont intérêt à se trouver des infiltrés dans les arcanes du pouvoir. Dès lors qu’on a Esther, Mordechaï et Pourim présents à l’esprit, l’Aipac et la notion de « pouvoir juif » semblent bien être l’incarnation d’une profonde idéologie culturelle et biblique.

Bien que cette histoire soit présentée comme un récit historique, la véridicité historique du Livre d’Esther est très largement remise en cause par la plupart des biblistes contemporains. C’est dans une très large mesure l’absence de corroboration claire de l’un quelconque des détails de l’histoire relatée dans le Livre d’Esther par ce que l’on connaît de l’Histoire de la Perse à partir des sources classiques qui a conduit beaucoup de spécialistes à la conclusion que ce récit est en très grande partie (sinon totalement) fictionnel.

Le Livre d’Esther a pour finalité de former l’identité exilique. Il sert à implanter le stress existentiel ; il introduit la religion de l’Holocauste ; il réunit les conditions qui feront de l’Holocauste une réalité.

De manière très intéressante, le Livre d’Esther (dans sa version hébraïque) est un des deux seuls livres de la Bible qui ne mentionnent jamais Dieu directement (l’autre étant le Cantique des Cantiques). Dans le Livre d’Esther, ce sont les juifs qui croient en eux-mêmes, en leur propre pouvoir, en leur caractère unique, en leur sophistication, en leur propre aptitude à conspirer, à leur habileté à prendre le contrôle de royaumes entiers, à leur capacité à sauver leur peau par eux-mêmes. Dans le Livre d’Esther, mis à part ces juifs qui croient en leur propre puissance, il n’est question que d’une seule chose : la prise du pouvoir.

Mais la question de savoir ce que les juifs sont censés faire par eux-mêmes, demeure, de fait, sans réponse. Les Néocons sont partisans d’entraîner l’Amérique et l’ensemble de l’Occident dans une guerre sans fin contre l’Islam. De fait, la conquête du pouvoir par les juifs n’est qu’une réponse, parmi bien d’autres réponses possibles. Pourtant, c’est là une réponse très radicale, pour ne pas dire dangereuse. Cette réponse est particulièrement dangereuse, dès lors que le Comité juif américain [AJC – American Jewish Committee] se comporte en Mordechaï des temps modernes et s’engage publiquement dans un effort généralisé de lobbying en vue d’une guerre contre l’Iran.

Pourim. La folie de la fête des assassins

En analysant l’action et l’influence de l’Aipac au sein du monde politique américain, c’est le Livre d’Esther que nous devrions avoir présent à l’esprit. L’Aipac est plus qu’un simple lobby politique. L’Aipac et l’AJC sont les Mordechaï des temps modernes. Tant l’Aipac que l’AJC se situent de manière inhérente dans la lignée de l’école de pensée biblique hébraïque. Toutefois, alors que les Mordechaïs sont de nos jours plutôt faciles à repérer, il est un peu plus difficile de pister les Esthers des temps modernes, qui agissent certes dans l’intérêt d’Israël, mais dans les coulisses.

2-Mercredi dernier, nous avons appris que Shlomo Aviner, éminent rabbin sioniste et leader de la Yeshiva, avait suggéré que l’incendie qui a ravagé Notre-Dame aurait pu être une vengeance divine contre Notre Dame car les catholiques avaient brûlé des manuscrits juifs en 1242 sur les lieux de ND. Le rabbin transforme pratiquement le dieu juif en un brûleur d’église qui met huit siècles à «riposter».

Si Victor Hugo est le plus grand romancier qui fut, on n’oubliera pas que Rabelais, le plus grand écrivain français de tous les temps, a lui aussi animé Notre-Dame. Gravure de Gustave Doré pour Gargantua.

 

Aux yeux de ses disciples, le Tout-Puissant juif est une substance élastique. Il se métamorphose occasionnellement pour répondre aux besoins de ses fils et filles préférés. Les premiers sionistes, par exemple, ont rétrogradé Dieu en «agent immobilier» en réduisant la Torah en «titre de propriété». Les premiers sionistes étaient des juifs laïcs, ils ne croyaient pas en Dieu mais étaient heureux d’expulser les Palestiniens indigènes en «son nom» et à «sa place». Mais le rabbin Aviner nous emmène encore plus loin. Il a fait du dieu juif un pyromane paresseux mais vengeur. Le rabbin transforme pratiquement le dieu juif en un brûleur d’église qui met huit siècles à «riposter».

Shlomo Aviner est le rabbin de la colonie de Beit El et le chef de la Ateret Yerushalayim yeshiva. Il fournit le «rationnel» derrière la rétribution divine. «Le christianisme, dit-il, est notre principal ennemi à travers l’histoire. [Ils] ont essayé de nous convertir par des arguments et par la force, ont mené une inquisition contre nous, ont brûlé le Talmud, des expulsions, des pogroms. L’antisémitisme occidental s’inspire de la haine du christianisme contre «les meurtriers de Dieu». Il a également joué un rôle dans l’Holocauste ».

Il est inutile de mentionner que de nombreux Israéliens et Juifs ont été consternés par la déclaration de Rabbi Aviner. Certains politiciens israéliens ont condamné le rabbin et pourtant sa haine flagrante envers le christianisme est malheureusement gravée dans la pensée juive et judaïque.

En 2009, le Jerusalem Post signalait la tendance croissante des Juifs orthodoxes à Jérusalem à cracher sur leurs voisins chrétiens. Le père Samuel Aghoyan, un important religieux orthodoxe arménien de la vieille ville de Jérusalem, a déclaré au JPost «qu’il s’est fait cracher dessus par de jeunes Juifs Haredi et orthodoxes « environ 15 à 20 fois » au cours de la dernière décennie». De même, le père Athanasius, un moine franciscain né au Texas qui dirige le centre d’information chrétien de la vieille ville de Jérusalem, a déclaré qu’il s’est fait cracher dessus par des juifs orthodoxes «environ 15 fois au cours des six derniers mois».

Le professeur israélien Israël Shahak a commenté la haine des Juifs envers le christianisme et son symbolisme, suggérant que «déshonorer les symboles religieux chrétiens est un ancien devoir religieux du judaïsme». Selon Shahak, «pour les juifs pieux, cracher sur la croix, et particulièrement sur le crucifix, et cracher quand un juif passe devant une église, sont obligatoires depuis environ 200 ans. ”

Comme je suis actuellement à Prague, je suis obligé d’ajouter que les crachats d’église ont eu un impact sur le paysage de la ville. Ce qui suit peut être lu dans un «Guide de voyage pour l’Europe juive»:

« Sur le pont Charles de Prague, le visiteur observera un grand crucifix entouré d’énormes lettres hébraïques dorées qui symbolisent la sanctification hébraïque traditionnelle Kadosh Kadosh Kadosh Adonai Tzvaot,  » Saint, Saint, Saint est le Seigneur des armées « .  

Selon divers commentateurs, cette pièce, dégradant pour les Juifs, est née du fait qu’en 1609 un Juif était accusé d’avoir profané le crucifix. La communauté juive a été obligée de payer pour avoir écrit les mots hébreux en lettres d’or… ”(Pour en savoir plus: Guide de voyage pour l’Europe juive, p. 497)

Shahak affirme que «par le passé, lorsque le danger d’hostilité antisémite était réel, les pieux Juifs se voyaient ordonner par leurs rabbins de cracher de façon à ce que la raison en soit inconnue, ou de cracher sur leur poitrine, pas réellement sur une croix ou ouvertement devant une église. « 

Mais la colère envers l’Église s’étend bien au-delà du royaume rabbinique. On en trouve quelques traces dans la plupart des cercles dits «progressistes» juifs laïcisés. Dans une lettre à sa mère datée du 25 novembre 1937, Chaim Katz, un combattant de la brigade internationale espagnole parlant yiddish, écrit: «J’ai pris les armes contre les persécuteurs de mon peuple – les Juifs – et de ma classe – les Opprimés. Je me bats contre ceux qui fondent une inquisition comme celle de leurs ancêtres idéologiques il y a plusieurs siècles, en Espagne. »

Comme on peut le constater, Katz se définit lui-même dans la lettre « en tant que Juif et progressiste » et voit la guerre civile meurtrière en Espagne comme une plate-forme possible pour la punition juive contre l’Église catholique. Ce n’est un secret pour personne que la guerre civile  en Espagne s’est rapidement transformée en une orgie d’églises en feu. *

Il y a une semaine, nous avons appris que le monde juif était scandalisé par la suggestion du président brésilien Jair Bolsonaro selon laquelle les crimes de l’Holocauste peuvent être pardonnés, mais pas oubliés. Alors que Bolsonaro exprimait la croyance chrétienne la plus élémentaire, Yad Vashem et le président israélien ont rapidement précisé que le pardon juif n’était pas une option. Le président Rivlin a annoncé que « personne ne recommandera le pardon du peuple juif et qu’aucun intérêt ne l’achètera. » La porte-parole de Yad Vashem, Dana Weiler-Polak, a déclaré que personne ne pouvait décider « s’il est possible de pardonner les crimes de l’Holocauste« .

Si le christianisme est une question de pardon, la judéité peut être considérée comme un projet accumulé de personnages ‘Amalek’. Si le christianisme est une question de compassion, de capacité à défier la gravité au moyen de l’harmonie et de la réconciliation, le judaïsme et la judéité peuvent être décrits métaphoriquement comme des forces gravitationnelles. Elles sont là pour unir la tribu autour de la peur constante d’un ennemi émergent. Je suppose que ceux qui tiennent à promouvoir la notion fantasmatique de «valeurs judéo-chrétiennes» devraient garder à l’esprit le net contraste idéologique, spirituel et métaphysique entre les deux préceptes religieux distincts qui ont en réalité très peu en commun.

Plutôt que de prendre le parti de Franco, je traite ici des moyens juifs d’identification.

 

Ma bataille pour la vérité et la liberté implique des services juridiques coûteux. J’espère que vous envisagerez de vous engager à faire un don mensuel, quel que soit le montant que vous puissiez donner. Des contributions régulières me permettront d’éviter de me heurter contre un mur et de rester au-dessus du harcèlement sans fin des opérateurs sionistes qui tentent de me faire taire.

 

 

 

 

 

 

Génocide en cours:Le dictateur communiste chinois a ordonné d’être “sans pitié” avec les musulmans du Xinjiang

Camps-de-concentration-Xinjiang-Ouighours

C’est un génocide qui se déroule sous nos yeux en 2019 dans l’indifférence des puissances mondiales. La presse parle enfin d’un projet concentrationnaire de la dictature communiste de Pékin contre sa minorité musulmane notamment celle de la province du Xinjiang (Turkestan Oriental occupé). Dans cette région, entre un et trois millions de musulmans sont internés dans des camps où ils subissent une épuration culturelle et religieuse. Privés de leurs droits les plus élémentaires, ils subissent des sévices physiques comme le prélèvement d’organes sur des vivants ou encore la stérilisation forcée des femmes, et psychiques où les détenus dont le seul crime est être musulmans sont forcés de renier leur foi et d’insulter leurs proches. Jusqu’à récemment la Chine reniait l’existence de ces camps puis en a reconnu l’existence prétendant que ces centres étaient destinés à la “formation professionnelle”.

Des documents révélés par le «New York Times» apportent la preuve de l’implication directe du président chinois dans ce génocide du 21e siècle. Xi Jinping a ordonnée d’être “sans pitié” avec les ouïghours. Dans ces documents de 400 pages fuités via un lanceur d’alertes, on retrouve notamment un discours adressé à des cadres du parti, où il les appelle à «lutter contre le terrorisme, l’infiltration et le séparatisme» en utilisant les «outils de la dictature» et en ne montrant «absolument aucune pitié» et il pose les bases d’une surveillance massive de cette communauté : «Pour assurer la stabilité dans le Xinjiang, il faut une vaste campagne de surveillance et de collecte de renseignements pour éliminer la résistance dans la société ouïghoure.»

Dans cette région occupée par la Chine depuis 1949, la visibilité de l’islam est farouchement combattue. Ainsi, le port de la barbe pour les hommes, le voile pour les femmes ou encore le refus de boire de l’alcool sont considérés comme des signes de radicalisation religieuse pouvant mener à l’internement dans ces camps de l’horreur. Ces “radicalisés” sont des criminels selon le Xi Jinping : «Il faut que les criminels soient rééduqués et transformés. Et même après leur libération, leur éducation et leur transformation doivent continuer.»

Murs extérieurs semblables à une frontière.

Dans ces documents, on retrouve également un guide donnant aux fonctionnaires les réponses à apporter aux étudiants ouïghours qui, en rentrant chez eux pour les vacances, découvrent que leur famille, grands-parents compris, a disparu : «Quel que soit l’âge, tous ceux qui ont été infectés par le virus de l’extrémisme religieux doivent être soignés et mis en quarantaine avant que la maladie ne se répande. […] Vous devez être reconnaissants aux autorités d’avoir éloigné vos proches.»

Pour rappel, Trente-sept pays, dont la Russie, l’Arabie saoudite, l’Algérie, la Syrie et la Corée du Nord soutiennent cette politique criminelle de Pékin qui date depuis des décennies et dont plusieurs pays, dans monde actuel,ferment les yeux  pour éviter le chantage économique,dont le Canada.


EN COMPLÉMENT

Répression des Ouïghours : l’Arabie Saoudite soutient l’utilisation des camps en Chine

Alors que la Turquie a officiellement pris position contre les autorités chinoises dans la persécution des Ouïghours, le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane, dit MBS, a exprimé son soutien envers la Chine et sa politique vis-à-vis de cette minorité ethnique, en marge de sa tournée en Asie au cours de laquelle il s’est rendu en Chine pour signer des accords de coopération commerciale et de création d’un complexe de raffinage et de pétrochimie.

Cette position témoigne du rapprochement des deux pays qui s’opère depuis quelques années déjà. Dernièrement, la Chine s’est refusée à faire tout commentaire sur le meurtre brutal du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et l’éventuelle implication de MBS .