Archéologie fantastique:la Barque du Ciel de la « Dame du trône à pointes »

Un nouvel objet découvert récemment de la civilisation  Sindhu-Sarasvati,en Inde, représente un « bateau céleste » qui a été longuement décrit par l’archéologue italien Massimo Vidale dans une monographie.

Des suggestions sur ce que cela pourrait représenter? Vidale l’appelait la « Dame du trône à pointes ».

La Barque Céleste

 

 

Une image claire de la dame (la déesse des étoiles sur son trône à pointes) dans le bateau, avec ses mains sur deux figures (petits taureaux) qui la flanquent.
Le bateau a 8 personnes, 4 femmes et 4 hommes (qui sont montrés un peu plus petits)

 

Selon la théorie d’un jeune étudiant et écrivain de l’Inde: »Dame sur le trône à pointes » a 5 mèches dans les cheveux (Vidale: p26). Seule Apsaras porte 5 mèches (Mb 3-134) Elle est dans un bateau et non sur un char. Les caractéristiques ressemblent à Mehgarh – Matrikavat (Maa ghar> Mehgarh) Représente le style de vie. Apsara abandonne son enfant, pas à Mehrgarh

 

La Barque Céleste …photo du livre de l’archéologue Vidale.

 

Autre découverte récente:la déesse de Kaushambi…2000 ans avant Jésus-Christ.

 

Cette idole en bronze de Daimabad est similaire à l’idole ci-dessus. Mais la personne qui conduit le char est un homme, contrairement au Devi ci-dessus. Fait intéressant, cela aussi a été trouvé dans une période après la civilisation Sindhu saraswati

Voici ce qu’un  réalisateur indien a fait sur le thème de la Déesse des  Étoiles:

 

 

 

 

EN COMPLÉMENTAIRE

La mémoire d’une civilisation perdue

Il est non seulement possible de dissiper l’obscurité et le silence qui enveloppent l’histoire védique / harappéenne, mais cela nous donnera des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et la moins appréciée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement.

Sri David Frawley a noté un jour un paradoxe très anormal dans l’histoire indienne. D’une part, nous avions la plus grande civilisation de l’âge du bronze du monde. La civilisation Sindhu-Sarasvati (SSC). Elle était beaucoup plus grande dans son étendue géographique que la Mésopotamie contemporaine et l’Égypte réunies. Il avait une population estimée à environ cinq millions d’habitants. Ce nombre a oscillé autour de 20% de l’humanité en 2000 avant JC.

Pourtant, malgré cette massivité de ses praja et samrajya , les ruines du Sindhu et du Sarasvati semblent muettes et sans voix, leurs aksharas non fissurés semblent creux et silencieux. Ils n’ont rien à nous dire, qui ils étaient ou ce qui leur est arrivé, malgré leur grandeur.

D’autre part, nous avons également la littérature la plus grande et la plus sophistiquée de l’âge du bronze. Le corpus védique. Son échelle massive, son évolution littéraire, son contenu philosophique, mathématique et astronomique et leur progression sont sans égal dans le monde antique. Il décrit les grands royaumes, le commerce, les chevaux, les chars, les autels de feu élaborés, les innovations technologiques, l’astronomie, les unités de mesure normalisées, la navigation maritime, l’agriculture, etc. Pourtant, il n’y a rien dans les archives archéologiques pour expliquer une civilisation aussi avancée . Certainement pas en 1500 avant JC, lorsque Max Mueller nous dit avec un commandement colonial que tous les textes védiques commencent seulement à être composés.Pas un seul texte sanscrit en Inde ne peut être plus ancien que cette date, assure M. Mueller. Mais ce n’est pas une discussion pour l’instant.

C’est ce qu’on appelle le «paradoxe de Frawley». Le SSC crie silencieusement pitoyablement pour qu’un seul mot appelle le sien, pour un seul son prononcé dans sa mémoire. Et les textes védiques crient désespérément qu’une seule brique repose et se valide.

Mais pour une fois, si nous abandonnons le bagage irrationnel dont nous avons hérité de l’ère coloniale, si nous jetons un regard neuf sur les faits et réévaluons toutes les preuves recueillies au cours de ces cent ans, des conclusions remarquables et magnifiquement naturelles émergeront. Sans aucun doute, ils renverseront de nombreux dogmes transmis comme faits historiques, mais la joie de la réalisation sera vraie et immense. L’une d’elles fait référence à une grande migration enregistrée dans le Shatapatha Brahmana, dans le quatrième adhyāya de son premier kāṇḍa :

Mâthava, le Videgha, était à cette époque sur la (rivière) Sarasvatî. 

Il (Agni) partit alors brûler le long de cette terre vers l’est; et Gotama Râhûgana et le Videgha Mâthava le suivirent alors qu’il brûlait. Il a brûlé (séché) toutes ces rivières.

 Maintenant cette (rivière), qui s’appelle ‘Sadânîrâ’, coule de la montagne nord (Himâlaya): celle qu’il n’a pas brûlée. Celui que les Brâhmanes n’ont pas croisé autrefois, pensant: «il n’a pas été brûlé par Agni Vaisvânara».

De nos jours, cependant, il y a beaucoup de Brâhmans à l’est de celui-ci. A cette époque, elle (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageuse, car elle n’avait pas été goûtée par Agni Vaisvânara.

 De nos jours, cependant, il est très cultivé, car les Brâhmans l’ont fait goûter (Agni) par des sacrifices. Même à la fin de l’été, cette rivière, pour ainsi dire, fait rage: elle est si froide qu’elle n’a pas été brûlée par Agni Vaisvânara.

 Mâthava, le Videgha, a alors dit (à Agni): «Où dois-je demeurer? «À l’est de cette rivière, ta demeure! a-t-il dit. Aujourd’hui encore, cette (rivière) forme la frontière des Kosalas et des Videhas; car ce sont les Mâthavas (ou descendants de Mâthava).

Maintenant, cela peut sembler n’être que quelques lignes d’un texte obscur. Mais la qualité et la quantité des inférences que ces mots assez explicites nous permettent de tirer est sans précédent dans la littérature védique. Tirons ces inférences ligne par ligne, nom par nom.

Mais d’abord il est impératif de comprendre la position historique du SB vis-à-vis des autres textes védiques. Il est considéré comme le plus jeune brahmana. Et les brahmanes, en gros, sont antérieurs aux Aranyakas et Upanishads. Il est également important de noter que la description historique ci-dessus semble être un souvenir d’un événement passé, plutôt qu’une référence contemporaine. Donc, cet événement peut en fait se dérouler à une couche plus profonde de l’âge des brahmanes.

1. Mâthava, le Videgha – Nous ne savons pas plus sur ce très ancien maharaja que ce que nous dit le SB. Mais le mot Videgha / Videha sonne beaucoup de cloches familières. C’était un royaume de la région de Mithila pendant le mahajanapada Et le roi philosophe le plus célèbre de cette janapada était Janaka. Il était si célèbre que la dynastie elle-même était englobée sous ce nom et que presque tous les rois de Videha furent appelés «Janaka». De nombreux Janakas distincts sont mentionnés dans les Upanishads, Puranas, Ramayana, etc. Ils ne peuvent pas tous être une seule personne. Et le SB déclare clairement que la dynastie à l’époque de sa composition était connue du patronyme de Mathava. Jusqu’à ce que, bien sûr, l’un de ses descendants, Janaka, atteigne une renommée encore plus grande que la sienne. À tel point que Mathava a été complètement oublié dans les textes suivants.

Conclusions

-Mathava Videgha fut l’un des premiers rois de l’âge du fer historiquement bien attesté Videha janapada.

– À un moment de l’ère upanishadique, succédant ou concourant à l’âge tardif de Brahmana dont le SB est représentatif, Janaka a remplacé Mathava comme patronyme.

2. « était à ce moment-là sur le (fleuve) Sarasvatî» – Il n’y a vraiment pas de double sens ou de nuances mythiques à cela, à moins que l’on ne soit poussé par des biais pour défendre les dogmes coloniaux. Il est énergique et simple, ne nécessitant aucune élaboration. L’existence de la rivière Sarasvati, son identité avec le lit séché du Ghaggar-Hakra et son histoire hydrologique approximative ont toutes été bien étudiées par plusieurs disciplines et sont connues au-delà de tout doute raisonnable. Elle n’est plus ouverte au débat.

Conclusions

-Mathava et son peuple vivaient autrefois dans un royaume appelé Videgha situé quelque part le long des rives de la rivière Sarasvati.

– Sarasvati était encore probablement une rivière qui coule, vivace ou non, à l’époque de Mathava. Cela a des implications pour la datation de l’événement, comme beaucoup le savent. Cela place carrément l’exode de Mathava au moins ~ 2000 avant JC ou des périodes antérieures.

– Bref, la très bien attestée Videha janapada a une préhistoire sérieuse, non enregistrée ou oubliée.

Dans l’image ci-dessous, il est évident que les Videhans ont dû migrer très loin pour arriver à leur habitat historique de Mithila. Ils occupaient l’un des janapadas les plus à l’est.

 

 

 

3. ‘.. de là est allé brûler le long de cette terre vers l’est’ – Là où des métaphores apparaissent, il y a aussi place à l’interprétation et à l’incertitude. Même ainsi, Agni brûlant la terre et les rivières vers l’est est, par l’explication la plus simple, un témoignage des conditions de sécheresse qui prévalent, ce qui aide également à expliquer pourquoi un roi doit faire un voyage aussi radical, conduisant son peuple dans un exode épique vers l’est, abandonnant même les rives sacrées du Sarasvati.

Conclusions

-Il y a eu un exode et c’était probablement une conséquence de la sécheresse, de l’échec de l’agriculture ou d’une autre condition drastique qui a mis à l’épreuve la subsistance même du peuple Videha.

-La direction de la migration est d’ ouest en est . Ceci est d’une importance vitale dans la recherche de la validation archéologique d’un tel événement. Et parce que beaucoup d’historiens muellerian-marxistes ont interprété à la hâte ce passage pour illustrer la célèbre «  invasion aryenne  » – n’ayant complètement trouvé aucun support pour lui à partir d’un texte védique, surtout dans le plus ancien Rig Veda.

-L’archéologie ne connaît et n’admet qu’une seule de ces migrations vers l’est. La migration des Harappans. Un moment unique et rare dans l’étude de l’histoire partout, où la littérature et les faits sur le terrain s’accordent et se complètent si parfaitement.

La représentation ci-dessous illustre le déplacement indubitable de la densité de peuplement vers l’est pendant et après la fin de la période Harappan.

La mémoire d’une civilisation perdue 2

 

4. ‘.. et Gotama Râhûgana ..’ – Ce sont les deux mots les plus importants du passage. Plus instructif et rempli d’importations que le reste du passage réuni. Qu’est-ce qui pourrait être si génial dans le nom d’un purohita inconnu d’un raja inconnu? -Tu pourrais demander.

Tout! Son nom apparaît dans les anukramani du Rig Veda (RV)! Pour ceux qui sont conscients de ce que cela signifie, cela apportera des larmes de joie. Pour ceux qui ne le savent pas, les anukramani ou indices du RV nous donnent des informations fondamentales sur les rishis qui ont écrit les suktas, les chhanda utilisés dans chacune de leur composition et les devata ou divinités de chaque hymne. Gotama Rahugana est l’auteur des hymnes 74-93 du livre 1 et de l’hymne 31 du livre 9. Cela signifie, pour abréger une très longue histoire, que Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha vivaient au Moyen Âge védique.

Ci-dessous un verset composé par lui conservé dans le livre 1 du Rig Veda.

« O Jatavedas (Agni), vif et rapide, Gotama avec le chant sacré t’exalte pour l’amour de ta gloire.
Une chanson agréable à Agni, fils de Rahūgaṅa, a chanté:
Nous te louons pour ta gloire
 . »

-Gautama Rahugana, Rig Veda 1.78.1,5

Il est au-delà de la portée de cet article d’expliquer comment les dix livres sont classés par leur chronologie et leur antiquité. Le lecteur peut se référer à « Rig Veda – Une analyse historique » par Shrikant Talageri pour cela. Pour l’instant, il suffit de savoir que le livre 6 est le plus ancien et le livre 10 le plus jeune. Il s’agit d’un schéma généralement accepté et approuvé par un consensus de chercheurs. Les livres Rig Vedic vont dans cet ordre-

VI -> III -> VII -> IV -> II -> V -> VIII -> IX -> X

Sur cette base, et une analyse comparative rigoureuse du contenu historique du VR, son histoire a été divisée en: –

  1. Première période – Livres VI, III et VII.
  2. Période intermédiaire – Livres IV et II.
  3. Période tardive – Livres V, VIII et IX.
  4. Dernière période – le livre X qui se démarque des autres à bien des égards, y compris sa langue.

Le livre I contient des hymnes composés de descendants de rishis des trois plus anciens ainsi que de ceux contemporains aux trois suivants . Sa position historique est juste après les trois premiers, légèrement antérieure et contemporaine aux trois suivantes . C’est un livre chronologiquement «étiré». Le livre IX est un livre encore plus étiré. Il a des hymnes par les rishis des derniers suktas des livres I, V et VIII (y compris le Gotama de notre fascination actuelle) ainsi que des rishis entièrement nouveaux qui n’apparaissent que dans les livres IX et X. On peut dire que les livres I et IX partagent plus que juste Gotama Rahugana.

Conclusions

  • Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha ont vécu pendant la période intermédiaire du VR, peut-être vers la fin de cette période, alors que le RV n’était encore qu’à moitié terminé.
  • L’âge Brahmana n’est pas un successeur chronologique du Rig Veda samhita, mais les débuts de la première et de la moyenne, la fin et la dernière période de cette dernière sont probablement contemporains.
  • Ce n’est PAS une invasion / migration aryenne d’aucune sorte. Si c’était le cas, nous nous attendrions à ce que Gotama soit un rishi des livres les plus anciens (VI, III et VII), à une époque où les envahisseurs / migrants aryens venaient d’entrer dans le nord de l’Inde pour la première fois (selon cette théorie qui s’effondre) . Les livres les plus anciens ont en fait des hymnes composés par les ancêtres de Gotama!
  • Il s’agissait d’une migration au sein de la culture védique profondément ancrée dans la vallée de Sindhu-Sarasvati. Et c’est arrivé avant la période du SB. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure si elles étaient contemporaines d’un brahmana plus ancien comme Aitareya.
  • Le SB est contemporain de la période tardive, dernière ou post-Rig Vedic. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure.
  • Les Brahmanes plus anciens comme Aitareya sont donc un développement très parallèle à la RV samhita au moins depuis la période intermédiaire. Leurs positions chronologiques exactes vis-à-vis du RV, également entre elles ainsi que par rapport au dossier archéologique Harappan doivent être étudiées.

5. « Celui-là (Sadânîrâ) que les Brâhmanes n’ont pas traversé dans le passé … » – Cela impliquerait qu’il y a eu des tentatives de migrations plus profondes en Inde du Nord depuis la vallée de Sindhu-Sarasvati avant même l’époque de Mathava et Gotama et ce petit Védique des colonies existaient déjà dans les territoires vers lesquels les Videhans migraient. Vouloir plus de détails, pousser plus loin ne serait qu’un effort spéculatif. Quoi qu’il en soit, le passage atteste que des colonies védiques contemporaines existaient déjà dans les terres à l’est de Sadânîrâ à cette époque. Le Sadânîrâ est identifié au fleuve moderne Gandak, un affluent du Gange.

Mais plus intéressant encore, nous constatons que certaines des découvertes archéologiques les plus surprenantes de ces dernières années sont en parfait accord avec cela. Varanasi a une antiquité approchant Harappan et la civilisation Harappan mature et sa technologie de brique cuite au four s’est étendue aussi loin à l’est que Raghopur Diara près de Patna! Qui sait quoi d’autre reste à découvrir et où. Les frontières doivent être redessinées, c’est le moins qu’on puisse dire.

Et la région de Mithila, où les Videhans se sont installés, est si proche de toutes ces découvertes palpables. La découverte de la couche la plus ancienne ou des preuves de nouvelles colonies à Mithila nous aiderait sans aucun doute à trouver des dates matérielles appropriées pour Mathava, Ragugana, les Brahmanas et même le Rig Veda.

Conclusion

  • La migration de Videha n’était qu’une des nombreuses vagues d’expansions harappaises vers l’est commençant peut-être à la période mature.

Lequel des autres janapadas historiques a fait des voyages similaires? Lesquels de ces anciens royaumes et républiques indiens étaient autrefois situés sur les rives de l’Indus et du Sarasvati? Des questions fascinantes en effet. À l’exception de quelques-uns d’entre eux, il est très difficile de répondre sans entrer dans le spéculatif.

La mémoire d'une civilisation perdue 03

 

 

6. «À cette époque, il (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageux», – Une autre phrase importante . Un témoignage ferme de certains des détails subtils cruciaux pour notre compréhension de cet âge insaisissable ainsi que des questions existentielles sur le caractère culturel, les réalisations sociétales des Indo-Européens qui ont propagé la culture védique et aussi les mécanismes de ce processus. Deux faits très significatifs sont révélés par cette phrase.

Premièrement, il condamne à la poubelle le modèle traditionnel qui soutient depuis un siècle que les personnes qui ont amené le sanscrit en Inde du Nord étaient des pasteurs d’Asie centrale . C’étaient des nomades qui faisaient paître le bétail et montaient à cheval. Un peu plus. Mais Mathava et son peuple n’étaient pas de simples éleveurs de vaches. Et ce n’étaient certainement pas des nomades. Ils étaient un lot établi, pendant une longue période indéterminée avant cet exode. Ils avaient un royaume. Ils pratiquaient l’agriculture comme leur occupation principale. Et avait des rituels avec des autels de feu élaborés. Les textes brahmana connaissent la technologie de la brique, les unités de mesure normalisées et bien plus encore. Même le Rig Veda connaît la navigation maritime.

À tel point que leur premier souci de devoir migrer vers de nouvelles terres est que tout était marécageux et non cultivé! Et sans compromis. Et pas le moins du monde, il n’y avait pas d’herbe pour leurs chevaux. Ils étaient un rajya avant de migrer, et ils étaient un rajya quand et longtemps après avoir traversé le Sadânîrâ; ils étaient déjà devenus un État . Plus tard, ils évolueront encore et fusionneront dans la puissante République Vrijji, l’un des seize mahajanapadas! Videha a achevé une évolution politique complète et précoce en une république!Dont il y a si peu d’exemples dans le monde antique. Il n’y avait ni Grèce, ni Rome, ni aucun État en Europe lorsque les ancêtres de Mathava dirigeaient Videgha quelque part dans la vallée SS. Quel était le scénario occidental à l’époque de Mathava? Il était rempli de petites communautés agricoles, de pasteurs agressifs des steppes et même de chasseurs-cueilleurs.

L’identité tribale que les éleveurs des steppes et la plupart des autres tribus IE de cette époque ont sans doute été définie par, avait depuis longtemps été dépassée par le peuple védique. Un tel passé tribal nomade est déjà une préhistoire non enregistrée en ce qui concerne le VR. Il faudrait torturer les premiers versets du RV pour les faire admettre. L’enquête sur la véritable antiquité des Indo-Européens dans la vallée de Sindhu-Sarasvati est d’une importance cruciale.

Ce n’est pas seulement une invasion de Kurgans d’Asie centrale, les Videhans ne leur ressemblent en rien. Cela jette de nombreuses hypothèses cavalières sur la culture védique à douter. Plus révolutionnaire, cela oblige l’honnête enquêteur à affronter à nouveau ce paradoxe de Frawley .

Le deuxième fait étonnant que la phrase ramène chez elle et oblige ainsi une autre hypothèse d’invasion aryenne fondamentale à mordre la poussière, c’est que ces Aryens migrateurs étaient alors assez seuls en Inde du Nord. L’AIT / AMT nous oblige à croire que des millions de Harappéens défunts vivaient encore dans les vallées de l’Indus et du Gangetic tandis que les Indo-Aryens les envahissaient ou les «ruisselaient» . En fait, l’archéologue chevronné nous assurera qu’à aucun moment il n’y a eu de rupture notable dans l’habitation humaine dans le large âge du bronze au nord de l’Inde, ni aucun signe de contact entre deux cultures matérielles différentes, indigène et étrangère. Pourtant, les preuves littéraires montrent que les Aryens védiques étaient tout à fait seuls dans les vallées de l’Indus et du Gangetic. Les Videhans ne sont pas tombés sur unseule tribu étrangère ou linguistiquement différente à tout moment de leur grand exode des Sarasvati à Sadanira. Au mieux, le SB laisse entendre qu’il y avait des colonies védiques antérieures ici et là. A part cela, tout était une terre plaine, inculte et marécageuse. Personne n’occupait les plaines gangétiques. Il n’y a aucune preuve d’une transformation linguistique impliquée et encore moins d’une invasion dramatique. Les Videhans se développaient contre un vide démographique, tout comme les Harappéens dans les archives archéologiques.

Alors, sur quelle base a-t-on prétendu au cours des cent dernières années que les Harappéens et les Aryens védiques étaient deux personnes différentes? Vœux pieux et spéculation pure. Une théorie scandaleuse inventée pour soutenir une autre théorie scandaleuse. Il n’y a pas de place pour les faits, les inférences ou les preuves dans leur orthodoxie rigide. Ou ils devraient essayer de répondre à cette question. Où des millions de Harappéens ont-ils disparu? L’éléphant dans la pièce que l’école Muellerian des érudits a réussi à ignorer avec tact et a réussi à échapper.

Conclusions

– Les Rig Vedic Aryans, dont les Videhans sont un, sont des agriculteurs et un lot civilisé, pas des pasteurs.

– Ils étaient très évolués politiquement et non nomades ou tribaux.

– Ils n’étaient pas des envahisseurs. Ils s’étendent dans des terres vierges inoccupées.

-Il n’y avait aucune autre tribu occupant la vallée de Gangetic et aucune preuve d’aucune sorte de conflit impliqué dans le processus.

– L’indo-européen est la plus ancienne couche linguistique détectable en Inde du Nord – malgré des millions de Harappans qui parlaient autre chose (selon l’école d’histoire de Mueller) censément vivre partout.

– Aryens védiques = Harappans . En résolvant le paradoxe de Frawley, nous nous rendons compte que cette expansion de Videhans n’est rien d’autre qu’une vague de la dispersion Harappan qui est bien attestée archéologiquement.

7. « Aujourd’hui encore, ce (fleuve) forme la frontière des Kosalas et des Videhas.» – Le passage arrive enfin sur la scène contemporaine. Le scénario politique du nord de l’Inde est désormais bien connu de la plupart d’entre nous après nos années de scolarité. Il y avait des mahajanapadas. Au moment du Bouddha, il y en avait seize ou plus . Il est également explicitement implicite et probable que les habitants de Kosala ont également fait un voyage similaire à Videha et qu’ils se sont installés juste à côté des Videhans. Lesquels des autres mahajanapadas ont également effectué des migrations similaires (et étaient autrefois les royaumes de la SSC) est un sujet fascinant nécessitant des recherches supplémentaires et qui est encore sans réponse de manière concluante.

Conclusions

-Les constituants de la civilisation Sindhu-Sarasvati étaient sans doute très similaires aux mahajanapadas des derniers jours. Ou étaient au moins leurs ancêtres directs dans un continuum ethno-politique.

– Videha était l’un des royaumes de la civilisation Sindhu-Sarasvati. Kosala en était probablement un aussi. La localisation exacte de l’origine de la SSC nécessite des recherches supplémentaires. Probablement, il peut ne jamais être trouvé. Le cours reconstruit du Sarasvati dans l’image ci-dessous montre le nombre écrasant de sites situés sur ses rives. Il n’est pas exagéré de suggérer que l’une de ces ruines le long de la rivière perdue pourrait bien avoir été la ville des Videhas, où Mathava a régné.

La mémoire d'une civilisation perdue 04

 

 

– Les autres janapadas candidats qui ont peut-être aussi été autrefois des États de la SSC sont ceux qui figurent dans les textes védiques plus anciens que SB et qui ont survécu jusqu’à la période historique. Il s’agit notamment des Kuru, Pancala, Matsyas etc. Les deux premiers descendent des dynasties Paurava-Bharata du RV.

Comme nous l’avons vu, l’obscurité et le silence qui entourent l’histoire védique / harappéenne ne sont pas seulement possibles à dissiper, cela nous fournira des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et sous-estimée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement. Pour nettoyer l’ardoise de craie coloniale et regarder à nouveau toutes les preuves qui existent. Pour ne pas surcharger les études en Asie du Sud avec des bagages de la steppe ou toute autre théorie extraterritoriale – ou du moins pas avant de lui donner un traitement indépendant et équitable de la bourse. Pour suivre la méthode scientifique et se déclarer: «voici les preuves, quelles conclusions peut-on en tirer?

Références

Colin McEvedy   &  Richard M. Jones , 1978: Atlas de l’histoire de la population mondiale

Srikant Talageri: Rig Veda une analyse historique

David Frawley, Georg Feuerstein et Subhash Kak, 1995: A la recherche du berceau de la civilisation.

Swami Ranganathananda, Ramakrishna Math: Lemessage du Brhadaranyaka Upanishad.
E. Pargiter, 1922: ancienne tradition historique indienne.

Harvard oriental series – Vol 25: Rig Veda Brahmanas – Aitareya et Kausitaki Brahmanas

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Archéologie fantastique:la Barque du Ciel de la « Dame du trône à pointes »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.